L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




Vol. 5 Le Code Symbolique N° 1-5

[IMAGE COUVERTURE]

1

CROIRE ET REUSSIR

            Le trente quatrième chapitre d’Ezéchiel parle de brebis et de bergers et au verset trente et un, le Seigneur explique que les brebis symbolisent Son peuple en déclarant : « Vous, mes brebis, brebis de mon pâturage, vous êtes des hommes ; moi, je suis votre Dieu, dit le Seigneur, l’Eternel. » {5SC1-5: 2.1.1}

Les brebis en question dans cette citation représentent le peuple de Dieu,  et le pâturage dans lequel elles se nourrissent représente Sa parole. « Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je jugerai entre brebis et brebis, entre béliers et boucs. Est-ce trop peu pour vous de paître dans le bon pâturage, pour que vous fouliez de vos pieds le reste de votre pâturage ? De boire une eau limpide, pour que vous troubliez le reste avec vos pieds ? Et mes brebis doivent paître ce que vos pieds ont foulé, et boire ce que vos pieds ont troublé ! C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je jugerai entre la brebis grasse et la brebis maigre. » (Ez. 34 : 17-20.) {5SC1-5: 2.1.2}

Dans ces versets le Seigneur demande à ceux qui se réclament être Ses brebis, s’il leur semble juste de n’accepter qu’une partie de la vérité qu’Il leur envoie et de fouler au pied le reste. Il ajoute ensuite que Ses véritables brebis acceptent tout ce qu’Il leur envoie contrairement aux autres qui en refusent une partie. Certaines acceptent la part du message qui ne heurte pas leurs désirs pervers ; cette part est à leur goût, elle est conforme à leurs envies. C’est pourquoi le Seigneur déclare, « Je jugerai entre brebis et brebis. » {5SC1-5: 2.1.3}

Il y a toujours eu parmi le peuple de Dieu une catégorie de personne déterminé à questionner et critiquer tout ce qui attrait à la « révélation de la vérité. » Ils disent, « Nous acceptons ceci et cela, mais nous n’accepterons pas ça. » Ils pensent que questionner et critiquer est signe d’intelligence. Ce genre de personnes parmi les membres d’église, fières et orgueilleuses se croient sages et capables d’aller juger le message même qu’ils reconnaissent être envoyé par Dieu, seulement, elles ont toujours suscité le déplaisir du Seigneur qui a démontré que leur soi-disant sagesse n’est rien d’autre que de la folie. Depuis des milliers d’années, la situation de ces personnes leur a été montrée et consignée dans les récits historiques, mais leur folie est si grave qu’ils sont incapables de reconnaître leur problème et la voie destructrice qu’ils empruntent. Ces juges autoproclamés des messages que Dieu envoies à Son peuple, ont éloignés de Christ par leurs doutes et leurs critiques de nombreuses âmes faibles qui, de fait, se retrouvent atteintes du même vice lorsqu’elles y sont exposées. C’est pourquoi le Seigneur déclare, « Parce que vous avez heurté avec le côté et avec l’épaule, et frappé de vos cornes toutes les brebis faibles, jusqu’à ce que vous les ayez chassées,  je porterai secours à mes brebis, afin qu’elles ne soient plus au pillage, et je jugerai entre brebis et brebis. » (Ez. 34 : 21, 22.) {5SC1-5: 2.1.4}

L’Esprit de Prophétie déclare par ailleurs : « De même que Jésus fut rejeté, j’ai vu que ces messages avaient aussi été rejetés. Et de même que les disciples ont déclaré qu’il n’y avait sous le ciel aucun autre nom par lequel nous devions être sauvés, de même les serviteurs de Dieu avec fidélité et sans crainte avertissent ceux qui n’acceptent qu’une partie seulement des vérités se rapportant au troisième message qu’ils doivent recevoir joyeusement tous les messages tels que Dieu les a donnés, ou ne rien accepter du tout. »–« Early Writings (Premiers Ecrits), » pp. 188, 189. {5SC1-5: 2.2.1}

L’esprit qui animait les chefs Juifs est aujourd’hui encore à l’œuvre. A l’époque du Christ, le peuple prétendait être très à cheval sur les écrits de Moïse et des prophètes, et il accusait ses ancêtres d’avoir justement tué ces prophètes. Mais ce peuple est devenu pire que ses pères, car il a cherché à tuer Celui Qui fut plus grand que tous les prophètes. De la même manière, certains croyants de la Vérité Présente feignent d’être fidèles et attachés aux écrits de sœur White, mais qui maintenant, comme le faisaient les autres en son temps, « paissent le bon pâturage, » sur uniquement  la partie du message qui leur convient, et ils foulent de leurs « pieds le reste » de leur pâturage. {5SC1-5: 2.2.2}

« En accordant une place au doute et à l’incrédulité à l’égard de l’œuvre de Dieu, en nourrissant des sentiments de méfiance et de cruelle jalousie, ces frères se préparent eux-mêmes une complète déception. Ils s’élèvent avec d’amers sentiments contre ceux qui osent parler de leurs erreurs et réprimer leurs péchés. »–« Testimonies for the Church, » Volume 5, p. 672 (Témoignages pour l’église, Vol. 2, p. 337). {5SC1-5: 2.2.3}

« Satan est maître dans l’art de faire naître des doutes, de soulever des objections au sujet du Témoignage que Dieu envoie et beaucoup pensent que c’est une vertu, une preuve d’intelligence de ne pas y croire, de poser des questions et d’ergoter. Ceux qui désirent se livrer au doute auront pour cela de multiples occasions. Dieu ne se propose pas d’enlever tout ce qui pourrait donner lieu au scepticisme. Il donne l’évidence qui doit être examinée soigneusement avec humilité et un esprit disposé à se laisser enseigner. Le poids de l’évidence devra alors être décisif. Dieu donne des preuves suffisantes à celui qui veut croire avec candeur ; mais quiconque se détourne de l’évidence parce qu’il y a quelques points que son intelligence bornée ne peut saisir, sera laissé dans l’atmosphère glaciale de l’incrédulité ou sa foi fera naufrage. »–Idem, pp. 675, 676 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 340.) {5SC1-5: 2.2.4}

Les Ecritures affirment clairement que nul ne peut interpréter la Parole de Dieu individuellement sans l’aide de l’Inspiration (2 Pi. 1 : 20, 21). Ceux qui entreprennent

2

d’interpréter les messages du Seigneur sans l’aide de Son Esprit, « feront naufrage dans leur foi, » et se retrouveront à servir Satan plutôt que Christ. {5SC1-5: 2.2.5}

Que chaque croyant de la Vérité Présente étudie attentivement le quatrième chapitre de Zacharie, et s’arrête sur la méthode ici illustrée que Dieu emploie pour révéler la vérité à Son peuple. L’étudiant zélé découvrira que le chandelier représente les membres d’église (Ap. 1 : 20) ; les conduits sortant du vase d’or (les écrits de l’Esprit de Prophétie) et allant jusqu’au chandelier représentent le ministère (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 188) ; les oliviers symbolisent l’Ancien et le Nouveau Testament (« The Great Controversy, » p. 267 ; La Tragédie des Siècles, p. 287) ; les deux conduits d’or par lesquels s’écoulent l’huile provenant des arbres vers le vase, sont les deux seuls mediums utilisés par Dieu depuis 1844 apr. J.-C. pour interpréter les Ecritures. {5SC1-5: 3.1.1}

Par ailleurs, le prophète Ezéchiel nous déclare dans un langage clair qu’à l’établissement du royaume qui doit briser tous les royaumes, Dieu choisira un homme pour enseigner Son peuple : « J’établirai sur elles un seul pasteur, qui les fera paître, mon serviteur David ; il les fera paître, il sera leur pasteur. Moi l’Eternel, je serai leur Dieu, et mon serviteur David sera prince au milieu d’elles. Moi, l’Eternel, j’ai parlé. Je traiterai avec elles une alliance de paix, et je ferai disparaître du pays les animaux sauvages ; elles habiteront en sécurité dans le désert, et dormiront au milieu des forêts. Je ferai d’elles et des environs de ma colline un sujet de bénédiction ; j’enverrai la pluie en son temps, et ce sera une pluie de bénédiction. (Ez. 34 : 23-26.) {5SC1-5: 3.1.2}

Aucun de nous ne saurait se mesurer à la grandeur de Jésus qui crut à tous les écrits des prophètes, cependant tous les sages autoproclamés qui refusent de s’abaisser à croire à tous les écrits, il les qualifie de « sans intelligence, » (Luc : 24 : 25.). Le peuple de Dieu est encore dans le flou sur la question. Il est stupide. Il semble incapable de comprendre ces choses tout comme les apôtres furent incapables de comprendre les enseignements de Jésus concernant le « royaume. » {5SC1-5: 3.1.3}
Au cours des siècles, des foules se sont baptisées selon des enseignements d’hommes plutôt que de se baptiser en Christ et selon Sa vérité. C’est l’homme et non Christ qui a été suivi et ce sont les rangs de l’église qui ont grossi et non les rangs du ciel. Cette même condition existe encore aujourd’hui. Ainsi, lorsque Christ parle, beaucoup pensent entendre une voix étrangère et lorsque la vérité se fait connaître, ils la qualifient d’erreur au lieu de suivre Christ d’obéir à la vérité. Ils suivent l’homme et rejettent la vérité. Cela s’est répété encore et encore et au final, les quelques croyants fidèles qui désirent suivre Christ et Sa vérité, ont été chassés des églises par les personnes sans intelligence et ont été contraints de repartir à zéro. {5SC1-5: 3.1.4}

« Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement qui vous avez reçu. Eloignez-vous d’eux. Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre ; et par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les cœurs des simples. » (Ro. 16 : 17, 18.) {5SC1-5: 3.2.1}
Réveillez-vous frères et sœurs ! « Secoue ta poussière, lève-toi, mets-toi sur ton séant, Jérusalem ! Détache les liens de ton cou, Captive, fille de Sion ! » (Es. 52 : 2.) {5SC1-5: 3.2.2}

« La voix de l’Eternel crie à la ville, et celui qui est sage craindra ton nom. Entendez la verge et celui qui l’envoie ! » (Mi. 6 : 9.) {5SC1-5: 3.2.3}

« Ne crois pas à un ami, ne te fie pas à un intime ; devant celle qui repose sur ton sein garde les portes de bouche. Car le fils outrage le père, la fille se soulève contre sa mère, la belle-fille contre belle-mère ; chacun a pour ennemi les gens de sa maison. Ainsi, avec le sage déclarons ensemble, « Pour moi, je regarderai vers l’Eternel, je mettrai mon espérance dans le Dieu de mon salut ; mon Dieu m’exaucera, » et je suivrai exclusivement les messages écrits qu’on m’envoie. (Mi. 7 : 5, 6, 7.) {5SC1-5: 3.2.4}

Exclamons-nous du fond de notre cœur : « Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix ! De celui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut ! De celui qui dit à Sion : ton Dieu règne ! » (Es. 52 : 7.) {5SC1-5: 3.2.5}

« Confiez-vous en l’Eternel, votre Dieu, et vous serez affermis ; confiez-vous en ses prophètes, et vous réussirez. » (2 Ch. 20 : 20.) {5SC1-5: 3.2.6}

————————————————————————————————————————-

INCOHERENCE MYSTERIEUSE

En pensant au « jour de l’Eternel, » le prophète Joël fait la prédiction suivante : « C’est une multitude, une multitude, dans la vallée du jugement. » (Joël 3 : 14.) {5SC1-5: 3.1.5}

Les différentes explications en marge du mot « jugement » sont « concision (un « retranchement ») ou « battage » (battre quelque chose pour en enlever la balle ou l’enveloppe). {5SC1-5: 3.1.6}

De ces explications nous comprenons tout d’abord que peu « avant l’arrivée du jour de l’Eternel, ce jour grand et redoutable » (Mal. 4 : 5), « une multitude » exercera un jugement, se positionnant pour ou contre le message du jugement ; ensuite, cette multitude pourra choisir d’être battue pour être soit le blé qu’on met au grenier, soit la balle qu’on jette au feu,

3

lorsqu’ « en ce temps-là, l’Eternel secouera des fruits, depuis le cours du fleuve jusqu’au torrent d’Egypte ; et vous serez ramassés un à un, enfants d’Israël ; » (Es. 27 : 12) enfin, cette multitude sera soit « retirée » pour l’Eternel afin « d’échapper » à la destruction lors du « jour de l’Eternel, » ou bien elle sera « retirée » pour « périr » dans cette destruction. {5SC1-5: 3.1.7}

Ainsi, le message de « l’arrivée du jour de l’Eternel, ce jour grand et redoutable » s’adresse à la multitude qui comme au temps d’Elie, hésite entre deux idées, elle est indécise quant au fait de suivre Baal ou Dieu ; c’est-à-dire qu’elle se demande si le message qui lui est adressé est de Satan ou de Dieu. {5SC1-5: 4.1.1}

C’est dans cette détresse que le message de la Vérité Présente vient trouver la plupart des croyants. Dans ce bourbier d’incertitude, d’indécision, d’hésitation, de perplexité, de confusion, et d’incrédulité, la vérité doit se frayer un chemin, « tel le marteau brisant le cœur de pierre » (5T 254), et « cette accusation si catégorique et si sévère ne peut être fausse, car il s’agit d’une déclaration du témoin fidèle. » (3T 253 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 375.) Seulement, la condition Laodicéenne est si bien ancrée que peu « acceptent le message des serviteurs de Dieu et les considèrent. » (6T 420 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 58.) Sous de nombreux prétextes, beaucoup refusent d’étudier et d’accepter le message de la Vérité Présente. D’autres invoquent des raisons que nous énonce cette déclaration de Premiers Ecrits : {5SC1-5: 4.1.2}

« Il m’a été montré combien ceux qui croient avoir le dernier message de miséricorde ont besoin d’être séparés des faux docteurs qui chaque jour adoptent de nouvelles erreurs. J’ai vu que ni jeunes ni vieux ne devaient assister à leurs réunions ; car ce serait mal faire que de les encourager alors qu’ils distillent l’erreur comme un venin mortel, et enseignent des doctrines qui ne sont que des commandements d’hommes. L’influence de telles réunions n’est pas bonne. Si le Seigneur nous a fait sortir des ténèbres de l’erreur, il nous faut rester fermes dans la liberté qu’il nous a acquise, et nous réjouir dans la vérité. Nous encourons le déplaisir de Dieu si nous allons écouter l’erreur, sans y être obligés ; car à moins qu’il ne nous envoie à ces réunions où l’erreur est inculquée par la force de la volonté, il ne nous gardera pas. Les anges cessent de veiller sur nous, et nous sommes à la merci de l’ennemi, dans les ténèbres, affaiblis par sa puissance et celle de ses mauvais anges. La lumière qui nous entoure est contaminée par les ténèbres. »–« Early Writings, (Premiers Ecrits) » pp. 124, 125. {5SC1-5: 4.1.3}

Un cœur pur et sincère admettra rapidement à la lecture de cette citation, que sœur White nous met en garde contre les « faux bergers » et les églises de ce monde et n’insinue guerre que l’on ne devrait pas étudier les prétendus message de vérité en profondeur. Nous trouvons la preuve de ce fait dans les déclarations suivantes : {5SC1-5: 4.1.4}

« Il nous faut prier comme jamais auparavant, non seulement pour que des ouvriers évangéliques soient envoyés dans le grand champ de la moisson, mais pour que nous ayons une claire conception de la vérité, de façon que lorsque les serviteurs de Dieu la proclameront, on puisse accepter leur message et avoir pour eux de la considération. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 420 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 58). {5SC1-5: 4.2.1}

« Lorsqu’on vous demande d’écouter les explications d’une doctrine que vous ne comprenez pas, ne condamnez pas le message sans l’avoir suffisamment examiné et confirmé d’après la Parole de Dieu qu’il n’est pas défendable. »–« Testimonies on Sabbath School Work, » p. 59. {5SC1-5: 4.2.2}

« Lorsqu’une nouvelle lumière est présentée à l’église, il est dangereux de s’en écarter. Si les préjugés de quelqu’un à l’égard d’un message ou d’un messager, l’empêche d’avoir une oreille attentive, il ne sera pas excusable devant Dieu. Le fait de condamner ce que vous n’avez pas entendu et que vous ne comprenez pas, n’augmentera pas votre sagesse aux yeux de ceux qui sont sincères dans leur recherche de la vérité. Et c’est folie que de vouloir parler avec mépris de ceux que le Seigneur a envoyés avec un message de sa part. » Idem, p. 60. {5SC1-5: 4.2.3}

« Quand le Seigneur envoie un message à Son peuple, nul ne peut se soustraire à l’obligation d’en examiner le contenu. » Idem, p. 65. {5SC1-5: 4.2.4}

« Nous sommes sur un terrain dangereux quand nous ne sommes pas capables de nous réunir en tant que chrétiens pour examiner avec courtoisie les points de doctrine controversés. Je suis tentée de m’enfuir pour ne pas subir l’influence de ceux qui sont incapables d’examiner candidement les doctrines de la Bible. Ceux qui se montrent incapables d’examiner impartialement les arguments avancés en faveur d’un point de vue qui diffère du leur ne sont pas dignes d’enseigner dans n’importe quel département de la cause de Dieu. »–« Review and Herald, » 7 Août 1894 (Messages Choisis, Vol. 1, p. 480). {5SC1-5: 4.2.5}

Par ailleurs, les éléments suivants montrent combien la peur d’être trompé par la « Verge du Berger » est parfaitement stupide et plutôt ironique : {5SC1-5: 4.2.6}

  1. Se rendre aux services et aux meetings de réveil des « Faux Bergers » et des églises du monde, leur importe peu voir pas du tout, conformément à l’avertissement de « Early Writings, (Premiers Ecrits) » pp. 124, 125.
  2. Ils vivent déjà dans un « triste, » « terrible, » et « horrible » mensonge (« Testimonies for the Church, » Vol. 3, pp. 253, 254, 260), et ne le savent pas (Ap. 3 : 17 ; « Testimonies for the Church, » Vol. 3, p. 253). « L’orgueil, l’avarice, l’égoïsme et les tromperies de toutes sortes ont envahi l’Eglise. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 210.)
  3. De fausses doctrines ont déjà amené beaucoup d’entre eux
  4. 4
  5.  dans l’église. (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 48.)
  6. Beaucoup « occuperont nos chaires en soutenant la torche de la fausse prophétie allumée par la braise satanique. » (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 409)
  7. « Quand porte les regards sur ses croyants, Il voit une plate ingratitude, un formalisme superficiel, une malhonnêteté hypocrite, un orgueil et une apostasie Pharisaïque. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 72.)
  8. L’église s’est « égarée loin » des « anciennes bornes, » « s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217. Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48).
  9. Les « éléments dévoilant la véritable condition du peuple de Dieu, sont beaucoup plus parlants et attestent qu’une puissance à couper le lien qui l’attachait au Rocher des Ages et le peuple est à la dérive sans carte ni boussole. » (« Christ Our Righteousness, » pp. 50, 51.)
  10. « Les enfants de Dieu sont sur un terrain enchanté. » (« Early Writings, Premiers Ecrits, » p. 120.)
  11. « Le peuple auquel Dieu a confié des intérêts éternels, les porteurs de la lumière qui doit éclairer le monde entier, est désorienté. » (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 397.)
  12. Dieu « se trouve à un jour de marche de » nos pasteurs (« Christ Our Righteousness, » p. 107.)
  13. Le fait malheureux que « les pasteurs endormis prêchent à un peuple endormi ! » (« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 337.)
  14. Et enfin, « la nourriture qu’on destine au troupeau causera la consomption spirituelle, le déclin et la mort. » (« Review and Herald, » 18 Juin 1901.)

Le peuple s’est éloigné de Dieu ; sans le savoir, il patauge « dans toutes sortes de tromperies » et paisiblement endormit, il meurt de « consomption spirituelle. »  Sa politique de l’autruche n’est qu’ironie et folie pure, alors qu’il refuse d’étudier et d’accepter la « Verge du Berger, » par peur d’être touché par l’erreur ! {5SC1-5: 5.1.1}

Le peuple est effrayé à l’idée d’entrer dans les lieux où sont données les études sur la « Verge du Berger. » Dans « une attitude indifférente et présomptueuse, » il dit : « Je sais ce qu’est la vérité. Je suis satisfait de mes conclusions. Ma décision est prise, et quoi qu’il advienne, je ne changerai pas d’opinions. Je n’ai pas à écouter ce que dit ce messager car je sais que cela ne peut être la vérité. » (« Testimonies on Sabbath School Work, » p. 65) ; il refuse d’accepter la vérité car elle va à l’encontre de ses idées préconçues. Par contre, il n’éprouve aucune crainte ni regret à organiser ou participer à des efforts d’évangélisation où il est coutume de d’encenser les institutions païennes pour attirer le public. {5SC1-5: 5.1.2}

Ainsi « la majorité » (5T 136) se retrouve être la cible des paroles du prophète Ezéchiel : « chacun dans sa chambre pleine de figures, » commettant « de terribles abominations » qui « ont rempli le pays de violence, » jusqu’à ce que le Seigneur déclare qu’ils « qu’ils ne cessent de m’irriter. Voici, ils approchent le rameau de mon nez. Moi aussi, j’agirai avec fureur ; mon œil sera sans pitié, et je n’aurai point de miséricorde ; quand ils crieront à haute voix à mes oreilles, je ne les écouterai pas. » (Ez. 8 : 17, 18.) {5SC1-5: 5.2.1}
«  Et je vis que Dieu affûtait Son épée au Ciel pour les faire mourir. Oh, si seulement les enseignants tièdes pouvaient voir ce que Dieu s’apprête à faire Son peuple ! »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 190. {5SC1-5: 5.2.2}

« Le Seigneur purifiera Son Église. Je vous le dis, en vérité, que le Seigneur va bouleverser les institutions qui portent Son nom. {5SC1-5: 5.2.3}

Je ne peux pas dire exactement quand doit commencer ce processus de purification, mais il ne saurait tarder. Celui qui a Son van dans la main nettoiera Son temple de la contamination morale. Il purifiera méticuleusement Son aire. »–« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 373. {5SC1-5: 5.2.4}

Tandis, donc, que les « jours de la purification de l’église approchent à grands pas, » « la majorité, » plongée dans la pire des désobéissances et la pire des incohérences, participe à toutes sortes de rassemblements religieux et festifs, vaquant à ses occupations (5T 80), tandis qu’elle se garde soigneusement et dévotement « de participer aux réunions où il lui serait possible d’étudier les messages adressés au peuple, soupçonnant que la position des enseignants concernant la vérité diffère de la sienne. »–« Testimonies on Sabbath School Work, » p. 66. {5SC1-5: 5.2.5}

Quelle incohérence ! Frères et sœurs, offrez-vous immédiatement et entièrement à Dieu. Que le miracle d’une « vie Chrétienne consistante » se réalise dans vos vies. Sinon, un jour viendra la condamnation, vous serez privés de la vie éternelle et englouti dans la ruine générale promise à ceux qui, faisant confiance à l’intellect, le génie, le talent, la présomption et l’autosatisfaction, poursuivent dans leur incohérentes et soi-disant pratiques « Chrétiennes. » {5SC1-5: 5.2.6}

5

LE DOUTE ET LE TEMOIGNAGE DE JESUS

 

Il n’y a pas plus grande menace pour l’esprit humain que le doute. Cela peut s’expliquer dans le fait que le doute nous vient sous une belle apparence, revêtant le costume scolastique et espérant donner une allure intelligente à celui qui doute. Les jeunes sont une cible facile pour les flèches démoniaques du doute car c’est à leur âge qu’ils sont le plus avides de connaissance et d’éloge. La race humaine perdit son premier combat contre le serpent qui poussa Eve notre Mère à douter de la Parole de Dieu. Une soif de connaissance fut très vite suscitée par le serpent et notre jeune mère fut alléchée par ses pompeuses propositions. {5SC1-5: 6.1.1}

« Satan met toute son habileté à suggérer celui-ci et à susciter des objections qu’il oppose aux avertissements que Dieu envoie. Aussi beaucoup de gens considèrent-ils comme une vertu et une marque d’intelligence de se montrer sceptiques, de poser des questions et d’ergoter. » « Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 675 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 5, p. 675). {5SC1-5: 6.1.2}

Certains croient même qu’ils sont inspirés par l’Esprit de Dieu s’ils s’aperçoivent que suite à une interprétation il s’avère qu’ils jettent le doute sur quelque point de doctrine. {5SC1-5: 6.1.3}

« Satan a conçu le plan d’ébranler la foi du peuple de Dieu dans les Témoignages. Il sait comment diriger ses attaques et il agit sur les esprits pour engendrer la jalousie et le mécontentement à l’égard des dirigeants de l’œuvre. Les dons sont ensuite mis en doute, et, naturellement, ils n’ont que peu de poids ; l’instruction qui a été donnée en vision est négligée. Puis, c’est le scepticisme à l’égard des points fondamentaux de notre foi, piliers de notre mouvement ; c’est le doute envers les saintes Ecritures et la marche vers la perdition. Lorsqu’on doute des Témoignages auxquels on avait d’abord cru et qu’on les abandonne, Satan sait que ceux qu’il a séduits ne s’arrêteront pas là. Il redouble d’efforts jusqu’à ce qu’il réussisse à les jeter dans une rébellion ouverte qui devient irrémédiable et finit dans la destruction. Idem, p. 672 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 337). {5SC1-5: 6.1.4}

Notre véritable problème entant qu’Adventiste, c’est que nous ignorons l’objet des Témoignages. Nous ignorons ce qu’ils sont vraiment et ce qu’ils devraient impliquer dans notre vie. Découvrons ensemble quelle est leur importance. {5SC1-5: 6.1.5}

Dans le dernier livre de la Bible au chapitre 12 et au verset 17, nous voyons que le diable sera particulièrement irrité contre ceux qui « gardent le témoignage de Jésus-Christ, » appelé par l’auteur du livre, « l’esprit de prophétie. » Ap. 19 : 10. L’apôtre Pierre atteste clairement que le Témoignage de Jésus et l’Esprit de Prophétie sont l’Esprit de Christ agissant dans les prophètes qui « attestèrent d’avance. » 1 Pi. 1 : 11. Ce qui était au temps des apôtres doit aussi l’être aujourd’hui. Ainsi, les témoignages proviennent de l’Esprit de Celui Qui « parla comme aucun homme. » {5SC1-5: 6.1.6}

Les livres de l’Esprit de Prophétie sont parmi nous depuis 1844 et affirment positivement que nous ne connaissons pas la Parole de Dieu, la Bible, et que c’est pour cette raison que les Témoignages ont été donnés. Ainsi, nous lisons : « Si vous aviez fait de la Parole de Dieu votre étude avec le désir d’atteindre l’idéal biblique et la perfection chrétienne, vous n’auriez pas eu besoin des Témoignages. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 665 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 329). Par conséquent, seul l’Esprit de vérité à savoir l’Esprit de Prophétie, peut nous amener à toutes les vérités Bibliques et pour cette raison nous avons besoin des Témoignages autant que de la Bible. {5SC1-5: 6.2.1}

Voilà pourquoi Satan s’irritera contre ceux qui gardent le Témoignages de Jésus. Il ne s’arrêtera pas avant de nous avoir fait douter de l’Esprit de Prophétie. {5SC1-5: 6.2.2}

Il y a longtemps, l’on nous disait que « le doute et même l’incrédulité à l’égard des témoignages de l’Esprit de Dieu apparaissent un peu partout dans nos églises ; » c’est pour cette raison que « l’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217 (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48). {5SC1-5: 6.2.3}

Le Seigneur a rétablit dans l’église ce précieux don, mais celle-ci s’est placée sous une domination étrangère, s’éloignant des « anciennes bornes. » Les membres d’églises adoptent les courants du monde et méprisent l’appel du Seigneur qui l’invite à revenir à Lui. Dieu a consigné par écrit la promesse qui va suivre afin de nous avertir, nous rassurer et nous donner l’espoir ; il veut nous défaire de cette domination étrangère, de ces courants mondains et nous ramener vers les anciennes bornes : « Quelqu’un doit venir avec l’esprit et la puissance d’Élie, et quand il apparaîtra, les hommes pourront dire : ‘Tu es trop pieux, tu n’interprètes pas les Écritures correctement. Laisse-moi te dire comment tu dois prêcher ton message’. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » pp. 475, 476. {5SC1-5: 6.2.4}

Nous voilà aujourd’hui à l’accomplissement de cette promesse, seulement, le message de « La Verger du Berger » vient trouver un peuple qui ignore les Témoignages autant que la Bible. Il en fut de même quand l’Esprit de Prophétie intervint en 1844, alors que le monde Chrétien ne connaissait pas la Bible. {5SC1-5: 6.2.5}

Par conséquent, frères, mettons de côté tous les doutes et croyons totalement au témoignage vivant, de peur qu’avec nos questions et nos chicaneries, nous n’attristions l’Esprit de Christ et nous dressions fatalement contre le Tout-Puissant. Nous serions alors ceux qui les Ecritures qualifient de cous roides, de fronts durs, de cœurs endurcis et de rebelles. {5SC1-5: 6.2.6}

6

LECONS A TIRER DES PREMIERS NES

Les récits les plus tristes de la Bible sont ceux qui parlent de l’échec des hommes qui eurent le privilège d’être les premiers à accepter le message de Dieu, autrement dit, d’être les premiers nés. {5SC1-5: 7.1.1}

Caïn, qui fut le premier né de l’histoire de l’humanité, fut rendu capable d’assumer naturellement cette responsabilité mais perdit sa vocation de sacrificateur et d’enseignant, légitime successeur de son père, car il voulut suivre sa propre voix et non celle de Dieu. Le triste récit de sa vie, véritable témoin de la folie, la jalousie, l’égoïsme, la bigoterie, l’incrédulité et l’infidélité, nous interpelle plus que quiconque, nous qui aujourd’hui, « sommes parvenus à la fin des siècles. » {5SC1-5: 7.1.2}

De même, Esaü, premier né de la maison d’Isaac, méprisa son droit d’aînesse, rejeta l’ordre établit et choisi sa propre voie plutôt que celle de Dieu. Il devint victime des penchants naturels, un esclave de la vanité. {5SC1-5: 7.1.3}

Quand Jacob fut âgé, il rassembla sa maison et leur dit : « Assemblez-vous, et je vous annoncerai ce qui vous arrivera dans la suite des temps. » Et lorsque Joseph présenta ses deux fils, Jacob posa sa main sur le plus jeune plutôt que sur l’ainé, déclarant que le plus jeune serait plus grand que le plus âgé. (Ge. 49 : 1 ; 48 : 11-19.) {5SC1-5: 7.1.4}

Tous les premiers nés de toutes les tribus d’Israël étaient préposés au sacerdoce. A cause de leur infidélité, le Seigneur choisit la tribu de Lévi pour assurer cette fonction. A l’exception de Josué et Caleb, tous les anciens premiers nés périrent dans le désert car ils ne crurent à pas en Dieu qui s’exprimait à travers Moïse. {5SC1-5: 7.1.5}

Au temps de Christ, une église entière et une nation, première née ou agissant en qualité d’ouvriers de la première heure (les Juifs), perdit son privilège car elle laissa le formalisme, l’amour du moi, l’orgueil et le légalisme prendre la place de la véritable piété et du respect de l’esprit de la loi de Dieu à savoir les paroles des prophètes. Leurs exemples devaient servir de leçon et d’avertissement aux églises et aux peuples qui suivraient. {5SC1-5: 7.1.6}

Grâce à la prédication de Jean, « les habitants de Jérusalem, de toute la Judée e de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui ; et confessant leurs péchées, ils se faisaient baptiser. » (Mt. 3 : 5.) Et Jésus « baptisait plus de disciples que Jean. » (Jean 4 : 1.) Quand Jésus fut jugé, ceux qui avaient suivi Jean et Jésus, à savoir ceux qui avaient acceptés les premiers le message, les premiers nés pour ainsi dire, abandonnèrent le Seigneur. A la Pentecôte, seuls 120 reçurent la puissance de l’Esprit ; puis, une seconde multitude rejoint l’église et pris la place des premiers qui étaient partis. {5SC1-5: 7.1.7}

Les pasteurs, les premiers nés, qui nous ont introduit à l’église Adventiste sont également en danger. Et nous savons déjà que certains d’entre eux ont « trahi leur mission » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 211, Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 73), et que « peu de grands hommes seront engagés » dans l’œuvre finale du Message du Troisième Ange. (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, page 80 ; Instructions pour un Service Chrétien Effectif). {5SC1-5: 7.2.1}

Ces choses ont été écrites pour notre avertissement, « Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent. » (Hé. 4 : 1, 2.) {5SC1-5: 7.2.2}

« Cela est vrai ; elles ont été retranchées pour cause d’incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t’abandonne pas à l’orgueil, mais crains ;… Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté ; autrement, tu seras aussi retranché. » (Ro. 11 : 20-22.) {5SC1-5: 7.2.3}

« Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensé captive à l’obéissance de Christ. Nous sommes prêts aussi à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète. Vous regardez à l’apparence ! Si quelqu’un se persuade qu’il est en Christ, qu’il se dise bien en lui-même que, comme il est de Christ, nous aussi nous somme de Christ. » (2 Co. 10 : 5-7.) {5SC1-5: 7.2.4}

Nous qui avons les premiers accepté le message, échouerons-nous comme nos prédécesseurs ? {5SC1-5: 7.2.5}

« A nous qui sommes parvenus à la fin des siècles, » ces paroles parlent plus qu’à aucun autre peuple auparavant. Implorons le Seigneur afin qu’Il nous aide à tirer des leçons des tristes exemples de ceux qui ont échoués. Ainsi, nous pourrons comme les Ninivites, contrer la voix prophétique de l’histoire ; si nous ne prêtons pas attention à ses avertissements, nous connaîtrons le tragique destin des premiers nés. {5SC1-5: 7.2.6}

7

QUESTIONS / REPONSES

QUESTION N° 195 :

« Est-ce que tous les croyants de la Vérité Présente devraient venir au Mont Carmel ? Si la réponse est non, alors qui devrait venir et qui ne le devrait pas ? » {5SC1-5: 8.1.1}

REPONSE :

Jamais une tâche d’une telle ampleur n’avait été confiée à une institution religieuse que celle confiée au Mont Carmel. C’est pourquoi, comme par le passé, l’ennemi fera aujourd’hui tout ce qu’il peut pour entraver l’œuvre et empêcher les 144 000 de recevoir « le sceau du Dieu vivant. » L’Esprit de Prophétie déclare : {5SC1-5: 8.1.2}

« Les institutions sont les instruments que Dieu utilise pour accomplir son œuvre sur la terre. C’est pour cela que Satan est sur le terrain, s’ingéniant à gêner et contrer toute progression. Il vient tenter les hommes et les femmes intervenant dans ces institutions, qu’ils soient haut placés ou non, et quand cela lui est possible, il les pièges dans ses filets de sorte qu’ils perdent leur connexion avec Dieu. Il confond leur jugement, et ceux-ci ne sont plus capables de discerner le bien du mal. Il sait que le temps viendra où l’esprit qui a animé les personnes sera manifesté ; et il sera heureux de voir que les vies de ces personnes seront un témoignage contre elles-mêmes, une démonstration qu’elles n’ont pas œuvré avec Christ. {5SC1-5: 8.1.3}

Nombreux sont les garçons qui, parvenus à l’âge adulte, n’ont pas les éléments qui constituent un caractère noble et viril. Dieu ne les considère pas comme des hommes. Ils ne sont pas fiables et certains d’entre eux œuvrent dans nos institutions. Ils ont de l’influence, mais elle provient d’un caractère pernicieux car leurs agissements sont rarement en faveur du bien. Tandis qu’ils se déclarent pieux, leur comportement encourage l’impiété. Lorsqu’ils s’expriment, leur pensées sont empruntes de scepticisme et ils s’emploient à pervertir la moralité, la vérité et la justice. Leur esprit est contrôlé par Satan qui opère à travers eux pour démoraliser et semer la confusion. Plus leurs façons de faire sont plaisantes et attirantes, plus ils se dotent de brillants de talents et plus ils sont des agents efficaces dans les mains de l’ennemi de toute justice, pour démoraliser tous ceux qui sont sous leur influence. Ingrate et dure serait la tâche de celui qui devrait empêcher ces personnes d’accéder à des postes importants de peur qu’ils ne mènent à bien leurs propres desseins, encourageant le désordre et la dissolution. {5SC1-5: 8.1.4}

Les jeunes exposés à cette influence ne sont jamais en sécurité à moins qu’ils ne fassent preuve d’une extrême vigilance et qu’ils aient eux-mêmes fermement adopté des principes honorables. Seulement, nous constatons tristement qu’à cet âge, beaucoup de jeunes cèdent rapidement à l’influence de Satan et résistent à l’Esprit de Dieu ; souvent, les mauvaises habitudes sont tellement ancrées que l’on ne saurait, même par les plus grands efforts, redonner aux caractères une juste direction. »–« Testimonies for the Church, » Volume 5, pp. 407, 408. {5SC1-5: 8.1.5}

L’ennemi a de multiples façons d’opérer. C’est pourquoi le Mont Carmel n’accepte pas tous ceux qui affirment croire à la Vérité Présente. {5SC1-5: 8.2.1}

Certains croyants, lapident la Vérité Présente, tout en prétendant croire au message et œuvrer pour son avancement. Se faisant, ils déstabilisent ceux qui ne sont pas encore affermis dans la vérité. {5SC1-5: 8.2.2}

Parmi ceux qui ont hâtent de rejoindre le Mont Carmel, beaucoup ralentiront voire détourneront l’institution de ses projets initiaux. Le Mont Carmel n’a pas pour vocation d’héberger tous les croyants de la Vérité Présente mais plutôt de former des ouvriers à aller dans le champ pour enseigner le message. {5SC1-5: 8.2.3}

L’institution n’est pas encore suffisamment équipée ; ainsi, ceux qui la rejoignent et qui sont incapables d’assumer la tâche qui est leur confiée, sont un poids pour l’institution et retarde ses avancées. Aujourd’hui, le Mont Carmel manque d’hommes capables et consacrés. En supposant que nous acceptions d’autres personnes, au lieu que ces dernières ne prêtent main forte aux ouvriers, ce serait les ouvriers qui devraient leur prêter main forte. La trésorerie, au lieu de servir à l’avancement de l’œuvre dans le champ, serait obligée de couvrir les frais de ces personnes censées être autonomes. {5SC1-5: 8.2.4}

Que tous ceux qui souhaitent rejoindre le Mont Carmel le fasse sur demande de ce dernier. L’institution n’accepte que ceux qui exercent un métier de manière qualifié et pour lequel nous avons un besoin. Actuellement, seuls ces profils peuvent se faire connaître de nos bureaux. {5SC1-5: 8.2.5}

QUESTION N° 196 :

« Considérant l’ampleur du travail et le manque de temps, pourquoi l’œuvre du message du scellement avance-t-elle si lentement ? » {5SC1-5: 8.2.6}

REPONSE :

Le message du scellement avance si lentement car une des ouvriers « étrangers » se sont engagés dans l’œuvre, à mesure que le peuple de Dieu marche sur la voie sainte qui mène à Son royaume. Il en a été ainsi pour tous les messages, et il en est également ainsi pour ce message. {5SC1-5: 8.2.7}

Si des étrangers ne s’étaient pas joints à Moïse lorsqu’il sortit d’Egypte, le mouvement de l’Exode aurait atteint la terre promise en moins de deux semaines. Or, beaucoup possédaient un esprit différent de celui de Caleb et Josué,

8

c’est pourquoi le mouvement fut en retard de quarante ans ! {5SC1-5: 8.2.8}

Lors de Sa première venue, l’œuvre de Jésus n’eut pas autant d’ampleur qu’aujourd’hui, pourtant elle fut d’importance égale et elle s’effectua dans un temps plus court. Toutefois, elle ne fit aucune véritable avancée. En effet, lors de Son jugement, Jésus fut abandonné de tous ; Pierre, le plus zélé des apôtres, alla jusqu’à jurer qu’il n’était pas disciple de Christ. Pourtant, en dépit des apparences, Jésus déclara, alors qu’Il était sur la croix, que Son œuvre était achevée puis Il rendit l’esprit. De même, après Sa résurrection, Il poursuivit sa mission au ciel et laissa la responsabilité de l’œuvre à une douzaine d’apôtres à moitié convertis. Tels furent les conséquences des efforts infatigables de Jésus et de Jean-Baptiste. Parmi les foules qui furent baptisés par eux, seuls cent vingt disciples reçurent d’un commun accord à la pentecôte, l’effusion de l’Esprit de Dieu. {5SC1-5: 9.1.1}

L’œuvre à l’époque semblait non seulement petite et insignifiante mais aussi impossible à mener. Néanmoins, ceux qui doutaient virent en la crucifixion de Jésus une porte de sortie et se séparèrent ainsi des fidèles. Ceux qui restèrent perdirent confiance en eux-mêmes, renoncèrent au moi et recherchèrent sincèrement le Seigneur lorsqu’en eux ne subsistait plus le moindre espoir de continuer l’œuvre. Ils donnèrent à Dieu l’occasion de manifester Sa grande puissance et Il propulsa Sa cause au point qu’en un seul jour, en l’espace d’un sermon, trois milles âmes se convertirent. Chaque jour s’ajoutait à l’église « ceux qui devaient être sauvés, » à savoir ceux qui ne se détourneraient plus de Dieu. C’est ainsi que l’œuvre de l’évangile pris rapidement de l’ampleur, lorsque Dieu se forma une communauté de gens disposés à le servir et à croire en Lui. {5SC1-5: 9.1.2}

De même, juste après le Camp Meeting de Minneapolis en 1888, le mouvement de 1844 aurait dû commencer l’œuvre du Grand Cri, mais à cause du rejet des Témoignages de l’Esprit de Dieu, le « cri » fut réduit au silence pendant quarante années tandis que le mouvement retourna « en Egypte. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217.) {5SC1-5: 9.1.3}

En 1930, Dieu s’est adressé à Son peuple comme Il le fit avec Israël au temps de Josué. Seulement, autant à cette époque qu’aujourd’hui, il y en a parmi nous qui s’emploient à décourager et démoraliser. Ceux sont les dix espions, les Korés, Dathans et Abirams (No. 13 : 1-3) ; ceux qui convoitent le manteau de Schinear, l’argent et le lingot d’or. Et comme eux à l’époque, nous stagnons et resteront ainsi jusqu’à ce que l’Eternel manifeste Sa puissance et ôte du milieu de nous les simulateurs. Il nous délivrera alors du péché et des pécheurs tels que Koré (No. 16 : 32, 33), ou Acan (Jos. 7 : 24-26). De même qu’Il s’adressa à Josué, Il s’adressera à nous disant : « passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël. » (Jos. 1 : 2) « Prends avec toi tous les gens de guerre, lève-toi, monte contre Aï. Vois, je livre entre tes mains le roi d’Aï et son peuple, sa ville et son pays. » (Jos. 8 : 1) {5SC1-5: 9.1.4}

Parfois, nous ressentons une grande déception lorsque nous voyons parmi nous les infidèles, les non convertis et les médisants ; il y en de ceux qui ont abandonnés le Seigneur ; d’autres, lorsqu’on les questionne, vont jusqu’à jurer, clamant qu’ils ne sont « pas des partisans de La Verge du Berger ; » d’autres ont l’apparence de croyants et affichent leur position en faveur du message mais nous critiquent nous et notre travail. Cependant, nous ne nous décourageons pas le moins du monde. Nous sommes plutôt heureux d’être seuls parmi la multitude à défendre la vérité et la justice. C’est pourquoi nous ne pouvons que nous exclamer : {5SC1-5: 9.2.1}

Seigneur, aide-nous à prendre véritablement position pour Toi, même si le monde entier t’a abandonné et même si nous devrions périr comme les apôtres. Puissions-nous être comme Daniel, Schadrac, Méschac et Abed Nego, debouts au péril de nos vies, afin que tu puisses être en mesure de nous délivrer de la fosse aux lions et de la fournaise ardente. Que par notre fidélité envers Toi, le monde entier puisse te connaître. Comme Noé, construisons avec zèle l’arche tandis que nos frères dans le message questionnent et critiquent le travail et la position des autres (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 690), et ralentissent la progression du message. Certains se moquent de nous et affirment que nous nous infligeons trop de charge. Que jamais nous ne puissions dire : le Seigneur tarde à venir : « Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous…. Le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays qui dévore ses habitants ; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d’une haute taille ; et nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants : nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles. » (No. 13 : 31-33.) {5SC1-5: 9.2.2}

QUESTION N° 197 :

« Quelle attitude devrait-on adopter à l’égard de l’église ? Devrions-nous continuer à assister aux services même après avoir été radié? Devrions-nous acquiescer lorsqu’on nous demande ne pas parler de la Verge du Berger et demeurer définitivement silencieux ? Que faire si l’on nous défend de participer au service de communion ? » {5SC1-5: 9.2.3}

REPONSE :

Notre attitude à l’égard de l’église ne devrait pas être différente de celle de Jean-Baptiste, de Jésus-Christ et des Apôtres. Nous avons un message à

9

proclamer à l’église, et si les dirigeants nous chassent du « temple » comme le furent les apôtres, nous devons continuer à fréquenter l’église. En effet, si nous nous éloignons et devenons des étrangers aux yeux de nos frères, comment alors leur proclamerons-nous le message ? {5SC1-5: 9.2.4}

Il faut néanmoins comprendre qu’il est inapproprié pour un Chrétien d’être la cause de troubles quels qu’ils soient et qu’importe le lieu, particulièrement pendant les services religieux. Ainsi, en nous exilant nous-même des églises dans le respect et la prudence, nous estimons ne provoquer personne à moins qu’on ne formule contre nous de fausses accusations. {5SC1-5: 10.1.1}

Pendant l’Ecole du Sabbat, il est tout à fait permis de répondre aux questions qui sont en rapport avec la leçon. Se faisant, personne ne saurait être accusé de semer le trouble car répondre aux questions est bien l’objet de l’Ecole de Sabbat. Mais s’il est demandé à quelqu’un de ne pas répondre aux questions, il serait effectivement préférable de garder le silence plutôt que de provoquer le mécontentement. Laissez votre attitude gagner la confiance des gens. {5SC1-5: 10.1.2}

Nous ne devrions pas nous séparer du corps et devrions assister régulièrement à l’Ecole du Sabbat et aux services, autrement nous nous priverions du privilège d’adorer publiquement dans l’église que nous avons aidé à construire. Mais surtout, nous deviendrons pour nos frères, des étrangers à qui nous ne pourrions transmettre le message. Si par contre, nous continuons à nous rendre à l’église, nous avons l’occasion après le service, d’échanger avec les frères concernant le message. Nous pouvons les exhorter à étudier par eux-mêmes, soit en assistant à nos études, soit en lisant les littératures de la Vérité Présente. Ainsi, si l’on s’écarte de l’église, on prend l’identité difficile de secte et l’on s’ôte la possibilité d’être au contact de la communauté. Par ailleurs, lorsqu’Ezéchiel neuf arrivera et que ceux qui n’auront pas reçu la marque seront éliminés, nous n’aurons aucune légitimité sur ce qui restera de la dénomination. {5SC1-5: 10.1.3}

Concernant la participation au service de communion, nous devrions autant que possible y prendre part. Si l’église nous ignore ou refuse de nous laisser aller vers les autres lors de l’ablution des pieds, nous ne pouvons que rester à notre place et attendre la fin du service. Si nous sommes ignorés au moment du passage du pain et du vin, ne murmurons pas, ne disons rien et supportons patiemment l’affront. Les personnes honnêtes reconnaîtront par notre attitude humble, le comportement méchant et la folie des dirigeants de l’église, ils « se lèveront et se dresseront contre cette situation. » {5SC1-5: 10.2.1}

Même si l’on nous exclut des services, nous auront quand même nos noms écrits dans le Livre de Vie, comme le voleur crucifié aux côtés de Christ, et nous irons au Ciel car nous aurons donné le meilleur de nous-même. Ainsi mes frères, assistons fidèlement aux services religieux et ayons une attitude digne car, « tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. » (Hébreux 4 : 1) {5SC1-5: 10.2.2}

——————————————————————————————————————

L’HOMME PARFAIT

Les Chrétiens aiment reprendre cette Règle d’Or, « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes. » (Mt. 7 : 12) Toutefois, combien pratiquent cette règle à sa juste valeur. Suffit-il de faire des bonnes actions, mener des activités honnêtes et participer aux œuvres missionnaires ? {5SC1-5: 10.1.4}

Cette règle est en réalité souvent violée. La plupart des Chrétiens n’en réalisent pas les implications dans leur propre vie, celle de leurs proches, de leurs amis, de leurs collègues et de leurs frères et sœurs de l’église. Par-dessus tout, les Chrétiens, par leur ignorance des méthodes Divines ou par leur incapacité à respecter les principes de cette Règle d’Or, s’attaquent chaque jour au travail du Seigneur. En effet, ils donnent au membre le plus ingérable de leur corps un pouvoir démesuré, à sa voir leur langue. {5SC1-5: 10.1.5}

La pratique nocive du « Commérage » n’est que trop bien connue et nous dégoûte au possible, car nous avons connaissance notre devoir sur cette question, mais refusons d’obéir. C’est peut-être dur à entendre mais nous devons comprendre que ce problème doit être réglé. Nous devons être des battants sans mensonges dans notre bouche, si nous voulons faire partie des « réchappés » qui sont envoyés vers « les nations » pour proclamer Son « Nom » et Sa « gloire » (Es. 66 : 19, 20), et qui auront part à la diffusion du message au moment du Grand Cri. {5SC1-5: 10.2.3}

Le « Commérage » consiste à échanger avec quelqu’un sur des sujets futiles, à papoter ou simplement parler des autres. {5SC1-5: 10.2.4}

Des informations inutiles ou données inutilement, fussent-elles

10

vraies, résultent en une conversation dont les effets sont aussi dommageables que le commérage. {5SC1-5: 10.2.5}

Afin d’aimer notre prochain comme nous-même, rappelons-nous la Règle d’Or et retenons nos lèvres, car une parole donnée même rétractée ne pourra jamais être rappelée, même si nous nous excusons et pleurons pendant des heures. {5SC1-5: 11.1.1}

Il se peut que nous lâchions par inadvertance quelque information jugée secondaire, mais tôt au tard cela nous rattrapera de la façon la plus déplaisante et nous connaîtront le désarroi, l’inquiétude et la honte. {5SC1-5: 11.1.2}

Prenons une personne qui gagne bien sa vie, une infirmière par exemple. Dans bien des cas, elle est amenée à connaître la vie de ses patients. Il serait inapproprié et néfaste qu’elle se mette à raconter à une amie des choses qui devraient demeurer confidentielles, pire encore, que cela fasse l’objet de commérages et que les informations finissent divulguées au public ! Dans les affaires, les honnêtes gens restent discrets. Il ne manquerait plus que des personnes non concernées « répandent ces nouvelles » tout en affirmant respecter la « Règles d’Or. » {5SC1-5: 11.1.3}

Il faut parfois divulguer des informations, mais pour être « prudents comme les serpents, et simples comme les colombes, » il nous faut non seulement apprendre à repérer le commérage, mais aussi savoir quand une information doit être divulguée, par qui et surtout quand. {5SC1-5: 11.1.4}

D’ailleurs, donner notre avis sur une question qui ne nous concerne pas spécialement est cause de bien des maux et de tristes dénouements. {5SC1-5: 11.1.5}

Quand nous souhaitons intervenir sur un sujet, ou même soulever des questions, il nous faut garder notre langue, sachant qu’il nous faut nous conformer à la règle suivante donnée par Paul. Que chacun demande, avant d’entamer toute discussion : {5SC1-5: 11.1.6}

Cela est-il « vrai, » ou est-ce une rumeur, un « j’ai entendu dire ? » {5SC1-5: 11.1.7}

Cela est-il « honorable » (commentaire : vénérable, devant être respecté), ou est-ce de la plaisanterie. Cela nous concerne-t-il nous et notre travail ? {5SC1-5: 11.1.8}

Cela est-il « juste ? » Cela relève-t-il de la justice dont nous aimerions faire l’objet de la part d’autrui ? Manifestons-nous du tact à l’égard des autres ? {5SC1-5: 11.1.9}

Cela est-il « pur, » de sorte qu’on ne puisse nous accuser de rien ? {5SC1-5: 11.1.10}

Cela est-il « aimable, » augmentant notre amour du prochain qu’importe son erreur ? {5SC1-5: 11.1.11}

Cela « mérite-t-il l’approbation ? » Est-ce formateur ? {5SC1-5: 11.1.12}

Si ces éléments doivent être pris en compte avant de poser des questions aux autres, c’est ce que nous devrions faire, notamment lorsque discourt, car le texte nous demande d’avoir comme objet de nos pensées « ce qui est vertueux et digne de louange. » {5SC1-5: 11.2.1}

Soyons comme Paul qui « court vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits [144 000], ayons cette même pensée ; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. » (Ph. 3 : 14, 15.) {5SC1-5: 11.2.2}

Dieu est aujourd’hui à l’œuvre pour nous, mais Il ne saurait intervenir à moins que nous Lui soumettions notre langue. Plus nous tarderons à faire cela, plus nous l’empêcherons d’agir en faveur de Son peuple. Ce que nous manquons de faire quand la situation est propice, nous aurons le devoir de la faire quand nous vivrons des temps difficiles. {5SC1-5: 11.2.3}

« Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses. » (1 Pi. 3 : 10.) {5SC1-5: 11.2.4}

Soyons prudents quand nous parlons. Ne disons pas ce qu’il ne faut pas dire (1 Ti. 5 : 13), car « nous bronchons tous de plusieurs manières. » (Ja. 3 : 2.) {5SC1-5: 11.2.5}

Certains pensent qu’ils font la volonté Divine quand ils livrent à autrui des informations qui sont exclusives à l’œuvre et aux ouvriers de Dieu. C’est en réalité une offense faite « à tous » et l’on fait beaucoup de tort à la cause de Dieu. D’autres ne mesurent pas l’ampleur du conflit entre Christ et Satan. C’est en toute inconscience qu’ils critiquent, papotent, divulguent des informations sur l’œuvre de Dieu, pire encore, poussent les autres à développer contre l’institution des idées qui pourraient définitivement les pénaliser. {5SC1-5: 11.2.6}

« Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride. » (Ja. 3 : 2.) {5SC1-5: 11.2.7}

A moins d’apprendre à discerner quand il faut parler et quand il faut se taire, nous demeurons dans nos péchés et nous nous disqualifions pour le travail dans la vigne de l’Eternel. En effet, nous « trahirions notre mission, » deviendrions des « traitres, des emportés enflés d’orgueil, » plaçant nos propres idées avant un « il est écrit. » Nos conseils, nos critiques, nos discussions et nos rapports seraient contraires au caractère des 144 000 dans la bouche desquels, il ne se trouve point de mensonge. (Ap. 14 : 5.) {5SC1-5: 11.2.8}

« Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin. » (Mt. 5 : 37.) Ceux qui font ainsi sont « prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. » Luttez afin de faire partie des 144 000 dans la bouche desquels il ne se trouve point de mensonge. {5SC1-5: 11.2.9}

« Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

(Mt. 5 : 48.) {5SC1-5: 11.2.10}

11

SURVEILLEZ VOS PAROLES

Lorsque vous parlez des fautes d’autrui

N’oubliez pas les vôtres ;

Quand on possède une maison de verre,

On évite les jets de pierre ;

Si l’on n’a rien d’autre à faire

Que parler de celui pêche.

Pratiquons cela chez soi,

Puis gardons cette habitude.

Nul n’a le droit de juger quelqu’un

Sans procès équitable ;

Si nous n’aimons sa compagnie,

Sachons que le monde est vaste.

Nous commettons des erreurs, qui n’est commet pas ?

Le vieux comme le jeune ;

Peut-être en avons-nous commis cinquante

Et l’autre une seule.

Je vous propose un meilleur plan

Qui marche à merveille ;

Essayons de corriger nos défauts,

Avant de commenter ceux des autres ;

Et même si je me crois parfois

Meilleur que certains,

Mes imperfections m’inviteront à me détourner

De celles des autres.

Ami ou ennemi,

Quand nous nous mettons à calomnier,

Pensons au mal que peut faire une parole

A une personne qu’on connaît peu.

Les injures peuvent parfois

Se retourner contre nous.

Ne parlons pas des fautes des autres

A moins de ne plus nous-même en commettre aucune.

–Joseph Kronthal.

———————————————————————————————-

POLEMIQUER N’APPORTE RIEN

Les Chrétiens sont des témoins, non des avocats. Leur vie doit montrer à l’univers entier que Jésus est venu pour sauver, non pour condamner. Polémiquer sur quelque question que ce soit n’apporte rien, surtout sur la question de la religion. Témoignons plutôt. {5SC1-5: 12.1.1}

La plupart des gens ont des préjugés issus d’idées et opinions personnelles. Toutefois, nombreux sont ceux qui, après examen, reconnaîtront leur tort, mais en général, personne n’aime se faire dire qu’il a tort. {5SC1-5: 12.1.2}

Benjamin Franklin raconte, alors qu’il était jeune et maladroit, qu’un de ses vieux amis Quaker lui donna un précieux enseignement : {5SC1-5: 12.1.3}

«  Ben tu es très énergique lorsque tu n’es pas d’accord avec quelqu’un. Tes amis préfèrent quand tu n’es pas là. Tu en sais tellement que personne ne peut rien te dire et forcément ne se risque à l’essai vu le malaise causé. Pour cette raison, tes connaissances, qui finalement ne sont pas énormes, n’augmenteront plus. » {5SC1-5: 12.1.4}

Ce reproche cinglant qui relevait d’une constatation, amena le jeune homme à changer d’attitude. {5SC1-5: 12.1.5}

Franklin déclara :

« Je me refusai à employer toute expression laissant entendre une quelconque certitude telle que ‘certainement,’ ‘sans aucun doute’, etc. Au lieu de cela j’employai des termes comme ‘Je conçois’ qu’une chose soit ; ou ‘il me semble que.’ Quand quelqu’un affirmait une chose que je jugeais fausse, je me refusai à le contredire sèchement, à lui montrer toute de suite l’absurdité de ses propos. D’ailleurs, tout en formulant ma réponse, je m’aperçus que dans certains cas, la position de l’autre était la bonne mais que dans ce cas précis il y a avait des divergences. »–« The Reader’s Digest, » Jan. 1937, pp. 118, 119. {5SC1-5: 12.2.1}

Les croyants de la Vérité Présente devraient eux aussi considérer le conseil de l’ami Quaker de Benjamin Franklin. Le monde, les anges et nos frères nous regardent. Cessons de polémiquer. {5SC1-5: 12.2.2}

————————————————————————————————————–

A TOUS LES LECTEURS DU CODE !

Beaucoup de nos lecteurs souhaitent savoir pourquoi ils ne reçoivent pas le Code régulièrement, et pourquoi nous ne les visitons pas ni ne leur écrivons plus souvent. Je pense qu’ils ne sont pas les seuls à se poser cette question. C’est pourquoi, nous profiterons de cette occasion pour vous écrire à tous et faire de cette lettre, le messager tant attendu. {5SC1-5: 12.2.3}

Frères :

Nous avons été incapables de répondre plus avant aux demandes des croyants pour deux raisons. La première est que nous avons chaque jour davantage de travail, et la seconde est que nous manquons vraiment de main d’œuvre. {5SC1-5: 12.2.4}

La grande majorité des croyants ne réalise pas que nous avons à notre charge la publication ; nous devons répondre à des centaines de questions par courrier et à travers le Code ; nous réglons de nombreux problèmes parmi les croyant ; nous mettons en place les infrastructures nécessaires à l’hébergement des ouvriers et des élèves ; nous sommes responsables des départements de chacune des institutions, à savoir, le Bureau Général, le pôle Commercial, la ferme, le pôle cuisine, la laverie, le pôle couture, l’atelier, le service public, le pôle construction, le pôle des améliorations foncières, le dispensaire, l’école, la nurserie, etc. Tous ces départements et bien d’autres fonctionnent grâce une poignée d’hommes inexpérimentés, quelques faibles femmes et quelques enfants. {5SC1-5: 12.2.5}

Nous avons un certain nombre de CV qui hélas ne correspondent pas aux profils que nous recherchons actuellement. Par conséquent, si nous acceptons des personnes, elles s’ajouteraient à la charge que supporte déjà l’institution. Par ailleurs, ceux qui correspondent aux profils que l’on recherche œuvrent déjà aux services du prince de ce monde ou vivent de charité. Ils constatent les avancées du message et si ce dernier prospère, ils se disent qu’un jour ils apporteront leur pierre à l’édifice. Mais pendant ce temps, nous faisons le travail, usant nos corps comme s’use l’acier sur une meuleuse ! {5SC1-5: 12.2.6}

Voilà frères, la raison pour laquelle le Code ne fait ses sorties mensuelles et pourquoi nous ne vous écrivons ni ne vous visitons plus souvent. C’est pourquoi, nous en appelons à tous les croyants de la Vérité Présente ! Réclamez auprès du Seigneur davantage de fidèles ouvriers car c’est l’heure de la moisson, mais il y a peu d’ouvriers. {5SC1-5: 12.2.6}

12

 


Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *