L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




Vol. 1 Le Code Symbolique N° 15

ACTUALITES DU CODE SYMBOLIQUE

Volume Un                                                                                                                                            15 Septembre 1935

N° 15                                                                                                                                                                     Waco, Texas

A l’Attention De La Dénomination Adventiste

————————————————–

VAGUES D’INFORMATIONS EN PROVENANCE DU MONT CARMEL

« Retour aux Anciens Sentiers »

                Dans le numéro du Code Symbolique du mois d’Août, nous vous avons rapporté les avancées réalisées dans la construction du site et l’augmentation des résidents. Depuis, nous nous sommes employés à terminer les travaux de constructions donc nous n’aborderons pas le sujet. Par contre, nous sommes heureux de vous rapporter les progrès réalisés sur le plan spirituel, notamment dans la réforme vestimentaire et sanitaire. Nous nous sommes rapprochés du Seigneur et Lui disons merci pour les bénédictions qu’ils nous envoient.

                Assurément, tous les partisans de la réforme serons heureux de voir toute la communauté s’associer à notre démarche ; chose qui n’avait été pas observée depuis les apôtres. Loin de nous de vouloir nous vanter car il nous reste beaucoup à faire avant d’être transformer à Sa glorieuse image, d’être dignes d’être appelés « peuple saint, rachetés de l’Eternel, » par ceux qui accepteront le Message du Troisième Ange après le scellement des 144 000 (Es. 62 : 12.)

                Ce pas en avant réalisé au Mont Carmel est le plus grand de tous, et si nous continuons, le Seigneur déclare : « Ta lumière poindra comme l’aurore, et ta guérison germera promptement ; ta justice marchera devant toi, et la gloire de l’Eternel t’accompagnera. Alors tu appelleras, et l’Eternel répondra ; tu crieras, et il dira : Me voici ! » (Es. 58 : 8, 9.)

                Il est difficile de se défaire des choses acquises dès la naissance, qu’on cultive depuis des années. Nous avons été ainsi depuis que nous sommes membres de la dénomination Adventiste et beaucoup de membres croient que Dieu les a autorisés à perpétuer les coutumes de ce monde. Cependant, le Mont Carmel s’est débarrassé de ses « gibecières, » des ornements artificiels, des « voiles » et des « diadèmes, » des décolletés, des jupes courtes, des manches courtes, des bas retroussés, des talons hauts et de toutes les coutumes vaines et des idoles du pays. Nous les avons livrés à la destruction éternelle, pour que chaque résident, homme, femme et enfant, soit libéré de ces chaînes !

                Nous ne comprenons que beaucoup de nos frères qui « se tiennent dans la lumière de la vérité présente » et qui ont part à la proclamation du message de réforme, ne se réforment pas eux-mêmes ! Nous appelons donc tous les croyants de la vérité présente à étudier à nouveau le message de la Verge et les « Témoignages pour l’Eglise, » afin que tous opèrent sans délai cette transformation. C’est là votre dernier avertissement.

                Ne sortez pas en petite tenue, qu’il s’agisse de vous ou vos enfants, ou sans porter de bas sauf si vous être pieds nus. Portez vos manches au-delà du coude, et vos jupes de sortent qu’elles atteignent la moitié du tibia. Si, par exemple, votre tibia mesure 50 centimètres, votre jupe devrait être à au moins 25 centimètres du sol. Pour les enfants de moins de 12 ans, le tibia pourra être divisé en trois parties ; ainsi la jupe atteindra les deux tiers du tibia. Si le respect de vous-même et la modestie vous importe, de même que la dignité de vos enfants, n’exposez pas vos corps nus, ni celui de vos enfants, au regard des hommes et des garçons ; vous recevrez ainsi le sceau de Dieu.

                Ne soyez pas extrémistes. Habillez-vous et vos enfants de manière à ne pas attirer l’attention et afficher l’indécence ; soyez plutôt propre et vêtu convenablement, sobrement mais avec des tissus de bonne qualité.

                « J’ai vu que le peuple de Dieu ne devrait pas suivre les modes de ce monde. Certains l’ont fait et perdent rapidement le caractère saint et distingué qui définit leur appartenance au peuple de Dieu. J’ai vu le peuple de Dieu d’autrefois, et j’ai comparé son style vestimentaire à celui des temps de la fin. Et quelle différence !

1

Quel changement ! Les femmes n’étaient pas aussi impudentes qu’aujourd’hui. Elles se couvraient le visage en public. En ces temps de la fin, les modes sont honteuses et indécentes et cela est reporté dans le récit prophétique. Ces modes furent introduites par des personnes entièrement contrôlées par Satan ;  et ‘ayant perdu tout sentiment, elles se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité.’ Si le peuple de Dieu ne s’était pas autant détourné de Lui, l’on observerait une différence notable entre le style vestimentaire des enfants de Dieu et celui du monde. Les petits bonnets laissant apparaître le visage et la tête, sont indécents… Les habitants de la terre sont versés dans la dépravation et la ligne de démarcation entre eux et l’Israël de Dieu doit davantage se distinguer, autrement la malédiction promise aux méchants tombera également sur le peuple de Dieu.

                Dieu nous met aujourd’hui à l’épreuve, jeunes et vieux. C’est à nous de décider de notre sort. Notre orgueil, notre engouement pour les modes, nos conversations vaines et creuses, notre égocentrisme, tout cela est pèse lourdement contre nous… Et je vis le Seigneur dans le ciel en train d’affuter Son épée pour les tuer. Si seulement les enseignants tièdes pouvaient réaliser que Dieu s’apprête à nettoyer Son peuple ! Chers amis, ne soyez pas dupes quant à votre condition personnelle ; personne ne trompe Dieu. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, pp. 188, 189, 190. Lisez le chapitre trois d’Esaïe, des versets 16 à 26.

                Evitez la farine blanche et les produits sucrés raffinés ; ne consommez pas fruits et légumes au même repas. Un estomac normal en supporte moins du quart, alors n’allez pas au suicide en le surchargeant. Ne vous enfermez pas dans un régime trop pauvre ; remplissez votre table avec de la nourriture de saison, préparée de la façon la plus simple et la plus naturelle. Ne consommez pas uniquement d’aliments cuits. Le café, le thé, le cacao et le chocolat ne devraient pas avoir leur place dans un foyer Adventiste.

                « Pourquoi pesez-vous de l’argent pour ce qui ne nourrit pas ? Pourquoi travaillez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? Ecoutez-moi donc, et vous mangerez ce qui est bon, et votre âme se délectera de mets succulents. Prêtez l’oreille, et venez à moi, écoutez, et votre âme vivra : je traiterai avec vous une alliance éternelle, pour rendre durables mes faveurs envers David. »

                « Ceux qui se sanctifient, …. Qui mangent de la chair de porc, des choses abominables et des souris, tous ceux-là périront, dit l’Eternel. »

                « Qu’il n’y ait parmi vous ni homme, ni femme, ni famille, ni tribu, dont le cœur se détourne aujourd’hui de l’Eternel, notre Dieu, pour aller servir des dieux de ces nations-là. Qu’il n’y ait point parmi vous de racine qui produise du poison et de l’absinthe. Que personne, après avoir entendu les paroles de cette alliance contractée avec serment, ne se glorifie dans son cœur et ne dise : j’aurai la paix, quand même je suivrai les penchants de mon cœur, et que j’ajouterai l’ivresse à la soif. L’Eternel ne voudra point lui pardonner. Mais alors la colère et la jalousie de l’Eternel s’enflammeront contre cet homme, toutes les malédictions écrites dans ce livre reposeront sur lui, et l’Eternel effacera son nom de dessous les cieux. L’Eternel le séparera, pour son malheur, de toutes les tribus d’Israël, selon toutes les malédictions de l’alliance écrite dans ce livre de la loi. » (Es. 55 : 2, 3 ; 66 : 17 ; De. 29 : 18-21.)

                « Partez, partez, sortez de là ! Ne touchez rien d’impur ! Sortez du milieu d’elle ! Purifiez-vous, vous qui portez les vases de l’Eternel ! » (Es. 52 : 11.)

                Deux personnes ne devraient pas dormir dans le même lit sauf en cas d’urgence. Ceux qui négligent cette règle sanitaire sèment les graines du troublent plutôt que celles de la santé et du bonheur.

                Quand vous assistez à des réunions que ce soit à l’église Adventiste ou dans un lieu où la vérité présente est prêchée, ne déshonorez pas Dieu en chuchotant ou en riant. Echanger des poignées de main dans l’église de Dieu encourage les conversations triviales ; cela distrait l’auditoire et le pousse au mal. Les salutations réciproques devraient se faire à la fin du service à l’extérieur de l’église ; lors des petits rassemblements, elles peuvent se faire à l’intérieur mais uniquement à l’issue de la réunion. « Que toute chair fasse silence devant l’Eternel ! Car il s’est réveillé de sa demeure sainte. » (Za. 2 : 15.)

                Le peuple de Dieu est coupable d’une autre grande négligence. Le Saint-Esprit déclare, « Je veux cependant que vous sachiez que Christ est le chef de tout homme, que l’homme est le chef de la femme, et que Dieu est le chef de Christ. » (1 Co. 11 : 3) Remarquez de quelle façon la hiérarchie divine se relie à l’humanité : Dieu, Christ, l’homme, la femme. « Tout homme qui prie ou qui prophétise, la tête couverte, déshonore son chef [Dieu]. Toute femme, au contraire, qui prie ou qui prophétise, la tête

2

non voilée, déshonore son chef [l’homme] : c’est comme si elle était rasée. Car si une femme n’est pas voilée, qu’elle se coupe aussi les cheveux. Or, s’il est honteux pour une femme d’avoir les cheveux coupés ou d’être rasée, qu’elle se voile. L’homme ne doit pas se couvrir la tête, puisqu’il est l’image et la gloire de Dieu, tandis que la femme est la gloire de l’homme. En effet, l’homme n’a pas été tiré de la femme, mais la femme a été tirée de l’homme ; et l’homme n’a pas été créé à cause de la femme, mais la femme a été créée à cause de l’homme. » (versets 4-9)

                Ce texte enseigne que l’homme devrait ôter son couvre-chef lorsqu’il prie ou prophétise (enseigne les Ecritures) tandis que la femme devrait, elle, se couvrir la tête. Pourquoi ? Parce que Dieu est le chef de l’homme et l’homme est le chef de la femme. Si l’homme se couvre la tête, il déshonore Dieu. Par conséquent, si la femme se découvre la tête lorsqu’elle prie, elle déshonore son chef, l’homme ; et en déshonorant l’homme, elle déshonore aussi Dieu, car l’homme est « l’image et la gloire de Dieu. » Par ailleurs, quand la femme s’approche de Dieu, le fait de se couvrir la tête équivaut symboliquement à se présenter directement devant Dieu sans passer par l’homme (son chef).

                N’allez pas croire que les cheveux de la femme correspondent au voile dont il est question au verset 15. Si cela eut été le cas, l’homme devrait alors se raser la tête pour se distinguer de la femme ; or, cela n’a jamais été demandé à l’homme ce qui prouve que le voile requis pour les femmes ne réfère pas à leur chevelure mais à un couvre-chef quelconque. Si l’Esprit de Dieu enseignait que la chevelure des femmes correspondait au voile dont il est question, pourquoi alors ajouter quand elle « prie ou prophétise ? » Comment pourrait-elle retirer ses cheveux (son voile) lorsqu’elle ne prie pas, à moins de porter une perruque ? Une femme peut-elle enlever ou remettre ses cheveux naturels comme bon lui semble ? Au temps de Paul, les femmes avaient coutume d’avoir les cheveux longs, il n’aurait donc pas été nécessaire de leur demander de les conserver ainsi. Or, Paul ajoute, « si une femme n’est pas voilée, qu’elle se coupe aussi les cheveux ; » ainsi est établi le principe clair selon lequel la femme qui n’a ni les cheveux coupés ou rasés, devrait alors « être voilée. » Nous lisons dans ces versets, que « c’est une gloire pour la femme de porter de longs cheveux, » ainsi, couvrir ses cheveux indique une soumission à Dieu, ou en quelque sorte un abandon de sa propre gloire.

                Il n’est pas obligatoire d’appliquer ce principe lorsqu’on prie pour le repas, mais quand il s’agit s’enseigner ou de chanter, que ce soit à la maison ou à l’église, l’application de ce principe est essentielle.

                « Dieu conduit son peuple pas à pas. Il le fait passer par des chemins qui lui permettront de manifester ce qu’il a dans le cœur. Il en est qui surmontent un obstacle, mais échouent devant le suivant. Chaque difficulté est une épreuve que Dieu nous a préparée, et lorsque nous regimbons, cela doit nous convaincre qu’il nous reste encore des victoires à remporter si nous ne voulons pas que le Seigneur nous vomisse de sa bouche.

L’ange me dit : ‘Dieu augmentera les difficultés afin de mettre chacun de ses enfants à l’épreuve.’ Certaines personnes veulent bien marcher avec Dieu jusqu’à un certain point, mais s’il leur demande d’aller plus loin, elles refusent, parce qu’elles chérissent une idole au fond de leur cœur. L’occasion leur est alors donnée de voir ce qui empêche leur cœur de s’ouvrir largement à Jésus. Il y a quelque chose qu’elles estiment plus que la vérité et leur cœur n’est pas préparé à recevoir le Maître. Ainsi tous sont éprouvés pendant un certain temps afin de voir s’ils sacrifieront leurs idoles et suivront le conseil du témoin fidèle. S’ils ne sont pas purifiés par l’obéissance à la vérité, s’ils ne surmontent pas leur égoïsme, leur orgueil, leurs passions mauvaises, les anges de Dieu donnent l’ordre suivant: ‘Laissez-les, car leurs idoles les tiennent enchaînés.’ Puis ils s’en vont, laissant les récalcitrants avec leurs péchés, sous l’influence des anges déchus. Mais ceux qui ont été obéissants en tous points et qui ont surmonté tous les obstacles, quel que soit le prix de la victoire, ceux qui ont suivi le conseil du témoin fidèle recevront la pluie de l’arrière-saison et seront prêts à être transmués… »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 187 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 70).

                Le Centre du Mont Carmel a été un exemple que tous les frères doivent suivre en se conformant à la lettre aux exigences de Dieu ; ainsi, ils se libéreront des péchés de ce monde, recevront le sceau de Dieu et échapperont à la destruction. Qu’avant l’arrivée du prochain numéro du Code, chacun puisse faire les changements nécessaires dans sa vie ; nous montrerons alors à Dieu combien nous sommes heureux d’obéir à Ses justes directives. Notre sacrifice montrera que nous avons à cœur le salut du peuple de Dieu ; que par notre attitude exemplaire exempte de péché, il soit exhorté à se rapprocher de Dieu, ce qui prouvera notre authenticité face au message que nous prêchons. Ceux qui ne répondent pas aux exigences du Témoin Véritable dans cette réforme, n’auront aucune excuses quand il leur sera demandé : « Mon ami, comment es-tu entré ici sans avoir un habit de noces ? » Ils resteront sans réponse. (Mt. 22 : 12.)

3

                Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Eglise glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible. C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. » (Ep. 5 : 25-31.)

                « Maris, aimez vos femmes, et ne vous aigrissez pas contre elles. Enfants, obéissez en toutes choses à vos parents, car cela est agréable dans le Seigneur. Pères, n’irritez pas vos enfants, de peur qu’ils ne se découragent. » (Col. 3 : 19-21.)

                N’exhiber pas vos corps, des montres clinquantes ou autre vaines babioles, car elles suscitent les préjugés et dévalorisent votre corps qui est fait à l’image de Dieu.

—————————————————————-

QUI DOIT-ON BLAMER ? LE CORPS OU LES « MEMBRES ? »

                Qu’importe les difficultés de la vie, rien ne justifie qu’on s’écarte de son devoir ; cela a été clairement affirmé par « l’Esprit de vérité. » Paul déclara qu’il ne faisait aucun « cas » de sa vie et qu’il était prêt à mourir pour que son Seigneur soit glorifié à travers lui et son peuple sauvé.

                L’Esprit de Prophétie déclare : « Défendre la vérité et la justice quand la majorité des hommes nous ignorent, livrer les batailles du Seigneur quand les champions sont rares — telle sera notre épreuve. Alors la froideur des autres devra nous réchauffer, leur lâcheté nous encourager, leur traîtrise affermir notre loyauté. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 136 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 32)

                Les convertis que l’on ne compte pas parmi les ramifications apparues au fil du temps, se sont clairement écartés des anciennes bornes. « Nous nous sommes égarés loin des anciennes bornes. Revenons-y. ‘Si l’Eternel est Dieu, servez-le ; si c’est Baal, servez-le.’ De quel côté serez-vous ? »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 137 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 33).

                « L’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. Pourtant, il en est quelques-uns qui sont inquiets ou étonnés de leur manque de puissance spirituelle. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217 (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48) « J’ai vu notre instructeur déchirer de prétendus vêtements de justice, et mettre à nu la souillure qu’ils recouvraient. Puis il me dit : ‘Ne vois-tu pas comme ces gens ont caché d’une manière prétentieuse leur souillure et leur corruption ? ‘Quoi donc ! La cité de mon Père est devenue une prostituée !’ La maison de mon Père est devenue un lieu de commerce, d’où la présence divine et la gloire se sont retirées. C’est pourquoi il y a de la faiblesse, c’est pourquoi la force manque.’ »–« Testimonies for the Church, » Vol. 8, p. 250 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 303).

                « Quand Jésus observe les chrétiens d’aujourd’hui, Il voit l’ingratitude, un formalisme creux, une duplicité hypocrite, un orgueil Pharisaïque et de l’apostasie. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 72.

                Clairement, ces passages nous avertissent que l’église, en tant que corps, « s’est détournée de son Chef Christ, » et que « l’apostasie » règne parmi les « chrétiens » au point que la « présence divine et la gloire se sont retirées » de l’église. Cela devrait véritablement nous inquiéter et nous faire « soupirer et gémir à cause des abominations qui s’y commettent, » autrement nous grincerons nos dents dans les tourments de la ruine éternelle. Réagirons-nous comme les Ninivites, ou en paierons-nous le terrible prix ?

                Voici ce qui est écrit à propos de ceux qui contesteront leur rejet aux noces de l’agneau : « Dans le développement de la vérité, ils critiqueront l’œuvre et la position de leurs frères ; ils attaqueront tout ce qui a été fait sans eux. Ils se ‘nourriront’ des erreurs et des fautes d’autrui, jusqu’au jour où le Seigneur Jésus ayant terminé son œuvre de médiation dans le sanctuaire céleste, se lèvera pour se revêtir de ses vêtements de vengeance, au jour où il viendra les surprendre dans leur festin impie ; ils ne seront pas prêts pour le souper des noces de l’Agneau. Leur goût a tellement été perverti qu’ils

4

critiqueraient même la table du Seigneur dans son royaume. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 690 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 352).

                Le véritable chef de l’église « se lèvera de Son œuvre de médiation dans le sanctuaire céleste » et mettre définitivement un terme au festin « impie » avant la fin du temps de grâce, pendant « la révélation de la vérité. »

                Cette terrible apostasie est causée par le « doute et même l’incrédulité à l’égard des témoignages de l’Esprit de Dieu » (Testimonies for the Church, Vol. 5, p. 217 ; Instructions pour un Service Chrétien Effectif). Prédicateurs et membres d’églises sont tous deux en cause. « Les anciens, ceux à qui il a donné une grande lumière… ont trahi leur mission » (Testimonies for the Church, Vol. 5, p. 211 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 73) et attaquent aujourd’hui « tout ce qui se fait dans le développement de la vérité, » car cela dénonce leur condition. Ainsi, allons-nous redoubler d’efforts dans notre « mission » en avertissant nos frères et sœurs avant qu’il ne soit trop tard ? Cependant, agissons dans l’esprit de Christ en prenant garde à nous-mêmes, de peur que nous ne tombions dans les même pièges tendu par l’ennemi, nous qui affirmons nous « tenir dans la lumière. » Gardons-nous de devenir apostats en répétant les erreurs évoquées dans le passage qui va suivre et en se gardant d’avoir part à la prophétie qui en découle :

                « Il y aura parmi nous des personnes qui voudront toujours contrôler l’œuvre de Dieu et même dicter les mouvements qui devront être faits quand l’œuvre avance sous la direction de cet ange qui s’unit au troisième pour donner le message qui doit être communiqué au monde. Dieu emploiera des manières et des moyens qui nous permettront de voir qu’Il prend Lui-même les rênes en main. Les ouvriers seront surpris par les moyens simples qu’Il utilisera pour accomplir et perfectionner Son œuvre de justice. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 300.

————————————–

SECOURUS AU LIEU D’ETRE « VOMIS »

                Je suis on ne peut plus heureux que le message de la Verge se soit fait une place de choix dans mon cœur. J’adore mon Sauveur et je sais qu’il m’a bénit en me donnant une seconde et l’opportunité de prouver mon amour en endurant les critiques de mes frères. Ils sont furieux contre ceux qui ont apporté le message d’Apocalypse 18 : 1 dont ils ignorent le contenu ; ils ferment leurs porte et leur cœur à la lumière dont sœur White avait prédit l’arrivée. (Testimonies to Ministers, p. 300)

                J’ai été vraiment interpellé par le passage de « Testimonies on Sabbath School Work, » pp. 62-66, au point que j’en ai acheté un exemplaire, ainsi qu’un exemplaire de « Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs). Ce que j’y ai lu m’a convaincu que l’ennemi s’est introduit dans l’église depuis 1844 et a, par ses manipulations, déployé une toile d’erreur par laquelle il « piège » si possible jusqu’au dernier, chaque enfant de Dieu ; mais nous sommes là pour les secourir.

                Mon Père céleste a grossit la taille de Sa Parole afin que je comprenne clairement pourquoi Il doit accomplir « Son œuvre étrange » d’Ezéchiel Neuf. Les messages « Crie à plein gosier, ne te retiens pas, et annonce à la maison de Jacob ses péchés, » et, « prépare-toi à la rencontre de ton Dieu, O Israël, » sont lancés aujourd’hui à l’église. Je suis Adventiste depuis plus de vingt ans, mais ce n’est qu’au cours des derniers mois que j’ai véritablement appris à connaître le Seigneur !

                Il n’y a pas si longtemps, j’étais encore à 100% Loadicéen, me complaisant dans mon aveuglement ; mais j’ai acheté de « l’or éprouvé par le feu, » et je suis plus déterminé que jamais à obtenir la victoire. Par Sa grâce et avec son aide, je présenterai à tout intéressé par les textes et les exemples, le véritable chemin du retour à la maison. Je veux participer au Cri du Seigneur et je veux me joindre à ceux qui chanteront le cantique de « Moïse et de l’Agneau. »

                S’il vous plaît, ajoutez mon nom à votre liste de prière. J’ai espoir que ma famille de sept enfants rejoigne la Canaan céleste. Ce message est à lui seul capable de réaliser la promesse, « si vous avez de la bonne volonté et si vous êtes dociles, vous mangerez les meilleures productions du pays. »

                                               Avec mes remerciements, vous menez le plus grand nombre à la justification.

                                                                                        (Signé) Mme. Emma Spencer

                                                                                        Denver, Colorado.

—————————————————-

PERE PARDONNE LEUR CAR ILS NE SAVENT PAS CE QU’ILS FONT

                C’est un incroyable de voir comment des hommes et des femmes peuvent perdre tout contrôle d’eux-mêmes dans la maison de Dieu.

5

Ces gens affirment pourtant appartenir au message du Troisième Ange, dernier message envoyé à ce monde condamné. Ils vont même jusqu’à s’en prendre à l’une des mères du peuple d’Israël en la mettant dehors, car ils la considèrent comme hérétique et indigne de s’asseoir dans un lieu de louange. Voilà ce qui se passe actuellement comme le confirme un extrait de cette lettre :

                « Quand la directrice de l’Ecole du Sabbat me vit m’asseoir dans l’église, son visage changea. Elle alla cherche la secrétaire missionnaire et ensemble déclarèrent, ‘Certains ont plus de culot que de jugeote !… » L’ancien et la secrétaire me levèrent de ma place mais je me rassis. Ils m’ont donc tiré par la manche et poussé dehors. Quel terrible esprit les animait ! Les Juifs croyaient qu’ils accomplissaient la volonté de Dieu en crucifiant Christ. Quand on rejette la lumière, vraiment, il ne nous reste que les ténèbres. »

                Prions sincèrement pour que Dieu nous aide manifester l’Esprit de Christ même quand nos chers frères et sœurs perdent tout contrôle d’eux-mêmes et agissent comme nous l’avons vu.

——————————————–

« VOUS AVEZ RECU GRATUITEMENT, DONNEZ GRATUITEMENT »

                Je suis tellement content que le message de la vérité présente m’ait trouvé. Je veux désormais vivre selon l’instruction de la Parole et transmettre le message aux autres afin qu’ils réalisent leur véritable condition et se réjouissent avec moi dans cette merveilleuse vérité.

                                                                                                              (Signé) Mme Millie Freeman

                                                                                                              Denver, Colorado.

——————————————-

UN « NATHANAEL » D’AUJOURD’HUI

Chers frères dans la foi qui fut jadis transmises à leurs Pères :

                Tout d’abord, merci pour les deux tracts que j’ai reçu il y a deux jours. J’ai également lu plusieurs des premiers numéros du Code Symbolique que vous m’avez envoyé.

                Je lis tout ce que je reçois qu’importe la dénomination qui l’envoie. Je n’ai aucun préjugé. Vous savez que Paul nous dit, « Examinez toutes choses ; retenez ce qui est bon, » et « ne méprisez pas les prophéties » (1 Th. 5 : 21, 20) Je crois que si nous étudions notre Bible et les livres de sœur White avec assiduité, rien ne pourra nous séduire.

                Je suis Adventiste depuis le 14 Mai 1921, le jour de mon baptême, mais j’ai observé le Sabbat et cru aux vérités dès le 10 Décembre de l’année précédente, lorsque je les ai découverts. Je suis issu de l’église Luthérienne et je savais depuis longtemps que les luthériens ne respectaient pas ce qu’ils prêchaient mais j’y restais par dépit sachant que les autres églises étaient pires. Si quelqu’un m’avait dit que les Adventistes mettaient dehors les frères par la force, avec pour seul motif l’acceptation de la vérité additionnelle issue de la Bible et de l’Esprit de Prophétie, je ne l’aurais pas cru.

                Je me suis souvent demandé comment pourrions-nous être prêts à être enlevés aux cieux dans cette génération alors qu’il reste si peu de temps. En effet, il nous faut être irrépréhensible devant le trône de Dieu. L’église actuelle ne saurait, dans sa condition, nous préparer pour cet événement, à moins que nous prenions le pas sur les leaders comme nous l’avons fait.

                Selon les lettres publiées dans le Code Symbolique (auxquelles je crois sans nul doute), nos églises sont devenues des sociétés secrètes ; elles ferment même leurs portes à ceux qui partagent la même foi. Jésus lava les pieds de Judas et le laissa prendre part au Dernier Souper bien qu’Il savait qu’il avait en son cœur et qu’il Le trahirait quelques heures plus tard. Jésus savait également que Pierre le renierait avant le lever du jour, pourtant Il traita les deux hommes comme ses frères et Il appela même Judas « Mon ami » (Mt. 26 : 50). Jésus n’a jamais chassé personne de la synagogue excepté ceux qui vendaient et achetaient. Si Jésus faisait cela aujourd’hui, il ne resterait pas beaucoup de monde dans la synagogue (l’église).

                Veuillez continuer à m’envoyer chaque mois le Code Symbolique.

                                                                                                                                           (Signé) E.A.P.

6

QUESTIONS, REPONSES

                Ques. « Vous déclarez dans le Code paru en Juillet, ‘Si quelqu’un ne se réforme pas au moment où la vérité le convainc, il ne se réformera jamais.’ Si cela est vrai, alors je suis perdu. Je crois au message que vous apportez à l’église bien que je ne le comprenne pas entièrement, mais j’ai fait des choses qui selon ce vous dites, font de moi un homme perdu. »

                Rép. Le mot « réforme » ne signifie pas qu’on doive devenir parfait d’un seul coup. On parvient à la perfection en progressant dans la vérité, étape par étape. « Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 187. Le vrai Chrétien ne reste pas à traîner derrière, tel le blé parvenu à maturité, il grandit sans pâlir tant qu’il demeure dans la lumière. Par conséquent, si vous avancez et continuez votre course, il n’y pas de raison que vous soyez perdu. —« Car sept fois le juste tome, et il se relève, » (Pr. 24 : 16) « Et si quelqu’un à péché, nous avons un avocat auprès du Père, Jésus-Christ le juste. » (1 Jean 2 : 1)

                Selon le Code, ceux qui ne se réforment pas sont ceux qui n’ont pas commencé la course lorsqu’ils ont été convaincus de la vérité. Comme Agrippa, ils disent, « Tu vas bientôt me persuader de devenir chrétien ; » (Actes 26 : 28) comme Félix, ils répondent, « Pour le moment retire-toi ; quand j’en trouverai l’occasion, je te rappellerai. » (Actes 24 : 25) Le fait que vous luttiez pour vaincre le péché en marchant dans lumière est une preuve évidente que vous n’êtes pas perdu. Si vous continuez ainsi, vous serez sauvés autrement nous sommes tous perdus.

                L’ennemi cherche à nous duper d’une manière ou d’une autre, et nous ne devrions pas lui en donner l’occasion. Paul déclare : « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grand nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, ayant les regards sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, qui, en vue de la joie qui lui était réservée, a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. » (Hé. 12 : 1, 2)

                Ques. « J’ai lu vos tracts et j’en ai été vraiment impressionné. Je me demandais si vous pouviez m’aider à comprendre certains passages des écritures. J’ai écrit deux fois à W.G. Wirth des Signes des Temps, mais je n’ai eu aucune réponse, ni dans les périodiques, ni par courrier. Les passages qui me posent problème sont dans Esaïe 65 : 20, Jean 3 : 13 (Qu’en est-il d’Enoch et Elie ?), 1 Ti. 4 : 3, 4 (Pourquoi donc sœur White préconise le végétarisme ?). Je vous en serai vraiment reconnaissant si vous pouviez m’expliquer ces passages ainsi qu’Esaïe 66 : 20. »

                Rép. Vous trouverez l’explication d’Esaïe 66 : 20 dans « La Verge du Berger, » Vol. 1, pp. 164, 165.

                L’explication du verset 20 est donnée aux versets 16 et 19. Au verset 16 est décrit le massacre auquel se livre l’Eternel, et au verset 19, nous lisons ceci : « Et j’enverrai leurs réchappés vers les nations,… aux îles lointaines, qui jamais n’ont entendu parler de moi, et qui n’ont pas vu ma gloire ; et ils publieront ma gloire parmi les nations. »

                Ici, nous voyons clairement que les nations n’ont pas subi massacre, car ceux qui en ont réchappés, décrits au verset 16, ont été envoyés vers toutes les nations. Leur mission est de publier la gloire de Dieu parmi les nations qui n’ont jamais entendu parler de Lui ; nous en concluons donc que le massacre a lieu au sein du peuple de Dieu. Ceux qui en ont réchappés ont été envoyés publier Sa gloire par les nations. Ainsi, ce sont les Chrétiens et non les nations qui connaissent Dieu et Sa gloire.

                Par ailleurs, au verset 20, il est dit que les réchappés « amèneront tous leurs frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l’Eternel… à Ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l’Eternel, comme les enfants d’Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l’Eternel. » Cela prouve que le massacre a eu lieu avant la fin du temps de grâce et avant que le message ne soit apporté à toutes les nations. C’est le massacre qui a purifié l’église de Dieu, car ils ont amené leurs frères « dans un vase pur. » Par conséquent, le massacre d’Esaïe 66 : 16, d’Ezéchiel 9 : 5-7, de Testimonies for the Church, Vol. 5, p. 211, Vol. 3, p. 267, sont un seul et même massacre, à savoir, la purification de l’église (Testimonies for the Church, Vol. 5, p. 80) qui a lieu après le scellement des 144 000 (Testimonies to Ministers ; Témoignages pour les Pasteurs, p. 445). C’est à ce moment-là qu’il sera dit : « Revêtue de l’armure de la justice du Christ, l’Eglise se prépare au conflit final. ‘Belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme

7

des troupes sous leurs bannières,’ elle s’avance dans le monde ‘en vainqueur et pour vaincre’. »–« Prophets and Kings, » p. 725 (Prophètes et Rois, p. 549).

                Jean 3 : 13, –« Personne n’est monté au ciel, si ce n’est celui qui est descendu du ciel. »

                Le sens de ce verset reste mystérieux. Si l’on s’aventurait à vouloir l’expliquer en le tirant de son contexte, nous nous égarerions à coup sûr. En remontant au verset précédent, on découvre que Jésus explique les mystères spirituels à Nicodème par le biais d’objets matériels. Et alors que Nicodème continue à avoir des difficultés à comprendre, le Maître tente de lui faire réaliser sa stupidité en lui disant : « Si vous ne croyez pas que je vous ai parlé des choses terrestres, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses célestes ? Personne n’est monté au ciel, si ne c’est celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. » (versets 12, 13.) Jésus ne dit pas qu’aucun homme n’est monté au ciel, car Hénoc et Elie y sont ; il dit qu’aucun homme n’est monté au ciel, a appris les choses célestes, puis est descendu sur terre pour les raconter si ce n’est Celui Qui « est descendu du ciel, le Fils de l’homme. » Ainsi, Christ est le seul à avoir vécu au ciel, et le seul à être descendu sur terre pour y raconter les choses célestes.

1 Ti. 4 : 3-5. —« Prescrivant de ne pas se marier, et de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces par ceux qui sont fidèles et qui ont connu la vérité. Car tout ce que Dieu a créé est bon, et rien ne doit être rejeté, pourvu qu’on le prenne avec actions de grâces, parce que tout est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière. »

Il n’est pas Biblique de conclure en lisant ce texte que nous sommes autorisés à consommer toutes les choses que comptent la création. Ici, il est uniquement question de ce qui est « sanctifié par la Parole de Dieu. » Notez attentivement ce que dit l’Esprit : « Prescrivant de s’abstenir d’aliments que Dieu a créés pour qu’ils soient pris. » Là, il est dit clairement que des personnes décideront, de leur propre chef, d’interdire la consommation non des aliments que Dieu n’a pas sanctifiés mais de ceux qu’Il a créés pour qu’ils soient pris avec actions de grâces. Ainsi, personne n’a le droit d’interdire à quiconque de consommer des choses que Dieu a autorisé et qui devraient les seules à être prises avec « actions de grâces. » En effet, une personne bien au fait des vérités, n’oserait pas rendre grâce à Dieu pour des choses qu’Il a Lui-même prohibé.

                Toutefois, Dieu se réserve le droit d’ôter ou de prescrire un tel ou tel régime à Ses serviteurs quand Il le juge nécessaire. Par exemple, Il interdit à Israël de consommer de la viande lorsqu’il séjourna dans le désert pendant quarante ans ; Il interdit à Samson de consommer du fruit de la vigne ; à Jean-Baptiste, il prescrit un régime à base de « caroube et de miel sauvage. » Bien qu’il fût néfaste pour Samson et Jean de manger du fruit de la vigne, cela fût bon pour d’autres et Christ Lui-même en consomma. Il en est ainsi aujourd’hui. Dieu nous a prescrit un régime spécial et puissions-nous ne pas nous rebeller mais être heureux d’y souscrire. Il est possible de prouver Bibliquement que les serviteurs de Dieu de cette époque doivent être des végétariens comme leurs prédécesseurs mentionnés ici en exemple.

                Pour autant que nous le sachions, les seuls peuples à avoir accompli la prophétie d’1 Ti. 4 : 3, 4 sont les Catholiques Romains et Grecs et particulièrement les Romains, qui interdirent aux prêtres et aux nonnes de se marier et de consommer des viandes les Mercredis, Vendredis et jours de Carême ; Dieu n’avait pourtant jamais commandé cela par Ses prophètes.

                Il est vrai que sœur White préconise le régime végétarien mais elle n’interdit pas de se marier ; ainsi cette prophétie ne la concerne pas. D’ailleurs, la mal ne réside pas le fait de « s’abstenir d’aliments » ou de ne pas se « marier » mais plutôt dans le fait qu’ils « abandonneront la foi [vérité], pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons ; portant la marque de la flétrissure dans leur propre conscience. » (versets 1, 2.) Si nous suivons de près ces interdictions de consommer des « viandes » et de se marier, nous pourrons identifier ceux qui ont abandonnés la foi et éviter leur compagnie même s’ils affirment être Chrétiens.

                Ques. « Les 144 000 chantent un cantique que eux seuls connaissent, c’est le cantique de leur expérience. Pourquoi la grande foule ne pourrait-elle pas aussi chanter ce cantique d’expérience, sachant qu’elle aussi a traversé les sept dernières plaies et a été enlevée aux cieux ? »

                Rép. S’agissant des 144 000, nous rappelons que la Verge établit une comparaison entre eux et les morts ; ici, il n’est pas question de la « grande foule. » Les 144 000 ont vécu Ezéchiel Neuf, pas la grande foule, et c’est là ce qui les différencie. Cependant, il est écrit que lorsque les « joueurs de harpe » chantèrent, personne ne pouvait apprendre le cantique sauf les 144 000 « qui avaient été rachetés. » (Ap. 14 : 3.) Il s’agit clairement d’une communauté de rachetés, et c’est la raison pour laquelle eux seuls peuvent chanter le cantique, du moins à ce moment particuliers. Il n’est pas dit que la

8

grande foule qui, à ce moment-là n’est pas encore rachetée, n’a pas pu apprendre ce chant après avoir été rachetée. En effet, nous lisons dans Apocalypse 15 : 2, 3 que tous ceux qui « ont vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom… chantent le cantique de Moïse… et le cantique de l’Agneau. »

                Ques.

« Le massacre d’Ezéchiel Neuf ne doit-il pas être rendu effectif par les sept plaies ? »

                Rép.

La destruction prophétique décrite dans Ezéchiel s’applique directement et exclusivement à l’église de Dieu, « la maison d’Israël et de Juda. » (Ezé. 9 : 9) Ainsi, c’est seulement indirectement que cette destruction pourrait faire référence aux sept dernières plaies.

                La destruction qui intervient dans la dénomination Adventiste, « Israël et Juda » (où les 144 000 correspondent aux douze tribus) n’a pas lieu au moment des plaies, car « du ciel, une voix » invite le peuple de Dieu à sortir de tous les lieux où se commet le péché pour rejoindre l’église purifiée de Dieu où le péché n’est plus ; afin qu’il « ne participe point à ses péchés » et qu’il « n’ait point part à ses fléaux. » (Ap. 18 : 4.) Si cela n’avait pas été ainsi, sortir de Babylone n’aurait rien apporté de bon au peuple car les plaies doivent tomber partout où se trouve le péché. Ainsi, Dieu doit d’abord purifier son église et la délivrer du péché et des pécheurs et c’est ce que la prophétie Ezéchiel doit accomplir. Dans l’extrait qui suit, l’Esprit de Prophétie ajoute :

                « Seuls ceux qui auront résisté et vaincu la tentation par la force du Tout-Puissant, pourront prendre part à la proclamation de ce message, quand il sera devenu un « Grand Cri » –« Review and Herald, » 19 nov. 1908.

                Seuls ceux qui auront tenu ferme en Dieu participeront à la proclamation du Message du Troisième Ange lorsqu’il sera devenu un Grand Cri. Or, dans « Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 211, portant sur le moment de l’exécution d’Ezéchiel Neuf, nous pouvons lire : « Les anciens, ceux à qui il a donné une grande lumière et qui ont pour devoir de veiller sur les intérêts spirituels de la communauté, ont trahi leur mission. »

                Ainsi, pour que ces deux déclarations soient vraies, il faut que le massacre d’Ezéchiel Neuf intervienne avant le début du Grand Cri. Cela peut se vérifier Bibliquement sous plusieurs angles différents.

                Ques.

« Hormis les 144 000, est-ce que l’ensemble de la dénomination Adventiste sera détruite lors de la séparation ?

                Rép.

Jeunes, vieillards, hommes, femmes, tous ceux qui n’auront pas reçu la marque ou le sceau, tomberont sous les instruments de destruction des anges. (Ez. 9 : 6) Seuls ceux qui soupireront et gémiront à cause des abominations qui se commettent dans l’église recevront la marque. (verset 4) Jean vit 144 000 personnes scellées (marquées). S’il devait y avoir parmi la dénomination Adventiste d’autres réchappés que les 144 000, nous n’en avons pas connaissance.

———————————————————–

A Ceux Qui Se Tiennent dans la Lumière :

                Il nous a été rapporté que certains de nos membres distribuaient des littératures dans les églises Adventistes, parlaient aux membres pendant les prédications, etc… ; en bref, ils agissaient comme des éléments perturbateurs.

                Nous avons appris par expérience qu’il ne faut pas croire tout ce qui se raconte. Néanmoins, nous tenons à mettre en garde les amis de la vérité présente ; attirer les critiques sur le message, c’est attirer les critiques sur Christ et les hommes peuvent se heurter à nos mauvais jugements. Par conséquent, que tous ceux qui ont à cœur de proclamer la vérité présente s’abstiennent de distribuer de quelconque littérature dans les églises et de parler pendant les prédications. Allez plutôt à la rencontre de vos amis sur la voie publique.

——————————————————

                Que ceux qui n’ont pas étudié de bout en bout le message de la Verge, s’abstiennent de venir au « Carmel. » Si vous n’adhérez pas à l’ensemble de ses enseignements, si vous n’avancez pas dans sa lumière pénétrante, si vous n’êtes pas prêts à vous plier aux règles et principes divins qui régissent la vie des habitants de ce mont aux « verts pâturages, » ne venez pas, sauf si vous désirez seulement nous visiter.

                Hormis les visiteurs, ceux qui désirent intégrer le Carmel doivent d’abord prendre contact avec l’Administration du Carmel.

9

« Que Tu Prospères à tous égards et sois en bonne Santé »

                Dans cette époque corrompue par le péché, la « réforme sanitaire » est un passage obligé, notamment pour les grands centres commerciaux de cette société dite civilisée. En effet, c’est que sont vendus les produits alimentaires dépourvus des nutriments et vitamines nécessaire au bon fonctionnement quotidien de l’organisme.

                Comprenons que notre existence repose sur quatre choses fondamentales indispensables que l’on peut chacune diviser en trois éléments.

  1. La première chose fondamentale est la présence du Père, du Fils et du Saint-Esprit, car « celui qui confessera que Jésus est le Dieu, Dieu demeure en lui, et lui en Dieu,… car il y en a trois qui rendent témoignage. » (J Jean 4 : 15 ; 5 : 7)
  2. Dans la seconde chose, qui permet d’obtenir le premier groupe d’éléments, il y a « l’Esprit, l’eau et le sang, et les trois sont d’accord. » (1 Jean 5 : 8)

                III. La troisième chose comprend la nourriture, l’air et l’eau.

  1. Dans la quatrième chose nous retrouvons les rayons du soleil, l’exercice et le repos. Les deux premières choses fondamentales sont spirituelles et les deux dernières sont matérielles. Ainsi, il y a les choses visibles et invisibles.

                Ces dons inestimables répartis en quatre groupes font de nous des êtres parfaits dans la création de Dieu, tel que les quatre points cardinaux de la boussole, les quatre saisons d’une année, les quatre phases (matin, après-midi, soirée, nuit) d’une période de vingt-quatre heures. Aujourd’hui, il est possible de vivre sans le côté spirituel (la lumière), mais la vie est alors semblable à celle d’une fleur qui bourgeonne, éclot puis fane. Sans le côté spirituel, le côté physique fane, et sans le côté physique, le côté spirituel fane également. Ainsi, seuls ceux qui possèdent tous les dons sont des êtres parfaits dans la création de Dieu. Même si le physique connaît la mort comme Christ a connu la mort, l’homme est « rendu vivant quant à l’Esprit, » qui était en lui. (1 Pi. 3 : 18)

                « La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour. » (Jean 6 : 40) Ainsi, celui qui tente de vivre en suivant un régime alimentaire appauvri peut être comparé à un Chrétien qui n’accepte pas toute la vérité manifestée en Christ et espère à tort hériter la vie éternelle. Il est en de même pour celui qui veut conserver son organisme en bonne condition et apte à réaliser ses activités quotidiennes, mais qui suit un régime alimentaire dépourvu des nutriments et vitamines indispensables.

                Nous sommes composés de seize éléments essentiels qui doivent être renouveler chaque jour par la consommation de nourriture. Quand notre alimentation ne contient pas tous ces éléments et que l’un ou plusieurs d’entre eux viennent à manquer, des complications apparaissent aux points les plus faibles du corps. Que personne donc ne pense qu’il est naturel d’être malade ou de ressentir des douleurs physiques, etc… Lorsque nous transgressons les lois naturelles établies par le Créateur, la seule façon naturelle de nous alerter de cette transgression c’est la sensation de douleur. Ne soyons pas moins intelligents que les simples animaux mais examinons nous nous-même, trouvons la cause du problème, enlevons-là et les symptômes commenceront à disparaître. C’est là l’unique vrai remède et celui que Dieu approuve.

(A suivre)

10


Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *