L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




Vol. 9 Le Code Symbolique N° 1-12

Vol. 9     N°1-12

                                    Janvier – Décembre 1943                                  

[IMAGE COUVERTURE]

1

TOUS LE MONDE VOUDRAIENT L’ETRE, MAIS PERSONNE NE VOUDRAIT PORTER SON NOM

Presque toutes les dénominations Chrétiennes admettent que nous vivons dans la période de la dernière des sept églises d’Apocalypse 2 et 3, l’église « des derniers jours, » pourtant personne ne veut admettre son nom, « Laodicée ! » {9SC1-12: 2.1.1}

La raison en est évidente : dans l’histoire sacrée de l’église, Laodicée reçoit la plus lourde condamnation. Elle affirme n’avoir besoin de rien alors qu’elle a besoin de tout, et elle ignore qu’elle est « malheureuse, misérable, pauvre, aveugle et nue. » On lui recommande d’acheter comme seuls remèdes, de l’or éprouvé par le feu (Vérité Inspirée) et du « collyre » (Vérité qui ouvre les yeux), toutefois cela ne l’intéresse guerre car elle pense déjà tout avoir. {9SC1-12: 2.1.2}

Si Laodicée persiste dans cette condition de tiédeur, il faut qu’elle prenne conscience qu’elle finira par être vomie. Tout a été tenté pour la rapprocher du Seigneur, pour qu’elle se considère comme Esaïe qui déclara : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis…. Dont les lèvres sont impures, j’habite au milieu d’un peuple dont les lèvres sont impures, et mes yeux ont vu le Roi, l’Eternel des armées. » Es. 6 : 5. {9SC1-12: 2.1.3}

Dernière église renfermant le « bon grain » et le « l’ivraie », Laodicée est reconnaissable parmi toutes les « religions » par l’œuvre qu’elle accomplit. Elle est définit par son nom. {9SC1-12: 2.1.4}

Laodicée se compose des mots Grecs lao et decia qui signifient le peuple déclare jugement. Ainsi, l’église qui déclare, « Craignez Dieu, et donnez-lui gloire ; car l’heure de Son jugement est venue » (Ap. 14 : 7), est sans nul doute celle qui se nomme Laodicée. Aujourd’hui, tout le monde sait que l’église Adventiste s’efforce de proclamer le message du jugement d’Apocalypse 14 : 7 et par conséquent, elle seule se réclame du titre de Laodicée. {9SC1-12: 2.1.5}

En des termes contemporains, l’Inspiration décrit la condition de Laodicée : {9SC1-12: 2.1.6}

« Le message à l’Eglise de Laodicée est une terrible accusation portée contre le peuple de Dieu d’aujourd’hui. {9SC1-12: 2.1.7}

Dans le message à Laodicée, le peupe de Dieu est décrit comme se trouvant dans une position de sécurité charnelle. Les Laodicéens se sentent à leur aise et croient avoir atteint un niveau spirituel élevé. {9SC1-12: 2.1.8}

Quelle terrible désillusion que de croire fermement que tout va bien alors qu’on est sur un mauvais chemin! Le message du témoin fidèle surprend le peuple de Dieu dans cette triste situation, mais l’Eglise ignore en toute bonne foi dans quelle condition déplorable elle se trouve aux yeux de Dieu. Alors que ceux à qui s’adresse le message se flattent d’être parvenus à un niveau spirituel élevé, le témoin fidèle vient mettre fin à leur sentiment de sécurité en leur faisant connaître leur vraie condition de pauvreté et d’aveuglement spirituels. Cette accusation si catégorique et si sévère ne peut être fausse, car il s’agit d’une déclaration du témoin fidèle. »–Testimonies, Vol. 3, pp. 252, 253 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 374, 375). {9SC1-12: 2.1.9}

« Je demandai ce que signifiait le criblage que j’avais vu. On me répondit qu’il était causé par le conseil du Témoin véritable à l’église de Laodicée. Ce conseil aura son effet sur le cœur de celui qui le reçoit; il l’amènera à exalter la vérité. Quelques-uns ne l’accepteront pas; ils le combattront, et c’est ce qui produira le criblage parmi le peuple de Dieu. {9SC1-12: 2.2.1}

J’ai vu que le témoignage du Véritable n’a été écouté qu’à moitié. Ce témoignage solennel dont dépend la destinée de l’Eglise a été considéré à la légère, sinon tout à fait méprisé. »–Early Writings (Premiers Ecrits), p. 270. {9SC1-12: 2.2.2}

« …c’est notre continuelle infidélité qui nous a séparés de Dieu. L’orgueil, la convoitise et l’amour du monde cohabitent dans les cœurs qui se sont libérés de la crainte d’être repoussés ou condamnés. Des péchés graves inspirés par l’orgueil se sont introduits parmi nous. Et cependant l’idée qui prévaut est que l’Eglise connaît un état florissant où règnent la paix et la prospérité spirituelle. {9SC1-12: 2.2.3}

L’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. Pourtant, il en est quelques-uns qui sont inquiets ou étonnés de leur manque de puissance spirituelle. Le doute et même l’incrédulité à l’égard des témoignages de l’Esprit de Dieu apparaissent un peu partout dans nos églises, ce qui est conforme à la volonté de Satan. (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48) C’est aussi conforme aux pasteurs qui au lieu de prêcher Christ prêchent le moi. Les témoignages ne sont pas lus et sont méprisés. Dieu vous a parlé. La lumière a émanée de sa parole et de ses témoignages qui tous deux ont été pris à la légère et ignorés. En conséquence, le manque d’une foi véritable, de pureté et de dévotion est apparent parmi nous. »–Testimonies, Vol. 5, p. 217. {9SC1-12: 2.2.4}

Tous les Adventistes savent que Laodicée est le nom typique de la dénomination Adventiste, pourtant personne ne réagit ! Au contraire, tous se satisfont de posséder toute la vérité qui les mènera au but ! {9SC1-12: 2.2.5}

Pour prolonger indéfiniment sa condition de tiédeur, la puissance Démoniaque dispose d’un couvercle hermétique composé d’une couche imperméable de préjugés, de confiance en soi, et de peur d’être endoctriné oralement ou avec des littératures. Ainsi, la plupart des Adventistes que nous sommes, ne discutons ni ne lisons les vérités Bibliques défendues par ceux que désapprouvent l’ange de Laodicée, les prélats de la conférence. En conséquence, les Adventistes ne peuvent recevoir le message que le ciel envoie aujourd’hui, tout comme les Juifs de l’époque. Toutefois, Celui qui Sait Toute chose ordonne : {9SC1-12: 2.2.6}

« Ecris à l’ange de l’Eglise de Laodicée : Voici ce que dit l’Amen, le témoin véritable, le commencement de la création de Dieu : Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou

2

bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de te nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. » Ap. 3 : 14-18. {9SC1-12: 2.2.7}

Selon Apocalypse 1 : 20, les « chandeliers » représentent les églises, et les « étoiles » représentent les anges (le corps dirigeant) qui dirigent ces églises. Ainsi, dans Apocalypse 2 : 5, le Seigneur interpelle sévèrement un groupe de dirigeants. Il les avertit qu’en l’absence de repentance et d’un retour à leur précédente conduite, Il tombera sur eux et leur retirera le chandelier. Nous voyons donc que le destin de ces dirigeants dépend entièrement de leur réponse au reproche du Seigneur. {9SC1-12: 3.1.1}

Néanmoins, le Seigneur prononce ensuite à l’égard des dirigeants Laodicéens (ange) une drastique sentence, la promesse inconditionnelle, sans équivoque, nette et finale qu’Il les vomira livrant ainsi l’administration de l’église de Laodicée à un destin cataclysmique précipité. Aujourd’hui, l’église doit subir un nettoyage, un changement d’administration et d’organisation semblable à celui qui eut lieu pour l’ancien Royaume qui fut « déchiré » de dessus Saül et donné à David (1 Sa. 15 : 28). {9SC1-12: 3.1.2}

Cet épisode de l’histoire d’Israël devient plus impressionnant lorsqu’on compare les circonstances entourant « les sept églises » avec l’élection de David, le huitième fils d’Isaï, qui fut complétement ignoré jusqu’à ce que ses sept frères soient évalués un par un. (Voir le Tract N°8, Le Mont Sion à la Onzième Heure.) {9SC1-12: 3.1.3}

Ici, « l’ange » et l’église représentent clairement deux entités, le ministère et les laïques, et c’est l’ange en charge des laïques qui est directement concerné et condamné. La « dénonciation effrayante » faite par le Témoin Véritable, concerne donc nettement et particulièrement le ministère, sans pour autant exclure les laïques. Le ministère plus que quiconque devrait faire attention et bien considérer l’importante règle éthique selon laquelle le Maître Berger ne permettra qu’aucune brebis ne s’égare et tombe dans l’abîme. {9SC1-12: 3.1.4}

Depuis longtemps, les brebis ont été grièvement abandonnées par les bergers, c’est pourquoi le Seigneur a promis il y a des années qu’Il « s’occuperait très prochainement Lui-même du troupeau. »–Testimonies, Vol. 5, p. 80. {9SC1-12: 3.2.1}

Dans l’attente de ce réveil complet de Laodicée, l’Esprit de vérité déclare solennellement : « Dieu emploiera des manières et des moyens qui nous permettront de voir qu’Il prend Lui-même les rênes en main. Les ouvriers seront surpris… »–Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), p. 300. {9SC1-12: 3.2.2}

A nouveau, nous lisons que Dieu mettra de côté ceux qui sont « prétentieux, indépendants à l’égard de Dieu, » et dont « Il ne peut se servir. » Il révélera au grand jour « ces chrétiens de valeur, actuellement inconnus, qui n’ont pas fléchis le genou devant Baal. »–Testimonies, Vol. 5, p. 80 (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 61). {9SC1-12: 3.2.3}

Ainsi, en contraste avec l’histoire profane, nous voyons que l’histoire sacrée se répète avec précision et les irrévocables et terrifiantes paroles du prophète Samuel envers Saül, (1 Sa. 15 : 28, 29) résonnent à travers les âges revêtant une importance double pour les Laodicéens. {9SC1-12: 3.2.4}

Réveillez-vous, frères, réveillez-vous ! Si vous participez à l’œuvre de l’ange qui doit se joindre au Troisième Ange et éclairer la terre de sa gloire, vous devez accepter maintenant le « renouvellement du véritable témoignage Laodicéens. » Confessez humblement au Seigneur votre illusion d’être riche et de vous être enrichis (vérité), de n’avoir besoin de rien et d’être continuellement harcelé par une Voix (la Verge) qui tente de vous tromper. L’Eternel Lui-même déclare que vous êtes « malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus ; » vous êtes déjà dans l’erreur. Ne pensez-vous pas qu’Il soit au courant ? A nouveau, le Seigneur déclare Lui-même : « La voix de l’Eternel crie à la ville, et celui qui est sage craindra ton nom. Entendez la verge et celui qui l’envoie ! » Mi. 6 : 9. Ne pensez-vous pas que Dieu soit ici encore au courant ? {9SC1-12: 3.2.5}

Frères, je vous en prie, « levez les yeux ! » Ecoutez le Témoin Véritable, la Verge, et remplissez vite vos vases car ils sont vides. L’huile de vos lampes est usagée et votre lumière s’amenuise déjà. C’est votre chance d’en changer. Croyez à la vérité car hormis cette station de ravitaillement, il n’y en a point d’autre ! {9SC1-12: 3.2.6}

QUE TOUS ECOUTENT CE QUE L’ESPRIT DIT A LAODICEE

« Que Celui Qui Croit Etre Debout Prenne Garde De Tomber ! » 1 Co. 10 : 12.

            L’histoire se répète tragiquement car lorsqu’un peuple tourne mal, comme Israël au temps d’Elie et à nouveau au temps de Christ, il n’est plus conscient qu’il a mal tourné. Cela est d’autant plus tragique que le peuple ne le réalise jamais lorsque Dieu tente de lui faire prendre conscience de ses erreurs. Eloigné des enseignements des prophètes et fasciné par le charisme d’un leader humain, sa libération et son rétablissement semblent impossibles. (Voir, Prophets and Kings, pp. 121-126 ; Prophètes et Rois, pp. 87-92) {9SC1-12: 3.1.5}

                La faiblesse mortelle qui, en divers cas, a caractérisé chaque Mouvement depuis Israël jusqu’à Laodicée, a été de « poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes. » Hé. 6 : 1. Et nous constatons sans mal que chaque Mouvement n’a pas sur progresser au-delà des principes primordiaux de la Vérité, jusqu’à atteindre l’ultime degré transcendantal de connaissance divine. Chacun d’eux est passé d’une richesse initiale à une pauvreté spirituelle à cause

3

de son incapacité à suivre la Vérité. Chaque Mouvement divinement suscité s’est mis en pause, l’air satisfait de marcher dans la voie de la sanctification vers le Mont de la Perfection. Il s’est satisfait d’être « florissant » et de baigner dans « la paix et la prospérité spirituelle. » (Testimonies, Vol. 5, p. 217 ; Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48) En réalité, la vérité est tout autre. Telle est la situation de Laodicée qui pense que tout va bien alors que tout va mal. {9SC1-12: 3.2.7}

Jamais dans l’histoire violente de ce monde pécheur, l’église n’a connu un aussi grand danger et n’a été autant dans le besoin. Au milieu de ce péril, que dit Dieu à l’égard de Son peuple ? « C’est un peuple pillé et dépouillé ! On les a tous enchaînés dans des cavernes, plongés dans des cachots ; ils ont été mis au pillage, et personne qui les délivre ! Dépouillés, et personne qui dise : Restitue ! (Voir aussi És. 43). Ce sont des prophéties qui s’accompliront. »–Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), p. 96. {9SC1-12: 4.1.1}

« Quelle terrible désillusion que de croire fermement que tout va bien alors qu’on est sur un mauvais chemin ! »–Testimonies, Vol. 3, pp. 252, 253 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 375). {9SC1-12: 4.1.2}

A nouveau, se trouve écrit dans Proverbes 29 : 18 (commentaire), « Quand il n’y a pas de révélation, le peuple est nu. » {9SC1-12: 4.1.3}

Il nous est donc présenté ici en des termes appuyés, l’image d’un peuple qui a effectivement perdu sa « révélation » (la ligne de conduite surnaturelle procurée par le don de prophétie opérant en son sein) mais qui l’ignore. Encore plus étonnant, ce peuple a progressivement remplacé, sans même s’en rendre compte, les choses de Dieu par ses propres inventions (idoles) et beaucoup ne se sont pas dotés de ce qui représente leur « vue » à savoir les volumes de l’Esprit de Prophétie. Les autres qui se sont dotés de ces volumes de révélation, ne les ont peut-être pas lus ou pas considérés et en conséquence, ces derniers ont été « méprisés. »–Testimonies, Vol. 5, p. 217. C’est dans cette mesure plus que toute autre que le peuple est devenu aveugle, ne s’attendant plus à recevoir de nouvelles vérités qui donneraient puissance et force à son message (Early Writings ; Premiers Ecrits, p. 277).  Pourtant, il persiste à se flatter d’entrer dans les faveurs de Dieu ! {9SC1-12: 4.1.4}

« Le message du témoin fidèle surprend le peuple de Dieu dans cette triste situation, mais l’Eglise ignore en toute bonne foi dans quelle condition déplorable elle se trouve aux yeux de Dieu. Alors que ceux à qui s’adresse le message se flattent d’être parvenus à un niveau spirituel élevé, le témoin fidèle vient mettre fin à leur sentiment de sécurité en leur faisant connaître leur vraie condition de pauvreté et d’aveuglement spirituels. Cette accusation si catégorique et si sévère ne peut être fausse, car il s’agit d’une déclaration du témoin fidèle. »–Testimonies, Vol. 3, p. 253 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 375). {9SC1-12: 4.1.5}

Si le raisonnement Laodicéen n’avait pas terriblement besoin d’un revirement et d’une réorientation complète, il ne « croirait pas que tout va bien alors qu’il est sur un mauvais chemin, » il ne se croirait pas « riche » alors qu’en réalité il est désespérément « pauvre, » dépourvu de vérité et de justice ! {9SC1-12: 4.1.6}

En conséquence, seul un message « avec la guérison sous ses ailes » guérira l’esprit Laodicéen de cette maladie spirituelle. Dans cette crise que traverse l’église, « ceux qui se seront montrés timides, qui n’auront pas eu confiance en eux-mêmes, s’afficheront ouvertement pour Christ et sa vérité. Le plus faible et le plus hésitant dans l’église sera comme David, prêt à agir et plein d’audace. »–Testimonies, Vol. 5, p. 81. Pourquoi ? Parce qu’ils ont la promesse « qu’une source sera ouverte pour la maison de David et les habitants de Jérusalem, pour le péché et pour l’impureté. {9SC1-12: 4.2.1}

En ce jour-là, dit l’Eternel des armées, j’exterminerai du pays les noms des idoles, afin qu’on ne s’en souvienne plus ; j’ôterai aussi du pays les prophètes et l’esprit d’impureté. » Za. 13 : 1, 2. {9SC1-12: 4.2.2}

« En ce jour, chacun rejettera ses idoles… que vous vous êtes fabriquées de vos criminelles… Revenez à celui dont on s’est profondément détourné, enfants d’Israël. » Es. 31 : 7, 6. {9SC1-12: 4.2.3}

« En ce jour-là, l’Eternel protégera les habitants de Jérusalem, et le faible parmi eux sera dans ce jour comme David ; la maison de David sera comme Dieu, comme l’ange de l’Eternel devant eux. » Za. 12 : 8. {9SC1-12: 4.2.4}

La Voix de l’Esprit crie aujourd’hui à travers Esaïe : « Réveille-toi ! Réveille-toi ! Revêts ta parure, Sion ! Revêts tes habits de fête, Jérusalem, ville sainte ! Car il n’entrera plus chez toi ni incirconcis ni impur…. Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix ! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut ! De Celui qui dit à Sion : ton Dieu règne ! » Es. 52 : 1, 7. {9SC1-12: 4.2.5}

La même Voix plaide à nouveau à travers Nahum: « Voici sur les montagnes les pieds du messager qui annonce la paix ! Célèbre tes fêtes, Juda, accomplis tes vœux ! Car le méchant ne passera plus au milieu de toi, il est entièrement exterminé. » Na. 1 : 15. {9SC1-12: 4.2.6}

L’église dans toute son histoire n’a en fait jamais accepté un message du ciel. C’est pourquoi l’appel est lancé individuellement à chaque membre. Chacun doit décider pour lui-même. Personne ne devrait se laisser influencer par un autre. Et « personne n’a le droit d’interdire l’accès à la lumière. Quand le Seigneur envoie un message à Son peuple, nul ne peut se soustraire à l’obligation d’en examiner le contenu…. C’est parce qu’elles agissaient ainsi que les églises populaires ont été abandonnées à des ténèbres partielles et que les messages de Dieu ne leur sont pas parvenus. »–Testimonies on Sabbath School Work, p. 65 ; Counsels on Sabbath School Work, p. 28. {9SC1-12: 4.2.7}

« Mais nous voyons que le Dieu du ciel emploie parfois des hommes pour enseigner ce qui est considéré comme contraire aux doctrines établies. Parce que ceux qui furent une fois les dépositaires de la vérité se montrèrent indignes de leur mission sacrée, le Seigneur en a choisi d’autres pour recevoir les rayons brillants du Soleil de justice, et défendre

4

les vérités qui ne sont pas en accord avec les idées des dirigeants religieux. Et alors, ces conducteurs, dans la cécité de leur esprit, donnent libre cours à ce qu’ils considèrent une indignation juste contre ceux qui ont mis de côté les fables chéries. Ils agissent comme les hommes qui ont perdu la raison. Ils ne prennent pas en compte la possibilité qu’ils peuvent ne pas avoir compris correctement la parole. Ils ne veulent pas ouvrir leurs yeux pour discerner le fait qu’ils ont interprété et appliqué les Écritures d’une manière erronée, et qu’ils élaborent de fausses théories qu’ils appellent doctrines fondamentales de la foi. »–Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), pp. 69, 70. {9SC1-12: 4.2.8}

Chers frères de Laodicée, prenez garde à cette sagesse divine. Alors que vous vivez dans la plus grande illusion, c’est avec bêtise que vous refusez de croire qu’une chose soit la vérité parce que vous avez peur d’être dupé. Réveillez-vous, frères ! Ne voyez-vous pas qu’étudier est votre seul salut, votre seul espoir de sortir de cette « triste » (Testimonies, Vol. 3, p. 253), « terrible » (Idem, p. 254) et « horrible » (Idem, p. 260) illusion ? C’est la seule chose qui vous empêche de plonger dans l’abîme. Etudiez donc, étudiez comme jamais ! Et vous découvrirez que ce sont là les prémices du message qu’il vous faut posséder pour pouvoir enlever les écailles de vos yeux et briser les invisibles mais bien réelles chaînes de l’atonie et de l’exaltation du moi dans lesquelles l’Ennemi vous retient. {9SC1-12: 5.1.1}

POURQUOI RECLAMER DE LA PUISSANCE QUAND ON A BESOIN DE VERITE–

Il est arrivé qu’un certain nombre de personnes zélées et que des Mouvements Chrétiens lancent de temps à autre d’impressionnants marathons de prière espérant fermement obtenir l’effusion promise du Saint-Esprit, la « pluie de l’arrière-saison. » Ces efforts du moment se sont invariablement soldés par une déception et une frustration déchirante, et des milliers âmes ont finis dans la confusion et la perplexité, abandonnant complétement la foi et sombrant probablement dans l’infidélité. {9SC1-12: 5.1.2}

Aucun étudiant des Ecritures ne niera que la Bible renferme bel et bien la promesse d’une manifestation dynamique et singulière du Saint-Esprit, déversant sur tous les croyants une puissance spéciale, semblable à celle que reçurent les apôtres lors de la Pentecôte, voire plus grande ! Mais alors, pourquoi nous ne la recevons pas aujourd’hui ? Parce que les conditions ne s’y prêtent pas encore. Lorsque que le moment sera propice, cette promesse certaine de Dieu s’accomplira instantanément, comme pour les apôtres. {9SC1-12: 5.1.3}

Qu’importe donc la raison empêchant le Chrétien de recevoir ce cadeau des plus merveilleux, lui seul en est la cause et non Dieu. {9SC1-12: 5.1.4}

Il nous est fait la promesse du Consolateur, l’Esprit de Vérité (Jean 16 : 7-13), et la promesse de la « pluie de l’arrière-saison. » Joël 2 : 23, 28. Les apôtres reçurent le Consolateur le jour de la Pentecôte et celui-ci demeurerait pour toujours avec eux et avec ceux qui leurs succéderaient. Seulement, tout au long de cette succession apostolique, la valeur des premiers apôtres se perdit et le Consolateur disparu peu à peu. Même si à travers l’Esprit de Vérité, Il a réapparu en diverses occasions, Sa puissance et sa présence Pentecôtiste n’a depuis plus jamais été transmise. Cependant, cette manifestation de l’Esprit ne devrait pas être confondue avec la « pluie de l’arrière-saison » (Joël 2 : 23) ou avec l’Esprit de vérité. {9SC1-12: 5.1.5}

La « pluie de l’arrière-saison, » de par son appellation, indique que cette manifestation particulière a lieu à « la fin des temps, » à notre époque. Et l’Inspiration qui, à travers le prophète Zacharie, indique que la pluie de l’arrière-saison doit tomber à un temps donné, nous exhorte en ces termes : « Demandez à l’Eternel la pluie, la pluie du printemps ! L’Eternel produira des éclairs, et il vous enverra une abondante pluie, il donnera à chacun de l’herbe dans son champ. » Za. 10 : 1. {9SC1-12: 5.1.6}

Le passage de Joël 2 : 23, dans les commentaires, définit clairement que « la pluie de l’arrière-saison » est un enseignant de justice apportant une pleine connaissance de la Vérité avec justice, c’est-à-dire le dernier message. Par conséquent, s’il est vrai qu’il nous est instamment demandé de sans cesse prier et languir après l’Esprit de Vérité, le besoin est particulièrement grand aujourd’hui ! {9SC1-12: 5.2.1}

Selon le cycle naturel, la pluie de l’arrière-saison vient non seulement faire pousser le grain mais aussi lui donner sa pleine maturité. Ainsi, dans le discours spirituel, l’Enseignant de Justice doit permettre aux saints d’atteindre la stature d’hommes faits en Christ Jésus (Ep. 4 : 13), les rendant aptes à entrer dans le Royaume. {9SC1-12: 5.2.2}

La seconde phase où intervient la promesse de la puissance de Joël 2 : 28 qui vient « après cela, » après « la pluie de l’arrière-saison, » est ce que la plupart des Chrétiens réclament, sans réaliser qu’il y a une première phase (Joël 2 : 23), « l’enseignant de justice, » une dernière effusion de Vérité Présente qui doit être reçue avant l’ultime effusion de puissance. {9SC1-12: 5.2.3}

Il est manifeste que ce qui vient « après cela, » à savoir la puissance Pentecôtiste, confère à celui qui la reçoit, la capacité de proclamer l’ultime vérité. Cette puissance ne viendra que lorsque l’église entière, c’est-à-dire « chaque herbe du champ » (Za. 10 : 1) et non un groupe ici et un autre par-là, aura allègrement assimilé pour son développement spirituel, toute la pluie de l’Enseignant de Justice qui tombe aujourd’hui. {9SC1-12: 5.2.4}

La grande question qui se pose à nous est la suivante : Quand est-ce que « toute herbe, » c’est-à-dire tous les membres d’église, recevra cette glorieuse puissance ? Est-ce que le saint comme l’hypocrite la recevra ? L’Inspiration répond : {9SC1-12: 5.2.5}

« C’est par le feu que l’Eternel exerce ses jugements, c’est par son glaive qu’il châtie toute chair ; et ceux que tuera l’Eternel seront en grand nombre… Et j’enverrai leurs réchappés vers les nations… Et ils publieront ma gloire parmi les nations… Ils amèneront tous vos frères… A ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l’Eternel, comme les enfants d’Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l’Eternel. » Es. 66 : 16, 19, 20. {9SC1-12: 5.2.6}

Ainsi, entre la « pluie de l’arrière-saison » de vérité et « l’effusion » de la puissance de l’Esprit, il

5

y a aura un nombre de saints qui auront échappés parmi « ceux que tuera l’Eternel. » En d’autres termes, la moisson des prémices aura lieu, tous les pécheurs seront retranchés de l’église où il ne restera que les justes comme les 120 disciples dans la chambre haute. Alors et seulement alors, le Seigneur pourra déverser sur tous, la puissance de Son Esprit afin qu’ils (tous les « réchappés ») prophétisent, aient des songes et des visions. {9SC1-12: 5.2.7}

« Et les restes de Sion, les restes de Jérusalem, seront appelés saints, quiconque à Jérusalem sera inscrit parmi les vivants, après que le Seigneur aura lavé les ordures des filles de Sion, et purifié Jérusalem du sang qui est au milieu d’elle, par le souffle de la justice et par le souffle de la destruction. L’Eternel établira, sur toute l’étendue de la montagne de Sion et sur ses lieux d’assemblées, une nuée fumante pendant le jour, et un feu de flammes éclatantes pendant la nuit ; car tout ce qui est glorieux sera mis à couvert. Il y aura un abri pour donner de l’ombre contre la chaleur du jour, pour servir de refuge et d’asile contre l’orage et la pluie. » Es. 4 : 3-6. {9SC1-12: 6.1.1}

Ce n’est qu’après cette grande purge opérée dans l’Eglise (décrite également dans le neuvième chapitre d’Ezéchiel) que le reste sera disposé à porter sa torche de Vérité flamboyante à toutes les nations. De Sion sortira alors la loi, et de Jérusalem la parole de Dieu. L’œuvre sera alors achevée, « exécutée promptement, » et le Seigneur apparaîtra enfin dans une gloire qui sera vue par tout œil (Ap. 1 : 7). {9SC1-12: 6.2.1}

—–PRESQUE NOYEE DANS LE FLEUVE MAIS SECOURUE PAR LA TERRE—–

« Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l’enfant mâle. Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent. Et, de sa bouche, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve. Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche. Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre au reste de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus. » Ap. 12 : 13-17{9SC1-12: 6.1.2}

Presque tous les Chrétiens s’accordent à dire que la « femme » dont il est fait mention ici représente l’église. Si elle donne naissance à l’enfant mâle, Christ, elle doit donc symboliser l’église pendant l’ère Chrétienne. {9SC1-12: 6.1.3}

Pendant que le dragon la persécutait à travers les sacrificateurs Juifs qui rejetèrent le Christ en tant que Messie, « il y eut une grande persécution contre l’Eglise de Jérusalem ; et tous, excepté les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de la Judée et de la Samarie. Des hommes pieux ensevelirent Etienne, et le pleurèrent à grand bruit. Saul, de son côté, ravageait l’Eglise ; pénétrant dans les maisons, il en arrachait hommes et femmes, et les faisait jeter en prison. Ceux qui avaient été dispersés allaient de lieu en lieu, annonçant la bonne nouvelle de la parole. » Actes 8 : 1-4. {9SC1-12: 6.1.4}

Avec les aigles du grand aigle, l’église se transporte dans le désert. Le « désert » est ce qui s’oppose à la vigne (« la maison d’Israël, et les hommes de Juda, c’est le plant qu’il chérissait »–Es. 5 : 7) et qui représente donc de manière évidente les nations. Accomplissant donc la prophétie, les apôtres eurent pour mission, au moyen d’ailes, d’aller prêcher à toutes les nations. {9SC1-12: 6.1.5}

 « Paul et Barnabas leur dirent avec assurance : c’est à vous premièrement que la parole de Dieu devait être annoncée ; mais, puisque vous la repoussez, et que vous vous jugez vous-mêmes indignes de la vie éternelle, voici, nous nous tournons vers les païens. Car ainsi nous l’a ordonné le Seigneur : Je t’ai établi pour être la lumière des nations, pour porter le salut jusqu’aux extrémités de la terre. Les païens se réjouissaient en entendant cela, ils glorifiaient la parole du Seigneur, et tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle crurent. La parole du Seigneur se répandait dans tout le pays. » Actes 13: 46-49. {9SC1-12: 6.1.6}

     Voyant cela, le serpent chercha à anéantir l’influence de la « femme » sur les nations. Il « lança de sa bouche de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve. » Ap. 12 : 15. {9SC1-12: 6.2.2}

Tout le monde comprendra que ce « fleuve » représente forcément l’église, infiltrée par les païens inconvertis qui, à l’époque de Constantin et même des années plus tard, furent amenés en masse dans l’église et forcés au baptême. Ce même « fleuve » est décrit dans les paraboles de Christ mais sous un terme différent, « l’ivraie ; » et le fait qu’il y en ait toujours autant dans l’église montre hélas que la terre ne l’a pas encore engloutit. {9SC1-12: 6.2.3}

S’il est vrai que « fleuve » et « ivraie » sont des synonymes, l’engloutissement du fleuve ou l’ivraie brûlée au feu sont alors tout deux compris dans la parabole de la moisson (Mt. 13 : 30). {9SC1-12: 6.2.4}

Par ailleurs, selon le Révélateur, une fois le fleuve englouti par la terre, c’est-à-dire une fois que les inconvertis sont « tués » et ensevelis et que l’église est purifiée, le dragon fera une guerre féroce au reste de la postérité de la femme. Par conséquent, la moisson dans l’église qui correspond au temps où la terre engloutit le fleuve, a lieu avant que le dragon fasse la guerre au reste de la postérité. {9SC1-12: 6.2.5}

« Les fruits » récoltés proviennent de la moisson. Lorsque les 144 000, les prémices (Ap. 14 : 4) sont récoltés et que l’ivraie (fleuve) est détruite (engloutie), ils sont

6

emmenés sur le Mont Sion où ils forment ensuite l’église Mère, la femme couronnée des douze étoiles, sous la protection de l’Agneau qui est à ses côtés. Ainsi protégée, le dragon, qui ne peut lui faire la guerre, se tourne vers le « reste », ceux qui doivent être récoltés, à savoir les seconds fruits dispersés à travers le monde loin de Sion. L’apogée de cet événement est annoncée de façon frappante par Esaïe et Michée : {9SC1-12: 6.2.6}

« Il arrivera, » déclare Michée, « dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Eternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que les peuples y afflueront. Des nations s’y rendront en foule, et diront : venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Eternel. » Mi. 4 : 1, 2. (Voir également Esaïe 2.) {9SC1-12: 7.1.1}

Nous voyons clairement que le Mont Sion devient le quartier général de l’œuvre finale de l’évangile sur terre lorsque les 144 000 y arrivent et pendant toute la période où le dragon fait la guerre au reste, « car la loi sortira de Sion, et de Jérusalem, la parole de l’Eternel. » Il ne s’agira donc plus de la Conférence Général ou du Centre du Carmel. {9SC1-12: 7.1.2}

Beaucoup de nations diront alors, « Venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers….{9SC1-12: 7.1.3}

En ce jour-là, dit l’Eternel, je recueillerai les boiteux, je rassemblerai ceux qui étaient chassés, ceux que j’avais maltraités. Des boiteux je ferai un reste, de ceux qui étaient chassés une nation puissante ; et l’Eternel régnera sur eux, à la montagne de Sion, dès lors et pour toujours. » Mi. 4 : 2, 6, 7. {9SC1-12: 7.1.4}

Nous distinguons trois nations dans ces versets : (1) « les boiteux, » (2) « les chassés, » (3) et les « maltraités. » {9SC1-12: 7.1.5}

Dans la parabole du semeur nous lisons que « Celui qui a reçu la semence dans les endroits pierreux, c’est celui qui entend la parole et la reçoit aussitôt avec joie ; mais il n’a pas de racines en lui-même, il manque de persistance, et dès que survient une tribulation ou une persécution à cause de la parole, il y trouve une occasion de chute…. Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est qui entend la parole et la comprend ; il porte du fruit, et un grain en donne cent, un autre soixante, un autre trente. » Mt. 13 : 20, 21, 23. {9SC1-12: 7.1.6}

Sur le sol pierreux et peu profond, la semence pousse vite, tandis que sur le bon sol profond, la semence pousse lentement. Ainsi la nation qui « boite est celle qui reçoit la semence dans la bonne terre, l’église Chrétienne. Cette nation doit être rassemblée car aujourd’hui elle est dispersée et divisée. C’est elle qui apparaît comme étant le « reste » de la postérité de la femme d’Apocalypse 12. {9SC1-12: 7.2.1}

La nation « qui est chassée » ne peut être que les le royaume des dix tribus, et celle « qui est maltraitée » le royaume des deux tribus, Juda, ce qui nous voyons en lisant le chapitre trois de Michée. {9SC1-12: 7.2.2}

« Des boiteux, » l’Eternel fera un reste : Il enlèvera les enfants illégitimes, l’ivraie, de son sein. « De ceux qui étaient chassés une nation puissante ; et l’Eternel régnera sur eux, à la montagne de Sion, dès lors et pour toujours. » Mi. 4 : 7. {9SC1-12: 7.2.3}

Ainsi, les sujets qui sont la racine du Royaume doivent être convertis et tirés de l’église de Chrétienne et des descendants des deux anciens royaumes, Israël et Juda. Ils sont ensuite emmenés au Mont Sion, car « l’Eternel aime les portes de Sion plus que toutes les demeures de Jacob. Des choses glorieuses ont été dites sur toi, ville de Dieu ! Pause. Je proclame l’Egypte et Babylone parmi ceux qui me connaissent ; voici, le pays des Philistins, Tyr, avec l’Ethiopie ; c’est dans Sion qu’ils sont nés. Et de Sion il est dit : tous y sont nés, et c’est le Très-Haut qui l’affermit. L’Eternel compte en inscrivant les peuples : c’est là qu’ils sont nés. Pause. » Ps. 87 : 2-6. {9SC1-12: 7.2.4}

Chers frères de Laodicée, ne manquez pas cette ultime occasion bénie qui ne durera que quelques temps. Soyez comme les sages : « La voix de l’Eternel crie à la ville, et celui qui est sage craindra ton nom. Entendez la verge et celui qui l’envoie ! » Mi. 6 : 9. Nous vous en supplions, prêtez l’oreille. Il vous est offert la possibilité de devenir des Israélites dans la bouche desquels il n’y a pas de mensonge ; vous vous tiendrez sur le Mont Sion, la cité de David, Jérusalem la Sainte Cité. Ecoutez la Voix du Bon Berger : « Réveille-toi ! Réveille-toi ! Revêts ta parure, Sion ! Revêts tes habits de fête, Jérusalem, ville sainte ! Car il n’entrera plus chez toi ni incirconcis ni impur. » Es. 52 : 1. {9SC1-12: 7.2.5}

———-NE POSONS PAS DE NOUVEAU LE FONDEMENT DU RENONCEMENT———-

Le ciel lance un défi à tous ceux qui sont mécontents de leur situation spirituelle et ne sont donc plus « tiède : » « C’est pourquoi, laissant les éléments de la parole de Christ [ou, selon le commentaire, ‘la parole du commencement du Christ,’ les principes premiers], tendons à ce qui est parfait, sans poser de nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes. » Hé. 6 : 1. {9SC1-12: 7.2.6}

Faites en sorte que cet avancement vers la perfection soit réel et non imaginaire ; ne retombez pas dans le Laodicéisme. En tant que porteurs du message, nous n’insisterons jamais assez sur l’urgence de la situation. {9SC1-12: 7.1.7}

Que tous, en tant que communauté Davidienne, se souvienne que nous sommes appelés à la haute fonction de gestionnaire de l’évangile, restaurateurs des anciens chemins et réparateurs des brèches. Nous sommes les premiers des « prémices » de Laodicée et par conséquent nous avons le rôle de « libérateurs » pour et de Laodicée (Ab. 17, 21). Ainsi, avant de pouvoir sauver nos frères

7

SSde la maladie fatalement pernicieuse du Laodicéisme, nous devons d’abord nous en sauver nous-mêmes. Pour ce faire, nous devons dès à présent cesser définitivement de traiter les symptômes et plutôt nous concentrer sur la cause de la maladie ; cessons de nous administrer ceci et cela et prenons le remède suprême, recevons dans nos cœurs le message, jusqu’à ce que nous soyons totalement guéris. {9SC1-12: 7.2.7}

Celui qui veut vraiment faire partie du très proche Royaume de Dieu, explore et applique avec persévérance les principes et les lois divines de la Science du Salut. Il se saisit avec sincérité de la puissance de la grâce divine pour exécuter les ordres de la Vérité, en procédant par ordre, « avec bienséance et avec ordre » (1 Co. 14 : 40), et non en exécutant une chose à la volée selon l’urgence du moment. {9SC1-12: 8.1.1}

C’est dans cet effort inconsidéré, irrégulier et aléatoire de vivre « les éléments de la parole de Christ » que les Adventistes ont inexorablement posé pendant des années « le fondement du renoncement aux œuvres mortes. » Nous croyant plein de zèle « intelligent, » nous, Adventistes du Septième jour, sommes devenus de plus en plus tièdes, glissant progressivement dans une pratique mécanique et toute faite de la Vérité qui, au final, vaudra à quiconque poursuivra cette voie d’être vomi. {9SC1-12: 8.1.2}

La Davidien qui est déterminé à échapper à cette terrible fin et prend, de fait, le remède contre le Laodicéisme, réforme ses raisonnements. Il se discipline constamment et rigoureusement, jour et nuit. Il a « des heures régulières pour son lever, pour la prière et les repas » (Testimonies, Vol. 5, p. 181 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 52) ; il respecte jalousement ses heures de prières, d’étude et d’examen personnel. (Voir, Gospel Workers, p. 100 ; Le Ministère Evangélique, p. 95). Il se lève à heure fixe, mange à heure fixe, se rend au travail à heure fixe, se couche à heure fixe, et par-dessus tout, il est toujours ponctuel, jamais en retard à l’église. C’est un Chrétien qui gère son temps ; il n’est pas seulement un modèle de ponctualité mais aussi un modèle de justesse en toute chose. {9SC1-12: 8.1.3}

Il travaille six jours et fait tout son ouvrage. Sa maison est autant en ordre que sa propre personne. Chaque chose est à sa place et il dirige son foyer selon les principes Bibliques. {9SC1-12: 8.1.4}

Le Chrétien du Royaume accomplit ces choses fidèlement jour et nuit. Si jamais il n’était pas tout à fait un vrai Chrétien, il pratique au moins la règle d’or. Il ne se livre plus au murmure, à la critique, aux commérages, à la médisance, et par la grâce qui supporte tout et l’amour qui ne faillit jamais, il devient un pacificateur. {9SC1-12: 8.1.5}

Pour un tel homme ou une telle femme, un Chrétien « accompli, » un vrai Davidien, il faut obéir complétement à la vision comme le firent, Abraham, Joseph, Daniel et Paul. Quand l’église aura atteint un tel niveau de perfection, « l’Assyrien tombera sous un glaive qui n’est pas celui d’un homme, et un glaive qui n’est pas celui d’un homme le dévorera ; il s’enfuira devant le glaive, et ses jeunes guerriers seront asservis. Son rocher s’enfuira d’épouvante, et ses chefs trembleront devant la bannière, dit l’Eternel, qui a son feu dans Sion et sa fournaise dans Jérusalem. » Es. 31 : 8, 9. {9SC1-12: 8.2.1}

« Et il y aura une route pour le reste de son peuple, qui sera échappé de l’Assyrie, comme il y en eut une pour Israël, le jour où il sortit du pays d’Egypte. » Es. 11 : 16. (Voir notre Tract N°14, Chroniques d’une Guerre Annoncée.) {9SC1-12: 8.2.2}

« Je vous retirerai, » dit l’Eternel, « d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays. Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles…. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères ; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. » Ez. 36 : 24, 25, 27, 28. {9SC1-12: 8.2.3}

Hâtons donc la venue de ce jour de toutes les façons possibles. Ne perdons pas une seconde du précieux temps qui nous est accordé. Tâchons de suivre le rythme grandissant des activités de notre temps. {9SC1-12: 8.2.4}

« Les événements de la fin seront précipités. » Les événements sociaux et politiques qui bousculent et changent radicalement le monde s’enchaînent quotidiennement avec une rapidité incroyable ; que cette rapidité caractérise tout autant l’évolution de notre spiritualité. {9SC1-12: 8.2.5}

A cette heure tardive, nous ne saurions nous permettre d’être « surpris » par aucun événement. {9SC1-12: 8.2.6}

——————————-PAS DE MENSONGE DANS LEUR BOUCHE——————————-

C’est avec insistance qu’il nous est dit que notre seule sauvegarde est de parler uniquement des « choses qui sont conformes à la saine doctrine » (Tit. 2 : 1) et de « ne médire de personne. » Tit. 3 : 2. En d’autres termes, il nous faut dire la vérité et rien que la vérité et dire toujours du bien d’autrui. {9SC1-12: 8.1.6}

Cette règle solennelle n’a jamais autant pesée sur les Chrétiens que sur les Davidiens, les croyants de la Vérité Présente d’aujourd’hui. Et pour cause, le peuple de Dieu n’avait jamais autant été exposé et sujet aux paroles mauvaises et malsaines, à une époque où le message doit être enseigné selon la Vérité et où du bien, et non du commérage, doit être dit de tout le monde. {9SC1-12: 8.1.7}

La dernière heure, la onzième, l’heure la plus critique est sur le point sonner. Les milliards d’êtres humains doivent entendre l’ultime appel de l’évangile et la Grâce touchant à sa fin lance un cri aux pécheurs non repentants. Le destin de l’église et du monde repose sur la pureté et la force de cet ultime message tandis que nous vivons dans les heures du scellement des prémices. Si le message s’accompagne de théories populaires et de pensées fanatiques (doctrines malsaines), de chicaneries,

8

de commérages, de ragots, de médisance et de calomnie (mauvaises paroles), comme osez croire qu’il charmera son auditoire et attirera les cœurs vers Sion ? {9SC1-12: 8.2.7}

Comment un messager du Royaume pourrait-il dévoiler les faiblesses, les fautes, les petits défauts, les échecs et les péchés d’autrui ? Il ne saurait agir ainsi, s’il éprouve du Christ à l’égard des milliers de personnes qui sont dans Laodicée et les millions qui sont dans Babylone ; toutes ses âmes promises au jugement. Leur salut est en jeu, c’est pourquoi le messager s’engagera au près du Seigneur à ne parler que de son message merveilleux, vierge de toute idée et théorie de fabrication humaine. {9SC1-12: 9.1.1}

« Je suis peinée de dire qu’il y a parmi les membres de l’Eglise des langues indisciplinées. Il y a des langues menteuses qui se repaissent du mal. Il y a des langues sournoises qui chuchotent. Il y a du bavardage, des indiscrétions impertinentes et du persiflage adroit. Parmi les amateurs de cancans, certains sont poussés par la curiosité, d’autres par la jalousie, et beaucoup par la haine à l’égard de ceux par qui Dieu a parlé pour les reprendre. Tous ces éléments de discorde sont à l’œuvre. Certains cachent leurs sentiments réels, tandis que d’autres s’empressent de publier ce qu’ils savent — ou soupçonnent — de mal. {9SC1-12: 9.1.2}

J’ai vu que même l’esprit du parjure, qui change le vrai en faux, le bien en mal et l’innocence en crime, est maintenant à l’œuvre. Satan se réjouit de la condition de ceux qui prétendent être le peuple de Dieu. Alors que beaucoup négligent leurs propres âmes, ils attendent impatiemment une occasion de critiquer et de condamner les autres. Tous les hommes ont des défauts de caractère, et il n’est pas difficile de trouver en eux quelque chose que la jalousie puisse interpréter à leur désavantage. ‘Maintenant, disent ceux qui se sont érigés en juges à leur égard, nous avons des faits. Nous allons lancer sur ces hommes une accusation dont ils ne pourront se justifier.’ Ils attendent une occasion favorable, puis étalent leur fatras de commérages. {9SC1-12: 9.1.3}

Dans leurs efforts pour marquer un point, ceux qui ont naturellement une forte imagination risquent de se tromper et de tromper les autres. Ils collectionnent des expressions imprudentes sans penser qu’on peut avoir dit ces choses à la hâte et que, par conséquent, elles ne reflètent pas les sentiments réels de celui qui a parlé. Mais ces remarques non préméditées, souvent de si peu d’importance qu’elles peuvent passer inaperçues, on les regarde à travers la loupe de Satan, on les médite et on les répète jusqu’à ce que des taupinières deviennent des montagnes. Séparés de Dieu, ceux qui soupçonnent le mal deviennent les jouets de la tentation. C’est à peine s’ils connaissent la force de leurs sentiments ou l’effet de leurs paroles. Alors qu’ils condamnent les erreurs des autres, ils se laissent aller eux-mêmes à de plus grandes erreurs. ‘L’esprit de suite est un joyau.’ {9SC1-12: 9.1.4}

N’existe-t-il pas une loi de l’amabilité ? Dieu a-t-il autorisé les chrétiens à se critiquer et à se condamner réciproquement ? Est-il honorable, ou même honnête, de s’approprier, des lèvres d’un autre, a la faveur de l’amitié, des secrets qui lui ont été confiés, et d’employer la connaissance ainsi acquise, a son dommage ? Est-ce observer la charité chrétienne que de ramasser toutes les vagues rumeurs, d’aller déterrer tout ce qui jettera la suspicion sur quelqu’un et de prendre plaisir à s’en servir pour lui faire du tort ? Satan exulte quand il peut diffamer ou blesser un disciple du Christ. Il est ‘l’accusateur des frères’. Les chrétiens le seconderont-ils dans son travail ? {9SC1-12: 9.1.5}

Dieu, dont l’œil voit tout, note les défauts de tous et la passion dominante de chacun ; cependant, il supporte nos fautes et prend pitié de notre faiblesse. Il demande à son peuple de cultiver le même esprit de tendresse et de patience. De véritables chrétiens ne prendront pas plaisir à exposer les fautes et les manquements des autres. Ils se détourneront de la laideur et de la bassesse pour fixer leur esprit sur ce qui est beau et attrayant. Pour le chrétien, chaque acte de critique, chaque parole de censure ou de condamnation est pénible. {9SC1-12: 9.2.1}

*             *             *

Si, aujourd’hui, tous ceux qui se disent chrétiens, au lieu de parler des défauts des autres, s’examinaient pour voir ce qui, en eux-mêmes, a besoin d’être corrigé, l’état de l’Eglise serait meilleur. »–Testimonies, Vol. 5, pp. 94-96 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, pp. 21-23). {9SC1-12: 9.2.2}

« Que de cancans n’éviterions-nous pas si nous pensions que ceux qui rapportent les fautes des autres, publieront tout aussi aisément les nôtres a la première occasion. Nous devrions nous efforcer de dire du bien de tous nos semblables, particulièrement de nos frères en la foi, tant que nous ne sommes pas contraints par les faits à penser différemment. Nous ne devrions pas facilement ajouter foi à de méchants racontars, qui sont souvent le produit de l’envie, de l’incompréhension, de l’exagération ou d’une connaissance incomplète de ce qui s’est passé. Dès qu’on les tolère, la jalousie et la suspicion se répandent comme de la mauvaise graine. »–Idem, p. 58 (Idem, p. 19) {9SC1-12: 9.2.3}

« La langue qui se complaît dans le mal, la langue bavarde qui dit : ‘Raconte pour que je le répète’, est appelée par l’apôtre Jacques un feu infernal, répandant ses flammes de tous côtés. »–Idem, p. 57 (Idem, p. 19). Oui, c’est en effet « un feu ; c’est le monde de l’iniquité. La langue est placée parmi nos membres, souillant tout le corps, et enflammant le cours de la vie, étant elle-même enflammée par la géhenne. » Ja. 3 : 6. L’homme qui la contrôle, « est un homme parfait, capable de tenir son corps en bride. » Ja. 3 : 2. {9SC1-12: 9.2.4}

« J’ai vu quelle importance il y avait pour les prédicateurs à cultiver les bonnes manières, à éviter les bizarreries et les excentricités afin de présenter la vérité dans sa pureté et sa clarté. »–Testimonies, Vol. 1, p. 415 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 183). {9SC1-12: 9.2.5}

« J’ai vu combien il est nécessaire que les messagers veillent et sachent repousser tout fanatisme qui pourrait faire son apparition. Satan nous attaque de tous les côtés ; si nous ne veillons pas, si nous ne discernons pas ses pièges, si nous ne revêtons pas toute l’armure de Dieu, les dards enflammés du malin nous atteindront. Il y a de nombreuses vérités dans la Parole de Dieu, mais c’est de la ‘vérité présente’ que le troupeau a besoin aujourd’hui. J’ai vu le danger que couraient les messagers en se détournant de certains points importants de la vérité présente, pour insister sur des sujets qui n’ont pas pour but d’unir le troupeau et de sanctifier l’âme. Satan profitera de tous les avantages possibles pour faire du tort à la cause. »–Early Writings (Premiers Ecrits), p. 63. {9SC1-12: 9.2.6}

« ‘La saine doctrine’, c’est la vérité biblique, la vérité qui

9

encourage la piété et la consécration, en confirmant le peuple de Dieu dans sa foi. Elle a un sens profond pour celui qui la reçoit, mais plus encore pour celui qui l’enseigne, pour le ministre de la justice, car partout où l’Evangile est prêché, chaque ouvrier du Seigneur, quel que soit son rôle exact, est fidèle ou infidèle à la responsabilité qui lui incombe en tant que messager de l’Eternel. {9SC1-12: 9.2.7}

Un prédicateur qui est rempli de l’Esprit évitera de mettre l’accent sur des différences théoriques de moindre importance et consacrera son énergie à la proclamation des grandes vérités qu’il doit communiquer au monde. »–Gospel Workers, 311, 312, 313 (Le Ministère Evangélique, p. 305, 307). {9SC1-12: 10.1.1}

 « O, que nos frères et sœurs traitent la vérité à sa juste valeur ! Qu’ils puissent être sanctifiés par elle ! Qu’ils réalisent qu’il leur incombe tâche de transmettre cette vérité aux autres ! Qu’ils abandonnent définitivement les mauvaises paroles. »–Testimonies, Vol. 8, p. 151. {9SC1-12: 10.2.1}
« Les cœurs qui n’ont pas le Christ croient qu’ils peuvent déceler chez les autres des énormes défauts qui n’existent même pas. Ils s’attardent sur des choses minimes jusqu’à ce qu’elles paraissent énormes. »–Testimonies, Vol. 4, p. 610. {9SC1-12: 10.2.2}

—————-« L’HOMME PRUDENT VOIT LE MAL » —————-

Pr. 22 : 3.

            Avec l’expérience, les experts ont appris à faire le lien entre l’inexorable loi de l’inflation et la dépression. Ils savent qu’un volume anormal de devises en circulation augmente la demande en marchandises au de-là de ce que le marché peut fournir, ce qui fait grimper les prix. C’est le signe avant-coureur d’un désastre financier. {9SC1-12: 10.1.2}

            Les personnes averties savent également qu’une frénésie dépensière finit tôt ou tard dans un branle-bas de privations, de soucis et de regrets, où beaucoup perdent tout. C’est pourquoi, il faut anticiper et se préparer à une inévitable chute économique. En période d’inflation, l’homme averti renoncera à la pulsion de vivre dans le luxe et tandis que l’argent circule en abondance, il épargnera au lieu de dépenser. Il n’adoptera pas ces comportements dignes des formes de vie les plus simples à savoir, « festin un jour et famine le lendemain ; » il ne rejoindra pas ceux qui disent « mangeons, buvons et réjouissons-nous (dépensons notre argent au plus vite) car demain nous mourrons. » {9SC1-12: 10.1.3}

            Celui qui embarque dans la croisière du plaisir pour naviguer allègrement sur les flots du laisser-aller, sera assurément aspiré dans l’inextricable tourbillon de la mauvaise gestion financière. Il sera trop tard quand il se retrouvera victime de son manque total de prévoyance, de sa vanité pure et simple. Le mode de pensée d’un tel individu ne peut être comparé qu’à celui d’une inepte sangsue—cette petite créature aquatique stupide qui, par manque de vivacité, se laisse mourir de faim quand elle ne trouve rien de bon à quoi se fixer, et qui périt de gloutonnerie quand finalement quelque chose vient croiser sa route. Cette forme de prodigalité est l’une des pires car il est impossible pour de tels individus de revenir vers une quelconque « maison de mon père ». {9SC1-12: 10.1.4}

Si l’on considère le fait bien établi que l’histoire se répète, ce temps de guerre doit nécessairement être suivi d’une période de transition porteuse d’une inévitable dépression. Aujourd’hui, un dollar est facilement gagné ; et un dollar qu’on épargne aujourd’hui vaudra peut-être le double ou le triple après la guerre, quand l’argent se fera d’une rareté peut-être jamais connue jusqu’alors. C’est donc aujourd’hui qu’il nous faut dépenser le moins et épargner le plus. C’est aujourd’hui qu’il nous faut profiter de cette abondance et amasser pour les temps d’adversité qui approchent—ne consommons pas tout « selon notre désir ». {9SC1-12: 10.1.5}

Au-delà de toute dépense nécessaire et des prélèvements grandissants—Impôt sur le Revenu, Impôt sur la Victoire, Obligation de Guerre, Sécurité Sociale, dîmes et offrandes— chaque semaine, tout salarié avisé mettra de côté une certaine quantité d’argent sans regarder au nombre, et il ne laissera absolument rien le détourner de cette pratique, de même qu’il ne laissera rien entamer son épargne. Toutefois, ceci est très difficile à faire, imputant la tentation de dépenser et de faire de bonnes affaires aux hommes qui ont passé leur vie entière à chercher comment exploiter les économies des autres. C’est pourquoi l’Association a prévu des Certificats de Legs qui assureront à leurs titulaires un pécule pour les « jours de disette ». Ils assureront aussi contre les catastrophes financières pendant la vieillesse. {9SC1-12: 10.2.3}

Les inlassables abeilles amassent et gardent le miel pendant les mois d’été. Puis, quand l’hiver arrive, elles ont non seulement assez de miel pour traverser ces temps d’adversité, mais en ont aussi pour leur apiculteur. Les croyants de la vérité présente ne devraient pas être moins sages qu’une petite et insignifiante abeille ! Que le Certificat de Legs puisse vous rappeler que là où les mites ne peuvent entrer et les voleurs pénétrer, là est le lieu sûr où déposer votre trésor. {9SC1-12: 10.2.4}

Faire preuve aujourd’hui d’une telle prévoyance, aussi petite soit-elle, facilitera infiniment le travail de la Maison du père quand les temps d’adversité arriveront, car vous pourrez retirer de l’argent sur votre épargne avec votre Certificat. Il se peut, par la suite, que l’Association soit incapable d’aider tous les autres infortunés ; et ceux qui n’auront pas épargné en ces temps de prospérité apparente, pourront prochainement se trouver dans l’embarras. Bien sûr, seuls les détenteurs d’une Carte d’Adhésion peuvent investir dans un Certificat de Legs—participer à ce système d’épargne et de sécurité sociale à vocation divine. {9SC1-12: 10.2.5}

—————————–QUESTIONS ET REPONSES—————————–

A QUOI SERT LA SECONDE DIME ?

Question N° 262 :

Réponse :

                « Pour encourager l’assiduité au service divin comme pour secourir les pauvres, Dieu réclama des Israélites une seconde dîme de tous leurs revenus. Voici ce qu’il avait dit de la première dîme : ‘Quant aux enfants de Lévi, voici, je leur donne en héritage toutes les dîmes d’Israël.’ A l’égard de la deuxième, il avait ordonné : ‘Tu mangeras, en présence de l’Éternel, ton Dieu, dans le

10

lieu que l’Éternel aura choisi pour que son nom y soit invoqué, la dîme de ton blé, de ton vin nouveau, de ton huile, des premiers-nés de ton gros et de ton menu bétail, afin que tu apprennes à craindre toujours l’Éternel, ton Dieu.’ Deux années de suite, les Israélites devaient apporter au sanctuaire cette seconde dîme ou son équivalent en argent. Après avoir fait à Dieu une offrande d’actions de grâces et donné une portion déterminée au prêtre, l’offrant devait consommer le reste en agapes religieuses auxquelles il invitait l’étranger, l’orphelin et la veuve. Cette ordonnance permettait à l’Israélite, à l’époque des fêtes annuelles, non seulement d’offrir au Seigneur des dons reconnaissants, mais aussi d’inviter à des repas fraternels les prêtres et les Lévites qui, mis ainsi en contact avec le peuple, avaient l’occasion de l’encourager et de l’instruire dans le service divin. {9SC1-12: 10.1.6}

Chaque troisième année, en échange, cette deuxième dîme devait être utilisée pour recevoir sous son toit le Lévite et le pauvre. ‘Tu la donneras, ordonnait la loi, au Lévite et à l’étranger, à l’orphelin et à la veuve, afin qu’ils aient à manger dans tes villes et qu’ils soient rassasiés.’ Cette dîme constituait ainsi un fonds destiné à des buts charitables et hospitaliers. {9SC1-12: 11.1.1}

D’autres dispositions encore étaient prises pour les pauvres. Les droits de Dieu mis à part, ce qui frappe dans les lois données par Moïse, c’est l’esprit de libéralité, de compassion et d’hospitalité qui caractérise les recommandations relatives aux pauvres. Bien que Dieu eût promis à son peuple d’abondantes bénédictions, il n’avait jamais dit que la pauvreté y serait entièrement inconnue. Il y aurait toujours, dans le pays, des pauvres et des gens qui feraient appel à la sympathie et à la bienfaisance. Comme aujourd’hui, on était sujet au malheur, à la maladie et à des pertes matérielles. Mais aussi longtemps qu’Israël fut fidèle aux divins préceptes, on n’y vit jamais de mendiants, ni personne souffrant de la faim. {9SC1-12: 11.1.2}

La loi de Dieu donnait aux pauvres le droit à une certaine portion des produits du sol. Il était permis à chacun d’apaiser sa faim dans le verger ou dans la vigne de son voisin. C’est en vertu de cette tolérance que les disciples de Jésus avaient cueilli et mangé des épis un jour de sabbat. {9SC1-12: 11.1.3}

Tout ce qui restait dans les champs de blé, dans les vergers et dans les vignes, après la récolte, appartenait aux pauvres : ‘Quand tu feras la moisson dans ton champ, disait Moïse, si tu as oublié une poignée d’épis dans le champ, tu ne retourneras point pour la prendre. …Quand tu auras secoué tes oliviers, tu ne reviendras pas pour passer en revue chaque branche. …Quand tu vendangeras ta vigne, tu ne cueilleras pas les grappes qui y sont restées ; elles seront pour l’étranger, pour l’orphelin et pour la veuve. Tu te souviendras que tu as été esclave dans le pays d’Égypte.’ {9SC1-12: 11.1.4}

Il était tout particulièrement pourvu au soin des pauvres durant la septième année. L’année sabbatique, comme on l’appelait, commençait à la fin de la moisson. Au temps des semailles, qui suivaient immédiatement la moisson, il ne fallait rien semer ; la vigne, au printemps, ne devait pas être cultivée. Cette année-là, on ne comptait ni sur une moisson ni sur une vendange. On pouvait manger ce que le sol produisait spontanément, mais il était interdit de rien emmagasiner. Les fruits de la terre étaient mis à la libre disposition des étrangers, des orphelins et des veuves comme aussi des animaux des champs. {9SC1-12: 11.1.5}

On se demandera comment le peuple pouvait vivre durant la septième année, puisque la terre ne produisait que juste de quoi subvenir aux besoins de ses habitants. Dieu y avait pourvu par cette promesse : ‘Je vous enverrai ma bénédiction la sixième année, et elle donnera une récolte pour trois ans. Vous sèmerez la huitième année, et vous mangerez de l’ancienne récolte ; jusqu’à la neuvième année, jusqu’à ce que sa récolte soit venue, vous mangerez de l’ancienne.’ »–Patriarchs and Prophets, pp. 530-531 (Patriarches et Prophètes, pp. 517-519). {9SC1-12: 11.2.1}

Ainsi, la seconde dîme qui relève plus d’un don volontaire, est tout autant importante ; c’est une directive divine destinée à contribuer au bien-être du donateur. Aujourd’hui, la seconde dîme constitue nos offrandes générales. Autrefois, elle servait au fonctionnement de l’Académie et pour le remboursement de ses emprunts. Mais aujourd’hui, avec l’expansion de l’Association, le volume de la seconde dîme augmente également. {9SC1-12: 11.2.2}

Elle couvre premièrement le pôle éducatif sachant que la première dîme ne peut être employée à ces fins. Ensuite, elle suppléer aux besoins des authentiques nécessiteux. En définitive, elle représente la seule et véritable assurance mutuelle de tous les croyants de la Vérité Présente aptes à détenir une Carte d’Adhésion. {9SC1-12: 11.2.3}

Il est donc impératif que tous les croyants de la Vérité Présente se munissent d’une Carte d’Adhésion et il est encore plus impératif que tous les membres rendent leur première et seconde dîme, autrement le découragement se répandrait et certains croyants seraient vus dans des parasites mortels. {9SC1-12: 11.2.4}

 C’est pourquoi, seuls les croyants à part entière et ceux qui mettent joyeusement en pratique la Parole de Dieu se verront délivrer des Cartes par l’Association. {9SC1-12: 11.2.5}

Il pèse sur la dénomination une lourde condamnation car elle n’a pas été capable de prendre soin de ses membres. En tant que réformateurs et porteurs du message, prenons garde ne pas reproduire cet exemple. Nous avons l’honneur de rebâtir sur d’anciennes ruines, de relever d’antiques décombres et de renouveler les villes ravagées, dévastées depuis longtemps (Es. 61 : 4) ; faisons donc travailler chaque muscle et étirons chaque nerf afin de respecter les demandes de l’Eternel. Soyons particulièrement fidèle dans ce domaine car il en va de notre bien-être à la fois matériel et spirituel. C’est le plan économique infaillible, composante du programme transmis par Dieu à Moïse sur le Mont Sinaï et si longtemps négligé et dissimilé. C’est l’un des « institutions divines » (Prophets and Kings, p. 678 ; Prophètes et Rois, p. 515) qui doivent être restaurées par le peuple « avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. » {9SC1-12: 11.2.6}

Posons-nous donc avec honnêteté et intelligence

11

les questions suivantes : Si nous adhérons aux œuvres de charités du monde, ou souscrivons à ses contrats d’assurances, comment les croyants de la Vérité Présente pourront-ils être les piliers de l’église et ensuite du monde ? Le Seigneur a-t-il missionné l’église ou le monde pour prendre soin de Son peuple choisi ? Si les libérateurs que nous sommes ne peuvent suppléer aux besoins des autres dans le monde, le moins que l’on puisse faire c’est prendre soin des nôtres. {9SC1-12: 11.2.7}

« Tel, qui donne libéralement, devient plus riche ; et tel, qui épargne à l’excès, ne fait que s’appauvrir. L’âme bienfaisante sera rassasiée, et celui qui arrose sera lui-même arrosé. » Pr. 11 : 24, 25. {9SC1-12: 12.1.1}

« A cause du froid, le paresseux ne laboure pas ; à la moisson, il voudrait récolter, mais il n’y a rien. » Pr. 20 : 4. {9SC1-12: 12.1.2}

« Si tu obéis à la voix de l’Eternel, ton Dieu, en observant et en mettant en pratique tous ses commandements que je te prescris aujourd’hui, l’Eternel, ton Dieu, te donnera la supériorité sur toutes les nations de la terre. Voici toutes les bénédictions qui répandront sur toi et qui seront ton partage, lorsque tu obéiras à la voix de l’Eternel, ton Dieu : Tu seras béni dans la ville, et tu seras béni dans les champs. Le fruit de tes entrailles, le fruit de ton sol, le fruit de tes troupeaux, les portées de ton gros et de ton menu bétail, toutes ces choses seront bénies. Ta corbeille et ta huche seront bénies. Tu seras béni à ton arrivée, et tu seras béni à ton départ. {9SC1-12: 12.1.3}

L’Eternel te donnera la victoire sur tes ennemis qui s’élèveront contre toi ; ils sortiront contre toi par un seul chemin, et ils s’enfuiront devant toi par sept chemins. L’Eternel ordonnera à la bénédiction d’être avec toi dans tes greniers et dans toutes tes entreprises. Il te bénira dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne. Tu seras pour l’Eternel un peuple saint, comme il te l’a juré, lorsque tu observeras les commandements de l’Eternel, ton Dieu, et que tu marcheras dans ses voies. Tous les peuples verront que tu es appelé du nom de l’Eternel, et ils te craindront. L’Eternel te comblera de biens, en multipliant le fruit de tes entrailles, le fruit de tes troupeaux et le fruit de ton sol, dans le pays que l’Eternel a juré à tes pères de te donner. L’Eternel t’ouvrira son bon trésor, le ciel, pour envoyer à ton pays la pluie en son temps et pour bénir tout le travail de tes mains ; tu prêteras à beaucoup de nations, et tu n’emprunteras point.  L’Eternel fera de toi la tête et non la queue, tu seras toujours en haut et tu ne seras mais en bas, lorsque tu obéiras aux commandements de l’Eternel, ton Dieu, que je te prescris aujourd’hui, lorsque tu les observeras et les mettras en pratique. » De. 28 : 1-13. {9SC1-12: 12.1.4}

COMMENT ETRE ADMIS A L’INSTITUT ?

Question N° 263 :

            Quelles sont les modalités d’admission ? Quelle part des frais de scolarité du Mont Carmel est couverte par la seconde dîme et quel en est le coût ? {9SC1-12: 12.1.5}

Réponse :

            Seuls les détenteurs d’une Carte d’Adhésion peuvent prétendre à intégrer l’Institut Davidico-Lévitique. Le candidat s’engagera à verser à la Banque de Palestine des frais d’Inscription d’un montant de 30,00$. Ces frais seront une avance pour le paiement de sa chambre, son couvert et sa lessive pour les deux premiers mois de son séjour. Si le candidat s’adapte vite à la phase manuelle de sa formation et gagne le montant de ces frais, ils seront crédités sur ses comptes. {9SC1-12: 12.2.1}

            L’étudiant est tenu de verser le montant des frais de transports jusqu’à son domicile dans le cas où il le programme scolaire ne lui correspondrait pas ou pour toute autre raison le poussant à quitter le Mont Carmel. C’est une mesure de protection pour lui et l’Institution, lui permettant de ne pas se retrouver dehors sans le nécessaire pour rentrer chez lui. Par ailleurs, l’étudiant est tenu d’apporter son propre lit (une place), sommier, matelas et linge de lit. {9SC1-12: 12.2.2}

            La seconde dîme prend en charge les frais de scolarité, l’achat des livres et des autres fournitures et le salaire contrepartie de la formation manuelle (c’est-à-dire, au de-là de ce que le département concerné peut payer, la partie qui n’est pas considérée comme un salaire). En d’autres termes, dès son arrivée au Mont Carmel, l’étudiant ne paye pas davantage que ce qu’il paierait chez lui à savoir, la chambre, le couvert, la lessive et les vêtements. {9SC1-12: 12.2.3}

DOIT-ON S’INSCRIRE AU SERVICE MILITAIRE AVANT OU APRES NOTRE L’ADMISSION AU CARMEL ?

Question N° 264 :

            Un Davidien projetant d’intégrer l’Institut Davidico-Lévitique et qui approche l’âge du Service Militaire, devrait-il attendre d’avoir intégré l’Institut pour se déclarer apte au Service Militaire ou devrait-il s’inscrire à l’Institut d’abord et ensuite s’inscrire au Centre du Mont Carmel ? {9SC1-12: 12.2.4}

Réponse :

            Tout Davidien ayant été appelé par Dieu à étudier pour le Ministère à l’Institut Davidico-Lévitique, au Centre du Mont Carmel, mais qui approche l’âge du Service Militaire, devrait intégrer l’Institut tandis qu’il s’inscrit au Centre du Mont Carmel. {9SC1-12: 12.2.5}

            Toutefois, s’il s’est déjà présenté au Service Militaire mais projette d’intégrer immédiatement l’Institut, qu’il ait ou non déposé son formulaire d’inscription au service d’admission, il devrait demander qu’on le transfert au Compté de McLennan, Texas, bureau N°4. {9SC1-12: 12.2.6}

            En effet, à son arrivée Mont Carmel, le temps lui manquera pour effectuer les démarches nécessaires qui alors devront se faire par procuration, occasionnant des problèmes à supposer qu’elles aboutissent. {9SC1-12: 12.2.7}

            De plus, si cette procédure n’est pas respectée, il y a peu de chance d’obtenir auprès des services d’incorporation des sursis Ministériels. {9SC1-12: 12.2.8}

12

A-T-ON BESOIN D’UNE HUILE ADDITIONNELLE ?

Question N°265 :

            Quelques part dans ses écrit, m’a-t-on dit, sœur White a déclaré : « Nous possédons toute la lumière nécessaire jusqu’au retour de Jésus. » Pouvez-vous me donner la référence ? {9SC1-12: 13.1.1}

Réponse :

            Une telle déclaration nous est inconnue. De plus, ce genre de déclaration serait contraire à tout ce que sœur White a écrit sur le sujet comme en témoignent d’emblée deux de ses nombreux écrits sur la question : {9SC1-12: 13.1.2}

            « L’on me demanda, ‘Croyez-vous que le Seigneur ait d’autres lumières à envoyer à son peuple’ Je répondis qu’Il possède des lumières qu’on ignore encore, mais qu’il existe toutefois, d’anciennes lumières qui doivent encore émaner de la Parole de vérité. Seuls nous parviennent les scintillements des rayons de lumières qui nous sont promis. Nous n’exploitons pas à son maximum la lumière que l’Eternel nous a déjà envoyé, c’est pourquoi nous ne sommes pas dignes de recevoir les autres lumières : nous ne marchons pas à la lumière qui a déjà brillé sur nous. »–Review and Herald, 3 Juin, 1890. {9SC1-12: 13.1.3}

            « Nous devrions tous savoir ce qui est enseigné parmi nous, car si c’est la vérité, nous en avons besoin…. Quel que soit l’homme par qui la lumière nous vient, nous devons ouvrir nos cœurs pour la recevoir avec l’humilité du Christ…. Oh ! Puissions-nous agir comme des hommes qui désirent vraiment la lumière ! Le Seigneur nous envoie sa lumière pour que nous manifestions de quel esprit nous sommes animés. Nous ne devons pas nous tromper nous-mêmes. Nous ne devons pas penser un seul instant que nous ne puissions recevoir plus de lumière, plus de vérité. »–Gospel Workers, pp. 301, 302, 310 (Le Ministère Evangélique, pp. 294, 295, 304). {9SC1-12: 13.1.4}

            Manifestement, il n’est pas même suggéré dans les écrits de sœur White que l’on possède, une bonne fois pour toute, toute la Vérité nécessaire. Toutefois, la Bible relate en au moins deux occasions l’histoire d’un peuple qui croit à tort n’avoir plus besoin de rien : (1) les cinq vierges folles qui croient avoir assez d’huile dans leur lampe pour les mener jusqu’au Royaume, mais qui se trompent ne parviennent pas au but (Voir Matthieu 25 : 1-13) ; (2) les Laodicéens qui croient qu’ils n’ont besoin de rien, alors que le Seigneur déclare qu’ils ont besoin de tout, et qui se condamnent à être vomis de Sa bouche. Voir Apocalypse 3 : 14-18. {9SC1-12: 13.1.5}

            Celui qui croit que sœur White a affirmé, « Nous possédons toute la lumière nécessaire jusqu’au retour de Jésus, » fait vraisemblablement parti des cinq vierges folles ou des Laodicéens. {9SC1-12: 13.1.6}

Question N°266 :

            Early Writings (Premiers Ecrits), p. 15, parle de l’annonce du jour et de l’heure du retour de Jésus par Dieu et de l’effusion de l’Esprit Saint sur les saints. Ces événements n’ont-ils pas tous lieux pendant les sept dernières plaies, peu avant la seconde venue ? Si c’est le cas, cela ne montre-t-il pas que la « pluie de l’arrière-saison » doit tomber sur le peuple de Dieu après la fin du temps de grâce ? {9SC1-12: 13.1.7}

Réponse :

            Effectivement, d’après ce passage nous comprenons que vers la fin des sept dernières plaies, Dieu annoncera le jour et l’heure de la venue de Jésus, et Il déversera Son Esprit sur Ses saints. Par contre, cette effusion n’est pas la pluie de vérité de « l’arrière » ni de la « première-saison », ni même la puissance prophétisée dans Joël 2 : 23, 28 (comme nous l’explique la Question 266). C’est plutôt la manifestation ultime de l’Esprit de Dieu, non dans le but de nous révéler d’autres Vérités Evangéliques, ni nous permettre de les proclamer en puissance, mais plutôt pour nous baptiser afin de nous rendre aptes à voir Jésus face à face, « tel qu’Il est. » (Voir Joël 2 : 24 et Early Writings [Premiers Ecrits], pp. 85, 277-279.) {9SC1-12: 13.1.8}

LA PLUIE DE LA PREMIERE-SAISON EST-ELLE LA PUISSANCE PENTECOTISTE ?

Question N°267 :

            La Verge déclare que la pluie de la première-saison correspond à l’Esprit de Prophétie, et que la pluie de l’arrière-saison est le message pré-pentecôtiste qui s’ensuit ou « l’enseignant de justice » que l’église reçoit actuellement, la puissance Pentecôtiste étant, elle, autre chose. Pourtant, The Desire of Ages (Jésus-Christ) déclare que la « pluie » de la première-saison correspond à « l’effusion de l’Esprit aux temps Apostoliques, » et la que « pluie de l’arrière-saison », l’effusion Pentecôtiste même, intervient à la fin des temps. Que doit-on croire ? {9SC1-12: 13.2.1}

Réponse :

Ces deux livres tentent de dire ce que la Bible dit, et pour les harmoniser, nous devons étudier à nouveau le sujet directement à partir de la Bible, particulièrement à partir de la prophétie de Joël : « Et vous, fils de Sion, égayez-vous et réjouissez-vous en l’Éternel, votre Dieu ; car il vous donne la première pluie dans sa mesure, et fait descendre sur vous la première pluie et la dernière pluie, au commencement [de la saison]. » Joël 2 : 23. (Darby) {9SC1-12: 13.2.2}

Il est important de remarquer que la prophétie de Joël a un double accomplissement. Bien qu’il soit dit à ceux à qui il est promis la pluie de l’arrière-saison, qu’ils ont déjà reçu la pluie de la première-saison, lorsque la pluie de l’arrière-saison tombe sur eux, elle apporte aussi la pluie de première-saison, deux pluies qui tombent au commencement de la saison. Le commentaire en marge désigne la pluie comme étant un Enseignant de justice. Si la pluie de la première-saison se renouvelle et tombe avec la pluie de l’arrière-saison dans le même mois, alors il apparaît clairement que la pluie de la première-saison à l’époque apostolique est celle dont parle Desire of Ages (Jésus-Christ), et que la pluie de la première-saison qui tombe le même mois que la pluie de l’arrière-saison est celle dont parle la Verge du Berger. {9SC1-12: 13.2.3}

Dans la nature, la pluie de la première-saison fait germer et pousser les graines et la pluie de l’arrière-saison permet à la pousse de croître complétement. Donc sur le plan spirituel, « la pluie de la première saison » doit se référer à un message divin envoyé pour faire germer la graine spirituelle, et la « pluie de l’arrière-saison » est un second message envoyé pour faire murir la graine en vue de la moisson spirituelle. En amenant ainsi le destinataire à une complète maturité de justice, cette pluie est comme l’appelle Joël, « un enseignant de justice » (Joël 2 : 23, le commentaire). Par conséquent, dans l’application globale, « la pluie de l’arrière-saison » de notre époque est non seulement l’effusion de la première Vérité pré-pentecôtiste, les enseignements du

13

Christ à Son époque, le type, mais aussi l’effusion initiale de la dernière vérité pré-pentecôtiste à notre époque, l’antitype. Il doit y avoir premièrement la révélation de la vérité Pentecôtiste avant que ne puisse être donnée la puissance Pentecôtiste pour la proclamer : « Après cela [après la pluie de la première et l’arrière-saison] », dit l’Omniscient, «  je répandrai mon esprit sur toute chair ». Joël 2 : 28. {9SC1-12: 13.2.4}

En conséquence, ces deux manifestations de l’Esprit Saint semblent être indissociables. La première manifestation fait croître un peuple en le conduisant dans la justice ; et la seconde fait pleinement murir le peuple, et le revêt de puissance pour proclamer la vérité avec justice. Par conséquent, dans la première phase de l’œuvre, il est donné « un enseignant de justice » qui forme une armée d’apprentis enseignants de justice afin qu’ils accomplissent l’œuvre de la seconde phase. {9SC1-12: 14.1.1}

Puisqu’il a dut y avoir la révélation d’une vérité à l’époque apostolique, à l’époque de la sœur White, et à notre époque, The Desire of Ages (Jésus-Christ) ne se trompe pas en disant, qu’en ce temps-là (lorsque cela fut écrit), la pluie de la première saison était la « pluie » de la vérité à l’époque apostolique. Or, puisqu’aujourd’hui, la pluie de la première saison est non seulement la vérité de l’époque apostolique mais aussi la vérité de l’époque de sœur White, la Verge ne se trompe pas en disant que ses écrits sont « la pluie de la première saison » aujourd’hui, et que la pluie de l’arrière-saison, comme le montre Joël, s’applique directement au dernier message—le message d’aujourd’hui (Joël 2 : 23). Ainsi, seules (la pluie de la première-saison étant les écrits de sœur White, et celle de « l’arrière-saison » {1 Ans, p. 87} la Verge) les pluies de la première et de l’arrière-saison peuvent tomber au même moment, comme l’exige Joël 2 : 23. Et la puissance de l’Esprit, subséquente aux pluies de la première et l’arrière-saison, est par conséquent un événement futur. {9SC1-12: 14.1.2}

QUARANTE ANS SANS REFAIRE LE PLEIN ?

Question N° 268 :

            Comment se peut-il qu’aucune vérité progressive n’ait été donnée à l’église pendant quarante années, de 1890 à 1930, alors que de nombreux écrits de sœur White ont été publiés entre 1890 et 1915 ? {9SC1-12: 14.1.3}

Réponse :

            Bien que de nombreux manuscrits aient été publiés pendant cette période, en y regardant bien, l’on verra que si de nouvelles révélations de vérité Biblique, de « nourriture au temps convenable, » ont été publiées à cette période, elles ont toutefois été révélées avant 1890. {9SC1-12: 14.1.4}

            La plupart des témoignages, notamment les Témoignages pour l’Eglise, ont été donnés pendant cette période, non pas pour révéler des vérités Bibliques, mais pour conseiller, avertir, réprimander, et conduire dans la justice. Le but était d’empêcher que les Laodicéens ne soient vomis. Tous ses autres écrits sont demeurés, prophétiquement parlant, un mystère jusqu’à l’expiration des quarante ans et à l’arrivée de La Verge du Berger. {9SC1-12: 14.1.5}

            Dépourvu d’huile pendant si longtemps, la vase de l’église avait besoin d’être rempli avec de l’huile fraîche afin que la lumière de sa lampe puisse illuminer son chemin jusqu’au Royaume, autrement elle se serait perdu. {9SC1-12: 14.1.6}

LA ROYAUME DE DIEU DANS LE CŒUR, OU SUR LA TERRE ?

Question N° 269 :

            Si Jésus déclare, « le royaume de Dieu est milieu » de nous (Luc 17 : 21), comment donc pourrait-il être un royaume terrestre ? {9SC1-12: 14.2.1}

Réponse :

            Si par cette déclaration nous devons comprendre qu’il ne doit y avoir aucun royaume de Dieu sur terre, alors, selon le même raisonnement, il ne doit pas non plus y avoir de royaume dans le ciel. En l’absence de royaume terrestre et céleste, il n’y a plus d’espoir. Mais, comme toujours, qui veut trop prouver, ne prouve rien du tout. Tenir un tel raisonnement revient à dire qu’il ne doit y avoir ni royaume terrestre ni royaume céleste, mais seulement un royaume spirituel dans le cœur, ce qui relève de l’absurdité. C’est tout à fait conforme aux plans du Diable qui aimerait désespérément renverser la vérité du Royaume, oblitérant le Royaume lui-même. Mais Dieu merci, la Parole nous assure qu’il est promis à l’échec. {9SC1-12: 14.2.2}

            Ainsi, avant l’établissement du Royaume de Dieu sur la terre, le Royaume doit s’établir spirituellement en nous si nous voulons être dignes d’en faire partie sur « terre, comme au ciel. » {9SC1-12: 14.2.3}

            Le royaume spirituel de Dieu réside par conséquent en celui qui accepte ses règles avant que ne s’établisse le Royaume de manière physique. Le royaume de Dieu « au milieu » correspond à la vie spirituelle ; c’est la condition pour hériter du véritable Royaume de Dieu. {9SC1-12: 14.2.4}

LE BANQUET DES NOCES DE L’AGNEAU A LIEU AU CIEL OU SUR TERRE ?

Question N° 270 :

            Quel est le banquet cité dans Christ’s Object Lessons, p. 307 (Les Paraboles de Jésus, p. 267) et The Great Controversy, p. 426 (La Tragédie des Siècles, p. 462) ? Dans l’un, il est parlé « d’union de la divinité avec l’humanité ; » dans l’autre, c’est « Jésus qui entre en possession du royaume. » A nouveau, il est dit que le mariage « a lieu dans le ciel, tandis que les croyants sont sur la terre, » attendant « que leur Maître revienne des noces.» De nouveau, les paroles, « Voici l’époux, » font référence à Dieu, lorsqu’il arrive du jugement investigatif et entre dans Son « temple. »  Pourriez-vous clarifier ce sujet compliqué ? {9SC1-12: 14.2.5}

Réponse :

            Rappelons-nous que ces figures de style et bien d’autres, ne sont que des illustrations de vérités et non des vérités en elles-mêmes. Par exemple, l’établissement du Royaume est illustré, dans un cas, par la « moisson ; » les sujets du Royaume sont illustrés par le « grain ; » et le Royaume lui-même est illustré par le « grenier. » Mt. 13 : 30. Dans un autre cas, l’établissement du Royaume et la séparation des pécheurs et des saints sont illustrés par les anges qui tirent « le filet », puis s’asseyent sur le rivage, mettent dans des « vases » ce qui est bon et jettent

14

ce qui est mauvais (Mt. 13 : 48). Dans ce cas-ci, les sujets du Royaume sont représentés par des bons poissons et le Royaume lui-même est représenté par des « vases. » {9SC1-12: 14.2.6}

            Par conséquent, s’il est vrai que les noces avec Christ sont une « union de la divinité avec l’humanité, » il est aussi vrai que c’est « Jésus qui entre en possession du royaume, » car l’humanité, c’est le Royaume. Ainsi, le mariage équivaut au couronnement ; le Royaume c’est la ville ou l’épouse ; et les invités sont les saints ou les sujets du Royaume. Lorsque Christ prend donc possession de Son Royaume, Il unit, de fait, le divin à l’humain. {9SC1-12: 15.1.1}

            L’entrée en possession du royaume se déroule au ciel tandis que les saints sont sur la terre, comme nous le décrit Daniel : « Je regardai pendant mes visions nocturnes, et voici, sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme ; il s’avança vers l’ancien des jours, et on le fit approcher de lui. On lui donna la domination, la gloire et le règne ; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit. » Da. 7 : 13, 14. {9SC1-12: 15.1.2}

            Parlant du même événement, Jésus déclara : « Un homme de haute naissance s’en alla dans un pays lointain, pour se faire investir de l’autorité royale, et revenir ensuite. » Luc 19 : 12. Notez qu’il entre possession du Royaume (reçoit la domination) lorsqu’Il est loin et non à Son retour. (Voir The Great Controversy, pp. 426, 427 ; La Tragédie des Siècles, pp. 462, 463). {9SC1-12: 15.1.3}

            Ainsi, le mariage correspond au couronnement de Christ qui se déroule dans le temple céleste lorsque tous Ses sujets sur terre sont fins prêts, alors que l’œuvre touche à son terme et que la grâce prend fin. Ce mariage à évidemment lieu avant qu’Il ne « prenne » les saints avec Lui (Jean 14 : 3) et qu’ils n’aillent à sa rencontre « dans les airs. » 1 Th. 4 : 16, 17. Est dressé par la suite, le « banquet. » {9SC1-12: 15.1.4}

            Donc, bien que les noces se déroulent au ciel, les saints sur terre sont les futurs invités du banquet céleste. Après la cérémonie, Jésus descend chercher les invités, afin que là où Il soit, ils y soient aussi. (Jean 14 : 1-3). Là, ils prendront part au « festin des noces de l’Agneau. »–The Great Controversy, p. 427 (La Tragédie des Siècle, p. 463); Ap. 19 : 9. Ici, les saints sont les invités, et la Sainte Cité est « l’épouse. » Ap. 21 : 9, 10. Et à nouveau, peu avant les noces, alors que les saints sont sur la terre, leur justice est considérée comme le « fin lin » de l’épouse (la cité). Ap. 19 : 8. {9SC1-12: 15.1.5}

            Les leçons que renferment ces diverses illustrations sont autant de précieux joyaux de vérités pour ceux qui y croient. {9SC1-12: 15.1.6}

QUAND COMMENCE LE TEMPS DE LA FIN ?

Question N° 271 :

            Quand commence « le temps de la fin » lorsque le livre de Daniel est ouvert ? {9SC1-12: 15.1.7}

Réponse :

            L’ange qui entretenait Daniel déclara que le livre serait fermé jusqu’au temps de la fin. Donc le livre doit être ouvert non pas avant ni après mais au temps de la fin. {9SC1-12: 15.1.8}

                Ce temps est marqué par une augmentation de la connaissance car les hommes « liront » le livre. Da. 12 : 4, 9. Une large partie du livre est aujourd’hui comprise. Nous sommes à l’âge de l’automobile, l’âge de l’accroissement des connaissances où les hommes courent çà et là (Darby). Ainsi, il paraît évident que nous vivons à l’époque de  « la fin des temps. » {9SC1-12: 15.2.1}

                Daniel 11 : 40 dit clairement « qu’au » et non « pendant » le temps de la fin, le Roi du Nord remporterait la guerre contre le Roi du Sud. En conséquence, « le temps de la fin » a dû commencer à la fin du dix-huitième siècle et au début du dix-neuvième siècle, avec les victoires du Roi du Nord. (Voir la carte dans notre Tract N° 12, Le Monde Hier, Aujourd’hui, et Demain, p. 97.) {9SC1-12: 15.2.2}

QUI SE REFUGIE DANS LES MONTAGNES ?

Question N° 272 :

            Si pendant le Grand Cri, le peuple de Dieu se trouve dans le Royaume, comment, alors, peut-il être jeté en prison ou fuir vers les montagnes comme l’affirme l’Esprit de Prophétie (The Great Controversy, p. 626 ; La Tragédie des Siècles, p. 678) ? {9SC1-12: 15.2.3}

Réponse :

            Lorsque l’on comprend que les 144 000 sont les prémices, les précurseurs, l’avant-garde d’une grande foule de seconds fruits, toute devient immédiatement clair. Les prémices se tiennent, en sécurité, debout sur le Mont Sion (dans le Royaume) avec l’Agneau. Par contre, ceux qui trouveront refuge dans les montagnes et qui seront jetés en prison, ne peuvent que faire partie des seconds fruits, ceux qui accepteront le message pendant le Grand Cri mais n’auront pas encore regagné le Royaume. (Voir notre Tract N° 12, « Le Monde Hier, Aujourd’hui, et Demain, » pp. 45-49). {9SC1-12: 15.2.4}

SEULE UNE PARTIE N’EST PAS FOULEE ?

Question N° 273 :

            Il est déclaré dans le Tract N° 9, Voici, Je Fais Toutes Choses Nouvelles (édition de 1942), p. 38 : « L’étendue de terre foulées par les méchants… sera purifiée par le feu ‘du ciel’. » L’on nous a enseigné que lors de la seconde résurrection, les méchants sortiraient de leur tombe partout sur la terre. Si c’est le cas, comment est-il possible qu’ils en foulent seulement une partie ? {9SC1-12: 15.2.5}

Réponse :

            L’étendue de terre non foulée ni souillée par les méchants est celle où se trouvera la Sainte Cité. {9SC1-12: 15.2.6}

C’EST BIEN « LUI, » OU DEVONS-NOUS CHERCHER QUELQU’UN D’AUTRE ?

Question N° 274 :

            Selon le Tract N° 14, « le destructeur » est Hitler. Comment est-ce possible, sachant qu’il a subi pendant un temps de larges pertes et que les alliés sont en train de gagner la guerre ? {9SC1-12: 15.2.7}

15

Réponse :

                Le ne donne pas avec certitude l’identité du « destructeur, » c’est pourquoi les théories qu’on pourrait formuler en examinant le contenu du tract ne seront que déductions provisoires. {9SC1-12: 16.1.1}

                Au regard des scènes qui se jouent dans cette Europe en guerre, il semblerait effectivement que Hitler soit condamné. Mais en dépit des apparences, selon la prophétie de Nahum, il s’agit bien d’Hitler si l’on suit la logique, même s’il est possible qu’une nouvelle personne entre en scène. Si dans cette guerre, la prophétie ne s’accomplit pas entièrement, ce sera parce que les saints n’auront pas tous été scellés et que l’œuvre du message aura été inachevée avec un peuple non préparé à se tenir debout auprès de l’Agneau sur le Mont Sion. {9SC1-12: 16.1.2}

            Nous ignorons l’issue de cette guerre et l’identité du « destructeur, » par contre nous sommes certains que lorsque « l’Assyrie » tombera, l’Eternel libérera Son peuple non seulement des pécheurs en son sein mais aussi de la domination des nations sous laquelle il se trouve aujourd’hui. {9SC1-12: 16.1.3}

            Cher lecteur, la Sainte Voix de la prophétie vous déclare personnellement ceci : « Je briserai maintenant son [celui de l’Assyrie] joug de dessus toi, et je romprai tes liens…. Voici sur les montagnes les pieds du messager qui annonce la paix !…. Car le méchant ne passera plus au milieu de toi, il est entièrement exterminé. » Na. 1 : 13, 15. {9SC1-12: 16.1.4}

            Etes-vous prêts et aiderez-vous les autres à se préparer ? {9SC1-12: 16.1.5}

COMMENT BIEN EDUQUER SES ENFANTS ?

Question N° 275 :

            Comment aider au mieux les enfants âgés de deux à douze ans ? Comment occuper leur temps ? {9SC1-12: 16.1.6}

Réponse :

            Aujourd’hui, dans cette ère Laodicéenne, la plupart des enfants grandissent, à certains égards, comme des mauvaises herbes au lieu d’être éduquer comme des êtres humains. Dès lors, l’occupation de leur temps devient effectivement une question très pertinente. {9SC1-12: 16.1.7}

            Tout parent admet dès le départ qu’il est important d’éduquer les enfants consciencieusement, intelligemment et courageusement pour qu’ils assument les devoirs et les problèmes de la vie, faute de quoi, ils deviendront des parasites ou des cas sociaux, de véritables inadaptés. Toutefois, de nombreux parents laissent leurs enfants dériver, les livrant à eux-mêmes sans avoir été préparés et inconscients des multiples challenges de cette vie. A l’âge adulte, ces derniers voient la vie comme une corvée ennuyeuse au lieu d’y trouver une joie formidable ; ils échouent dans toutes leurs entreprises, dans tous les domaines. Leurs maisons sont négligées et insalubres, invivables, et en retour, leurs familles souffrent de dépression, sont bonnes à rien et ne s’intègrent pas dans la société. {9SC1-12: 16.1.8}

            Les enfants livrés à eux-mêmes, gaspillant leur temps à volonté, sont comme des sauterelles. S’amusant, chantant et bronzant au soleil tout l’été, ne s’inquiétant pas de l’arrivée de l’hiver devant lequel l’herbe verte disparaît des champs, la sauterelle a gaspillé son temps et se retrouve affamée, grelotant au milieu des champs. La fourmi qui, elle, a travaillé tout l’été, a largement de quoi manger et dispose d’un endroit chaud pour passer l’hiver. Le manque de jugement et l’amour aveugle sont les seules raisons qui laisseront des enfants grandir seuls à la manière des sauterelles. Ils ne sauront pas qu’il est sage de travailler pendant six jours afin de mériter un repos le septième jour. Les parents qui laissent leurs enfants gaspiller leur temps, leur tendent, de fait, des pièges mortels ; ils ne sont pas préparés pour cette vie et la vie à venir. {9SC1-12: 16.1.9}

            Parmi les nombreuses activités utiles et édifiantes destinées aux enfants, se trouve les diverses corvées ménagères telles que le lavage des fenêtres, le balayage, le dépoussiérage, le rangement des lits, la vaisselle, le lavage des sols et boiseries, la confection de gâteaux, la cuisine et la confection d’accessoires simples, vêtements ou fourniture. {9SC1-12: 16.2.1}

            Il y a également les activités d’extérieures telles que l’entretien paysager, l’aviculture, le jardinage, etc. ; autant d’activités qui se comptent parmi d’autres activités pratiquent telles que le commerce et la mise en place de projets commerciaux. {9SC1-12: 16.2.2}

            Et par-dessus tout, la lecture et la mémorisation de la Bible et de l’Esprit de Prophétie devraient être particulièrement pratiqué en tant que loisir premier. {9SC1-12: 16.2.3 }

            Afin d’acquérir des personnalités et des caractères pleinement équilibrés et intégrés, les enfants devraient correctement développer leurs facultés physiques, mentales et spirituelles. {9SC1-12: 16.2.4}

            L’éducation de l’enfant devrait intervenir très tôt, dès qu’il est capable de marcher et parler. Si on le laisse gaspiller son temps jusqu’à l’âge adulte, il sera tel un zèbre, incapable de passer de l’inactivité à l’activité. {9SC1-12: 16.2.5}

            Les enfants devraient se voir confier certaines corvées ménagères. Lorsqu’ils apprendront à maîtriser une activité, confiez leurs en une nouvelle. Le foyer devrait être une école, pas une aire de jeu. L’on ne devrait pas non plus les laisser jouer trop longtemps hors de la maison de peur qu’ils ne s’habituent à une vie d’amusement et de bêtise. Lorsqu’il y a plusieurs enfants dans un foyer, ils devraient se partager les corvées tandis que les parents assumeront le rôle d’enseignant. Ainsi, les enfants éviteront non seulement les bêtises et les mauvaises fréquentations, mais ils se rendront aussi utiles et travailleurs, renforçant leur constitution physique, construisant de nobles caractères et de joyeuses personnalités. De tels enfants ne glisseront jamais vers le vagabondage ou l’infidélité. {9SC1-12: 16.2.6}

            Toutefois, si vous les faites travailler sous la réprimande ou moyennant une contrepartie, vous les conduirez à vous détestez vous et les tâches qu’ils exécutent. Au lieu de leur apprendre à aimer vivre heureux et indépendants, vous les plongerez tout droit dans ce que vous vouliez éviter, les prédisposant même à développer un esprit rebelle. Faites leur comprendre

16

que ce que vous dites, vous le faites ; par la suite, ils ne remettront plus jamais en question vos paroles ou penseront que vous vous trompez, croyant que leur désobéissance est justifiée voire louable. {9SC1-12: 16.2.7}

            Apprenez-leur à aimer leur travail en le rendant toujours plus intéressant. Soyez comme Dieu. Enseignez-les comme Dieu vous enseigne. Il est écrit : « le Seigneur châtie celui qu’il aime. » Hé. 12 : 6. Il nous enseigne les bons et les mauvais côtés de la vie et nous prévient des conséquences de telle ou telle action, soit bonne soit mauvaise. Faites donc de même. Mais prenez garde de ne pas les détourner de Dieu en leur disant que s’ils ne se comportent pas bien, Il les punira de telle ou telle façon. Dites-leur plutôt que Dieu les supplie d’éviter les mauvaises voies porteuses de malédictions et non de bénédictions. {9SC1-12: 17.1.1}

            En leur expliquant ces deux notions, utilisez des exemples simples. Montrez leur, par exemple, que s’ils ne retirent pas les bactéries alimentaires de leurs dents en se brossant régulièrement les dents après chaque repas, ils ingéreront ces bactéries comme les fruits sont mangés par les vers quand les arbres ne sont pas entretenus. Il en résulte des douleurs, la chute des dents, la laideur et l’engagement de dépenses. Enseignez leur que violer la moindre loi Divine engendre systématiquement la douleur, la peine, produit un mauvais caractère, une vie peu honorable, et tôt au tard la mort. {9SC1-12: 17.1.2 }

            Les enfants ont une tendance naturelle pour les mauvaises habitudes. Ils sont comme les espèces carnivores attirées par la chair et non par la végétation. Rappelons-nous que « La folie est attachée au cœur de l’enfant ; la verge de la correction l’éloignera de lui. » Pr. 22 : 15. Il faut éduquer, discipliner et réprimander l’enfant avec patience et sagesse. « Instruis l’enfant selon la voie qu’il doit suivre ; et quand il sera vieux, il ne s’en détournera pas. » Pr. 22 : 6. Par contre, si l’enfant devient endurci et difficile, refusant l’instruction, alors « Châtie ton fils, car il y a encore de l’espérance ; mais ne désire point le faire mourir…. Celui qui ménage sa verge hait son fils, mais celui qui l’aime cherche à le corriger. » Pr. 19 : 18 ; 13 : 24. En effet, « N’épargne pas la correction à l’enfant ; si tu le frappes de la verge, il ne mourra point. En le frappant de la verge, tu délivres son âme du séjour des morts. » Pr. 23 : 13, 14. {9SC1-12: 17.1.3}

            Jusqu’à l’âge de cinq ou six ans, selon le tempérament de l’enfant, celui-ci peut subir des châtiments corporels lorsque les autres mesures disciplinaires et correctives n’ont donné aucun résultat. Si vous avez recours à la verge, il se peut que l’enfant réagisse de façon décisive et ne recommence plus. Par contre, si vous devez à nouveau recourir à la verge, soyez extrêmement prudent dans ce que vous faites. {9SC1-12: 17.1.4}

            Les enfants qu’il faut punir plus sévèrement peuvent devenir incorrigibles et développer une peur incontrôlée et de la haine pour celui qui le châtie. Si, donc, vous envisagez d’infliger de telles punitions pour mettre un terme à une très mauvaise pratique chez l’enfant, vous produirez davantage de mal. Réfléchissez plutôt comment éviter d’en venir à une telle maltraitance. La punition doit être administrée avec l’expression convaincante d’un amour profond, un véritable désir de ne pas perdre l’affection filiale de l’enfant et son respect pour vous. Il ne faut pas que son quotidien devienne un cauchemar, le poussant à fuir dès qu’il en aura l’occasion. {9SC1-12: 17.1.5}

            « Les parents devraient d’abord apprendre à être maîtres d’eux-mêmes ; ils pourraient alors mieux réussir à diriger leurs enfants. Chaque fois qu’ils perdent l’empire sur eux-mêmes, qu’ils parlent et agissent avec impatience, ils pèchent contre Dieu. Ils devraient raisonner avec leurs enfants, leur montrer clairement leurs torts et leur faire comprendre que non seulement ils ont péché contre leurs parents, mais contre Dieu. Le cœur soumis et plein de pitié et de tristesse pour vos enfants égarés, priez avec eux avant de les corriger. Alors, votre correction ne vous fera pas haïr. Au contraire, ils vous aimeront, car ils verront que vous les avez punis, non parce qu’ils vous avaient causé du désagrément ou parce que vous vouliez vous venger, mais pour leur bien, afin de ne pas les laisser grandir dans le péché. »–Testimonies, Vol. 1, p. 398 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 166). {9SC1-12: 17.2.1}

            Mettez un point d’honneur à ce que les enfants sentent toujours que leur punisseur est leur meilleur ami, non une brute ou leur ennemi. {9SC1-12: 17.2.2}

            « Sans doute les mères demandent-elles : ‘Ne dois-je jamais punir ?’ La correction corporelle est nécessaire quand tout le reste a échoué, mais il faut l’éviter dans la mesure du possible. Si les punitions plus douces s’avèrent inefficaces, corrigez l’enfant avec amour de façon à le faire revenir à de meilleurs sentiments. Souvent, il suffit d’une seule punition de ce type au cours d’une vie pour montrer à l’enfant qu’il n’est pas le maître. »–Counsels to Teachers, p. 116 (Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, p. 97). {9SC1-12: 17.2.3}

            Si vous agrippez l’enfant à la moindre provocation, le secouez avec colère, le giflez, le fessez ou le battez, et entre temps lui promettez des coups en permanence, vous commettez une folie destructrice condamné par l’intelligence, la morale et la compassion. Au lieu de sauver, ce comportement endurcira, brutalisera et détruira. L’enfant se transformera en petit animal vicieux au lieu de devenir un noble enfant de Dieu. {9SC1-12: 17.2.4}

            « L’impatience chez les parents provoque l’impatience chez les enfants. L’humeur manifestée par les parents fait naître la même humeur chez les enfants et ressortir les défauts de leur nature. Il est des parents qui corrigent leurs enfants sévèrement et avec colère. De telles corrections ne produisent aucun bon résultat. En cherchant à corriger un mal, ils en créent un second. Les reproches et les corrections continuels endurcissent les enfants et les détachent de leurs parents. »–Testimonies, Vol. 1, p. 398 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 166). {9SC1-12: 17.2.5}

            Quand il n’est pas nécessaire de recourir à la discipline, faites preuve de sérieux, ne plaisantez pas, tout en agissant avec sensibilité. Intervenez de sorte qu’il ne vous soit plus nécessaire d’intervenir à nouveau. {9SC1-12: 17.2.6}

            Aujourd’hui, la jeunesse revendique une autonomie sans précédent. Les enfants vont même jusqu’à menacer de quitter le foyer si l’on n’accède pas à leurs demandes. Durant cette phase, ne souffrez aucun compromis sinon ils pousseront tellement loin

17

que la fugue servira à alimenter leur bluff. Ne cédez pas. Dites-leur que s’ils veulent s’en aller, vous les aiderez à devenir autonomes de manière franche et honorable sans qu’ils aient besoin de fuir en douce dans la honte. {9SC1-12: 17.2.7}

            Ne poussez pas l’enfant à ne plus vous respecter vous ou votre religion. Il n’a pas besoin de connaître les doctrines pas plus que les petites leçons de vie, inculquées chaque jour  religieusement. Apprenez-lui à aimer votre religion en lui expliquant ce qu’elle est, qu’il en comprenne la vérité et la beauté. Ne le forcez jamais, de peur qu’il ne développe au final que de l’aversion. {9SC1-12: 18.1.1}

            Si par vos méthodes, il s’avère que ce soit votre enfant qui vous contrôle et non l’inverse, ou si vous l’éduquez avec dureté et non avec amour, vous le détruirez de manière irréversible, et vous également. Au final, lorsque Dieu demandera, « Où est le troupeau qui t’avait été donné, le troupeau qui faisait ta gloire, » vous ne saurez quoi répondre. {9SC1-12: 18.1.2}

SUIVRE OU NE PAS SUIVRE LA MODE ?

Question N° 276 :

            Certains croient que nous ne devons pas porter des robes aussi longues que celles portées au Mont Carmel. Qu’en est-il ? {9SC1-12: 18.1.3}

Réponse :

            Si les robes courtes ne constituent pas une tenue  « décente » pour les femmes dans les milieux ruraux isolés, cela est encore plus honteux dans les grandes villes. {9SC1-12: 18.1.4}

            Qu’importe l’endroit, une femme sera de loin plus belle en portant une robe élégante, d’une longueur modeste et bon goût que si elle porte une robe courte et impudique. On saluera alors son intelligence et par-dessus tout, elle aura une bonne influence dans son entourage. {9SC1-12: 18.1.5}

            Au départ, les créateurs de mode ont habillé de pauvres femmes en robe courte, puis la majorité a suivi. Si aujourd’hui les stylistes sortaient ces mêmes robes mais plus longues, plus élégantes et plus modestes, la majorité des femmes Chrétiennes suivrait sans hésiter. {9SC1-12: 18.1.6}

            Dieu désire un peuple initiateur, qui définisse les bons standards. Ainsi, si auprès des foules, hors du Mont Carmel, vous affichez une allure non chrétienne, c’est encore plus grave d’affichez cette même allure auprès des croyants. {9SC1-12: 18.1.7}

            « Vous n’êtes pas responsable des péchés de vos frères, sauf s’ils chutent à cause de vous, ou que vous les détournez du chemin resserré. »–Testimonies, Vol. 2, p. 256. {9SC1-12: 18.1.8}

DOIT-ON BANNIR L’AMOUR-PROPRE ET RECHERCHER LA MODERATION ?

Question N° 277 :

            Les femmes devraient-elles porter des bas de soie ou de coton ? {9SC1-12: 18.1.9}

Réponse :

            Certaines femmes vivent dans des environnements où il n’est pas du tout pratique de porter des bas de soie ; d’autres ne peuvent pas porter des bas de coton. Bien sûr, l’on ne porte pas des bas de soie pure par modestie ou par souci pratique donc la question ne se pose même pas. Par contre, il faut opter pour les bas de soie si ces derniers se révèlent être plus pratiques et économiques que les bas de coton. Vice-versa, il faut opter pour les bas de cotons ou de fil d’Ecosse si ces derniers présentent de meilleures dispositions. Il n’y a pas de règle établie. Il appartient à chacun savoir ce qu’il convient de faire en son âme et conscience. {9SC1-12: 18.1.10}

            « L’usage de modération dans les dépenses est une excellente caractéristique de la sagesse Chrétienne….. L’argent est un merveilleux don de Dieu et lorsque Ses enfants l’utilisent, ils le convertissent en nourriture pour celui qui a faim, en eau pour celui qui a soif, en vêtement pour celui qui est nu. Il défend l’opprimé et participe à la guérison du malade. Les ressources ne devraient pas être inutilement ou largement utilisées pour satisfaire l’envie ou l’ambition. »–Testimonies, Vol. 4, p. 571. {9SC1-12: 18.2.1}

            « Une stricte modération devrait être observée dans l’exercice et la progression de l’œuvre. »–Counsels on Health, p. 319. {9SC1-12: 18.2.2}

  QUEL EST MON DON ?

Question N° 278 :

            Comment comprendre 1 Timothée 4 : 14 : « Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains de l’assemblée des anciens. » {9SC1-12: 18.2.3}

Réponse :

            Dans ce passage, l’apôtre Paul exhorte le Chrétien à la fidélité. Il l’encourage à être plein de zèle pour accomplir les missions que Dieu lui confit et à ne pas négliger ses privilèges et opportunités, ses dons, capacités et « talents. » {9SC1-12: 18.2.4}

            Le premier devoir du Davidien est d’obéir fidèlement aux principes de la doctrine en accomplissant les tâches qu’on lui confie. Ses actions et son exemple inspireront les autres à faire de même. {9SC1-12: 18.2.5}

Certains agissent ainsi en participant à la construction du Centre du Mont Carmel ; d’autres animent des études et d’autres écrivent des lettres et envoient des littératures à leurs proches, amis et connaissances ; et beaucoup d’autres enfin collectent les coordonnées d’Adventistes à qui l’on envoie des littératures de la Vérité Présente. {9SC1-12: 18.2.6}

Comme Daniel, chacun doit accomplir fidèlement son devoir de sorte qu’on ne trouve rien à lui reprocher et que par son attitude exemplaire et sa dévotion à Christ, il puisse guider les autres vers le message de l’heure. Aujourd’hui, le Chrétien doit plus que jamais « avoir du zèle et non de la paresses, » « être fervent d’esprit. Servir le Seigneur. » Ro. 12 : 11. {9SC1-12: 18.2.7}

QU’EN EST-IL DU SERVICE DE COMMUNION ?

Question N° 279 :

            Devrions-nous célébrer le service de communion lorsque les croyants biens établis dans le message se réunissent ? {9SC1-12: 18.2.8}

Réponse :

            Concernant la pratique du service de communion, nous estimons qu’en tant qu’Adventistes,

18

nous nous sommes tous souillés, comme les Juifs à la première venue de Christ (The Desire of Ages, p. 104 ; Jésus-Christ, p. 84). Ce service sacré exerce un jugement contre ceux qui sont indignes de le pratiquer (1 Co. 11 : 29). C’est pourquoi, en tant que Davidiens, nous nous estimons indignes de ce privilège béni, jusqu’à ce que nos vies témoignent de notre repentance de notre condition Laodicéenne. (Nous avons néanmoins participé aux services de communion dans les églises Adventistes.) {9SC1-12: 18.2.9}

            Le refus de pratiquer ce service béni dans notre communauté trouve son écho avec les enseignements de Jean-Baptiste quant au service baptismal. En effet, lorsque Jean institua le service baptismal, il voulut montrer aux Juifs qu’ils n’étaient pas prêts pour le royaume. Il en est de même pour le message de l’heure aujourd’hui. Il nous faut très vite nous repentir de notre tiédeur, acheter le « collyre, » et oindre nos yeux. Alors, nous pourrons célébrer glorieusement le service de communion, et la honte de notre nudité ne paraîtra pas. (Ap. 3 : 18). {9SC1-12: 19.1.1}

            Ceux qui ne ressentent pas ce grand besoin, ne voient pas la condition défaite de l’église et la sainteté de Dieu. Une simple foi ferme et apparente dans le message ne suffit pas ; le changement intérieur qui doit s’accomplir dans nos vies est l’ultime et essentiel changement qui doit s’opérer dans la vie de tout un chacun, avant de pouvoir scrupuleusement célébrer, à des fins utiles, le service de communion. Hâtons la venue de cet heureux jour. {9SC1-12: 19.1.2}

SE BAPTISER POUR OBTENIR LA REMISSION DES PECHES, OU POUR PROGRESSER DANS LA VERITE ?

Question N° 280 :

Avant d’intégrer l’église Adventiste du Septième jour, nous étions Baptistes. Nous aimerions donc savoir s’il nous est nécessaire de nous faire rebaptiser. {9SC1-12: 19.1.3}

Réponse :

Les Saintes Ecritures nous parlent d’un baptême unique (Ep. 4 : 5). Vous vous être fait baptisé par immersion dans l’église Baptiste, puis vous avez rejoint l’église Adventiste afin d’être mieux éclairé par la parole de Dieu. Pour cette raison et dès lors que vous avez respecté vos vœux Chrétiens dans l’église Adventiste, il ne vous est pas nécessaire de vous faire rebaptiser. {9SC1-12: 19.1.4}

            Supposez que vous ayez été baptisé par l’apôtre Paul et rejoint la communauté de son époque ; et que vous ayez vécu de son temps jusqu’à aujourd’hui. En supposant que vous ne vous soyez pas écarté de la lumière du Seigneur, vous auriez alors embrassé tous les mouvements réformateurs qui se sont succédé, à savoir les sept églises. Dans la période Protestante, vous auriez commencé en tant que Luthérien pour finir Davidien. Si vous avez fidèlement suivi la lumière de la Vérité, il n’est pas Biblique ni logique que Dieu vous demande de vous rebaptiser chaque fois que vous avez accepté la lumière. {9SC1-12: 19.1.5}

DE QUEL COTE SEREZ-VOUS ?

Question N° 281 :

            Qu’est-ce que le Mont Carmel et qu’elle est la position des Adventistes Davidiens concernant les écrits de Mme E.G. White ? Comment ces derniers considèrent-ils la dénomination Adventiste ? {9SC1-12: 19.2.1}

Réponse :

            Pour répondre plus facilement à ces questions, traitons-les dans l’ordre inverse : {9SC1-12: 19.2.2}

  1. Les Adventistes Davidiens croient que l’église Adventiste a reçu du ciel la mission d’apporter un message spécial au monde. Seulement, au cours du temps, l’église est devenue suffisante, tiède, et négligente quant à ses responsabilités sacrées. S’étant donc « détournée de son chef, le Christ, » elle retourne depuis « résolument vers l’Egypte, » « séparées de Dieu » à cause de sa « continuelle infidélité. »–Testimonies, Vol. 5, p. 217 (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48). {9SC1-12: 19.2.3}

            Les Davidiens croient que cette séparation tragique d’avec Dieu se traduit également par les divisions qui existent dans la dénomination Adventiste, le débat portant « sur les commandements de Dieu et les commandements humains » (Idem, p. 81 ; Evénements des Derniers Jours, p. 132). Ils croient que « dans l’Eglise, l’or sera séparé des scories ; » les Modernistes, ceux qui rendent hommage à une « ‘prétendue science’,…. plaçant leur confiance dans l’intelligence, le génie ou le talent, » (Idem, p. 80) seront séparés des Fondamentalistes, ceux qui « se tiennent dans la lumière, gémissant et pleurant sur les abominations qui se commettent sur la terre. »–Idem., p. 209 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 71). {9SC1-12: 19.2.4}

            Sachez par ailleurs que contrairement à ceux qui affichent ouvertement leur position moderniste, les Modernistes Adventistes réfutent haut et fort et en toute ignorance cette qualification. Ils professent de surcroît s’attacher aux fondamentaux de l’Adventisme, alors qu’ils s’en éloignent doucement toujours plus. (Idem, pp. 217, 137 ; Christ Our Righteousness, p. 51). Cette sorte vicieuse de modernisme et l’augmentation des « refontes » des principes fondamentaux de la dénomination (Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, pp. 48, 69, 70, 360, 372, 373, 409) démontrent malheureusement que les dirigeants sont Modernistes. Leur ignorance aveugle et leur déni de cette réalité, font qu’il est d’autant plus difficile de les aider sans que nos efforts ne soient mal compris. Se pardonner la faute de s’être éloigner des principes de foi donnés par le Ciel est tout autant impossible que de trouver qui parmi les Juifs, fut le premier à remplacer un « ainsi parle l’Eternel » par un ainsi j’ai parlé, ou ainsi parle untel. Trouver le responsable de cette défection ou même déterminer le moment où commença cette œuvre malsaine, est impossible. L’Inspiration déclare : {9SC1-12: 19.2.5}

            « Aujourd’hui, certains feront passer le mensonge pour de nouvelles vérités, imitant les Juifs qui faisaient passer les devises humaines pour le pain de vie. Ces formules sans valeur sont servies au peuple de Dieu en tant que nourriture, tandis que les âmes se meurent privées du pain de vie. L’on fabrique

19

des fables que les hommes tentent de greffer à la toile. Ceux qui s’adonnent à ces pratiques verront un jour leurs œuvres sous l’angle de l’intelligence divine. Ils choisissent d’apporter à la charpente de bois, la paille et le chaume, alors qu’ils ont en main la parole de Dieu dans toute sa richesse et sa puissance, et dans laquelle ils peuvent puiser de précieux trésors de vérité. La nourriture préparée pour le troupeau provoquera la consomption, la mort et le déclin spirituels. Lorsque ceux qui professent croire à la vérité présente retrouveront leur raison, lorsqu’ils accepteront la Parole de Dieu telle qu’Elle est, lorsqu’ils n’essayeront pas de tordre le sens des Écritures, ils produiront, du trésor de leur cœur, des choses nouvelles et anciennes, qui les fortifieront, et ceux en faveur desquels ils exercent un ministère. »–Review and Herald, 18 Juin, 1901. {9SC1-12: 19.2.6}

  1. La croyance infaillible que l’Esprit de Prophétie doit reposer sur l’église à la fin des temps, est l’une des pierres angulaires de l’Adventisme. « Ce don de prophétie, » reconnaît l’ancien A.G. Daniels, « devait demeurer dans l’église depuis Adam jusqu’à la seconde venue de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, lorsqu’Il viendrait emmener Son peuple racheté au Ciel. Le don ne s’est pas arrêté avec les apôtres mais a parcouru siècles jusqu’aux derniers jours de l’histoire de l’humanité, peu avant le retour de notre Seigneur. Lorsque viendra ce jour suprême et mémorable, alors arrivera, et pas avant, ce dont parle Paul : {9SC1-12: 20.1.1}

‘… Les prophéties prendront fin, les langues cesseront, la connaissance disparaîtra. Car nous connaissons en partie, et nous prophétisons en partie, mais quand ce qui est parfait sera venu, ce qui est partiel disparaîtra.’–1 Co. 13 : 8-10, A.R.V »–The Abiding Gift of Prophecy, p. 6. {9SC1-12: 20.1.2}

            Le don de prophétie fut manifeste au travers de sœur White, ce qui a été établi de manière évidente. Ainsi, cette dernière a écrit sous l’Inspiration divine au même titre que les écrivains de la Bible. Dès lors, l’Adventisme traditionnel s’articule sur la vérité « qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, » et ne peut être comprise sans une illumination divine particulière. Au temps de Daniel, aucune prophétie ne put être comprise sans l’éclairage apporté par l’ange qui expliqua : « Je veux te faire connaître ce qui est écrit dans le livre de la vérité. Personne ne m’aide contre ceux-là, excepté Micaël, votre chef. » Da. 10 : 21. Ainsi, ce même Micaël doit aujourd’hui désigner un « enseignant, » autrement, les choses qui appartiennent à notre paix, demeureront « cachées à [nos] yeux. » Luc 19 : 42. {9SC1-12: 20.1.3}

            Cette solide doctrine devait être le fondement sûr de la dénomination, et tant que ces principes seraient fidèlement respectés, l’église serait puissante. {9SC1-12: 20.2.4}

A la mort de la sœur White en 1915, le don prit fin. Si alors église est privée de sa source de vie, comme les Juifs après la mort du prophète Malachie, comment pourrait-elle conserver son énergie et continuer de croître ? Aujourd’hui comme autrefois, s’en est suivi la même et inévitable malnutrition et difformité spirituelle, accompagnées de leur cortège de malheurs. {9SC1-12: 20.1.5}

            Pour contrer ce noir tableau du déclin et de la consomption spirituelle (malheur, misère, pauvreté, cécité et nudité) et une fin imminente (le vomissement), il est bon de savoir que le Mont Carmel œuvre efficacement, tel le sommet enflammé du Carmel au milieu de l’idolâtrie et la décadence d’un Israël apostat. Le type rencontre à nouveau l’antitype. L’ange déclare à l’Israël d’aujourd’hui : «  Vous avez agi plus mal encore. »–Testimonies, Vol. 1, p. 129 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 34). {9SC1-12: 20.2.1}

            « Tel un marteau brisant les cœurs durs ; tel un feu consumant les scories » (Testimonies, Vol. 5, p. 254) une voix crie à Laodicée cet avertissement ignoré : « Je suis attristée en pensant à la condition du peuple de Dieu. Le Seigneur ne nous a pas fermé le ciel, mais c’est notre continuelle infidélité qui nous a séparés de Dieu. L’orgueil, la convoitise et l’amour du monde cohabitent dans les cœurs qui se sont libérés de la crainte d’être repoussés ou condamnés. Des péchés graves inspirés par l’orgueil se sont introduits parmi nous. Et cependant l’idée qui prévaut est que l’Eglise connaît un état florissant où règnent la paix et la prospérité spirituelle. {9SC1-12: 20.2.2}

            L’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. Pourtant, il en est quelques-uns qui sont inquiets ou étonnés de leur manque de puissance spirituelle. Le doute et même l’incrédulité à l’égard des témoignages de l’Esprit de Dieu apparaissent un peu partout dans nos églises, ce qui est conforme à la volonté de Satan (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48). C’est aussi conforme aux pasteurs qui au lieu de prêcher Christ prêchent le moi. Les témoignages ne sont pas lus et sont méprisés. Dieu vous a parlé. La lumière a émanée de sa parole et de ses témoignages qui tous deux ont été pris à la légère et ignorés. En conséquence, le manque d’une foi véritable, de pureté et de dévotion est apparent parmi nous. »–Testimonies, Vol. 5, p. 217. {9SC1-12: 20.2.3}

            « C’est maintenant que nous devrions nous unir étroitement à Dieu, afin d’être protégés quand la fureur de sa colère se déversera sur les fils des hommes. Nous nous sommes égarés loin des anciennes bornes. Revenons-y. ‘Si l’Eternel est Dieu, servez-le ; si c’est Baal, servez-le.’ De quel côté serez-vous ? »–Idem, p. 137 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 33). {9SC1-12: 20.2.4}

            Sonne de plus en plus fort la voix du Carmel à travers la compilation des littératures de La Verge du Berger ; « la voix de l’Eternel… à la ville, et, » déclare le Divin Auteur, « celui qui est sage craindra ton nom. Entendez la verge et celui qui l’envoie ! » Michée 6 : 9. {9SC1-12: 20.2.5}

            « Pais ton peuple, » ordonne-t-il, « avec ta houlette, le troupeau de ton héritage, qui habite solitaire dans la forêt au milieu du Carmel ! » Mi. 7 : 14. {9SC1-12: 20.2.6}

            Voilà pourquoi le Seigneur a envoyé la Verge, pour sauver les croyants sincères de Laodicée de la famine et de la mort, pour revitaliser, restaurer et pour leur donner à nouveau les bonnes armes pour la bataille finale. {9SC1-12: 20.2.7}

            Lorsque ce travail de restauration sera complet selon Matthieu 17 : 11, et que les Modernistes auront été « retranchés » à la manière d’Ezéchiel 9 et Testimonies, Vol. 5, p. 80, alors on verra dans l’église s’accomplir les paroles de Christ : « La pluie est tombée, les torrents sont venus

20


, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison, » et elle a tenu. Mt. 7 : 25. {9SC1-12: 20.2.8}

            A l’image des pionniers de l’église Adventiste, ceux qui acceptent la Verge sont ceux qui restaurent les « antiques chemins ; » ils ont conscience qu’il est grave d’aller à l’encontre des vérités que Dieu envoie à Son peuple. S’il est vrai que le message de la Verge a suscité le besoin d’une « réforme parmi le peuple de Dieu, » nous, les Davidiens, nous devons de faire diligence auprès de l’église afin de l’avertir de l’imminence du danger, faute de quoi nous trahirions non seulement nos convictions mais passerions aussi « outre, » laissant notre église bien aimée traîner dans la poussière, abandonnant nos frères et laissant le monde périr par « manque de connaissance. » {9SC1-12: 21.1.1}

            Notre volonté d’aider de manière désintéressée les frères Modernistes Adventistes de toutes origines et de toutes fonctions, est un témoignage suffisamment parlant de notre amour pour eux et de notre dévotion à leur égard. Tout comme l’apôtre Paul, nous croyons que nous sommes tous fils d’Adam, ayant joint par adoption la famille de Dieu à travers notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. {9SC1-12: 21.1.2}

            Notre mission est importante et en croyant en notre Chef Qui n’a jamais manqué d’exécuter chaque phase du plan divin, c’est avec assurance et courage que nous considérons notre tâche, assurés que « nous serons capables de prendre possession du pays, » de notre héritage, pour enfin entrer dans la Canaan céleste où coule éternellement le « lait et le miel. » {9SC1-12: 21.1.3}

            C’est pour cette raison que nous construisons une base d’opération, le Centre du Mont Carmel, pour former et entraîner des ouvriers qui apporteront ce message spécial à l’église ; pour éduquer une jeunesse méritante ; pour prendre soin des pauvres, des personnes âgées, de la veuve et de l’orphelin ; pour s’occuper du malade et de l’infirme selon le plan de Dieu. Ce Centre a entendu le double appel du Seigneur : {9SC1-12: 21.1.4}

            « Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme une trompette, et annonce à mon peuple ses iniquités, à la maison de Jacob ses péchés ! » Es. 58 : 1. {9SC1-12: 21.1.5}

            « Sonnez de la trompette en Sion ! Publiez un jeûne, une convocation solennelle ! Assemblez le peuple, formez une sainte réunion ! Assemblez les vieillards, assemblez les enfants, même les nourrissons à la mamelle ! Que l’époux sorte de sa demeure, et l’épouse de sa chambre ! » Joël 2 : 15, 16. {9SC1-12: 21.1.6}

            Lorsque que le Mont Carmel aura achevé cette « œuvre finale en faveur de l’église » (Testimonies, Vol. 3, p. 266), ceux « qui auront triomphé des tentations par la puissance du Très-Haut, » qui auront soupiré et gémi et échappés à la destruction, ceux-là seront « comme David ; la maison de David sera comme Dieu, comme l’ange de l’Eternel devant eux. » Za. 12 : 8. Voici les Davidiens ! « Un peuple nombreux et puissant » (Joël 2 : 2), « revêtu de l’armure de la justice du Christ,… ‘beau comme la lune, pur comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leurs bannières’,… s’avançant dans le monde ‘en vainqueur et pour vaincre’. »–Prophets and Kings, p. 725 (Prophètes et Rois, p. 549). {9SC1-12: 21.2.1}

            Ainsi, les Adventistes Davidiens amèneront tous les saints à la maison de l’Eternel. {9SC1-12: 21.2.2}

            L’importante mission du Mont Carmel est d’accomplir œuvre immense aussi vite que possible, afin que nous retournions à la maison et entrions dans notre repos éternel, libéré définitivement des chaînes du péché. {9SC1-12: 21.2.3}

À QUOI IDENTIFIE-T-ON UN DAVIDIEN ADVENTISTE DU SEPTIÈME JOUR ?

Question N° 282 :

                Étant donné que l’Association Davidienne Adventiste du Septième jour n’a pas mis en place un système d’adhésion officiel, quelle preuve peut-on fournir pour montrer que nous sommes membre de l’organisation ? Et comment établir la durée de notre adhésion ? {9SC1-12: 21.2.4}

Réponse :

                Ceux qui soutiennent le message Davidien et calquent leur vie sur ses principes (le baptême, l’observation du Sabbat, l’obéissance aux dix commandements, le végétarisme, la réforme vestimentaire, la totale abstinence de tabac et de boissons alcoolisées, et tout ce qui est consigné dans l’Esprit de Prophétie), sont les témoins les plus fidèles de leur affiliation et sont la seule certification visible authentique capable d’habiliter un individu à faire partie de l’Association Davidienne Adventiste du Septième jour. La période d’adhésion d’une personne à l’Association dépendra entièrement du moment où elle l’aura connue et décidé de vivre selon ses principes. {9SC1-12: 21.2.5}

                A celui qui remplira ces critères, l’Association enverra une Carte de Membre qui lui permettra alors de s’identifier quand ce sera nécessaire. {9SC1-12: 21.2.6}

—————–RECETTES DE JUS VITALISANTS ET DELICIEUX—————–

Choisissez dans la mesure du possible des légumes (ou des fruits) jeunes et tendres, les plus lourds et les plus solides. Ceux qui ont une bonne couleur sont souvent les plus juteux. Utilisez les racines et les feuilles des légumes, pour profiter des tous les minéraux organiques. La fanes de carottes sont par exemple une excellente source de vitamines G, B, C, et A et sont également riche en calcium, en fer et en phosphore. Elles feront plus de bien que les mélanges vendus en magasin. Les personnes anémiés ou nerveuses devraient toujours accompagner leurs carottes et autre jus de légumes, de jus de fanes de carottes. N’en faites pas trop. Consommées à l’excès, même les bonnes choses peuvent causer de graves troubles. Souvenez-vous que c’est pour votre santé que vous buvez ce jus et non par plaisir. {9SC1-12: 21.1.7}

Pour rendre maintenant ces jus plus appétissants, mettez un peu de citron pressé dans l’extracteur avant d’y introduire les légumes, puis aspergé quelques gouttes de citron dans le réceptacle avant de recueillir le jus final. En faisant cela, soyez assuré que vous n’enfreindrez aucune règle de santé car le citron en petite quantité n’est pas incompatible avec les légumes. La combinaison des acides issus des fruits et des légumes cuits est, selon les autorités qualifiées, dangereuse et n’a rien à voir avec ces combinaisons réalisées avec des produits crus. {9SC1-12: 21.2.7}

Le jus de tomate peut être associé à n’importe quel fruit ou jus de légume car c’est un acide « neutre. » {9SC1-12: 21.2.8}

21

Il sera intéressant de combiner ces jus de légumes avec de la crème ou du lait et de les servir comme des boissons chaudes ou des soupes. {9SC1-12: 22.1.1}

RECETTES DE JUS

            Fabriquez ou achetez un presse fruit ou un extracteur, vous en trouvez de pas mal en magasin, puis commencez par élaborer l’une ou plusieurs de ces combinaisons stimulantes : {9SC1-12: 22.1.2}

JUS DE CELERI

            Lavez le cèleri puis le placer dans votre appareil. Vous pouvez utiliser les feuilles mais du fait de leur amertume, n’en prenez pas beaucoup. {9SC1-12: 22.1.3}

            Cette boisson est particulièrement bonne pour les personnes souffrant de troubles du sommeil, qui se lèvent fatiguées et se sentent toujours fatiguées et éprouvent une extrême nervosité. (Les feuilles de salade aideront favoriseront également un sommeil profond.) {9SC1-12: 22.1.4}

PURIFIANT RENAL

            Aucun autre fruit ou légume n’égale les vertus curatives de la tomate. En l’espace de quelques années, le jus de tomate est devenu l’une des boissons les plus populaires d’Amérique. {9SC1-12: 22.1.5}

            De délicieuses boissons peuvent être composées en mélangeant du jus de tomates avec d’autre jus de légumes. {9SC1-12: 22.1.6}

            Le purifiant Rénal se compose du jus d’une ou deux tiges de cèleri mélangées à un verre de jus de tomates. (Les jus d’asperges et de radis peuvent aussi être ajoutés ou substitués pour obtenir le même effet.) {9SC1-12: 22.1.7}

REGENERANT SANGUIN

            Se compose de jus d’épinards frais, de jus de deux ou trois feuilles de laitue, de jus de persil, le tout mélangé à du jus de tomates. {9SC1-12: 22.1.8}

EQUILIBRANT BILIAIRE

            Cette entrée se compose de jus de rhubarbe tendre et de jeunes asperges, accompagné d’une bonne quantité de jus de raisin qui neutralisera le piquant de la rhubarbe. {9SC1-12: 22.1.9}

            Ceci conviendra parfaitement à ceux qui ont subi ablation de la vésicule biliaire, et à ceux qui souffrent de calculs rénaux ou de troubles de la vésicule biliaire. {9SC1-12: 22.1.10}

LE REMEDE AUX CONCOMBRES

            Coupez en tranches des concombres non pelés et les placer dans votre appareil. Le concombre est utilisé car il contient en grande quantité du sodium organique, qui agirait comme un solvant contre les dépôts minéraux, cause du renflement des articulations, de douleurs diverses et de douleurs d’origine indéterminées. Après avoir extrait le jus de concombre, une quantité égale de jus d’ananas frais non sucrés et le jus d’un demi-citron vert pourront parfois être ajoutés. {9SC1-12: 22.1.11}

ENERGISANT

            Ce mélange se compose du jus de deux oranges, d’une cuillère à café de d’huile d’olive vierge, d’un jaune d’œuf cru non fertilisée, et du zeste râpé d’une demi-orange finement saupoudré à la surface du cocktail. {9SC1-12: 22.1.12}

            Cette boisson est particulièrement recommandée aux victimes de fatigue générale et de fatigue mentale car c’est un tonifiant naturel. {9SC1-12: 22.1.13}

RECETTE IODEE

            Les femmes souffrant de troubles de la thyroïde et autres pathologie associée, ainsi que les hommes souffrant de troubles de la gorge ou de goitre, devraient boire souvent cette recette à l’iode. Elle se compose de jus d’épinards, d’un oignon émincé et d’une gousse d’ail émincée. Ecrasez une poignée d’épinard dans votre appareil. Immergé les oignons et l’ail dans le jus pendant une heure. Mélangé à fond la mixture, versez ensuite dans une toile à fromage que vous essorerez pour en extraire le jus. Pensez à manger du persil après avoir mangé de l’ail afin d’éliminer la mauvaise haleine. {9SC1-12: 22.1.14}

                Le jus d’une poignée de cresson peut être mélangé une quantité égale de jus d’ananas frais pour obtenir les mêmes effets qu’un accélérateur endocrinien. {9SC1-12: 22.2.1}

                Ci-dessous se trouve une autre série des meilleures recettes minéralisées. Essayez-les toutes. En en consommant une ou deux par jour, vous vous sentirez complétement régénéré. {9SC1-12: 22.2.2}

SPECIAL AGRUMES

                Ceux qui manquent d’énergie et ne parvienne pas à la retrouver pourront consommer en quantités généreuses cette concoction. Elle rechargera vos batteries. Toutes nos recettes utilisent les fruits et légumes les plus riches en minéraux. Cette recette rafraîchissante est particulièrement riche en hydrogène, à parts égales avec les jus de citron, de raisin et de citron vert. {9SC1-12: 22.2.3}

DELICE AU POTASSIUM

                Se compose de jus de tomates avec un peu de persil émincé. Ce mélange serait bon contre l’arthrite. Le jus de pastèque est une autre forme de potassium, comme le cèleri ou les jus de carottes. {9SC1-12: 22.2.4}

CIDE DE SODIUM

                Se compose de jus de Pommes fraîches uniquement, ou mélangé avec un peu de jus de cèleri. {9SC1-12: 22.2.5}

TONIFIANT AU FER

Les jus de pêches et d’abricots sont particulièrement riches en fer ; de même que les jus de raisin diverses ou le bouillon de raisins secs. Pour élaborer le bouillon, ajoutez 450 grammes de raisins secs sans pépins à un quart d’eau, puis faites mijoter pendant une heure. Les raisins secs peuvent ensuite être récupérés et consommés en salade. {9SC1-12: 22.2.6}

Les jus de mûres, d’épinards et de betterave sont également riches en fer. {9SC1-12: 22.2.7}

BOISSON CHLOREE

                On obtient cela avec la Crème de Coco. Râper finement du coco et y ajouter un verre d’eau glacée. Mélangez bien avec les mains et placez dans une presse. Boire la crème et jeter les petits morceaux de coco secs car ils n’ont plus d’éléments nutritifs. {9SC1-12: 22.2.8}

PHOSPHORE PHOSPHATE

                Recette au phosphore. Mélangez du jus de tomates à du sel de cèleri ou du jus de cèleri frais. (Ajoutez si possible des fanes de carottes.) {9SC1-12: 22.2.9}

                Le phosphore alimente le cerveau et les nerfs. Ceux qui souffrent d’anémie et de rachitisme devraient absolument manger et boire ces aliments riches en phosphore. {9SC1-12: 22.2.10}

CALMANT ARTERIEL

                Boisson conseillée aux personnes sujettes aux durcissements des artères. Elle est également bénéfique aux personnes souffrant de tension artérielle. {9SC1-12: 22.2.11}

                 Pour commencer, placez dans votre appareil deux ou trois jeunes betteraves. Vous obtiendrez l’une des boissons aux légumes les plus belles et les plus goûteuses. {9SC1-12: 22.2.12}

22

            Après avoir pressé le jus de betteraves, vous pourrez ajouter un peu de jus de raisin pour donner du goût. Vous obtiendrez non seulement un liquide d’une teinte rose comme le vin mais aussi l’une des boissons les plus alcalines jamais concoctées. {9SC1-12: 23.1.1}

STIMULANT POUR LE FOIE

            Le foie est probablement l’organe dont on abuse le plus, sachant qu’il a le rôle de détoxifier le corps, de débarrasser le sang des toxines. En temps normal, le sang est chargé de toxines qui sont en quantité proportionnelle par rapport éléments dévitalisés et destructifs contenu dans l’alimentation, dans les liquides inadaptés, et celles provenant d’une pauvre oxydation, cause d’une respiration anomale. {9SC1-12: 23.1.2}

            Placez un oignon et demi et trois ou quatre radis dans votre appareil. Vous pourrez ajouter de manière ponctuelle d’autres jus. Du jus d’ananas dilué pourra être ajouté sans que cela ne cause de désagrément. {9SC1-12: 23.1.3}

UNE GORGEE DE SOUFRE

            Jus de pruneaux. Après avoir fait tremper les pruneaux tout une nuit, buvez le jus ou faites les cuire à la vapeur pendant  30 minutes, puis buvez le jus. Cette boisson sera consommée en tant que tonifiant nerveux. {9SC1-12: 23.1.4}

MENTHE FLUOREE

            Boisson fluorée. Se compose de jus de betteraves ou de betteraves cuites à la vapeur pendant une heure. {9SC1-12: 23.2.5}

Bon contre les rhumatismes et favorisant le tonus musculaire, ce jus intervient véritablement comme une anti-maladie en augmentant la résistance de l’organisme. Ceux qui souffrent d’une fragilité des dents ou de pyorrhée devraient boire de ce jus à volonté quatre à cinq fois par semaine. Ce jus est particulièrement bon contre acidité de la bouche. (Le chou cru est également excellent contre les gingivites.) {9SC1-12: 23.1.6}

BOUILLON DE CALCIUM

            Prenez deux pommes de terre Irlandaise, lavez-les bien, coupez-les en petits morceaux avec la peau, puis versez un verre d’eau sur l’ensemble et faites mijoter pendant 30 minutes. Ensuite, buvez le jus. {9SC1-12: 23.2.1}

RECETTE SPECIALE

            Jus de tomates accompagné du jus d’un citron. {9SC1-12: 23.2.2}

            Boisson indiquée contre l’obésité et pour les personnes souffrant d’un taux d’acidité élevé. Le mélange élimine les acides et les déchets de l’organisme et restaures l’élasticité. C’est l’une des meilleures boissons à consommer pendant ou après un jeûne de 24 à 48 heures. Elle est bonne contre les rhumatismes, l’arthrite et la névrite ; elle élimine efficacement les poisons et renforce le processus de guérison de la peau. {9SC1-12: 23.2.3}

            Recette spéciale au Magnésium et au Sodium. Se compose de jus de tomates, de persil émincé, d’une gousse d’ail et d’un peu de jus de citron. Versez les jus sur l’ail et le persil émincé puis mélangez et essorez le tout dans une toile à fromage. Ce mélange est bon contre les affections des yeux, des oreilles, du nez, de la gorge et des sinus. Dans le cadre d’un jeûne, utilisez deux quarts par jour. {9SC1-12: 23.2.4}

JUS DE CAROTTES

            Si vous n’avez pas d’extracteur et n’avez pas les moyens de vous en procurez un, découpez ou râpez finement des carottes, puis extrayez-en le jus en les essorant dans une toile. Le jus sera partiellement extrait. Certain trouveront cela intéressant d’ajouter un peu de miel, une pincée de sel, le tout servi avec un plat de légumes. {9SC1-12: 23.2.5}

            Beaucoup des jus cités pourront être préparés de la même manière. {9SC1-12: 23.2.6}

————————————–ANNONCES SPECIALES————————————–

LECONS DE L’ECOLE DU SABBAT

            Les croyants souhaitant mettre en place des groupes d’Ecole du Sabbat, ou les personnes souhaitant recevoir les leçons de l’Ecole du Sabbat peuvent écrire à l’Institut Davidico-Lévitique pour avoir des supports papiers, des fiches de présence et des instructions. Ces leçons se découpent en trois sections : (1) Maternelle et primaire, (2) Moyen, et (3) Sénior. Seules les personnes nous envoyant des rapports réguliers (cela sera expliqué dans la fiche d’instruction mentionnée précédemment) recevront les leçons gratuitement. Les autres souhaitant recevoir les leçons, le pourront pour la somme de 5 centimes pour chaque section réclamée. {9SC1-12: 23.1.7}

RESERVE AUX ETUDIANTS AVANCES

            Un exemplaire gratuit du Volume 2 de La Verge du Berger qui servira de manuel pour la seconde partie des Cours de Bible par Correspondance assurés par l’Institut Davidico-Lévitique, sera envoyé sur demande à toute personne souhaitant s’engager dans cette œuvre spéciale. {9SC1-12: 23.1.8}

            Aucune autre édition de ce précieux volume ne sera publiée sous forme de manuel, et le stock de l’ancienne édition sera certainement épuisé en cours de l’année 1944. Ces exemplaires serviront de souvenir et de mémorial des littératures originales du Mouvement Du Royaume Davidien. {9SC1-12: 23.1.9}

            Seules les personnes qui auront terminé les cours sur le Volume 1 seront éligibles pour participer l’œuvre spéciale. {9SC1-12: 23.1.10}

            Nous acceptons toujours les inscriptions pour la première phase de cours sur le Volume 1. {9SC1-12: 23.1.11}

            Certains de nos membres réclament des enseignants scolaires mais nous n’avons personne de disponible. C’est pourquoi nous faisons appel aux prières de chaque croyant de la Vérité Présente pour que le Seigneur nous fournisse les ouvriers qui prendront part à la moisson qui a lieu actuellement. {9SC1-12: 23.1.12}

            Si les communautés de croyants accomplis comportant au moins 15 enfants, pouvaient trouver en leur sein un enseignant fidèle et capable, prêt à mettre en place une école, l’Association jouera son rôle avec joie afin d’alléger la charge des parents. {9SC1-12: 23.2.7}

MESSAGE AUX ENSEIGNANTS

Les nouvelles illustrations de 22×28, longtemps réclamées, seront disponibles au début de l’année 1944. Elles seront imprimées sur de la toile et seront de meilleure qualité que les précédentes. Chaque illustration coûtera 85 centimes et le lot de vingt illustrations coûtera 15$ ; un supplément devra être ajouté pours les illustrations en couleur. Faites-nous parvenir vos commandes dès maintenant. {9SC1-12: 23.2.8}

LISEZ-VOUS CHAQUE PAGE ?

            Beaucoup trop persistent encore dans leurs habitudes Laodicéennes notamment dans la lecture de ces publications. C’est la seule explication compte tenu du fait que beaucoup n’ont pas fait attention à l’annonce intitulée « Une Nouvelle Littérature Gratuite, » contenu dans le numéro du Code de Janvier-Décembre de 1942 et faisant référence au Tract N° 14. {9SC1-12: 23.2.9}

            Nous avons mis à disposition de tous les croyants trois nouveaux

23

tracts officiels destinés à la distribution gratuite. L’un fait 102 pages, et les autres 36 et 29 pages. Malheureusement beaucoup n’ont pas lu cette annonce et cela s’explique par le fait que des personnes se sont cru être négligées voyant que d’autres possédaient ces tracts. Ces personnes se savaient pas que nous envoyons ces tracts uniquement sur demande conformément à la règle établie dans le Tract N°14, Chroniques d’une Guerre Annoncée. Lisez la page 47 de ce tract, puis rédiger votre demande si vous désirez obtenir ces trois littératures. {9SC1-12: 23.2.10}

Frères et sœurs, que cela soit pour vous une leçon, vous encourageant à lire attentivement chaque ligne de chaque publication. {9SC1-12: 24.1.1}

MODALITES D’ADHESION

            Certains Davidiens Adventistes ont eu besoin de s’identifier administrativement à leur communauté et alors que la dénomination mère leur refusait cette prérogative, l’Association Davidienne a prévu la mise en place d’un certificat d’adhésion pour toutes les personnes éligibles et désireuses d’en obtenir un. {9SC1-12: 24.1.2}

            L’on devient éligible dès lors que l’on se conforme aux enseignements de la Saint Bible tels qu’ils sont présentés dans les littératures de La Verge du Berger. Il suffira ensuite de s’approcher du secrétaire de la communauté locale, ou de contacter le Bureau de l’Association du Centre du Mont Carmel. Après vérification du dossier, l’individu deviendra immédiatement un membre inscrit. Les personnes éligibles réclamant une Carte de Membre en recevront une qui attestera de leur appartenance à l’Association. {9SC1-12: 24.1.3}

OFFRE D’EMPLOI

Plusieurs postes permanents sont à pourvoir au Centre du Mont Carmel. Tous les candidats doivent être bien établis dans la Vérité Présente ou être bien ancrés dans leurs croyances (s’il s’agit de jeunes convertis) concernant notamment l’œuvre des Adventistes Davidiens, considérant qu’il s’agit bien de « l’œuvre finale en faveur de l’église. » Les candidats doivent avoir un regard juste sur l’œuvre de Dieu, reconnaissant le haut et exaltant avantage qu’il y a d’œuvrer avec Dieu et les Anges, comme le firent Esdras et Néhémie, Aggée et Zacharie, lorsqu’ils reconstruisaient l’ancienne Jérusalem. {9SC1-12: 24.1.4}

Voici les postes : {9SC1-12: 24.2.1}

  1. Relecteurs efficaces et rapides, ayant de bonnes compétences en grammaire et rhétorique. Il ne s’agit là que de la partie technique. Pour le reste, le candidat sera formé sur place. {9SC1-12: 24.2.2}
  1. Enseignants pour classes de primaire, collège, lycée, et universitaire. {9SC1-12: 24.2.3}
  1. Charpentiers, qualifiés ou apprentis. {9SC1-12: 24.2.4}

DEMANDEZ ET VOUS RECEVREZ

            Un recueil de Questions/Réponses ! Vous l’avez longtemps réclamé et il est aujourd’hui presque prêt à être publié. {9SC1-12: 24.2.5}

            Cet ajout à notre compilation de tracts deviendra un accessoire indispensable au croyant Davidien et à toute personne étudiant le message du scellement. Ce recueil contient un bon nombre de questions les plus souvent posées par les tout jeunes croyants, ainsi que les questions problématiques que se posent de temps à autres les membres établis. Cet outil inestimable servira non seulement à ceux qui souhaitent tenir fermes face aux attaques de l’ennemi mais aussi à ceux qui sont faibles dans la foi. {9SC1-12: 24.2.6}

            Vous ne sauriez vous en passer. Etudiez, « étant toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous, » gardant toujours à l’esprit qu’il faille d’abord « sanctifier dans vos cœurs Christ le Seigneur. » 1 Pi. 3 : 15. Et rappelez-vous que cette littérature est gratuite, mais qu’il faut en faire la demande pour la recevoir ! {9SC1-12: 24.2.7}

———————————————-RAPPELS———————————————-

N° 1

            En recueillant des coordonnées pour le ministère de la publication ou pour quel qu’autre but, assurez-vous dorénavant qu’elles soient correctement rédigées. Beaucoup de bons prospects ont été perdus parce que cette règle n’a pas été observée. Soyez « fidèles dans les moindres choses, » afin que vous deveniez « fidèles » également dans les « grandes. » {9SC1-12: 24.1.5}

N° 2

            Prière de ne pas mettre d’espèces dans vos envois surtout s’il s’agit de gros montants. {9SC1-12: 24.1.6}

N° 3

            Les personnes inscrites aux Cours par Correspondance doivent s’assurer, lorsqu’ils envoient leurs demandes de cours, d’avoir suffisamment affranchi leur enveloppe sachant que ce n’est pas souvent le cas. Vous comprendrez que c’est à l’école que les services postaux réclament le paiement des frais d’affranchissement manquant. Tous ces frais accumulés représentent un gros montant pour l’école ; par contre si chaque personne affranchissait correctement leur colis, les frais par personne seraient moindres. {9SC1-12: 24.1.7}

ERRATA

            Dans le dernier numéro du Code (Janvier-Décembre 1942) se sont glissées les erreurs suivantes : page 4, remplacer « Simon » par « Ananias ; » page 10, remplacer « Testimonies, Vol. 2, pp. 127, 128 » par « Testimonies, Vol. 1, pp. 127, 128 ; » page 11, remplacer « Testimonies, Vol., p. 161 » par « Testimonies, Vol. 1, p. 163. » {9SC1-12: 24.1.8}

24


Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *