L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




Vol. 2 Le Code Symbolique N° 10

« HONORE L’ETERNEL AVEC TES BIENS, ET AVEC LES PREMICES DE TOUT TON REVENU »

Question :

                Veuillez expliquer l’offrande des prémices et le don des dîmes. » {2SC10: 8.2.6}

8

Réponse :

                Salomon fait ce rappel à l’ordre : « Honore l’Eternel avec tes biens, et avec les prémices de tout ton revenu. » (Pr. 3 : 9) {2SC10: 9.1.1}

            « Tu ne différeras point de m’offrir les prémices de ta moisson et de ta vendange. Tu me donneras le premier-né de tes fils. » (Ex. 22 : 29.) {2SC10: 9.1.2}

            « Voici quel sera le droit des sacrificateurs sur le peuple, sur ceux qui offriront un sacrifice, un bœuf ou un agneau :… Tu lui donneras les prémices de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les prémices de la toison de tes brebis. » (De. 18 : 3, 4.) {2SC10: 9.1.3}

            « Tu prendras des prémices de tous les fruits que tu retireras du sol dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu les mettras dans une corbeille, et tu iras au lieu que choisira l’Eternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom. » (De. 26 : 2.) {2SC10: 9.1.4}

            « Comme il est écrit dans la loi. …d’apporter chaque année à la maison de l’Eternel les prémices de notre sol et les prémices de tous les fruits de tous les arbres. » (Né. 10 : 34, 35.) {2SC10: 9.1.5}

            Cependant, n’allons pas conclure à tort en lisant ces passages, que Dieu exige que nous lui donnions les prémices de toute chose. Dieu ne demande que les premiers des prémices. Le rite de la gerbe agitée nous le démontre car elle était présentée à l’Eternel avant que l’individu ne puisse récolter les prémices de sa moisson (Lé. 23 : 10). Ainsi, en plus de la dîme, nous devons présenter une offrande. Nous ne devrions pas garder la part de Dieu mais plutôt lui rendre immédiatement avant de pouvoir disposer de notre revenu d’une quelconque façon. {2SC10: 9.1.6}

            « Anciens d’églises accomplissez votre devoir. Travaillez de maisons en maisons pour que le troupeau de Dieu ne soit pas négligé dans ce domaine si important, qui implique, selon le cas, une bénédiction ou une malédiction…. Tout homme qui porte le message de la vérité à nos églises doit accomplir son devoir de reprendre, éduquer et avertir. Toute négligence du devoir, qui équivaut à voler Dieu, implique une malédiction pour le coupable. »–« Témoignages pour les Pasteurs, » pp. 306, 307. {2SC10: 9.1.7}

            « Que l’église choisissent des pasteurs et des anciens dévoués au Seigneur Jésus, et que ces derniers veillent à ce que les responsables désignés s’acquittent fidèlement de leur tâche en recueillant les dîmes. Si les pasteurs s’avèrent être incompétents, s’ils manquent d’expliquer à l’église l’importance de rendre à Dieu ce qui Lui revient, s’ils ne veillent pas à ce que les diacres soient fidèles et que les dîmes soient apportées, ils sont en danger. Ils négligent une chose qui implique pour l’église une bénédiction ou une malédiction. Ces pasteurs devraient être relevés de leur fonction, et d’autres devraient être formés pour les remplacer. Les messagers de Dieu devraient s’assurer que les exigences Divines soient fidèlement respectées par les membres d’église. »–Supplément de « Review and Herald, » 1 Déc. 1866. {2SC10: 9.1.8}

            « Sur les ministres de l’Evangile repose une responsabilité solennelle qu’ils négligent étrangement… Or il est absolument nécessaire d’instruire le peuple de Dieu de ses obligations et ses devoirs, tout particulièrement en ce qui concerne le paiement de la dîme. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 250. (Le Ministère Evangélique, p. 221) {2SC10: 9.2.1}

            En accord avec cet ordre urgent, nous, les ministres de l’Evangile, les réformateurs, qui devons « rebâtir sur d’anciennes ruines,…relever des fondements antiques et être appelé réparateur de brèches, celui qui restaure les chemins, qui rend le pays habitable, » (Es. 58 : 12) avons le devoir de citer les directives de sœur White contenues dans « Testimonies for the Church » ; et ceux qui ne possèdent pas les écrits de sœur White en bénéficieront d’autant plus : {2SC10: 9.2.2}

            « Les exigences de Dieu doivent être satisfaites en premier lieu. Nous ne faisons pas sa volonté si nous lui consacrons ce qui reste de nos revenus après avoir acheté ce dont nous nous imaginons avoir absolument besoin. Avant de dépenser tout ce que nous gagnons, nous devrions mettre à part et offrir au Seigneur ce qui lui revient. Sous l’ancienne dispensation, une offrande d’actions de grâces brûlait constamment sur l’autel, en signe de dépendance perpétuelle de l’homme à l’égard de Dieu. Si nos affaires prospèrent, c’est parce que le Seigneur nous bénit. Une partie de nos revenus doit être consacrée aux pauvres, et une forte proportion à la cause de Dieu. Dès qu’on aura rendu au Seigneur la part qu’il demande, il sanctifiera et bénira le reste pour notre usage personnel. Mais si nous volons Dieu en retenant ce qui lui appartient, sa malédiction reposera sur l’ensemble de nos biens. » (Vol. 4, p. 477 ; Le Foyer Chrétien, p. 355) {2SC10: 9.2.3}

            « Paul établit une règle pour les dons à cause de Dieu, et nous en indique les conséquences à la fois pour nous-mêmes et pour Dieu. ‘Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre… Celui qui Fournit de la semence au semeur, et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice. Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.’ » (Vol. 5, p. 735 ; Conseils à l’Eglise, p. 223) {2SC10: 9.2.4}

            « La dîme devait être consacrée exclusivement à la tribu de Lévi, qui avait été mise à part pour s’occuper du service du sanctuaire. Mais la dîme ne constituait nullement la totalité des contributions destinées à des buts religieux. Le tabernacle, comme plus tard le temple, fut entièrement construit par des offrandes volontaires. En outre, en prévision des réparations nécessaires, ainsi que pour d’autres dépenses, Moïse exigea qu’à l’occasion

9


 de tout recensement chacun donnât un demi-sicle pour le service du tabernacle. Au temps de Néhémie, l’Israélite faisait chaque année une offrande dans ce but. Les offrandes pour le péché et les offrandes d’actions de grâces qui, aux fêtes annuelles, étaient très nombreuses, revenaient partiellement aux Lévites. A part cela, il avait été largement pourvu au soin des pauvres. »–« Patriarchs and Prophets, » p. 526 (Patriarches et Prophètes, p. 512). {2SC10: 9.2.5}

            « Les contributions exigées des Hébreux pour des buts religieux et charitables s’élevaient donc pour le moins à un quart de leur revenu. On serait tenté de croire qu’une charge aussi lourde aurait dû les réduire à la pauvreté. Bien au contraire, la fidèle observation de ces libéralités était une condition de leur prospérité. Voici la promesse de Dieu pour ceux qui lui obéissaient : ‘Je détournerai de vous le fléau dévastateur ; il ne détruira plus les fruits de votre sol, et vos vignes ne seront plus stériles dans vos campagnes…. Toutes les nations vous diront heureux ; car vous serez un pays de délices, dit l’Éternel des armées.’ »–Idem, p 527 (Idem p. 513) {2SC10: 10.1.1}

            « Dieu a révélé à son peuple un plan qui permet de recueillir les fonds suffisants pour les besoins de son œuvre. Ce plan qui est celui de la dîme, est magnifique de simplicité et d’équité. Chacun peut le suivre avec foi et courage, car il est d’origine divine. En lui s’allient la simplicité et l’utilité, et il n’est pas nécessaire de faire de longues études pour le comprendre et l’exécuter. Tous peuvent se rendre compte qu’il leur est possible de contribuer au succès de l’œuvre précieuse du salut. Tout homme, toute femme, tout adolescent peut amasser de l’argent pour la cause du Seigneur. L’apôtre dit : ‘Que chacun de vous… mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité.’ {2SC10: 10.1.2}

            Des buts importants peuvent être atteints grâce à ce système. Si nous l’acceptions tous, chacun deviendrait un vigilant et fidèle intendant du Seigneur, et il n’y aurait pas de problème financier dans la grande œuvre qui consiste à faire retentir dans le monde le message d’avertissement. Si chaque membre de l’Eglise adoptait ce système, le trésor serait plein et personne ne serait appauvri. Cet investissement de nos biens nous unirait davantage à la cause de la vérité présente. Nous amasserions ainsi ‘pour l’avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable’. »–« Vol. 3, pp. 388, 389 (Conseils à l’Eglise, p. 220). {2SC10: 10.1.3}

 « Le plan de générosité systématique a été négligé dans les églises qui de fait sont financièrement devenu pauvres et se sont apostasié. »–Vol. 3, p. 409. .  {2SC10: 10.1.4}

« Chaque fois que le peuple de Dieu, à quelque période que ce soit de l’histoire du monde, a joyeusement et volontiers appliqué ce plan de générosité  dans les dons et les offrandes, il a bénéficié de la promesse selon laquelle ses travaux seront couronnés par la prospérité, dans la mesure même de son obéissance. Lorsque les chrétiens ont ainsi reconnu les exigences de Dieu et s’y sont soumis, leurs greniers ont été abondamment remplis. Mais lorsqu’ils ont dérobé Dieu dans les dîmes et les offrandes, ils ont été amenés à constater qu’ils s’étaient aussi frustrés dans la même proportion, car Dieu limitait ses bénédictions dans la mesure où ils limitaient leurs dons. »–Vol. 3, p. 395 (Conseils à l’Eglise, p. 222). {2SC10: 10.1.5}

« Le plan de générosité vous semble inutile ; vous oubliez qu’il vient de Dieu dont la sagesse est parfaite. Il a conçu ce plan pour prévenir de la confusion, pour condamner la convoitise, la cupidité, l’égoïsme et l’idolâtrie. Ce système devait équilibrer la charge supportée par tout à chacun. Le salut de l’homme a coûté un prix certain : la vie du Seigneur de gloire, volontairement donnée pour préserver l’homme de la déchéance et l’élevé au statut d’héritier du monde. Dieu a ainsi prévu que l’homme aiderait son prochain dans l’accomplissement de cette grande œuvre de la rédemption. »–Vol. 1, p. 545. {2SC10: 10.2.1}

« Tant que nous ne mettrons pas tous à exécution le plan de générosité systématique, nous ne pourrons jamais respecter cette ordonnance apostolique. Les hommes qui prêchent la parole et les doctrines devraient être des hommes de discrimination. » Vol. 3, p. 411. {2SC10: 10.2.2}

« Les pauvres, en suivant la règle de l’apôtre de mettre de côté une petite somme chaque semaine, aident à grossir le trésor, et leurs dons sont tout à fait acceptables à Dieu en ce que leurs sacrifices sont aussi grands, sinon plus, que ceux de leurs frères plus riches. Le plan de générosité systématique s’avérera une sauvegarde pour chaque famille contre la tentation de dépenser pour des futilités, et surtout, il s’avèrera une bénédiction pour les riches en les gardant de s’adonner à l’excentricité. »–Vol. 3, p. 412. (Conseils à l’Eglise, p. 223) {2SC10: 10.2.3}

                « En tant qu’adventistes nous devons prendre sérieusement à cœur cette question [des vœux]. Il y en a peu qui se sentent repris dans leurs consciences, s’ils ont négligé leur devoir à ce sujet, et qui éprouvent le remords de dérober Dieu chaque jour…. Toutefois, il en est beaucoup qui négligent leurs vœux et ne s’acquittent pas de leurs engagements sans en être troublés le moins du monde. Combien peu se sentent coupables d’avoir manqué à leur devoir ! Il faut que nous soyons à cet égard plus profondément convaincus. Notre conscience doit être réveillée sur ce point. Au dernier jour, il faudra rendre des comptes au Seigneur, car il a des droits sur nous. »–Vol. 4, p. 468 (Conseils à l’Econome, p. 332) {2SC10: 10.2.4}

                « De tous nos revenus nous devrions d’abord prélever la part qui revient à Dieu. Dans le système de bienfaisance en usage chez les Israélites, ceux-ci devaient offrir

10

 

à Dieu les prémices de tous les biens reçus, soit de l’accroissement de leurs troupeaux, soit des produits de leurs champs, de leurs vergers ou de leurs vignes, à moins de racheter ces prémices en offrant une somme correspondante. Comme les choses ont changé de nos jours ! Les exigences du Seigneur, quand on leur donne encore quelque attention, sont reléguées à l’arrière-plan…. (Conseils à l’Econome, p. 68) Nombreux sont les Chrétiens qui se séparent de leurs bien avec la plus grande réticence. Beaucoup ne donnent pas même un vingtième de leur revenu à Dieu, et plus encore donnent encore moins. Une large partie dérobe Dieu des petites dîmes et d’autres ne donnent que la dîme. Si les dîmes de chacun affluaient dans les greniers du Seigneur comme ce devrait être le cas, dons et offrandes sacrés seraient tellement bénis qu’ils seraient multipliés par dix. Le canal entre Dieu et l’homme resterait alors ouvert. »–Idem, p. 474. {2SC10: 10.2.5}

            «Rien, si ce n’est une parfaite incapacité de paiement, ne peut exempter quelqu’un de s’acquitter promptement de ses obligations envers le Seigneur. Le manque d’intérêt pour ces choses montre vous demeurez dans l’aveuglement et la mauvaise foi… Que chacun examine sa vie passée, afin de se rendre compte s’il n’a pas négligé de s’acquitter de quelque vœu. Dans ce cas, qu’il fasse tous ses efforts pour payer jusqu’au ‘quart de sou’; car nous devons tous comparaître devant un tribunal où, seules, l’intégrité et la vérité nous permettront de subsister. »–Idem, p. 476 (Conseils à l’Econome, p. 324) {2SC10: 11.1.1}

            « Aujourd’hui, Dieu ne demande pas moins, il exige plus encore que jamais au cours de l’histoire. Le principe établit par le Christ, c’est que les dons et les offrandes devraient être en proportion de la lumière et des bénédictions reçues. ‘On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné.’»–Vol. 3, p 392 (Conseils à l’Eglise, p. 221) {2SC10: 11.1.2}

            « Des offrandes pour le péché et des sacrifices d’actions de grâces étaient aussi demandés et s’ajoutaient à la dîme… (Conseils à l’Eglise, p. 222) Une promesse est contenue dans ce texte : si les dîmes sont apportées à la maison du trésor, la bénédiction de Dieu se répandra sur celui qui obéit… (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 430) Pas moins du tiers des revenus était ainsi consacré à des buts religieux. (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 431) »–Vol. 3, p. 394, 395. {2SC10: 11.1.3}

            « Lorsque nous disons que les Juifs consacraient la dîme à des buts religieux, nous n’avons pas tout dit. Dieu avait des droits sur tout, et sur presque chaque objet il fallait lui donner quelque chose en retour de ses bienfaits. Les Israélites devaient racheter leurs premiers-nés, offrir les premiers-nés de leur bétail et les prémices de leurs moissons. Il fallait laisser aux indigents les extrémités des champs à moissonner… Puis il y avait les sacrifices extraordinaires, les sacrifices expiatoires, les sacrifices pour le péché et la remise de toutes les dettes chaque septième année. Il y avait aussi de nombreuses dépenses pour exercer l’hospitalité et faire des dons aux pauvres, ainsi que des répartitions d’impôts sur les propriétés. »–Vol. 4, p. 467 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 628) {2SC10: 11.1.4}

            « Un petit nombre seulement se croit lié par ce que Dieu exige de lui, à savoir que le premier devoir est de subvenir aux besoins de sa cause ; ensuite seulement on peut penser à soi. Peu nombreux sont les chrétiens qui donnent au Seigneur selon leurs moyens. »–Vol. 3, p. 398 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 434). .  {2SC10: 11.2.1}

            « Le ciel retire ses bénédictions partout où les intérêts égoïstes se manifestent ; mais il comble son peuple de ses bienfaits, si ce dernier les fait contribuer au relèvement de l’humanité. Si de tout notre cœur nous acceptons le principe divin de la bienveillance, si nous consentons à obéir en toutes choses aux directions du Saint-Esprit, nous suivrons la trace des apôtres. »–Vol. 7, p. 146 (Témoignages pour l’Eglise, Vol.3, p. 170). .  {2SC10: 11.2.2}

            « Un flot de lumière jaillit de la Parole, et il ne faut négliger aucune occasion d’en bénéficier. Lorsque tous rendrons au Seigneur ce qui lui revient ; les dîmes et les offrandes, le chemin sera ouvert pour que le monde entende le message pour notre époque. Si le cœur des enfants de Dieu débordait d’amour pour le Christ, si chaque membre d’église était animé de l’esprit de sacrifice, si tous manifestaient une grande sincérité, on ne manquerait pas de fond pour l’œuvre dans notre pays et dans les missions étrangères. Nos ressources se multiplieraient ; des milliers de portes s’ouvriraient à l’Evangile. Si les Adventistes s’étaient conformés aux dessins de Dieu en proclamant au monde le message de miséricorde, le Christ serait déjà revenu, et les saints fouleraient la cité céleste. »–Vol. 6, p. 450 (Conseils à l’Eglise, p. 221). .  {2SC10: 11.2.3}

            « Tout est prêt, mais visiblement l’église marche sur un terrain enchanté. Lorsque chacun se réveillera et viendra déposer aux pieds de Jésus, prières, biens, énergies et ressources, la cause de la vérité triomphera. Les anges s’étonnent que les Chrétiens accomplissent si peu quand Jésus est venu leur donner un tel exemple. Même la mort, une mort honteuse, Il ne s’y est pas soustrait. »–Vol. 4, p. 475. .  {2SC10: 11.2.4}

            « Il est temps pour nous de suivre les enseignements de la parole de Dieu. Tous Ses commandements sont pour notre bien, ils justifient l’âme qui péchait. Tout convertit à la vérité devrait être au fait des exigences Divine concernant les dîmes et les offrandes…. Les véritables convertis sont appelés à accomplir une œuvre qui demande de l’argent et de la consécration. Notre engagement personnel a inscrit nos noms dans les registres d’église et pour cette raison, nous avons le devoir d’œuvrer pour Dieu au maximum de nos capacités. Le Seigneur réclame une entière consécration, une dévotion complète du cœur, de l’âme, de l’esprit, des forces…. Cela

11

 

est valable autant pour les choses temporelles que pour les choses spirituelles. Le Seigneur ne vient pas dans ce monde avec or et argent pour faire avancer Son œuvre. Il fournit aux hommes des ressources qu’ils convertissent en dons et offrandes pour l’avancement Son œuvre. Les dons divins devraient par-dessus tout servir au support des ouvriers qui sont à l’œuvre dans le vaste champ de la moisson. Si les hommes comme les femmes deviennent des sources de bénédictions pour les autres, Dieu s’assurera que ces sources soient entretenues. Rendre à Dieu ce qui Lui appartient ne rend pas pauvre ; garder ses biens, voilà ce qui favorise la pauvreté. »–Vol. 6, p. 447, 449. .  {2SC10: 11.2.5}

            « Certains ont éprouvé du mécontentement et ont dit : ‘Je ne donnerai plus la dîme, car je n’ai pas confiance dans la manière dont les choses sont administrées dans notre œuvre.’ Mais voulez-vous frustrer Dieu du fait que vous n’approuvez pas la façon dont l’œuvre est administrée ? Adressez vos réclamations à qui de droit, clairement, ouvertement, et dans un bon esprit. Envoyez des pétitions ; demandez que les choses soient régularisées et mises en ordre ; mais ne retenez pas ce qui doit aller à l’œuvre de Dieu ; ne soyez pas infidèles parce que d’autres le sont. »–Vol. 9, p. 249 (Conseils à l’Econome, p. 98). {2SC10: 12.1.1}

            « Encore quelques années et la grâce touchera à son terme. Le grand jour de l’Eternel est proche. Déployons maintenant tous les efforts pour réveiller notre peuple. Que les paroles de l’Eternel par la bouche du prophète Malachie parviennent à chaque foyer. »–Vol. 6, p. 446. {2SC10: 12.1.2}

            « De fréquentes et ardentes prières ne sauraient être acceptées de Dieu à la place de nos dîmes. La prière ne remplace pas le paiement de nos dettes envers Dieu »–« Messages to Young People, » p. 248 (Messages à la Jeunesse, p. 246). {2SC10: 12.1.3}

12


Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *