L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




Vol. 8 Le Code Symbolique N° 1-12

LE CODE SYMBOLIQUE

[IMAGE COUVERTURE]

1

——————— L’ŒUVRE DE L’INSPIRATION ———————

« Toute Ecriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre. » 2 Ti. 3 : 16, 17. {8SC1-12: 2.1.1}

« Sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » 2 Pi. 1 : 20, 21. {8SC1-12: 2.1.2}

Selon les passages ci-dessus, il est convenu que toute Ecriture (pas seulement une partie) est inspirée. Dans le cas contraire, aucune Ecriture ne peut être interprétée personnellement car elle vient non pas des hommes mais de Dieu. Aussi, elle ne peut être interprétée par les hommes que sous la direction de l’Esprit de Dieu. Par conséquent, l’interprétation de chaque iota et trait de lettre est Inspiré et utile pour enseigner l’homme de Dieu, pour le convaincre et le corriger, pour l’instruire dans la justice, jusqu’à la perfection de la foi et des œuvres. {8SC1-12: 2.1.3}

Engageons-nous donc auprès du Seigneur à ne pas accepter ni faire passer des interprétations personnelles pour la vérité révélée. Pour nous garder de violer cette promesse solennelle, nous devons d’abord comprendre{8SC1-12: 2.1.4}

Le Phénomène de l’Inspiration.

Au sens Scripturaire, l’Inspiration se définit comme étant « une influence divine exercée directement et immédiatement sur l’esprit ou l’âme d’un homme » (The New Century Dictionary). En d’autres termes, c’est une fonction particulière de l’Esprit de Dieu. Elle est donc, dans Ses diverses manifestations, mise en œuvre non par un processus mental, mais par la puissance de l’Esprit. Pour bien comprendre ce mécanisme, il faut porter les regards sur le passé, à l’aube des temps, lorsque l’Inspiration a opéré dans l’esprit des hommes. {8SC1-12: 2.1.5}

Dieu créa Adam à Son image, et lui donna la domination sur « les poissons de la mer, les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. » Ge. 1 : 26. {8SC1-12: 2.1.6}

Adam fut le régent du premier royaume terrestre et de toutes les créatures vivantes. Sa capacité naturelle à gouverner et la soumission naturelle de ses sujets indiquent que toute la création, hommes et animaux, oiseaux et reptiles, étaient tous sous l’influence divine ou investi, c’est-à-dire inspirés. Lorsqu’Adam passa en revue chaque animal, il n’eut pas besoin d’étudier la constitution des créatures pour les identifier. Au contraire, il donna immédiatement un nom à chaque espèce qui en retour le reconnaissait comme son roi. Cette super intelligence (corroborée dans Matthieu 10: 19) montre clairement que toute la création était influencée par une puissance supérieure hors de toute portée. En résumé, la compréhension qu’avait Adam des animaux et vice-versa venait de l’Inspiration. Ainsi, les manifestations de l’Inspiration ne s’arrêtent pas seulement à l’homme. {8SC1-12: 2.1.7}

Par ailleurs, l’histoire sacrée nous révèle que l’Inspiration n’est pas uniquement l’expression de visions (Da. 7 : 2), de rêves (Ge. 28 : 12), de dialogue indirects (Ex. 40: 35; 28: 30), d’entretiens (Ge. 18 : 2) directs avec des êtres divins ou de toute autre forme de communication. Non, l’Inspiration se manifeste « de plusieurs manières. » Ainsi, Dieu « a parlé autrefois, à plusieurs reprises… à nos pères. » Hé. 1 : 1. {8SC1-12: 2.2.1}

Cette vérité fondamentale s’est probablement le mieux démontrée avec Noé lorsque des animaux parmi toute la création furent choisis et dotés d’une intelligence spéciale. Venu de loin comme de près, ils trouvèrent chacun leur chemin jusqu’à l’arche et vécurent tous paisiblement en communauté. (Voir Genèse 7 : 1-4.) {8SC1-12: 2.2.2}

Après le déluge, les descendants de Noé oublièrent très vite que l’arche avait été l’instrument de leur salut. Ils se mirent en tête de l’éventuelle survenue d’un second déluge alors que leurs prédécesseurs se refusèrent, eux, à croire à la venue d’un quelconque déluge. Le refus de croire que Noé avait été inspiré devint encore plus prononcé après le déluge, c’est pourquoi, les hommes construisirent une tour pour garantir leur survie. Ce fut le premier gratte-ciel du monde et le premier monument témoin de la résolution folle et démesurée de l’homme à assurer son salut sans l’aide de l’Inspiration divine. L’attitude insultante des ouvriers face à la promesse de Dieu transmise par Noé, suscita en Lui un tel déplaisir qu’Il effaça de leur mémoire le langage qu’ils avaient hérités d’Adam et leur inspira de parler toutes les langues de la terre. En conséquence, les ouvriers furent plongés dans la confusion et ne purent poursuivre leur construction (Ge. 11 : 7-9). {8SC1-12: 2.2.3}

Cet événement extraordinaire qui changea radicalement le visage de la société humaine, nous dévoile une autre forme d’Inspiration. Lorsqu’un individu ou un groupe d’individu travaillent contre Dieu, Il peut leur transmettre Son don pour faire échouer leur desseins mauvais (Ge. 11: 1-9) tout en promouvant Son dessein éternel et obtenir la gloire qui Lui est due (Ps. 76: 10). {8SC1-12: 2.2.4}

C’est cette forme d’Inspiration qui se manifesta chez un certain individu mal intentionné nommé Balaam. L’Eternel prit le contrôle de sa langue et alors qu’il s’apprêtait à maudire Israël, ce sont des bénédictions qu’il prononça (No. 22, 23, 24). {8SC1-12: 2.2.5}

Que ces « exemples » puissent constamment nous rappeler que celui qui s’emploie à œuvrer contre la volonté révélée de Dieu connaîtra l’échec et la honte. {8SC1-12: 2.2.6}

2

Après le déluge, l’Eternel apparut à Abraham et dit : « Je donnerai ce pays à ta postérité. » Ge. 12 : 7. Plus tard, « trois hommes étaient debout près de lui, » et l’un d’entre eux lui dit, « Sarah, ta femme, aura un fils. » Ge. 18: 2, 10. Ainsi, par l’entremise divine, Abraham expérimenta de manière différente l’Inspiration qui intervint chez Adam et Noé, et il fut rendu capable (inspiré) de comprendre les projets divins pour lui et sa postérité. {8SC1-12: 3.1.1}

Ainsi, il arriva que Balaam (faisant route vers Moab à la demande du Roi Balak) fouetta sa fidèle ânesse qui reçut alors le don de la parole et dit à son maître violent : « Que t’ai-je fait, pour que tu ne m’aies frappée déjà trois fois ? » No. 22 : 38. Là, nous voyons que le simple animal fut rendu capable (inspiré) de parler grâce à la divine Puissance créatrice. {8SC1-12: 3.1.2}

Il serait donc préférable pour tout homme de prendre garde à ce que l’Eternel dit ou fait, qu’importe la manière, le moment, le lieu et à travers qui Il s’exprime ou agit. {8SC1-12: 3.1.3}

Plus tard, Dieu, dans sa Providence (Ge. 45 : 5), permit que Joseph soit vendu par ses frères comme esclave, et fit qu’Israël se rende par la suite en Egypte. Indéniablement, c’est l’Eternel qui poussa (inspira) Jacob à offrir une tunique de plusieurs couleurs (Ge. 37 : 3) à Joseph. Cela provoqua la jalousie de ses frères qui s’excitèrent encore plus lorsque Joseph leur raconta son rêve interprété par Jacob (Ge. 37 : 10). Pour l’empêcher de prendre une position dominante dans la fratrie, ils le vendirent comme esclave à des marchands faisant route vers l’Egypte. Au temps opportun, Dieu l’établit second du royaume d’Egypte, puis Il amena les années d’abondance et les années de famine, moyen par lequel toute la maison de Jacob se rendit en Egypte. {8SC1-12: 3.1.4}

Dans leur tentative désespérée de se débarrasser de Joseph pour qu’il ne domine pas sur eux, ils réussirent, en fin de compte, à le promouvoir chef d’Egypte aux pieds duquel ils finiraient par s’humilier. C’est ici la preuve que celui qui tente de contrer les projets Divins, y contribue en occasionnant sa propre défaite. {8SC1-12: 3.1.5}

Lorsqu’après avoir fui l’Egypte, Moïse faisait paître les troupeaux de son beau-père à Madian, « l’ange de l’Eternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d’un buisson. Moïse regarda ; et voir, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point. » Ex. 3 : 2. Cette manifestation poussa Moïse à venir libérer Israël du joug de l’esclavage Egyptien et alors qu’il conduit les Hébreux pendant quarante années d’errance dans le désert, il communia avec l’Eternel face à face (Ex. 34 : 30-35) et son visage rayonnait de la lumière divine. Moïse vécut donc une expérience tout à fait différente que celle vécut par ses prédécesseurs. {8SC1-12: 3.1.6}

Le Pharaon et Nebudcadnetsar eurent des songes. Joseph et Daniel les interprétèrent (Ge. 40 : 8-12 ; 41 : 25-38 ; Da. 11 : 7 ; 2 : 28 ; 4 : 20, 24). Daniel le prophète, Jean le Révélateur et d’autres hommes Dieu eurent des visions. Ces hommes hors du commun expérimentèrent d’une manière particulière et à plusieurs degrés l’Inspiration. {8SC1-12: 3.1.7}

A travers ces exemples et bien d’autres encore, nous voyons que l’Inspiration accomplit ses merveilles de multiples façons. Elle se manifeste de différentes manières à travers toute la création, hommes et animaux. Certains ont entendu Sa voix par des intermédiaires visibles (Ex. 34 : 30-35) et invisibles (Ex. 3 : 2). D’autres l’ont vu en rêve, en vision et ont fait l’expérience de la providence. Ils l’on ressenti et ont été rendu capable de parler. {8SC1-12: 3.2.1}

Soyez donc attentif à toute manifestation surnaturelle dans l’église de Dieu qu’importe son vecteur, humain ou animal, petit ou grand, noir ou blanc, riche ou pauvre et comparez la, en toute impartialité, avec les Ecritures. Si elle est en harmonie, si elle y trouve son fondement et sa propre mention, si elle rend les hommes fidèles à la loi et aux prophètes et ajoute de la lumière à la vérité présente, alors acceptez-la quitte à perdre argent, biens, position, amis et proches, car il en va de votre vie. L’homme qui sera demeuré fidèle recevra le centuple de ce qu’il aura sacrifié afin d’obéir à la voix de Dieu (Mt. 19 : 29). {8SC1-12: 3.2.2}

Soyons constamment sur nos gardes pour nous prémunir de commettre le péché impardonnable, et pour cela, examinons avec sincérité tout esprit qui professe venir au nom du Seigneur. Autrement, nous serions en grand danger, rejetant l’appel du Saint-Esprit (Inspiration), et jetant indifféremment aux ordures notre propre vie. {8SC1-12: 3.2.3}

« Quand le Seigneur envoie un message à Son peuple, » dit l’Esprit de Vérité, « nul ne peut se soustraire à l’obligation d’en examiner le contenu, ni se permettre de rester à l’écart ou d’adopter une attitude indifférente et présomptueuse en disant : ‘Je sais ce qu’est la vérité. Je suis satisfait de mes conclusions. Ma décision est prise, et quoi qu’il advienne, je ne changerai pas d’opinions. Je n’ai pas à écouter ce que dit ce messager car je sais que cela ne peut être la vérité.’ C’est parce qu’elles agissaient ainsi que les églises populaires ont été abandonnées à des ténèbres partielles et que les messages de Dieu ne leur sont pas parvenus. »–Testimonies on Sabbath-School Work, p. 65. {8SC1-12: 3.2.4}

L’Inspiration déclare clairement que le messager de Dieu ne doit en aucune façon spéculer sur la révélation qu’il a reçu (Ap. 22 : 18-20) bien qu’il ait souvent eu la permission de l’exprimer avec ses propres mots. De la même manière, personne ne doit trifouiller dans le récit inspiré. Suivant cette logique, lorsqu’un texte n’est pas clair, seul l’auteur, s’il est toujours vivant, devrait être consulté. Dans le cas contraire, seul l’Esprit de l’Inspiration,

3

l’auteur original, peut faire la lumière sur un problème. En effet, « Si un message vous parvient et que vous ne le comprenez pas, prenez le temps d’en écouter les explications données par le messager, comparez les textes de l’Écriture entre eux, et jugez ensuite s’il est en conformité avec la Parole de Dieu. »–Testimonies on Sabbath-School Work, pp. 65, 66. {8SC1-12: 3.2.5}

Il n’est absolument pas prudent ni honnête de demander à une personne qui désapprouve un récit d’en fournir une quelconque explication. Un Démocrate ne ferait pas appel à un Républicain pour lui exposer la politique Démocrate ou vice-versa. Eve, souvenez-vous, a cru à l’interprétation de l’Ennemi (avec pour conséquence de les conduire, elle et Adam, à la transgression et la chute, et au bannissement du Paradis) ce qui amena la malédiction du péché et la mort sur l’ensemble de la création. C’est à nous qu’il revient d’éviter cette pierre d’achoppement et d’en faire plutôt une pierre de gué vers le Royaume. {8SC1-12: 4.1.1}

N’oubliez pas non plus, qu’il est foncièrement malhonnête de comparer des passages ôtés de leur contexte. Aujourd’hui, cela a généré tellement de perversions et de détournements de la vérité, démonstration des déformations délibérées de Satan lorsqu’il défia le Christ en disant : « Si tu es le Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : il donnera des ordres à ses anges à ton sujet ; et ils te porteront sur les mains, de peur que ton pied ne heurte contre une pierre. » Mt. 4 : 6. {8SC1-12: 4.1.2}

D’après les éléments présentés jusqu’ici, nous voyons clairement que les manifestations de l’Inspiration se classent dans deux catégories. Il peut s’agir d’une Inspiration de mots ou d’une Inspiration d’idées. Par exemple : un ange apparaît à quelqu’un et lui dit : « A tel moment, l’Eternel accomplira telle chose pour Son peuple. Rapporte au peuple ce message, et explique lui cette vérité par les Ecritures, car les prophètes l’ont prédit. » Le message de l’ange doit être fidèlement délivré bien que le messager conserve nécessairement le choix des mots à l’exception des paroles de l’Eternel. Par conséquent, lorsque le messager verra une occasion de présenter cette parole inspirée clairement et puissamment, il se devra d’employer le langage qui convient. C’est à cette seule condition que le flot de l’Inspiration deviendra de plus en plus limpide et merveilleux. {8SC1-12: 4.1.3}

Il faut aussi savoir que certains aspects des messages sont liés à des circonstances qui méritent d’être expliquées. Ces circonstances ne pourront toutefois pas revêtir une importance plus grande que la lumière envoyée, et cette lumière ne doit provenir que du message lui-même, ou d’une compréhension particulière liée au moment « présent », une compréhension partagée par le messager. {8SC1-12: 4.1.4}

Ce fut le cas pour Jean-Baptiste qui sous l’inspiration, annonça la venue du Roi, le Christ, et fut d’emblée confronté à la question de l’établissement de ce royaume. Il répondit à cette question en s’appuyant sur la compréhension qu’on avait du royaume à cette époque, c’est-à-dire que lorsque le Roi arriverait, Il établirait sans doute Son royaume et délivrerait Son peuple du joug Romain. Seulement, lorsque Christ vint enfin, Il expliqua que l’établissement du royaume et la libération du peuple étaient encore à venir. Les personnes suffisamment sages ne s’arrêtèrent pas à ces paroles incohérentes mais acceptèrent avec joie la vérité dans sa forme progressive et évoluèrent davantage en spiritualité. Or, ceux qui s’arrêtèrent sur cette question rejetèrent Jean, le qualifiant de faux prophète et acceptèrent Jésus, ou acceptèrent Jean et rejetèrent Jésus le qualifiant de faux Christ. Dans leur attitude de plus en plus rétrograde, ces personnes finirent par ne plus suivre ni Christ ni Jean. {8SC1-12: 4.1.5}

Les voies de l’Inspiration ne changent pas. Elles sont les mêmes, hier, aujourd’hui et demain. Les questions concernant la vérité révélée doivent donc être traitées comme au temps de Jean. Ainsi, l’esprit critique, sceptique et incrédule trouvera de nombreux points sur lesquels argumenter. Mais les incrédules d’aujourd’hui seront pris à leur propre jeu. {8SC1-12: 4.2.1}

Par ailleurs, l’Inspiration conduit toujours le messager de Dieu à une parfaite harmonie, elle ne produit pas la division. Cette substantielle vérité est illustrée magnifiquement avec l’Apôtre Pierre, un homme Juif et avec Corneille le Centurion Romain, un païen. Le Seigneur savait que Pierre n’aurait jamais reçu un Païen et que Cornélius ne se serait jamais présenté à un Juif. Alors les deux hommes reçurent instruction de ce qu’ils devaient faire en vision. (Voir Actes 10.) Ils obéirent à la vision divine en laquelle ils crurent et, de fait, n’eurent aucun mal à s’entendre. {8SC1-12: 4.2.2}

Vient ensuite l’expérience de Paul qui, menant sont œuvre malsaine de persécution des Chrétiens, fit la rencontre du Seigneur sur le chemin de Damas ; il fut converti et reçut l’instruction d’aller voir Simon. Sachant que Simon connaissait Paul en tant que persécuteur des fidèles, et qu’il ne l’aurait jamais reçu au nom d’une pseudo conversion et au nom de l’amitié, le Seigneur donna une vision à Simon l’informant de la conversion de Paul. Et les deux hommes, à l’instar de Pierre et Corneille, crurent et obéirent à leur vision (Actes 26 : 19). {8SC1-12: 4.2.3}

Lorsqu’Israël était dans le désert, des hommes se soulevèrent contre Moïse soutenant que Dieu leur parlait tout autant à eux qu’à lui (No. 16 : 2, 3). Mais leur excitation, au lieu d’apporter l’ordre et l’harmonie entre eux et Moïse, apporta la confusion et la dissension, ce qui causa la mort tragique de milliers de personnes (No. 16 : 32, 35, 49). Si l’Eternel avait parlé à ces hommes, Il en aurait certainement informé Moïse, mais en l’absence d’une quelconque révélation, Moïse compris clairement que l’Eternel ne soutenait pas Koré,

4

Dathan et Abiram. Ces derniers, imposteurs et arrivistes jaloux, n’étaient motivés que par leur propre égo. Si le serviteur de Dieu qu’était Moïse, avait accédé à la demande de ces hommes, il aurait assurément connu un châtiment similaire à « l’homme de Dieu, » qui fut persuadé par le « vieux prophète » de se détourner de sa route et de manger avec lui alors que l’Eternel le lui avait interdit. Il fut en conséquence tué par un lion. Tragique leçon ! Ecoutons la voix de Dieu et non celle des hommes. (Voir 1 Rois 13.) {8SC1-12: 4.2.4}

De plus, ceux que l’Eternel choisi comme messager ne cherchent jamais à se mettre en avant. Quand David fut oint par Samuel pour être roi d’Israël, il n’a jamais cherché à prendre possession du trône. Il n’a d’ailleurs jamais dévoilé son nouveau status. Alors qu’il était menacé de mort par Saül, il protégea ce dernier. A travers cette belle noblesse d’âme, David fit preuve d’amour, d’humilité, de soumission et de justice, provenant (inspiré) de l’Esprit de Dieu. Cette patience calme, bienveillante et tolérante, c’était l’assurance que Dieu est aux commandes. David savait que Dieu l’avait oint pour être roi, c’est pourquoi il attendit sereinement le moment choisi par le Ciel pour prendre le trône. {8SC1-12: 5.1.1}

De ces nombreux autres exemples nous voyons non seulement que Dieu n’envoie jamais une autre personne pour modifier, mettre à jour ou décommander un message préalablement confié à quelqu’un, sans avoir d’abord prévenu les deux parties. Et nous voyons aussi qu’Il n’élève jamais celui qui cherche à se mettre en avant et se glorifier. Il exalte plutôt au temps convenable ceux qui s’humilient sous sa puissante main (1 Pi. 5 : 6). {8SC1-12: 5.1.2}

Ces différents aspects de l’Inspiration nous amène à conclure que tous ceux qui craignent et se soumettent au Seigneur deviennent les dépositaires de la Divine Illumination. Seul l’Esprit Saint est capable de convaincre de la Vérité, de convaincre de péché, d’amener à la repentance et de donner le pouvoir d’obéir aux lois de Dieu, à Ses statuts et Ses ordonnances. L’homme seul ne peut parvenir à ces transformations, pas plus qu’un léopard ne peut changer ses taches. {8SC1-12: 5.1.3}

« Si vous voyez votre état de péché, n’attendez pas d’être meilleur. Ils sont nombreux ceux qui pensent n’être pas assez bons pour aller à Jésus. Pensez-vous devenir meilleur par vos propres efforts ? ‘Un Ethiopien peut-il changer sa peau, et un léopard ses taches ? De même, pourriez-vous faire le bien, vous qui êtes accoutumés à faire le mal ?’. C’est en Dieu seul qu’est notre recours. N’attendons pas que la conviction devienne plus forte, ou que l’occasion soit plus favorable, ou bien encore que nous soyons moins mauvais. Nous ne pouvons rien faire de nous-mêmes : il faut aller à Jésus tels que nous sommes. »–Steps to Christ, p. 31 (Le Meilleur Chemin, p. 28). {8SC1-12: 5.1.4}

« Vous ne pouvez faire propitiation pour vos péchés passés, vous ne pouvez changer votre cœur et le sanctifier. Mais Dieu promet de faire tout cela pour vous par Jésus-Christ. Vous croyez à cette promesse. Vous confessez vos péchés et vous vous donnez à Dieu. Vous voulez le servir. Tout aussi certainement que vous faites cela, Dieu accomplira sa parole à votre égard. Si vous croyez à la promesse — que vos péchés sont pardonnés et que vous êtes purifié—, Dieu transforme votre foi en réalité. Vous êtes guéri, tout aussi certainement que le paralytique auquel Jésus a donné la force de marcher dès qu’il crut à sa guérison. La chose est, dès que vous croyez. »–Steps to Christ, p. 51 (Le Meilleur Chemin, p. 48). {8SC1-12: 5.1.5}

Ainsi, les vrais disciples du Christ reçoivent l’inspiration chacun différemment. L’un interprétera, l’autre étudiera, un autre enseignera et un autre encore discernera. Et tous seront au service du Christ. {8SC1-12: 5.2.1}

Il en est de même pour chaque vrai Chrétien à qui il est donné de souffrir ou de se réjouir. Quoiqu’il advienne, souffrance et malheur, bonheur et joie, le fidèle enfant de Dieu lui conservera sa confiance, à Lui seul et à personne d’autre. Souvenez-vous « qu’aucune tentation ne vous est survenue qui n’ait été humaine, et Dieu, qui est fidèle, ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces ; mais avec la tentation il préparera aussi le moyen d’en sortir, afin que vous puissiez la supporter. » 1 Co. 10 : 13. {8SC1-12: 5.2.2}
« Voici, il ne sommeille ni ne dort, Celui qui garde Israël. L’Eternel est celui qui te garde, l’Eternel est ton ombre à ta main droite. Pendant le jour le soleil ne te frappera point, ni la lune pendant la nuit. L’Eternel te gardera de tout mal, il gardera ton âme ; l’Eternel gardera ton départ et ton arrivée, dès maintenant et à jamais. » Ps. 121 : 4-8. {8SC1-12: 5.2.3}

Ne murmurons pas comme ceux qui « méprisèrent le pays des délices ; ils ne crurent pas à la parole de l’Eternel, ils murmurèrent dans leurs tenues, ils n’obéirent point à sa voix. Et il leva la main pour jurer de les faire tomber dans le désert. » Ps. 106 : 24-26. {8SC1-12: 5.2.4}

Soyons fidèles comme l’apôtre : « Ce n’est pas en vue de mes besoins que je dis cela, car j’ai appris à être content de l’état où je me trouve. Je sais vivre dans l’humiliation, et je sais vivre dans l’abondance. En tout et partout j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans la disette. Je suis tout par celui qui me fortifie. » Ph. 4 : 11-13. {8SC1-12: 5.2.4}

Tandis que coule du vase d’or (Za. 4 : 2) l’Inspiration capable de faire de nous de vrais Chrétiens, coule également du chaudron des enfers la mauvaise inspiration à l’œuvre pour produire de faux Chrétiens. L’une sauve, l’autre détruit et alors que nous devons à tout prix être conscients et craindre l’Inspiration Divine, nous devons également être bien conscients de l’inspiration contrefaite–{8SC1-12: 5.2.6}

L’Inspiration Satanique.

Tragiquement, cette puissance Satanique s’est montrée, à travers les âges, invariablement efficace parmi les dirigeants d’église. Involontairement, tous ont été poussés à marcher selon les desseins

5

 

de Satan et à participer à la destruction (nouveau modèle) de l’œuvre dans laquelle ils croyaient s’investir. {8SC1-12: 5.2.7}

A la première venue de Christ, les dirigeants de l’église étaient, comme nous le savons, si inspirés de l’esprit de Satan qu’ils agissaient comme des démons. Ils semblaient avoir perdu la raison. Imperméables à la pluie de la Vérité, les sacrificateurs, scribes et pharisiens étaient évidemment très enclins à maintenir le peuple ignorant à cette même Vérité. Ils usaient de tous les stratagèmes possibles pour ouvrir les parapluies au-dessus du peuple afin que la moindre goutte de la première pluie salvatrice ne tombe sur personne. Malgré ces gouttes de Vérité qui tombaient comme jamais auparavant autour du peuple, ce dernier préférait rester au sec sous les parapluies des sacrificateurs. {8SC1-12: 6.1.1}

C’est dans ces heures ténébreuses de l’histoire de l’humanité que la Vérité et l’erreur, la lumière et les ténèbres, la liberté et l’esclavage étaient engagés dans ce qui fut probablement le plus grand conflit de tous les temps. Jusqu’à la Pentecôte, seules 120 personnes sur des millions furent préservées de la pénurie spirituelle qui couvrit le pays. Dès qu’ils furent baptisés du Saint-Esprit et investit de puissance, ils furent capables d’aider ceux qui avaient soif à s’échapper du cercle Satanique. {8SC1-12: 6.1.2}

Incapable d’éteindre définitivement la Vérité, Satan redoubla d’efforts. Vint alors le Moyen Age où il inspira à nouveau des actions contre la Vérité et ses partisans. Relâchant l’ensemble de ses démons en furie sur l’église, il provoqua « une détresse si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. » Si ces jours n’avaient été abrégés, personne ne serait sauvé, « mais à cause des élus, ces jours » ont été abrégés (Mt. 24 : 21, 22) par la Réforme. Ainsi, seule l’intervention Divine a empêché Satan de réduire au silence la voix de la Réforme et la puissance qui s’en est dégagé. Cela a toujours été, l’est toujours et le restera jusqu’à la fin. {8SC1-12: 6.1.3}

Toutefois, l’œuvre de Satan a eu pour effet d’amener les foules à s’assembler bêtement sous son parapluie anti-Vérité, malgré toute la lumière qui brille aujourd’hui, attirant par la même occasion beaucoup d’autres personnes. {8SC1-12: 6.1.4}

Mais la promesse tient toujours : « Cieux ! Prêtez l’oreille, et je parlerai ; terre ! Ecoute les paroles de ma bouche. Que mes instructions se répandent comme la pluie, que ma parole tombe comme la rosée, comme des ondées sur la verdure, comme des gouttes d’eau sur l’herbe ! » De. 32 : 1, 2. {8SC1-12: 6.1.5}

« Et vous, enfants de Sion, soyez dans l’allégresse et réjouissez-vous en l’Eternel, votre Dieu, car il vous donnera la pluie en son temps, il vous enverra la pluie de la première et de l’arrière-saison, comme autrefois. Les aires se rempliront de blé, et les cuves regorgeront de moût et d’huile… Après cela, je répandrai mon esprit sur toute chair ; vos fils et vos filles prophétiseront, vos vieillards auront des songes, et vos jeunes gens des visions. Même sur les serviteurs et sur les servantes, dans ces jours-là, je répandrai mon esprit. » Joël 2 : 23, 24, 28, 29. {8SC1-12: 6.2.1}

« Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue du muet éclatera de joie. Car des eaux jailliront dans le désert, et des ruisseaux dans la solitude ; le mirage se changera en étang et la terre desséchée en sources d’eaux ; dans le repaire qui servait de gîte aux chacals, croîtront des roseaux et des joncs. » Es. 35 : 6, 7. {8SC1-12: 6.2.2}

En dépit des efforts de Satan de couvrir toute la terre de son parapluie anti-Vérité, « il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Eternel sera fondée sur le sommet des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que les peuples y afflueront. Des nations s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Eternel. {8SC1-12: 6.2.3}

Il sera le juge d’un grand nombre de peuples, l’arbitre de nations puissantes, lointaines. De leurs glaives ils forgeront des hoyaux, et de leurs lances des serpes ; une nation ne tirera plus l’épée contre une autre, et l’on n’apprendra plus la guerre. Ils habiteront chacun sous sa vigne et sous son figuier, et il n’y aura personne pour les troubler ; car la bouche de l’Eternel des armées a parlé. Tandis que tous les peuples marchent, chacun au nom de son dieu, nous marcherons, nous, au nom de l’Eternel, notre Dieu, à toujours et à perpétuité. » Mi. 4 : 1-5. {8SC1-12: 6.2.4}

————–VOUS AUSSI, PRENEZ GARDE DE TOMBER————–

Depuis ce jour tragique en Eden où Satan a introduit le péché dans le monde et provoqué la chute de l’homme, il a placé dans chaque mouvement de vérité une pierre d’achoppement contre laquelle des foules ont trébuché. Soyons donc certains de trouver aujourd’hui sur notre chemin les mêmes dangers. Sachant que nous avons l’immense avantage de connaître les pièges dans lesquels sont tombés les précédents mouvements, gardons-nous de tomber dans les pièges qui nous sont aujourd’hui destinés de peur de subir une condamnation et un châtiment bien plus grands. En cas d’échec, nous montrerions à l’univers notre incommensurable faiblesse. Nous devons tenir ferme contre le piège le plus ingénieux du Diable ! Or, comment y arriver si nous ignorons ce qu’est ce piège et où il est placé ? {8SC1-12: 6.2.5}

Afin de trouver où se trouve réellement le danger, revoyons brièvement les différents pièges dans l’ordre chronologique. Examinons le premier mouvement d’église : {8SC1-12: 6.2.6}

6

LE MOUVEMENT NOATIQUE avait pour mission de construire l’arche qui constituerait un refuge contre le déluge imminent. La pierre d’achoppement jetée à l’époque par Satan fut que jamais dans la nature entière, l’homme n’avait eu l’occasion d’observer un quelconque phénomène pouvant l’amener à concevoir l’existence de la pluie. Basés sur leurs connaissances limitées de la nature et de ses capacités, les hommes se moquèrent et méprisèrent le savoir de Moïse et son terrible avertissement. Ils continuèrent à mener leur existence, « buvaient, se mariaient et mariaient leurs enfants, jusqu’au jour où Noé entra dans l’arche ; et ils ne se doutèrent de rien, jusqu’à ce que le déluge vînt et les emportât tous. » Mt. 24: 38, 39. {8SC1-12: 7.1.1}

S’appuyer sur la science humaine et non celle du ciel, tel fut le piège tendu aux antédiluviens. Leur sort nous interpelle et nous invite à ne pas commettre cette erreur. {8SC1-12: 7.1.2}

PENDANT LE MOUVEMENT ABRAHAMIQUE, le père de la foi fut appelé à quitter les villes du vieux monde dans l’espoir qu’un jour, le mouvement prendrait possession de la terre promise. Conscient de cela, Satan déploya tous ses efforts pour détourner la marche du mouvement vers les cités des nations. Cette pierre d’achoppement causa la chute de Lot qui perdit toutes ses richesses après que l’Eternel l’ait retiré de Sodome tel un tison arraché du feu. {8SC1-12: 7.1.3}

Pour les postdiluviens, les cités étaient des sables mouvants. Puissions-nous ne pas y perdre tous nos biens comme Lot. {8SC1-12: 7.1.4}

LE MOUVEMENT MOSAIQUE quitta l’Egypte afin de prendre possession de la terre promise et s’y établi en tant que royaume. Satan, qui prépara sournoisement ses pièges en vue de faire tomber le peuple, inspira les hommes à formuler de constants murmures et complaintes ; il excita leur convoitise et leur rébellion ; il fit même que ceux-ci soient effrayés à la vue des géants qui habitaient la terre promise. Incapable de comprendre que sa force était la main de l’Eternel, le peuple fut forcé d’errer quarante longues années dans le désert, attendant que se dessèchent les os de tous ceux qui avaient murmuré à l’exception de deux hommes. {8SC1-12: 7.1.5}

Incrédulité, obstination, rejet de l’autorité divine et quête du pouvoir, tel était le monstre à quatre têtes qui dévora le peuple de l’Exode. Ce monstre dévorera tous les croyants de la Vérité Présente qui s’aventureront dans sa tanière. {8SC1-12: 7.1.6}

LE MOUVEMENT CANANEEN CONDUIT PAR JOSUE était débarrassé de tous les pécheurs. Il était désigné comme apte à prendre possession du pays, chasser les païens et établir un royaume éternel. Conscient que la pérennité du royaume reposait sur l’obéissance du peuple aux instructions de Dieu données à travers Ses prophètes, Satan poussa le peuple à se moquer des envoyés Divins, à mépriser les paroles de Dieu et se railler de Ses prophètes, « jusqu’à ce que la colère de l’Eternel contre son peuple devînt sans remède » (2 Ch. 36: 16) et Il autorisa qu’on les ramenât en captivité. {8SC1-12: 7.1.7}

Les prophètes ont été pour les sujets du royaume une grande pierre d’achoppement, pierre contre laquelle les hommes ont toujours chuté au cours des siècles. Qu’aujourd’hui le sage ne « méprise pas les prophéties. » 1 Th. 5 : 20. {8SC1-12: 7.2.1}

LE MOUVEMENT APOSTOLIQUE fut suscité pour annoncer l’arrêt du service du sanctuaire terrestre et la mise en route du service du « tabernacle qui a été dressé par le Seigneur et non par un homme » (Hé. 8 : 2). Il devait baptiser « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit » (Mt. 28 : 19) tout ceux qui se repentaient de leurs péchés. Afin de contrecarrer sa mission, Satan échafauda une autre supercherie et lorsque les Apôtres disparurent, il réussit rapidement à faire perdre de vue à l’église la vérité sur le sacerdoce de Christ et sur le baptême. A la place, il parvint à établir un sacerdoce terrestre et à mettre en place le baptême de nourrissons. {8SC1-12: 7.2.2}

L’église Chrétienne, ayant été amenée à douter et méconnaître les services du sanctuaire et le baptême, son salut même, est tombée dans le piège de l’erreur. Ce piège est toujours en place, prêt à surprendre l’imprudent, c’est-à-dire tout ceux qui méconnaissent ou ont peu d’estime pour la vérité progressive révélée aujourd’hui dans ce message spécial du scellement. {8SC1-12: 7.2.3}

LES MOUVEMENTS PROTESTANTS ont été suscités pour annoncer et solliciter la prééminence de la Bible. Le monde d’avant la réforme était prisonnier des ténèbres à cause de lois religieuses non-inspirées, interdisant au peuple de posséder une Bible, le rendant de fait dépendant des interprétations personnelles qui en étaient faites. Puis vinrent les églises Protestantes qui restaurèrent la Vérité bafouée, chacune protestant contre les abus et contre l’usurpation des droits de l’homme. Chacune était également appelée à pousser le monde Chrétien à réaliser son besoin d’une vraie Inspiration et d’une liberté de religion ; son droit de posséder une Bible et d’étudier pour lui-même et de faire de la Bible et de la Bible seule la règle de sa foi. {8SC1-12: 7.2.4}

Dans sa détermination à annuler la Réforme, Satan a, dès le commencement, constamment œuvré pour que chaque membre d’église soit friand d’interprétations personnelles des Ecritures et de théories non-Bibliques. En conséquence, aujourd’hui le Protestantisme n’obéit pas seulement aux interprétations non-inspirées d’un seul homme mais de milliers d’entre eux ! La Chrétienté s’en retrouve criblée de schismes et dans une confusion sans précédent. En effet, l’œuvre formidable des pères de la Réforme Protestante a été souillée et instrumentalisée pour anéantir les projets spéciaux que Dieu a pour son église aujourd’hui. {8SC1-12: 7.2.5}

La Réforme qui prit naissance sous la direction d’hommes inspirés, sortit l’église du bourbier. Hélas, ce sont des hommes

7

non-inspirés qui l’y plongèrent à nouveau et depuis elle y patauge encore. A moins de laisser la vérité nous sortir de ce marécage mortel de confusion, nous ne saurions vaincre l’ennemi de l’Inspiration dans ses inlassables et puissants efforts pour transformer les instruments de notre salut en armes de destructions. {8SC1-12: 7.2.6}

LE MOUVEMENT ADVENTISTE fut missionné pour annoncer le message du sanctuaire : « Craignez Dieu, et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement [la moisson] est venue » (Ap. 14 : 7). Seront alors jugés tous les morts depuis Adam qui n’ont pas pris de l’huile additionnelle (vérité) dans des vases (Mt. 25 : 4), qui n’ont pas doublé leurs talents (verset 15-30) ou revêtu « l’habit de noces. » (Mt. 22 : 11.) Ceux-là verront leurs noms effacés du Livre de Vie de l’Agneau. {8SC1-12: 8.1.1}

Le message concernant les morts devait préparer les vivants au jugement imminent. Ainsi, Satan a usé de tous les stratagèmes pour doucement amener les Adventistes à devenir de simples auditeurs et prédicateurs et non des pratiquants de la Parole. Ils ont offert les aromates en guise de dîme mais ont oubliés les points fondamentaux de la loi. En résumé, Satan a rendu les Adventistes malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus car d’une part, eux-mêmes n’ont pas mis en pratique ce qu’ils prêchent et d’autre part, ils se sont autorisés à faire ce qu’ils interdisent aux autres de faire. Afin d’empêcher les Adventistes de prendre conscience de cette « terrible tromperie » (Testimonies, Vol. 3, p. 254), Satan a installé un climat de tiédeur, leur faisant croire qu’ils sont riches de vérités n’ayant besoin de rien alors qu’en réalité, étant dans la misère, ils ont besoin de tout. {8SC1-12: 8.1.2}

Ainsi, la tiédeur et l’illusion d’être riche sont clairement les défauts propres aux Laodicéens. S’ils ne sont pas reconnus et rectifiés, ces dangers les conduiront à être vomis de la bouche de Dieu (Ap. 3 : 16). A nouveau, le Seigneur, dans sa grâce, plaide avec les croyants de la Vérité Présente afin qu’ils marchent dans lumière et fuient la tiédeur de peur qu’ils ne se croient à nouveau riches, enrichis, n’ayant besoin de rien et ne redeviennent pauvres, ayant de besoin de tout. {8SC1-12: 8.1.3}

LE MOUVEMENT DE ONZIEME HEURE nous concerne personnellement et intimement. C’est la dernière action de l’évangile qui doit « donner force et puissance » au Message du Troisième Ange et « éclairer la terre de sa gloire » (Ap. 18 : 1). Ce mouvement doit triompher à la différence des autres mouvements qui ont échoués. Il ne doit pas « prophétiser sur beaucoup de nations » (Ap. 10 : 11), mais sur « toutes » les nations. S’il est vrai qu’il doit gagner tout ceux qui n’ont pas entendu parler de Dieu, et amener à la maison de l’Eternel tous les saints « du milieu de toutes les nations » (Es. 66 : 19, 20), il est naturellement prévu qu’il dure. Ainsi, pour mener à exécution Ses projets, Dieu prend aujourd’hui les rênes dans Ses propres Mains (Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, p. 300) afin de purifier l’église en ôtant l’ivraie et en la conservant pure pour qu’elle se tienne sur le Mont Sion avec l’Agneau (Ap. 14 : 1). {8SC1-12: 8.1.4}

Compte tenu des circonstances, le mouvement de la Onzième Heure doit réussir car c’est lui qui doit faire l’œuvre de la moisson. S’il venait à échouer, le monde entier serait définitivement perdu, c’est pourquoi, le Seigneur fait en sorte qu’il tienne bon. Les Davidiens sont appelés « à la royauté pour un temps comme celui-ci. » {8SC1-12: 8.2.1}

« Car, » déclare la Parole, « c’est par le feu qui l’Eternel exerce ses jugements, c’est par son glaive qu’il châtie toute chair ; et ceux qui tuera l’Eternel seront en grand nombre…. Et j’enverrai leurs réchappés vers les nations…. Et ils publieront ma gloire parmi les nations. Ils amèneront tous vos frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l’Eternel. » Es. 66 : 16-20{8SC1-12: 8.2.2}

« On [les nations] les appellera peuple saint, rachetés de l’Eternel. » Es. 62 : 12. {8SC1-12: 8.2.3}

« Qui pourra soutenir le jour… ? Qui restera debout quand il paraîtra ? Car il sera comme le feu du fondeur, comme la potasse des foulons. » Mal. 3 : 2. {8SC1-12: 8.2.4}

Tout autant de bonnes raison pour les partisans de ce mouvement de passer les épreuves avec succès. Quel est finalement, le premier grave danger couru par les croyants de la Vérité Présente aujourd’hui ? {8SC1-12: 8.2.5}

Alors que nous avançons vers la fin de cette longue histoire, le travail n’a jamais été aussi grand, le temps aussi court et les ouvriers si peu nombreux. Ainsi, il paraît clair que Satan s’emploiera à ce que le temps soit gaspillé et l’œuvre inachevée. {8SC1-12: 8.2.6}

Levez-vous donc, ô croyant de la Vérité Présente ! Mettez-vous rapidement à la tâche, et « tout ce que ta main trouve à faire avec ta force, fais-le. » Ec. 9 : 10. Ne perdez plus un instant, car chacun de ces instants est vital au salut de votre âme et des âmes de biens d’autres. {8SC1-12: 8.2.7}

Le temps est venu et « les événements de la fin vont se précipiter, » (Testimonies, Vol. 9, p. 11 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 335) toutefois, avant de s’empresser, il faudra tenir compte de l’avertissement présenté ici pour{8SC1-12: 8.2.8}

Regagner Du Temps.

« Le jour est proche. Il nous faut apprendre, travailler, transformer notre caractère; pour tout cela, le temps est court. »–Education, p. 184 (p. 210). {8SC1-12: 8.2.9}

« Chaque année, des millions d’âmes meurent sans avoir reçu d’avertissement et sans être sauvées. A chaque instant de notre vie si variée, des occasions d’atteindre et de sauver ces âmes s’offrent à nous et Dieu désire que nous en tirions tout le parti possible. Les jours, les semaines et les mois s’écoulent ; il nous reste ainsi un jour, une semaine, un mois de moins pour accomplir notre mission. Encore quelques années, et la voix à laquelle il nous faudra répondre nous dira : ‘Rends compte de ton administration.’ »–Christ’s Object Lessons, pp. 373, 374 (Les Paraboles de Jésus, p. 327). {8SC1-12: 8.2.10}

8

« Dès sa plus tendre enfance, le Sauveur eut une vie très active. »–Idem, p. 345 (p. 299) {8SC1-12: 9.1.1}

« Notre temps appartient à Dieu, et chacun de nos instants lui est dû. Nous sommes tenus, de façon impérative, d’en tirer le meilleur parti pour sa gloire. Il n’est aucun talent dont il nous demandera un compte aussi rigoureux que celui du temps. {8SC1-12: 9.1.2}

La valeur du temps est incalculable. Le Christ considérait chaque moment comme précieux, nous donnant en cela un exemple. La vie est trop brève pour être gaspillée, et il nous reste bien peu de temps pour nous préparer en vue de l’éternité. Nous n’avons pas un instant à perdre, pas un instant à consacrer à des plaisirs égoïstes et aux jouissances du péché. C’est maintenant que nous sommes appelés à former des caractères pour le monde à venir. C’est maintenant que nous devons prendre nos dispositions en vue du jugement dernier. {8SC1-12: 9.1.3}

L’homme est à peine né que le processus de la mort commence, et ses labeurs incessants n’aboutiront qu’au néant s’il ne reçoit pas la véritable connaissance de la vie éternelle. Celui qui apprécie le temps et le regarde comme un jour de travail se prépare en vue des demeures éternelles. Pour lui, c’est un bonheur d’être né. {8SC1-12: 9.1.4}

Nous sommes exhortés à racheter le temps ; mais jamais nous ne pourrons retrouver celui que nous avons perdu, pas même un seul instant. Il ne nous est possible de racheter le temps qu’en tirant le meilleur parti de celui qui nous reste, en collaborant avec Dieu au grand plan de la rédemption. {8SC1-12: 9.1.5}

Celui qui agit ainsi voit son caractère se transformer. Il devient fils de Dieu, membre de la famille royale, enfant du Roi des cieux. Il est digne d’entrer dans la compagnie des anges. {8SC1-12: 9.1.6}

C’est maintenant le moment favorable pour travailler au salut de nos semblables. Certains s’imaginent que s’ils donnent de l’argent pour la cause du Christ, on ne leur demandera rien d’autre. Ils perdent un temps précieux qu’ils pourraient consacrer à son service. Le devoir et le privilège de toute personne en santé, c’est de travailler pour le Seigneur. Chacun doit s’employer à lui gagner des âmes. Les sacrifices pécuniaires ne peuvent pas remplacer l’engagement personnel. {8SC1-12: 9.1.7}

Chaque minute est chargée de conséquences éternelles. Nous devons être comme des gardes prêts à intervenir d’un moment à l’autre. L’occasion qui s’offre à nous maintenant de parler à une âme en détresse peut ne plus jamais se représenter. Il est possible que Dieu dise à cette personne : ‘Cette nuit même ton âme te sera redemandée’, et à cause de notre négligence elle ne sera peut-être pas prête. Comment nous justifierons-nous devant le Seigneur au jour du jugement ? {8SC1-12: 9.1.8}

La vie est trop solennelle pour que nous l’occupions tout entière à des questions d’ordre matériel et terrestre, et dans un souci constant des choses qui ne sont qu’un atome comparativement aux valeurs éternelles. Néanmoins, Dieu nous a aussi appelés à le servir dans les affaires temporelles. Le zèle apporté à cette tâche fait autant partie de la vraie religion que les exercices de piété. La Bible n’approuve jamais l’indolence — ce fléau le plus ruineux pour notre monde. Tout homme et toute femme vraiment convertis seront des travailleurs diligents. {8SC1-12: 9.1.9}

C’est de l’emploi judicieux de notre temps que dépend le succès de notre formation intellectuelle. La pauvreté, une humble origine ou un milieu défavorable ne constituent pas un obstacle décisif à la culture. Appliquons-nous seulement à bien utiliser tous nos instants disponibles. Ceux que nous serions tentés de dissiper en conversations futiles ou au lit, le matin; le temps passé dans les transports publics, à la gare, avant de se mettre à table ou en attendant des gens qui ne sont pas exacts aux rendez-vous, tout cela devrait être employé à l’étude, à la lecture ou à la réflexion. Une énergique résolution, une application soutenue, une économie stricte de tous les instants nous permettront d’acquérir les connaissances et la discipline qui nous qualifieront pour n’importe quel poste de confiance. {8SC1-12: 9.2.1}

Le devoir de chaque chrétien est de contracter des habitudes d’ordre, de perfection et de diligence. Quel que soit son ouvrage, l’homme qui le fait négligemment est inexcusable. Si l’on est toujours au travail et que ce dernier demeure sans cesse inachevé, c’est que l’on n’y a pas mis son esprit et son cœur. Celui qui est désavantagé par sa lenteur devrait aspirer à se corriger de ce défaut. Il faut qu’il s’applique à tirer de son temps le meilleur parti possible. Avec de l’adresse et de la méthode, certaines personnes feront en cinq heures autant de travail que d’autres en dix. Il est des ménagères qui sont toujours sur la brèche, non parce qu’elles ont fort à faire, mais parce qu’elles ne savent pas organiser leur journée. Elles n’avancent pas et se donnent beaucoup de peine pour peu de chose. Mais tous ceux qui le désirent peuvent surmonter leur embarras et leur lenteur habituelle. Il leur suffit de se fixer un but précis, de décider du temps nécessaire pour une tâche donnée et de faire tous leurs efforts pour tenir ce programme. L’exercice de la volonté rendra les mains habiles. {8SC1-12: 9.2.2}

Faute d’énergie et de décision pour se réformer, certains finissent par s’ancrer dans leurs mauvaises habitudes. Mais s’ils cultivent leurs facultés, ils deviendront capables d’accomplir un excellent travail. Leurs services seront alors requis en toutes circonstances. On les appréciera à leur juste valeur. {8SC1-12: 9.2.3}

Combien d’enfants, de jeunes gens et de jeunes filles gaspillent un temps qui, utilisé à des travaux domestiques, aurait pu témoigner de leur affection à l’égard de leurs parents ! La jeunesse pourrait charger sur ses robustes épaules de nombreux fardeaux que d’autres doivent porter. »–Idem, p. 342-345 (p. 296-299). {8SC1-12: 9.2.4}

« C’est le propre d’une foi véritable de faire ce qui est juste au bon moment. »–Testimonies, Vol. 6, p. 24. {8SC1-12: 9.2.5}

9

 

—————-QUEL CHEMIN CHOISIREZ-VOUS ?—————-

Au début de Son ministère, le Sauveur présenta à Ses disciples les deux voies qui s’offrent à ceux qui « cheminent » dans cette vie : « Entrez par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. » Mt. 7 : 13, 14. {8SC1-12: 10.1.1}

Auto-satisfaites de leur situation et se croyant même évoluer sur la voie royale qui mène au Royaume, les foules qui empruntent le chemin spacieux observent avec mépris les quelques personnes qui cheminent sur le chemin resserré, véritables apostats s’en allant fanatiquement vers leur perte. Dans leur erreur, les foules ne voient pas que le chemin spacieux commence à la grande porte et il mène non pas à la « vie » mais « à la destruction, » tandis que le chemin resserré qui commence à la petite porte mène, lui, « à la vie. » Cette grosse erreur confirme que les gens sont en majorité charnels, malheureux, misérables, pauvres, aveugles et nus et ils ne le savent pas{8SC1-12: 10.1.2}

« L’ennemi, » déclare l’Esprit de Vérité, « prépare sa dernière campagne contre l’Eglise. Il sait si bien se dissimuler que beaucoup de chrétiens croient difficilement a son existence, à plus forte raison ne peuvent-ils être convaincus de son activité et de sa puissance étonnantes. Ils ont, dans une grande mesure, oublié ses activités passées, et lorsqu’il fait une avance nouvelle, ils ne reconnaissent pas qu’il est leur ennemi, le serpent ancien, mais ils le considèrent comme un ami qui accomplit une bonne ouvre. Se vantant de leur indépendance, ils obéiront sous son influence fascinante aux pires impulsions du cœur humain tout en croyant que Dieu les dirige. Si leurs yeux pouvaient s’ouvrir pour identifier leur capitaine, ils verraient qu’ils ne servent pas Dieu mais l’ennemi de toute justice. Ils s’apercevraient que l’indépendance dont ils se vantent est le lien le plus redoutable dont Satan puisse se servir pour enchaîner les esprits mal équilibrés. »–Testimonies, Vol. 5, p. 294 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 122). {8SC1-12: 10.1.3}

Dieu connaît les plans diaboliques de Satan et sait qu’il déploie tous ses efforts pour attirer l’église vers le chemin spacieux, ainsi, c’est très tôt (27 Mai 1856) qu’Il a parlé de ces « deux chemins : » « Ces deux voies sont bien distinctes, » déclare-t-Il, « et conduisent dans des directions opposées. L’une mène à la vie éternelle, l’autre à la mort éternelle. Je vis la différence entre elles et entre ceux qui empruntent l’une et l’autre. La première est étroite et raboteuse ; l’autre est large et unie. Ceux qui s’engagent dans ces chemins diffèrent par leur caractère, leur vie, leurs vêtements et leurs propos. {8SC1-12: 10.1.4}

Ceux qui cheminent sur la route étroite s’entretiennent de la joie et du bonheur qu’ils éprouveront à la fin du voyage. Si leurs visages sont souvent tristes, ils rayonnent souvent aussi d’une joie sainte. Ils ne s’habillent, ne parlent, ni n’agissent comme ceux qui sont sur l’autre route. Un modèle leur a été donné. Un homme de douleur, habitué à la souffrance, a ouvert cette route et l’a parcourue jusqu’au bout. C’est un réconfort et un encouragement pour ceux qui viennent après lui de voir la trace de ses pas. En la suivant, ils marcheront sûrement, comme lui-même a marché. {8SC1-12: 10.1.5}

Sur la route large, chacun s’occupe de sa propre personne, de ses vêtements, des plaisirs du moment. On se laisse aller à une franche hilarité, sans penser à la fin du voyage, à la destruction certaine qui approche un peu plus chaque jour. Avec une folle insouciance, on va toujours plus vite. Combien cela me parut terrible ! {8SC1-12: 10.2.1}

J’en ai vu beaucoup, sur cette large route, qui avaient ces mots écrits sur eux : ‘Morts au monde. La fin de toutes choses est proche. Vous aussi, soyez prêts.’ Ils avaient la même apparence de vanité que ceux qui les entouraient, mais je remarquai une ombre de tristesse sur leur visage. Leurs propos étaient tout à fait semblables à ceux des personnes gaies et insouciantes qui les entouraient ; mais à l’occasion, ils montraient avec un air de grande satisfaction les lettres qui étaient peintes sur leurs habits, invitant les autres à les avoir aussi. Ils étaient sur la route large, tout en professant faire partie du nombre de ceux qui cheminent sur la route étroite. Ceux qui les accompagnaient leur disaient : ‘Il n’y a pas de différence entre nous. Nous sommes semblables dans nos vêtements, nos paroles et nos actes.’ »–Testimonies, Vol. 2, pp. 127, 128 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, pp. 32, 33). {8SC1-12: 10.2.2}

Ces propos clairs nous invitent à porter directement nos regards vers la lumière rouge qui est aujourd’hui braquée sur l’église. Cependant, bon nombre de Loadicéens se sont engagés, comme leurs prédécesseurs, sur cette large route. Il règne une telle insouciance que le Seigneur prévient l’église qu’elle « retourne résolument vers l’Egypte. » (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48) « Les coutumes et les pratiques qui éloignent l’âme de Dieu ont conduits, avec le temps, » l’église, « à mépriser toujours plus les avertissements et les sollicitations du Saint-Esprit, et finalement ses voies lui ont paru bonnes, et les appels du ciel ont été à peine perçus. »–Testimonies, Vol. 5, p. 103 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 15). {8SC1-12: 10.2.3}

« ‘Et parce que l’iniquité abonde, la charité du plus grand nombre se refroidira.’ L’atmosphère même est souillée par le péché. Bientôt le peuple de Dieu sera éprouvé et la majorité de ceux qui paraissent maintenant vrais et sincères seront reconnus pour être du métal vil. Plutôt que d’être établis et affermis par l’opposition, par les menaces et les injures, ils passeront lâchement du côté des opposants. »–Testimonies, Vol. 5, p. 136 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 32). {8SC1-12: 10.2.4}

Le temps de l’établissement du Royaume est venu et « tout est prêt [excepté l’église], » qui demeure dans cette condition. C’est pourquoi, dans Sa miséricorde, le Seigneur parle à nouveau à Son peuple : « Entendez la verge et Celui qui l’envoie. » (Mi. 6 : 9). Entendez le message de la purification de l’église et le prochain établissement du Royaume. {8SC1-12: 10.2.5}

10

La voie de l’Eternel crie à la cité, l’église, qu’Il purifiera bientôt en y éliminant tous ceux qui ne cheminent pas sur le chemin resserré, qui ne soupirent ni ne gémissent à cause des abominations qui s’y commettent, et qui n’ont donc pas reçu le sceau de Dieu. En d’autres termes, Dieu prévient l’église que la moisson est venue et qu’Il va bientôt jeter les mauvais poissons et mettre les bons poissons dans des vases (Mt. 13 : 47) que représentent le Royaume dans la période Davidienne (Os. 3 : 4, 5). {8SC1-12: 11.1.1}

Ainsi, Satan a lancé son ultime campagne contre les quelques personnes engagées sur le chemin resserré. Il dirige sur eux le venin de sa haine, déploie ses pièges espérant les ralentir, de sorte qu’ils soient incapables d’échapper au massacre qui aura bientôt lieu dans l’église et ne puissent entrer dans « le royaume de Dieu qui arrive bientôt. »–Desire of Ages, p. 235 (Jésus-Christ, p. 217). {8SC1-12: 11.1.2}

Au lieu d’attirer les croyants Vérité Présente sur le chemin spacieux où ils avanceraient librement, il préfère les faire traîner et reculer sur le chemin resserré ; c’est là que se trouve son piège. {8SC1-12: 11.1.3}

« Ces âmes tourmentées, » déclare l’Esprit de Prophétie, « seront celles qui désireront ardemment emprunter la porte étroite et le chemin resserré qui mène à la vie éternelle, à une joie et un bonheur parfaits et éternels. Ceux qui en revanche, paraissent vouloir s’y engager n’y parviendront jamais. Nombreux sont les Chrétiens dont la vie entière se résume à sembler chercher cette voie pour, au final, réaliser qu’il leur est tout à fait impossible de passer par cette porte étroite. »–Testimonies, Vol. 2, p. 480. {8SC1-12: 11.1.4}

« Il faut admettre qu’une large part d’individus possède un savoir théorique de la religion et n’a jamais ressenti la puissance régénératrice de la grâce sur le cœur. Ces personnes rechignent à écouter les témoignages d’avertissements, de reproches et d’instructions formulés par le Saint-Esprit. Elles croient à la colère de Dieu mais ne déploient aucuns véritables efforts pour y échapper. Elles croient au Ciel mais ne font aucuns sacrifices pour le gagner. Elles croient à la valeur de l’âme qui tôt ou tard ne pourra plus être sauvée, cependant elles manquent des occasions précieuses de se réconcilier avec Dieu. {8SC1-12: 11.1.5}

Ces gens lisent leur Bible, mais les avertissements ne les alarment point et les promesses ne les convainquent point. Ils approuvent des choses excellentes, pourtant ils suivent des voies proscrites par Dieu. Ils savent qu’un refuge existe, mais ne s’y abritent pas. Ils connaissent un remède contre le péché mais ne s’en servent pas. Ils connaissent le bien mais ne l’apprécient guerre. Toute leur connaissance ne contribuera qu’à aggraver leur condamnation. Ils n’ont jamais goûtés ni fait l’expérience de la bonté de Dieu. »–Testimonies, Vol. 5, pp. 221, 222. {8SC1-12: 11.1.6}

Frères et sœurs, faites-vous partie de cette « large part » d’individus qui croient à la Vérité, mais ne font pas les efforts nécessaires et les sacrifices pour la vivre ? Refusez-vous de suivre volontairement le bon chemin ? « Soyez décidés à connaître votre cas, si désespéré soit-il. Soyez assurés de votre héritage éternel. Soyez francs avec vous-mêmes. »–Testimonies, Vol. 1, p. 161 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 60). {8SC1-12: 11.1.7}

Comment procéder ? Il s’agit de faire ce que la plupart d’entre n’avons manifestement pas su faire : vivre pleinement la Vérité, la Vérité progressive. Pour cela, « Dieu exige un réveil spirituel et une réforme spirituelle. Sans quoi les tièdes deviendront de plus en plus odieux aux yeux du Seigneur qui finira par ne plus les reconnaître comme ses enfants. {8SC1-12: 11.2.1}

Un réveil et une réforme doivent se produire, sous l’action du Saint-Esprit. Réveil et réforme sont deux choses distinctes. Réveil signifie un renouveau de vie spirituelle qui ait pour effet de vivifier les facultés de l’esprit et du cœur et de mettre fin à la mort spirituelle par une résurrection. Réforme signifie réorganisation, changement dans les idées et les théories, les habitudes et les pratiques. Une réforme ne produira ses bons fruits de justice que si elle est le résultat d’un réveil de l’Esprit. Réveil et réforme doivent accomplir leur œuvre respective dans un concours harmonieux. »–Christ Our Righteousness, pp. 154, 155 (Messages Choisis, Vol. 1, p. 148) {8SC1-12: 11.2.2}

Cette œuvre cruciale qui consistait à retrouver de bons raisonnements et de bonnes habitudes, nous n’avons pas sur la mener à bien. En conséquence, notre cause n’a pas suscité d’enthousiasme, elle est désorganisée et ne touche pas à ce qui est essentiel. Il en résulte que nous n’avançons pas. {8SC1-12: 11.2.3}

« Une expérience authentique consistent en une variété d’expériences vécues sans préjugés et libres d’idées et réflexes issus d’expériences préalables. Nous sommes alors empreints d’une profonde sollicitude, d’un ardent désir d’apprendre, d’améliorer et de réformer chaque comportement qui ne serait pas en harmonie avec les lois physiques et morales. L’idée qu’on puisse réfuter ce qu’on a appris par expérience nous paraît folle voire cruelle. Mais nombreuses sont les erreurs persistantes qui proviennent très souvent de pseudo-expériences. En fait, ce qui est considéré comme de l’expérience n’en est pas du tout. Nous n’avons pas éprouvé sincèrement par l’expérience et l’investigation la notion qui se dégage du contexte. »–Testimonies, Vol. 3, p. 69. {8SC1-12: 11.2.4}

« Le christianisme est une science qu’il est nécessaire de savoir maîtriser — une science plus profonde, plus vaste, plus élevée que n’importe quelle science humaine, tout comme les cieux sont plus élevés que la terre. L’esprit humain doit être discipliné, éduqué, formé ; car il appartient aux hommes de servir Dieu d’une façon qui se désolidarise de leurs penchants naturels. Il arrive que l’éducation et les apprentissages de toute une vie doivent être oubliés. »–Counsels to Teachers, p. 20 (Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, p. 18). {8SC1-12: 11.2.5}

En comprenant que l’œuvre du Christianisme est la science par excellence, le Chrétien de la Vérité Présente réalisera qu’il doit devenir un Chrétien scientifique s’il veut avancer spirituellement. Il doit s’efforcer d’être conforme à tous les principes et méthodes justes et ce dans toutes les sphères de son âme. Autrement, il demeurera

11

parmi cette classe de Chrétiens malheureux sur laquelle l’Esprit de Prophétie déclare : {8SC1-12: 11.2.6}

« Vous comptez sur vos bonnes intentions et vos bonnes résolutions, mais la majeure partie de votre vie s’est passée à prendre des résolutions et à ne pas les tenir. »–Testimonies, Vol. 3, p. 542 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 489). {8SC1-12: 12.1.1}

Que nous sommes malheureux ! Qui nous donnera{8SC1-12: 12.1.2}

La Clef de la Science de la Sainteté ?

« Comment les fils et les filles de Dieu peuvent-ils avoir de la répugnance à prier, alors que la prière est, dans la main de la foi, la clé qui ouvre les trésors…? »–Steps to Christ, p. 95 (Le Meilleur Chemin, p. 92). C’est la respiration, la vie, de l’âme, « le secret de la puissance spirituelle. »–Gospel Workers, p. 254 (Le Ministère Evangélique, p. 249) ; Education, p. 258 (p. 290). Par conséquent, « Il y a, dans la prière de la foi, une science divine à laquelle doit accéder celui qui veut réussir sa vie. »–Idem, p. 257 (p. 290). {8SC1-12: 12.1.3}

« Ceux qui présentent leurs requêtes en se réclamant de la promesse, mais n’en remplissent pas les conditions, insultent Jéhovah. »–Christ’s Object Lessons, p. 142 (Les Paraboles de Jésus, p. 117). {8SC1-12: 12.1.4}

Il est essentiel que la prière soit juste, scientifique et inspirée ! Cette lourde vérité, le croyant authentique ne peut l’ignorer ; il est de fait poussé à réexaminer toute sa façon de prier pour s’assurer qu’elle est conforme et capable d’apporter des résultats, autrement la prière n’est qu’imposture, tromperie et une insulte à Dieu ! {8SC1-12: 12.1.5}

Dressons donc une liste des éléments nécessaires à une prière fervente efficace, base de la science de la puissance spirituelle : {8SC1-12: 12.1.6}

  1. « Une des premières, c’est que nous sentions le besoin du secours de Dieu. »–Steps to Christ, p. 95 (Le Meilleur Chemin, p. 93). C’est ainsi que nous nous approcherons de Lui et qu’Il s’approchera de nous (Ep. 1 : 7). {8SC1-12: 12.1.7}
  1. « Si nous conservons de l’iniquité dans nos cœurs, si nous retenons quelque péché connu, le Seigneur ne nous exaucera pas, tandis que la prière du pécheur repentant, au cœur brisé, sera toujours acceptée. Dès que nous aurons délaissé tous nos péchés et réparé nos torts dans la mesure du possible, nous pourrons nous attendre à l’exaucement de nos prières. »–Steps to Christ, p. 95 (Le Meilleur Chemin, p. 93). {8SC1-12: 12.1.8}

« Beaucoup… sont conscients de la répercussion de leurs actes au moment où ils les accomplissent, mais ils se laissent aller à l’oubli et ne se réforment pas. Examiner les actions du jour écoulé et savoir si notre conscience les approuve ou les condamne, est nécessaire pour tous ceux qui veulent atteindre la perfection d’un caractère chrétien. On s’aperçoit ainsi que le mobile de ce qui a été considéré comme une bonne œuvre, comme un acte charitable n’était pas toujours sans reproche. »–Gospel Workers, p. 275 (Le Ministère Evangélique, p. 270). {8SC1-12: 12.1.9}

« Répandons notre âme par le jeune et la prière sincère, par l’introspection et l’examen de soi-même. Qu’aucune action ne manque d’être passée en revue. »–Testimonies, Vol. 2, p. 157. {8SC1-12: 12.1.10}

« Il faut entrer de tout son cœur en communion avec Dieu. Sinon, les efforts sont infructueux, car ils sont accomplis dans une hâte et une confusion que Dieu ne sanctifie pas. »–Gospel Workers, p. 272 (Le Ministère Evangélique, p. 266). {8SC1-12: 12.1.11}

  1. « Si nous avons offensé quelqu’un, notre devoir est de lui confesser notre faute et de rechercher la réconciliation. Cette préparation est nécessaire pour nous présenter avec foi devant Dieu en vue d’implorer sa bénédiction. »–Christ’s Object Lessons, p. 143 (Les Paraboles de Jésus, p. 118). {8SC1-12: 12.2.1}

« Celui qui ne pardonne pas se prive du seul moyen par lequel il puisse bénéficier de la miséricorde de Dieu. Ne pensons pas que, si ceux qui nous ont fait du tort ne confessent pas leur péché, nous avons le droit de leur refuser notre pardon. Sans aucun doute, leur devoir est d’humilier leur cœur par le repentir et la confession; mais nous devons nous montrer miséricordieux à l’égard de ceux qui nous ont offensés même s’ils ne reconnaissent pas leurs torts. »–The Mount of Blessing, p. 166 (Heureux ceux qui, p. 93). {8SC1-12: 12.2.2}

« S’il y a eu des difficultés,… si l’envie, la méchanceté, l’aigreur et les mauvaises conjectures ont existées, confesser ces péchés, non d’une manière globale, mais approchez vos frères et vos sœurs personnellement. Soyez précis. Si vous avez commis un seul péché et qu’eux en ont commis vingt, confessez votre péché comme si c’était le plus grave. Prenez votre interlocuteur par la main et laissez la douceur vos saisir sous l’influence de l’Esprit de Dieu. Dites, ‘Veux-tu me pardonner ? J’ai mal agis à ton égard. Je veux réparer mes erreurs de sorte que rien ne soit retenu contre moi dans les livres du ciel. Je veux avoir un dossier propre.’ Qui, selon vous, adopterait une telle démarche ? »–Review and Herald, 16 Déc. 1884. {8SC1-12: 12.2.3}

  1. « La persévérance dans la prière est une autre condition de l’exaucement. Il faut prier sans cesse pour croître dans la foi. »–Steps to Christ, p. 97 (Le Meilleur Chemin, p. 95). {8SC1-12: 12.2.4}

« Une fois formée, l’union avec le Christ ne peut être maintenue que par des prières ferventes et des efforts inlassables. »–Testimonies, Vol. 5, p. 231 (Messages à la Jeunesse, p. 116). {8SC1-12: 12.2.5}

« Cherchez toutes les occasions de vous rendre là où l’on se réunit pour prier. Ceux qui aspirent véritablement à être en communion avec Dieu seront présents aux réunions de prière… désireux d’en retirer tous les avantages possibles. »–Steps to Christ, p. 98 (Le Meilleur Chemin, p. 96). {8SC1-12: 12.2.6}

« Les prières prononcées en public devraient être courtes et directes…. Consacrer à celles-ci quelques minutes est largement suffisant. »–Gospel Workers, p. 175 (Le Ministère Evangélique, p. 169) {8SC1-12: 12.2.7}

« Il faut aussi prier dans le cercle de la famille ; et surtout ne pas négliger la prière secrète. Celle-ci est la vie de l’âme. »–Steps to Christ, p. 98 (Le Meilleur Chemin, p. 96). {8SC1-12: 12.2.8}

  1. « Il y a encore un autre point trop souvent négligé par ceux qui recherchent le Seigneur dans la prière. Avez-vous été honnête envers lui ? »–Christ’s Object Lessons, p. 143 (Les Paraboles de Jésus, p. 118). {8SC1-12: 12.2.9}

« De fréquentes et ardentes prières ne sauraient être acceptées de Dieu à la place de nos dîmes. La prière ne remplace pas le paiement de nos dettes envers Dieu…. »–Messages to Young People, p. 248 (Messages à la Jeunesse, p. 246). {8SC1-12: 12.2.10}

12

  1. « Quand vous parlez des choses divines, pourquoi ne pas vous exprimer clairement… ? Ne vous agenouillez pas en vous couvrant le visage comme si vous désiriez cacher quelque chose, mais levez les yeux vers le sanctuaire céleste. »–Counsels to Teachers, p. 241 (Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, p. 19). {8SC1-12: 13.1.1}

« Alors qu’ils prient, beaucoup usent d’expressions irrévérencieuses, qui attristent l’Esprit du Seigneur, et empêchent leurs requêtes d’arriver jusqu’au ciel. »–Early Writings (Premiers Ecrits), p. 70. {8SC1-12: 13.1.2}

« En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens.” Répéter des formules, des phrases toutes faites alors que le cœur n’éprouve aucun besoin de Dieu, cela revient à ‘multiplier les vaines paroles’ des païens. »–The Mount of Blessings, p. 129 (Heureux ceux qui, p. 72). {8SC1-12: 13.1.3}

« Certains…. parlent de Dieu comme ils parleraient d’un cheval, ou de choses quelconques.”–Testimonies, Vol. 1, p. 410. {8SC1-12: 13.1.4}

« Jamais il ne devrait être prononcé à la légère, négligemment. Lorsque nous prions même, nous devrions éviter de le répéter fréquemment ou sans raison. »–Education, p. 243 (p. 247). {8SC1-12: 13.1.5}

« J’ai vu que le nom de Dieu ne devait être prononcé qu’avec révérence et une crainte respectueuse. En priant, quelques-uns emploient à la légère les mots Dieu Tout-Puissant, sans réfléchir à ce qu’ils disent. Cela déplaît au Seigneur. Ils ne se rendent pas compte du sens de leurs paroles, sinon ils ne parleraient pas ainsi du Dieu grand et redoutable qui les jugera bientôt au dernier jour. L’ange me dit : ‘Ne prononcez pas ces deux mots ensemble, car terrible est le nom de Dieu.’… J’ai vu que si l’Eglise veut prospérer, ces choses doivent être comprises et corrigées. »–Early Writings (Premiers Ecrits), p. 122 ; (Voir également Testimonies, Vol. 1, p. 410.) {8SC1-12: 13.1.6}

« Dans la prière publique ou privée, c’est un privilège que de se présenter devant le Seigneur en se mettant à genoux. Jésus nous a montré l’exemple : ‘S’étant mis à genoux, il pria.’ Ses disciples firent de même. Paul déclare : ‘Je fléchis les genoux devant le Père.’ En confessant à Dieu les péchés d’Israël, Esdras s’agenouilla. Daniel ‘se mettait à genoux trois fois le jour, il priait et il louait son Dieu’. {8SC1-12: 13.1.7}

Le respect que nous avons pour Dieu nous est inspiré par le sentiment de son infinie grandeur et de sa présence parmi nous. La présence de l’Invisible devrait être ressentie profondément par chaque cœur. L’heure et le lieu de la prière sont sacrés, car Dieu est là ; et le respect que montre notre attitude influe aussi sur la profondeur de nos sentiments. »–Gospel Workers, p. 178 (Le Ministère Evangélique, p. 172). {8SC1-12: 13.1.8}

  1. « Jésus dit : ‘En ce jour, vous demanderez en mon nom, et je ne vous dis pas que je prierai le Père pour vous ; car le Père lui-même vous aime.’ ‘Je vous ai choisis, … afin que ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donne.’. Mais prier au nom de Jésus, c’est plus et mieux que de mentionner son nom au commencement et à la fin de son oraison. C’est prier dans les sentiments et l’esprit de Jésus, tout en croyant à ses promesses, en se reposant sur sa grâce et en faisant ses œuvres. »–Steps to Christ, pp. 100, 101 (Le Meilleur Chemin, p. 98). {8SC1-12: 13.2.1}

« Nous ne devons pas seulement prier au nom du Christ, mais sous l’inspiration du Saint-Esprit. C’est là le sens de ce passage : ‘L’Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables.’ Dieu prend plaisir à exaucer de telles requêtes. Quand nous faisons monter vers lui une prière fervente au nom du Christ, notre ferveur même est le gage qu’il nous exaucera ‘infiniment au-delà de tout ce que nous demandons ou pensons. »–Christ’s Object Lessons, p. 146 (Les Paraboles de Jésus, p. 121). {8SC1-12: 13.2.2}

  1. Enfin, « Gardez jalousement vos heures de prière, d’étude de la Bible, d’examen de conscience. Mettez à part une portion de chaque journée pour étudier les Ecritures et communier avec Dieu. Ainsi vous obtiendrez la force spirituelle et vous croîtrez en grâce devant Dieu. C’est lui seul qui peut mettre en vous de nobles aspirations ; lui seul qui peut façonner votre caractère d’après le modèle divin. Tenez-vous bien près de lui dans la prière fervente, et il remplira vos cœurs d’intentions saintes et élevées, de désirs ardents pour la pureté et l’illumination de la pensée. »–Gospel Workers, p. 100 (Le Ministère Evangélique, p. 95). {8SC1-12: 13.2.3}

En formulant des prières de cette teneur, demander une chose au Seigneur revient à Lui de demander de faire en sorte que nous soyons capables d’accéder à cette chose, et non pas que Lui nous l’apporte. De fait, de par nos efforts, nous participons nous-même à l’exaucement de la prière. {8SC1-12: 13.2.4}

De par ce petit examen de ce qu’est la science de la prière, composante de la science du Christianisme, nous avons une vision claire de la différence qu’il y a entre celui qui marche véritablement dans le chemin resserré et celui qui y marche simplement. Nous comprenons que c’est ce qui distingue le non-scientifique du scientifique, la consécration et le zèle non-inspirés de la consécration et du zèle inspirés. C’est en fait ce qui sépare celui qui entre dans le Royaume de Dieu de celui qui manque d’y entrer. Allons-nous connaître la défaite et rester des Chrétiens décousus et non-initiés, ou connaître la victoire en devenant des Chrétiens scientifiques et inspirés ? Qu’en sera-t-il, frères et sœurs ? {8SC1-12: 13.2.5}

———–TOUT LE MONDE EST AU COURANT MAIS PERSONNE N’AGIT !———–

En ce temps où l’on se targue d’avoir l’esprit critique, où la plupart des théologiens évoluent en dehors du chemin tracé par les Ecritures, beaucoup d’enseignants Bibliques consacrent leurs énergies à rendre meilleur ce que Dieu a établi. C’est avec zèle et dévotion qu’ils veulent remodeler l’Ecriture Sainte. Ils ont répandu la négation afin d’annuler la prophétie, notamment celles concernant l’ancien Israël. Pour justifier leur démarche, ces examinateurs zélés de la Bible ont avancé une nouvelle théorie selon laquelle les Juifs, dans leurs incapacités à être dignes des promesses qui leurs furent faite, ont, de fait, annulé les prophéties. {8SC1-12: 13.1.9}

C’est ainsi que ces hommes ont pratiquement ôté de la Bible Chrétienne les nombreuses prophéties non-accomplies de l’Ancien Testament, faisant d’elles des sujets qu’il n’est plus nécessaire

13

de considérer. En tant que Fondamentalistes, les Loadicéens se sont toujours résolument opposés à cette sorte de rationalisation mais aujourd’hui, eux-mêmes sont tombés dans le même processus malveillant de négation. {8SC1-12: 13.2.6}

L’exemple le plus parlant est probablement leur tentative désespérée de rejeter les nombreuses preuves prophétiques de la purification de l’église via le massacre surnaturel ordonné dans Ezéchiel 9. La Verge Du Berger a déjà apporté, de toutes les manières possibles, bon nombre de preuves de l’absolue certitude que la prophétie d’Ezéchiel 9 trouve bien son accomplissement dans l’imminente purification de l’église. Les « réchappés » (Es. 66 : 19) de ce massacre amèneront tous leurs frères à la maison de l’Eternel (verset 20). Penchez-vous donc en toute sincérité sur les passages suivants : {8SC1-12: 14.1.1}

« Le vrai peuple de Dieu, qui a à cœur l’œuvre du Seigneur, et le salut des âmes, considérera toujours le péché dans sa terrible réalité. Il acceptera toujours que soient fidèlement et clairement révélés les péchés qui l’assaillent si facilement. Il aura un sens aigu de ses fautes, tout particulièrement aux dernières heures de l’histoire de l’Eglise, au moment où sont scellés les 144 000 qui doivent se tenir sans tache devant le trône de Dieu. Cela est tout particulièrement souligné dans la vision du prophète Ezéchiel, par les hommes qui avaient chacun leur instrument de destruction à la main. Il y avait au milieu d’eux un homme vêtu de lin qui portait une écritoire à la ceinture : ‘L’Eternel lui dit : Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations qui s’y commettent.’ »–Testimonies, Vol. 3, p. 266 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 384). {8SC1-12: 14.1.2}

« …Ils auront part à la destruction générale des méchants, représentée dans la vision d’Ezéchiel par les cinq hommes portant un instrument de destruction. Remarquez bien ceci : les enfants de Dieu qui reçoivent la marque de la vérité, écrite en eux par la puissance du Saint-Esprit (c’est l’œuvre accomplie par l’homme vêtu de lin), sont ceux ‘qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations’ qui se commettent dans l’Eglise. Leur amour de la pureté, de l’honneur et de la gloire de Dieu est tel, et ils ont un sens si aigu du caractère odieux du péché, qu’ils sont représentés comme étant en agonie, soupirant et gémissant. Qu’on lise le chapitre 9 d’Ezéchiel. {8SC1-12: 14.1.3}

Mais la destruction générale de tous ceux qui ne voient pas la réelle différence entre le péché et la justice, est décrite en ces termes dans l’ordre donné aux cinq hommes chargés du châtiment : ‘Passez après lui dans la ville, et frappez ; que votre œil soit sans pitié, et n’ayez point de miséricorde ! Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire !’ »–Idem, p. 267 (p. 385, 386). {8SC1-12: 14.1.4}

« Le sceau de Dieu ne sera point apposé sur ceux qui ne s’affligent pas de leur misère spirituelle et qui ne gémissent pas sur le péché des autres. Le Seigneur a donné des ordres a ses messagers, à ceux qui tiennent à la main un instrument de destruction : ‘Passez après lui dans la ville, et frappez ; que votre œil soit sans pitié, et n’ayez point de miséricorde ! Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire. Ils commencèrent par les anciens qui étaient dans la maison. {8SC1-12: 14.2.1}

Ici, nous remarquons que l’Eglise, le sanctuaire du Seigneur, sera la première à éprouver les effets de la colère de Dieu. Les anciens, ceux à qui il a donné une grande lumière et qui ont pour devoir de veiller sur les intérêts spirituels de la communauté, ont trahi leur mission. Ils ont prétendu qu’on ne devrait point s’attendre à voir des miracles et des manifestations signalées de la puissance de Dieu comme au temps de la primitive Eglise. Les temps ont changé, disent-ils. Ces paroles les fortifient dans leur incrédulité et ils disent : ‘Le Seigneur ne fera ni bien ni mal. Il est trop miséricordieux pour répandre ses jugements sur son peuple.’ ‘Paix et sureté’, tel est le cri que font entendre ceux qui n’élèveront jamais plus la voix comme une trompette pour déclarer au peuple de Dieu ses péchés et a Israël ses iniquités. Ces ‘chiens muets qui ne peuvent aboyer’, sont ceux sur lesquels fondra la juste vengeance d’un Dieu offensé. Hommes, femmes, jeunes gens, jeunes filles et enfants périront tous ensemble. »–Testimonies, Vol. 5, p. 211 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 73). {8SC1-12: 14.2.2}

« Ce scellement des serviteurs de Dieu est le même que celui qui fut montré en vision à Ézéchiel. Jean fut aussi témoin de cette remarquable révélation. »–Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), p. 445. {8SC1-12: 14.2.3}

Premièrement, le message pour Loadicée n’est pas adressé aux membres, l’église, mais à l’ange, les dirigeants (voir Ap. 3 : 14, 18) qui en ont la charge. Deuxièmement, les 144 000 personnes scellées ou marquées (car le scellement correspond au marquage–Testimonies to Ministers, p. 445) sont les serviteurs de Dieu. Troisièmement, ces serviteurs de Dieu sont les prémices (qui dit premiers, dit second, en parlant de la moisson). Ainsi, ces trois points nous conduisent à l’inéluctable conclusion que les 144 000 sont les prémices de la moisson dans l’église, Israël, et qu’ils remplaceront les pasteurs qui officiaient avant que « le bon grain » ne soit séparée de « l’ivraie ; » cela est tristement souligné dans Testimonies, Vol. 5, p. 80. {8SC1-12: 14.2.4}

« Nous avons été habitués à croire que là où il n’y a pas de vrais ministres, il ne peut y avoir de vrais Chrétiens ; mais ce n’est pas le cas. Dieu a promis que là où il y aurait de faux bergers, il prendrait charge du troupeau lui-même. Dieu n’a jamais placé le troupeau sous la seule dépendance d’instruments humains. Mais les jours de la purification de l’église arrivent à grand pas. Dieu aura un peuple pur et véritable. Dans le grand vannage qui aura bientôt lieu, nous serons mieux à même de mesurer la force d’Israël. Les signes révèlent que le temps est venu où l’Éternel viendra avec son van à la main, et purifiera son aire…. Ceux qui

14

se sont confiés en l’intelligence, le génie ou le talent, ne resteront pas en tête de file. Ils ne supportent pas la lumière. Ceux qui se sont montrés infidèles n’auront plus leur place dans le troupeau. Dans l’œuvre ultime et solennelle, peu de grands hommes seront engagés. Ils sont prétentieux, indépendants à l’égard de Dieu, et il ne peut les employer. Le Seigneur a des serviteurs fidèles qui, dans cette époque d’épreuve et d’ébranlement, se révéleront au jour. Ce sont des chrétiens de valeur, actuellement inconnus, qui n’ont pas fléchi le genou devant Baal. Ils n’ont pas bénéficié de la lumière qui nous a été envoyée en faisceaux étincelants. Pourtant, sous une apparence fruste et peu attrayante, leur lumière propre, celle d’un caractère authentiquement chrétien, sera révélée. Pendant le jour, lorsque nous regardons vers le ciel, nous n’y voyons pas d’étoiles. Elles sont là, cependant, incrustées dans le firmament, mais nos regards ne les distinguent pas. Leur éclat véritable n’apparaît que pendant la nuit. »–Testimonies, Vol. 5, pp. 80, 81 (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 61). {8SC1-12: 14.2.5}

Soyez conscient de votre état et des solutions qui s’offrent à vous. Allez-vous continuer d’éviter de parler de la condition Laodicéenne ? Ou prendrez-vous à cœur ce fait tragique : « notre continuelle infidélité qui nous a séparés de Dieu. L’orgueil, la convoitise et l’amour du monde cohabitent dans les cœurs qui se sont libérés de la crainte d’être repoussés ou condamnés. Des péchés graves inspirés par l’orgueil se sont introduits parmi nous. Et cependant l’idée qui prévaut est que l’Eglise connaît un état florissant où règnent la paix et la prospérité spirituelle. {8SC1-12: 15.1.1}

L’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. Pourtant, il en est quelques-uns qui sont inquiets ou étonnés de leur manque de puissance spirituelle. Le doute et même l’incrédulité à l’égard des témoignages de l’Esprit de Dieu apparaissent un peu partout dans nos églises, ce qui est conforme à la volonté de Satan. (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48) C’est aussi conforme aux pasteurs qui au lieu de prêcher Christ prêchent le moi. Les témoignages ne sont pas lus et sont méprisés. Dieu vous a parlé. La lumière a émanée de sa parole et de ses témoignages qui tous deux ont été pris à la légère et ignorés. En conséquence, le manque d’une foi véritable, de pureté et de dévotion est apparent parmi nous. »–Idem, p. 217. {8SC1-12: 15.1.2}

« Nous nous sommes égarés loin des anciennes bornes. Revenons-y. ‘Si l’Eternel est Dieu, servez-le ; si c’est Baal, servez-le.’ De quel côté serez-vous ? »–Idem, p. 137 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p.33). {8SC1-12: 15.2.1}

Si par intérêt pour le salut des autres nous nous devons de dénoncer leurs erreurs, nous avons alors l’immense devoir moral de témoigner autant d’intérêt pour les Laodicéens. Cette tâche devrait d’ailleurs être d’une plus grande importance car l’Inspiration révèle que les Laodicéens ont plus que quiconque besoin d’être redressés (Ap. 3 : 14-18). Ainsi, lorsque ces derniers rejettent les efforts déployés à leur égard, ils font preuve d’ingratitude et affirment alors être riches, s’être enrichis et n’avoir besoin de rien. A plus forte raison, les messagers de Dieu sentiront-ils le poids de la culpabilité s’ils manquent de sonner l’alarme Divine pour avertir leurs frères Loadicéens. (Voir Ez. 3 : 19, 20.) {8SC1-12: 15.2.2}

Rappelez-vous que l’éloge provient de la flatterie, mais que la correction provient de l’amour. {8SC1-12: 15.2.3}

« Suis-je devenu votre ennemi, » demande le Sauveur, « en vous disant la vérité ? Ga. 4 : 16. {8SC1-12: 15.2.4}

Serez-vous des hommes et des femmes qui se plaisent à avoir conscience de leurs pires défauts et à corriger leur caractère pour trouver grâce aux yeux de Dieu ? {8SC1-12: 15.2.5}

—————L’EGLISE ET LE FOYER—————

La Bible nous présente l’église et le Royaume comme les archétypes du foyer. En ce sens elle nous révèle implicitement que le Chrétien doit sagement considérer ces deux fondements divins pour construire son foyer. {8SC1-12: 15.1.3}

Les Ecritures font un parallèle entre le Seigneur et le mari (Os. 1, 2) et entre l’église et la femme : {8SC1-12: 15.1.4}

« Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur ; car le mari est le chef de la femme, comme Christ est le chef de l’église, qui est son corps, et dont il est le Sauveur. Or, de même que l’église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. » Ep. 5 : 22-24. {8SC1-12: 15.1.5}

De par cette divine injonction, les femmes sont tenues de respecter leur mari comme elles respecteraient le Seigneur. En effet, le mari est le Sauveur provisoire de la famille et le Seigneur est le Sauveur éternel de l’église. (« Christ a aimé l’église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau. » Ep. 5 : 25, 26.) Ainsi, lorsque la femme ne tient pas compte de l’ordre divin, elle insulte Dieu. {8SC1-12: 15.1.6}

« Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’église. » Ep. 5 : 25. {8SC1-12: 15.2.6}

La responsabilité du mari envers sa femme est tout autant indispensable et sacrée. Il doit considérer sa femme de la même façon que Christ considère Son Eglise. Chaque fois qu’il manque de faire cela, il viole la loi de Dieu. {8SC1-12: 15.2.7}

L’église a donc le devoir de respecter et d’obéir à Dieu, et la femme a le devoir de respecter et d’obéir à son mari. Le mari se doit d’aimer et de prendre soin de sa femme de la même façon que Dieu aime et prend soin de Son église. Ainsi, la maison de Dieu est semblable au foyer. Le Seigneur s’occupe des affaires de Sa maison, l’église ; de même le mari doit s’occuper des affaires de son foyer, sa famille. Le bien-être de l’église repose sur son obéissance à la volonté de Dieu ; de même le bien être de la famille repose sur son obéissance à la volonté du père. Ainsi, s’il est vrai que Christ est à la « tête » de l’église, il devient évident que le père est la tête du foyer. L’église convertie aime servir

15

son chef, Christ, de même l’épouse convertie aime servir son chef, son mari. L’homme et la femme qui évoluent dans cette harmonie réalisent qu’ils sont en fait complémentaires. {8SC1-12: 15.2.8}

« Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. Tout homme qui pris ou qui prophétise, la tête couverte, déshonore son chef. Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête non voilée, déshonore son chef : c’est comme si elle était rasée. Toutefois, dans le Seigneur, la femme n’est point sans l’homme, ni l’homme sans la femme. Car, de même que la femme a été tirée de l’homme, de même l’homme existe par la femme, et tout vient de Dieu. » 1 Co. 11: 3-5, 11, 12. {8SC1-12: 16.1.1}

Cette magnifique relation est souvent mise à mal et démolie par une mauvaise gestion des finances ou une mauvaise éducation ou les deux, parce que le modèle divin n’est pas suivi. Le Seigneur supporte Son épouse, l’église qui, elle, se charge d’effectuer ses achats, via l’élément intermédiaire qu’est l’argent. Donc, si l’homme supporte effectivement le foyer, c’est la femme qui gère l’argent et achète ce qui est nécessaire. Par ailleurs, si l’homme gagne tout juste de quoi subvenir aux besoins du foyer, il devrait, à plus forte raison, donner sa paye à son épouse pour qu’elle fasse en sorte que les besoins du foyer soient couverts jusqu’au prochain salaire. Si l’épouse gère les finances, de grands bienfaits en découleront car elle seule dépensera l’argent et saura ce qui manque dans le foyer. Tenant les comptes, la femme saura ce qu’il est nécessaire d’acheter pour faire vivre le foyer. {8SC1-12: 16.1.2}

En subvenant en priorité aux besoins nécessaires du foyer, elle évitera elle-même les achats superflus et évitera aussi à son mari d’oublier certains achats ou vice-versa. C’est d’ailleurs ce qui risque d’arriver si le mari gère les finances et laisse à sa femme le soin d’acheter. Si l’on procède de la bonne façon, les finances ne baisseront pas, et le foyer ne  souffrira d’aucuns manques, d’aucunes disputes ni d’aucunes ruptures. {8SC1-12: 16.1.3}

Par contre, si les revenus du foyer sont supérieurs aux besoins nécessaires, le mari et la femme peuvent ensembles gérer leurs finances en couvrant d’abord les besoins nécessaires, et en investissant ou épargnant l’excédent. {8SC1-12: 16.1.4}

Il faut comprendre que le mari n’est pas juste une tirelire, il est le roi du foyer, le « Lien, » et l’épouse n’est pas juste une chose insignifiante bonne à cuisiner, faire la vaisselle, la lessive, le ménage et s’occuper des enfants ; elle est la reine du foyer. Pour intégrer cela, les deux compagnons doivent avoir conscience du bienfait qu’est le mariage divinement inspiré. {8SC1-12: 16.1.5}

« Qui peut trouver une femme vertueuse ? Elle a bien plus de valeur que les perles. Le cœur de son mari a confiance en elle, et les produits ne lui feront pas défaut. Elle lui fait du bien et non du mal, tous les jours de sa vie. Elle se procure de la laine et du lin, et travaille d’une main joyeuse. Elle est comme un navire marchand, elle amène son pain de loin. Elle se lève lorsqu’il est encore nuit, et elle donne la nourriture à sa maison et la tâche à ses servantes. Elle pense à un champ, et elle l’acquiert ; du fruit de son travail elle plante une vigne. Elle ceint de force ses reins, et elle affermit ses bras. Elle sent que ce qu’elle gagne est bon ; sa lampe ne s’éteint point pendant la nuit. Elle met la main à la quenouille, et ses doigts tiennent le fuseau. Elle tend la main au malheureux, elle tend la main à l’indigent. Elle ne craint pas la neige pour sa maison, car toute sa maison est vêtue de cramoisi. Elle se fait des couvertures, elle a des vêtements de fin lin et de pourpre. Son mari est considéré aux portes, lorsqu’il siège avec les anciens du pays. Elle fait des chemises, et les vend, et elle livre des ceintures au marchand. Elle est revêtue de force et de gloire, et elle se rit de l’avenir. Elle ouvre la bouche avec sagesse, et des instructions aimables sont sur sa langue. Elle veille sur ce qui se passe dans sa maison, et elle ne mange pas le pain de paresse. Ses fils se lèvent, et la disent heureuse ; son mari se lève, et lui donne des louanges : plusieurs filles ont une conduite vertueuse ; mais toi, tu les surpasses toutes. La grâce est trompeuse, et la beauté est vaine; la femme qui craint l’Eternel est celle qui sera louée. » Pr. 31 : 10-30. {8SC1-12: 16.1.6}

Ainsi, lorsque la royale épouse s’occupe des problèmes internes de la famille, le royal époux s’occupe lui des problèmes externes de la famille. {8SC1-12: 16.2.1}

Par ailleurs, comme le directeur d’une école, Dieu Lui-même est le « Directeur » de Son église, et Son « épouse » (l’église, notamment les pasteurs, ceux qui amènent les gens, les enfants, à la foi) est l’enseignante de leurs enfants nés selon l’Esprit. Ainsi donc, comme un directeur d’école, le mari est le directeur de son foyer et son épouse est l’enseignante de leurs enfants nés selon la chair. {8SC1-12: 16.2.2}

« Pour bien comprendre ce qu’est le mariage, il faut toute une vie. Ceux qui se marient se mettent à une école où ils n’auront jamais fini d’apprendre. {8SC1-12: 16.2.3}

Dans votre union pour la vie, vos affections doivent être tributaires de votre bonheur mutuel. Il faut que chacun veille à celui de l’autre. Telle est la volonté de Dieu à votre égard. Mais bien que vous deviez vous confondre au point de ne former qu’une même personne, il ne faut pas que l’un ou l’autre perde son individualité. C’est Dieu qui possède…. C’est à lui que vous devez demander :…. Comment puis-je le mieux atteindre le but de mon existence ?…. Votre amour pour ce qui est humain doit passer après votre amour pour Dieu…. La plus grande partie de votre amour va-t-elle à celui qui est mort pour vous ? Si oui, votre amour l’un pour l’autre sera conforme à l’ordre du ciel. {8SC1-12: 16.2.4}

Ni le mari ni la femme ne doit chercher à dominer…. Tous deux cultiveront un esprit de bonté, étant bien déterminés à ne jamais se faire de la peine l’un à l’autre. {8SC1-12: 16.2.5}

16

N’essayez pas de vous contraindre l’un l’autre, ce serait agir au détriment de votre amour. Vous détruiriez ainsi la paix et le bonheur de votre foyer. Ne laissez pas pénétrer la discorde dans votre ménage, car vous seriez malheureux tous les deux. Soyez bons dans vos paroles et aimables dans vos actions ; renoncez à vos désirs personnels. Veillez sur vos propos, car ils ont une grande influence pour le bien ou pour le mal. Que votre voix ne laisse pas percer l’irritation. Mettez dans votre vie à deux le doux parfum de l’image du Christ. {8SC1-12: 17.1.1}

Avant de contracter une union aussi intime que celle du mariage, on devrait apprendre à se dominer soi-même et savoir comment se comporter avec ses semblables…. {8SC1-12: 17.1.2}

Mon frère, soyez bon, patient, indulgent. Souvenez-vous que votre épouse vous a accepté pour mari, non pour dominer sur elle, mais pour être son soutien. {8SC1-12: 17.1.3}

Il est une victoire que vous devez absolument remporter : c’est la victoire sur l’obstination. Vous n’y arriverez qu’avec l’aide du Christ. Vous pourrez livrer un dur et long combat pour vous dominer, mais vous ne réussirez pas sans la force qui vient d’en haut. Par la grâce du Christ, vous obtiendrez la victoire sur vous-même et sur votre égoïsme. Si vous vivez de la vie du Christ, si vous êtes prêt au sacrifice à chaque instant, si vous témoignez constamment une sympathie toujours plus grande à ceux qui ont besoin d’être secourus, vous remporterez victoire sur victoire. Jour après jour, vous apprendrez mieux à vous dominer vous-même et à fortifier les points faibles de votre caractère. Le Seigneur Jésus sera votre lumière, votre force, votre couronne de joie, parce que votre volonté sera soumise à la sienne…. Grâce à lui, vous détruirez l’égoïsme jusque dans ses racines les plus profondes…. L’indulgence et l’altruisme caractérisent les paroles et les actes de ceux qui sont nés de nouveau pour vivre en Jésus-Christ. »–Testimonies, Vol. 7, pp. 45-50 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, pp. 108-114). {8SC1-12: 17.1.4}

« C’est par la présentation des principes de la loi de Dieu aux parents et aux enfants que le grand mouvement de réforme doit commencer…. Qu’ils comprennent que l’obéissance à la loi de Dieu est l’unique sauvegarde contre les maux qui entraînent le monde à la perdition, et que par leur exemple et par leur décision, ils se rendent responsables, dans la plupart des cas, de la destinée éternelle de toute leur famille. {8SC1-12: 17.2.1}

Si les parents pouvaient entrevoir les conséquences de leurs agissements,… Nombreux sont ceux qui rompraient avec la tradition ou avec la coutume…. {8SC1-12: 17.2.2}

Qu’ils fassent pénétrer dans la conscience des parents la conviction de leurs solennelles obligations envers Dieu, obligations si longtemps négligées. Ce sera le meilleur moyen de dissiper l’esprit de pharisaïsme et de rompre toute résistance à la vérité. La religion au foyer est notre grand espoir. Elle place devant nous les brillantes perspectives de la conversion de familles entières aux vérités de l’Evangile. »–Testimonies, Vol. 6, p. 119 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 474, 475). {8SC1-12: 17.2.3}

L’exemple du Royaume de Christ se voit uniquement dans de tels foyers Chrétiens. En reflétant le Royaume aujourd’hui, chaque foyer réuni formeront ensemble le Royaume du Ciel. Il est donc de la plus haute importance que la mère et le père coopèrent en conduisant leur foyer selon les enseignements du Christ afin de garantir sa pérennité ! {8SC1-12: 17.2.4}

Un échec d’un des parents détruirait le foyer et disperserait la famille, non seulement aujourd’hui mais aussi pour l’éternité. En revanche, la mise en pratique de ces principes garantirait le bien-être et le bonheur de la famille dans ce monde et la prolongerait dans le monde à venir. {8SC1-12: 17.2.5}

———————-QUESTIONS ET REPONSES———————-

QUI S’EST EGARE LOIN DES ANCIENNES BORNES ?

Question N° 249 :

Les Adventistes ont toujours enseignés que le nombre 666 correspondait à la bête semblable à un léopard (Ap. 13 : 1-10). Or, La Verge Du Berger enseigne que cette bête correspond à la bête à deux cornes (Ap. 13 : 11). L’Esprit de Prophétie n’affirme-t-il pas clairement « qu’aucune parcelle de la vérité qui a fait des Adventistes du Septième Jour ce qu’ils sont ne doit perdre de sa force ? »–Testimonies, Vol. 6, p. 17 (Témoignages pour l’Eglise, Vol.2 p. 432). Par ailleurs, ne sommes-nous pas mis en garde en ces termes : « Malheur à celui qui retranchera la plus minime partie de ces messages ? »–Early Writings (Premiers Ecrits), p. 258. {8SC1-12: 17.1.5}

Réponse :

L’Esprit de Prophétie dit effectivement vrai et afin de s’accorder à cent pour cent sur ce point comme sur tous les autres, La Verge du Berger a dégagé cette vérité que les hommes avaient recouverte d’immondices, et il lui a rendu son éclat d’origine. {8SC1-12: 17.1.6}

Le nombre 666 a effectivement longtemps été attribué à la bête semblable à un léopard, seulement ceux qui formulèrent les premiers cette pensée ne furent pas les fondateurs de la dénomination Adventiste. Cela ne fit pas non plus partie de ce qu’ils enseignèrent au début du mouvement. Cette pensée fut en réalité amenée de l’extérieur et intriquée dans la théologie Adventiste alors que l’Esprit de Vérité affirmait via les fondateurs de la dénomination que ce nombre s’appliquait à la bête à deux cornes : {8SC1-12: 17.2.6}

Dans les débuts du message, l’ancien Geo. W. Holt écrivit que « la bête ayant sept têtes et dix cornes est celle dont il est question ; et je pense que l’image est la bête ayant ‘deux cornes semblables à celles d’un agneau,’ qui ‘parle comme un dragon.’ Le nombre de cette bête est 666. »–The Present Truth, Vol. 1, N°8, Mars 1850. {8SC1-12: 17.2.7}

L’ancien White, sur le même sujet, déclare que la « dernière puissance à écraser les saints est présentée dans Ap. 13 : 11-18. Le nombre de cette puissance est 666. »–A Word to the Little Flock, p. 9. {8SC1-12: 17.2.8}

17

Finalement, sœur White vient confirmer cette position en déclarant : « Je vis que tous ceux qui n’avaient pas reçu la marque de la Bête et de son Image sur leur front et sur leurs mains, ne pouvaient ni acheter, ni vendre. Je vis que le nombre (666) de l’Image de la Bête fut mis en place et que c’est la bête qui changea le Sabbat. L’Image de la Bête a ensuite suivit cette voie et gardé le Sabbat Papal au lieu du Sabbat Divin. »–Idem, pp. 18, 19 (Note : Le nombre 666 a été mis entre parenthèses par l’éditeur de A Word to the Little Flock.) {8SC1-12: 18.1.1}

Ainsi, trois témoins nous délivrent la preuve irréfutable que la position actuelle de la dénomination sur le nombre 666 n’était ni partagée ni enseignée par les pères fondateurs. Cela n’a jamais fait partie de la vérité ni du message que Dieu délivra à ce peuple. Par ailleurs, la Bible attribue ce nombre à la bête à deux cornes. Notez que toutes les caractéristiques de la bête à dix cornes sont décrites dans les versets 1 – 10 et que toutes celles de la bête à deux cornes sont décrites dans les versets 11 – 18. Le nombre vient conclure la description de la bête à deux cornes et ne peut donc pas s’appliquer à la bête à dix cornes. {8SC1-12: 18.1.2}

Nous sommes ici face à l’un des nombreux écarts qui poussèrent très tôt (1882) sœur White à s’écrier : « L’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. Pourtant, il en est quelques-uns qui sont inquiets ou étonnés de leur manque de puissance spirituelle. Le doute et même l’incrédulité à l’égard des témoignages de l’Esprit de Dieu apparaissent un peu partout dans nos églises, ce qui est conforme à la volonté de Satan. (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48) Les témoignages ne sont pas lus et sont méprisés. Dieu vous a parlé. La lumière a émanée de sa parole et de ses témoignages qui tous deux ont été pris à la légère et ignorés. En conséquence, le manque d’une foi véritable, de pureté et de dévotion est apparent parmi nous. »–Testimonies, Vol. 5, p. 217. {8SC1-12: 18.1.3}

« Nous nous sommes égarés loin des anciennes bornes. Revenons-y. ‘Si l’Eternel est Dieu, servez-le ; si c’est Baal, servez-le.’ De quel côté serez-vous ? »–Testimonies, Vol. 5, p. 137 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 33). {8SC1-12: 18.1.4}

LE MASSACRE D’EZECHIEL NEUF EST-IL LITTERAL ?

Question N° 250 :

La Verge du Berger enseigne que le massacre d’Ezéchiel 9 est littéral. Se pourrait-il qu’il se traduise par des événements communément appelés « actes de Dieu », tels que les tremblements de terres, les famines, les épidémies, les sept dernières plaies ou quelque chose du genre ? {8SC1-12: 18.1.5}

Réponse :

Les cinq agents qui détruisent les méchants dans l’église ne sont pas des forces de la nature, mais des hommes ayant des armes dans leurs mains. Ils sont des êtres surnaturels, non des éléments naturels, ils ne peuvent donc pas représenter des tremblements de terre, des famines ou autre. {8SC1-12: 18.1.6}

Ils ne peuvent pas non plus être les sept anges avec les sept plaies, car il y en sept et non cinq. De plus, ces anges n’ont pas « d’instrument de destruction » dans leurs mains mais des coupes et enfin, les plaies s’abattent sur Babylone (Ap. 18 : 4), tandis que le massacre d’Ezéchiel 9 a lieu dans Juda et Israël (Ez. 9 : 9). {8SC1-12: 18.2.1}

Qu’il soit littéral ou symbolique, Ezéchiel 9 accomplit une séparation entre le bien et le mal, l’ivraie et le bon grain, dans l’église (Juda et Israël), ce que les plaies feront également dans Babylone (Ap. 18 : 4). Si les plaies sont littérales, comment les instruments de destruction ne pourraient-ils pas l’être ? {8SC1-12: 18.2.2}

L’ange avec l’écritoire doit faire une marque sur le front de tous ceux qui soupirent et gémissent à cause des abominations. Ensuite, les anges destructeurs doivent tuer jeunes et vieux (Ez. 9 : 4-6). {8SC1-12: 18.2.3}

« L’Eglise » est « la première à éprouver les effets de la colère de Dieu. Les anciens, ceux à qui il a donné une grande lumière et qui ont pour devoir de veiller sur les intérêts spirituels de la communauté, ont trahi leur mission. Ils ont prétendu qu’on ne devrait point s’attendre à voir des miracles et des manifestations signalées de la puissance de Dieu comme au temps de la primitive Eglise. Les temps ont changé, disent-ils. Ces paroles les fortifient dans leur incrédulité et ils disent : ‘Le Seigneur ne fera ni bien ni mal. Il est trop miséricordieux pour répandre ses jugements sur son peuple.’ ‘Paix et sureté’, tel est le cri que font entendre ceux qui n’élèveront jamais plus la voix comme une trompette pour déclarer au peuple de Dieu ses péchés et a Israël ses iniquités. Ces ‘chiens muets qui ne peuvent aboyer’, sont ceux sur lesquels fondra la juste vengeance d’un Dieu offensé. Hommes, femmes, jeunes gens, jeunes filles et enfants périront tous ensemble. »–Testimonies, Vol. 5, p. 211 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 73). {8SC1-12: 18.2.4}

Ezéchiel 9 et les plaies n’ont en commun que leur résultat, la mort des méchants dans Loadicée et dans les églises de Babylone. Seuls ceux qui déclarent, « qu’on ne devrait point s’attendre à voir des miracles et des manifestations signalées de la puissance de Dieu comme au temps de la primitive Eglise, » croient que le massacre n’est pas littéral. {8SC1-12: 18.2.5}

A-T-ON IDENTIFIE LES PLANETES MONTREES EN VISION ?

Question N° 251 :

Relatant l’histoire du Mouvement Adventiste, l’ancien Loughborough déclare : « Au mois de Novembre 1846, il y eu une conférence à Topsham, dans le Maine, à laquelle assista l’ancien Bates. Lors de cette réunion, Mme White… eut une vision qui convainquit l’ancien Bates de leur origine divine… Pendant sa vision, Mme White commença a parlé des étoiles, décrivant de manière fluide les ceintures rosées qu’elle vit à la surface de certaines planètes et d’ajouter, ‘Je vois quatre lunes.’ ‘Oh,’ déclara l’ancien Bates, ‘elle est train de voir Jupiter !’ Evoluant ainsi dans l’espace, elle se mit à décrire

18

les ceintures et anneaux dans leur beauté variée et déclara, ‘Je vois sept lunes.’ L’ancien Bates s’exclama, ‘Elle est train de décrire Saturne.’ Vint ensuite la description d’Uranus avec ses six lunes ; puis elle fit une merveilleuse description de ‘l’ouverture des cieux’ en gloire. »–The Great Second Advent Movement, pp. 257, 258. {8SC1-12: 18.2.6}

Les puissants télescopes et les clichés stellaires ont permis aux astronomes de découvrir que Jupiter a neuf lunes et Saturne dix. Les cinq autres lunes de Jupiter furent découvertes entre 1892 et 1914. Les huit lunes de Saturne furent découvertes en 1848, la neuvième en 1899 et la dixième en 1905. Depuis la vision, l’on a découvert qu’Uranus a en réalité quatre lunes et non six. {8SC1-12: 19.1.1}

A la lumière de ces éléments, comment pouvez-vous soutenir que les écrits de Mme White soient inspirés ? {8SC1-12: 19.1.2}

Réponse :

Aux pages 257, 258 de The Great Second Advent Movement, il n’est pas dit que sœur White a nommé les planètes ; sont rapporté, plutôt, les paroles de ceux qui étaient présents lors de la vision. De plus, il n’est pas même sous-entendu que sœur White ait approuvé les affirmations de l’ancien Bates (conformément aux connaissances astronomiques de l’époque) sur les dites planètes. Il était naturel que Bates les identifie ainsi car cela correspondait aux connaissances astronomiques de l’époque. Dans son enthousiasme dépourvu d’inspiration Divine, l’ancien Bates présuma identifier et nommer ce que Dieu n’avait ni identifié ni nommé. En ce sens, les accusations portées contre sœur White n’ont pas la moindre pertinence. {8SC1-12: 19.1.3}

De toute évidence, sœur White ignorait tout des noms de ces planètes et l’ancien Bates en savait encore moins et nous aujourd’hui en savons également peu. Si et quand Dieu jugera bon de révéler leurs noms, nous savons que Son identification sera correcte. {8SC1-12: 19.1.4}

LA TOUR DE BABEL A-T-ELLE PRECEDEE LE DELUGE ?

Question N° 252 :

Sœur White déclare : « Le Seigneur institua tout d’abord le rite des sacrifices après la chute d’Adam. Celui-ci le transmit à ses descendants. Ce rituel fut perverti avant le déluge par ceux qui se séparèrent des croyants fidèles à Dieu et qui avaient entrepris de construire la tour de Babel. »–Spiritual Gifts, Vol. 3, p. 301 (L’Histoire de la Rédemption, p.149). {8SC1-12: 19.1.5}

Cette déclaration semble insinuer que la tour de Babel fut construite avant le déluge. Ne sait-elle pas qu’elle a été construite après ? {8SC1-12: 19.1.6}

Réponse :

Celui qui connaît la Bible sait que la tour de Babel fut construite après le déluge. Sœur White était, autant que ses détracteurs, bien au fait de l’histoire sacrée et elle n’a, de toute évidence, pas voulu dire ce qui est avancé ici. En cherchant quelque peu à comprendre ce qu’elle a voulu signifier, l’on verra d’emblée qu’elle parle approximativement des antédiluviens, puis de leurs descendants postdiluviens qui construisirent la tour, sans forcément opérer de transition détaillée entre les deux. C’est la pratique littéraire de l’ellipse où l’on omet ce qui paraît évident au lecteur. {8SC1-12: 19.1.7}

Y A-T-IL EU UN MELANGE CHEZ L’HOMME ET L’ANIMAL ?

Question N° 253 :

« Depuis le déluge, » déclare Mme White, « il y a eu des mélanges chez l’homme et l’animal qui se traduisent par l’existence d’innombrables variétés d’espèces chez l’animal et par l’existence de certaines ethnies chez l’homme. »–Spiritual Gifts, Vol. 3, p. 75 (1864.) {8SC1-12: 19.2.1}

Réponse :

Il faudrait être d’une grande ignorance et d’une grande stupidité pour aller croire, après lecture de la déclaration de sœur White, qu’il soit question ici d’absurdité biologique. D’ailleurs, cela prouve d’autant plus que ses propos ont été grossièrement pervertis. L’on pourrait débattre sur le sens grammatical de la phrase, « mélange chez l’homme et l’animal, » il n’en demeure pas moins vrai que sœur White a écrit d’autres textes sur le sujet. Malgré son manque d’expérience avec les mots, elle avait une vaste compréhension de la Bible et avec du bon sens, il est manifeste qu’elle a tenté ici de montrer deux sortes de mélanges—un chez les hommes au regard des multiples ethnies connues et l’autre chez les animaux au regard des multiples genres et espèces connus. Prenons par exemple, un Hébreux et un Cananéen, puis un âne et un cheval. Le mélange des deux populations donnerait naissance à une génération métissée tandis que le mélange des deux espèces animales produirait une espèce hybride. Sœur White explique d’ailleurs elle-même : « chaque espèce animal créée par Dieu fut préservée dans l’arche. Les espèces douteuses non créées par Dieu qui avaient été le produit de mélanges, furent détruites par le déluge. »–Spiritual Gifts, p. 75. {8SC1-12: 19.2.2}

EST-CE-QUE LA TOTALITE DE L’ŒUVRE « A WORD TO THE LITTLE FLOCK » EST AUTHENTIQUE ?

Question N° 254 :

La Verge du Berger, Vol. 2, p. 151, cite A Word to the Little Flock à propos du nombre de la bête à deux cornes. Cependant, ce livre est à la fois écrit par l’ancien James White et par sœur White. Ainsi, nous devrions tenter de savoir de qui provient la citation car si elle provient de l’ancien White, elle ne saurait revêtir l’autorité que la Verge lui confère. {8SC1-12: 19.2.3}

Réponse :

La citation en question provient de la plume de l’ancien White, toutefois, le livre a été écrit par lui et sa femme,

19

montrant que cette dernière n’a pas déprécié les articles de son mari. Dans le cas contraire, elle n’aurait jamais autorisé qu’on les publie aux côtés de ses écrits. Qu’importe les vérités embrassées par James White ou les autres pionniers, c’est par le biais de sœur White qu’ils les reçurent. En d’autres termes, dans ce livre, James White n’a fait qu’écrire ce qui avait été révélé via sœur White. Cela se vérifie simplement par le fait que la déclaration de sœur White sur le nombre de la bête en page 19, confirme parfaitement la déclaration de l’ancien White en page 9, et que la Verge reprend. Ainsi, si l’on accepte l’un, on accepte l’autre. {8SC1-12: 19.2.4}

OUI, LA VERGE ENSEIGNE TOUJOURS ENCORE LES « MEMES CHOSES »

Question N° 255 :

A ses débuts, La Verge Du Berger allait dans le sens de l’Esprit de Prophétie concernant la déclaration suivante : « Les restes de sa postérité sont les 144 000 contre qui le dragon s’en va faire la guerre »–La Verge du Berger, Vol. 2, p. 265. Aujourd’hui, dix ans plus tard, la Verge enseigne que « les restes de sa postérité sont ici, ceux qui se trouvent encore dans le monde lorsque Babylone est assise sur la bête (Ap. 17). »–Le Code Symbolique, Juillet-Décembre 1941, p. 9. Laquelle de ces deux positions est correcte ? {8SC1-12: 20.1.1}

Réponse :

S’il est vrai que les 144 000, les prémices, font partie de l’église, ils font alors partie de sa postérité. Ce sont les seuls à survivre au massacre des infidèles, c’est pourquoi ils sont le « reste », autrement dit, ce qui reste. Selon la même logique, l’on ne peut nier que la femme d’Apocalypse 12 symbolise l’église à la fin des temps et que les seconds fruits de sa postérité, ceux qui survivent à la destruction des méchants dans le monde, soient également un « reste. » {8SC1-12: 20.1.2}

Ainsi, les deux positions s’avèrent être correctes. La seule chose qui les diffère est que lorsque le Volume 2 fut produit, la Verge n’avait pas la lumière additionnelle qui inspira plus tard ce qui fut écrit dans le Code et qui montre que les 144 000 et la grande foule sont tous deux des restes. En effet, les 144 000 échappent au massacre opéré dans l’église (Es. 66 : 19) ; et la grande foule, qui demeure dans Babylone jusqu’au retour des 144 000 en Israël (Es. 66 : 20), est encore vivante après que les méchants, desquels elle a été appelée à se séparer, aient péris. {8SC1-12: 20.1.3}

LA VERGE ETABLIT-ELLE DES DATES PROPHETIQUES ?

Question N° 256 :

Comment La Verge du Berger peut-elle établir des dates prophétiques et rester en harmonie avec Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), p. 55 et Early Writings (Premiers Ecrits), p. 75 ? {8SC1-12: 20.1.4}

Réponse :

Si la Verge était coupable de cette offense, elle ne pourrait, de fait, pas être en harmonie avec les Témoignages. La Verge n’a jamais daté de quelconques événements futurs, elle n’a fait que fournir les dates de certains événements prophétiques déjà passés. Ainsi les dates qui interviennent dans le message de La Verge du Berger appartiennent à des événements qui se sont déjà accomplis et non à des événements qui doivent s’accomplir. {8SC1-12: 20.2.1}

SIGNIFICATION DE « CE QUI EST PUBLIE »

Question N° 257 :

Le Code Symbolique déclare : « N’enseignez que ce qui est publié. » Parlez-vous ici de la Bible, de l’Esprit de Prophétie et des écrits de la Verge du Berger, ou s’agit-il uniquement des écrits de la Verge ? {8SC1-12: 20.2.2}

Réponse :

La Bible et les ouvrages de l’Esprit de Prophétie sont les sources exclusives du message de la Verge du Berger. Ainsi, lorsqu’on enseigne la Verge, on enseigne de fait la Bible et l’Esprit de Prophétie, et l’Esprit de Vérité qui a insufflé les mystères de l’Inspiration est le seul à pourvoir les interpréter. Par conséquent, ceux qui tentent d’enseigner sans cette autorité Inspirée, tombent inévitablement dans la pratique interdite de l’interprétation personnelle (2 Pi. 1 : 20). Ce grand mal est la cause du schisme presque complet que connaît aujourd’hui la Chrétienté. Il y règne de fait la confusion, les conflits et la faiblesse. {8SC1-12: 20.2.3}

En tant qu’enseignants de la Verge du Berger (les littératures officielles de l’Association Davidienne des Adventistes du Septième jour), interdisons-nous de suivre une telle voie et enseignons à la lumière de la Verge ces passages qui doivent d’une manière ou d’une autre être interprétés. Ce n’est qu’à cette condition que les croyants de la Vérité Présente seront unis dans un même esprit, partagerons les même idées et tiendront tous un même langage (1 Co. 1 : 10 ; 1 Pi. 3 : 8 ; Es. 52 : 8). {8SC1-12: 20.2.4}

Nous demandons respectueusement à ceux qui choisissent malgré tout de s’engager dans les interprétations personnelles de cesser d’enseigner au nom de la Verge et à ses dépens. Qu’ils s’assument et enseignent en leur nom propre et leur à dépens. {8SC1-12: 20.2.5}

UNE JOURNEE COMMENCE-T-ELLE OU FINIT-ELLE PAR LE SOIR ?

Question N° 258 :

Dans le Tract N° 10 édition révisée, il est dit que le soir est la fin et non le début d’une journée de vingt-quatre heures. Or, dans Genèse 5 : 1, il est dit qu’il y eut un soir et il y eut un matin, ce fut le premier jour. D’après ce verset, le soir n’est-il pas la première partie du jour ? {8SC1-12: 20.2.6}

Réponse :

Le Code confirme que selon Genèse 5 : 1, le soir est bien la première partie d’une journée. Par exemple, Vendredi soir est la première partie de Samedi,

20

et Samedi soir est la première partie de Dimanche. Ce fait Biblique a toujours été reconnu par le peuple de Dieu. Aux temps Bibliques jusqu’à nos jours, l’on a employé le terme « au soir » pour désigner la dernière partie du jour, l’après-midi (Ex. 12 : 6 ; 16 : 13 ; Marc 14 : 12, 13, 15, 17 ; Jean 20 : 19). Cette terminologie couramment employée n’altère en rien le fait que la nuit, qui suit la période « du soir » et précède le jour, doit être considérée comme la première partie d’un cycle de vingt-quatre heures, car « il y eut un soir, et il y eut un matin, ce fut le sixième jour. » Ge. 1 : 31. C’est selon cet éclairage que la déclaration du Tract N°10, page 17 doit être comprise. {8SC1-12: 20.2.7}

LES NATIONS HERITERONT-ELLES DU ROYAUME ?

Question N° 259 :

L’Israël spirituel est-il composé de païens ? Ai-je raison de dire que les païens sont Israélites par adoption ? {8SC1-12: 21.1.1}

Réponse :

Il n’y aura qu’un arbre généalogique dans le Royaume, celui de Jacob auquel seront greffés les païens, comme nous le montre Romains 11. {8SC1-12: 21.1.2}

En observant la sainte cité nous voyons qu’elle ne possède pas de portes païennes mais des portes, au nombre de douze, sur lesquelles est inscrit le nom d’une des douze tribus d’Israël. Ainsi, les païens sauvés sont greffés sur l’olivier initial et dès lors qu’ils sont naturalisés citoyens d’Israël, ils héritent du Royaume. {8SC1-12: 21.1.3}

POSSEDONS-NOUS AUJOURD’HUI, LA TOTALITE DES DONS ?

Question N° 260 :

Selon le frère …………, nous n’avons pas encore reçu le don de guérison qui sera restitué après la purification de l’église. Devons-nous donc comprendre que le don d’enseigner n’a, lui aussi, pas encore été restitué ? Si ce n’est pas le cas, les enseignants de La Verge du Berger ont-ils ce don aujourd’hui ? {8SC1-12: 21.1.4}

Réponse :

« Le Christ est encore le médecin compatissant, » déclare l’Esprit de Prophétie, « comme au cours de son ministère terrestre. En lui se trouve un baume pour toutes les maladies, une puissance de guérison pour toutes les infirmités. Ses disciples actuels doivent prier pour la guérison des malades comme l’ont fait ceux d’autrefois, et leur requête sera exaucée, car ‘la prière de la foi sauvera le malade’. »—Ministry of Healing, p. 226 (Le Ministère de la Guérison, p. 193). {8SC1-12: 21.1.5}

Le frère n’a pas voulu donner l’impression que le peuple de Dieu actuel n’a pas reçu le don de guérison. Il a simplement voulu dire que grands miracles de guérisons, qui eurent lieu dans l’église Chrétienne primitive, sont encore à venir. {8SC1-12: 21.1.6}

Quant au don d’enseigner, nous lisons : « Le Seigneur vous donnera du pain dans l’angoisse, et de l’eau dans la détresse ; ceux qui t’instruisent ne se cacheront plus, mais tes yeux verront qui t’instruisent. » Es. 30 : 20. {8SC1-12: 21.1.7}

Lorsque l’église sera purifiée, ses enseignants recevront une bien plus grande puissance Pentecôtiste que ne le reçurent les 120 disciples. La prophétie de Joël sur la pluie de l’arrière-saison nous le montre clairement ; elle vient comme un enseignant de justice (Joël 2 : 23, commentaire) investi de la puissance (verset 28) pour proclamer la justice dans le monde entier. (Voir aussi Early Writings (Premiers Ecrits), pp. 277, 278.) {8SC1-12: 21.2.1}

UNE AUTHENTIQUE REFORME SANITAIRE, DE QUOI S’AGIT-IL ?

Question N° 261 :

En bannissant de notre table toute nourriture déclarée impure par la Bible, ne remplit-on pas les exigences de la « réforme sanitaire ? » {8SC1-12: 21.2.2}

Réponse :

« Réforme sanitaire » signifie plus que ne pas consommer les nourritures déclarées impropres par le Seigneur (Lé. 11 ; Es. 66 : 16). S’abstenir de nourritures interdites constitue le côté négatif de la chose ; c’est l’arbre défendu du jardin de notre époque. Du côté le plus important de la chose, le côté positif, il est question de sélection intelligente de nourriture. Il s’agit des nourritures pures (or forbidden foods) les plus nourrissantes, celles qui nous conviennent le mieux et qui nous apportent le mieux les nutriments dont nous avons besoin. {8SC1-12: 21.2.3}

Toutefois, il n’existe pas de régime alimentaire capable de couvrir les besoins de tout à chacun. Nous sommes tous d’apparence différente et, de fait, de constitution différente. Ce qui sera bénéfique pour l’un pourrait être mauvais pour l’autre, surtout pour cette génération abîmée par le péché. Un individu dont l’organisme est hyperhydrochlorique devrait, pendant ses repas, boire de l’eau pour neutraliser l’excès d’acidité. Par contre, un individu dont l’organisme est hypohydrochlorique ne devrait pas boire d’eau pendant ses repas sous peine de réduire la teneur en acidité. Pour un individu normal, il est conseillé de boire de l’eau deux heures après les repas. {8SC1-12: 21.2.4}

Supposons maintenant que le métabolisme d’un individu soit trop rapide. Le fait de digérer lentement la nourriture pourra contribuer à rétablir un équilibre. Dans le cas contraire, si un individu possède un métabolisme lent et déficient, le fait de digérer lentement pourrait aggraver son état. {8SC1-12: 21.2.5}

De même, les personnes dont l’estomac est abîmé et qui ne peuvent supporter les nourritures issues du gros grain, devraient préférer les nourritures issues de grains raffinés ou semi-raffinés. Toutefois, il ne faut pas oublier qu’un produit raffiné ne possède pas tous les nutriments et fibres et qu’il faut compenser ces carences par d’autres moyens. L’on pourrait par exemple remédier à la constipation causée par le manque de fibres, en consommant des dattes, des figues, des pruneaux et autres fruits du genre. L’on pourrait également remédier aux carences nutritionnelles en buvant l’eau issue de son de blé trempé ou tout autres grains trempés. Les bouillons de légumes, notamment les jus, sont également efficaces. Ces suppléments nutritifs ne couvrent pas totalement l’apport nécessaire en nutriments mais compensent efficacement les carences. {8SC1-12: 21.2.6}

21

Sur le même sujet, un individu pourrait éviter de prendre de dangereux médicaments favorisant le transit en buvant du petit-lait. D’autres pourraient boire du jus de choucroute, du lait concentré ou du jus de citron chaud. D’autres encore pourraient consommer des hydrogels naturels (tels que l’agar-agar, la graine de psyllium et autres produits similaires). En fait, la majorité des gens pourrait consommer l’un de ces produits et obtenir des résultats. {8SC1-12: 22.1.1}

En définitive, nous pouvons dire qu’une personne convertie à la réforme sanitaire mange, boit et se vêtit pour des raisons de santé, « pour soutenir ses forces et non se livrer à la boisson » (Ec. 10 : 17). Constamment, elle cherche à obtenir une meilleure forme physique non pour se faire plaisir et servir ses propres intérêts, mais pour travailler efficacement dans la vigne du Seigneur. {8SC1-12: 22.1.2}

La réforme sanitaire a été gravement entaillée et ses progrès presque interrompus par ceux qui suivent les tendances et abusent de la nourriture. La réforme a probablement le plus souffert des intempérants. Ainsi, implorons la grâce et la sagesse du ciel pour rétablir l’équilibre entre ces deux extrêmes. {8SC1-12: 22.1.3}

Le besoin d’une réforme sanitaire bien menée devient doublement urgent quand on pense que le temps qu’on passe à manger nous serait bien plus bénéfique s’il était mieux géré. Manger avec un lance-pierre dans l’espoir de gagner du temps est un faux calcul. Entretenir ces comportements est signe d’un appétit incontrôlé, d’une tolérance qui finira par avoir raison du plus robuste des individus à la fois physiquement, mentalement et moralement. L’on ne peut prétexter vouloir gagner du temps au détriment de notre santé, ou développer de hautes qualités morales en pratiquant l’intempérance dans le manger et le boire. Lorsqu’on dispose de peu de temps pour son repas, quelques bouchées bien mastiquées sont bienfaitrices, tandis qu’engloutir de la nourriture en grande quantité est non seulement grossier mais aussi franchement nuisible. {8SC1-12: 22.1.4}

De la même façon, manger dans le stress et la nervosité revient à maltraité son organisme. L’on ne peut retirer tous les bienfaits d’un repas qu’en mangeant l’esprit libre de toute anxiété et dans une atmosphère conviviale. {8SC1-12: 22.1.5}

Les étranges processus mentaux de l’homme pécheur sont tout à fait étonnants ! Un homme qui devrait se hâter, prend tout son temps et un homme qui devrait prendre son temps, se hâte ! Et paradoxalement, le premiers cas attrait au travail tandis que l’autre cas attrait au repas, véritable noyau de la santé. C’est le mal qui attrait au repas qui nous préoccupe. La réforme nous montrera qu’il est tout aussi important de mâcher sa nourriture que de digérer. Ainsi, plus jamais nous ne nous priverons du temps nécessaire à la mastication, pas plus que la nature ne privera l’estomac du temps nécessaire à la digestion. Il est impératif que les deux soient correctement respectés. Il est essentiel que la mastication et la digestion se déroulent sans gêne. {8SC1-12: 22.1.6}

Le temps qu’on passe à mastiquer devrait être régulé par l’afflux de salive. Salivons consciencieusement la nourriture, autrement cela entraîne, comme nous l’avons vu, l’indigestion. Manger vite empêche également l’estomac d’opérer correctement ses mélanges chimiques. Le fragile équilibre est facilement perturbé lorsque les aliments ne reçoivent pas suffisamment de salive afin de se mélanger parfaitement aux sucs gastriques. Ignorer ce principe provoquera un cercle vicieux, une surproduction d’acide hydrochlorique qui apportera son cortège de problèmes : fermentation, irritation, constipation, troubles abdominaux, aérophagie, mauvaise haleine, ulcères, malnutrition—une mauvaise santé. {8SC1-12: 22.2.1}

« Le repas devrait être un moment de délassement et d’échange. Tout ce qui pèse ou irrite devrait être oublié. Laissons s’exprimer notre bonne humeur, notre confiance, notre reconnaissance envers celui qui nous accorde toutes choses, et la conversation sera joyeuse, faite de pensées qui n’importunent pas, mais élèvent. »–Education, p. 206 (p. 233). {8SC1-12: 22.2.2}

A nouveau : le temps qu’on passe à grignoter entre les repas est perdu et de surcroît porteur de conséquences plus néfastes. {8SC1-12: 22.2.3}

Il faut une volonté hors-norme et invoquer l’aide du ciel pour obtenir la victoire sur ces pratiques et chacun doit prier constamment pour y parvenir. Personne ne jouira d’une santé parfaite et du bonheur ultime en ne consommant que des aliments cuits. Pour mener une vie heureuse, nos capacités physiques doivent être développées au maximum et pour ce faire, il ne faut pas minimiser l’importance des aliments crus consommés quotidiennement, notamment des feuilles et autres légumes. Les fruits ne peuvent remplacer les légumes. {8SC1-12: 22.2.4}

La famille humaine de cette génération est de plus en plus victime d’une santé mauvaise directement liée à la réduction de la consommation de légumes crus. Certains ont atteint de tels extrêmes que s’ils se réformaient et ne mangeaient que des légumes verts, ils auraient quand même le plus grand mal à couvrir leurs carences. A la rigueur, leur seule option serait dans ce cas de consommer ces aliments dans leur forme la plus concentrée. Et pour cela, la meilleure façon de faire serait de boire des jus de légumes. La Page Santé de notre prochain numéro du Code comportera quelques recettes qui permettront aux foyers moyens de réaliser sans mal ces breuvages succulents et essentiels. {8SC1-12: 22.2.5}

Ouvrez l’œil ! {8SC1-12: 22.2.6}

———–TEMOIGNAGE PERSONNEL———–

SATAN S’EFFORCE MAIS DIEU TRIOMPHE

Cher …………………. :

Il y a quelques années, mes parents, qui lisent le message de La Verge du Berger, ont envoyés deux tracts à une sœur plus âgée qui devait les lire et me les transmettre. Avant de les lire,

22


 elle les a quand même présentés à des amis Adventistes qui les présentèrent à leur tour à l’ancien ……….. pour qu’il détermine s’ils contenaient de l’erreur. Elle ne les a jamais revus et en conséquence, ni elle ni moi eûmes l’occasion de les lire. Mais au bout de quelques semaines, mes parents arrivèrent du Montana pour justement nous apporter le message. Pendant leur séjour, nous fûmes tous invités à une étude sur la Verge du Berger tenue dans la soirée chez un ami. Bien que je n’y ai pas assisté, les autres membres de ma famille y assistèrent et ma mère fut si excitée et enthousiaste par l’étude et de sa rencontre avec des croyants étrangers partageants sa foi, qu’elle vint chez moi cette même nuit et me réveilla pour m’annoncer la bonne nouvelle. {8SC1-12: 22.1.7}

Après cela, je commençai à venir aux réunions et vis que le message parlait « à la Loi et aux Témoignages. » Je fais aujourd’hui l’expérience d’une véritable conversion à travers la Verge, et je passe les plus belles années de ma vie, marchant à la lumière du Seigneur. Je réalise que même si les agents de Satan tentent coûte que coûte d’empêcher les gens de connaître la vérité, Dieu s’arrange pour la transmettre. Ceux qui sont au service de Satan n’auront jamais la victoire. A ce jour, ils devraient connaître la vérité pratique mise en évidence par le sage conseil de Gamaliel. {8SC1-12: 23.1.1}

Il n’y a pas très longtemps, j’étais en visite dans le sud de la Californie. Là-bas, j’ai assisté à quelques études où j’ai entendu des témoignages poignants. J’ai apprécié rencontrer des croyants établis de la Vérité Présente qui marchent dans la lumière et cherchent à être un peuple dans la bouche duquel il n’y a pas de « mensonge. » J’ai pu ainsi rapporter dans notre communauté un certain nombre de points de vérité qui nous échappaient. {8SC1-12: 23.1.2}

Sœur …………….. nous a fait le récit de l’avancée de l’œuvre au Mont Carmel. Elle a hâte d’y retourner au printemps si Dieu le veut. {8SC1-12: 23.2.1}

Certains membres de ma famille et moi-même avons passés de nombreuses heures ensemble, et avec une autre personne, à étudier le message du scellement. En tentant d’aider d’autres personnes à s’établir dans la vérité, j’ai appris beaucoup plus que je ne l’aurais fait en plusieurs mois d’études individuelles. Le Seigneur a rempli Sa promesse en me remémorant plein de choses que j’avais apprises. Ne manquez pas une telle opportunité. {8SC1-12: 23.2.2}

Les éclairages apportés par Le Code Symbolique ont été inestimables. Ont également contribués les extraits de « The Teacher’s Training Course » issus du de La Verge du Berger, Vol. 1, incluant l’illustration « Le mouvement de 1844, le scellement et la fin du temps de grâce. » Le tout compris à la lumière des Témoignages et de la lumière additionnelle, donnée par la Verge et par « A Word to the Student » pour servir de mise en garde. Si vous ne possédez par ces ouvrages utiles, vous ignorez ce que vous ratez. {8SC1-12: 23.2.3}

(Mme.) E. E. L.

Portland, Oregon

—————————————ANNONCES—————————————

ATTENTION

Les retards nous ont coûtés des batailles, des vies, des couronnes ! Laisserez-vous la négligence vous ôter la victoire, vous ôter la vie et vous subtiliser la couronne qui vous attend ? Un retard dans la distribution des derniers numéros de la Vérité Présente pourrait causer tout cela car ces littératures contiennent des messages urgents envoyés du ciel. Il est donc impératif que vous receviez et lisiez sans délai ces messagers silencieux. Ne soyez pas comme les cinq vierges folles ! {8SC1-12: 23.1.3}

Informez le bureau d’édition de tout changement de coordonnées et vous vous épargnerez toute déception due au retard. Sachez qu’en cas de changement de coordonnées, il ne suffit pas d’informer votre Bureau de Poste, car les courriers de troisième classe ne sont pas acheminés mais renvoyés à l’expéditeur. Non seulement vous payez des frais supplémentaires mais les retards peuvent aussi se compter en semaines voire en mois, pour peu que vous receviez ce dernier message que Dieu adresse à Son peuple. Cette perte pourrait signifier la perte de votre âme ou celle d’un membre de votre famille. Soyez vigilants et signalez tout changement de coordonnées. {8SC1-12: 23.1.4}

AVERTISSEMENT

Il n’est pas prévu dans le message qu’un individu réclame une contrepartie financière pour le travail qu’il effectue ou même pour La Verge du Berger. Tous les ouvriers du champ reconnus par l’Associations sont pourvus d’un certificat 1943. {8SC1-12: 23.2.4}

NOUS RECHERCHONS

Nous avons à plusieurs reprises réclamé des littératures Adventistes, notamment d’anciennes littératures et des volumes rares de Mme E.G. White, les premières éditions. Notre bureau en appelle donc à tous ceux qui pourraient nous faire don de ces volumes. Nous sommes particulièrement intéressés par les premières éditions de bulletins de sœur White, les séries de tracts (B notamment), les articles de Review and Herald, et plus particulièrement Early Experience and Views, Spiritual Gifts, The Life of Paul, et Captivity and Restoration. {8SC1-12: 23.2.5}

Notre Département Scolaire ferait un très bon usage de tous les écrits de l’Esprit de Prophétie de manière générale, des travaux Educatifs et particulièrement de la série des Conflict of Ages. Toute personne qui nous ferons don de l’un des ouvrages apporterait une contribution substantielle très appréciée. {8SC1-12: 23.2.6}

23

APRES DOUZE ANS

Pour conserver l’espoir que les frères acceptent bientôt le message du scellement, l’Auteur Divin de « L’œuvre finale pour l’église » (Testimonies, Vol. 3, p. 266) n’a jusqu’à ce jour attribué aucun titre à Ses messagers. Ainsi, ces littératures se sont vues naturellement attribuées le nom de La Verge du Berger. {8SC1-12: 24.1.1}

En douze ans, le « Lévitique » a été la dernière littérature en date à avoir été publiée par l’Association qui reçoit de l’organe gouvernemental, le nom d’Adventistes Davidiens du Septième jour. Ainsi, l’Association n’empruntera plus le nom de ses littératures. L’implication gouvernementale et ce changement de nom indiquent que le Royaume Davidien prédit il y a un longtemps et sur le point de s’établir. {8SC1-12: 24.1.2}

C’est pourquoi :

« Pousse des cris de joie, fille de Sion ! Pousse des cris d’allégresses, Israël ! Réjouis-toi et triomphe de tout ton cœur, fille de Jérusalem ! L’Eternel a détourné tes châtiments, il a éloigné ton ennemi ; le roi d’Israël, l’Eternel, est au milieu de toi ; tu n’as plus de malheur à éprouver. » So. 3 : 14, 15. {8SC1-12: 24.1.3}

« Réveille-toi ! Réveille-toi ! Revêts ta parure, Sion ! Revêts tes habits de fête, Jérusalem, ville sainte ! Car il n’entrera plus chez toi ni incirconcis ni impur. » Es. 52 : 1. {8SC1-12: 24.1.4}

UNE NOUVELLE LITTERATURE GRATUITE

Réclamez notre prochain tract, War-Prophecy Digest, et nous vous enverrons un exemplaire aussitôt qu’il sortira de presse. Tous les intéressés prendront automatiquement part à notre War-Analysis Participation. Tout participant, qu’importe la teneur de son analyse, recevra un article spécial et précieux de la Vérité Présente. Agissez vite. {8SC1-12: 24.1.5}

POURSUIVEZ L’OFFENSIVE

Etes-vous de ceux qui ont fidèlement continué à œuvrer dans le cadre de la campagne de Collecte de Noms ? Ou êtes-vous de ceux qui n’ont pas su continuer la course et sont tombés sur le côté ? En cette année 1943, le nombre de coordonnées recueillies devrait doubler voire tripler. Tel est votre objectif et vous y parviendrez en remplissant deux conditions : premièrement, efforçez-vous de vous mêler intelligemment aux frères de l’église, multipliant discrètement les nouvelles rencontres et entretenant les anciennes ; deuxièmement, en soutirez respectueusement des coordonnées. {8SC1-12: 24.1.6}

En l’espace d’une semaine et en des circonstances normales, je doute qu’un croyant de la Vérité Présente ne croise pas au moins un Adventiste qu’il ne connaît pas (hormis ceux qu’il connaît) et oublie de lui demander ses coordonnées. Il est possible qu’il parle tellement que son interlocuteur se braque et refuse de lui donner ses coordonnées. Il vaut mieux obtenir ces informations importantes que de se lancer dans des débats. {8SC1-12: 24.2.1}

D’autres peuvent écrire des lettres à des membres isolés de l’Ecole du Sabbat, à des groupes de maison de diverses régions, leur demandant respectueusement de leur fournir une liste de leurs membres. Par contre chacun peut aisément se constituer une liste en allant au contact des personnes lors de réunions d’assemblée : assemblées Régionales et Camps meetings, Comités d’Automne et Conférences Générales, Rallyes M.V. et Centres d’Evangélisation, événements spéciaux, etc…{8SC1-12: 24.2.2}

Personne n’a vraiment saisi toutes les occasions de récupérer les coordonnées des frères qui ont faim de vérité et de justice. Ayez toujours sur vous un calepin prévu à cet effet et servez-vous en bien ! Employez-vous à faire de cette année 1943 une année plus fructueuse que jamais. Collectez ces coordonnées et assurez-vous qu’elles soient correctes. {8SC1-12: 24.2.3}

Frères et sœurs, nos frères sont promis au massacre décrit dans Ezéchiel 9 ! Nous devons rendre compte de leurs âmes. Collectez leurs coordonnées et faites leurs parvenir rapidement des littératures ! {8SC1-12: 24.2.4}

LES COURS DU VOLUME 2 SONT PRETS

Ceux qui « projettent » de s’inscrire à notre Formation d’Enseignants (par correspondance) devraient nous envoyer dès maintenant leur dossier. Afin de rembourser les coûts de fabrication et maintenir ce service annexe, la somme de 7$ sera demandée pour le premier semestre de cours sur La Verge du Berger qui inclut l’ensemble du Volume 1. {8SC1-12: 24.2.5}

Seuls ceux qui auront complété les leçons du Volume 1 seront éligibles pour les cours du Volume 2 qui équivaudront à un second semestre de travail Biblique. Nous recevons d’ores et déjà vos demandes pour cette seconde partie de la formation dont le coût s’élève à 8$. {8SC1-12: 24.2.6}

24

 


Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *