L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




[IMAGE COUVERTURE]

1

A L’ATTENTION DE LA DENOMINATION ADVENTISTE

———————

« Aux Douze Tribus Dispersées »

Cette petite lettre traite de la diffusion des principales informations au sein des croyants de la Vérité Présente, des rapports d’activités portant sur la réforme et des réponses aux questions concernant le message du scellement des 144 000 (Ap. 7 : 1-8) et de la grande foule (Ap. 7 : 9). Sont aussi couvertes les prophéties d’Esaïe, de Zacharie, de Sophonie, de Michée, d’Osée, de Joël, de Daniel, d’Apocalypse, d’Ezéchiel, de Jérémie, etc.., et un intérêt particulier est porté sur les huit premiers livres. Sont également abordées les paraboles de Christ, les types et les symboles, et enfin les écrits Mme E.G. White. {2SC3, 4:  2.1}

Ainsi, ce périodique s’engage à répondre aux questions sur ces passages des Ecritures, à l’uniquement condition que ces derniers aient fait l’objet de révélations divines proclamées avec autorité, attestant par-là de leur véracité. Il sera donc donné soit une réponse adéquate aux questions soit un « je ne sais pas » si la réponse n’est pas connue. {2SC3, 4:  2.2}

Cette lettre a pour but de démontrer que nous vivons désormais à l’époque où le Seigneur va manifester Sa puissance. Il va unifier et purifier Son église sur la terre, l’appelant à se lever de la poussière, à se revêtir de sa force et de ses habits de fêtes, car l’impur n’entrera plus chez elle. (Es. 52: 1.) C’est pourquoi, il est expressément demandé aux messagers du « jour grand et redoutable de l’Eternel, » missionnés par l’œuvre, de respecter strictement toutes les exigences, les directives et les conseils donnés de temps à autre dans chaque numéro, en n’ajoutant ni n’ôtant rien au message. Ce message désavouera tous ceux qui ne reconnaissent pas son autorité divine, car l’église doit être la lumière du monde, « belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible dans des troupes sous leurs bannières. » (Es. 62 : 1-7; « Prophets and Kings, » p. 725 ; Prophètes et Rois, p. 549.) {2SC3, 4:  2.3}

Les illustrations sur la couverture représentent Apocalypse chapitre Douze et Neuf, ainsi qu’Esaïe 7 : 21 dont les symboles sont expliqués dans nos littératures. {2SC3, 4:  2.4}

Cette source de réconfort périodique s’adresse à tous les Adventistes prêts à ouvrir leur porte pour l’accueillir. Elle dispense l’enseignement aux héritiers du salut sans frais ni charges. Elle est supportée par les dons. Elle n’est pas une source d’accablement mais de réconfort et notre espoir est que chaque lecteur puisse prospérer et soit en bonne santé comme son âme prospère. (3 Jean 1 : 2.) {2SC3, 4:  2.5}

Enfin, nous vous demandons de rédiger vos questions de manière claire et distincte en fournissant des références. En retour, nous nous engageons à y répondre dès que possible. {2SC3, 4:  2.6}

Si vous désirez recevoir cet amical périodique régulièrement avec nos littératures gratuites, veuillez nous faire parvenir vos noms et adresses à l’Association de Publication Universelle, Département Code Symbolique, Centre du Mont Carmel, Lake Waco, Texas. {2SC3, 4:  2.7}

                                                                                                                                        V.T. HOUTEFF

2

NOUS AVONS PRIE ET DIEU A ENTENDU NOTRE CRI

————————–

                « Le Code Symbolique » traverse actuellement une période transitoire, où il est passé de la simple feuille ronéotypée au magazine classique à part entière. Ainsi, il nous semble opportun de citer un extrait tiré des premières lignes du premier numéro, dans lequel est formulée une honnête requête : « Prions donc pour que son influence croisse à la vitesse d’un champignon. Que sa qualité soit du même acabit que celle du palmier, que son étreinte soit celle du poulpe. Qu’il puisse être clair comme le cristal, étincelant comme l’or transparent. Qu’il nous émeuve ‘comme la foudre’ (Éz. 1 : 14) qui frappe, qu’il soit doux comme le miel (Éz. 3 :  3) dans la bouche de ceux qui recherchent la vérité comme un ‘trésor caché’ (Mt. 13 : 44), et amer comme ‘l’absinthe’ (Ap. 8 : 11) pour ceux qui recherchent momentanément les plaisirs de l’Egypte. Que Dieu bénisse ce numéro pour qu’il produise du ‘lait en abondance’ et ‘que tous ceux qui seront restés dans le pays’ puisse en manger ‘la crème et le miel’ (És. 7 : 22), de sorte qu’ils deviennent un ‘peuple nombreux et puissant tel qu’il n’y en a jamais eu et qu’il n’y en aura jamais dans la suite des âges.’ (Joël 2 : 2) » {2SC3, 4: 3.1.1}

                Les lecteurs de ce mensuel auront assurément reconnu l’exaucement de cette prière car la taille du magazine et sa diffusion ont été multiplié par six, l’élevant au nombre gouvernemental relaté dans Apocalypse 12 : 1. Egalement, depuis que le service publication a déménagé au Centre du Mont Carmel à Los Angeles, les abonnements ont presque doublés, ce qui répond à nos paroles, « qu’il croisse à la vitesse d’un champignon. » D’autre part, le magazine a tenu ferme contre les tentatives de l’ennemi de réfuter sa vérité. Il a tenté de détruire son influence et son existence même et le fait qu’il demeure encore aujourd’hui prouve que Celui Qui tient Lui-même les rênes dans ses mains a répondu à notre prière en lui conférant la consistance et la rectitude du palmier. Il est capable de résister aux tempêtes les plus fortes. {2SC3, 4: 3.1.2}
Nos lecteurs subissent persécutions et mauvais traitements de la part de ceux qui « aiment le plaisir plus que Dieu » (2 Ti. 3 : 4), pourtant ils demeurent fermes, ce qui prouve positivement que la vérité imprimée dans le cœur dépasse l’étreinte du « poulpe. » {2SC3, 4: 3.1.3}

                Par ailleurs, l’esprit le plus simple n’éprouve aucune difficulté à comprendre les enseignements présentés, et attestent être sorti des ténèbres pour entrer dans une merveilleuse lumière. Une autre preuve que sa clarté est « comme le cristal, étincelant comme l’or transparent. » Le magazine a déjà traversé le Pacifique et l’Atlantique, démontrant qu’il se déplace comme la foudre. Il renferme les témoignages de ceux qui recherchent la vérité avec plus d’ardeur que les chercheurs d’or, et rapporte les persécutions et les agressions que leur font subir ces derniers. Autant de preuves qui attestent que ce petit instrument de vérité a la douceur du miel pour les uns et l’amertume de l’absinthe pour les autres. Ceux qui mangent de cette « crème et ce miel » apprennent à « renoncer au mal et choisir le bien, » ce qui suscitera « un grand mouvement de réforme au sein du peuple de Dieu,…. un esprit de prière dans le genre de celui qui se manifestait avant le grand jour de la Pentecôte. » Alors l’église sera capable de guérir les malades et accomplir d’autres miracles. —« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 126 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 411); « Early Writings (Premiers Ecrits), » p. 278. {2SC3, 4: 3.1.4}

——————–0——————–

AVERTISSEMENT

—————

Aux Petites Communautés de la Vérité Présentes Situées à l’Etranger

                Peu sont ceux parmi vous que j’ai rencontrés personnellement, pourtant j’ai le sentiment que je peux m’adresser à vous comme si je vous avais toujours connu. Je remercie le Seigneur d’avoir pu faire de nous une famille, de nous avoir « ressuscités ensemble, et nous avoir fait asseoir ensemble dans les lieux célestes, en Jésus-Christ. » {2SC3, 4: 3.2.1}

                En même temps que j’écris, je prie de pouvoir vous aider à tenir encore plus ferme sur la base de l’éternelle vérité et que vous soyez emplis de joie, « à la mesure de la stature parfaite de Christ, » selon l’espérance qui vous anime. {2SC3, 4: 3.2.2}

                Dans certaines parties du champ, la jalousie et l’égoïsme tentent de s’infiltrer parmi les croyants et j’ai à cœur de d’adresser quelques d’avance quelques recommandations. Tout d’abord, laissez-moi vous dire qu’ils y en a certains parmi vous qui, après avoir accepté la Vérité Présente, semblent demeurer dans les ténèbres concernant le caractère indispensable de notre œuvre et la façon dont elle est organisée. Ils n’en sont pas conscients mais cela affaiblit leur foi dans le message du scellement et anéantit leur capacité à le proclamer. Ainsi, afin d’apporter un éclaircissement, je vais présenter les informations qui me semblent indispensables sur certains points de notre travail. {2SC3, 4: 3.2.3}

3

                L’ennemi sait pertinemment qu’il s’agit là du dernier message que le monde recevra, et qu’il l’enchaînera pour mille ans, après quoi il sera réduit en cendre comme s’il n’avait jamais existé. C’est pourquoi il est comme un « lion rugissant, cherchant qui il va dévorer. » Nous ne saurions donc être trop prudents face aux pièges qu’il nous tend, et nous ne saurions suivre de trop près « l’Agneau partout où Il va ; » c’est pourquoi je vous adresse cet avertissement. {2SC3, 4: 4.1.1}

                « Que celui qui croit être debout prenne garde de tomber, » nous conseille l’apôtre. Ainsi, nous qui avons le message, la ferme assurance de recevoir «  le sceau de Dieu » et de vivre l’éternité, nous sommes exposés au danger autant que les Juifs de l’époque qui étaient les descendants directs d’Abraham et tout à fait certains d’hériter de la promesse. Pourtant, ils furent pris au dépourvu et perdirent le royaume ! Leur exemple devrait nous pousser à rester vigilants de peur d’être nous aussi dévorés par le dragon rugissant. {2SC3, 4: 4.1.2}

                Dans certaines parties du champ, Satan inspire à certains qu’ils accomplissent plus que les autres, et ceux qui accomplissent peu profitent des résultats de leur travail. {2SC3, 4: 4.1.3}

                Si cela est le cas, et s’ils espèrent recevoir leur dû auprès de Celui Qui possède la vigne plutôt qu’auprès des administrateurs de Ses biens, ils devraient s’estimer heureux, car le Seigneur qui déclare, « l’ouvrier mérite salaire, » les récompensera bien plus qu’on ne le fera jamais. {2SC3, 4: 4.1.4}

                « Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous. Et maintenant, je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés. Je n’ai désiré ni l’argent, ni l’or, ni les vêtements de personne. Vous savez vous-mêmes que ces mains ont pourvu à mes besoins et à ceux des personnes qui étaient avec moi. Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même : il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Et tous fondirent en larmes, et, se jetant au cou de Paul, ils l’embrassaient. » (Actes 20 : 31-35, 37) {2SC3, 4: 4.1.5}

Vous savez que Satan est déterminé à multiplier « l’ivraie » parmi le « bon grain » tandis que Christ s’emploie à l’enlever. C’est d’autant plus vrai aujourd’hui alors qu’Il « prend Lui-même les rênes dans ses mains ; » le temps où « les gens dormaient » est bientôt terminé, nous rassure Christ et il « n’entrera plus chez toi ni incirconcis ni impur » (Es. 52 : 1). Sa promesse s’accomplira, Il enverra dans Sa vigne uniquement ceux qui par leurs œuvres auront témoignés qu’ils ont pleine confiance en Lui. « Ne prenez ni or, ni argent, ni monnaie, dans vos ceintures, ni sac pour le voyage, ni deux tuniques, ni souliers, ni bâton. » (Mt. 10 : 9, 10) {2SC3, 4: 4.1.6}

              L’Esprit de Prophétie déclare : « Seuls ceux qui auront résisté et vaincu la tentation par la force du Tout-Puissant, pourront prendre part à la proclamation de ce message, quand il sera devenu un ‘Grand Cri’. »–« Review and Herald, » 19 Nov. 1908. {2SC3, 4: 4.2.1}

                La charge que Dieu m’a confié est de la plus haute importe et en tant qu’homme, je suis incapable de m’acquitter correctement de mes responsabilités même dans les choses les plus petites. C’est pourquoi je ne peux me permettre de dévier de ma Sainte mission ne serait-ce que d’un centimètre, qu’importe ce que font les autres. Certains me reprocheront peut-être de ne pas avoir été engagé dans l’œuvre et je leur répondrai que j’avance selon les ordres du Seigneur. Eux-seuls sont à blâmer et en rejetant le blâme sur moi, c’est contre Christ qu’ils murmurent et non contre moi. {2SC3, 4: 4.2.2}

                Ils ne comprennent pas que si l’on rémunérait les hommes prêts à travailler et dignes d’être au service de Christ, le seul recrutement représenterait une charge de travail telle que nous n’aurions plus le temps de nous occuper d’autre chose. Et vous savez pertinemment frères, que beaucoup s’engagerait non pour le salut des âmes mais pour « l’argent, » et cette catégorie de personne ne peut être au service du Christ. Par ailleurs, un tel fonctionnement demanderait une grosse somme d’argent, or, nous n’avons pas cet argent et cela prouve que Christ veut que nous allions dans Sa vigne sans or, ni argent, ni bronze. C’est ainsi que nous nous sommes engagés dans cette œuvre, et nous n’avons manqué de « rien » (Lu. 22 : 35), ce qui montre que Dieu nous fournit « notre pain quotidien » (Mt. 6 : 11.) {2SC3, 4: 4.2.3}

                Notre œuvre est trop grande et le champ est assez large pour « deux myriades de myriades… de cavaliers » (Ap. 9 : 16), seulement, les ouvriers sont actuellement trop peu et la plupart des frères ne réalisent ce que cela engage d’œuvrer. Ils croient que la dîme que nous recevons ici sert uniquement à répondre à nos besoins matériels et que la vie que nous menons ici est sensationnelle. S’ils étaient à notre place, la plupart n’aurait pas supporté les difficultés rencontrées ici, où chaque mois est un véritable challenge. {2SC3, 4: 4.2.4}

                Les Adventistes, peuple « pillé et dépouillé, ont, de leur propre chef, placé un halo sacré autour de la dîme. On croit qu’elle ne devrait servir qu’à

4

nourrir, loger et vêtir les pasteurs qui, non seulement, prennent les dîmes mais aussi les offrandes et les recettes issues des institutions. Et sans poser de questions, c’est complétement aveuglés que nous nous évertuons à atteindre nos budgets ; mais aujourd’hui, alors que « le rouleau s’ouvre, » et que nos yeux ont été ouverts, certains hommes tombent encore dans d’autres extrêmes. Satan s’est servi des dirigeants Adventistes pour nous aveugler et alors qu’il exerçait son emprise sur la dénomination, nous étions poussés à donner tout ce qui nous avions. Malheureusement, ses idées malsaines poussent aujourd’hui les croyants de la Vérité Présente à retenir leurs dons ! Avant, il prônait la libéralité mais maintenant c’est le contraire, ce qui prouve que la dénomination s’est livré à lui et que c’est nous qui possédons la vérité de l’heure. L’ennemi a affaiblit le peuple de Dieu en nous poussant à produire des briques dont un mauvais usage a été fait par le corps dirigeant ; et aujourd’hui, il tente non seulement de bloquer la proclamation du message du scellement mais aussi d’en priver le peuple de Dieu, en poussant les croyants de la Vérité Présente à retenir leurs dons. Dans les deux cas, Satan tente d’affaiblie la ligne de défense de Christ et de renforcer la sienne. {2SC3, 4: 4.2.5}

                Les offrandes que nous recevons sont maigres comparées à la somme de travail qui dépasse celle de la dénomination. En effet, sachant que nous ne possédons aucun équipement, il nous faut tout acheter et construire pour porter le message à l’église. De plus, nous diffusons nos cinq tracts, « Le Code Symbolique, » et la plupart de nos livres, gratuitement, tandis que la dénomination prend tout sans rien donner. Nous avons dû leur acheter le papier à prix fort pour accomplir notre travail missionnaire, et tous les besoins ne sont pas couverts. {2SC3, 4: 5.1.1}

            Si nous avions sollicité les croyants afin que l’œuvre pût progresser, ils auraient eu à verser une seconde dîme, et pas seulement un dixième de leur revenu mais plus de moitié de celui-ci et ce, avant même qu’ils n’acceptent le message ; car en effet, il nous fallait partir de rien. Ainsi, si nous avions attendons ces fonds, l’œuvre n’aurait jamais démarré. Par conséquent, sœur Hermanson, Charboneau et moi-même avons dû faire tout notre possible pour diffuser le message et en propager son attrait. Trois ans plus tard, après que quelques fidèles aient pris position et commencent à verser leur dîme pour l’avancement de la Vérité Présent, si j’avais répondu, « Non, la dîme est sacrée, elle ne servira qu’à mon usage personnel et celui des deux sœurs qui m’ont aidé, » le message n’aurait pas avancé du tout. Les personnes qui se réjouissent aujourd’hui dans la Vérité seraient restées dans les ténèbres. D’ailleurs, les opposants au message auraient pris et les dîmes que nous recevons aujourd’hui, et s’en seraient servi pour empêcher le scellement des saints. {2SC3, 4: 5.1.2}

                Certains de nos frères croient que nous recevons suffisamment de dîmes pour nourrir les ouvriers, payer la propriété du Mont Carmel, construire le « camp, » etc…. Ils s’empressent de nous faire part de leurs objections et de leurs recommandations sur la manière dont nous devrions utiliser les dîmes, comme s’ils en savaient plus que ceux que Dieu a placés à la tête de l’œuvre et qui ne doivent recevoir instruction que de Lui seul. Ils pensent que la dîme devrait servir exclusivement à l’entretien des ouvriers et ne songent guère à joindre à celle-ci ce qui servirait à payer la propriété, à construire les structures nécessaires et à acheter fournitures de bureau et équipements agricoles. Ils n’envoient rien, ne serait-ce que pour couvrir le coût des littératures gratuites et les frais de ports ou pour notre correspondance, etc. {2SC3, 4: 5.2.1}

                Nous serions en partie satisfaits si ces frères nous aidaient financièrement à couvrir ces dépenses pour ne plus avoir à utiliser les dîmes, mais au lieu de cela, certains hésitent même à verser la dîme craignant que nous nous en servant à d’autres fins que pour le support des ouvriers. Qu’ils fassent leur part avant de nous demander de cesser de faire la nôtre, car l’œuvre de Dieu ne saurait tolérer le renoncement ou le retard, que cela engage la dîmes, les offrandes, nos comptes bancaires, nos maisons, nos terres, etc., voire notre vie même. Quoi que cela engage, nous devons proclamer « le jour de l’Eternel, ce jour grand et redoutable. » {2SC3, 4: 5.2.2}

D’un côté ils nous accusent de faire un mauvais usage de la dîme, et de l’autre ils volent Dieu en la gardant pour eux ! Supposons que nous ayons effectivement tort, cela justifierait-il pour autant leurs actions ? Si moi-même je n’étais pas payeur de dîme, ils auraient raison de ne pas considérer un message dont je suis le messager, mais ils ignoreraient aussi leur propre recommandation en gardant la dîme du Seigneur pour leur propre usage. {2SC3, 4: 5.2.3}

Nous affirmons sans crainte que la dîme ne suffit pas à couvrir tous les besoins de l’œuvre, ou les offrandes les littératures gratuites et la correspondance. Je me suis donc endetté, mais Dieu a fait en sorte que le travail avance sans interruption. D’ailleurs je pense que certains seront soulager d’apprendre que nous n’avons jusqu’alors utilisé aucune dîme pour l’achat de la propriété ;

5


 s’ils veulent que cela continue, ils peuvent nous envoyer 7 000 $ pour achever le paiement. Je suis sûr que nous irons dans leur sens en refusant d’accepter leurs offrandes pour cette noble entreprise. Mais révisez votre position, vous qui souhaitez que les dîmes servent à l’entretien exclusif des ouvriers, sans y allouer une partie à la construction de cet indispensable « camp, » qui doit servir autant aux pasteurs qu’aux laïcs. Vous découvrirez, j’en suis sûr, que vous hissez la bannière du message du scellement sur la perche de « l’égoïsme » et non sur la Croix du Calvaire ! {2SC3, 4: 5.2.4}

                Mes frères, veillez à ne pas vous retrouver parmi ceux dont parle Dieu lorsqu’il s’adresse au prophète en ces termes : « Fils de l’homme, les enfants de ton peuple s’entretiennent de toi près des murs et aux portes des maisons, et ils se disent l’un à l’autre, chacun à son frère : Venez donc, et écoutez quelle est la parole qui est procédée de l’Eternel ! Et ils se rendent en foule auprès de toi, et mon peuple s’assied devant toi ; ils écoutent les paroles, mais ils ne les mettent point en pratique, car leur bouche en fait un sujet de moquerie, et leur cœur se livre à la cupidité. Voici, tu es pour eux comme un chanteur agréable, possédant une belle voix, et habile dans la musique. Ils écoutent tes paroles, mais ils ne les mettent point en pratique. Quand ces choses arriveront, et voici, elles arrivent, ils sauront qu’il y avait un prophète au milieu d’eux. » (Ez. 33 : 30-33) {2SC3, 4: 6.1.1}

                « Paul était un apôtre inspiré, et pourtant le Seigneur ne lui révéla pas toujours la véritable condition spirituelle de son peuple. Ceux qui avaient à cœur le bien-être de l’église, l’avertirent du mal qui s’y introduisait. D’après la lumière qu’il avait reçue, il pouvait juger du caractère exact de ces manifestations. Or, ce n’est pas parce qu’il n’avait pas eu une révélation nouvelle en ce moment précis, que ceux qui aspiraient avec sincérité à la lumière rejetèrent son message comme étant une lettre ordinaire. Non, certes. Le Seigneur lui avait montré les difficultés et les dangers qui s’élèveraient dans l’église, afin qu’au moment opportun il sache comment agir. {2SC3, 4: 6.1.2}

                Ayant été établi pour la sauvegarde des églises, Paul devait veiller sur les âmes comme devant en rendre compte à Dieu. Par conséquent, ne devait-il pas tenir compte de leur état d’anarchie et de division ? Si, certainement. Les reproches qu’il leur faisait parvenir émanaient aussi bien de l’Esprit de Dieu que ceux de n’importe laquelle de ses autres épîtres. Mais certains se regimbèrent contre de telles censures, et prétendirent que ce n’était pas Dieu qui leur parlait par Paul, que l’apôtre n’avait fait qu’émettre ici son point de vue personnel. Ils considéraient leur propre jugement comme aussi bon que celui de Paul. Il en est ainsi pour certains d’entre nos frères qui se sont éloignés des anciennes bornes et se sont laissé emporter au gré des vents de leur propre raisonnement. {2SC3, 4: 6.1.3}

Quand des frères adoptent une pareille attitude, les avertissements et les conseils du Seigneur donnés par l’Esprit de prophétie n’ont aucune influence sur eux pour réformer leur vie et leur caractère. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 684, 685 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, pp. 346, 347). {2SC3, 4: 6.2.1}

         Certains ont demandé « pourquoi ces pasteurs n’ont-ils pas été réprimandés, sachant que nous avons suivi leurs enseignements ? Ceci a offert l’occasion à Satan de susciter le doute quant à la véracité des visions qu’ils ont reçu. {2SC3, 4: 6.2.2}

                Les frères ont été trompés et abusés. Ils se croyaient en phase avec ces enseignants et ont suivi leurs instructions alors qu’ils étaient tous dans l’erreur. C’est avec inquiétude que j’ai écrit à ces pasteurs, voyant la cause de Dieu attaquée par leurs agissements insensés. Avec douleur, j’ai vu les conséquences qu’ont entraînées ces messages. Hélas, mes lettres ont été mises de côté et les frères n’ont pu être avertis ; ils n’ont pu bénéficier des enseignements que le Seigneur prévoyait de leur donner. {2SC3, 4: 6.2.3}

                En voyant que les plans de Dieu n’avaient pu s’accomplir, j’ai ressenti un grand découragement. Dans ma détresse, j’ai souvent demandé si tous mes efforts avaient été vains. Ces frères ont avancés la chose suivante : Nous croyons aux visions, mais lorsque sœur White les a retranscrite, elle y a ajouté ses opinions personnelles, c’est pourquoi nous choisiront de croire ce que nous considérons venir de Dieu et nous ignorerons tout le reste. Ils ont adopté cette ligne de conduite mais n’ont pas corrigé leurs défauts. Ils ont affirmé croire aux visions, mais leurs agissements ont montré le contraire et ont fait naître le doute dans l’esprit des autres. Il aurait été préférable pour la vérité présente qu’ils rejettent les dons de l’esprit ; ainsi le peuple ne se serait pas fait duper, ni n’aurait cru aux paroles de ces enseignants aveugles. Nous espérions qu’ils aient raison et exercent une bonne influence sur le troupeau, mais notre espoir s’est éteint, et nous ne pouvons plus demeurer silencieux. Nous n’avons pas dénoncé la situation suffisamment tôt, et en cela, nous avons trahi l’église de Dieu. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, pp. 233, 234. {2SC3, 4: 6.2.4}

                Songez-y, mes frères. Ces témoignages ont été écrits par celle qui a fondé la dénomination et bien qu’il fût dit que « Les Témoignages portent ou le sceau de Satan ou celui de Dieu » (5 T 98 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 25), les frères n’ont pas cru en eux. Ils ont non seulement désobéit à Dieu mais aussi traité de menteuse la fondatrice de leur propre dénomination

6

 

sans pour autant la quitter ! Maintenant que vous avez vu ce que produit l’incrédulité, commettrez-vous à votre tour ces erreurs ? {2SC3, 4: 6.2.5}

                Je vous recommande de ne pas laisser entrer dans votre cœur ni les pensées mauvaises et égoïstes, ni de vous mettre à surveiller, sous l’impulsion de quiconque, ceux à qui Dieu a confié une tâche. Dieu n’a confié cette mission à personne si ce n’est à l’ange qui écrit tout, et lorsqu’Il viendra faire rendre compte à Ses serviteurs, ce n’est pas vous ni moi qu’Il appellera pour vérifier ou faire connaître Sa décision. Cependant, Satan vous éprouvera de tout son possible, et si vous vous examinez vous-même, vous verrez qu’il y a déjà beaucoup à faire et vous n’aurez guère le temps de vous occuper des autres. {2SC3, 4: 7.1.1}

                 Satan s’emploiera à vous faire vous mêler des affaires des autres pour que vous oubliiez ou n’ayez pas le temps de vous examiner vous-même. En s’acharnant sur les personnes qui n’ont pas l’esprit de Dieu, Il cherche à ce que vous doutiez même des personnes que Dieu Lui-même conduit. Vous passez alors à côté des erreurs que vous avez commises ou allez commettre ; tout en marchant vers votre ruine éternelle, vous entraver l’œuvre de Dieu car à cause de vous, les serviteurs de Dieu n’ont pas le temps de gérer les problèmes qu’ils rencontrent. Ne permettez pas à l’ennemi de contrarier le travail des serviteurs de Dieu auprès de ceux qui ne connaissent pas la vérité. {2SC3, 4: 7.1.2}

                Christ parle de cette catégorie de personnes en ces termes : « Dans le développement de la vérité, ils critiqueront l’ouvre et la position de leurs frères ; ils attaqueront tout ce qui a été fait sans eux. Ils se ‘nourriront’ des erreurs et des fautes d’autrui, jusqu’au jour où le Seigneur Jésus ayant terminé son ouvre de médiation dans le sanctuaire céleste, se lèvera pour se revêtir de ses vêtements de vengeance, au jour où il viendra les surprendre dans leur festin impie ; ils ne seront pas prêts pour le souper des noces de l’Agneau. Leur gout a tellement été perverti qu’ils critiqueraient même la table du Seigneur dans son royaume. »–« Testimonies for the Church, Vol. 5, p. 690 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 352). {2SC3, 4: 7.1.3}

                Nous nous disons réformateurs ; nous prétendons avertir les frères de leur léthargie selon que nous l’enseigne l’Esprit de Prophétie ; mais allons-nous les critiquer pour leur incrédulité tout en nous permettant de commettre la même erreur qu’eux ? {2SC3, 4: 7.1.4}

                Vous qui être prêts à entrer dans la vigne du Seigneur avec la « bêche » pour arracher les « ronces et les épines » constaterez qu’il y a beaucoup à faire. C’est pourquoi, entrez-y sans or, ni argent, ni bronze ; dépensez tout ce que vous avez puis remettez-vous en au Seigneur qui prendra soin de vous par la dîme qui Lui appartient. Et s’il fallait qui nous faillissions à notre tâche, le Seigneur nous ôterai notre mission pour la donner à quelqu’un d’autre qui saurait faire bon usage de Sa dîme. D’ailleurs, si même la dîme venait à manquer, le Seigneur enverrai un corbeau pour vous nourrir, ou vous conduirait vers la maison d’une veuve. Et même si cela n’était pas possible, il resterait la manne du ciel qui existe en abondance et dont vous pourrez vous nourrir toute votre vie. Le Seigneur peut même envoyer un ange vous apporter « un gâteau cuit sur des pierres chauffées. » « Lève-toi, mange, car le chemin est trop long pour toi, » vous dira-t-Il. S’Il le désire, il permettra qui vous marchiez « avec la force que lui vous donne cette nourriture, quarante jours et quarante nuits jusqu’à la montagne de Dieu, à Horeb. » Et là vous aurez en davantage. (1 Rois 19 : 7, 8.) {2SC3, 4: 7.1.5}

                Si vous demeurez fidèle à Dieu à tous les niveaux, Il ne vous laissera pas mourir de faim au milieu d’un monde affamé. Vendez tous vos biens et « donnez-le aux pauvres, » à ceux qui n’ont pas le message et qui meurt dans connaître la vérité. » Vous en irez-vous « tout triste » parce que vous avez « de grands biens ? » (Mt. 19 :22) {2SC3, 4: 7.2.1}

                « J’ai vu que certains enfants de Dieu sont inconséquents et endormis, ou seulement à demi-éveillés. Ils ne comprennent pas l’importance des temps où nous vivons, que l’homme chargé du ‘balai’ est arrivé et que quelques-uns risquent d’être balayés. Je suppliai Jésus de les épargner quelque temps encore et de leur faire comprendre le terrible danger qu’ils courent, afin qu’ils puissent se préparer avant qu’il ne soit pour toujours trop tard. L’ange me dit : ‘La destruction vient comme un violent ouragan.’ Je demandai à l’ange d’avoir pitié de ceux qui aiment ce monde, qui sont attachés à leurs biens, ne voulant pas s’en séparer en les sacrifiant pour envoyer des messagers chargés de nourrir les brebis affamées qui périssent faute de nourriture spirituelle. {2SC3, 4: 7.2.2}

                Lorsque j’ai vu de pauvres âmes qui se mouraient parce qu’elles ne connaissaient pas la vérité présente, et que quelques-uns de ceux qui prétendaient y croire les laissaient périr en retenant les moyens nécessaires pour leur communiquer la Parole de Dieu, j’en fus très peinée, et je demandai à l’ange de m’épargner ce spectacle. J’ai vu que lorsque la cause de Dieu exigeait que l’on sacrifie ses biens pour la faire progresser, comme Jésus le demanda au jeune homme riche (Matthieu 19:16-22), certains s’en allaient tout tristes. Ils ne se doutaient pas que, bientôt, leurs richesses leur seraient enlevées, et que ce serait trop tard pour en faire le sacrifice, afin de s’assurer un trésor dans le ciel. »–« Early Writings (Premiers Ecrits), » pp. 48, 49. {2SC3, 4: 7.2.3}

                Cette invitation vous est adressée : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » (Mt. 11 : 28-30.) {2SC3, 4: 7.2.4}

7

                Dix payeurs de dîme peuvent produire autant de dîme que le revenu d’un seul d’entre eux. S’ils peuvent vivre ainsi, vous le pouvez aussi. Maintenant si cela n’est pas suffisant pour vous, il ne vous reste plus qu’à aller gagner dix autres payeurs de dîme à la cause du Seigneur. Tant que vous œuvrerez exclusivement au service de Dieu et que vos vingt convertis demeureront fidèles, vous aurez un revenu fixe. Je ne connais pas de façon plus facile de gagner sa vie, et vous ? Si vous êtes fidèle et œuvrer en faveur des âmes et pour l’avancement du Royaume, gagner des âmes à Christ vous apportera vous garantira le succès bien mieux que travailler pour « du pain et des poissons, » pour la réussite personnelle. Votre œuvre au service du Christ sera votre qualification ; la preuve que Dieu a approuvé votre conception de la vérité, et agréé vos actions. Vous aurez  « affermi votre vocation et votre élection. » {2SC3, 4: 8.1.1}

———————–0———————–

LE SIGNE DE LA RETRAITE

———————–

                L’église est actuellement dans la vallée et sonne l’heure de sa retraite, déclarant malgré elle que le Message du Troisième Ange ne relève plus de sa responsabilité ! Alors le Mont Carmel regarde tristement ce lieu désolé, à l’instar de son « humble » Roi qui pleura sur le Mont des Oliviers lorsqu’Il regarda l’ancienne Jérusalem, répétant les paroles suivantes : {2SC3, 4: 8.1.2}

                « Jérusalem, Jérusalem, qui tue les prophètes et qui lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants, comme une poule rassemble ses poussins sous ses ailes, et vous ne l’avez pas voulu ! Voici, votre maison vous sera laissée déserte ; car, je vous le dis, vous ne me verrez plus désormais, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (Mt. 23 : 37-39). {2SC3, 4: 8.1.3}

                Le panneau d’accueil accroché depuis des années au mur de la petite église situé en contrebas du Mont Carmel, a été remplacé par un autre où est inscrit ce qui suit : {2SC3, 4: 8.1.4}

ATTENTION

———————–

                Toutes les réunions publiques tenues dans cette église ont été annulées jusqu’à nouvel ordre. Seules les réunions dites privées seront autorisées. Pour assister à ces réunions privées, une invitation de la part du Pasteur sera nécessaire. {2SC3, 4: 8.1.5}

Signé

Le Comité d’Eglise

B.L. Hassenpflug

Pasteur, Chairman

                Vous êtes invité à assisté à une réunion privée qui se tiendra à l’église Adventiste à 19h30 Mercredi,… et à 9h30 le Samedi 14 Mars 1936

Pasteur B.L. Hassenpflug

Accès Autorisé Sur Présentation De Cette Carte Uniquement

Cette carte a été donnée uniquement aux membres certes réguliers mais aveugles spirituellement. Ils ont pu entrer dans l’église tandis que les autres se sont vu refuser l’accès prétextant que les réunions de Sabbat étaient privées et réservées aux membres. En procédant ainsi, le comité a employé des moyens légaux pour arriver à ses fins, à savoir interdire l’accès à tous ceux qui sympathisaient avec les enseignements de la « La Verger du Berger ! » {2SC3, 4: 8.2.1}

Néanmoins, alors que les frères expulsés s’étaient réunis dans le petit parc non loin de l’église, pour conduire leur classe de l’Ecole du Sabbat, le président de conférence et le pasteur poussèrent le faible troupeau affamé et tondu à ras, à voter la radiation d’un des membres pour avoir déclaré que « La Verge du Berger » parlait à la « loi et au témoignage. » Un autre frère fut également radié parce qu’il avait décidé de continuer à visiter une famille croyant au message et jadis membre active de l’église Adventiste de Waco. Si le fils et la femme de ce frère avaient été présent ce jour-là, ils auraient certainement subit le même sort car ils ont également accepté le message. Ainsi, nous sommes comme le père avec le fils prodigue, peinés de la condition de cette petite église. Mais nous sommes d’un autre côté, heureux et reconnaissants envers notre Père céleste de ce qu’il entend nos prières et non celles de ceux qui nous privent par la force de notre église. En augmentant les rangs des expulsés, le Seigneur affaiblit les forces ennemies et renforcent les Siennes en ralliant plus de monde à Sa cause. {2SC3, 4: 8.2.2}

Comme toujours, qu’importe ce qu’on entend faire contre la vérité, on finit toujours par agir en sa faveur. Et l’Esprit de Dieu atteste de cela à travers les paroles de David : {2SC3, 4: 8.2.3}

« Du haut des cieux tu as proclamé la sentence ; la terre effrayée s’est tenue tranquille, lorsque Dieu s’est levé pour faire justice, pour sauver tous les malheureux de la terre. L’homme te célèbre même dans sa fureur, quand tu te revêts de tout ton courroux. » (Ps. 76 : 8-10.) {2SC3, 4: 8.2.4}

Ces situations nous affligent. Si nous n’avions pas été nous-mêmes

8

 

témoins de ces pratiques Pharisaïques, nous n’aurions jamais pu croire que notre propre dénomination est pleine d’hommes revêtus de l’habit Adventistes, défendant la liberté religieuse, mais qui sont remplis de l’esprit des tyrans papaux ! {2SC3, 4: 8.2.5}

                « Ainsi parle l’Eternel des armées : Fortifiez vos mains, vous qui entendez aujourd’hui ces paroles de la bouche des prophètes qui parurent au temps où fut fondée la maison de l’Eternel des armées, où le temple allait être bâti.  Car avant ce temps, le travail de l’homme ne recevait pas sa récompense, et le salaire des bêtes était nul ; il n’y avait point de paix pour ceux qui entraient et sortaient, à cause de l’ennemi, et je lâchais tous les hommes les uns contre les autres. Maintenant je ne suis pas pour le reste de ce peuple comme j’étais dans le temps passé, dit l’Eternel des armées. Car les semailles prospèreront, la vigne rendra son fruit, la terre donnera ses produits, et les cieuxenverront leur rosée ; je ferai jouir de toutes ces choses le reste de ce peuple. » (Za. 8 : 9-12.) {2SC3, 4: 9.1.1}

                                                              ———————-0———————-

« LOUEZ SOIT CELUI DE QUI VIENNENT TOUTES LES BENEDICTIONS »

—————-

                Chers frères :

                Je lis le livre intitulé, « Une Réponse à La Verger du Berger, » et je dois avouer qu’il a augmenté ma foi dans les écrits de « La Verge du Berger, » si cela était même possible. Veuillez ne pas oublier de m’envoyer tous les numéros du « Code Symbolique. » {2SC3, 4: 9.1.2}

                                                                                         (Signé) BEN GARRETT

                                                                                                 East Jamestown, Tennessee.

                Chers frères :

                Je viens de recevoir et de lire le petit livret sur la prophétie d’Ezéchiel, et c’est l’un des meilleurs tracts que je n’ai jamais lu. Si vous avez autre chose du même genre, nous sommes preneurs. {2SC3, 4: 9.1.3}

                                                                                                         (Signé) E. TAYLOR

                                                                                                                   Cherryvale, Kansas.

                Chers frères :

                Je n’ai jamais fait part de mon appréciation de ce merveilleux message. Dieu est absolument miséricordieux envers Son peuple rebelle. {2SC3, 4: 9.1.4}

             J’ai retrouvé la joie, sachant qu’après avoir reçu ce message, j’ai pendant un an, cru que mon cœur se briserait quand mes amis de toujours cessèrent de m’adresser la parole… La douleur était presque insupportable, mais je me devais de continuer. Il le faut car je ne peux trahir mon Dieu….{2SC3, 4: 9.1.5}

 La parution du prochain tract est ralentie par manque de moyens ? Est-ce qu’un jour, vous nous solliciterez à cette fin ? Vous n’en aurez pas besoin, car, chaque jour, je ressens spontanément cet appel. {2SC3, 4: 9.1.6}

          J’ai hâte de recevoir « Le Code Symbolique » comme je recevais la « Revue. » {2SC3, 4: 9.1.7}

                                                                                         (Signé)  MME NAOMI HINDMAN

                                                                                                                  Sheridan, Wyoming.

Cher frère Houteff :

                J’aime vraiment votre message et je sais que Dieu est avec vous et votre œuvre. Notre cher frère Vories nous a présenté le message ce qui suscité un véritable engouement. Beaucoup l’ont accepté et je prie qu’aucun ne le rejette. Néanmoins, j’ai peur qu’il y ait division parmi nous. Mais le message du scellement désignera ceux qui sont du côté du Seigneur. {2SC3, 4: 9.2.1}

                Frère Vories et moi-même prêchons « La Verge du Berger » de façon détournée ; nous procédons par étape et quand le temps est venu, nous parlons du message. Et je suis heureux d’annoncer (Dieu merci) que plus des deux-tiers l’ont accepté. {2SC3, 4: 9.2.2}

                Seulement, les anciens d’église nous ont désormais interdit d’organiser des réunions. C’est là que nous voyons que le prétendu peuple de Dieu, aujourd’hui comme autrefois, ne supporte pas la saine doctrine. {2SC3, 4: 9.2.3}

                J’en ai appris plus sur le message du Troisième Ange en lisant le Vol. Un de « La Verge du Berger, » que par toutes mes études personnelles, et j’en suis très heureux. {2SC3, 4: 9.2.4}

                Nous avons besoin de vos prières et nous vous enverrons dès que possible de l’argent pour l’avancement de l’œuvre de Dieu. {2SC3, 4: 9.2.5}

                Dieu dit : « Ecoutez, mes frères bien-aimés : Dieu n’a-t-il pas choisi les pauvres aux yeux du monde, pour qu’ils soient riches en la foi, héritiers du royaume qu’il a promis à ceux qui l’aiment ? » {2SC3, 4: 9.2.6}

                                                                                                                        (Signé) L.F. OTTO

                                                                                                                 Logansport, Indiana.

———————————0———————————

TRAINES ET MIS A TERRE MAIS TOUJOURS CAPABLES DE TENIR TETE

—————————-

                Frère B écrit les objections suivantes contre « La Verge du Berger, » mais son intention n’est pas de combattre la vérité comme les sacrificateurs du temps de Christ. Il désire seulement éclaircir les points que les ennemis de « La Verge du Berger » ont tentés de brouiller et présentés comme argument contre le message de l’heure. {2SC3, 4: 9.2.7}

                Objection N° 1 : « Je dois dire qu’il m’est difficile de comprendre comment le frère Houteff parvient à affirmer que son message inspiré et son exégèse sont infaillible en tout point. En effet, il serait facile de renverser le tout en s’appuyant sur le fait que l’humain est sujet à l’erreur. Dans le Vol. 1, pp. 333, 334 de la ‘Verge du Berger’ par exemple, il donne diverses exemples de l’application symbolique du nombre de lettres dans certains noms, affirmant que c’est une preuve de son exégèse. Malheureusement, dans l’Hébreux original,

9

le nombre de lettres mentionnées a dû être rajouté à la traduction Anglaise des noms car les voyelles n’existent pas dans l’Hébreux. Selon les conditions que lui-même établit, cette seule erreur suffit à invalider toute sa méthode d’exégèse et anéanti complétement le caractère inspiré de ce qu’il avance. Mon intention n’est pas de confronter le frère Houteff à l’imprudence de ses démarches. » {2SC3, 4: 9.2.8}

Réponse :

                « La Verge du Berger » ne dit pas que le même nombre de lettres de ces noms apparaît dans tous les langues pratiquées dans le monde, inclus l’Hébreux. Mais selon l’orthographe Anglais, il est vrai que la symbolique qui se dégage du nombre de lettres est pertinente et juste. « La Verge du Berger » n’a jamais affirmé, ni aujourd’hui, ni jamais, que le nombre de lettres était identique dans toutes les langues pratiquées dans le monde. Ainsi, tous les discours qui ont tenté de réfuter sa position depuis ces cinq dernières années font fausse route. {2SC3, 4: 10.1.1}

                Par ailleurs, frère B affirme être dans le vrai lorsqu’il dit que la symbolique tirée des lettres n’est pas du tout inspirée. Or, cela n’empêche en rien à la « Verge du Berger » d’être juste et incontestable dans son interprétation et ce au regard de la langue Anglaise, quand bien même la perfection de cette symbolique numérique ait été découverte par chance. Toutefois, je préfère croire que Dieu en est à l’origine. En effet, j’use de tous les moyens existants pour étayer la vérité et exalter la Parole, et je suis certain qu’au jour du jugement, mes actions auront été trouvées justes par rapport à celles de celui qui, par laxisme, fait passer la main de Dieu pour de la contingence. De surcroît, la Bible supporte l’interprétation de « La Verge du Berger, » car rien n’est caché devant Dieu et tout est « à nu et à découvert aux yeux de celui à qui nous devons rendre compte. » (Hé. 4 : 13.) {2SC3, 4: 10.1.2}

                S’il est vrai que même les cheveux de nos têtes sont comptés (Mt. 10 : 30), Dieu, j’en suis sûr, connaît l’orthographe de la langue Anglaise avant les Anglais eux-mêmes. Il savait également qu’Il emploiera l’Anglais au lieu de l’Hébreux pour révéler la vérité de « La Verger du Berger, » et Il a donc ordonné au prophète Esaïe d’écrire ceci : {2SC3, 4: 10.1.3}

                « C’est par des hommes aux lèvres balbutiantes et au langage barbare que l’Eternel parlera à ce peuple. » (Es. 28 : 11) Si le symbolisme numérique des lettres avait dû s’opérer en Hébreux au lieu de l’Anglais, il aurait été compliqué de le découvrir et il n’aurait pas été aussi extraordinaire ; nous n’aurions pas su voir que Dieu savait quel langage Il utiliserait pour accomplir Esaïe 28 : 11, à l’heure où « le rouleau s’ouvre. » {2SC3, 4: 10.1.4}

                Ainsi, nous voyons ici que lorsqu’on plonge profondément la perche dans la mine de la vérité, ce qui en ressort « n’invalide » pas le « procédé d’exégèse » de la « Verge du Berger, » ni ne réfute « l’origine inspirée de son interprétation ; » au contraire, toute ce qui en résulte va dans son sens. {2SC3, 4: 10.2.1}

                Objection N° 2 : « Le frère Houteff cite les Témoignages, affectionnant particulièrement les déclarations qui dénoncent les abus du corps dirigeant. Ses écrits forment une compilation inestimable de l’Esprit de Prophétie, mais il risque de tendre vers la même pratique que la Conférence Générale au regard des droits des individus. En effet, frère Houteff croit que ses écrits sont inspirés, et ainsi, contester ces derniers reviendrait à pécher contre le Saint-Esprit. Aussi, s’il venait à prendre la tête de la dénomination, il est fort probable qu’il ne tolérerait pas cet impardonnable péché, au même titre que la Conférence Générale n’accepte pas qu’on doute de l’interprétation faite du message par son élite, considérée comme étant la plus haute autorité de Dieu sur terre. Ainsi, j’aurais plus à perdre qu’à gagner, en aidant le frère Houteff à s’élever contre la bureaucratie oligarchique actuelle et mettre en place sa propre dictature. Par contre, je collaborerai volontiers avec lui pour que l’individu retrouve le droit d’étudier pour lui-même, pour qu’il connaisse la Parole de Dieu et les faits historiques. L’homme ne doit se laisser dicter que par sa propre conscience et la meilleure façon d’œuvrer dans ce sens, c’est de dénoncer les agissements de la Conférence Générale qui s’est employé à empêcher la lumière d’arriver jusqu’au peuple. » {2SC3, 4: 10.2.3}

Réponse :

                Le seul élément contesté par le frère B dans son argumentaire est l’origine « inspirée » de « La Verge du Berger. » Dans le même temps, il accuse la Conférence Générale d’empêcher la diffusion de la vérité au sein de la dénomination, tout en étant lui-même, sans le savoir, contre la « vérité » « inspirée. » Je pose maintenant cette question au frère B, s’il ne s’agit pas de vérité inspirée, comme cela pourrait-être la vérité ? Comment cet appel pourrait-il venir de Dieu ? {2SC3, 4: 10.2.4}

              Je souhaite que les yeux du frère B puissent s’ouvrir et qu’il réalise que son objection ne vient pas de Celui Qui doit nous conduire dans toute la vérité. Frère B avance que personne ne peut être conduit dans toute la vérité ; or, cela est contraire aux enseignements de Christ qui déclare : « Quand… l’Esprit de Vérité sera venu, il vous conduira dans toute la vérité ; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira toute ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. » (Jean 16 : 13.)

                Par ailleurs, le mot « inspiration » signifie transmettre une instruction

10

 

divine vierge de toute falsification humaine. Ainsi, lorsqu’on conteste les « vérité inspirées » et approuve celles qui ne le sont pas, on met Dieu à l’écart et l’on donne à l’homme la première place. Se faisant, on coupe l’unique canal par lequel Dieu communique avec Son peuple et par lequel Il peut interpréter les Ecritures pour Son église et faire opposition aux erreurs des hommes. {2SC3, 4: 10.2.5}

                Les gens qui croient que les questions et les chicaneries sont une marque d’intelligence sont comme les Juifs du temps de Jésus. Ils reconnaissent « l’Inspiration » des prophètes tout comme le frère B reconnaît l’Inspiration de sœur White en acceptant son œuvre comme étant « l’Esprit de Prophétie. » Les Juifs reconnaissaient que les écrits des prophètes qui les avaient précédés et qui furent tués par leurs pères, contenaient la Parole de Dieu. Ils devaient être respectés et suivis ; par contre, les juifs refuseraient d’accepter les prophètes qui, de leur vivant, dénonçaient les mauvaises actions et rectifiaient les erreurs commises et adoptées par des hommes non inspirés ! Il en était ainsi dans la période prébiblique et dans la période de l’Ancien Testament ; il en a été ainsi depuis le début du Nouveau Testament, jusqu’à aujourd’hui. Ainsi, les récits nous démontrent que ceux qui pensaient faire preuve d’intelligence par leurs questions, leurs doutes et leurs chicaneries, faisaient preuve en réalité d’une parfaite ignorance. Le frère B marche en toute inconscience vers le même précipice, mais nous espérons que le bruit de ces erreurs répétées du passé le réveillera avant qu’il ne tombe ; puisse-t-il échapper à ce piège continuel. {2SC3, 4: 11.1.1}

                Il y a de cela quelques années, cette même catégorie de personnes s’est trouvée en conflit avec sœur White ; ils furent avertis : « Dieu et Satan ne travaillent jamais en collaboration. Les Témoignages portent ou le sceau de Satan ou celui de Dieu. Un bon arbre ne peut porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 98 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 25). Mais ils rétorquèrent : « Nous croyons aux visions, mais lorsque sœur White les a retranscrite, elle y a ajouté ses opinions personnelles, c’est pourquoi nous choisiront de croire ce que nous considérons venir de Dieu et nous ignorerons tout le reste. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 234. {2SC3, 4: 11.1.2}

                Ces gens qui ont rejeté sœur White sont les mêmes qui aujourd’hui tentent de dénigrer le message de la « Verge du Berger, » critiquant et questionnant les mêmes écrits que lorsque leur prophète était vivant. Ces gens en sauraient-ils plus sur ce qu’a vu sœur White et ce qu’elle a écrit ? C’est ce que nous voyons aujourd’hui ; ces personnes prétendent en savoir plus que le frère Houteff lui-même, sur son expérience et la façon dont il a écrit les vérités dans « La Verger du Berger ! S’ils sont si sages, pourquoi Dieu ne les a-t-Il pas choisis comme Ses messagers ? {2SC3, 4: 11.1.3}

                Il se trouve que ces personnes considèrent les visions de Jean de la même manière que celles de sœur White. En effet, dans la publication, « Thoughts on Daniel and The Revelation, » p. 510, les chevaux symboliques à tête de lions (Ap. 9 : 17) sont remplacés par des cheveux Arabes dont les têtes sont normales, et ceci dans le but de rappeler à la guerre contre les Turques ! Par souci « d’interprétation, » ils ont transformés le souffre par du « sulfure  » et la queue de serpent au verset 19 est remplacée par des queues de cheval classiques ! Ensuite, le « feu, » la « fumée » et le « souffre » sortent d’un pistolet manié par un Turc et non de la gueule des têtes de lions comme Jean l’a vu. Pour se justifier, ces  gens veulent nous faire croire que Jean n’a pu voir clairement ce que Dieu lui montrait pour qu’il le rapporte de la façon la plus fidèle. Est-il même possible que 2000 ans plus tard des hommes dépourvus « d’inspiration, » voient mieux que Jean ce qui lui a été montré ! {2SC3, 4: 11.2.1}

           Si dans ce cas le Révélateur est dans l’erreur, il est probable qu’il le soit aussi pour le reste. Si l’on ne peut se fier simplement à ce qui est écrit dans l’Apocalypse, comment croire à la véracité du reste de la Bible ? Si le rapport des prophètes n’est pas authentique, comment les réflexions non « inspirées » d’étudiants de la Bible sans vision pourraient-elles l’être ? Si Dieu a, par le passé, inspiré aux hommes d’écrire « la vérité et rien que la vérité, » pourquoi ne le pourrait-Il pas aujourd’hui ? A-t-il perdu Sa puissance ou s’intéresse-t-Il moins à Son église aujourd’hui ? Si par le passé, les paroles inspirées des prophètes n’ont pas remplacés la « bureaucratie oligarchique par leur propre dictature, » comment cela pourrait-il en être autrement aujourd’hui ? Et si cela eut été le cas auparavant et que cela fût justifié, pourquoi alors cela serait-il condamnable aujourd’hui ? {2SC3, 4: 11.2.2}

                Il est vrai que si « La Verge du Berger » « devait prendre la direction de la dénomination, » elle ne serait pas « disposée à tolérer ce péché impardonnable, pas plus que la Conférence Générale n’accepte que ses membres doutent de son interprétation du message. » Frère B semble ignorer que « La Verge du Berger » se déclare effectivement inspirée, et que ses révélations divines de vérité appellent le peuple de Dieu à la réforme par l’obéissance. De son côté la Conférence Générale ne se déclare pas « inspirée » et ni ses œuvres, ni son interprétation des Ecritures n’en témoignent. Elle ne cherche guère à dénoncer le péché ni à pousser le peuple de Dieu à la réforme. {2SC3, 4: 11.2.3}

               Par ailleurs, frère B confesse involontairement

11

 

que le frère Houteff ne cherchera jamais à empêcher que des vérités additionnelles n’atteignent le peuple, qu’importe celui qui apporte ces vérités, et c’est typiquement la ligne de conduite adoptée par tous les messagers « inspirés » de Dieu. Les écrits « inspirés » de sœur White, directement suivi par ceux de « La Verge du Berger, » n’ont pas conservé le peuple dans l’ignorance, ni même dans l’ignorance de « La Verge du Berger. » Cela prouve que la « Verge » n’empêche pas qu’un autre homme délivre un message « inspiré. » Si sœur White avait été à la direction de la dénomination et de toutes ses institutions, elle ne serait pas devenue ce qu’elle est aujourd’hui. {2SC3, 4: 11.2.4}

                Frère Houteff attribue le mérite du message de « La Verge du Berger » à Son auteur. Ceux qui souhaiteraient que frère Houteff s’en attribue le mérite s’en abstiennent non parce qu’ils aiment le frère, ou parce qu’ils veulent le mettre sur un piédestal, mais parce qu’ils écoutent la voix de ce monde qui hait Dieu et la révélation de la Parole. Cette voix voudrait que frère Houteff s’exalte lui plutôt que Dieu. Ainsi, ces âmes aveugles se fourvoient et détournent les autres de la vérité, parce qu’elles refusent de se soumettre à Christ qui est en train de « prendre Lui-même les rênes dans Ses mains. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), p. 300. » Le Christ avait prophétiquement entendu parler ainsi cette catégorie d’ouvrier : « Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. » (Lu. 19 : 14.) Pour de plus amples explications sur ce sujet, lisez « Le Code Symbolique, » numéro d’Octobre 1935, p. 5. {2SC3, 4: 12.1.1}

                Que ces personnes qui rejettent l’autorité de Dieu se demandent maintenant ce qu’ils auraient fait lorsque Moïse se déclara porte-parole de Dieu, comme le fait la Verge aujourd’hui. Ne se seraient-ils pas dressés contre Moïse et Aaron aux côtés de Koré comme ils font actuellement contre « La Verge du Berger » en disant : « C’en est assez ! Car toute l’assemblée, tous sont saints, et l’Eternel est au milieu d’eux. Pourquoi vous élevez-vous au-dessus de l’assemblée de l’Eternel ? » (No. 16 : 3.) {2SC3, 4: 12.1.2}

                Si ces gens refusent d’accepter l’interprétation « inspirée » d’aujourd’hui, auraient-ils acceptés le message de Jean-Baptiste, de Christ, des apôtres, et de sœur White ? Non, bien sûr que non ! Leur attitude face à « l’inspiration » montre d’ailleurs qu’ils la rejettent, et s’ils ne s’y soumettent pas, comment pourraient-ils connaître la vérité ? En effet, la Bible déclare : {2SC13, 4: 12.1.3}

 Car le Seigneur, l’Eternel, ne fait rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes. » (Amos 3 : 7) {2SC3, 4: 12.1.4}

Par un prophète l’Eternel fit monter Israël hors d’Egypte, et par un prophète Israël fut gardé. » (Os. 12 : 13) « Confiez-vous en l’Eternel, votre Dieu, et vous serez affermis ; confiez-vous en ses prophètes, et vous réussirez. » (2 Ch. 20 : 20.) {2SC3, 4: 12.1.5}

                « Alors Jésus leur dit : O hommes sans intelligence, et dont le cœur est lent à croire tout ce qu’ont dit les prophètes ! » (Lu. 24 : 25) « Et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte, décrits dans ce livre. » (Ap. 22 : 19) {2SC3, 4: 12.2.1}

            « J’attacherai ta langue à ton palais, pour que tu sois muet et que tu ne puisses pas les reprendre, car c’est une famille de rebelles. Mais quand je te parlerai, j’ouvrirai ta bouche, pour tu leur dises : Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel. Que celui qui voudra écouter écoute, et que celui qui ne voudra pas n’écoute pas, car c’est une famille de rebelles. (Ez. 3 : 26, 27.) {2SC3, 4: 12.2.}

                « Tous les chefs des sacrificateurs et le peuple multiplièrent aussi les transgressions, selon toute les abominations des nations ; et ils profanèrent la maison de l’Eternel, qu’il avait sanctifiée à Jérusalem. L’Eternel, le Dieu de leurs pères, donna de bonne heure à ses envoyés la mission de les avertir, car il voulait épargner son peuple et sa propre demeure. Mais ils se moquèrent des envoyés de Dieu, ils méprisèrent ses paroles, et ils se raillèrent de ses prophètes, jusqu’à ce que la colère de l’Eternel contre son peuple devînt sans remède. » (2 Ch. 36 : 14-16.) « Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ! » (Ap. 3 : 22) Pour avoir d’autres commentaires sur ces passages, lisez notre tract N° 1, « Les Dardanelles de la Bible, » pp. 25, 26. {2SC3, 4: 12.2.3}

                Si Dieu ne peut plus nous conduire dans toute la vérité, comment pourrait-Il apporter l’unité au sein de Son peuple et qu’il parvienne à l’unanimité ? Comment pourrait-Il le délivrer des multiples tromperies de Satan et mauvaises interprétations des Ecritures ? Voir notre tract N° 5, « Avertissement Final, » pp. 8-15. Les ennemis de la Vérité Présente s’efforcent d’attribuer un caractère inspiré au livre, « Réflexions sur Daniel et l’Apocalypse ; » ils cherchent même à obtenir l’aval de sœur White afin d’en valider l’autorité. Pourtant, ils n’acceptent pas le message de « La Verge du Berger » sous prétexte qu’il se déclare « inspiré, » et cela prouve qu’ils sont animés par l’esprit de Satan qui cherche à décrier la Vérité et promouvoir l’erreur. {2SC3, 4: 12.2.4}

                D’innombrables courants de pensée anarchiques ont fracturé l’église Chrétienne en parts de toute taille. Alors qu’elle était la demeure des saints et le dépositaire du salut,

12

 

elle est devenu « une habitation de démons, le repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux. » (Ap. 18 : 2) « Dieu montrera qu’il ne dépend pas de mortels cultivés et qui se croient importants. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 82 ; Evénements des Derniers Jours, p. 154) La citation qui suit montre bien que seule « l’Inspiration » (un homme suscité par Dieu) peut dire la vérité et rien que la vérité : {2SC3, 4: 12.2.5}

                « La raison pour laquelle Dieu ne se sert pas plus souvent de savants et d’hommes haut placés pour diriger des mouvements de réforme, c’est qu’ils mettent leur confiance dans leurs credo, leurs théories et leurs systèmes théologiques, et qu’ils n’éprouvent pas le besoin de se laisser enseigner d’en haut. Seuls ceux qui sont en rapport avec la Source de la sagesse peuvent comprendre et expliquer les Ecritures. Lorsque des hommes peu versés dans la science des écoles sont appelés à annoncer la vérité, ce n’est pas parce qu’ils sont ignorants, mais parce qu’ils ne sont pas remplis d’eux-mêmes et ne refusent pas de se laisser enseigner de Dieu. Disciples à l’école du Christ, ils sont grandis par leur humilité et leur obéissance. En leur confiant la connaissance de la vérité, Dieu leur confère une dignité en présence de laquelle pâlissent les honneurs terrestres et la grandeur humaine. »–« The Great Controversy, » p. 456 (La Tragédie des Siècles, p. 494). {2SC3, 4: 13.1.1}

                Si « La Verge du Berger » n’avait pas ouvertement attribue le mérite de sa vérité à Dieu, ses ennemis auraient dit, « Ceci n’est pas inspiré, donc ces avertissements n’ont aucune importance. » C’est ce firent de grands hommes au temps de Christ. Ils critiquaient Jean-Baptiste parce qu’il ne mangeait que du miel et des graines de caroube, puis accusaient Christ de trop manger quand ils Le traitèrent de « mangeur et buveur. » (Mt. 11 : 18, 19.) Ils déclarèrent qu’Il n’était pas l’envoyé de Dieu, qu’Il n’avait pas reçu l’inspiration contrairement à Moïse ; ainsi, ils Lui demandèrent : « Par quelle autorité fais-tu ces choses, ou qui est celui qui t’a donné cette autorité ? » (Lu. 20 : 2) L’Esprit de Prophétie déclare : {2SC3, 4: 13.1.2}

                « La prophétie doit s’accomplir. Le Seigneur dit : ‘Voici, Je vous enverrai Élie, le prophète, avant que le jour de l’Éternel arrive, ce jour grand et véritable.’ Quelqu’un doit venir avec l’esprit et la puissance d’Élie, et quand il apparaîtra, les hommes pourront dire : ‘Tu es trop pieux, tu n’interprètes pas les Écritures correctement. Laisse-moi te dire comment tu dois prêcher ton message.’ »– (« Testimonies to Ministers ; Témoignages pours les Pasteurs, » p. 475) {2SC3, 4: 13.1.3}

———————————–0———————————–

PARTIE II

« QUEST-CE QUE LA REFORME SANITAIRE »

                L’on ne peut se faire appeler « le peuple observateur des commandements » sans accomplir toute nos tâches dans le temps imparti. « Tu travailleras six jours et tu feras tout ton ouvrage, » fait partie des commandements. Ainsi, sauf cas exceptionnel, nous ne pouvons gaspiller notre temps, autrement nous ne sommes pas dignes de nous appeler « observateurs des commandements. » Pendant six jours complets, nous travaillons fidèlement d’un cœur joyeux. Les tâches du jour doivent être accomplies jusqu’au bout sans déborder, autrement c’est une infraction aux commandements de Dieu. Le travail assigné est proportionnel aux capacités de chacun ; Dieu l’a voulu ainsi, et si pendant les six jours, nous accomplissons fidèlement tout notre ouvrage, notre semaine ne connaîtra ni temps morts, ni surcharge. {2SC3, 4: 13.1.4}

                Ceux qui ont beaucoup de temps et peu à faire sont, volontairement ou involontairement, coupables de ne pas accomplir tous leurs devoirs. Ceux qui ont trop de travail et peu de temps, ajoutent à leurs tâches des activités futiles, ou alors ils sont trop indolents ou bien maladroits et pas organisés. {2SC3, 4: 13.2.1}

                Si Dieu avait oublié quelqu’un chose lors de la création, elle se serait soldée par un désastre ; et si Dieu n’avait pas utilisé le temps imparti, la création en aura également souffert. {2SC3, 4: 13.2.2}

                Ceux qui monteront au ciel seront comme Dieu (Za. 12 : 8), parfaits dans toutes leurs voies. Par conséquent, changez d’attitude et soyez « parfaits comme votre père céleste est parfait. » (Mt 5 : 48) {2SC3, 4: 13.2.3}

                Réfléchissez donc à ce que vous avez à faire, puis, levez-vous de bon matin et acquittez-vous « entièrement » de votre tâche fidèlement et joyeusement. La travail en plein air vous sera non seulement bénéfique mais vous empêchera aussi de vous suicider à petit feu. Sans exercice, l’air frais et le soleil, l’on peut atteindre une pleine maturité d’âge ; on mène une vie désagréable et l’on devient un fardeau pour les autres. {2SC3, 4: 13.2.4}

                « Ainsi parle l’Eternel des armées : Fortifiez vos mains, vous qui entendez aujourd’hui ces paroles de la bouche des prophètes qui parurent au temps où fut fondée la maison de l’Eternel des armées, où le temple allait être bâti. » (Za. 8 : 9) {2SC3, 4: 13.2.5}

                « Toute œuvre humaine passe en revue devant Dieu pour être classée comme acte de fidélité ou d’infidélité. En face de chaque nom, dans les registres du ciel, sont couchés avec une redoutable exactitude toute parole mauvaise, tout acte égoïste, tout devoir négligé, tout péché secret, toute dissimulation. Les avertissements du ciel oubliés, les moments perdus, les occasions non utilisées, les influences exercées, bonnes ou mauvaises, avec leurs résultats les plus éloignés : tout est fidèlement inscrit par l’ange enregistreur. »–« The Great Controversy, » p. 482 (La Tragédie des Siècles, p. 524). {2SC3, 4: 13.2.6}

——————————-

Ne Trichons Pas, De Peur d’Etre En Manque

                L’organisme humain comprend seize éléments. Quotidiennement, notre corps consomme ces éléments nécessaires qui s’épuisent et ne peuvent être rechargés que par la consommation de nourriture. Ainsi, il est de la plus haute importance de consommer

13

 

des aliments qui contiennent chacun de ces éléments si nous voulons maintenir ce super organisme en bonne forme. {2SC3, 4: 13.2.7}

                Il faut comprendre que l’organisme a besoin de ces éléments car ils participent à son développement, réparent les tissus et les muscles et maintiennent les os en bonne condition, etc… Si par ignorance ou autre l’on prive notre organisme de ces éléments, notre santé en pâtit ; et si cette erreur ne cause pas notre mort immédiate, elle apportera douleur, peine et regret qui mèneront tôt ou tard à la mort. {2SC3, 4: 14.1.1}

                Ceux qui se soucient de leur santé doivent savoir cette simple chose ; les produits raffinés de toute nature ou presque sont totalement dépourvus d’une partie des éléments nécessaires à l’organisme et pour les autres éléments, ils sont présent mais hors de l’équilibre chimique inaltérable définit par le Créateur. Ainsi, ils n’apportent rien à l’organisme et dans certains cas deviennent gênant, car il suffit qu’un élément soit manquant pour que les autres en soient affectés. L’ajout d’éléments étrangers change également la nature des autres éléments ; explication : {2SC3, 4: 14.1.2}

                Réalisons une synthèse chimique du lait. Lorsqu’on y ajoute du fer sous forme organique, le lait se change en fromage. Si l’on mélange du nitrogène, de l’hydrogène et de l’oxygène, on obtient de l’ammoniaque ; par contre, si l’on ôte au nitrogène, l’oxygène puis l’hydrogène, le nitrogène ne retrouve pas son état initial mais devient du dioxyde de carbone. Illustrons davantage notre explication, si vous le permettez : {2SC3, 4: 14.1.3}

                Imaginons que l’estomac soit un cuisinier et que les éléments nutritifs dont le corps se nourrit, soient du pain. Pour faire du pain, il faut de la farine, de l’eau, de la matière grasse, du sel et de la levure. Supposons qu’il manque au cuisinier un ingrédient, n’aurait-il pas du mal à réaliser son pain ? Chaque ingrédient a son importance. S’il manque la farine, le cuisinier ne peut pas faire de pain du tout ; s’il manque l’eau, ce n’est pas mieux ; s’il manque le sel, le pain est fade ; s’il manque la levure, le  pain est trop dense. En l’absence d’un des ingrédients, le cuisinier tentera d’équilibrer les quantités pour pallier au manque, qu’il s’agisse de la farine, l’eau, le sel ou la levure. Et dans ce cas, quel genre de pain le cuisinier obtiendra-t-il, s’il manque une chose essentielle ? Quel goût aura ce pain ? Ce même principe ne s’applique-t-il pas à la nourriture que nous consommons ? Cette réalité se retrouve dans les produits raffinés et ceux qui les consomment s’attendent à ce qu’ils favorisent leur organisme, leur santé et leur bonheur. {2SC3, 4: 14.1.4}

                Nous n’avons pas besoin d’être biochimiste ou physiologiste pour savoir comment il nous faut vivre. La science la santé est à la portée de l’illettré s’il respecte les règles suivantes : {2SC3, 4: 14.2.1}

               Ne manger pas les nourritures interdites. Le fruit de l’arbre planté au milieu du jardin était interdit, « vous les regarderez comme impurs. » Etudiez Lévitique Onze, Deutéronome Quatorze, et Esaïe 66 : 17. {2SC3, 4: 14.2.1}

                Respectez cette première règle, puis allez un peu plus loin. En adoptant le régime alimentaire de Jean-Baptiste, vous gagnerez alors votre Eden. Adoptez le régime originel prévu par Dieu pour la famille humaine. S’il est vrai que nous marchons vers notre demeure originelle, nous devrions alors adopter le régime alimentaire originel. « Et Dieu dit : Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. » (Ge. 1 : 29) {2SC3, 4: 14.2.3}

                Remplacez tous les produits manufacturés par la nourriture fraîche. Ne prenez pas de risque. Même la farine de blé complet et la semoule de maïs vendu dans le commerce sont, dans la plupart des cas, soit altérés, soit déminéralisés. {2SC3, 4: 14.2.4}

                     Si vous voyiez les ingrédients utilisés par votre boulanger local pour faire le pain que vous achetez ensuite tranché et emballé de manière attractive surtout pendant l’été, vous ne le mangeriez pas. Presque tous les aliments sont touchés et les exceptions sont peu nombreuses. De plus, acheter ces produits vous revient plus cher que si vous les prépariez vous-même. {2SC3, 4: 14.2.5}

                 A lui seul, le pain vous ferait économiser chaque année beaucoup d’argent, si vous le faisiez vous-même avec votre propre farine. En peu de temps, vous seriez en meilleure santé, vous et votre famille et votre niveau de vie s’améliorerait. Achetez le blé complet, le maïs et le seigle et fabriquez votre propre farine. Vous pouvez acheter un moulin pour 275 $ minimum. En plus de vous sentir mieux, vous augmentez votre niveau de vie et n’avez plus besoin de travailler aussi durement pour gagner votre vie. Votre énergie, autrefois gaspillée par le stress quotidien, sera mise en service du Seigneur en libérant les autres de l’emprise de l’ennemi. Libérez-vous, délaissez le monde car nous rentrons chez nous ! {2SC3, 4: 14.2.6}

14

                 Au-delà du régime alimentaire, souvenez-vous que l’on a besoin d’air frais, de soleil et de faire de l’exercice en plein air. La meilleure façon de faire les trois en même temps, c’est d’avoir un jardin et d’y travailler un peu chaque jour. Vous amélioreriez votre santé et produiriez des légumes frais, tout en économisant sur le prix de vos courses. Avant de faire votre jardin cependant, et avant d’avoir l’opportunité d’y jardiner, n’oubliez pas de faire chaque jour une petite marche rapide. Tâchez d’aérer vos chambres et ne dormez pas le nez couvert. {2SC3, 4: 15.1.1}

                « Mères, il n’y a pas de pire choses que d’ôter à vos filles leurs responsabilités, les livrer à l’oisiveté, les laissant choisir leurs propres occupations, tel qu’un peu de crochet ou autre passe-temps futile. Qu’elles sollicitent leurs membres et leurs muscles. Certes, elles se fatigueront, et alors ? Votre travail ne vous fatigue-t-il pas ? La fatigue n’est pas négative, à moins de se surmener. Vos filles se reposeront lors d’une bonne nuit de sommeil, et seront ainsi prêtes à attaquer une nouvelle journée. Vous péchez si vous les livrer à l’oisiveté. Le péché et la ruine de Sodome, c’était l’abondance de pain et l’oisiveté. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 371. {2SC3, 4: 15.1.2}

——————————0——————————

PEDAGOGIE

                Les pâtisseries modernes sont pire que « les mets du roi » que Daniel refusa de manger ; elles sont impropres à la consommation, n’apporte rien à l’organisme et fatiguent les organes digestifs ; néfastes, celui qui les confectionnent gaspille son temps. Même les bonnes pâtisseries ne valent pas la peine d’être confectionnées ; en consommer en guise de dessert équivaut à trop manger. Par contre, si vous voulez de temps en temps manger un bon gâteau, frère Deeter, chef cuisinier du Mont Carmel, nous recommande la recette suivante : {2SC3, 4: 15.1.3}

                 ¾ de tasse de farine de blé complet tamisée ; 3 œufs ; 1 tasse de sucre roux ou brut ; 1/3 de tasse de miel pur ; 1/3 de tasse d’huile ; 1/3 de tasse d’eau ; ¼ de cuillère à café de sel ; assaisonnez selon vos goûts. Ne jamais utiliser de levure chimique, de soda ou de crème de tartre lorsque vous cuisinez. {2SC3, 4: 15.1.4}

                Utilisez des moules à gâteau préalablement graissé d’huile végétale puis enfariné avant de procéder au mélange. {2SC3, 4: 15.1.5}

                Suivez à la lettre les INSTRUCTIONS pour réussir la recette. Prendre deux bols d’un quart de litre chacun ; dans l’un, placer les jaunes d’œufs et dans l’autre, les blancs d’œufs. Ajouter l’huile, le miel, le sucre, l’assaisonnement et le sel aux jaunes d’œufs, tout en battant comme vous le feriez pour faire de la mayonnaise. Laisser reposer puis prenez l’autre bol et battez les blancs en neige. Prenez ensuite le premier bol qui contient le mélange avec les jaunes d’œufs ; ajoutez-y la farine et mélangez soigneusement ; versez ensuite délicatement la pâte obtenue sur les blancs d’œufs battus en neige (et non les blancs d’œufs sur la pâte), tout appliquant la pâte dans les blancs d’œufs à l’aide d’une cuillère ; vous conserverez l’air emprisonné dans les blancs d’œufs. {2SC3, 4: 15.1.6}

                Cuisez au four à température moyenne pendant 15 minutes. {2SC3, 4: 15.2.1}

—————————0—————————

REMERCIEMENTS

                Nous remercions du fond du cœur tous ceux qui ont bien voulu nous envoyer vêtements, linges de lit ou nourriture. {2SC3, 4: 15.2.2}

                Nous ignorons les noms des sœurs qui nous ont envoyé quelques fruits séchés il n’y a pas si longtemps. Nous profitions de cette occasion pour leurs remercier de cette généreuse donation, grandement appréciée par l’ensemble de la communauté. {2SC3, 4: 15.2.3}

———————–

                Ceux qui désirent que l’on ne mentionne pas leurs noms dans nos tracts peuvent nous en faire la demande écrite. {2SC3, 4: 15.2.4}

————————0————————

AVIS DE RECHERCHE

                Si parmi vous lecteurs, il y en a qui possède des exemplaires en trop des livres de sœur White et souhaiteraient en disposer, veuillez nous les faire parvenir. Nous avons besoin d’un maximum de livres. {2SC3, 4: 15.2.5}

           Si quelqu’un possède une machine à calculer en bon état et souhaiterait en faire don ou la vendre à prix raisonnable, veuillez nous en informer. {2SC3, 4: 15.2.6}

—————————-0—————————-

EXPLICATION

                Le travail toujours plus pressant, le manque de temps et la transition de la ronétypie à l’impression, ont entraîné des retards dans la publication du numéro de Mars. Nous redoublons donc d’efforts pour assurer la sortie des numéros de Mars et Avril. Nous espérons que cela ne décevra aucun de nos chers lecteurs. {2SC3, 4: 15.2.7}

                Vous pourrez obtenir votre livre de recettes ; dès que nous le pourrons, nous démarrerons notre Ecole de Cuisine par correspondance, qui sera en accord avec les convictions évoquées préalablement. {2SC3, 4: 15.2.8}

15

LA PARTICIPATION DE TOUS

——————-

Lors des réunions tenues à Los Angeles en 1933, il a été unanimement voté que chaque Vendredi soir à 17h00 heure d’hiver, les croyants de la Vérité Présente rechercheraient Dieu en faveur du message, convaincu qu’un tel élan déposerait en toute vérité aux pieds de l’autel Céleste, « la prière fervente du juste (qui) a une grande efficace. » {2SC3, 4: 16.1.1}

                      Nous demandons sincèrement à chacun de se joindre, à l’heure indiquée, à cette grande prière qui doit ébranler le monde. « Ce n’est ni par la puissance ni par la force, mais c’est par Mon Esprit, dit l’Eternel des armées », voici l’œuvre que nous devons accomplir. {2SC3, 4: 16.1.2}

                   Pour vous aider à respecter ce rendez-vous, nous vous invitons à réaliser la chose suivante : pendant trois ou quatre Vendredis matins, réglez l’alarme de votre réveil à 17h00 heure du pacifique, 18h00 heure des Rocheuses, 19h00 heure du Centre suivant votre zone respective. {2SC3, 4: 16.1.3}

                 Que chaque Vendredi à l’heure convenue, nous puissions désormais, unis en force, élever tous en chœur nos voix vers Dieu dans une grande intercession en faveur de notre église et tout ce qui la concerne. {2SC3, 4: 16.1.4}

—————0—————

PARTIE III

———————

« Le Seigneur nous a envoyé règle sur règle, et si nous rejetons ces principes, ce n’est pas le messager que les enseigne que nous rejetons mais l’Auteur même de ces principes. {2SC3, 4: 16.1.5}

Une réforme continuelle doit être enseignée au monde, et nous devons renforcer cet enseignement par notre exemple. La vraie religion et les lois de la santé vont de pair. Il est impossible de travailler au salut de nos semblables sans leur présenter la nécessité de renoncer aux plaisirs défendus, qui ruinent la santé, souillent l’âme et empêchent la vérité divine de faire impression sur l’esprit. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 7, pp. 136, 137 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 160). {2SC3, 4: 16.1.6}

« Comme nous nous approchons de la fin des temps, nous devrions tenir fermes à la question de la réforme de la santé et à celle de la tempérance chrétienne et la présenter de façon plus positive et décisive. Nous devrions toujours nous efforcer d’éduquer le peuple, non seulement par nos paroles, mais aussi par nos actions. La combinaison de la parole et de la pratique a une influence révélatrice. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 112 (Conseils à l’Eglise, p. 176). {2SC3, 4: 16.2.1}

————-0————-

Cuisine

« C’est un devoir sacré pour ceux qui font la cuisine d’étudier les différentes manières de préparer une nourriture saine, de telle sorte qu’elle puisse être consommée avec plaisir. Les mères devraient apprendre à leurs enfants à faire la cuisine. Quelle branche de l’éducation d’une jeune fille peut être aussi importante que celle-là ? Ce que l’on mange entretient la vie. Une nourriture insuffisante, carencée et mal préparée corrompt toujours le sang, en affaiblissant les organes qui le produisent. Il est essentiel que l’art culinaire soit considéré comme une des branches les plus importantes de l’éducation. Il n’y a que fort peu de bonnes cuisinières. Les jeunes filles pensent qu’elles s’abaissent à un travail servile en apprenant à cuisiner. Ce n’est pas le cas. Elles n’ont pas sur la question un point de vue correct. Savoir comment préparer sainement les aliments, spécialement le pain, n’est pas une science inférieure. » (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 307) {2SC3, 4: 16.2.2}

« Les jeunes filles devraient être soigneusement instruites de tout ce qui concerne la cuisine. Quelles que soient les circonstances de leur vie, il y a là une connaissance qui peut être mise en pratique. C’est la branche de l’éducation qui a l’influence la plus directe sur la vie humaine, et tout spécialement sur la vie de ceux qui nous sont chers. Plus d’une épouse et mère qui n’a pas reçu l’instruction adéquate et qui manque de savoir-faire dans le domaine de la cuisine, présente tous les jours à sa famille une nourriture mal préparée qui, lentement mais sûrement, détruit les organes digestifs, produisant un sang de mauvaise qualité, provoquant fréquemment des crises aiguës de maladies infectieuses, et causant une mort prématurée. »–« Counsels on Health, » p. 145 (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 308) {2SC3, 4: 16.2.3}

Tout Adventiste désireux de recevoir régulièrement et gratuitement le « Code Symbolique » est invité à remplir le formulaire ci-dessous.

PARTIE A DECOUPER

                Veuillez m’ajouter à votre liste de diffusion pour l’envoie périodique du « Code Symbolique. »

NOM……………………………………….. ADRESSE……………………………………………………………………….

CODE POSTAL……………………………. VILLE……………………………………………………………………………

ETAT………………………………………… PAYS……………………………………………………………………………

16



« HONORE L’ETERNEL AVEC TES BIENS, ET AVEC LES PREMICES DE TOUT TON REVENU »

Question :

                Veuillez expliquer l’offrande des prémices et le don des dîmes. » {2SC10: 8.2.6}

8

Réponse :

                Salomon fait ce rappel à l’ordre : « Honore l’Eternel avec tes biens, et avec les prémices de tout ton revenu. » (Pr. 3 : 9) {2SC10: 9.1.1}

            « Tu ne différeras point de m’offrir les prémices de ta moisson et de ta vendange. Tu me donneras le premier-né de tes fils. » (Ex. 22 : 29.) {2SC10: 9.1.2}

            « Voici quel sera le droit des sacrificateurs sur le peuple, sur ceux qui offriront un sacrifice, un bœuf ou un agneau :… Tu lui donneras les prémices de ton blé, de ton moût et de ton huile, et les prémices de la toison de tes brebis. » (De. 18 : 3, 4.) {2SC10: 9.1.3}

            « Tu prendras des prémices de tous les fruits que tu retireras du sol dans le pays que l’Eternel, ton Dieu, te donne, tu les mettras dans une corbeille, et tu iras au lieu que choisira l’Eternel, ton Dieu, pour y faire résider son nom. » (De. 26 : 2.) {2SC10: 9.1.4}

            « Comme il est écrit dans la loi. …d’apporter chaque année à la maison de l’Eternel les prémices de notre sol et les prémices de tous les fruits de tous les arbres. » (Né. 10 : 34, 35.) {2SC10: 9.1.5}

            Cependant, n’allons pas conclure à tort en lisant ces passages, que Dieu exige que nous lui donnions les prémices de toute chose. Dieu ne demande que les premiers des prémices. Le rite de la gerbe agitée nous le démontre car elle était présentée à l’Eternel avant que l’individu ne puisse récolter les prémices de sa moisson (Lé. 23 : 10). Ainsi, en plus de la dîme, nous devons présenter une offrande. Nous ne devrions pas garder la part de Dieu mais plutôt lui rendre immédiatement avant de pouvoir disposer de notre revenu d’une quelconque façon. {2SC10: 9.1.6}

            « Anciens d’églises accomplissez votre devoir. Travaillez de maisons en maisons pour que le troupeau de Dieu ne soit pas négligé dans ce domaine si important, qui implique, selon le cas, une bénédiction ou une malédiction…. Tout homme qui porte le message de la vérité à nos églises doit accomplir son devoir de reprendre, éduquer et avertir. Toute négligence du devoir, qui équivaut à voler Dieu, implique une malédiction pour le coupable. »–« Témoignages pour les Pasteurs, » pp. 306, 307. {2SC10: 9.1.7}

            « Que l’église choisissent des pasteurs et des anciens dévoués au Seigneur Jésus, et que ces derniers veillent à ce que les responsables désignés s’acquittent fidèlement de leur tâche en recueillant les dîmes. Si les pasteurs s’avèrent être incompétents, s’ils manquent d’expliquer à l’église l’importance de rendre à Dieu ce qui Lui revient, s’ils ne veillent pas à ce que les diacres soient fidèles et que les dîmes soient apportées, ils sont en danger. Ils négligent une chose qui implique pour l’église une bénédiction ou une malédiction. Ces pasteurs devraient être relevés de leur fonction, et d’autres devraient être formés pour les remplacer. Les messagers de Dieu devraient s’assurer que les exigences Divines soient fidèlement respectées par les membres d’église. »–Supplément de « Review and Herald, » 1 Déc. 1866. {2SC10: 9.1.8}

            « Sur les ministres de l’Evangile repose une responsabilité solennelle qu’ils négligent étrangement… Or il est absolument nécessaire d’instruire le peuple de Dieu de ses obligations et ses devoirs, tout particulièrement en ce qui concerne le paiement de la dîme. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 250. (Le Ministère Evangélique, p. 221) {2SC10: 9.2.1}

            En accord avec cet ordre urgent, nous, les ministres de l’Evangile, les réformateurs, qui devons « rebâtir sur d’anciennes ruines,…relever des fondements antiques et être appelé réparateur de brèches, celui qui restaure les chemins, qui rend le pays habitable, » (Es. 58 : 12) avons le devoir de citer les directives de sœur White contenues dans « Testimonies for the Church » ; et ceux qui ne possèdent pas les écrits de sœur White en bénéficieront d’autant plus : {2SC10: 9.2.2}

            « Les exigences de Dieu doivent être satisfaites en premier lieu. Nous ne faisons pas sa volonté si nous lui consacrons ce qui reste de nos revenus après avoir acheté ce dont nous nous imaginons avoir absolument besoin. Avant de dépenser tout ce que nous gagnons, nous devrions mettre à part et offrir au Seigneur ce qui lui revient. Sous l’ancienne dispensation, une offrande d’actions de grâces brûlait constamment sur l’autel, en signe de dépendance perpétuelle de l’homme à l’égard de Dieu. Si nos affaires prospèrent, c’est parce que le Seigneur nous bénit. Une partie de nos revenus doit être consacrée aux pauvres, et une forte proportion à la cause de Dieu. Dès qu’on aura rendu au Seigneur la part qu’il demande, il sanctifiera et bénira le reste pour notre usage personnel. Mais si nous volons Dieu en retenant ce qui lui appartient, sa malédiction reposera sur l’ensemble de nos biens. » (Vol. 4, p. 477 ; Le Foyer Chrétien, p. 355) {2SC10: 9.2.3}

            « Paul établit une règle pour les dons à cause de Dieu, et nous en indique les conséquences à la fois pour nous-mêmes et pour Dieu. ‘Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu peut vous combler de toutes sortes de grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre… Celui qui Fournit de la semence au semeur, et du pain pour sa nourriture, vous fournira et vous multipliera la semence, et il augmentera les fruits de votre justice. Vous serez de la sorte enrichis à tous égards pour toute espèce de libéralités qui, par notre moyen, feront offrir à Dieu des actions de grâces.’ » (Vol. 5, p. 735 ; Conseils à l’Eglise, p. 223) {2SC10: 9.2.4}

            « La dîme devait être consacrée exclusivement à la tribu de Lévi, qui avait été mise à part pour s’occuper du service du sanctuaire. Mais la dîme ne constituait nullement la totalité des contributions destinées à des buts religieux. Le tabernacle, comme plus tard le temple, fut entièrement construit par des offrandes volontaires. En outre, en prévision des réparations nécessaires, ainsi que pour d’autres dépenses, Moïse exigea qu’à l’occasion

9


 de tout recensement chacun donnât un demi-sicle pour le service du tabernacle. Au temps de Néhémie, l’Israélite faisait chaque année une offrande dans ce but. Les offrandes pour le péché et les offrandes d’actions de grâces qui, aux fêtes annuelles, étaient très nombreuses, revenaient partiellement aux Lévites. A part cela, il avait été largement pourvu au soin des pauvres. »–« Patriarchs and Prophets, » p. 526 (Patriarches et Prophètes, p. 512). {2SC10: 9.2.5}

            « Les contributions exigées des Hébreux pour des buts religieux et charitables s’élevaient donc pour le moins à un quart de leur revenu. On serait tenté de croire qu’une charge aussi lourde aurait dû les réduire à la pauvreté. Bien au contraire, la fidèle observation de ces libéralités était une condition de leur prospérité. Voici la promesse de Dieu pour ceux qui lui obéissaient : ‘Je détournerai de vous le fléau dévastateur ; il ne détruira plus les fruits de votre sol, et vos vignes ne seront plus stériles dans vos campagnes…. Toutes les nations vous diront heureux ; car vous serez un pays de délices, dit l’Éternel des armées.’ »–Idem, p 527 (Idem p. 513) {2SC10: 10.1.1}

            « Dieu a révélé à son peuple un plan qui permet de recueillir les fonds suffisants pour les besoins de son œuvre. Ce plan qui est celui de la dîme, est magnifique de simplicité et d’équité. Chacun peut le suivre avec foi et courage, car il est d’origine divine. En lui s’allient la simplicité et l’utilité, et il n’est pas nécessaire de faire de longues études pour le comprendre et l’exécuter. Tous peuvent se rendre compte qu’il leur est possible de contribuer au succès de l’œuvre précieuse du salut. Tout homme, toute femme, tout adolescent peut amasser de l’argent pour la cause du Seigneur. L’apôtre dit : ‘Que chacun de vous… mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité.’ {2SC10: 10.1.2}

            Des buts importants peuvent être atteints grâce à ce système. Si nous l’acceptions tous, chacun deviendrait un vigilant et fidèle intendant du Seigneur, et il n’y aurait pas de problème financier dans la grande œuvre qui consiste à faire retentir dans le monde le message d’avertissement. Si chaque membre de l’Eglise adoptait ce système, le trésor serait plein et personne ne serait appauvri. Cet investissement de nos biens nous unirait davantage à la cause de la vérité présente. Nous amasserions ainsi ‘pour l’avenir un trésor placé sur un fondement solide, afin de saisir la vie véritable’. »–« Vol. 3, pp. 388, 389 (Conseils à l’Eglise, p. 220). {2SC10: 10.1.3}

 « Le plan de générosité systématique a été négligé dans les églises qui de fait sont financièrement devenu pauvres et se sont apostasié. »–Vol. 3, p. 409. .  {2SC10: 10.1.4}

« Chaque fois que le peuple de Dieu, à quelque période que ce soit de l’histoire du monde, a joyeusement et volontiers appliqué ce plan de générosité  dans les dons et les offrandes, il a bénéficié de la promesse selon laquelle ses travaux seront couronnés par la prospérité, dans la mesure même de son obéissance. Lorsque les chrétiens ont ainsi reconnu les exigences de Dieu et s’y sont soumis, leurs greniers ont été abondamment remplis. Mais lorsqu’ils ont dérobé Dieu dans les dîmes et les offrandes, ils ont été amenés à constater qu’ils s’étaient aussi frustrés dans la même proportion, car Dieu limitait ses bénédictions dans la mesure où ils limitaient leurs dons. »–Vol. 3, p. 395 (Conseils à l’Eglise, p. 222). {2SC10: 10.1.5}

« Le plan de générosité vous semble inutile ; vous oubliez qu’il vient de Dieu dont la sagesse est parfaite. Il a conçu ce plan pour prévenir de la confusion, pour condamner la convoitise, la cupidité, l’égoïsme et l’idolâtrie. Ce système devait équilibrer la charge supportée par tout à chacun. Le salut de l’homme a coûté un prix certain : la vie du Seigneur de gloire, volontairement donnée pour préserver l’homme de la déchéance et l’élevé au statut d’héritier du monde. Dieu a ainsi prévu que l’homme aiderait son prochain dans l’accomplissement de cette grande œuvre de la rédemption. »–Vol. 1, p. 545. {2SC10: 10.2.1}

« Tant que nous ne mettrons pas tous à exécution le plan de générosité systématique, nous ne pourrons jamais respecter cette ordonnance apostolique. Les hommes qui prêchent la parole et les doctrines devraient être des hommes de discrimination. » Vol. 3, p. 411. {2SC10: 10.2.2}

« Les pauvres, en suivant la règle de l’apôtre de mettre de côté une petite somme chaque semaine, aident à grossir le trésor, et leurs dons sont tout à fait acceptables à Dieu en ce que leurs sacrifices sont aussi grands, sinon plus, que ceux de leurs frères plus riches. Le plan de générosité systématique s’avérera une sauvegarde pour chaque famille contre la tentation de dépenser pour des futilités, et surtout, il s’avèrera une bénédiction pour les riches en les gardant de s’adonner à l’excentricité. »–Vol. 3, p. 412. (Conseils à l’Eglise, p. 223) {2SC10: 10.2.3}

                « En tant qu’adventistes nous devons prendre sérieusement à cœur cette question [des vœux]. Il y en a peu qui se sentent repris dans leurs consciences, s’ils ont négligé leur devoir à ce sujet, et qui éprouvent le remords de dérober Dieu chaque jour…. Toutefois, il en est beaucoup qui négligent leurs vœux et ne s’acquittent pas de leurs engagements sans en être troublés le moins du monde. Combien peu se sentent coupables d’avoir manqué à leur devoir ! Il faut que nous soyons à cet égard plus profondément convaincus. Notre conscience doit être réveillée sur ce point. Au dernier jour, il faudra rendre des comptes au Seigneur, car il a des droits sur nous. »–Vol. 4, p. 468 (Conseils à l’Econome, p. 332) {2SC10: 10.2.4}

                « De tous nos revenus nous devrions d’abord prélever la part qui revient à Dieu. Dans le système de bienfaisance en usage chez les Israélites, ceux-ci devaient offrir

10

 

à Dieu les prémices de tous les biens reçus, soit de l’accroissement de leurs troupeaux, soit des produits de leurs champs, de leurs vergers ou de leurs vignes, à moins de racheter ces prémices en offrant une somme correspondante. Comme les choses ont changé de nos jours ! Les exigences du Seigneur, quand on leur donne encore quelque attention, sont reléguées à l’arrière-plan…. (Conseils à l’Econome, p. 68) Nombreux sont les Chrétiens qui se séparent de leurs bien avec la plus grande réticence. Beaucoup ne donnent pas même un vingtième de leur revenu à Dieu, et plus encore donnent encore moins. Une large partie dérobe Dieu des petites dîmes et d’autres ne donnent que la dîme. Si les dîmes de chacun affluaient dans les greniers du Seigneur comme ce devrait être le cas, dons et offrandes sacrés seraient tellement bénis qu’ils seraient multipliés par dix. Le canal entre Dieu et l’homme resterait alors ouvert. »–Idem, p. 474. {2SC10: 10.2.5}

            «Rien, si ce n’est une parfaite incapacité de paiement, ne peut exempter quelqu’un de s’acquitter promptement de ses obligations envers le Seigneur. Le manque d’intérêt pour ces choses montre vous demeurez dans l’aveuglement et la mauvaise foi… Que chacun examine sa vie passée, afin de se rendre compte s’il n’a pas négligé de s’acquitter de quelque vœu. Dans ce cas, qu’il fasse tous ses efforts pour payer jusqu’au ‘quart de sou’; car nous devons tous comparaître devant un tribunal où, seules, l’intégrité et la vérité nous permettront de subsister. »–Idem, p. 476 (Conseils à l’Econome, p. 324) {2SC10: 11.1.1}

            « Aujourd’hui, Dieu ne demande pas moins, il exige plus encore que jamais au cours de l’histoire. Le principe établit par le Christ, c’est que les dons et les offrandes devraient être en proportion de la lumière et des bénédictions reçues. ‘On demandera beaucoup à qui l’on a beaucoup donné.’»–Vol. 3, p 392 (Conseils à l’Eglise, p. 221) {2SC10: 11.1.2}

            « Des offrandes pour le péché et des sacrifices d’actions de grâces étaient aussi demandés et s’ajoutaient à la dîme… (Conseils à l’Eglise, p. 222) Une promesse est contenue dans ce texte : si les dîmes sont apportées à la maison du trésor, la bénédiction de Dieu se répandra sur celui qui obéit… (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 430) Pas moins du tiers des revenus était ainsi consacré à des buts religieux. (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 431) »–Vol. 3, p. 394, 395. {2SC10: 11.1.3}

            « Lorsque nous disons que les Juifs consacraient la dîme à des buts religieux, nous n’avons pas tout dit. Dieu avait des droits sur tout, et sur presque chaque objet il fallait lui donner quelque chose en retour de ses bienfaits. Les Israélites devaient racheter leurs premiers-nés, offrir les premiers-nés de leur bétail et les prémices de leurs moissons. Il fallait laisser aux indigents les extrémités des champs à moissonner… Puis il y avait les sacrifices extraordinaires, les sacrifices expiatoires, les sacrifices pour le péché et la remise de toutes les dettes chaque septième année. Il y avait aussi de nombreuses dépenses pour exercer l’hospitalité et faire des dons aux pauvres, ainsi que des répartitions d’impôts sur les propriétés. »–Vol. 4, p. 467 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 628) {2SC10: 11.1.4}

            « Un petit nombre seulement se croit lié par ce que Dieu exige de lui, à savoir que le premier devoir est de subvenir aux besoins de sa cause ; ensuite seulement on peut penser à soi. Peu nombreux sont les chrétiens qui donnent au Seigneur selon leurs moyens. »–Vol. 3, p. 398 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 434). .  {2SC10: 11.2.1}

            « Le ciel retire ses bénédictions partout où les intérêts égoïstes se manifestent ; mais il comble son peuple de ses bienfaits, si ce dernier les fait contribuer au relèvement de l’humanité. Si de tout notre cœur nous acceptons le principe divin de la bienveillance, si nous consentons à obéir en toutes choses aux directions du Saint-Esprit, nous suivrons la trace des apôtres. »–Vol. 7, p. 146 (Témoignages pour l’Eglise, Vol.3, p. 170). .  {2SC10: 11.2.2}

            « Un flot de lumière jaillit de la Parole, et il ne faut négliger aucune occasion d’en bénéficier. Lorsque tous rendrons au Seigneur ce qui lui revient ; les dîmes et les offrandes, le chemin sera ouvert pour que le monde entende le message pour notre époque. Si le cœur des enfants de Dieu débordait d’amour pour le Christ, si chaque membre d’église était animé de l’esprit de sacrifice, si tous manifestaient une grande sincérité, on ne manquerait pas de fond pour l’œuvre dans notre pays et dans les missions étrangères. Nos ressources se multiplieraient ; des milliers de portes s’ouvriraient à l’Evangile. Si les Adventistes s’étaient conformés aux dessins de Dieu en proclamant au monde le message de miséricorde, le Christ serait déjà revenu, et les saints fouleraient la cité céleste. »–Vol. 6, p. 450 (Conseils à l’Eglise, p. 221). .  {2SC10: 11.2.3}

            « Tout est prêt, mais visiblement l’église marche sur un terrain enchanté. Lorsque chacun se réveillera et viendra déposer aux pieds de Jésus, prières, biens, énergies et ressources, la cause de la vérité triomphera. Les anges s’étonnent que les Chrétiens accomplissent si peu quand Jésus est venu leur donner un tel exemple. Même la mort, une mort honteuse, Il ne s’y est pas soustrait. »–Vol. 4, p. 475. .  {2SC10: 11.2.4}

            « Il est temps pour nous de suivre les enseignements de la parole de Dieu. Tous Ses commandements sont pour notre bien, ils justifient l’âme qui péchait. Tout convertit à la vérité devrait être au fait des exigences Divine concernant les dîmes et les offrandes…. Les véritables convertis sont appelés à accomplir une œuvre qui demande de l’argent et de la consécration. Notre engagement personnel a inscrit nos noms dans les registres d’église et pour cette raison, nous avons le devoir d’œuvrer pour Dieu au maximum de nos capacités. Le Seigneur réclame une entière consécration, une dévotion complète du cœur, de l’âme, de l’esprit, des forces…. Cela

11

 

est valable autant pour les choses temporelles que pour les choses spirituelles. Le Seigneur ne vient pas dans ce monde avec or et argent pour faire avancer Son œuvre. Il fournit aux hommes des ressources qu’ils convertissent en dons et offrandes pour l’avancement Son œuvre. Les dons divins devraient par-dessus tout servir au support des ouvriers qui sont à l’œuvre dans le vaste champ de la moisson. Si les hommes comme les femmes deviennent des sources de bénédictions pour les autres, Dieu s’assurera que ces sources soient entretenues. Rendre à Dieu ce qui Lui appartient ne rend pas pauvre ; garder ses biens, voilà ce qui favorise la pauvreté. »–Vol. 6, p. 447, 449. .  {2SC10: 11.2.5}

            « Certains ont éprouvé du mécontentement et ont dit : ‘Je ne donnerai plus la dîme, car je n’ai pas confiance dans la manière dont les choses sont administrées dans notre œuvre.’ Mais voulez-vous frustrer Dieu du fait que vous n’approuvez pas la façon dont l’œuvre est administrée ? Adressez vos réclamations à qui de droit, clairement, ouvertement, et dans un bon esprit. Envoyez des pétitions ; demandez que les choses soient régularisées et mises en ordre ; mais ne retenez pas ce qui doit aller à l’œuvre de Dieu ; ne soyez pas infidèles parce que d’autres le sont. »–Vol. 9, p. 249 (Conseils à l’Econome, p. 98). {2SC10: 12.1.1}

            « Encore quelques années et la grâce touchera à son terme. Le grand jour de l’Eternel est proche. Déployons maintenant tous les efforts pour réveiller notre peuple. Que les paroles de l’Eternel par la bouche du prophète Malachie parviennent à chaque foyer. »–Vol. 6, p. 446. {2SC10: 12.1.2}

            « De fréquentes et ardentes prières ne sauraient être acceptées de Dieu à la place de nos dîmes. La prière ne remplace pas le paiement de nos dettes envers Dieu »–« Messages to Young People, » p. 248 (Messages à la Jeunesse, p. 246). {2SC10: 12.1.3}

12



[IMAGE COUVERTURE]

1

LE MONT CARMEL EN GRAND BESOIN

—————–

            L’eau et les locaux du Mont Carmel sont en mauvaises conditions, pourtant le nombre d’habitants ne cesse d’augmenter. Cela est devenu notre principal souci et nous voudrions le partager avec tous les croyants de la Vérité Présente afin que chacun en fasse un sujet de prière. Pour le bien de toutes les personnes concernées, nous agissons pour sortir de cette situation indésirable. {2SC11: 2.1.1}

Nous avons presque achevé la construction d’un bâtiment comptant dix chambres ce qui libérera de l’espace pendant quelque temps. Notre problème d’eau demeure même si nous installons un puits artésien non loin de la cuisine. D’autres problèmes loin d’être résolus font que nous sommes encore obligé d’aller chercher l’eau à environ dix kilomètres d’ici. {2SC11: 2.1.2}

Ainsi, nous avons déjà creusé à plus de deux cent pieds vers la nappe d’eau mais nous avons dû nous arrêter par manque de moyens. {2SC11: 2.1.3}

Il est probable que nous soyons obligé de creuser jusqu’à 1000 voire 1500 pieds afin d’avoir un puits capable de couvrir tous les besoin du Mont Carmel. Nous avons donc entrepris de construire un petit barrage au bout d’un des ravins, à environ un kilomètre des habitations. Si cela fonctionne, nous disposerons de suffisamment d’eau pour l’irrigation et pour couvrir les besoins de toutes les autres habitations. Seule l’eau potable ne sera pas disponible à moins de procéder à son assainissement. Par conséquent, même si le barrage pourrait être une solution, il nous faudrait quand même creuser un puits ou construire une centrale d’assainissement. {2SC11: 2.1.4}

Les puisatiers facturent 2$ le pied, revêtement inclus. Il nous faudrait une bonne pompe et une citerne pour environ 1000$ et même si l’on peut se charger nous-même de la plomberie, il nous faudrait acheter le reste du matériel. Toutefois cela nous conviendrait parfaitement si l’on pouvait pomper à la main en attendant d’avoir la pompe et la citerne. {2SC11: 2.1.5}

Comme le barrage se trouve à environ un kilomètre, le coût de l’acheminement de l’eau jusqu’au camp s’élèverait à environ six mille dollars sans compter le coût de construction du barrage qui est de peu inférieur à celui du puits. Nous pouvons réaliser nous-même les travaux pour le barrage, de plus une majeure partie des matériaux se trouve déjà sur la propriété mais le coût avoisinerait tout de même les 200$.{2SC11: 2.1.6}

Nous avons récolté quelques fonds pour la construction du puits, mais juste assez pour creuser jusqu’à seulement cent pieds. Toutefois, cela ne nous décourage pas car nous pensons aux Enfants d’Israël qui nous rappellent qu’il est dangereux de murmurer. Dieu nous à mener jusqu’à cet endroit du « désert, » Il a pourvu à tous nos besoins et Il est capable de mener sans encombre jusqu’à la Terre Promise. {2SC11: 2.2.1}

Nous demandons sincèrement à tous les croyants de la Vérité Présente de prier comme jamais afin que nous continuions à mettre notre confiance en Dieu. Que personne, que ce soit au Mont Carmel ou dans le champ de la « moisson, » ne reste inactif, espérant profiter du résultat final pendant que les autres déploient toute leur énergie. Au contraire, que d’un seul corps, nous mettions tous la main à la pâte dans la construction du « camp ; « assiégeons » la ville et qu’à l’instar des murs de Jéricho, les murs des préjugés, du sectarisme et de l’indifférence, s’effondrent. Et « Il posera la pierre principale au milieu des acclamations : Grâce, à grâce pour elle ! » (Za. 4 : 7.) {2SC11: 2.2.2}

———————————-0———————————-

THEME DE LA SEMAINE DE PRIERE

19 au 26 DEC.

———-

« Prenez Garde De Tomber »

———-

            « Et toi, fils de l’homme, écoute ce que je vais te dire ! Ne sois pas rebelle, comme cette famille de rebelles ! Ouvre ta bouche, et mange ce que je te donnerai ! » (Ez. 2 : 8) {2SC11: 2.2.3}

Avec une patience et une miséricorde sans limite, Dieu supporte depuis quatre-vingt-dix longues années l’Israël d’aujourd’hui, dans son inflexible rébellion contre les Témoignages de Son Esprit. Son constant refus de prendre garde aux avertissements et aux réprimandes répétées ont finir par provoquer la colère divine et Dieu le condamne ainsi en le déclarant être « une famille de rebelles. » {2SC11: 2.2.4}

Cependant, par amour pour les élus qui n’ont pas fléchi le genou devant Baal, le Dieu miséricordieux ne s’est pas détourné. Pour ne pas tomber eux-aussi définitivement dans l’abîme, ils feraient mieux de prendre garde aux clairs échos de cet avertissement solennel : « Et toi, fils de l’homme, écoute ce que je vais te dire ! Ne sois pas rebelle, comme cette famille de rebelles. » Ils devraient dans le même temps se saisir de cette échappatoire offerte par la grâce divine face à la maladie fatale de la rébellion, ces paroles porteuses de vies : « Ouvre ta bouche, et mange ce que je te donnerai » et « pais ton peuple avec ta houlette. » (Ez. 2 : 8 ; Mi. 7 : 14.) .)  {2SC11: 2.2.5}

2

Cela fait maintenant sept ans que Dieu nous a ordonné par la « Verge » de manger le « lait et le miel » en abondance, c’est-à-dire la vérité (nourriture spirituelle) dont l’expansion est plus grande que l’ensemble des vérités détenues jusqu’ici par l’église. Se posent aujourd’hui à tout croyant de la Vérité Présente ces solennelles questions : « Est-ce que je rejette le mal et choisi le bien ? Est-ce que je marche fidèlement dans la glorieuse lumière ? Ou, suis-je « rebelle comme cette famille de rebelles ? » {2SC11: 3.1.1}

Qui peut se tenir, dans la crainte du juste, devant le Grand Juge, le Fort d’Israël ? N’a-t-il pas dit, « Ecoute ce que je vais te dire, » « Entendez la verge et celui qui l’envoie ! » Que ferez-vous lorsqu’on vous dira, « Rends compte de ton administration ? » Frères et sœurs, quelle sera votre excuse pour le temps gaspillé et les occasions perdues ? Pour les tâches et les devoirs refusés ? Pour les pratiques honteuses et les habitudes entretenues ? Pour les réformes ignorées et les rapports malsains tolérés ? {2SC11: 3.1.2}

« C’est un sujet,…. qui mérite la prière et une sincère réflexion. Examinez votre cœur à la lumière de l’éternité. Que rien ne soit dissimulé. Sondez, oh ! Sondez, comme si votre vie en dépendait et condamnez-vous vous-même. Passez votre vie en jugement et par la foi, réclamez-vous du sang purificateur de Christ afin qu’il efface toute tache de votre caractère. Ne vous flattez pas et ne vous trouvez pas d’excuse. Soyez franc avec vous-même et lorsque vous verrez le pécheur que vous êtes, tombez tout brisé aux pieds de la croix. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 81. {2SC11: 3.1.3}

« Veille d’abord sur toi-même, et puis sur ton enseignement. Ne laisse pas le péché endurcir ton cœur. Examine soigneusement ta conduite, tes habitudes. Confronte-les avec la Parole de Dieu, et arrache de ta vie toute habitude de péché entretenue jusque-là. »–« Gospel Workers, » p. 105 (Le Ministère Evangélique, p. 100). {2SC11: 3.1.4}

« Demandez-vous chaque jour : ‘Suis-je sain jusqu’au fond de l’âme, ou ai-je le cœur faux ?’ Suppliez le Seigneur de vous épargner toute illusion sur ce point. Des intérêts éternels sont en jeu. Alors que tant d’autres courent après les honneurs ou sont avides de gain, cherchez-vous ardemment, mes frères bien-aimés, à vous assurer l’amour de Dieu, et vous dites-vous : ‘Qui m’enseignera comment affermir mon appel et mon élection ?’ »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 97 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 25). {2SC11: 3.1.5}

« Soyez décidés à connaître votre cas, si désespéré soit-il. Soyez assurés de votre héritage éternel. Soyez francs avec vous-mêmes. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 163 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 60) {2SC11: 3.1.6}

« Dans le jeûne et dans la prière, entrez dans une profonde introspection, faites un strict examen de vous-même et mettez votre âme à nue. Que rien n’échappe à votre autocritique. Puis, quand votre moi sera anéanti et que vous aurez caché votre vie en Dieu au moyen de Christ, formulez vos humbles requêtes…{2SC11: 3.1.7}

Oh, il est essentiel que la confiance dans les petites choses soit ce qui nous caractérise. Qu’une authentique intégrité accompagne chacune de nos actions et puissions-nous ne pas oublier que les anges de Dieu prennent note de toute chose ! »–« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 158. {2SC11: 3.2.1}

Frères et sœurs, quel est l’état de votre âme ? Prenez un moment et examinez-vous afin de savoir si vous avez religieusement mis en pratique toutes les paroles que la Verge a prononcées dans « Le Code Symbolique » et les autres littératures de la Vérité Présente. Que répondez-vous ? Pouvez-vous vous réjouir d’avoir laissé la viande, le fromage, les cornichons, les bonbons et les pâtisseries riches en sucres ? Avez-vous cessé de défier la nature par les excès de table et le grignotage ? Avez-vous cessé de manger vite et en trop grande quantité ? De mélanger les fruits et les légumes, ignorant les mauvaises combinaisons ? {2SC11: 3.2.2}

Insultez-vous encore Dieu en Lui demandant de bénir la table sur laquelle se trouvent l’éternelle et nuisible poivrière, la moutarde, les épices et le vinaigre ? Vous rendez-vous encore coupable de consommer alcool, tabac, café, thé, cacao, chocolat ou autres sodas ? {2SC11: 3.2.3}

Frères, vous êtes-vous débarrassé de la vaine et inutile broche, de la cravate audacieuse ? Des chaussettes non tirées, de la prétentieuse chemise de soie ? Sœurs, avez-vous choisi d’écouter ou d’ignorer les instructions des Apôtres quant au port du voile pendant les prières et les services religieux ? Avez-vous relevé les encolures, allongé les manches et abaissé les jupons de vos robes ? Vous êtes-vous défait des ornements clinquants, des voiles, des chaînes, des bracelets, des montres luxueuses, des écharpes, des bonnets, des serre-tête, des anneaux, des vêtements précieux, des réticules, des chaussures à talons hauts, des bas de soie, du verni à ongle, du fard à joue, du rouge à lèvres, du mascara, du parfum, etc. ? Au lieu d’apporter la beauté naturelle du paon, toutes ces choses donnent l’apparence grotesque d’un clown anesthésié ! {2SC11: 3.2.4}

Pères, n’avez-vous pas changé vos caractères rétrogrades vis-à-vis de vos enfants, les négligeant ou les corrigeant injustement ? Accomplissez-vous fidèlement vos devoirs de mari, de père et de chef de famille ? Etes-vous toujours un habitué des pratiques corrompues Laodicéennes ? {2SC11: 3.2.5}

                Mère, tolérez-vous encore les caprices, les humeurs et les demandes égoïstes de vos enfants ? Etes-vous capables de modérer et discipliner leurs envies, leurs habitudes, leurs actions, leurs paroles et leurs idées ? Sanctionnez-vous leurs écarts de conduite et leurs mauvaises actions ou  est-ce que vous excusez et défendez leur conduite en leur présence ? Perdez-vous votre sang froid, leur tombant dessus en hurlant, les frappant et les malmenant quand enfin vous vous décidez à

3

sévir ? {2SC11: 3.2.6}

Et pour nous tous, quand est-il des nombreuses instructions données mois après mois dans le Code sur le brossage des dents, l’entretien de la brosse à dents, les cheveux hirsutes, les ongles sales ; l’inutilité de dormir à deux dans un lit, l’absence de bas et la coupe au carré ? {2SC11: 4.1.1}

Que chacun examine ses paroles, ses actes et ses œuvres de peur qu’il ne soit trop tard et que vous ne soyez surpris à prostituer votre temps et votre intelligence au rire, à la plaisanterie, à la frivolité, aux discussions vaines et idiotes et aux discours malsains. {2SC11: 4.1.2}

Demandez-vous ensuite si vous recherchez égoïstement vos propres intérêts, tandis que la vérité manque de mains d’œuvre et de moyens ? {2SC11: 4.1.3}

Vos pensées, votre énergie et vos ressources sont-elles consacrées à l’achat d’une maison, d’une voiture, d’une radio, de meubles, de beaux habits, au luxe et autres extravagances ? Tandis que vous laissez «  l’œuvre finale en faveur de l’église » peiner, faisant du mieux qu’elle peut ? {2SC11: 4.1.4}

Etes-vous de ceux qui aimant le plaisir, servent le prince de ce monde en dilapidant l’argent et la dîme du Seigneur dans les films, les discothèques, le bowling, les soirées récréatives, les piqueniques, les revues douteuses, les mots-croisés et les puzzles, les bandes dessinées, etc. ? {2SC11: 4.1.5}

La pratique des activités extérieures telles que la pêche, la chasse, le golf, le skate, le tennis, le base-ball et le basket-ball ne font-elles pas de vous une personne aimant le plaisir et non Dieu ? {2SC11: 4.1.6}

Frères et sœurs, êtes-vous de ces personnes mécontentes qui, comprenant mal ce qu’est le sens du devoir, restent assises chez elles et consacrent leur temps et leur énergie à écrire de piètres et impertinentes lettres de réclamation à l’encontre de ceux qui supportent l’œuvre ? {2SC11: 4.1.7}

Votre esprit est-il fermé ou ouvert au sujet de la réforme vestimentaire, de la réforme sanitaire, de la réforme du Sabbat ou quelconque réforme ? {2SC11: 4.1.8}

Etes-vous à fleur de peau, vous offusquant de la moindre chose, réagissant dès que l’on vous froisse ou laissant libre cours à un tempérament abusif et immoral ? {2SC11: 4.1.9}

Ou, êtes-vous de ces rares individus que rien ne peut atteindre, qui suivent le Seigneur fidèlement, avec enthousiasme et dans un esprit de service joyeux et désintéressé ? {2SC11: 4.1.10}

Que de questions graves et critiques ! Ou vous situez-vous frères et sœurs ? Etes-vous fidèle, dévoué, loyal au Seigneur ou alors rebelle à Sa Parole ? {2SC11: 4.1.11}

« Dans une vie partagée, vous trouverez le doute et les ténèbres. Vous ne jouirez ni des consolations de la religion ni de la paix que le monde donne. Vous ne pouvez vous contenter d’en faire le moins possible, comme vous le conseille Satan. Il faut vous lever et chercher à atteindre le but élevé qui vous est proposé. Il fait bon de tout laisser pour suivre le Christ. Ne regardez pas les autres pour les imiter et vous tenir à leur niveau. Vous n’avez qu’un modèle, qui ne vous laissera jamais errer. Si vous suivez Jésus seul, vous serez en sécurité. Soyez décidés à laisser les autres vivre dans l’inertie spirituelle s’ils le veulent, mais cherchez vous-mêmes à atteindre la hauteur d’un caractère chrétien. Formez-vous un caractère pour le ciel. Ne vous endormez pas à votre poste de combat. Occupez-vous fidèlement du salut de votre âme. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 241 (Conseils à l’Eglise, p. 280). {2SC11: 4.1.12}

« Soyez francs avec vous-même et sondez. Peu sont ceux qui, après s’être examiné scrupuleusement, sont capables de regarder au Ciel et dire, ‘Je ne suis pas de ceux que l’on a décrit ! Je n’aime pas le plaisir plus que Dieu !’ Peu sont capables de dire, ‘Je suis mort au monde et je vis désormais par la foi dans le Fils de Dieu ! Ma vie est cachée avec Christ en Dieu et j’apparaîtrai de même avec Lui dans la gloire.’ »–« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 145. .  {2SC11: 4.2.1}

« Comment supporter l’idée que la plupart des jeunes d’aujourd’hui passeront à côté de la vie éternelle ! Oh, que la music puisse s’arrêter et qu’ils cessent de gaspiller du temps précieux à satisfaire leurs envies.  Qu’ils consacrent moins de temps à la mode et aux vaines conversations, et qu’ils fassent plutôt monter vers Dieu des supplications sincères afin qu’Il leur donne la sagesse nécessaire. Nous avons grand besoin de nous examiner à la lumière de la Parole de Dieu. Que chacun s’interroge en disant, ‘Suis-je droit ou mon cœur est-il corrompu ? Suis-je renouvelé en Christ, ou ai-je le cœur charnel, exhibant à l’extérieur un habit neuf ?’ Arrêtons-nous car c’est l’heure des comptes. Cherchons à la lumière divine si nous entretenons en secret un quelconque péché, si nous dissimulons une quelconque idole non sacrifiée. Prions, oui, prions comme jamais auparavant afin de ne pas nous laissé duper par Satan et ses pièges. Ne cédons pas à un esprit de négligence, de vanité, assistant aux services religieux pour nous donner bonne conscience. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 144. .  {2SC11: 4.2.2}

Que personne n’aille croire que seuls les jeunes sont exposés aux dangers évoqués ici. Entendez la parole du prophète Esaïe : « Et c’est un peuple pillé et dépouillé ! On les a tous enchaînés dans des cavernes, plongés dans des cachots. » (Es. 42 : 22.) .  {2SC11: 4.2.3}

————————-0————————-

EXPRESSION D’UNE SAINTE JOIE

————————–

DEUX SUR LE DEPART ET QUATRE SURSIS

Chère sœur…………………… :

J’ai bien reçu les livres et les récépissés et je te remercie pour ta

4

rapidité. Notre petite communauté a été dans l’épreuve mais tous ceux qui ont étudié la Verge scrupuleusement restent fermes. .  {2SC11: 4.2.4}

Le 9 Août, le président de la conférence est venu ; il a radié deux membres et placé quatre autres en période probatoire de trente jours. {2SC11: 5.1.1}

Combien de communautés de la Verge existe-il dans l’Indiana ? Pouvez-vous, s’il vous plaît, me dire où elles sont et me donner les noms de leurs dirigeants ? {2SC11: 5.1.2}

———————–

BLANC QUAND C’EST NOIR, NOIR QUAND C’EST BLANC !

            L’un de nos frères n’avait jamais cru en l’Esprit de Prophétie jusqu’à ce qu’il lise la Verge. Il fut accepté dans l’église dix années durant, sachant qu’il refusait de croire aux Témoignages. Puis il fut chassé aussitôt qu’il se mit à y croire ! {2SC11: 5.1.3}

Priez pour notre communauté car certains des nouveaux convertis endurent de sérieuses épreuves. {2SC11: 5.1.4}

Votre frère ouvrier,

(Signature)  J.R. VORIES.

————-

LE TEMPS ET LA VERITE PREDOMINENT

Cher frère Houteff et les autres :

Rappelez-vous dans ma dernière lettre que je vous avais posé environ vingt-cinq questions alors que je tentais de savoir si votre message était la vérité. Après un long moment, vous avez finalement répondu à mes trois premières questions, me montrant dans vos réponses que je pouvais moi-même répondre ensuite aux autres questions. Toutefois, en lisant « Le Code Symbolique, » beaucoup de mes questions ont depuis reçut leur réponse….{2SC11: 5.1.5}

L’année dernière, j’étais avec frère et sœur Lewis E. Tabor qui possédaient un exemplaire de « La Verge du Berger » et je pu lire les volumes. Je me suis souvenu de leur contenu avec lequel j’étais en grande partie d’accord. Le reste était resté pour moi incompris mais je ne le rejetais pas pour autant. J’ai remarqué que vous respectiez scrupuleusement les écrits de sœur White bien plus que ne le fait la dénomination en général. {2SC11: 5.1.6}

Concernant votre réponse dans le dernier numéro au sujet du « livre » et des « sept sceaux » d’Apocalypse Cinq, je n’ai jamais cru que ce livre représentait le livre de Daniel. Je l’ignorais jusqu’à ce que je lise le « Code. » Je pense aujourd’hui que vous avez raison car l’Esprit de Prophétie s’accorde avec vos déclarations. La dénomination est en contradiction avec l’Esprit de Prophétie sur d’autres sujets mais je m’abstiendrai d’en parler ici pour gagner du temps et de la place. {2SC11: 5.1.7}

Je suis aujourd’hui convaincu que ni les frères de la Conférence Générale, si aucunes divisions des conférences locales, ne vous ont jugé équitablement, ni prouvé que vos écrits étaient dans l’erreur. Et je crois que viendra le temps où ils accepteront ces derniers comme une véritable doctrine. Vous savez que tout message de vérité a été rejeté à ses débuts puis finalement accepté. Je prie quotidiennement pour vous et vos collaborateurs. {2SC11: 5.1.8}

J’ai du mal à croire qu’un Ancien Adventiste ait pu avoir de tels propos à votre sujet lors de Conférence Générale tenue à San Francisco, vous impliquant dans l’incendie de Dover Apartment. Cet ancien devrait venir vous présenter des excuses même si je crains qu’il ne le fasse jamais. Seul un vrai Chrétien saurait reconnaître son erreur, et fut-il une personne honnête, il ne vous aurait jamais accusé. J’espère qu’il saura reconnaître son erreur. {2SC11: 5.2.1}

(Signature) EMIL A. POLZIN

Albany, Ga.

—————

LES FESTINS DE BABYLONE ET LES COUTUMES DES PAIENS JETES AUX TAUPES ET AUX CHAUVES-SOURIS

Ce message me gagne de jour en jour. Avant, je portais la coupe au carré, je mangeais de la viande, du poulet, du poisson, du chocolat ; je portais les manches courtes et l’œuvre du Seigneur ne m’enthousiasmait guerre. Cependant, je savais que quelque chose me manquait à moi et à notre église. J’ai donc demandé à Dieu qu’Il nous envoie davantage de lumière pour nous réveiller et assurer notre salut avant qu’il ne soit trop tard. Dieu a répondu et a permis que j’entende cette lumière additionnelle (E.W, Premiers Ecrits, p. 277) qui éclairait la terre de sa gloire. Je remercie Dieu pour ce message et m’efforce de répondre à ses exigences afin de faire peut-être partie des 144 000. Veuillez prier pour moi. {2SC11: 5.2.2}

(Signature) G.C., Ohio

————

UN DES NOMBREUX BEREENS ET FIDELES DISPENSATEURS

Chers frères :

Je n’ai pas cherché conseil auprès des frères dirigeants, et selon le dernier paragraphe de « Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » page 106, j’ai étudié le message par moi-même. Je ne comprends pas pourquoi nos frères dirigeants sont incapables de voir cette merveilleuse lumière sur les Ecritures. {2SC11: 5.2.3}

J’ai lu avec intérêt le tract sur Ezéchiel Neuf, « Les Dernières Nouvelles à l’Attention de Notre Mère, » « l’Avertissement Final, » «  La Moisson, » « Le Paradoxe d’Alerte, » et également « La Verge du Berger, » Vol. 1. J’ai été convaincu de la vérité que contiennent ces littératures et j’envoie ma dîme au Mont Carmel pour l’avancement de cette Vérité Présente. {2SC11: 5.2.4}

Que le Seigneur nous aide à demeurer fidèle jusqu’à la fin, c’est là ma prière. {2SC11: 5.2.5}

(Signature) L.S.

——————-

« REPRENDS LE SAGE, ET IL T’AIMERA »

Nous étudions le « message » depuis un moment et nous croyons que c’est un message de vérité, mais je crains beaucoup que ceux qui y croient et qui l’enseignent reproduisent les actions

5

de ceux qui crurent au message de 1844.  Ils encensent le moi de telle sorte qu’à la fin de l’étude, tout ce qu’ils ont en tête c’est l’attitude des personnes. {2SC11: 5.2.6}

Cela me désole quand je vois cet esprit se manifester chez des personnes qui sont tout à fait capables d’enseigner. Elles connaissent le message de manière théorique mais réduise son pouvoir en se portant sur le moi plutôt que sur Christ. {2SC11: 6.1.1}

Aujourd’hui, je ressens le besoin d’aller parler aux autres de ce que Dieu m’a envoyé dans sa miséricorde et je prie pour qu’Il m’aide à mettre le moi de côté. {2SC11: 6.1.2}

Je peux peut-être me tromper dans ma façon de présenter le message mais je sens que laisser les gens faire leur propre examen vaut bien mieux que de les forcer à y adhérer sous la menace d’Ezéchiel Neuf. {2SC11: 6.1.3}

(Signature) …………….., Géorgie

Certains enseignants de la Vérité Présente ne peuvent s’empêcher d’enseigner en manipulant un objet quelconque, ou en faisant je ne sais quel geste. Leur auditoire retient son souffle craignant à tout moment que ces mains si souvent levées ne finissent par tomber sur quelqu’un. {2SC11: 6.1.4}

« Celui qui reprend les autres trouve ensuite plus de faveur que celui dont la langue est flatteuse. » (Pr. 28 : 23.) {2SC11: 6.1.5}

—————–

ME VOICI, ENVOIE-MOI

Chers frères :

Je suis un fervent croyant de « La Verge du Berger, » et je compte bien le rester jusqu’à la fin. Je suis si heureux que Dieu ait ouvert mes yeux à la merveilleuse lumière de la Vérité Présente. Si cela est Sa volonté, je l’apporterai à d’autres afin qu’eux aussi acceptent cette vérité qui scelle et qu’ils puissent comme moi se réjouir. J’ai lu quelques tracts, les volumes un et deux et j’aime lire le Code. C’est vraiment une « lumière merveilleuse. » {2SC11: 6.1.6}

(Signature) E.J.A., Floride.

——————0——————

QUESTIONS ET REPONSES

———————-

QUAND L’IVRAIE SERA-T-ELLE JUGEE ?

Question N°1 :

Si le jugement investigatif concernant les vivants ne commence qu’après Ezéchiel Neuf, dites-moi, s’il vous plaît, quand « l’ivraie » de l’église Adventiste sera-t-elle jugée alors qu’elle est présente lorsque le message du scellement arrive. {2SC11: 6.1.7}

Réponse :

Nous n’avons pas spécialement de lumière sur la question. Nous savons juste que le jugement des vivants commence après le massacre d’Ezéchiel Neuf. Si le cas de « l’ivraie » doit être traité pendant le jugement des morts, alors son jugement, l’effacement des noms, intervient après le massacre et juste avant le début du jugement des saints vivants. {2SC11: 6.1.8}

QUAND CONVIENT-IL D’ECRIRE ?

Question N°2 :

Est-il permit d’écrire des lettres missionnaires ou de souscrire à des littératures Evangéliques le jour du Sabbat ? {2SC11: 6.2.1}

Réponse :

Il vrai que les Chrétiens ont tendance à couler un moucheron et avaler un chameau, perdant de vue, à l’instar des Pharisiens, qu’il est bon de faire le bien le jour du Sabbat. Seulement, il y a des activités, tel que vendre, traiter des demandes d’abonnement aux littératures Evangélique, qui ne sont pas autorisées même si elles sont faite dans le cadre de l’œuvre. (Voir « Testimonies for the Church, » Vol. 1, pp. 471, 472 ; Vol. 8, p. 250.) {2SC11: 6.2.2}

Bien qu’écrire des lettres missionnaires constitue une bonne action et soit préférable à la vente de littératures Evangéliques, elle transforme le jour du repos en jour de travail. Le jour du Sabbat, Dieu s’est reposé de toute Son œuvre (Ge. 2 : 2.) Par conséquent, les Chrétiens engagés dans l’œuvre du Seigneur doivent également se reposer de toute œuvre le Sabbat. {2SC11: 6.2.3}

Pour nous aider dans ce sens, nous devrions regarder comme péché le fait d’accomplir, pendant le temps consacré à Dieu, une chose qui peut être faite un autre jour de la semaine. {2SC11: 6.2.4}

Autrefois, le Tabernacle et le sacrifice des animaux revêtaient une grande importance dans la louange à Dieu et l’avancement de l’Evangile. Aujourd’hui, la vente de littératures Evangéliques et l’envoi de lettres missionnaires sont tout autant importants. Or, Dieu interdit aux Enfants d’Israël de travailler le Sabbat tandis qu’ils érigeaient le Tabernacle pour Son service. De même Jésus chassa du temple à l’aide d’un fouet composé de cordes ceux qui achetaient et vendaient, même si les animaux qu’on achetait et vendait devaient servir au service sacré. (Jean 2 : 15.) {2SC11: 6.2.5}

L’Esprit de Prophétie déclare : « Les ordres concernant l’érection du sanctuaire étant récents, le peuple aurait pu conclure que la construction du lieu de culte était pressante, et qu’il était permis d’y travailler le jour du sabbat. C’était pour prévenir cette erreur que l’avertissement était donné : » « Celui qui fera quelque ouvrage ce jour-là, sera retranché du milieu de son peuple. » « La sainteté et l’urgence même de cette entreprise ne pouvaient justifier la violation du jour consacré à l’Éternel. » (Patriarchs and Prophets, » pp. 313, 314 ; Patriarches et Prophètes, p. 287 ; Ex. 31 : 14.) {2SC11: 6.2.6}

Ceux qui jugent qu’il est permis d’écrire des lettres missionnaires le Sabbat, montrent par là qu’ils accomplissent peu pour Dieu pendant les six de travail, en supposant qu’ils accomplissent quelque chose. Pendant la semaine, ils refusent

6

de consacrer à Dieu le temps que prendrait la rédaction d’une simple lettre. De fait, les lettres qu’ils écrivent ne sont en réalité pas des lettres missionnaires sincères, véritables expression d’amour. Elles sont plutôt écrites dans un esprit égoïste. Il s’agit d’une correspondance classique à laquelle on ajoute la religion pour se donner bonne conscience. On s’en sert d’excuse pour justifier le péché commis le jour du Sabbat, croyant pouvoir duper Dieu ! Satan inspire de tels actes afin de rendre le péché encore plus grave et mener assurément le pécheur à la ruine éternelle. {2SC11: 6.2.7}

———————

LE PAUVRE

Question N°3 :

Qui sont les vrais pauvres ? {2SC11: 7.1.1}

Réponse :

Les vrais pauvres sont ceux qui sont incapables de pourvoir aux besoins fondamentaux de la vie et qui s’efforcent de marcher dans la lumière qu’ils ont reçue. {2SC11: 7.1.2}

« Je voudrais ici attirer l’attention sur la vision mentionnée à ce sujet à la page 57. En voici un court extrait : ‘Je vis que certains n’avaient pas annoncé le message sous son jour véritable : ‘Vendez ce que vous possédez, et donnez-le en aumônes.’ Luc 12 : 33. Ils n’avaient pas présenté clairement la signification de ces paroles du Sauveur. Le but à atteindre en vendant n’est pas de subvenir aux besoins de ceux qui sont capables de le faire eux-mêmes, mais de répandre la vérité. C’est un péché d’entretenir et d’encourager la paresse de ceux qui peuvent travailler. Il en est qui ont été zélés pour assister à toutes les assemblées, non pour glorifier Dieu, mais pour ‘des pains et des poissons’. Ils auraient mieux fait de rester chez eux et de travailler de leurs mains ‘à ce qui est bien’ pour subvenir aux besoins des leurs et avoir quelque chose à donner pour soutenir la cause de la vérité présente. »–« Early Writings, p. 95 (Premiers Ecrits, p. 94). {2SC11: 7.1.3}

————————-0————————-

RESERVE AUX SPECIALISTES

Question N°4 :

Pourriez-vous nous dire quelle est votre position face au problème qui fait actuellement débat concernant les retraites ? Devrait-on s’y intéresser ? Si oui, cela ne reviendrait-il pas à marcher avec le monde ? {2SC11: 7.1.4}

Réponse :

Nous sommes averti que la cause de Dieu « devrait occuper notre esprit, retenir toute notre attention ! »–« Early Writings (Premiers Écrits), » p. 118. Par conséquent, comme nous n’avons pas suffisamment de temps à consacrer à l’étude de ces discussions politiques et économiques ainsi qu’aux résultats qui en découlent et qu’il est difficile pour nous d’en mesurer la portée intelligemment, nous ne pouvons honnêtement prendre parti dans ces discussions. Un vote non averti de notre part pourrait apporter privations et épreuves à certains, tandis qu’il pourrait conduire d’autres dans la voie de l’extravagance. « Voici », dit l’Éternel, « quel a été le crime de Sodome, ta sœur. Elle avait de l’orgueil, elle vivait dans l’abondance et dans une insouciante sécurité. » (Éz. 16 : 49.) {2SC11: 7.1.5}

Par conséquent, nous et le monde, nous en porterons beaucoup mieux en laissant l’étude de tels sujets à ceux qui consacrent leur cœur et leur esprit aux choses temporelles de cette vie et qui ont assez de temps pour peser les pours et les contres. Cela nous permettra de nous consacrer pleinement à l’étude des besoins spirituels de ce monde, besoins d’une portée éternelle et d’une importance bien plus grande que les affaires d’une vie temporelle promise à la mort et à l’oubli. Ainsi, les intérêts spirituels et matériels de la famille humaine seront mieux servis par des individus spécialisés dans chaque domaine. Nous éviterons alors de commettre tout acte irréfléchi qui serait fortement préjudiciable et désastreux, pouvant même causer la ruine éternelle. {2SC11: 7.1.6}

« Malheur à ceux qui descendent en Égypte pour avoir du secours, Qui s’appuient sur des chevaux, Et se fient à la multitude des chars et à la force des cavaliers, Mais qui ne regardent pas vers le Saint d’Israël, Et ne recherchent pas l’Éternel ! Lui aussi, cependant, il est sage, il fait venir le malheur, Et ne retire point ses paroles ; Il s’élève contre la maison des méchants, Et contre le secours de ceux qui commettent l’iniquité. L’Égyptien est homme et non dieu ; Ses chevaux sont chair et non esprit. Quand l’Éternel étendra sa main, Le protecteur chancellera, le protégé tombera, Et tous ensemble ils périront. » (És. 31 : 1-3.) « Le juste se réjouit en l’Éternel et cherche en lui son refuge, Tous ceux qui ont le cœur droit se glorifient. » (Ps. 64 : 10.) « Voici, qu’il me tue, j’espérerai en lui. » (Job 13 : 15, Darby.) « Et que répondra-t-on aux envoyés du peuple ? -Que l’Éternel a fondé Sion, Et que les malheureux de son peuple y trouvent un refuge. » (És. 14 : 32.) {2SC11: 7.2.1}

————————

SANCTUAIRE CELESTE OU GOUVERNEMENTS TERRESTRES ?

Question N°5 :

Dans Daniel 8 : 14, le mot « purifié » se rapporte-t-il au jugement ? Tous le chapitre semble parler des gouvernements terrestres. La petite corne de Daniel 7 : 8, 25 n’est-elle pas un roi terrestre ? Si c’est le sanctuaire terrestre qui a été souillé, pourquoi le sanctuaire céleste devrait-il être purifié ? Veuillez nous montrer en quoi le sanctuaire a été souillé. {2SC11: 7.2.2}

Réponse :

Ce n’est pas la doctrine du « Jugement Investigatif » qui pose problème ou les lumières Bibliques apportées sur le sujet. Le problème vient du peuple de Dieu qui, aujourd’hui, est « malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu », bien plus dépourvu de discernement spirituel que ne pouvaient l’être les Juifs à la première venue de Christ. Refusant d’admettre son ignorance, le peuple de Dieu confirme la déclaration prophétique, « Tu ne sais pas. » (Ap. 3 : 17.) {2SC11: 7.2.3}

« Quelle terrible désillusion

7


 que de croire fermement que tout va bien alors qu’on est sur un mauvais chemin ! » Cette sorte de Chrétiens est la plus dure à gérer et presque impossible à convaincre. Ils devraient écouter la voix du Témoin Véritable : « Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies ». (Ap. 3 : 18) Ces Chrétiens devraient redevenir des nouveau-nés et recevoir à nouveau l’éducation. Un immense flot de lumière sans précédent provenant de la Parole de Dieu les préserverait alors. Ils se réveilleraient en sursaut, comme sorti d’un rêve et ils seraient capables de recevoir la puissance de l’Esprit, revêtant « les habits de fête » de la justice de Christ. Dieu, par la bouche du prophète, nous demande instamment de recevoir ce don (Es. 52 : 1). Or, ceux qui ne comptent que sur eux-mêmes et s’appuient sur des idées préconçues ne parviendront jamais à la connaissance de la vérité. {2SC11: 7.2.4}

En réalité, le sujet abordé dans la question qui nous est posé est trop vaste, c’est pourquoi nous attirerons brièvement l’attention sur la localisation des deux sanctuaires, Céleste et terrestre. Bien qu’ils soient en deux endroits différents, l’existence de l’un implique nécessairement l’existence de l’autre car ils sont tous deux en relations avec les péchés et les pécheurs terrestres. Le sanctuaire Céleste n’étant pas touché par la malédiction, il n’aurait pas eu de raison d’être si l’homme n’avait pas péché. Par conséquent, souiller le sanctuaire terrestre revient à souiller le sanctuaire céleste. Supposez un instant que des membres d’églises convertis viennent à s’éloigner de Dieu comme le firent Acan (Jos. 7 : 24-26), le prophète Balaam (No. 24), le roi Saül (1 S. 13), Judas (Mt. 26), Ananias et Sapphira (Actes 5), etc. dont les noms étaient jadis inscrits dans le livre de vie mais qui ne sont plus dignes de la vie éternelle. Ces membres souilleraient alors le sanctuaire terrestre par leurs actions et le sanctuaire céleste de par leurs noms car sur terre se trouve les individus et au ciel se trouve les noms. {2SC11: 8.1.1}

Par ailleurs, Apocalypse 5 : 8, 9 démontre que tous les rachetés de la terre sont représentés dans le sanctuaire céleste par les êtres vivants et les vieillards car ils « chantaient un cantique nouveau en disant : Tu es digne de prendre le livre… car tu as… racheté pour Dieu par ton sang des hommes de toute tribu, de toute langue, de tout peuple, et de toute nation. » Par conséquent, lorsque le sanctuaire terrestre est souillé, le sanctuaire céleste doit être également purifié. Si par exemple, le sanctuaire terrestre devait être purifié, les personnes coupables de l’avoir souillé seraient bannies. De même le sanctuaire céleste devrait être purifié en effaçant du livre les noms des méchants vivants au sein de l’église sur la terre. Dès lors, le terme adéquat pour décrire une telle activité serait « jugement investigatif. » {2SC11: 8.1.2}

Or, la Bible montre clairement que cette œuvre particulière ne doit avoir lieu que pendant le temps de grâce (Hé. 9 : 26), ainsi, les morts seront les premiers à être examinés devant Dieu, le grand Juge (Da. 7 : 9, 10). Ensuite, il s’agira d’examiner le cas des vivants (dossier). Nous savons d’ailleurs qu’il existe deux catégories de personnes dans l’église, « l’ivraie » et le « bon grain » (Mt. 13 : 30). Ainsi, pendant le jugement des morts, seul le sanctuaire céleste intervient car « les morts ne savent rien » (Ec. 9 : 5) et gisent inconscients dans leur tombe. Ils n’ont rien à voir avec les vivants qui composent l’église sur la terre. Cependant, lorsque le jugement des vivants commencera, les sanctuaires terrestre et céleste seront purifiés comme nous le démontre la prophétie de Malachie : {2SC11: 8.2.1}

« Voici, j’enverrai mon messager ; il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez ; et le messager de l’alliance que vous désirez, voici, il vient, dit l’Eternel des armées. Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui restera debout quand il paraîtra ? Car il sera comme le feu du fondeur, comme la potasse des foulons. Il s’assiéra, fondra et purifiera l’argent ; il purifiera les fils de Lévi, il les épurera comme on épure l’or et l’argent, et ils présenteront à l’Eternel des offrandes avec justice. » (Mal. 3 : 1-3.) {2SC11: 8.2.2}

Le sanctuaire foulé aux pieds et « la vérité jetée par terre » sont une seule et même chose (Da. 8 : 12). Ainsi, « l’armée » et la « vérité » furent jetée par terre lorsque la petite corne de Daniel 7 : 25 domina. Pendant 1260 ans, la petite corne opprima les saints du Très-Haut, renversa la vérité du sanctuaire, remplaça le sacerdoce de Christ par un sacerdoce païen et introduit un jour de fête païen à la place du Sabbat de l’Eternel, espérant changer les « temps et les la loi ». Elle inonda l’église de Dieu de païens non convertis attachés à leurs coutumes et souilla les sanctuaires terrestre et céleste. {2SC11: 8.2.3}

Pour en savoir plus sur le sujet, lisez « La Verge du Berger, » Vol. 2, pp. 130, 131 et notre tract N°3, « La Moisson, » pp. 14, 15. {2SC11: 8.2.2}

—————–

SAUVES OU PERDUS ?

Question N°6 :

Les païens, hommes et enfants, qui sont morts sans avoir eu l’occasion de connaître et d’accepter Christ comme leur Sauveur, seront-ils sauvés ? Si dans leur ignorance ils peuvent être sauvés, pourquoi vouloir les convertir ? » {2SC11: 8.2.2}

8

Réponse :

Si l’on pouvait être sauvé dans notre ignorance, le monde se passerait bien de l’évangile de Christ qui deviendrait alors un évangile de perdition pour tous ceux qui, le rejetant, conserveraient une chance d’être sauvés. L’Esprit de Prophétie déclare : {2SC11: 9.1.1}

« Les justes vivants sont changés ‘en un instant, en un clin d’œil’. A la voix de Dieu, ils sont glorifiés, immortalisés, et, avec les saints ressuscités, enlevés dans les airs, à la rencontre du Seigneur. Les anges rassemblent les élus des quatre vents, d’une extrémité de la terre à l’autre. Les petits enfants sont portés par les anges dans les bras de leurs mères. Des amis que la mort a longtemps séparés sont réunis pour ne plus jamais se quitter, et c’est avec des chants d’allégresse qu’ils montent ensemble vers la cité de Dieu. »–« The Great Controversy, » p. 645 (La Tragédie des Siècles, p. 700) {2SC11: 9.1.2}

« Ainsi fut récompensée la foi de cette femme. Le grand dispensateur de la vie avait ressuscité son enfant. C’est ainsi que seront bénis tous ceux qui resteront fidèles au Seigneur. Lorsqu’il reviendra sur les nuées des cieux la mort aura perdu son aiguillon, et le tombeau sa victoire. Il ressuscitera alors tous les enfants que la mort avait ravis à ses serviteurs. Ainsi parle l’Eternel :
On entend des cris à Rama, des lamentations, des larmes amères ; Rachel pleure ses enfants ; Elle refuse d’être consolée sur ses enfants, car ils ne sont plus. Ainsi parle l’Eternel : Retiens tes pleurs, retiens les larmes de tes yeux ; Car il y aura un salaire pour tes œuvres…. Ils reviendront du pays de l’ennemi. Il y a de l’espérance pour ton avenir…. Tes enfants reviendront dans leur territoire. »–« Prophets and Kings, » p. 239. (Prophètes et Rois, p. 182) {2SC11: 9.1.3}

« Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison. » (Ez. 9 : 6.) Dans ce passage nous voyons que si les « anciens » sont perdus, leurs enfants ne sont pas non plus épargnés. {2SC11: 9.1.4}

« Josué et tout Israël avec lui prirent Acan, fils de Zérach, l’argent, le manteau, le lingot d’or, les fils et les filles d’Acan, ses bœufs, ses ânes, ses brebis, sa tente, et tout ce qui lui appartenait ; et ils les firent monter dans la vallée d’Acor. Josué dit : Pourquoi nous as-tu troublés ? L’Eternel te troublera aujourd’hui. Et tout Israël le lapida. O, les brûla au feu, on les lapida. » (Josué 7 : 24, 25.) {2SC11: 9.1.5}

« J’ai vu que le propriétaire d’esclaves aura à répondre pour l’âme de l’esclave qu’il a maintenu dans l’ignorance et que les péchés de l’esclave reposeront sur le maître. Dieu ne peut pas prendre au ciel l’esclave qui a été maintenu dans l’ignorance et la dégradation, ne sachant rien de Dieu ou de la Bible, ne craignant que le fouet de son maître et se voyant réduit à un niveau inférieur à celui des brutes. Mais il fait pour lui la meilleure chose qu’un Dieu compatissant puisse faire: il lui permet d’être comme s’il n’avait jamais existé. Le maître, au contraire, doit subir les sept derniers fléaux, puis prendre part à la seconde résurrection et souffrir la seconde mort, la plus terrible. Alors, la justice de Dieu sera satisfaite. »–« Early Writings (Premiers Ecrits), » p. 276{2SC11: 9.1.6}

Les passages que nous venons de citer indiquent que les enfants du juste seront sauvés et que les enfants des méchants seront perdus. Cependant, celui n’aura jamais eu l’occasion d’être sauvé ne subira lui-même aucun châtiment. C’est pourquoi, des missionnaires doivent être envoyés vers toute « nation, toute tribu, toute langue et tout peuple » pour faire connaître le plan de la rédemption, afin que tout ait l’opportunité d’être sauvé. (Les italiques sont nôtres.) {2SC11: 9.2.1}

—————-

LES PERSONNES DE COULEUR SERONT-ELLES COMPRISES LORS DU RASSEMBLEMENT DES NATIONS ?

Question N°7 :

Que signifie cette déclaration des écritures : « L’Ethiopie accourt, les mains tendues vers Dieu. » Cela veut-il dire que les noirs se tourneront vers Dieu ? {2SC11: 9.2.2}

Réponse :

Personne n’est sauvé selon son pays d’origine. Ainsi, non seulement ce texte mais aussi d’autres, montre clairement qu’il y aura un grand rassemblement, pas seulement en Ethiopie mais dans le monde entier, d’où la déclaration, « l’Ethiopie accourt, les mains tendues vers Dieu. » C’est un rassemblement de ce genre qui formera la « grande foule. » « Des grands viennent de l’Egypte, » commence le même verset. (Ps. 68 : 31.) « Des peuples s’y rendront en foule, et diront : Venez, et montons à la montagne de l’Eternel, à la maison du Dieu de Jacob, afin qu’il nous enseigne ses voies, et que nous marchions dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem la parole de l’Eternel. » (Es. 2 : 3.) {2SC11: 9.2.3}

A propose de l’église au moment du Grand Cri, le prophète Esaïe déclare : « Alors les nations verront ton salut, et tous les rois ta gloire ; et l’on t’appellera d’un nom nouveau, que la bouche de l’Eternel déterminera. » (Es. 62 : 2) Dans l’attente de grand rassemblement, il pose la question : « Qui sont ceux-là qui volent comme des nuées, comme des colombes vers leur colombier ? » Et l’Eternel répond : « Car les îles espèrent en moi, et les navires de Tarsis sont en tête, pour ramener de loin tes enfants, avec leur argent et leur or, à cause du nom de l’Eternel, ton Dieu, du Saint d’Israël qui te glorifie. Les fils de l’étranger rebâtiront tes murs, et leurs rois seront tes serviteurs ; car je t’ai frappée dans ma colère,

9

mais dans miséricorde j’ai pitié de toi. Tes portes seront toujours ouvertes, elles ne seront jamais fermées ni jour ni nuit, afin de laisser entrer chez toi les trésors des nations, et leurs rois avec leur suite. Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas périront, ces nations-là seront exterminées. La gloire du Liban viendra chez toi, le cyprès, l’orme et le buis, tous ensembles, pour orner le lieu de mon sanctuaire, et je glorifierai la place où reposent mes pieds. Les fils de tes oppresseurs viendront s’humilier devant toi, et tous ceux qui te méprisaient se prosterneront à tes pieds ; Ils t’appelleront ville de l’Eternel, Sion du Saint d’Israël. (Es. 60 : 8-14.) « Car grande sera la journée de Jizreel. » (Os. 1 : 11.) {2SC11: 9.2.4}

—————————-

D’ABORD SUR TERRE, PUIS AU CIEL

Question N°8 :

Il semblerait que « La Verge du Berger » démontre que la grande foule d’Apocalypse 7 : 9 soit composée des saints vivants dans la période du sixième sceau, avant la fin du temps de grâce. Il ne peut donc s’agir des morts ressuscités. Cependant, dans « Prophets and Kings, » pp. 720, 721 (Prophètes et Rois, p. 545), sœur White enseigne clairement que cette scène se déroule sur la nouvelle terre. Se trompe-t-elle ? {2SC11: 10.1.1}

Réponse :

Dans “Prophètes et Rois”, sœur White ne cherche pas à expliquer qui est la grande foule, ni comment elle se forme. Elle nous familiarise avec la gloire du royaume établit sur la nouvelle terre. {2SC11: 10.1.2}

Le problème qui se pose ici, c’est que la Bible est lue superficiellement au lieu d’être étudiée. En lisant, marquez une pause et réfléchissez un peu sur la question et vous verrez que vous serez capables de répondre vous-même à de nombreuses questions. Prenons la question, “Comment la grande foule pourrait-elle être sur la nouvelle terre sans avoir été au préalable sur la terre avant qu’elle ne soit restaurée ?” En examinant la déclaration de “Prophète et Rois”, vous réaliserez qu’il n’est pas même suggéré que la grande foule ne soit pas constituée de la dernière génération de saints vivants. Le Volume Neuf, p. 268 n’évoque pas non plus cela. En effet, ce même groupe de saints est censé être composé de saints vivants de la dernière génération sur la terre encore souillée du péché, ainsi ces derniers ne peuvent être les rachetés sur la nouvelle terre. {2SC11: 10.1.3}

—————–

QU’EN EST-IL DU LAIT ET DES ŒUFS ?

Question N°10 :

Devrions-nous continuer à consommer du lait, des œufs et du beurre ?

Réponse : {2SC11: 10.1.4}

“Nous portons un témoignage positif contre le tabac, les spiritueux, le thé, le café, les aliments carnés, le beurre, les épices, les gâteaux substantiels, les pâtés d’émincé, l’usage abusif du sel, et toutes les substances excitantes employées dans l’alimentation.”–“Testimonies for the Church,” Vol. 3, p. 21 (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 563) {2SC11: 10.1.5}

“Le temps viendra où il se peut que nous devions proscrire des aliments dont nous usons aujourd’hui, tels que le lait, la crème et les œufs. Mais il n’est pas nécessaire de nous créer des difficultés par des restrictions prématurées et exagérées. Attendez que les circonstances l’exigent et que le Seigneur ouvre la voie. {2SC11: 10.2.1}

Quand je présente l’Evangile aux gens pauvres, je suis invitée à leur conseiller de consommer les aliments qui sont le plus nourrissants. Je ne peux pas leur dire : Vous ne devez pas manger d’œufs, de lait, de crème ; vous ne devez pas employer de beurre dans la préparation de vos repas. L’Evangile doit être annoncé aux pauvres, et le temps n’est pas encore venu de leur prescrire un régime plus strict.”–“Testimonies for the Church,” Vol. 9, pp. 162, 163 (Conseils à l’Eglise, p. 192) {2SC11: 10.2.2}

—————–

Question N°11 :

La situation actuelle ne réclame-t-elle pas le bannissement du lait et des œufs de notre alimentation ? {2SC11: 10.2.3}

Réponse :

Pour répondre à cette question, nous poserons les questions suivantes. Y a-t-il une épidémie parmi les bovins et les volailles dans votre pays ? Connaissez-vous quelqu’un ayant récemment contracté une maladie après avoir consommé du lait et des œufs ? Si c’est le cas, alors l’heure est venue pour vous de remplacer ces produits. {2SC11: 10.2.4}

Pour autant que nous le sachions, le temps n’est pas encore venu de mettre définitivement de côté volailles et produits laitiers. Toutefois, nous devons trouver des substituts afin d’être aptes à changer d’alimentation lorsque, le moment venu, le Seigneur ouvrira la voie. {2SC11: 10.2.5}

“Que cette réforme soit progressive. Qu’on apprenne aux gens à préparer des aliments sans employer de lait et de beurre. Dites-leur que le temps viendra bientôt où ils seront en danger en consommant des œufs, du lait, de la crème ou du beurre, parce que la maladie chez les animaux augmente à mesure que croît la méchanceté des hommes. Le temps est proche où, à cause de l’iniquité de la race déchue, toute la création animale sera atteinte par la maladie, cette malédiction de notre planète.”–“Testimonies for the Church,” Vol. 7, p. 135 (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 415.) {2SC11: 10.2.6}

————-0————-

ANNONCES IMPORTANTES

Veuillez adresser chèques, mandats cash postaux, mandats cash express, etc., à l’Association Universelle de Publication. {2SC11: 10.2.7}

Si vous enseignez le message du scellement à plein temps, faites mensuellement vos demandes de rapports vierges. {2SC11: 10.2.8}

10

SI NOE N’AVAIT PAS MIS A L’ABRI LE BETAIL, QUI L’AURAIT FAIT ?

Question N°12 :

Est-il permit aux Adventistes de posséder des vaches et des poules ?

Réponse : {2SC11: 11.1.1}

Si le temps n’est pas encore venu de proscrire le lait et les œufs de notre alimentation, il est préférable, dans la mesure du possible, d’obtenir ces aliments de nos bœufs et poules. {2SC11: 11.1.2}

Ceux qui croient que les Adventistes ne doivent posséder ni vaches ni poules, prennent une position extrême basé sur des suppositions, même s’ils affirment que l’Esprit de Prophétie va dans leur sens. Ne nous laissons pas attiré par les étincelles des feux de pailles humaines, mais laissons-nous plutôt conduire par la lumière de la Parole. {2SC11: 11.1.3}

Même après avoir reçu la lumière sur la réforme sanitaire, les institutions Adventistes et les Adventistes eux-mêmes n’ont pas cessé de posséder des vaches et des poules. Si l’Esprit de Prophétie avait interdit d’en posséder, nos membres en aurait été informés. Ainsi, puisqu’aucune interdiction n’a été prononcée nulle part, ceux qui adoptent malgré tout la position contraire tente de faire dire à l’Esprit de Prophétie ce qu’il ne dit pas. {2SC11: 11.1.4}

Restez “au milieu du chemin,” et ne laissez pas des extrémistes vous attirer vers les bords par des discours déguisés et des insinuations. Montrez leur que deux et deux ne font pas toujours quatre, car deux dollars et deux pièces de vingt-cinq centimes ne feront jamais quatre dollars. {2SC11: 11.1.5}

Apprenez à respecter autrui en n’ajoutant ni n’enlevant rien à ses écrits. {2SC11: 11.1.6}

—————–0—————–

VAGUE DE SANTE DE NOVEMBRE

———–

“Si les Adventistes mettaient en pratiquent leurs croyances, s’ils supportaient sincèrement la réforme sanitaire, aux yeux du monde, des anges et des hommes il ferait l’objet d’un grand étonnement. Ils témoigneraient d’un zèle puissant pour le salut de ceux qui ignorent la vérité. {2SC11: 11.1.7}

On devrait constater des réformes plus grandes parmi la communauté qui prétend attendre le prochain avènement du Christ. La réforme sanitaire doit accomplir au sein de notre communauté une œuvre qui n’a pas encore été faite. Parmi tous ceux qui devraient être attentifs aux dangers de l’usage de la viande, il y en a beaucoup qui en consomment encore, exposant ainsi leur santé physique, mentale et spirituelle. Plusieurs qui, à l’heure actuelle, ne sont qu’à moitié convaincus au sujet de la consommation de la viande, s’éloigneront du peuple de Dieu et cesseront de marcher dans la même voie.”–“Counsels on Health,” p. 575 (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 456). {2SC11: 11.1.8}

“Nous nous trouverions bien de manger moins d’aliments cuits et davantage de fruits crus. Enseignons aux gens à user largement de raisin, de pommes, de pêches, de poires, de baies et de toute autre sorte de fruits.”–“Counsels on Health,” p. 477 (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 365). {2SC11: 11.1.9}

“Que nos membres d’église s’abstiennent de tout aliment malsain. Il faut qu’ils apprennent à vivre hygiéniquement, et l’enseignent ensuite aux autres. Qu’ils fassent part de ces connaissances comme s’il s’agissait d’instructions bibliques. Qu’ils enseignent aux gens à conserver leur santé et à augmenter leurs forces en s’abstenant de tous ces aliments qui ont rempli le monde de maladies chroniques. Par le précepte et par l’exemple, montrez clairement que le régime que Dieu donna à Adam dans son état d’innocence est le meilleur que l’homme puisse employer pour retrouver cette innocence.”–“Counsels on Health,” pp. 478, 479 (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 553); Ge. 1 : 29. {2SC11: 11.2.1}

“Ceux qui ont vraiment compris les lois de la santé évitent les extrêmes. Ils choisissent leurs aliments non seulement pour satisfaire leur appétit mais pour fortifier leur corps. Ils cherchent à maintenir leurs énergies dans le meilleur état possible pour les mettre au service de Dieu et de leurs semblables. Leur appétit est contrôlé par la raison et la conscience, et il en résulte la santé du corps et de l’âme. Et s’ils ne font pas une grande propagande, leur exemple n’en rend pas moins témoignage en faveur de leurs principes. Ils exercent autour d’eux une heureuse influence.”–“Ministry of Healing,” p. 319 (Conseils à l’Eglise, p. 183). {2SC11: 11.2.2}

Lorsqu’on met de côté le régime riche en protéines, il faut savoir le remplacer par des préparations à base de noix telles que le beurre d’arachides non grillées, les amandes effilées, les noix, les noix de pécan, etc. Les gens ne mâchent pas suffisamment leur nourriture, c’est pour cela qu’on effile les noix ou qu’on les transforme en beurre. On évite ainsi la sous-alimentation et les indigestions. {2SC11: 11.2.3}

Les recettes qui suivent contiennent des noix et apporteront à l’organisme les protéines nécessaires et d’autres éléments indispensables. {2SC11: 11.2.4}

SALADE COMPOSEE

3 branches de céleri, 1 tomate, 2 oignons verts, la moitié d’une tête de salade. Emincez le céleri et les oignons. Les tomates pelées ont meilleur goût mais avant d’essayer d’enlever la peau, ramollissez la peau de votre tomate en la trempant dans l’eau bouillante pendant environ une minute. Vous pouvez également frottez la peau du bas vers le haut avec le bord d’un couteau ; cette méthode permettra de conserver le goût naturelle de la tomate. Découpez la tomate en dés et hacher la salade. {2SC11: 11.2.5}

Mélangez environ 30g de beurre d’arachides avec le jus d’un demi-citron et ajoutez de l’eau chaude jusqu’à obtenir une texture agréable. Si vous le souhaitez, vous pourrez également ajouter une cuillère à café de miel et une pincée de sel. {2SC11: 11.2.6}

11

“AUX DOUZE TRIBUS DISPERSEES”

A L’ATTENTION DE LA DENOMINATION ADVENTISTE

Cette petite lettre traite de la diffusion des principales informations au sein des croyants de la Vérité Présente, des rapports d’activités portant sur la réforme et des réponses aux questions concernant le message du scellement des 144 000 (Ap. 7 : 1-8) et de la grande foule (Ap. 7 : 9). Sont aussi couvertes les prophéties d’Esaïe, de Zacharie, de Sophonie, de Michée, d’Osée, de Joël, de Daniel, d’Apocalypse, d’Ezéchiel, de Jérémie, etc.., et un intérêt particulier est porté sur les huit premiers livres. Sont également abordées les paraboles de Christ, les types et les symboles, et enfin les écrits Mme E.G. White. {2SC11: 12.1.1}

Ainsi, ce périodique s’engage à répondre aux questions sur ces passages des Ecritures, à l’uniquement condition que ces derniers aient fait l’objet de révélations divines proclamées avec autorité, attestant par-là de leur véracité. Il sera donc donné soit une réponse adéquate aux questions soit un “je ne sais pas” si la réponse n’est pas connue. {2SC11: 12.1.2}

Cette lettre a pour but de démontrer que nous vivons désormais dans à l’époque ou le Seigneur va manifester Sa puissance. Il va unifier et purifier Son église sur la terre, l’appelant à se lever de la poussière, à se revêtir de sa force et de ses habits de fêtes, car l’impur n’entrera plus chez elle. {2SC11: 12.1.3}

C’est pourquoi, il est expressément demandé aux messagers du “jour grand et redoutable de l’Eternel,” missionnés par l’œuvre, de respecter strictement toutes les exigences, les directives et les conseils donnés de temps à autre dans chaque numéro, en n’ajoutant ni n’ôtant rien au message. Ce message désavouera tous ceux qui ne reconnaissent pas son autorité divine, car l’église doit être la lumière du monde, “belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible dans des troupes sous leurs bannières.” (Es. 62 : 1-7; Prophets and Kings,” p. 725 ; Prophètes et Rois, p. 549.) {2SC11: 12.1.4}

Les illustrations sur la couverture représentent Apocalypse chapitre Douze et Neuf, ainsi qu’Esaïe 7 : 21 dont les symboles sont expliqués dans nos littératures. {2SC11: 12.1.5}

Cette source de réconfort périodique s’adresse à tous les Adventistes prêts à ouvrir leur porte pour l’accueillir. Elle dispense l’enseignement aux héritiers du salut sans frais ni charges. Elle est supportée par les dons. Elle n’est pas une source d’accablement mais de réconfort et notre espoir est que chaque lecteur puisse prospérer et soit en bonne santé comme son âme prospère. (3 Jean 1 : 2.) {2SC11: 12.1.6}

Enfin, nous vous demandons de rédiger vos questions de manière claire et distincte en fournissant des références. En retour, nous nous engageons à y répondre dès que possible. {2SC11: 12.1.7}

Si vous désirez recevoir cet amical périodique régulièrement avec nos littératures gratuites, veuillez nous faire parvenir vos noms et adresses à l’Association de Publication Universelle, Département Code Symbolique, Centre du Mont Carmel, Lake Waco, Texas. {2SC11: 12.1.8}

12

ASSOCIATION UNIVERSELLE DE PUBLICATION

Centre du Mont Carmel

Lake Waco, Texas



[IMAGE COUVERTURE]

1

Mont Carmel, Réveil, Réforme, Réorganisation

—————————-

Sur terre, l’église est ce qu’il y a de plus cher aux yeux de Dieu. C’est sur elle qu’Il porte Son regard suprême, mais souvent, Il doit reprendre, voire châtier cette institution dont Il est à l’origine. En effet, l’église doit conserver le rang qui lui a été donné, malheureusement l’histoire du peuple choisit par Dieu est continuellement ponctuée de péchés et de repentances. Cependant, l’immense amour du Père, magnifiquement illustré dans la parabole du fils prodigue, nous enseigne avec force comment Christ manifeste Son amour infini pour l’église. {3SC2: 2.1.1}

L’Apôtre Paul nous explique également que Christ « s’est livré Lui-même pour elle. » Pourtant, lorsqu’on considère les messages adressés à l’église depuis les Apôtres jusqu’aux temps de la fin du monde, l’on voit que le Sauveur a souvent et tristement déclaré qu’Il avait « quelque chose contre » Ses bien aimés croyants. Il les a réprimandés avec de forts avertissements, définissant clairement le sort que connaîtraient ceux qui n’écoutent pas les conseils divins. {3SC2: 2.1.2}

Celui qui intervient activement dans la proclamation du message du jugement investigatif devient non seulement un Adventiste du Septième jour, mais aussi un membre de l’église de Laodicée. Laodicée est définit pas son œuvre qui consiste à annoncer au monde que le jugement est en cours. Se voir attribuer cette mission est un honneur et un privilège et chacun devrait se sentir prêt à faire n’importe quel sacrifice, cependant, des accusations ahurissantes sont portées contre le peuple le plus considéré ayant jamais vécu sur terre. S’ensuit une citation de la fondatrice de l’église Adventiste : {3SC2: 2.1.3}

« Dieu porte une grave accusation contre les prédicateurs et contre les membres, en disant : ‘Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche. Parce que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies.’ »–« Christ Our Righteousness, » p. 154 (Messages Choisis, Vol. 1, p. 148). {3SC2: 2.1.4}

S’ensuit un ultime appel lancé à Son église bien aimée ; sept propositions qui appellent au REVEIL, à la REFORME et à la REORGANISATION. Sont aussi annoncées les conséquences encourues si l’on fait la sourde oreille à cet ultime avertissement : {3SC2: 2.1.5}

(1.) « Dieu exige un réveil spirituel et une réforme spirituelle. Sans quoi les tièdes deviendront de plus en plus odieux aux yeux du Seigneur qui finira par ne plus les reconnaître comme ses enfants. {3SC2: 2.2.1}

(2.) Un réveil et une réforme doivent se produire, sous l’action du Saint-Esprit. (3.) Réveil et réforme sont deux choses distinctes. (4.) Réveil signifie un renouveau de vie spirituelle qui ait pour effet de vivifier les facultés de l’esprit et du cœur et de mettre fin à la mort spirituelle par une résurrection. (5.) Réforme signifie réorganisation, changement dans les idées et les théories, les habitudes et les pratiques. (6.) Une réforme ne produira ses bons fruits de justice que si elle est le résultat d’un réveil de l’Esprit. (7.) Réveil et réforme doivent accomplir leur œuvre respective dans un concours harmonieux. »–« Idem, pp. 154, 155 (Messages Choisis, Vol. 1, p. 148). {3SC2: 2.2.2}

Trois choses importantes émergent de ces citations. Tout d’abord, nous voyons que Dieu lance premièrement cet appel retentissant aux pasteurs, puis aux laïcs. Ensuite, Dieu déclare sans équivoque que si Son peuple n’écoute pas son appel au « réveil et à une réforme spirituels », Il le vomira de Sa bouche. Enfin, le Maître d’œuvre exprime clairement que le temps est venu pour une « réorganisation, pour un changement dans les idées et les théories, les habitudes et les pratiques. » En d’autres termes, l’église doit vivre une transformation en trois phases si elle veut progresser, parcourant la terre, « en vainqueur et pour vaincre, » « belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leur bannières. » {3SC2: 2.2.3}

Depuis 1863, les Adventistes suivirent les directives Divines et s’organisèrent en instaurant l’Association de la Conférence Générale. Il leur fallait considérer avec attention l’organisation de leur type, l’ancien Israël. En effet, la messagère de l’Israël moderne déclare en ces termes : « L’ordre et la perfection qui éclatent dans toutes les œuvres de Dieu étaient visibles dans l’économie hébraïque. Dieu était le souverain d’Israël, le centre du pouvoir et du gouvernement. Moïse avait été désigné comme conducteur de la nation, chargé de faire respecter les lois au nom du Seigneur. Un conseil de soixante-dix anciens choisi parmi les douze tribus le secondait dans la gestion des affaires. Puis venaient les prêtres, qui consultaient Dieu dans le sanctuaire. Des chefs ou princes gouvernaient les tribus. Sous ceux-ci étaient placés des ‘chefs de milliers, de centaines, de cinquantaines et de dizaines’, ainsi que des ‘officiers’ auxquels étaient confiées des charges spéciales. »–« Patriarchs and Prophets, » p. 374 (Patriarches et Prophètes, p. 351). {3SC2: 2.2.4}

2

Nous avons non seulement l’exemple de l’église Israélite, mais aussi celui des premiers Chrétiens qui suivirent « ces principes de piété et de justice qui conduisaient les chefs du peuple de Dieu, au temps de Moïse et de David », tandis qu’une « direction » fut donnée à « la nouvelle organisation de l’Eglise, au temps de la dispensation évangélique. »–« Acts of the Apostles, » p. 95 (Conquérants Pacifiques, p. 83). Les cent quarante-quatre mille forment l’anti-typique « maison de David » et constituent les prémices du royaume pour lequel les disciples de Christ devaient prier ; et à l’époque du rassemblement de l’Israël moderne, nous qui avons entendu cet appel à la réorganisation, devons être prêts à marcher auprès de ceux qui ont répondu à l’appel pour un « grand mouvement de réforme au sein du peuple de Dieu. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 126 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 411). {3SC2: 3.1.1}

En tant que réformateurs, nous devons donc suivre les instructions divines en mettant en place une meilleure organisation, car le Seigneur nous dit d’ « invitez vos associés à s’organiser de manière à collaborer d’une façon harmonieuse. Faites des efforts réguliers et organisés pour élever les membres d’église au-dessus du niveau mortel ou ils se trouvent depuis des années. Envoyez dans les églises des ouvriers qui pratiquent les principes de la réforme sanitaire. Envoyez ceux qui comprennent la nécessité de contrôler l’appétit, sinon ils seront un piège pour la congrégation. Voyez alors si le souffle de vie ne pénètre pas dans nos églises. Il faut apporter un nouvel élément dans notre amour. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 267 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 588). {3SC2: 3.1.2}

Ces passages nous montrent clairement que Dieu réclame « une réforme sérieuse. L’esprit de prière animera chaque croyant, et la discorde sera bannie de l’Eglise… Un membre fidèle en invitera d’autres à s’unir à lui pour recevoir le Saint-Esprit. Il n’y aura plus de confusion, parce que tous seront en harmonie avec la pensée de l’Esprit. »–« Ide, Vol. 8, p. 251 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 303). A nouveau, nous voyons que Dieu souhaite qu’il y ait des ouvriers prêts à s’organiser, qu’il y en ait un ou plusieurs. Ils doivent œuvrer sur de « bonnes bases », convaincu que « d’autres » les rejoindront et bientôt, « tous prononceront d’une manière intelligente la prière que le Christ a enseignée : ‘Que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.’ Mt. 6 : 10. »–Idem (Témoignages pours l’Eglise, Vol. 3, p. 303). {3SC2: 3.1.3}

Pour que cela s’accomplisse, nous avons le devoir d’établir une bien meilleure organisation, sachant que nous sommes appelés à rétablir toutes les institutions divines. Ainsi, après avoir prié et sondé la Bible et les Témoignages pendant des semaines, nous avons le plaisir d’annoncer aux lecteurs du Code Symbolique que le Seigneur prépare Son armée pour « l’œuvre finale de l’église. » En conséquence, voici l’appel prophétique qui nous est lancé : {3SC2: 3.2.1}

« Elargis l’espace de ta tente ; qu’on déploie les couvertures de ta demeure : ne retiens pas ! Allonge tes cordages, et affermis tes pieux ! » (Es. 54 : 2.) {3SC2: 3.2.2}

Faisant suite à cette injonction, le Mont Carmel a commencé à élargir l’espace de ses tentes en doublant sa superficie tel que cela est annoncé dans « Le Code Symbolique » de …………………. ; il a déployé ses couvertures (mise en œuvre de protection contre tout élément indésirable) en mettant en place une organisation stricte calquée selon le modèle théocratique de l’ancien Israël, « admirablement détaillée et d’une merveilleuse simplicité (« Patriarchs and Prophets, » p. 374, Patriarches et Prophètes, p. 351) ; il allongé les cordages (la vérité révélée) en présentant dans une prochaine littérature l’organisation en question ; Il a affermis ses pieux (représentants) en distribuant à chacun d’eux son poste respectif. {3SC2: 3.2.3}

La liste suivante est issue de l’organigramme des représentants de département, « les pieux, » pour les Etats-Unis. {3SC2: 3.2.4}

ORGANIGRAMME

DE

l’Association Générale

DES

Adventistes De La Verge Du Berger

STRUCTURE 1934

TERRITOIRE : LE MONDE

3

CONSEIL EXECUTIF

[…]

DIVISIONS TERRITORIALES

Des

ETATS-UNIS

[…]

DEPARTEMENT NOIR

[…]

————————————————————————————————————————–

Le Mont Carmel Entreprend de Rétablir toutes Choses

——————–

            « Les cieux ont été créés par la parole de l’Éternel, et toute leur armée par le souffle de sa bouche… Car il parle, et la chose existe ; Il commande, et elle paraît… Il a posé la terre sur ses fondements : elle ne sera jamais ébranlée. {3SC2: 4.1.1}

*             *             *

…Celui qui avait semé dans l’espace les mondes étoilés ; qui avait donné leur coloris aux fleurs des champs ; qui avait orné la terre et les cieux des merveilles de sa puissance, voulut couronner son œuvre glorieuse en lui donnant un dominateur, et il créa un être digne de la main qui lui donnait la vie…{3SC2: 4.1.2}

*             *             *

En sortant des mains de son Créateur, Adam était d’une taille élancée et parfaitement harmonieuse. Son visage vermeil resplendissait de santé, de vie et de joie. Sa stature était de beaucoup supérieure à celle des hommes de la génération présente. Ève lui était inférieure en stature; ses formes étaient pleines de noblesse et de grâce…{3SC2: 4.1.3}

Après la création de l’homme, Dieu fit passer devant lui tous les animaux de la terre pour leur donner des noms. Adam vit bien que chacun d’eux avait sa compagne ; mais, parmi toutes les créatures que Dieu avait faites, il n’en trouva aucune qui lui ressemblât. Alors ‘l’Éternel Dieu dit : Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui.’ L’homme a été fait pour vivre en société, et non pas dans la solitude. Sans compagne, ni les beautés de l’Eden, ni le charme de ses occupations, ni même ses relations avec les anges

4

n’eussent procuré au premier homme un bonheur parfait. Sans une compagne de même nature que lui, aimante et digne d’être aimée, son besoin de sympathie et de sociabilité n’eût pas été satisfait.

Cette compagne, Dieu la donna lui-même à Adam. Il lui fit ‘une aide semblable à lui’, à savoir un être qui pût vivre auprès de lui, partager ses joies et répondre à ses affections. Pour marquer qu’elle n’était pas destinée à être son chef, pas plus qu’à être traitée en inférieure, mais à se tenir à son côté comme son égale, aimée et protégée par lui, Ève fut tirée d’une de ses côtes. Os de ses os, chair de sa chair, la femme était une autre partie de lui-même, signe sensible et frappant de l’union intime et de l’attachement profond qui devaient caractériser leurs rapports. ‘Jamais un homme n’a haï sa propre chair ; mais il la nourrit, et en prend soin.’ ‘C’est pourquoi l’homme laissera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.’ {3SC2: 4.2.1}

C’est Dieu qui célébra le premier mariage. Cette institution a ainsi pour fondateur le Créateur de l’univers. ‘Que le mariage soit respecté.’ C’est l’un des premiers dons de Dieu à l’homme ; et c’est l’une des deux institutions qu’Adam emporta avec lui lorsque, après sa chute, il franchit les portes du Paradis. Quand les principes divins sont respectés, le mariage est un bienfait. Il est la sauvegarde de la pureté et du bonheur de l’homme. Il pourvoit à ses besoins sociaux, il élève sa nature physique, intellectuelle et morale. {3SC2: 5.1.1}

‘Puis l’Éternel planta un jardin en Éden, du côté de l’Orient, et il y plaça l’homme qu’il avait formé.’ Tout ce que Dieu avait fait n’était que beauté et perfection, et rien ne semblait manquer au bonheur du premier couple. Mais le Créateur voulut lui donner une autre preuve de bonté en lui préparant un jardin qui fût sa demeure particulière. Dans ce jardin étaient plantés des arbres de toutes les variétés, dont un grand nombre étaient chargés de fruits ou exhalaient des parfums délicieux. La vigne y poussait en hauteur, laissant gracieusement ployer ses sarments sous le poids d’un fruit succulent, coloré des teintes les plus riches et les plus variées. La tâche d’Adam et d’Ève consistait à tresser ces sarments en arcades et en berceaux pour faire des demeures vivantes, tapissées de feuillage et de fruits. Partout on voyait des fleurs odoriférantes de toutes les couleurs. Au milieu du jardin se dressait l’arbre de vie, dont la beauté éclipsait tous les autres. Son fruit, qui ressemblait à des pommes d’or et d’argent, avait la propriété de prolonger la vie. {3SC2: 5.1.3}

La création était désormais complète. ‘Ainsi les cieux et la terre furent achevés avec tout ce qui s’y trouve.’ ‘Dieu contempla ce qu’il avait fait, et il vit que cela était très bien.’ L’Éden s’étalait sur la terre épanouie. Adam et Ève avaient un libre accès à l’arbre de vie. Nulle trace de péché, nulle ombre de mort ne ternissait cette superbe création. {3SC2: 5.2.1}

Le Créateur avait jeté les fondements de la terre. Il l’avait enrichie de beauté et d’harmonie, parsemée d’objets utiles à l’homme, et y avait prodigué les merveilles de la terre et de la mer. Le grand œuvre de la création fut achevé en six jours. Alors Dieu ‘se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait accomplie. Ainsi, Dieu bénit le septième jour et il le sanctifia, parce qu’en ce jour-là il s’était reposé de toute l’œuvre dont il était l’auteur et le Créateur.’ Contemplant avec satisfaction l’œuvre de ses mains, où tout était parfait, Dieu se reposa, non pas comme le fait l’homme à la fin de sa journée, mais pour marquer sa joie à la vue des œuvres de sa sagesse, de sa bonté et de sa gloire. {3SC2: 5.2.2}

Après s’être reposé au septième jour, Dieu le sanctifia, c’est-à-dire qu’il le mit à part, comme jour de repos à l’usage de l’homme. Appelé à suivre l’exemple de son Créateur, celui-ci devra consacrer au repos ce jour sacré, afin qu’en contemplant les cieux et la terre, il puisse élever sa pensée vers les œuvres de Dieu, le cœur débordant de révérence et d’amour pour l’auteur de ses jours. »–« Patriarchs and Prophets, » pp. 44-47 (Patriarches et Prophètes, pp. 21-25). {3SC2: 5.2.3}

Ces paragraphes attestent que les seules institutions issues du merveilleux Eden, sont le mariage et le Sabbat, c’est-à-dire, le foyer et le repos. Le mariage a été institué le premier et dans l’intérêt de l’homme ; ainsi nous voyons que « le Sabbat, » comme Christ le déclare au Pharisien, « a été fait pour l’homme et non l’homme pour le Sabbat. » (Mc. 2 : 27.) {3SC2: 5.2.4}

En célébrant le premier Sabbat, nos parents de l’Eden commémoraient l’achèvement de la création, mais également leur propre mariage. {3SC2: 5.2.5}

Lorsqu’Adam et Eve péchèrent et se virent dépourvu de leur habit de lumière, ils perdirent leur domination « sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre, » de même que leur habitat en Eden et l’accès à l’arbre de vie. (Ge. 1 : 26 ; 3 : 24.) Ainsi, quand Adam pécha, il perdit sa

5

domination qu’il abandonna entièrement à Satan ; sur quoi, Dieu dit à la femme : {3SC2: 5.2.6}

« J’augmenterai la souffrance de tes grossesses, tu enfanteras avec douleur, et tes désirs se porteront vers ton mari, mais il dominera sur toi. Il dit à l’homme : puisque tu as écouté la voix de ta femme, et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’avais donné cet ordre : tu n’en mangeras point, le sol sera maudit à cause de toi. C’est à force de peine que tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie, il te produira des épines et des ronces, et tu mangeras de l’herbe des champs. C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. » (Ge. 3 : 16-19.) {3SC2: 6.1.1}

Une question se pose maintenant, « Quand et comment la première domination sera-t-elle rétablit ? » Les Ecritures répondent : {3SC2: 6.1.2}

« Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. » (Mal. 4 : 5, 6.) {3SC2: 6.1.3}

Et Jésus déclare : « Elie viendra premièrement, et rétablira toutes choses. » (Mc. 9 : 12.) Ainsi, la venue d’Elie doit précéder le jour grand et redoutable de l’Eternel et le moment de Sa venue. Et lorsqu’il viendra, il doit rétablir toutes choses. {3SC2: 6.1.4}

La déclaration de Jésus dans Marc 9 : 12, prouve qu’avant Sa seconde venue, quelqu’un, l’Elie anti-typique, doit « venir premièrement et rétablir toutes choses. » Ainsi, la domination et tout ce qui a été perdu doit être restitué à l’époque du message d’Elie, même la malédiction qui pèse sur la terre doit être levée : « En ce jour-là, » dit l’Eternel, « je traiterai pour eux une alliance avec les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et les reptiles de la terre, je briserai dans le pays l’arc, l’épée et la guerre, et je les ferai reposer avec sécurité. Je serai ton fiancé pour toujours ; je serai ton fiancé par la justice, la droiture, la grâce et la miséricorde. » (Os. 2 : 18, 19.) {3SC2: 6.1.5}

« Le loup habitera avec l’agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau ; le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira. La vache et l’ourse auront un même pâturage, leurs petits un même gîte ; et le lion, comme le bœuf, mangera de la paille. Le nourrisson s’ébattra sur l’antre de la vipère, et l’enfant sevré mettra sa main dans la caverne du basilic. Il ne se fera ni tort ni dommage sur toute ma montagne sainte ; car la terre sera remplie de la connaissance de l’Eternel, comme le fond de la mer par les eaux qui le couvrent. » (Es. 11 : 6-9.) {3SC2: 6.1.6}

« Il anéantit la mort pour toujours ; le Seigneur, l’Eternel, essuie les larmes de tous les visages, il fait disparaître de toute la terre l’opprobre de son peuple ; car l’Eternel a parlé. En ce jour l’on dira : voici, c’est notre Dieu, en qui nous avons confiance, et c’est lui qui nous sauve ; c’est l’Eternel, en qui nous avons confiance ; soyons dans l’allégresse, et réjouissons-nous de son salut ! » (Es. 25 : 8, 9.) {3SC2: 6.1.7}

« Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus de deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » (Ap. 21 : 4.) {3SC2: 6.2.1}

« Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Eternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. A chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l’Eternel. » (Es. 66 : 22, 23.) {3SC2: 6.2.2}

« Et il me montra un fleuve d’eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l’agneau. Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y a avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. Il n’y aura plus d’anathème. Le trône de Dieu et de l’agneau sera dans la ville ; ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. » (Ap. 22 : 1-4.) {3SC2: 6.2.3}

Ces textes montrent que le message de l’Elie anti-typique restituera la domination jadis perdus. Pour autant qu’on en croît les prophéties, la seule institution sur laquelle il semble demeurer de l’incertitude quant à sa pérennité et son retour à son état originel, c’est l’institution du mariage. Comment, toutefois, le Seigneur pourrait-Il annuler, sachant que toutes les choses doivent être rétablies, la première de toutes les institutions qu’Il a Lui-même établi ? Il s’agit là du couronnement de la création, en faveur duquel Il déclare, « il n’est pas bon que l’homme soit seul. » {3SC2: 6.2.4}

Par ailleurs, comment la Parole peut-elle affirmer qu’Elie doit rétablir toutes choses s’il n’est pas prévu qu’il rétablisse l’institution du mariage ? Si Dieu vit qu’il n’était pas bon que l’homme soit seul dès le jardin d’Eden, en quoi serait-il bon pour lui de revenir en Eden ? Devrions-nous tous divorcer de nos femmes en ce temps de rassemblement, tandis que nous récupérons l’héritage de la première domination ? {3SC2: 6.2.5}

Si le rachat des saints implique le divorce, pourquoi Dieu ferait que le royaume soit composé des deux sexes ? Adam, qui préféra mourir plutôt que de se séparer d’Eve, serait-il heureux de revenir en Eden sans

6

sa femme, ou de divorcer d’elle ? {3SC2: 6.2.6}

Les Ecritures déclarent qu’Elie « ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et leurs des enfants à leurs pères. » (Mal. 4 : 6.) Ainsi, ce verset ajouté à celui de Joël 2 : 16, « Assemblez le peuple, formez une sainte réunion ! Assemblez les vieillards, assemblez les enfants, même les nourrissons à la mamelle, » prouvent que le message d’Elie unit les familles au lieu de les séparer. {3SC2: 7.1.1}

L’Esprit de Dieu révéla à Paul qu’à la fin des temps, que des esprits mauvais tenteraient de renverser le plan de Dieu pour Son peuple : « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns abandonneront la foi, pour s’attacher à des esprits séducteurs et à des doctrines de démons,… prescrivant de ne pas se marier. » (1 Ti. 4 : 1, 3.) {3SC2: 7.1.2}

Nous n’avons pas besoin de doctrine interdisant le mariage, par contre nous avons besoin de savoir pourquoi se marier et comment vivre ; d’où le besoin d’une profonde réforme, « un changement dans les idées et les théories, les habitudes et les pratiques. »–« Christ Our Righteousness, » p. 154 (Messages Choisis, Vol. 1, p. 148). {3SC2: 7.1.3}

« Les pharisiens l’abordèrent, et dirent, pour l’éprouver : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque ? Il répondit : n’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme et qu’il dit : c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. » (Mt. 19 : 3-6.) {3SC2: 7.1.4}

S’il est vrai que Satan a perverti le jour du Sabbat, il a également perverti le mariage, c’est pourquoi ce dernier est considéré par la plupart des Chrétiens comme une chose discutable. C’est même parfois un péché, même si tous, à quelques exceptions, choisissent quand même de se marier. Bien que la Parole déclare : « Celui qui trouve une femme trouve le bonheur ; c’est une grâce qu’il obtient de l’Eternel » (Pr. 18 : 22), la plupart des mariages sont des catastrophes. Ainsi, « moins il y aura de mariages, mieux ce sera pour tous, hommes et femmes. » (Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 366 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 145). En fait, si les candidats au mariage ont recherché Dieu et reçu Son approbation, alors Dieu honorera leur mariage et il n’en sera pas autrement. {3SC2: 7.1.5}

« Le mariage influe sur la vie présente et sur la vie future. Un chrétien sincère ne formera pas de projets que Dieu ne puisse approuver. »–« Ministry of Healing, » p. 359 (Messages à la Jeunesse, p. 433). {3SC2: 7.1.6}

« Les liens de famille sont les plus étroits, les plus tendres et les plus sacrés qui soient. Ils ont été établis pour être en bénédiction à l’humanité. En effet, le mariage est un bienfait chaque fois qu’il est contracté avec sagesse, dans la crainte de Dieu et avec le sentiment des responsabilités qu’il entraîne. »–Idem, pp. 356, 357 (Messages à la Jeunesse, p. 301). {3SC2: 7.1.7}

Ainsi, « que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. » (Hé. 13 : 4.) {3SC2: 7.2.1}

« Il faut donc que l’évêque soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement. Il faut qu’il ne soit ni adonné au vin, ni violent, mais indulgent, pacifique, désintéressé. Il faut qu’il dirige bien sa propre maison, et qu’il tienne ses enfants dans la soumission et dans une parfaite honnêteté. » (1 Ti. 3 : 2-4.) {3SC2: 7.2.2}

Si l’institution du Sabbat doit être rétablie, il en est de même pour celle du mariage. Les paroles du Christ : « Car, à la résurrection, les hommes ne prendront point de femmes, ni les femmes de maris, mais ils seront comme les anges de Dieu dans le ciel » (Mt. 22 : 30), révèlent que nous avons perdu de vue la véritable institution du mariage. Dieu ne nous a pas encore révélé qu’elle sera notre vie future, c’est pourquoi, aujourd’hui, nous sommes incapables de comprendre ce que seront le mariage ou les relations familiales après la résurrection. {3SC2: 7.2.3}

Interrogé par les Pharisiens sur les caractéristiques de l’institution sacrée du mariage, « le Maître leur rappela l’institution du mariage, lors de la création…. Jésus évoqua les jours bénis du jardin d’Éden où Dieu avait déclaré que ‘tout était bon’. C’est alors que le mariage et le sabbat furent institués. Ces deux institutions jumelles étaient destinées à la gloire de Dieu et au bien de l’humanité. Le couple saint s’étant donné la main, le Créateur dit : ‘L’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair’ (Ge. 2 : 24), énonçant ainsi la loi du mariage pour les enfants d’Adam jusqu’à la fin des temps. Ce que le Dieu éternel lui-même avait déclaré bon, c’était la loi qui assurait à l’homme, en même temps que le plus grand bonheur, la continuité et le développement de sa race. »–« Mount of Blessing, » pp. 99, 100 (Heureux ceux qui, p. 56). Par ailleurs, les doctrines interdisant le mariage étant des doctrines de démons (1 Ti. 4 : 1-3), nous voyons non seulement que le mariage est une institution éternelle, mais qu’elle est également d’une grande importance à l’époque de la restitution de toutes choses, autrement les démons ne perdraient par leur temps à s’y attaquer. {3SC2: 7.2.4}

Or, « dès le début du grand conflit, le plan du premier menteur a été de » « pervertir l’institution du mariage, à en affaiblir l’obligation et à en dénigrer la sainteté. Il était convaincu qu’il n’y a pas de moyen plus sûr d’effacer en l’homme l’image de Dieu qu’en le plongeant dans le malheur et dans le vice. »–« Patriarchs and Prophets, » p. 338 (Patriarches et Prophètes, p. 312). {3SC2: 7.2.5}

« Il était légitime de se marier, puisque le mariage remonte à la création du monde, et que Dieu, son auteur, l’a entouré de dispositions destinées à en conserver la beauté et la sainteté. Mais ces règles avaient été oubliées et le mariage avait été perverti et transformé en un moyen d’assouvir les passions. Aujourd’hui, nous sommes témoins d’un même état de choses. »–« Idem, p. 101 (Patriarches et Prophètes, p. 76). {3SC2: 7.2.6}

7

 

« Comme pour tous les dons que Dieu a confiés à l’homme, le péché a posé sa sombre empreinte sur le mariage; aussi le but de l’Évangile est de lui rendre sa pureté et sa beauté. »–« Mount of Blessings, » P. 100 (Heureux ceux qui, p. 56). {3SC2: 8.1.1}

L’Inspiration déclare également : « Il leur répondit : Elie viendra premièrement, et rétablira toutes choses. » (Mc. 9 : 12) « A la fin des temps, toutes les institutions divines seront restaurées. »–« Patriarchs and Kings, » p. 678 (Prophètes et Rois, p. 515). {3SC2: 8.1.2}

Ces textes attestent d’au moins trois éléments : {3SC2: 8.1.3}

1.La première institution établit et prescrite par Dieu la terre était le mariage ; la seconde était le Sabbat. {3SC2: 8.1.4}

2.Dieu désirait que ces institutions demeurassent intactes, mais Satan les a perverti et corrompu au point qu’aujourd’hui, il reste peu de leur pureté immaculée. {3SC2: 8.1.5}
3.Ainsi, à la fin des temps, Dieu enverra Elie le prophète pour qu’il rétablisse non seulement ces deux institutions mais aussi toutes les institutions divines désacralisées. {3SC2: 8.1.6}

S’il est vrai que toutes choses doivent être rétablit par Elie, les premières institutions que sont le mariage et le Sabbat doivent, de fait, être rétablit en premier, sachant qu’elles ont également été profanés et avilis les premières. {3SC2: 8.1.7}

Par ailleurs, nous savons qu’il ne peut y avoir de vérité sans l’existence d’un type. Ainsi, l’architecte divin a instruit et établit le mariage le Vendredi, le sixième jour, et le Sabbat le septième jour, de sorte que ce type nous renseignent davantage sur le rétablissement et la restitution de ces institutions à leur état de sainteté et de beauté d’origine. Si nous observons le Sabbat le septième jour, nous devrions de même formaliser les mariages le Vendredi, sixième de la semaine. {3SC2: 8.1.8}

De plus, Dieu a voulu qu’à la fin du temps de grâce, l’ordre des événements serait chaotique et surnaturel, c’est pourquoi Il nous a dans sa grâce averti dans ce passage que nous connaissons : {3SC2: 8.1.9}

« Permettez-moi de vous dire que le Seigneur agira lors de cette étape finale de l’œuvre d’une manière très différente de l’habitude, et contraire à tous les plans humains. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 300. Ainsi, lorsque viendra l’homme empreint de l’esprit et de la puissance d’Elie, on lui dira, « tu es trop pieux, tu n’interprètes pas les Écritures correctement. Laisse-moi te dire comment tu dois prêcher ton message. »–Idem (Témoignages pour les Pasteurs), pp. 475, 476. {3SC2: 8.1.10}

Néanmoins, nous qui sommes porteurs du message d’Elie, nous devons vivre selon les préceptes et les modalités du rétablissement de toutes choses, de surcroît lorsqu’il s’agit du mariage et du Sabbat. L’un représente le foyer et l’autre est le mémorial de sa création. Ainsi, avant de « partir proclamer la vérité du Sabbat, » nous devons mettre avant le mariage, la première institution ; il faut la sortir des sordides abysses dans lesquelles Satan l’a plongée. {3SC2: 8.1.11}

Ainsi, amis de « La Verge du Berger, » nous faisons bien de nous rappeler que le ciel a, depuis le commencement et malgré les plans humains, structuré et défini l’avancée du message du scellement. A nouveau, nous serons grandement et agréablement surpris par les nombreuses prédictions accomplies qui donnent de la contenance à la vérité du message. Ces prédictions s’accomplissent encore avec une précision remarquable, et ce à différents niveaux, de sorte que « l’homme sage » saura y voir bien plus qu’une simple coïncidence. {3SC2: 8.2.1}

C’est dans la septième année du message du scellement que l’œuvre de la Providence s’est manifesté, rétablissement le type par l’anti-type, ; elle a, comme pour notre père Adam, uni par les liens sacrés du mariage le Vendredi 1 Janvier, au sixième jour de la semaine, frère V.T. Houteff et Melle Florence Hermanson. Florence Hermanson croit au message de la Vérité Présente depuis son origine et a servis activement à sa cause ces trois dernières années. La cérémonie conduite par l’ancien E.T. Wilson fut sobre, solennelle et inoubliable, ce qui était parfaitement de circonstance. Par ailleurs, c’était là le premier mariage célébré au Mont Carmel, le berceau du message d’Elie qui œuvre dès à présent pour le rétablissement de « toutes les institutions divines. » {3SC2: 8.2.2}

« Le Code Symbolique adresse maintenant ses meilleurs vœux à ces deux fidèles qui, depuis le début du message du scellement, ont œuvré sans relâche en faveur du peuple de Dieu. Que Dieu les accompagne sur la route qui mène à notre l’Eden perdu depuis si longtemps. » M.J.B. {3SC2: 8.2.3}

Après que le mariage et le Sabbat furent institués pour Adam et Eve, « Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez ; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » (Ge. 1 : 28.) {3SC2: 8.2.4}

« Puis l’Eternel Dieu planta un jardin en Eden, du côté de l’orient, et il y mit l’homme qu’il avait formé. L’Eternel Dieu dit pousser du sol des arbres de toute espèce, agréables à voir et bons à manger, et l’arbre de la vie au milieu du jardin, et l’arbre de la connaissance du bien et du mal. Un fleuve sortait d’Eden pour arroser le jardin, et de là il se divisait en quatre bras. » (Ge. 2 : 8-10.) {3SC2: 8.2.5}

« Dieu prépara pour Adam et Eve un magnifique jardin. Il fit en sorte de pourvoir à tous leurs besoins. Il planta des arbres fruitiers de toutes les espèces. De sa main généreuse, Dieu entourait

8

Adam et Eve d’abondance. Les arbres étaient beaux et utiles, et les fleurs qui éclosaient spontanément et fleurissaient à profusion autour d’eux ne se faneraient jamais. Adam et Eve étaient riches car ils possédaient l’Eden. Adam était le chef de ce magnifique domaine et tous, nous reconnaîtront qu’il était effectivement riche. Mais Dieu savait qu’Adam ne serait pas heureux en restant dans l’inactivité, c’est pourquoi Il lui donna quelque chose à faire. Il devait habiller le jardin. »–« Fundamentals of Christian Education, » p. 38. {3SC2: 8.2.6}

Ainsi, l’ordre naturel des choses a perduré jusqu’à aujourd’hui. Dieu a donné au Mont Carmel et à ses habitants un avant-goût du magnifique Eden. Conformément aux lois établies par Dieu, Mère Nature a commencé dès la mi-février à habillé délicatement les champs, les prés et les planchers forestiers des attributs printaniers. Comme un artiste, elle a imaginé des floraisons colorées et fait renaître les délicates feuilles de chêne et de frêne, évoluant dans les douces senteurs des fleurs des pruniers sauvages. De même, les habitants du Mont Carmel ont entrepris de créer une roseraie et une serre. Ils vont procéder à l’entretien des arbres, planter un jardin printanier ainsi qu’une vigne offrant plusieurs variétés de raisin et un verger composé de neuf cent arbres. Ainsi, les habitants pourront non seulement faire bénéficier leurs hôtes de la manne du Ciel, « la nourriture au temps convenable, » mais aussi des fruits de la terre tels que les poires, les pêches, les pommes, les figues, les mûres et les kakis, accompagnés d’un verre de jus de raisins. Et à l’instar du « fleuve qui sortait de l’Eden et arrosait le jardin, » le Mont Carmel a aussi le projet d’étancher les âmes assoiffées avec un réseau d’eau potable satisfaisant. C’est avec foi que nous aurons un avant-goût du magnifique Eden. {3SC2: 9.1.1}

—————–0—————–

A la Lumière de la Prophétie

————–

« En tant que membres du peuple de Dieu, nous sommes appelés à étudier individuellement les prophéties. »–« Gospel Workers, » p. 300 (Le Ministère Evangélique, p. 294). Qu’est-ce que la prophétie ? « Car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pi. 1 : 21.) Nous lisons dans Apocalypse : « Révélation de Jésus-Christ, que Dieu lui a donnée pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt, et qu’il a fait connaître, par l’envoi de son ange, à son serviteur Jean, lequel a attesté la parole de Dieu et le témoignage de Jésus-Christ, tout ce qu’il a vu. Heureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie, qui gardent les choses qui y sont écrites ! Car le temps est proche. » (Ap. 1 : 1-3.) « Et je tombai à ses pieds pour l’adorer ; mais il me dit : Garde-toi de le faire ! Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères qui ont le témoignage de Jésus. Adore Dieu. Car le témoignage de Jésus est l’esprit de la prophétie. » (Ap. 19 : 10.) {3SC2: 9.1.2}

« Quel que soit le niveau intellectuel d’un homme, qu’il ne pense pas un seul instant qu’il ne lui est pas nécessaire de sonder sérieusement et continuellement les Ecritures afin d’obtenir plus de lumière. »–« Gospel Workers, » p. 300 (Le Ministère Evangélique, p. 294). « Quand une doctrine nous est présentée qui ne nous agrée pas, nous devrions aller à la Parole de Dieu, rechercher le Seigneur dans la prière et ne pas laisser à l’ennemi la possibilité de s’introduire pour nous pousser au doute et nous porter préjudice. »–Idem, p. 301 (Le Ministère Evangélique, p. 295). « A la loi et au témoignage ! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore pour le peuple. » (Es. 8 : 20.) « Si ce qu’on nous présente comme la lumière supporte cette épreuve, nous n’avons pas le droit de refuser de l’accepter parce que cela ne s’accorde pas avec nos idées…. Quel que soit l’homme par qui la lumière nous vient, nous devons ouvrir nos cœurs pour la recevoir avec l’humilité du Christ. »–Idem, p. 302 (Le Ministère Evangélique, p. 295). « Lorsqu’un message est présenté au peuple de Dieu, il devrait pas immédiatement s’y opposer mais ouvrir la Bible et le confronter à la loi et au témoignage. {3SC2: 9.1.3}

S’il ne supporte pas cette épreuve, alors ce n’est pas la vérité. »–Mme E.G. White, –« Review and Herald, » 18 Fév. 1890. « Nous devrions tous savoir ce qui est enseigné parmi nous, car si c’est la vérité, nous en avons besoin. Nous sommes placés dans l’obligation de connaître ce que Dieu nous envoie. »–« Gospel Workers, » p. 301 (Le Ministère Evangélique, p. 294). « Le peuple de Dieu sera appelé à se tenir devant les rois, les princes, les chefs et les grands hommes de ce monde, et pour cela, il doit comprendre qu’il se doit de connaître la vérité. »–Mme E.G. White, –« Review and Herald, » 18 Fév. 1890. {3SC2: 9.1.3}

« Mon peuple est détruit [retranché] parce qu’il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai. » (Os. 4 : 6) «  Or il n’y a qu’un moyen d’acquérir cette connaissance : on ne peut comprendre la Parole de Dieu que grâce à l’illumination de l’Esprit par lequel elle a été donnée. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 703 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 361). « Nous vivons à une époque ou Satan est à l’œuvre, à notre droite et à notre gauche, devant et derrière nous, et cependant nous dormons. Dieu veut qu’une voix se fasse entendre pour appeler son peuple à l’action. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 709 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 367). « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité…. Il prendra de ce qui est moi, et vous l’annoncera. » (Jn. 16 : 13-15.) « Nous ne devons pas nous reposer sur les autres pour qu’ils sondent les Ecritures à notre place. Certains de nos frères dirigeants ont souvent eu des torts à cet égard, et si Dieu désirait envoyer un message et qu’il attende que ces frères lui ouvrent un chemin, ce message n’atteindrait jamais le peuple. »–« Gospel Workers, » p. 303 (Le Ministère Evangélique, p. 297). « Le Seigneur châtiera ceux qui barrent la route et empêchent la lumière d’apparaître plus clairement à son peuple. Dieu voit que nos frères dirigeants ont besoin de plus de lumière afin qu’ils puissent s’unir aux messagers qu’il envoie pour accomplir son œuvre. Le Seigneur a suscité des messagers

9

et les a revêtus de son Esprit, et il a dit : ‘Crie à plein gosier, ne te retiens pas, élève ta voix comme une trompette, et annonce à mon peuple ses iniquités, à la maison de Jacob ses péchés.’ Que personne ne coure le risque de s’interposer entre le message du ciel et le peuple de Dieu. Le message doit parvenir au peuple et s’il n’y a pas de voix humaine pour le dire, les pierres même crieront. »–« Gospel Workers », p. 304 (Le Ministères Evangélique, p. 297) {3SC2: 9.2.1}

« Suivons les directions que le Seigneur nous a données par l’Esprit de prophétie. Aimons la vérité et obéissons-lui. Cela nous sauvera des déceptions qui nous attendraient si nous acceptions l’erreur. Dieu nous a parlé par sa Parole. Il nous a parlé par les témoignages adressés à l’Eglise et par les ouvrages qui nous ont éclairés sur nos devoirs et sur les positions que nous devons occuper maintenant. »–Idem, p. 308 (Le Ministère Evangélique, p. 302). « Les ouvrages de ‘l’Esprit de prophétie’ et les Témoignages devraient se trouver dans chaque famille d’observateurs du sabbat. Nos frères devraient être instruits de leur valeur et être encouragés à les lire….. Chaque famille devrait les avoir sur les rayons de sa bibliothèque afin de pouvoir les lire et les relire sans cesse…. Ceux qui rejettent ouvertement les Témoignages, ou qui cultivent le doute à leur égard, ne sont pas seuls dans une position dangereuse. Négliger la lumière, c’est la repousser. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 681, 680 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, pp. 340, 341). « Le témoignage pur et authentique doit faire partie de l’église, ou alors le jugement de Dieu tombera sur Son peuple aussi sûrement qu’il tomba sur l’ancien Israël coupable. »–Idem, Vol. 3, p. 269. « Les disciples du Christ qui acceptent la lumière envoyée par Dieu, doivent obéir à Sa voix parmi toutes celles qui s’élèvent contre elle. Pour distinguer la voix Dieu, il faut du discernement. »–Idem, Vol. 3, p. 258. {3SC2: 10.1.1}

« La lumière que nous avons reçue concernant le message du troisième ange est la véritable lumière. La marque de la bête est bien ce qui a été proclamé a cet égard. On n’a pas entièrement compris ce sujet et on ne le pourra avant que le rouleau n’ait été déroulé, mais une ouvre solennelle doit s’accomplir dans le monde. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 17 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 432). {3SC2: 10.1.2}

Ces textes présentent de façon claire, à la lumière de la prophétie, trois traits de haute importance pour le peuple qui invoque le nom de Dieu aujourd’hui. Premièrement, chaque enfant de Dieu se doit personnellement et individuellement d’avoir une connaissance pratique du grand plan du salut. Deuxièmement, aucun individu ni groupe d’individus n’a le droit de s’interposer entre le peuple et le message qui lui est adressé, ni de l’entraver d’une quelconque manière. Enfin, il nous faut être en parfaitement harmonie avec le « Grand Maître de l’Univers, » Celui qui « veut qu’une voix se fasse entendre pour appeler son peuple à l’action. » (« Gospel Workers, » p. 300 ; Le Ministères Evangélique, p. 294). {3SC2: 10.1.3}

A l’exception de quelques-uns, comment est-il possible que le peuple auto-proclamé préféré de Dieu, soit endormi au point de se laisser contrôler par une poignée d’hommes ? Comme peut-il laisser ces derniers lui prescrire des directives empreintes de préjugés et d’indifférence égoïste, alors qu’un message d’une haute importance capitale doit être proclamé à l’approche de la vie éternelle ? Oh, puisse se peuple être appelé à l’action avant qu’il ne soit trop tard. {3SC2: 10.1.4}

Nous sommes sûr que beaucoup reçoivent l’appel, « Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, » mais nombreux sont ceux qui attendent sur les autres pour avancer. Pendant ce temps l’église bannit des âmes sincères qui œuvreraient dans l’intérêt des frères si elles se défaisaient de leurs préjugés. D’autres âmes craignent les conséquences et n’agissent pas ; elles ignorent ce en quoi elles croient et il est malheureux de voir que les dirigeants sont dans le même cas. Autrement ils ne broncheraient pas lorsqu’on les éprouve. Les véritables serviteurs de Dieu devraient être reconnaissants, qu’ils soient regardés comme des membres à part entières ou qu’ils soient bannis ! {3SC2: 10.2.1}

Dieu est en train d’achever son œuvre. Beaucoup étudient le message de réforme mais n’ont pas encore eu le courage de reconnaître d’où est venue la lumière. Avec un message moqué par le plus grand nombre, hommes et femmes par centaines et par milliers ont commencé à étudier les écrits de sœur White à divers degrés. L’enfant de Dieu sincère chérira chaque parole de conseil et recherchera Dieu quotidiennement pour qu’il l’éclaire et le rende capable de discerner le bien du mal. Celui qui cherche sincèrement la vérité ne sera contrarié lorsque Dieu aura préparé Son jour. {3SC2: 10.2.2}

Que notre Père bénisse le message de réforme proclamé aujourd’hui. {3SC2: 10.2.3}

  J.E. Looney

—————–

« CHERCHEZ ET VOUS TROUVEREZ. »

JE SAIS QUE CELA EST VRAI

Chers frères :

J’ai vécu de nombreuses expériences étranges au contact des diverses communautés religieuses. Dans la bonne nourriture que j’ai reçue j’ai trouvé beaucoup de balle, mais depuis que je connais la Verge, je mange la véritable nourriture de l’Evangile. C’est ce que je cherchais, « la vérité et la lumière, » et je m’en réjouis de l’avoir enfin trouvé. {3SC2: 10.2.4}

Je loue le Seigneur pour la miséricorde qu’il manifeste envers les hommes. {3SC2: 10.2.5}

(Signé)       Henry Tibbits, Oakland, Californie.

—————–

DIFFICILE DE FAIRE SANS

Le numéro du Code de Décembre 1936 vient de paraître et je suis vraiment content de l’avoir reçus. Ce support m’apporte beaucoup dans mon expérience Chrétienne, car il renferme des conseils et des instructions

10

précieux. Il répond aux nombreuses questions qui je me pose. J’ai hâte de recevoir le prochain numéro. {3SC2: 10.2.6}

(Signé) Mme P.J.F.

Los Angeles, Californie.

———————-

C’EST TROP BON POUR ARRETER, L’ETUDE CONTINU

Chers frères et sœurs :

Nous continuons d’étudier le message de la Vérité Présente, et y adhérons chaque fois davantage. Nous sommes si heureux qu’il nous soit parvenu et œuvrons pour son avancement dans notre région. {3SC2: 11.1.1}

Deux frères étudient les tracts, et nous avons commandé pour l’un deux ‘La Verge du Berger’ Volume Un. Notre foi grandit tous le temps et chaque jour nous scrutons pour trouver le moindre rayon de de lumière de Vérité Présente. Priez pour nous. {3SC2: 11.1.2}

Meilleurs vœux de la part

Frère et sœur B………, Floride

—————–

IMPOSSIBLE DE CONTESTER LE POIDS DES EVIDENCES

Cher frère :

L’expérience que j’ai faite avec le message a enflammé mon cœur. L’opposition qu’il suscite prouve qu’il est vrai, ce qu’attestent les témoignages suivants : {3SC2: 11.1.3}

« Des messages saisissants leur seront apportés par des hommes choisis de Dieu, avertissant et éveillant les foules. Certaines personnes se sentiront visées par les avertissements, mais elles résisteront à la lumière et à l’évidence, nous donnant ainsi la preuve que nous prêchons un message qui n’est pas périmé. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 137 (Le Ministère Evangélique, p. 345). {3SC2: 11.1.4}

« Mais, lorsque la véritable vie spirituelle décline, les progrès dans la connaissance de la vérité ont toujours tendance à cesser. Les hommes se satisfont de la lumière qu’ils ont déjà reçue sur la Parole de Dieu et découragent toute recherche. Ils deviennent conservateurs et évitent toute discussion. »–Idem, Vol. 5, pp. 706, 707 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 364). {3SC2: 11.1.5}

« Quand le peuple de Dieu se sent à l’aise et se satisfait de ce qu’il a, nous pouvons être sûrs que Dieu ne le regarde pas avec faveur. C’est la volonté du Seigneur que nous avancions constamment, recevant toujours plus la lumière qu’il fait briller pour nous. L’attitude actuelle de l’Eglise ne plaît pas au Seigneur. Elle en est venue à être d’une confiance en soi qui la conduit à ne pas sentir la nécessité d’augmenter sa connaissance de la vérité et de marcher dans plus de lumière… Dieu veut qu’une voix se fasse entendre pour appeler son peuple à l’action. »–Idem, pp. 708, 709 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 367). {3SC2: 11.1.6}

La plupart des Adventiste refusent d’étudier et sont convaincu d’avoir toute la vérité. Ils déclarent « n’avoir besoin de rien, » et cela prouve d’autant plus qu’ils ont besoin du message, et qu’ils sont des Loadicéens typiques. {3SC2: 11.1.7}

Les textes suivants montrent que Dieu ôtera le péché et les pécheurs du milieu d’eux avant de manifester Sa puissance dans Son peuple. Je veux m’assurer de faire partie des fidèles. {3SC2: 11.2.1}

« Dieu est déçu de son peuple et Il ne manifestera pas sa puissance tant que le péché y sera pratiqué et encouragé par ceux qui occupent des positions à responsabilité. »–Idem, Vol. 3, p. 270. {3SC2: 11.2.2}

« Satan a déployé ses pièges autant pour nous qu’il le fit pour les enfants d’Israël… L’histoire de ce peuple se répète avec nous. »–Idem, Vol. 5, p. 160. {3SC2: 11.2.3}

« Mais si ceux qui occupent des postes de confiance négligent de dévoiler les péchés, le Seigneur leur fera sentir sa colère et le peuple de Dieu sera tenu pour responsable de ces péchés. Le Seigneur a montré dans le passé combien il était nécessaire que l’Eglise se purifie. Un seul pécheur peut être la cause que la lumière d’en haut se retire de l’assemblée tout entière. »–Idem, Vol. 3, p. 265 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 383). {3SC2: 11.2.4}

« Ceux qui marchent dans la lumière verront le signe de ce danger imminent ; mais ils ne doivent pas vivre sans s’inquiéter de la ruine toute proche, et croire que le Seigneur protégera son peuple au temps de sa visitation. Loin de là ! Le peuple de Dieu devrait sentir que son devoir est de travailler au salut des autres, en comptant fermement sur le secours du ciel. ‘La prière fervente du juste a une grande efficace.’ »–Idem, Vol. 5, p. 209 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 71). {3SC2: 11.2.5}

« Une grande crise attend le peuple de Dieu et l’humanité. Le plus grand conflit de tous les temps est sur le point d’éclater. »–Idem, p. 711 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 372). {3SC2: 11.2.6}

Avec la Verge, je suis encouragé à viser la perfection, car le prophète déclare : {3SC2: 11.2.7}

« La voix de l’Eternel crie à la ville, et celui qui est sage craindra ton nom. Entendez la verge et celui qui l’envoie ! »–« Pais ton peuple avec ta houlette, le troupeau de ton héritage, qui habite solitaire dans la forêt au milieu du Carmel ! Qu’ils paissent sur le Basan et en Galaad, comme au jour d’autrefois. Comme au jour où tu sortis du pays d’Egypte, je te ferai voir des prodiges. » (Mi. 6 : 9, 7 : 14, 15.) Ainsi, je suis heureux d’être nourris par la Verge. {3SC2: 11.2.8}

Remarquez que sœur White reprend Michée 6 : 12 dans « Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » pp. 372, 373, et ajoute : « Le Seigneur purifiera Son Église. Je vous le dis, en vérité, que le Seigneur va bouleverser les institutions qui portent Son nom. » {3SC2: 11.2.9}

En vérité, « La Verge du Berger, » est la Verge de Dieu. Elle nous montre nos péchés, et en ce qui me concerne, « Je supporterai la colère de l’Eternel, puisque j’ai péché contre lui, jusqu’à ce qu’il défende ma cause et me fasse droit ; il me conduira à la lumière, et je contemplerai sa justice. » (Mi. 7 : 9.) {3SC2: 11.2.10}

11

« Il aura encore compassion de nous, il mettra sous ses pieds nos iniquités ; tu jetteras au fond de la mer tous leurs péchés. » (Mi. 7 : 19.) {3SC2: 12.1.1}

Je paîtrai dans les pâturages de Dieu et jamais ne retournerai aux champs flétri des hommes. « Toi, demeure dans les choses qui tu as apprises, et reconnues certaines, sachant de qui tu les as apprises. » (2 Ti. 3 : 14.) {3SC2: 12.1.2}

(Signé) Oran Callantine

Bozeman, Montana

——————

AFFAME DEPUIS SI LONGTEMPS MAIS ENFIN RASSASIE

Chers frères et sœurs :

Dernièrement, j’ai commencé à étudier les livres de « La Verge du Berger » et ils m’intéressent beaucoup. Mon âme affamée en a fait ses délices et je voudrais également vous remercier pour les tracts que vous m’avez envoyés. Sœur……………… m’a donné les premiers, puis j’ai commandé les deux volumes de la « Verge » et ils sont merveilleux ! Plus je les lis, plus je les apprécie. {3SC2: 12.1.3}

Je suis Adventiste depuis plusieurs années, et j’ai étudié pour comprendre la. Pourtant, les livres de Daniel, Apocalypse et plusieurs demeuraient pour moi un mystère, mais j’avais soif de vérité et j’ai demandé au Seigneur de me permettre de comprendre Sa Parole. Il a suscité en moi le désir de venir assister aux études données par les croyants de « La Verge du Berger, » et aujourd’hui ma Bible est devenue un tout nouveau livre. Louez soit son nom ! Je dis souvent que j’ai raté beaucoup de choses en ne venant pas plus tôt écouter ces vérités merveilleuses ! Quand je pense au temps perdu où j’aurai pu étudier ce message de Vérité Présente, cela me peine. {3SC2: 12.1.4}

Je suis vieille maintenant, et ma mémoire me fait défaut, mais j’aime beaucoup cette vérité et je m’efforce de remplir ma « lampe » et d’avoir de « l’huile » supplémentaire dans mon « vase. » {3SC2: 12.1.5}

Quand j’ai commencé à écrire cette lettre, je ne pensais pas faire si long mais il fallait que je vous fasse part de mes sentiments face à ce merveilleux message. Ma coupe se rempli jusqu’à déborder. {3SC2: 12.1.6}

(Signé) Mme. M.

Géorgie

—————–

DETERMINE A BRILLER DAVANTAGE

J’apprécie sincèrement le message contenu dans les littératures de la « Verge du Berger, » et des mots ne sauraient exprimer combien je suis reconnaissante pour la lumière additionnelle que j’ai reçu. Ce message m’a aidé à tous les niveaux et quand je vois l’œuvre qu’il a accompli en moi, je me sens poussé à œuvrer en faveur de mes frères et sœurs pour les amener d’une manière ou d’une autre à sortir de leur tiédeur avant qu’il ne soit trop tard. {3SC2: 12.1.7}

Veuillez prier pour moi et ceux auprès de qui je travailler, et moi-même je continuerai de prier pour vous. {3SC2: 12.2.1}

(Signé) F.A.S.

British West Indies

—————————

UNE QUARANTAINE DE BOUGIES POUR DISSIPER LES TENEBRES

Chers frères et sœurs du Centre du Mont Carmel :

Salutations à vous en cette Nouvelle Année. Nous sommes entre quinze et vingt personnes à croire que le message d’Ezéchiel Neuf est bien la Vérité Présente. Nous sommes de bon courage dans le Seigneur et nous efforçons de présenter le message à ceux qui ne le connaissent pas encore. Il nous est difficile de convaincre les personnes qui entretiennent des préjugés à l’égard de « La Verge du Berger, » de venir s’asseoir pour étudier la Bible et les « Témoignages pour l’Eglise ; » mais nous partageons la lumière avec tous ceux qui raisonnent par eux-mêmes et privilégient leur salut aux considérations personnelles et autres divertissements. Le Saint-Esprit appellera tous ceux qui obéiront et seront purifiés, prêts à passer l’épreuve finale. {3SC2: 12.2.2}

Prier pour l’avancement de l’œuvre dans notre région. Que le message puisse s’étendre jusqu’à la Côte Nord-Ouest Pacifique afin que tous les enfants de Dieu puissent recevoir le message et soit purifié par lui. Que chacun reçoive le sceau de la délivrance et apposé par l’ange qui porte l’écritoire à la ceinture, lorsqu’il passera dans la ville pour marquer le peuple de Dieu, comme nous le rapporte Ezéchiel Neuf. Mes amis, l’on ne trouvera dans la bouche des personnes scellées aucun mensonge. (Ap. 14 : 5.) Que tous nous puissions faire partie de cette communauté ! {3SC2: 12.2.3}

P.W. Province

Portland, Oregon

—————-

Nous vivons une expérience merveilleuse ici à N.C. Frère …………….. nous présente le message de la Verge et nous désirons que davantage de frères et sœurs s’enrôlent auprès des 144 000. {3SC2: 12.2.4}

Ce message ébranle mon âme et je l’apprécie toujours plus chaque fois que je l’étudie. Je remercie continuellement le Seigneur qui dans sa  miséricorde nous a envoyé ce message pour nous sortir de notre tiédeur. {3SC2: 12.2.5}

Notre Seigneur nous aime tellement, il a tant fait pour nous aider alors qu’il nous sommes un peuple rebelle ! Je prie pour que Dieu se hâte de sceller les 144 000 et d’appeler la grande foule, afin qui nous rentrions rapidement chez nous avec Celui qui nous aime tant. J’ai hâte de voir de jour où notre Sauveur viendra nous chercher sur les nuées de cieux ! Ce glorieux espoir est ma consolation quand les persécutions

12

se font plus fortes et que je suis sur le point de craquer. Mais c’est alors que j’entends une voix dans mon cœur disant, « encore peu de temps ; » et là je retrouve la paix et la force d’avancer. {3SC2: 12.2.6}

Le message de « La Verge du Berger » a opéré une formidable réforme en moi. Avec lui, j’ai réalisé que je ne devais pas avoir les cheveux longs ;  il m’a enseigné la réforme sanitaire et vestimentaire. Il m’a appris à aimer mes frères et sœurs davantage. Il a ravivé mon premier amour et fait de moi un meilleur Chrétien et un meilleur Adventiste du Septième jour. {3SC2: 13.1.1}

(Signé) E.C., Ohio

——————–

QUAND IL Y A DE LA LUMIERE

Frère J.N. King et sa famille, nous envoient de Bozeman dans le Montana, le poème suivant écrit par un anonyme. Il exprime la joie de se trouver dans la glorieuse lumière de la Vérité Présente : {3SC2: 13.1.2}

REGARDER VERS LA LUMIERE

« J’ai demandé aux roses, comment leurs nuances devenaient

Plus riches et plus belles,

Qu’est-ce qui rendait leurs teintes si riches et brillantes ;

Elles ont répondu, ‘On regarde vers la lumière.’

Ah, le secret ! Dis-je en mon cœur.

Dieu a voulu que ma vie soit comme la tienne,

Radieuse d’une beauté céleste étincelante,

En regardant simplement vers la lumière. »

———————

LA FIN RESERVE TOUJOURS LE MEILLEUR

Chers frères :

Le numéro de Code est arrivé ce matin, et j’étais obligé de cesser toutes activités pour le lire. Je ne saurais vous exprimé ma reconnaissance. Chaque numéro est un délice mais le dernier semble être encore meilleur. Merci du fond du cœur ! {3SC2: 13.1.3}

(Signé) Mme H.K.L.

Caroline du Sud.

————————-0————————-

ERRATUM

Nous attirons votre attention sur la petite erreur qui s’est glissé à page 7 du numéro du « Code Symbolique » de Décembre 1936. {3SC2: 13.1.4}

Le mot « inconsciemment » devrait être remplacé par les mots « sans scrupules », dans la troisième phrase, au premier paragraphe de la réponse à la question N° 138. Ce qui donne : « Par ailleurs, cela prête à confusion dans « Jésus-Christ, » lorsqu’il est dit que c’est de la grande foule d’Apocalypse 7 : 9 dont il est question. » {3SC2: 13.1.5}

—————-

Dans le numéro du Code paru en Janvier, à la page 5 colonne 2, le témoignage de Dorothy Pinon aurait dû être accompagné des vers suivants : {3SC2: 13.1.6}

—————-

Académie du Mont Carmel

J’aime beaucoup l’Académie du Mont Carmel,

Entourée de collines, de vallons et d’arbres,

Où l’on peut se promener longuement,

Pour en apprendre plus sur notre Dieu d’amour ;

C’est là, dans ce lieu sacré,

Qu’ils se préparent cœurs et âmes,

A prêcher la nouvelle ici et au loin,

Que tous peut vivre et jamais ne connaître la mort.

Oh, quel merveilleux message, merveilleux endroit et merveilleuse école !

Que Dieu me préserve de la folie,

Et ne le laisse les musiques du Diable

M’éloigner de cette joyeuse communauté,

Qui se prépare ici sur la terre

A éclater en chants d’allégresses !

————-

Feuilles d’Automnes

Magnifiques, magnifiques feuilles d’automnes,

Tournoyant au gré du vent.

Rouges, jaunes, vertes et ors,

D’une beauté inégalée ! D’une beauté indicible !

Glorieuses, Oh glorieuses, feuilles éclatantes,

Parfaites en nuances et symétrie ;

Parfaites en couleurs, parfaite au regard,

Parfaites, toutes parfaites ! Qu’en est-il donc de nous

Que Dieu aime plus qu’une feuille qui tombe ?

Il désire nous épargner la peine et la douleur,

Et nous faite boire à la coupe d’or

De la beauté parfaite de l’éternité.

J’entends le bruissement des feuilles répondre,

« Parce que tu refuses de mourir au moi. »

–Dorothy Pinon, 9 ans.

————-0————-

Questions, Réponses

——–

« L’ARROGANCE PRECEDE LA RUINE, ET L’ORGUEIL PRECEDE LA CHUTE »

(Pr. 16 : 18)

Question N° 151 :

Que signifie les « vêtements précieux » ? {3SC2: 13.2.1}

Réponse :

Il y a ceux qui possèdent de nombreux habits, prévu pour diverses occasions, et ceux qui en possède juste pour les afficher. Chaque jour de la semaine, ils portent un habit différent, un nouvel habit le Sabbat et ne manque pas d’en changer le Sabbat suivant, et ainsi de suite. Ceux-là possèdent effectivement des « vêtements précieux. » {3SC2: 13.2.2}

En dehors des habits de travail, un habit pour la semaine et un habit pour le Sabbat suffit largement. {3SC2: 13.2.3}

————–

LES PRODUITS DE LA GRANDE DISTRIBUTION APPAUVRISSENT LE FOYER

Question N° 152

La margarine est-elle un bon substitut au beurre ? {3SC2: 13.2.4}

Réponse :

Evitez autant que possible les produits manufacturés. En effet, de tels produits sont fabriqués pour faire du profit plutôt que pour entretenir la santé. Les ingrédients sont

13

incertains et ils coûtent plus chers que ceux qui sont faits maison. {3SC2: 13.2.5}

La mayonnaise maison est une margarine moins chère, de meilleure goût, et meilleure pour la santé que n’importe qu’elle autre margarine. {3SC2: 14.1.1}

————0————

« Que Tu Prospères A Tous Egards Et Sois En Bonne Santé »

————–

Ne Soyez Pas Extrémistes

————–

« …En revanche, les personnes fortes et de tempérament sanguin supprimeront les aliments stimulants. Les œufs, en particulier, seront évités dans les familles où les enfants ont des tendances à la sensualité. Mais les personnes dont le sang est appauvri ne devraient pas écarter entièrement le lait et les œufs, surtout s’il ne leur est pas possible de se procurer d’autres aliments également riches en éléments nutritifs. Il faut prendre soin cependant d’obtenir du lait de vaches bien portantes et des œufs de poules bien nourries et bien soignées. Ceux-ci devraient être cuits de la manière qui les rend le plus digestibles. {3SC2: 14.1.2}

La réforme alimentaire doit être progressive. A mesure que les maladies des animaux augmentent, l’usage des œufs et du lait devient de plus en plus sujet à caution. Il faut s’efforcer de les remplacer par d’autres aliments sains et bon marché. Chacun devrait, autant que possible, savoir faire la cuisine sans lait et sans œufs, mais en veillant toutefois à ce que les aliments soient sains et de bon goût. » (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 436) {3SC2: 14.1.3}

« La méthode de prendre deux repas par jour est généralement favorable à la santé. Cependant, certaines personnes ont besoin d’un troisième repas. Celui-ci devrait être très léger. Les biscuits secs, les biscottes, les fruits ou le café de céréales torréfiées sont les meilleurs aliments pour le repas du soir…. » (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 209) {3SC2: 14.1.4}

« Les principes de la santé exigent que nous bannissions de notre table tout ce qui est de nature à irriter l’estomac et à nuire à la santé ; mais souvenons-nous qu’une alimentation insuffisante appauvrit le sang. Des cas de maladies très difficiles à guérir peuvent en résulter. L’organisme n’étant pas suffisamment nourri, une débilité générale et la dyspepsie s’ensuivent. Ceux qui s’alimentent insuffisamment n’y sont pas toujours contraints par pauvreté ; ils le font souvent par ignorance, par négligence, ou pour obéir à leurs idées erronées de réforme. {3SC2: 14.1.5}

Dieu n’est pas honoré lorsque nous négligeons notre corps ou que nous lui imposons des excès, nous rendant ainsi incapables de le servir. Prendre soin du corps en lui fournissant des aliments savoureux et nourrissants est un des premiers devoirs de la maîtresse de maison. Mieux vaut dépenser moins pour les vêtements et l’ameublement que d’économiser sur la nourriture. {3SC2: 14.1.6}

Quelques maîtresses de maison rationnent leur famille aux repas afin de pouvoir offrir à leurs visiteurs un menu dispendieux. Comme c’est peu sage ! Apprenons à recevoir avec plus de simplicité, et à pourvoir avant tout aux besoins des nôtres. {3SC2: 14.1.7}

Une économie irréfléchie et des coutumes artificielles empêchent souvent d’exercer l’hospitalité lorsqu’elle serait nécessaire et bénie. Il faut que nos tables soient suffisamment garnies pour que le visiteur inattendu n’impose pas à la maîtresse de maison un travail supplémentaire. {3SC2: 14.2.1}

Tout le monde devrait apprendre ce qu’il faut manger et comment le préparer. Les hommes aussi bien que les femmes ont besoin de savoir préparer les aliments d’une manière simple et saine. Leur travail les appelle souvent en des lieux où ils ne peuvent obtenir une nourriture saine ; leur connaissance de l’art culinaire leur permettrait alors de se tirer d’affaire. {3SC2: 14.2.2}

Accordez une grande attention à votre alimentation. Allez de la cause à l’effet ; maintenez l’appétit sous le sceptre de la raison. Ne malmenez pas votre estomac en mangeant trop, mais ne vous privez pas des aliments sains et nécessaires à la santé. {3SC2: 14.2.3}

Les idées étroites de quelques soi-disant réformateurs ont fait un grand tort à la cause de l’hygiène. Que les hygiénistes se souviennent que la réforme alimentaire sera jugée surtout par ce qui paraît sur leurs tables. Au lieu de discréditer leurs principes par leur comportement à cet égard, ils devraient les mettre en pratique de manière à se recommander eux-mêmes aux esprits sincères. Nombreuses sont les personnes qui s’opposeront toujours à une réforme quelconque, même raisonnable, si elles doivent, pour s’y conformer, se priver de ce qu’elles aiment. Elles satisfont leurs goûts au lieu de consulter la raison ou les lois de la santé, et traitent de fanatiques tous ceux qui abandonnent les sentiers battus de la coutume et se font les avocats d’une réforme, aussi justifiée soit-elle. Pour que ces personnes n’aient aucune raison de critiquer, on ne devrait pas chercher à se montrer entièrement différent d’elles, mais plutôt à s’en rapprocher le plus possible sans toutefois sacrifier ses principes. {3SC2: 14.2.4}

Si les défenseurs de la réforme sanitaire tombent dans les extrêmes, ne nous étonnons pas si beaucoup de ceux qui les considèrent comme des représentants des principes diététiques rejettent entièrement la réforme. Ces extrêmes font souvent plus de mal en peu de temps que n’en peut réparer toute une vie exemplaire. {3SC2: 14.2.5}

La réforme sanitaire est basée sur des principes larges et à longue portée; ne la rapetissons pas par des vues et des pratiques étroites. Que nul ne s’en laisse détourner par l’opposition, le ridicule ou le désir d’influencer ou de faire plaisir à quiconque. Ceux qui sont guidés par des principes suivront le droit sentier d’une manière ferme et décidée, tout en manifestant un esprit généreux, chrétien et modéré. »–« Ministry of Healing, » pp. 318-324 (Le Ministère de la Guérison, pp. 270-272). {3SC2: 14.2.6}

14

« Certains adventistes, tout en s’abstenant consciencieusement d’aliments malsains, négligent de s’accorder les éléments nécessaires au soutien de leur corps. Ceux qui poussent à l’extrême la réforme sanitaire courent le danger de préparer des plats insipides dont on ne peut se satisfaire. Les aliments doivent être préparés de telle manière qu’ils soient appétissants en même temps que nourrissants. Il ne faut pas refuser à notre organisme ce dont il a besoin. J’emploie un peu de sel, et je l’ai toujours fait, parce que ce dernier, loin d’être nuisible, est indispensable au sang. Les légumes devraient être rendus appétissants par un peu de crème ou de lait, ou d’un équivalent. {3SC2: 15.1.1}

Bien que des avertissements aient été donnés contre les dangers de l’usage du beurre et d’une grande consommation d’œufs par de petits enfants, il ne faut cependant pas considérer comme une violation de nos principes l’emploi d’œufs de poules qui sont bien soignées et convenablement nourries. Ceux-ci possèdent des propriétés qui combattent efficacement certains poisons. {3SC2: 15.1.2}

D’aucuns, en s’abstenant de lait, d’œufs et de beurre, ont négligé d’assurer à leur organisme une nourriture suffisante. Ils se sont affaiblis au point de ne plus pouvoir travailler, et ils ont jeté le discrédit sur la réforme sanitaire. C’est ainsi que l’œuvre que nous nous sommes efforcés d’établir solidement a été compromise par des bizarreries que le Seigneur n’a pas exigées, et les énergies de l’Eglise en ont été paralysées. Mais Dieu interviendra pour prévenir les conséquences de tels excès. L’Evangile doit réconcilier une race pécheresse, amener riches et pauvres ensemble aux pieds de Jésus. {3SC2: 15.1.3}

Le temps viendra où il se peut que nous devions proscrire des aliments dont nous usons aujourd’hui, tels que le lait, la crème et les œufs. Mais il n’est pas nécessaire de nous créer des difficultés par des restrictions prématurées et exagérées. Attendez que les circonstances l’exigent et que le Seigneur ouvre la voie. {3SC2: 15.1.4}

Ceux qui veulent proclamer avec succès les principes de la réforme sanitaire doivent prendre la Parole de Dieu pour guide et pour conseiller. Ce n’est qu’ainsi qu’ils pourront faire un bon travail. Ne donnons jamais un mauvais exemple au sujet de la réforme sanitaire en négligeant de prendre des aliments sains et appétissants au lieu et place d’aliments nuisibles auxquels nous avons renoncé. N’encouragez d’aucune manière le désir d’user de stimulants. Ne prenez que des aliments simples, sains, et remerciez le Seigneur constamment pour les principes de la réforme sanitaire. En toutes choses, pratiquez la droiture et la fidélité, et vous remporterez de précieuses victoires. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, pp. 162, 163 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, pp. 430-431). {3SC2: 15.1.5}

« Ceux qui sont des auditeurs attentifs de la Parole et qui suivent le Christ dans l’humilité de leur âme ne seront pas portés aux extrêmes. Le Sauveur ne s’y laissa jamais aller, ne perdit jamais le contrôle de lui-même et ne viola jamais les lois du bon sens. Il savait quand parler et quand se taire. Il gardait l’empire sur lui-même, ne se trompait jamais en jugeant les hommes ou les choses, n’était jamais abusé par les apparences. Il ne souleva jamais une question hors de propos et ne donna jamais une réponse qui n’allât pas droit au but. Il réduisit au silence les prêtres ergoteurs en ne s’arrêtant pas à la surface, mais en allant jusqu’au cœur, illuminant les esprits et éveillant les consciences. {3SC2: 15.1.6}

Ainsi, en suivant l’exemple du Christ, nous ne serons pas extrémistes. Nous cultiverons le calme et la maîtrise de soi. La paix qui se manifestait dans la vie du Christ se manifestera aussi dans nos vies. »–« Gospel Workers, » p. 317 (Le Ministère Evangélique, p. 311). {3SC2: 15.2.1}

« Les radicaux instrumentalisent la réforme au point d’en faire une religion. C’est l’objet de leurs conversations, leur véritable obsession, de sorte qu’ils détournent leur esprit de Dieu et de la vérité. Ils ne recherchent plus le caractère du Christ et manquent cruellement de politesse. Au lieu d’aborder la façon de s’habiller avec un esprit logique, ils n’en retiennent fièrement que la singularité. De telles questions n’ont peut-être jamais été considérées parmi au point que nous entrions en réflexion sur la réforme vestimentaire. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 636. {3SC2: 15.2.2}

Nombreux sont ceux les Chrétiens qui ont tendance à s’emporter sur certaines réformes. Ils commencement alors à imposer leurs idées aux autres, imitant la bête dont les cornes sont semblables à un agneau. La religion de Christ ne consiste pas en des idées extrémistes, ni sur le manger, le boire, l’habillement ou le mariage. Il ne s’agit de pas de bavardages insensés et délirants, etc., etc., etc. ! {3SC2: 15.2.3}

—————-

NOUILLES AU BLE COMPLET

¾ de livre de farine (blé complet)

¼ d’une coupe d’huile

3 œufs

1-3 coupes d’eau

½ cuillère à café rase de sel

Mélanger les ingrédients jusqu’à obtenir une pâte. Placer cette dernière sur une surface plane et la pétrir à fond pendant environ cinq minutes. Puis sur une surface enfarinée, aplatir la pâte jusqu’à ce qu’elle devienne très fine. Saupoudrer abondamment de farine et découper en bandes d’environs  douze centimètre de largeur. Placer chacune des bandes les unes sur les autres, puis plier toute la pile en ramenant l’extrémité qui vous est opposée vers vous et faire de même avec l’autre extrémité. A l’aide d’un couteau de cuisine, faite des coupes transversales d’environ 6 millimètres de largeur. A nouveau, saupoudrez-les de farines par petits groupes de sorte que la farine pénètre bien pour qu’elles ne collent pas. Veiller à avoir suffisamment d’eau bouillante salée dans lesquelles tremper les nouilles par petits groupes. La cuisson durera ne dépassera pas vingt minutes. (Servir avec du Fromage Cottage en Gratin, ou tout autre accompagnement de votre convenance.) {3SC2: 15.2.4}

15

« AUX DOUZE TRIBUS DISPERSEES »

A L’ATTENTION DE LA DENOMINATION ADVENTISTE

Cette petite lettre traite de la diffusion des principales informations au sein des croyants de la Vérité Présente, des rapports d’activités portant sur la réforme et des réponses aux questions concernant le message du scellement des 144 000 (Ap. 7 : 1-8) et de la grande foule (Ap. 7 : 9). Sont aussi couvertes les prophéties d’Esaïe, de Zacharie, de Sophonie, de Michée, d’Osée, de Joël, de Daniel, d’Apocalypse, d’Ezéchiel, de Jérémie, etc.., et un intérêt particulier est porté sur les huit premiers livres. Sont également abordées les paraboles de Christ, les types et les symboles, et enfin les écrits Mme E.G. White.

Ainsi, ce périodique s’engage à répondre aux questions sur ces passages des Ecritures, à l’uniquement condition que ces derniers aient fait l’objet de révélations divines proclamées avec autorité, attestant par-là de leur véracité. Il sera donc donné soit une réponse adéquate aux questions soit un « je ne sais pas » si la réponse n’est pas connue.

Cette lettre a pour but de démontrer que nous vivons désormais à l’époque où le Seigneur va manifester Sa puissance. Il va unifier et purifier Son église sur la terre, l’appelant à se lever de la poussière, à se revêtir de sa force et de ses habits de fêtes, car l’impur n’entrera plus chez elle. (Es. 52: 1.)

C’est pourquoi, il est expressément demandé aux messagers du « jour grand et redoutable de l’Eternel, » missionnés par l’œuvre, de respecter strictement toutes les exigences, les directives et les conseils donnés de temps à autre dans chaque numéro, en n’ajoutant ni n’ôtant rien au message. Ce message désavouera tous ceux qui ne reconnaissent pas son autorité divine, car l’église doit être la lumière du monde, « belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible dans des troupes sous leurs bannières. » (Es. 62 : 1-7; « Prophets and Kings, » p. 725 ; Prophètes et Rois, p. 549.)

Les illustrations sur la couverture représentent Apocalypse chapitre Douze et Neuf, ainsi qu’Esaïe 7 : 21 dont les symboles sont expliqués dans nos littératures.

Cette source de réconfort périodique s’adresse à tous les Adventistes prêts à ouvrir leur porte pour l’accueillir. Elle dispense l’enseignement aux héritiers du salut sans frais ni charges. Elle est supportée par les dons. Elle n’est pas une source d’accablement mais de réconfort et notre espoir est que chaque lecteur puisse prospérer et soit en bonne santé comme son âme prospère. (3 Jean 1 : 2.)

Enfin, nous vous demandons de rédiger vos questions de manière claire et distincte en fournissant des références. En retour, nous nous engageons à y répondre dès que possible.

Si vous désirez recevoir cet amical périodique régulièrement avec nos littératures gratuites, veuillez nous faire parvenir vos noms et adresses à l’Association de Publication Universelle, Département Code Symbolique, Centre du Mont Carmel, Lake Waco, Texas.

ASSOCIATION UNIVERSELLE DE PUBLICATION

Centre du Mont Carmel Lake Waco, Texas                                                                                                                 

16



[IMAGE COUVERTURE]

1

« N° 8 »

O âme fatiguée  Rassasiée de mensonges Sataniques,

De connaissances sophistiques,

Et de biens insipides ;

Mortellement indigestes

Et mêlés de vérité ;

Usée, en réalité,

Par sa quête de vérité pure.

Voici, le Bol

D’huile dorée,

(Le dur labeur de l’Esprit),

La Baguette et l’Arbre,

Ou le Trin guide :

Affinité pour

la trinité,

La Divinité,

L’Eternité !

O mon âme ! Réveille-toi ! Ouvre grand tes portes !

Le Roi ! Dans le ‘N° 8’, Il apporte

Davantage de crème de ses vaches et brebis ;

Et le miel aussi ! O mon âme, pourquoi dormir !

Réveille-toi de cet évanouissement mortel,

Et que de cette aubaine du Saint-Esprit,

Délectation rare, fine, étendue et consistante,

Nous satisfaisions ce pauvre appétit !

Voici : les « Mains, » les « Baguettes, » le « Rouleau, »

Les « Etoiles, » le « Lion, » « l’Heure, » et la « Verge, »

Le « Septième » mystique qui dévoile

L’œuvre finale du Seigneur en faveur du monde !

Ne comprends-tu pas ce symbole codé ?

Fait de la Vérité Présente ta seule demeure,

Rassemble les victuailles du passé,

Et ne te nourris plus jamais d’un repas si léger !

Voici la femme couronnée d’étoiles ;

Revêtue d’une resplendissante lumière,

Soit donc de la postérité de cette femme,

Soit authentique en parole et en acte.

Voici, les sauterelles sont venues voir

Si le sceau de la victoire repose sur toi.

Et bientôt l’aiguillon des scorpions

Convulse ton âme et tu tressailles

Tourmenté dans une douleur lancinante,

Agitant ton cerveau qui palpite.

Les cavaliers du ciel te foulent maintenant aux pieds,

Te voilà défait de la vie éternelle !

Sous une terre froide et érodée,

Pendant mille ans tu reposes.

Puis sorti du sinistre et infernal tombeau,

Accoutré comme jadis,

Tu te lèves pour encore cent « Jours, »

Suivre Gog et Magog, mêlée de fous tous marchant

Sous l’impulsion du plus fou d’entre eux.

Et voici, que l’Epoux sans égal

Dans sa terrible colère prononce ta sentence ;

Le feu inextinguible sonne le glas,

Et voilà qu’elle s’élève dans une fumée étouffante,  ton âme ;

Elle s’élève et s’élève et toujours,

Va-t’en, O âme, va, va !

Repens-toi donc vite ! Embarque pour le « N° 8, »

Sur la ligne de l’Espoir-Bénis du retour à la maison !

EPREUVE D’ADMISSION

[IMAGES]

2   

Réservez dès maintenant

Nous pensons que ce poème « N° 8, » piquera la curiosité des croyants de la Verge du Berger qui en chercherons le sens. L’exercice mental ainsi opéré conduira les participants à une compréhension de l’envergure de l’œuvre du message de la Vérité Présente. Dans cette optique, nous demandons à tous les lecteurs de fournir une interprétation du poème. {3SC3, 4: 3.1.1}

—————-

« QUELLE RECOMPENSE MERITEZ-VOUS ? »

« Nous recevons ce qu’ont mérité nos crimes et chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail. » (Lu. 23 : 41 ; 1 Co. 3 : 8) {3SC3, 4: 3.1.2}

Les places à l’Académie du Mont Carmel sont très limitées, de même qu’à l’Ecole de Formation, qui ouvrira ses portes à l’automne pourvu qu’elle reçoive le support nécessaire. Ainsi, nous traiteront en priorité, les dossiers d’inscriptions des participants à l’épreuve d’interprétation du poème « N° 8. » Toutefois, tous ceux qui participent à cette épreuve d’admission seront prioritaires. Le Code Symbolique, par ailleurs, publiera la meilleure interprétation. {3SC3, 4: 3.1.3}

————————–

REGLES DE L’EPREUVE

  1. 2 000 mots maximum.
  2. Le papier accepté est blanc pour « Machine à écrire Standard », soit 8 cm et demi sur 11cm.
  3. Seule l’encre noire ou noir bleutée est acceptée et seule une face du papier doit être utilisée.
  4. Ecrire lisiblement ou, si vous utilisez une machine à écrire, l’écriture doit être précise.
  5. La page 1 doit comporter le titre qui doit être situé à 1 cm du bord haut de la page.
  6. La première ligne de texte ne doit pas être à d’un demi-centimètre du titre.
  7. La marge gauche doit être d’1 cm du bord et laissez au moins un demi-centimètre à droite et en bas.
  8. L’indentation des paragraphes doit être d’un ¾ de centimètre.
  9. Numérotez chaque page au bord droit supérieur. Utilisez la numérotation Arabe et non Romaine.
  10. Concernant la pliure : Placez le manuscrit sur une table à l’endroit, puis pliez en deux du haut vers le bas.
  11. Sans changer de position, apposez dans le coin supérieur gauche votre adresse complète. Placez le titre centré vers le haut de la page. Placez dans le coin supérieur droit, votre nom, votre âge et lieu de résidence.
  12. Emballez le manuscrit à veillant ce qu’il reste plat, en n’ajoutant rien d’autre au colis.
  13. La manuscrit doit être envoyé au plus tard 1er Août 1937, cachet de la poste faisant foi. {3SC3, 4: 3.1.4}

Seuls seront acceptés par les juges les manuscrits qui respecteront ces règles. {3SC3, 4: 3.2.1}

Pour aider les croyants, le Comité Scolaire demande respectueusement à ceux qui ne participeront pas à cette épreuve d’en fournir la raison. {3SC3, 4: 3.2.2}

————————–0————————–

Enquête Statistique sur la Réforme et le Peuple

La vie nous enseigne que lorsqu’on entreprend quelque chose, l’on ne peut jamais satisfaire tout le monde. Nombreux sont ceux que le Christ Lui-même, dans toute Sa perfection, ne put satisfaire, au regard de Sa divine mission. Soyons donc réalistes plutôt qu’optimistes car l’œuvre de réforme qu’est la nôtre, et à fortiori impopulaire, ne saurait rencontrer la faveur du plus grand nombre. Par ailleurs, compte tenu de la nature de certaines de nos procédures au sein de la Vérité Présente, il faut reconnaître que nous-mêmes ne pouvons nous attendre à satisfaire tous les croyants du mouvement. Ainsi, diffusant cette récente « Enquête Statistique sur la Réforme, » nous n’avons pas cherché à vainement satisfaire tout le monde mais plutôt à satisfaire Dieu. {3SC3, 4: 3.2.3}

C’est alors que nous avons pu observer les comportements récurrents qui sont propres à l’église. Ceux qui marchent pleinement à la lumière de la Vérité Présente ont été ravis par cette enquête. Des croyants à qui l’on avait oublié d’envoyé l’enquête en ont même réclamé et certains, d’ailleurs, se sont sentis trahi par un tel oubli. Par contre, ceux qui ne suivent le message qu’à moitié soit parce qu’ils sont loin devant ou loin derrière ou même évoluent en marge de celui-ci, ceux-là n’ont évidemment pas très bien reçu cette Enquête. En effet, cette dernière a probablement dévoilé leurs manquements sur quelques réformes demandées par Dieu aujourd’hui. {3SC3, 4: 3.2.4}

Certaines personnes ont contesté affirmant que cette Enquête « s’apparentait plus à une confession catholique. » Elles ont donc refusé de se prêter à l’exercice ou s’y sont prêté à contre cœur, passant de celui qui se trouve des excuses à celui sent le poids d’une culpabilité condamnable. {3SC3, 4: 3.2.5}

Cette enquête, dont le but était de rappeler à tous les croyants que le message de réforme les appelle à devenir de meilleurs Chrétiens, a finalement suscité diverses réactions bien distinctes. Jugez plutôt le ton critique qui pourrait se dégager de l’une d’entre elles : {3SC3, 4: 3.2.6}

3

« PAUVRE PASTEUR »

« Le pasteur est gâté. S’il est grisonnant, il est trop vieux. S’il est jeune, il n’a pas assez d’expérience. S’il est célibataire, c’est un dragueur ; s’il est marié, il est finalement comme les autres. Si sa femme est âgée, elle est pour lui un boulet ; si elle est jeune, il se concentre alors trop sur elle. S’il a dix enfants, il en a trop ; s’il n’en a aucun, il ne montre pas le bon exemple. Si sa femme chante dans la chorale, elle est hautaine ; si elle ne chante pas dans la chorale, elle ne s’intéresse pas aux affaires de son mari. Si le pasteur prêche en lisant ses notes, il est ennuyeux ; s’il improvise, il ne va alors pas assez en profondeur. S’il reste chez lui pour étudier, il ne socialise pas assez avec les membres ; si on le voit dehors, on pense qu’il devrait être chez lui à préparer un bon sermon. S’il interpelle le pauvre, il fait l’intéressant ; s’il interpelle les riches, c’est un aristocrate. Quoi qu’il fasse, il y aura toujours quelqu’un pour lui dire qu’il devrait faire mieux. »–« Wittenberg Enterprise, » 11 Mars 1937. {3SC3, 4: 4.1.1}

—————

REPONSE

Un pasteur ne saurait prêcher sans s’appuyer sur les Ecritures. Il ne saurait ouvrir la bouche sans employer un « ainsi parle l’Eternel. » Par conséquent, le pasteur répond avec les Ecritures. {3SC3, 4: 4.1.2}

« Mon cœur tremble au-dedans de moi, et les terreurs de la mort me surprennent ; la crainte et l’épouvante m’assaillent, et le frisson m’enveloppe. Je dis : Oh ! Si j’avais les ailes de la colombe, je m’envolerais, et je trouverais le repos ; voici, je fuirais bien loin, j’irai séjourner au désert. » (Ps. 55 : 4-7.) {3SC3, 4: 4.1.3}

« Car le Seigneur, l’Eternel, ne fais rien sans avoir révélé son secret à ses serviteurs les prophètes. » (Les pasteurs). (Amos 3 : 7.) {3SC3, 4: 4.1.4}

« Alors la parole de l’Eternel me fut adressée, en ces mots : » « Et toi, fils de l’homme, les enfants de ton peuple s’entretiennent de toi près des murs et aux portes des maisons, et ils se disent l’un à l’autre, chacun à son frère : venez donc, et écoutez quelle est la parole qui est procédée de l’Eternel ! Et ils se rendent en foule auprès de toi, et mon peuple s’assied devant toi ; ils écoutent tes paroles, mais ils ne les mettent point en pratique, car leur bouche en fait un sujet de moquerie, et leur cœur se livre à la cupidité. Voici, tu es pour eux comme un chanteur agréable, possédant une belle voix, et habile dans la musique. Ils écoutent tes paroles, mais ne les mettent point en pratique. Quand ces choses arriveront, -et voici, elles arrivent ! –ils sauront qu’il y avait un prophète au milieu d’eux. » (Ez. 33 : 30-33.) {3SC3, 4: 4.1.5}

« Réduis à néant, Seigneur, divise leurs langues ! Car je vois dans la ville la violence et les querelles ; elles en font jour et nuit le tour sur les murs ; l’iniquité et la malice sont dans son sein ; la méchanceté est au milieu d’elle, et la fraude et la tromperie ne quittent point ses places. Ce n’est pas un ennemi qui m’outrage, je le supporterais ; ce n’est pas mon adversaire qui s’élève contre moi, je me cacherais devant lui. C’est toi, qui j’estimais mon égal, toi, mon confident et mon ami ! Ensemble nous vivions dans une douce intimité, nous allions avec la foule à la maison de Dieu ! Que la mort les surprenne, qu’ils descendent vivants au séjour des morts ! Car la méchanceté est dans leur demeure, au milieu d’eux. Et moi, je crie, à Dieu, et l’Eternel me sauvera. Le soir, le matin, et à midi, je soupire et je gémis, et il entendra ma voix. Il me délivrera de leur approche et me rendra la paix, car ils sont nombreux contre moi. Dieu entendra, et il les humiliera, lui qui de toute éternité est assis sur son trône. Car il n’y a point en eux de changement, et ils ne craignent point Dieu. » (Ps. 55 : 9-19.) {3SC3, 4: 4.1.6}

Tel un pasteur, cette enquête délivre à ceux qui marchent pleinement dans la lumière de la Vérité Présente, un sermon imparable. Par contre, pour tous les autres, son message n’a naturellement pas été bien reçu ; il les a en quelque sorte « tourmentés. » (Ap. 11 : 10.) {3SC3, 4: 4.2.1}

Nous sommes forcés de conclure à lumière de ces éléments révélateurs, qu’il est parmi nous des croyants qui n’ont pas accepté pleinement le message. Ils le prétendent mais ils marchent selon inclinations de leur cœur. Ils sont une honte pour la cause aussi longtemps qu’ils y prendront part et ils en limitent la puissance. Ces frères sont décrits dans la réponse faite au Pauvre Pasteur cité précédemment au paragraphe 4. {3SC3, 4: 4.2.2}

—————-0—————-

Conseils et Avertissements aux Parents

PART I

« Quelle terrible désillusion que de croire fermement que tout va bien alors qu’on est sur un mauvais chemin! Le message du témoin fidèle surprend le peuple de Dieu dans cette triste situation, mais l’Eglise ignore en toute bonne foi dans quelle condition déplorable elle se trouve aux yeux de Dieu. Alors que ceux à qui s’adresse le message se flattent d’être parvenus à un niveau spirituel élevé, le témoin fidèle vient mettre fin à leur sentiment de sécurité en leur faisant connaître leur vraie condition de pauvreté et d’aveuglement spirituels. Cette accusation si catégorique et si sévère ne peut être fausse, car il s’agit d’une

4

déclaration du témoin fidèle. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 3, pp. 252, 253 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 375). {3SC3, 4: 4.2.3}

Force est de constater qu’en sept ans, les croyants du message de la Vérité Présente ne se sont pas totalement sorti de cette « triste situation ; » c’est notamment le cas pour les parents et les gardiens. Ils semblent totalement incapables de gérer les problèmes de leurs enfants de manière sage, impartiale et raisonnable ; problème dont ils sont d’ailleurs les responsables. Satan semble les avoir presque totalement aveuglés d’un sentimentalisme parental. Il est de notre devoir de sonner l’alarme avant que parents et enfants ne périssent ensemble dans cette situation. {3SC3, 4: 5.1.1}

A l’époque d’Elie, l’on pouvait observer la même situation. L’église, le foyer et l’école « avaient disparu au cours des années d’apostasie qui sévirent en Israël, » jusqu’à ce qu’Elie ne les rétablisse. Il rétablit les écoles de prophètes qui « permettaient aux jeunes gens de se former pour magnifier la loi et la faire honorer. » Grâce à lui l’école redevint l’outil par lequel l’école et le foyer étaient réunifiés, réconciliant par là même parents et enfants. {3SC3, 4: 5.1.2}

Aujourd’hui, alors que nous vivons dans la plus sombre apostasie, l’église, le foyer et l’école sont aux affres de la mort. C’est pourquoi Elie doit à rétablir comme le rapporte les Ecritures, « toutes choses. » Selon le type, le rétablissement de l’institution de l’école des prophètes doit à nouveau servir de lien entre l’église et le foyer, entre parents et enfants. {3SC3, 4: 5.1.3}

« Voici, je vous enverrai Elie, le prophète, avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable. Il ramènera le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, de peur que je ne vienne frapper le pays d’interdit. » (Mal. 4 : 5, 6.) {3SC3, 4: 5.1.4}

L’Académie du Mont Carmel est l’école du message d’Elie, le prophète d’aujourd’hui. Elle est cette voix qui vient alerter parents et enfants, leur disant de sortir de leur « triste situation. » Elle leur apprend à se détourner de leur pendants naturels et à obéir préceptes divins, aux lois et aux statuts. Ainsi elle « ramène effectivement le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères, » garantissant leur survit lorsque viendra le jour grand et redoutable de l’Eternel qui viendra frapper le pays d’interdit. {3SC3, 4: 5.1.5}

« Les parents ont une tâche sacrée et solennelle et peu sont ceux qui le réalisent car leurs yeux sont aveuglés par l’ennemi de toute justice. Leurs enfants grandissent alors dans l’indiscipline et l’impolitesse ; ils sont culotés, arrogants, ingrats et méchants. Si l’on se montrait ferme, constant et décidé, mêlant la justice et l’indulgence à la patience et la modération, cela produirait de merveilleux résultats. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 305. {3SC3, 4: 5.1.6}

« Si les parents pouvaient prendre la mesure de l’importance de leur responsabilité quant à l’éducation de leurs enfants, ils se consacreraient plus à la prière qu’à des choses inutiles. Ils entreraient en eux-mêmes, étudieraient et prieraient sincèrement le Seigneur pour réclamer la sagesse et l’aide d’en haut afin d’éduquer leurs enfants de manière à ce qu’ils développent les caractères que Dieu affectionnent. »–« Fundamentals of Christian Education, » p. 30. {3SC3, 4: 5.2.1}

« Mon âme est attristée lorsque je songe aux jeunes dont le caractère doit se former au milieu de cette génération perverse. Je tremble aussi pour les parents, car il m’a été montré que d’une manière générale ils ne comprennent pas l’obligation qu’ils ont d’élever leurs enfants sur des bases solides. On consulte la coutume et la mode ; les enfants apprennent à s’y soumettre et se corrompent de cette façon, tandis que leurs parents indulgents sommeillent en face du danger. Un très petit nombre de jeunes gens sont exempts de mauvaises habitudes. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 348 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 294). {3SC3, 4: 5.2.2}

« Il m’a été montré que beaucoup de parents professant croire au message de l’heure n’ont pas éduqué leurs enfants dans le Seigneur. Ces derniers n’ont aucune retenue et s’irritent contre quiconque tente de les reprendre. Ces parents n’ont pas pris pour habitude d’apporter leurs enfants à l’autel de l’Eternel….{3SC3, 4: 5.2.3}

Beaucoup de parents semblent perdre toute raison et objectivité tellement ils éprouvent de l’affection pour leurs enfants. Ces enfants gâtés, égoïstes et mal éduqués sont entre les mains de Satan un instrument efficace pour détruire les parents… Par l’instruction, la discipline et l’exemple, les enfants sont le produit de leurs parents. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 36, 37. {3SC3, 4: 5.2.4}

« Les parents n’ont pas conscience de ces choses. Ils ne réalisent pas les conséquences de leurs actes. Ils ne voient pas que leurs enfants ont besoin d’être éduquer avec la plus grande délicatesse ;  les parents doivent se concentrer sur l’éducation religieuse de leurs enfants. Ces derniers appartiennent au Christ et ils doivent être considérés comme tel car ils ont été rachetés par son sang, ils sont les trophées de sa grâce. Ainsi, ils sont des instruments entre les mains de Dieu qui les emploiera pour construire son royaume. Satan cherchera toujours à arracher ces jeunes aux mains de Christ, et les parents ne réalisent pas que le grand adversaire plantent ses bannières tout près d’eux. Leur aveuglement est tel qu’ils prennent ces bannières pour celles de Christ. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 41. {3SC3, 4: 5.2.5}

« Dieu avait choisi Abraham ‘afin qu’il commande à sa maison après lui’. Il savait qu’il n’y aurait chez lui ni laisser-aller ni favoritisme indulgent. On ne le verrait pas sacrifier le devoir aux

5


clameurs d’une affection irraisonnée. En effet, non seulement Abraham enseignait la bonne voie, mais il appliquait sans fléchir l’autorité de lois justes et équitables. {3SC3, 4: 5.2.6}

En vérité, ils sont peu nombreux, aujourd’hui, ceux qui suivent cet exemple. Chez un trop grand nombre de parents, on constate un sentimentalisme égoïste et aveugle, faussement nommé affection, qui consent à abandonner les enfants à la merci de leurs caprices, à leur jugement rudimentaire et à leurs volontés indisciplinées. C’est commettre une véritable cruauté envers la jeunesse et une criante injustice envers la société. La faiblesse chez les parents engendre le désordre dans les familles et dans le monde. Au lieu d’inculquer aux jeunes la soumission aux commandements de Dieu, on les confirme dans leur résolution d’en faire à leur guise. Ils grandissent ainsi avec une aversion profonde pour la volonté divine et transmettent leur esprit irréligieux et insubordonné à leurs enfants et aux enfants de leurs enfants. A l’instar d’Abraham, les parents doivent ‘commander à leur maison après eux’ et, comme premier pas dans l’obéissance à l’autorité de Dieu, enseigner et faire respecter la soumission à l’autorité paternelle. {3SC3, 4: 6.1.1}

Ce n’est que lorsqu’ils auront commencé à marcher, d’un cœur sincère, dans la bonne voie, que les parents seront préparés à ‘commander à leurs enfants après eux’. A cet égard, une réforme radicale s’impose. Elle est nécessaire chez les parents, nécessaire chez les ministres de l’Évangile. Les uns et les autres ont besoin de Dieu dans leurs familles. S’ils désirent voir un changement dans la situation du monde, il faut qu’ils introduisent la Parole de Dieu dans leurs maisons et en fassent leur conseiller. »–« Patriarchs and Prophets, » pp. 142, 143 (Patriarches et Prophètes, p. 122, 123). {3SC3, 4: 6.1.2}

« Le manque de fermeté, l’excès d’affection et la camaraderie constituent une éducation qui attriste les anges. Cette notion fausse selon laquelle il est sage d’user d’indulgence et de liberté, plaît à Satan car des centaines, voire des milliers enfants finissent par se rallier à lui. C’est la raison pour laquelle il aveugle les parents, émousse leurs sens et confond leur esprit… Oh ! Quand les parents se montreront-ils sages ? Quand prendront-ils conscience de la teneur de leur tâche quant à l’usage de fermeté et l’exigence du respect le tout en conformité avec la parole de Dieu ? {3SC3, 4: 6.1.3}

…Les enfants n’ont pas du tout été éduqués dans le Seigneur ; cela a perpétué le mal et les rangs de l’ennemi ont été grossit d’individus qui, s’ils avaient reçu l’attention juste, auraient été les collaborateurs de Christ. Des idées fausses et une affection mal placée ont entretenu des traits de caractères qui ont rendu les enfants déplaisants et malheureux. Le quotidien a été ainsi pourri et cette influence malfaisante s’est perpétuée de génération en génération. L’enfant qu’on laisse libre de ses actes déshonorera Dieu fera honte à son père et sa mère. Lumière a émané de la parole de Dieu et des témoignages de son Esprit afin que personne ne s’égare dans ses responsabilités. Dieu demande aux parents d’élever leurs enfants dans la crainte de Son nom et de Sa loi ; ils doivent les éduquer comme les plus jeunes membres de la famille de Dieu et ces derniers doivent manifester des caractères beaux et des tempéraments charmants. C’est ainsi, qu’ils brilleront dans les parvis célestes. En négligeant leurs devoirs et en fermant les yeux sur les mauvais comportements des enfants, les parents leur ferment les portes de la cité céleste. {3SC3, 4: 6.1.4}

Ces choses devraient revêtir une grande importance dans les foyers. Les parents doivent se lever et prendre à cœur leurs responsabilités longtemps négligées. Les personnes qui prétendent aimer Dieu ne font pas sa volonté. Du fait du manque d’encadrement et de règles, des milliers d’enfants développent un caractère déformé, duquel la morale est absente. Les devoirs de la vie quotidienne n’ont pas été inculqués. Ces enfants sont laissés libres de suivre leurs pulsions, ils disposent eux-mêmes de leur temps et de leurs aptitudes intellectuelles. La perte de ces talents négligés est à attribuer aux pères et aux mères ; quelles excuses donneront-ils au Maître de maison qui leur a confié la noble tâche de permettre à ces âmes de s’améliorer pour la gloire de leur Créateur ? »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 324-326. {3SC3, 4: 6.2.1}

Aaron « était le sacrificateur de sa maison, or, il a préféré fermer les yeux sur la folie de ses enfants. Il a négligé son devoir en ne leur apprenant pas l’obéissance, l’abnégation et le respect de l’autorité parentale. Dans son indulgence mal placée, Aaron n’a pas su instruire ses enfants dans la crainte des choses éternelles. Comme de nombreux parents Chrétiens aujourd’hui, Aaron n’a pas vu que son affection mal placée et sa tolérance des mauvaises tendances de ses enfants, leur vaudrait le déplaisir de Dieu qui dans sa colère les détruirait. Tandis qu’Aaron négligea d’assoir son autorité, la justice de Dieu s’abattit sur eux. Aaron dut réaliser l’extrême cruauté dont il faisait preuve ; c’était ses douces remontrances, son manque de fermeté et d’autorité parentale et sa tendresse imprudente envers ses fils. Dieu fit donc Lui-même justice et détruisit les fils d’Aaron. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 3, p. 295. {3SC3, 4: 6.2.2}

« La malédiction retombera certainement sur les parents infidèles. Non seulement ils récolteront ici-bas ce qu’ils auront semé, mais il leur sera demandé compte au jour du jugement de leur infidélité. Beaucoup d’enfants se lèveront en ce jour-là, condamneront leurs parents parce qu’ils ne les ont pas corrigés et les rendront responsables de leur perte. L’amour aveugle des parents et leur indulgence coupable

6

les amènent à excuser les fautes de leurs enfants et à ne pas les corriger. De cette façon, ceux-ci seront perdus et leur sang retombera sur les parents infidèles. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 219 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 86). {3SC3, 4: 6.2.3}

« Parents, votre première préoccupation devrait être d’accomplir votre devoir et de vous impliquer cœurs et âmes dans l’œuvre que Dieu vous a confié. Si dans le tous les reste vous échouez, tâchez d’être efficace dans cette mission. Si les enfants de votre foyer développent la pureté et la vertu ; si d’une quelconque façon ils participent au plan de Dieu pour ce monde, alors vous aurez réussi et n’aurez pas de regrets…. Même la bonté a ses limites. L’autorité doit être exercée avec fermeté, sévérité ou elle sera reçu avec moquerie et mépris. La tendresse, la cajolerie et l’indulgence envers les enfants sont le pire mal qui puisse leur arriver. La fermeté, la force de décision et des règles justes sont essentielles dans une famille. Parents, assumez les responsabilités que vous avez négligés : éduquez vos enfants selon le plan de Dieu, ‘annoncez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière.’ »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 44, 45. {3SC3, 4: 7.1.1}

A Suivre.

——————–0——————–

Venez au Secours de L’Eternel

Dieu dans Sa Providence a toujours adapté l’avancement de Son œuvre sur la terre en fonction de la générosité de Son peuple. Avec les Hébreux, la construction du sanctuaire avança suivant les capacités du peuple à suivre le plan de Moïse. De même, lorsque Dieu mis dans le cœur des Juifs de reconstruire le temple de Jérusalem, leur entreprise avança en fonction du nombre de volontaires disposé à travailler. Au cours de l’ère Chrétienne, l’œuvre de l’évangile avança selon l’obéissance et le sacrifice des croyants. {3SC3, 4: 7.1.2}

Dans l’Esprit de Prophétie nous pouvons lire que « les offrandes désintéressées enthousiasmaient la jeune église de Corinthe, car les nouveaux convertis savaient qu’ils contribuaient ainsi à la proclamation de l’Evangile dans les pays où régnaient les ténèbres. Leur générosité prouvait qu’ils n’avaient pas reçu la grâce de Dieu en vain. Quelle pouvait être la cause d’une telle générosité, sinon la sanctification de l’Esprit ? Pour les croyants et les non-croyants, cette générosité semblait être un miracle de la grâce. »–« The Acts of the Apostles, » p. 344 (Conquérants Pacifiques, p. 304). {3SC3, 4: 7.1.3}

« Si de tout notre cœur nous acceptons le principe divin de la bienveillance, si nous consentons à obéir en toutes choses aux directions du Saint-Esprit, nous suivrons la trace des apôtres. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 7, p. 146 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 170). {3SC3, 4: 7.1.4}

Ces passages nous amènent à conclure avec l’Esprit de Prophétie que « la richesse spirituelle d’une église est étroitement liée à la générosité chrétienne » (« The Acts of Apostles, » p. 344 ; Conquérants Pacifiques, p. 305). Ainsi, l’œuvre finale en faveur de l’église n’avancera que selon l’étendue de nos sacrifices. En effet, si au temps de Moïse, de Néhémie et de Paul, Dieu réclamait un esprit de sacrifice à des époques où l’œuvre avait en comparaison moins d’envergure, à plus forte raison réclamera-t-Il le même esprit aujourd’hui, à l’époque du rétablissement de « toutes choses, » où l’évangile doit être prêché à toute nation, toute tribus, toute langue et tout peuple en un temps éclair ? {3SC3, 4: 7.1.5}

Comment « assiéger » la « ville, » former des retranchements et élever contre elles des terrasses ; comment « l’environner d’un camp, » et « dresser contre elle des béliers tout autour ; » et comment également exécuter l’ordre de l’Eternel : « Elargis l’espace de ta tente, qu’on déploie les couvertures de ta demeure : ne retiens pas ! Allonge tes cordages, et affermis tes pieux ! » {3SC3, 4: 7.2.1}

Pour que s’accomplisse cette prouesse, il faut que chaque croyant de la Vérité Présente « ne néglige aucune occasion » et qu’il « rende au Seigneur ce qu’Il lui revient : les dîmes et les offrandes. » Il faut respecter nos vœux, car Dieu a non seulement été volé « dans les dîmes et les offrandes, » mais « il en est aussi beaucoup qui négligent leurs vœux et ne s’acquittent pas de leurs engagements sans en être troublés le moins du monde. Combien peu se sentent coupables d’avoir manqué à leur devoir ! Il faut que nous soyons à cet égard plus profondément convaincus. Notre conscience doit être réveillée sur ce point. Au dernier jour, il faudra rendre des comptes au Seigneur, car il a des droits sur nous. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 468 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 629) {3SC3, 4: 7.2.2}

Le Seigneur déclare par ailleurs : « Pour que la cause de Dieu avance, il faut des moyens. » Toutefois, « il n’est pas dans le plan de Dieu de déverser du ciel les ressources qui supporteront Sa cause. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 660) Au contraire, tous « se lèveront, et déposeront aux pieds de Jésus, prières, biens, énergie et ressource,… » Alors, « la cause de la vérité triomphera. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 475. {3SC3, 4: 7.2.3}

Peu de croyants de la Vérité Présente respectent ces principes et tous espèrent qu’avec le peu de ressources à sa disposition, le Mont Carmel prenne non seulement en charge l’ensemble des projets touchant à la construction du « camp, » mais envoie aussi les ouvriers dans le champ ; sans parler de la publication et de la diffusion des littératures, du fonctionnement de l’école de formation, de la prise en charge des pauvres et des malades, et du fonctionnement des multiples autres branches de l’œuvre. Comment accomplir tout cela les quand une majorité refuse d’assumer

7

l’ensemble de ses responsabilités ? Il n’est pas étonnant que Dieu en appelle aujourd’hui à tous ceux qui sont demeurés fidèles, afin qu’ils viennent au secours de l’Eternel contre les hommes vaillants en faisant alliance avec Lui par le sacrifice. {3SC3, 4: 7.2.4}

« L’appel de fonds pour faire avancer la cause de la vérité ne peut-être plus urgent qu’aujourd’hui. Notre argent ne fera jamais plus de bien qu’en ce moment. Chaque jour passé à le conserver par devers soi limite la période où il fera du bien en sauvant des âmes. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 81 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 540). Rappelez-vous la femme de Lot. « Mais si vous ne faites pas ainsi, vous péchez contre l’Eternel, sachez que votre péché vous atteindra. » (No. 32 : 23.) {3SC3, 4: 8.1.1}

« Notre peuple est plein de ressources et si tout le monde mesurait l’importance de la tâche, l’œuvre avancerait sans le moindre problème. Cette œuvre, nous devrions tous l’avoir à cœur particulièrement ceux qui s’y sont investis. Des structures devraient être mise en place pour recevoir les infirmes pour qu’avec l’aide du ciel et les moyens appropriés, ils puissent être délivrés de leurs handicaps et apprennent à prendre soin d’eux-mêmes pour prévenir toute maladie. {3SC3, 4: 8.1.2}

Beaucoup de croyants deviennent pingres et cupides. Il faut qu’ils se réveillent. Ils ont amassé tant de trésors sur la terre qu’ils n’ont plus que cela à l’esprit. Leur trésor terrestre est grand mais leur trésor céleste est petit, ainsi leur intérêt se porte sur les biens matériels et non sur l’héritage céleste. Ils ont aujourd’hui l’occasion d’apporter leur contribution à l’humanité en souffrance et d’agir pour l’avancement de la vérité. L’on ne devrait jamais abandonner cette œuvre à son triste sort. Les dispensateurs établit par Dieu devraient aujourd’hui se saisir de l’œuvre et utiliser leurs ressources à Sa gloire. Ceux qui garderont leurs richesses attireront sur eux la malédiction au lieu de la bénédiction. {3SC3, 4: 8.1.3}

Ceux que Dieu a dotés de richesses devraient mettre en place des épargnes qui serviraient aux pauvres atteint de maladies, n’ayant pas les moyens de financer eux-mêmes les traitements qu’ils reçoivent à l’institution. De précieuses âmes vivant dans la pauvreté ont servi avec succès la cause de Dieu. Une épargne devrait être crée pour ces personnes dès lors que l’église qu’elles fréquentent les juge aptes à bénéficier de cette aide. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 494. {3SC3, 4: 8.1.4}

AIDE AUX ETUDIANTS EMERITES

« Les églises établies dans différentes localités devraient avoir le sentiment de la responsabilité qui pèse sur elles au sujet de la formation de la jeunesse dont les talents doivent être développés en vue du travail missionnaire. Quand on remarque des jeunes biens doués mais qui sont dépourvus de moyens financiers, on devrait assumer la responsabilité de les envoyer à l’une de nos écoles, car il y a dans nos églises des valeurs à faire fructifier pour le service. Nous avons des jeunes qui pourraient faire un excellent travail dans la vigne du Maître, mais beaucoup ne peuvent acquérir l’instruction indispensable si on ne les assiste pas. Estimer comme un privilège de partager les frais d’écolage de tels jeunes est le devoir de nos églises. {3SC3, 4: 8.1.5}

Quand la vérité est dans le cœur, on est toujours prêt à aider là où cela s’avère nécessaire. Si quelques-uns de nos jeunes, désireux de bénéficier de l’école, ne peuvent subvenir à tous leurs frais d’écolage, que les églises se montrent libérales en leur venant en aide. {3SC3, 4: 8.2.1}

En outre, chaque Fédération devrait posséder un fonds destiné à soutenir les futurs élèves qui veulent se consacrer à l’œuvre missionnaire ; et dans certains cas, ils devraient même recevoir des dons. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 213 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, 549). {3SC3, 4: 8.2.2}

« Que tous partagent la dépense, et que l’église sache quels sont ceux qui doivent recevoir l’aide nécessaire pour se rendre à l’école. Les familles pauvres devraient être assistées. Nous ne pouvons pas nous appeler nous-mêmes de véritables missionnaires si nous négligeons ceux qui sont à nos portes, à l’âge le plus critique et qui ont besoin de notre aide pour s’assurer la connaissance et l’expérience qui les rendront aptes au service de Dieu. {3SC3, 4: 8.2.3}

Le Seigneur veut que nous fassions de sérieux efforts en vue de l’éducation de nos enfants. La véritable œuvre missionnaire entreprise par des maîtres quotidiennement instruits par Dieu amènerait bien des âmes à la connaissance de la vérité telle qu’elle est en Jésus. Ainsi formés, les enfants communiqueraient à d’autres la lumière et la connaissance reçues. Nos membres d’église donneront-ils les moyens de faire avancer la cause de Dieu ? Laisseront-ils leurs propres enfants faire l’ouvre de Satan ? »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 217 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 553). {3SC3, 4: 8.2.4}

« Beaucoup n’accomplissent par leurs devoirs auprès des autres à cause du moi. Croient-ils qu’ils n’aient à s’occuper que d’eux-mêmes et de leurs enfants ? ‘Toutes les fois,’ dit le Christ, ‘que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites.’ Vos enfants ont-ils plus de valeur aux yeux de Dieu que les enfants des autres ? Dieu ne fait acception de personne. Nous devons tout faire pour sauver les âmes. Aucun enfant ne devrait être mis de côté sous prétexte qu’il n’a pas la même culture ou la même religion qu’un autre. Si ces enfants délaissés avaient bénéficiés des mêmes avantages, ils auraient

8

manifestés une plus grande noblesse d’âme et de plus grandes capacités de service que tous ces autres enfants qui ont été choyés jour et nuit et ont baignés dans l’amour. Les anges prennent en pitié ces brebis perdues ; ils pleurent et nos yeux sont secs tandis que nous leur fermons notre cœur. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 423{3SC3, 4: 8.2.5}

« Chacun de nos membres, parent ou non, devrait porter le plus grand intérêt à la vigne du Seigneur. Nous ne pouvons nous permettre de laisser nos enfants s’éloigner dans le monde en tombant sous la coupe de l’ennemi. Coopérons avec le Seigneur, venons-lui en aide contre ses puissants ennemis. Faisons notre possible pour que nos écoles soient une bénédiction pour nos jeunes…. Ceux qui n’ont pas de rapport direct avec ces écoles contribueront à ce qu’elles soient une bénédiction en les soutenant généreusement. Ainsi, nous deviendrons ‘ouvriers avec Dieu’ et recevrons la récompense réservée aux fidèles, le droit d’entrer à l’école du ciel. »–« Counsels to Teachers, » p. 210 (Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Edudiants, p. 16). {3SC3, 4: 9.1.1}

« Les besoins de l’œuvre ne cesseront de croître à mesure que nous approcherons de la fin des temps. (Evénements des Derniers Jours, p. 64) Nos jeunes doivent recevoir des enseignements concentrés afin qu’ils soient aptes à œuvrer efficacement au sein du ministère et des autres branches. Nous ne sommes pas à la hauteur à ce niveau. Toutes nos écoles fermeront bientôt. »–« Testimonies for the Church, Vol. 5, p. 156. {3SC3, 4: 9.1.2}

Cependant, que personne ne se méprenne sur ces déclarations ; aussi pauvre que puisse être une personne, cela ne l’exempte pas d’assumer la responsabilité de ses enfants ou ceux des autres. « En renonçant d’agrémenter les vêtements d’accessoires couteux, » et en « se passant de toute dépense superflue, » l’on peut épargner et contribuer aux frais scolaires de ses petits. Dieu dit : « Que chaque famille apporte leurs dîmes et leurs offrandes au Seigneur. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 53. {3SC3, 4: 9.1.3}

Imaginez que les parents ou les tuteurs de chaque étudiant acceptaient de faire l’impasse sur toutes dépenses inutiles, utilisant l’argent ainsi économisé pour payer les frais de scolarité. Imaginez que l’ensemble des croyants assume ses responsabilités et fasse de même ; l’Académie ne fonctionnerait pas avec un budget réduit, sachant que les pertes financières enregistrées impactent de fait les autres départements. {3SC3, 4: 9.1.4}

Notre objectif a toujours été de rendre la charge des parents la plus légère possible. C’est pour cette raison que nous avons fixé les frais d’hébergement et de pension à seulement dix dollars par mois, blanchisserie et frais de scolarité inclus. Si en plus de notre politique économique stricte et notre rigueur dans le travail, nous recevions tous les mois les dix dollars de frais pour chaque étudiant, nous aurions été capables de faire fonctionner l’école de manière indépendante sans qu’elle étouffe les autres départements de l’œuvre. Seulement, aujourd’hui, nous sommes confrontés à la situation suivante : {3SC3, 4: 9.1.5}

« Quand ceux qui ont la direction d’une école s’aperçoivent que les dépenses augmentent et que les dettes s’amoncellent, en hommes d’affaires avisés, ils devraient changer leurs méthodes et leurs plans. Quand une année a révélé que la gestion financière a été mauvaise, que la voix de la sagesse soit entendue….{3SC3, 4: 9.2.1}

Dans quelques-unes de nos écoles, le prix de l’écolage a été trop bas, ce qui a produit un préjudice à l’œuvre d’éducation et des dettes regrettables. Cet état de choses a poussé les esprits à nourrir une continuelle suspicion à l’égard de l’administration et à l’accuser d’avoir eu de mauvais plans et de n’avoir pas su économiser. Il a été un sujet de découragement pour les maîtres, et il a conduit les gens à demander que des écolages aussi bas soient appliqués dans d’autres écoles. Quelles qu’aient été les raisons pour lesquelles le prix des écolages a été fixé au-dessous du coût normal de la vie, le fait qu’une école se trouve dans des difficultés financières est une raison suffisante pour remettre les plans à l’étude et pour répartir les charges afin que tout soit changé à l’avenir. Le montant des écolages : cours, pension et chambre, devrait être suffisant pour payer les salaires du corps enseignant, subvenir aux dépenses d’une nourriture abondante et saine, entretenir le mobilier des salles de classe et des autres pièces, payer les réparations des bâtiments, et couvrir toute autre dépense nécessaire. C’est là un sujet des plus importants. Il ne s’agit pas de faire des calculs trop justes mais de se livrer à une complète investigation. Nous avons besoin sur ce point des conseils du Seigneur. L’école devrait avoir des revenus suffisants non seulement pour faire face à ses dépenses courantes, mais encore pour être à même de procurer aux élèves, au long de l’année scolaire, certaines commodités essentielles à leur travail. {3SC3, 4: 9.2.2}

Nous ne devons pas permettre que les dettes s’accumulent année après année. La meilleure éducation que l’on puisse donner est de fuir les dettes comme on fuirait la maladie. »-« Testimonies for the Church, » Vol. 6, pp. 210, 211 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, pp. 545, 546). {3SC3, 4: 9.2.3}

Parents, gardiens et tous croyants de la Vérité Présent, dans un esprit de sacrifice venez au secours de l’Eternel en prenant non seulement à cœur de libérer l’école de ses dettes, et en la maintenant à flot pour les temps à venir. Si vous ne réagissez pas, notre établissement n’aurait pas d’autre choix que d’appliquer les instructions énoncées dans le passage de l’Esprit de Prophétie. Il en résulterait qu’un certain nombre d’étudiants honorables, bénéficiant actuellement d’avantages qui ne sont propres qu’à notre école, seraient forcés de partir faute de budget. {3SC3, 4: 9.2.4}

9

Frères, je vous invite à lire dans la crainte du Seigneur, Juges 5 : 23, ainsi que « Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 284, deuxième paragraphe. {3SC3, 4: 10.1.1}

—————————–0—————————–

Certains Doivent se Réveiller

A une époque où la lumière brille de mille feux et où la trompette sonne, même ceux qui professent s’être sorti de la « triste situation » Laodicéenne sont encore bien endormi concernant la réforme et l’aide dont manque cruellement la cause de Dieu. Des centaines de croyants paient à peine leur dîme ; d’autres ne payent ni dîmes, ni offrandes, pourtant tous se déclarent réformateurs et entendent bénéficier de tous les avantages du Mont Carmel ! {3SC3, 4: 10.1.2}

Plusieurs sœurs nous ont proposé de nous prêter un peu d’argent, duquel nous n’avons pas encore disposé car cela ne suffirait pas à couvrir nos besoins. C’est pourquoi nous en appelons à tous les croyants de la Vérité Présente ; venez au secours de l’Eternel en adoptant un système d’offrande volontaire. En nous faisant don d’une partie de vos épargnes, tous peuvent participer à cette grande œuvre glorieuse. Ceux qui investissent dans la cause de Dieu auront la garantie d’avoir fait un bien meilleur placement que s’ils avaient investi dans une entreprise terrestre. Dans les paragraphes suivants, nous vous exposerons nos besoins ; ainsi donc, que ceux qui se sentent appelés à venir au secours de l’Eternel de manière financière, le fasse en donnant suivant les recommandations Divines. {3SC3, 4: 10.1.3}

Actuellement, nous avons de besoin de finir en urgence notre système de distribution d’eau ; viens ensuite le dortoir, l’école puis les autres structures. Nous avons également besoin d’une route pavée d’environ quatre cent mètres afin d’aller plus vite et d’éviter d’user nos appareils pendant la saison des pluies. {3SC3, 4: 10.1.4}

Ces travaux d’aménagements doivent être réalisés avant l’automne prochain si nous voulons lancer notre école de formation, sans parler de la mise en place d’un petit sanatorium et l’acquisition d’équipement. En marge de la construction du camp, nous devons publier un nouveau tract, et réapprovisionner notre stock de littératures gratuites. {3SC3, 4: 10.1.5}

Le montant approximatif requis pour l’achat du matériel nécessaire est le suivant : {3SC3, 4: 10.1.6}

500$ Canalisation

100$ Ciment

200$ Pompe

150$ Câblage électrique

5000$ Matériaux de construction

1000$ Matériaux pour la voierie

1500$ Littératures gratuites

——————————

8450$

Par ailleurs, les intérêts de l’emprunt immobilier s’élèvent pour l’année 1937 à 474$. Cette propriété est notre seule garantie et nous espérons que nos frères se réveilleront et alimenteront ce capital, investissement qui permettra à la cause d’économiser le montant des intérêts. Cependant, si l’ensemble des dons reçus n’excède pas 8 400$, montant convenu dans la clause du contrat, nous retournerons toutes les sommes perçues. En effet, soit nous payons la totalité de l’emprunt, soit nous payons des annuités avec intérêts. {3SC3, 4: 10.2.1}

Nous n’abordons ici pas tous les problèmes financiers que nous rencontrons actuellement. Notre sens de la responsabilité a également besoin d’être réformé autant individuellement que collectivement. Certains groupes de croyants ont envoyés leurs enfants à l’Académies du Mont Carmel où ils peuvent recevoir une éducation et un apprentissage Chrétien. Par la suite ils seront non seulement aptes à participer à la grande œuvre finale, mais ils seront aussi des candidats à la vie éternelle. Or, les dix dollars de mensualité ne sont plus payés ce qui contraint le Mont Carmel à financer l’école lui-même car nos engagements auprès des enfants ne nous autorisent pas à les renvoyer chez eux. {3SC3, 4: 10.2.2}

Certains croyants restent chez eux oisifs, vivant de la charité, tandis que d’autres tentent de s’enrichir eux-mêmes avec les biens de ce monde. Et pendant ce temps, la cause de Dieu a besoin de  main d’œuvre. {3SC3, 4: 10.2.3}

Mes frères, ne croyez pas que l’œuvre mourra sans votre support, ou que votre argent est indispensable à Sa survie. Croyez plutôt qu’il vous faut œuvrer à part entière afin de vous garantir un trésor « où la teigne et la rouille ne détruisent point, et où les voleurs ne percent ni ne dérobent. Car là où est ton trésor, là aussi sera ton cœur. » (Mt. 6 : 20, 21.) {3SC3, 4: 10.2.4}

—————–0—————–

Aux Pauvres et aux Bien-portants

Vous sentez-vous sans forces ? Votre organisme a-t-il besoin de davantage de minéraux, de vitamines ? Votre régime alimentaire manque de concentrés de légumes tonifiants ? Ou bien êtes-vous en bonne santé, et voulez-vous garder cette inestimable bénédiction ? Si vous pouvez répondre oui à l’un de ces questions, alors que prenez ce remontant que l’Eternel Lui-même vous apporte. {3SC3, 4: 10.2.5}

Beaucoup de gens se porteraient mieux s’ils n’étaient pas en carence minérale et vitaminique. Ils sont faibles, malades et sont la proie idéale de presque toutes les maladies. Ainsi, pour réalimenter suffisamment l’organisme pauvre en minéraux et vitamines, il est nécessaire de

10

boire du Jus de légumes verts, véritable concentré en minéraux et vitamines. Par cela, Dieu a voulu que l’organisme soit nourri des vitamines et minéraux indispensables. Il n’est pas ici question de consommé des légumineux raffinés et des extraits de légumes qui sont de qualités inférieures et coûteraient trop cher en proportion. {3SC3, 4: 10.2.6}

Pourquoi dépenser de l’argent dans les concoctions minérales et vitaminiques vendues très chères sous forme liquide, en poudre, et en gélule, quand on peut aller dans son jardin cueillir quelques légumes verts, en extraire le jus et se concocter le tonifiant le moins cher et le plus nourrissant ? {3SC3, 4: 11.1.1}

C’est le remède de l’Eternel pour les personnes carencées en minéraux et vitamines. Et Dieu conseille aux bien-portants d’inclure dans leurs repas une plus grande proportion de légumes frais. Si vous respectez cela à la lettre, convaincu qu’il s’agit là du remède Divin, Il vous dira alors, « Qu’il te soit fait selon ta foi. » {3SC3, 4: 11.1.2}

——————–0——————–

« Laisser l’Œuvre à l’Abandon »

Beaucoup de prédicateurs de la Vérité Présente ont commis la grave erreur de s’en aller vers un nouveau champ sans avoir au préalable solidifier les fondements de leur champ d’action précédent. Les intérêts ont été laissés à l’abandon, et l’œuvre de Dieu en a été retardée. Ce n’est pas ce que Dieu a demandé car selon l’Esprit de Prophétie, Il exige de ses ministres qu’ils travaillent avec soin, et qu’ils s’assurent que leur tâche soit correctement terminée. {3SC3, 4: 11.1.3}

« Sur les ministres du Christ repose la responsabilité d’accomplir leur tâche intégralement. Ils doivent conduire les néophytes avec sagesse et discernement, pas à pas, jusqu’à ce qu’ils aient compris tout ce qui est essentiel à la marche vers le ciel….{3SC3, 4: 11.1.4}

Trop souvent l’œuvre est laissée inachevée et dans la plupart des cas le résultat est nul. Parfois, après qu’un groupe de personnes a accepté la vérité, le prédicateur pense qu’il peut immédiatement aller dans un nouveau champ de travail; et il arrive qu’on l’y autorise sans avoir approfondi la question. C’est un tort. Il faut d’abord achever l’œuvre commencée, car en l’abandonnant ainsi, on fait plus de mal que de bien. Aucun champ ne présente aussi peu d’espoir pour la moisson que celui qui a été cultivé juste assez pour que les mauvaises herbes y poussent plus aisément. Une telle méthode de travail aboutira à exposer les âmes qu’on a abandonnées aux attaques de Satan et à l’opposition des membres des autres églises qui ont rejeté la vérité. Ainsi beaucoup de gens seront placés dans une situation déplorable, et on ne pourra plus jamais rien faire pour eux. Un prédicateur ferait bien mieux de ne pas s’engager dans l’œuvre de Dieu avant d’avoir appris à la faire jusqu’au bout. »–« Gospel Workers, » pp. 367, 368 (Le Ministère Evangélique, p. 358, 359). {3SC3, 4: 11.1.5}

« Dans chaque ville où le travail est commencé, il faut établir de solides fondements pour une œuvre permanente…. Nous devons faire avancer l’œuvre dont le Seigneur nous a chargés. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 141 (Le Ministère Evangélique, p. 345). {3SC3, 4: 11.2.1}

Si dans chaque champ où le travail est commencé, de solides fondements ne sont pas établis, pénible alors sera la tâche de l’ouvrier en place ; il devra assumer un lourd fardeau car le travail, laissé à l’abandon, n’aurait pas été correctement achevé. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 254. {3SC3, 4: 11.2.2}

Même si les champs éloignés nous paraissent toujours plus verts que ceux qui nous sont proches, la vérité est en réalité souvent décevante. Ne quittez donc jamais votre champ avant d’y avoir établis de solides fondements et terminé complétement votre œuvre. {3SC3, 4: 11.2.3}

————-0————-

Annonces Importantes

N° 1

Nous demandons à toute personne prête à œuvrer pour le message à plein temps, de nous faire la demande écrite de fiches de reporting mensuelle. {3SC3, 4: 11.2.4}

————

N° 2

Adressez tous les courriers au Centre du Mont Carmel, Waco, Texas, et non Lake Waco, Texas. {3SC3, 4: 11.2.5}

———

N° 3

Concernant les paiements, il est plus sûr d’envoyer des chèques ou de recourir au Mandat Cash Postal, adressé à l’ordre l’Association Universelle de Publication. {3SC3, 4: 11.2.6}

——————0——————

C’EST BIEN PLUS SATISFAISANT

« Je suis Adventiste depuis 1913 mais je ne vais plus à l’église. En revanche je reçois le Code Symbolique et malgré mes soixante-quatorze ans, je peux toujours lire et ce magazine est bien plus important et m’apporte bien plus de joie que tous les sermons que j’ai pu entendre. En effet, je crois qu’il s’agit de la vérité donnée pour la fin des temps. » {3SC3, 4: 11.2.7}

(Signature) Mme. A.K. Rogers, Oklahoma

—————–0—————–

HEUREUX POUR LE CODE ET DE SOUFFRIR POUR MON SEIGNEUR

« Veuillez m’envoyer le ‘Code’ car j’aime le lire et suis reconnaissant de la nouvelle lumière qu’il nous apporte lui et la compilation de ‘La Verge du Berger.’ {3SC3, 4: 11.2.8}

Nous sommes persécutés dans notre église locale au nom de la vérité, mais nous n’oublions pas que notre Sauveur a souffert pour nous. Cela en vaut la peine…. Priez pour nous. » {3SC3, 4: 11.2.9}

(Signature) Mme. S.A.D., Floride

—————0—————

11

NOUS DEUX, 12 ET 8 AUTRES VIENNENT AUX SECOURS DU CARMEL

« Bien que je n’aie pas le privilège d’être inscrite à l’école du Mont Carmel, je veux me joindre aux témoignages qui paraissent dans le Code, et dont mon âme se délecte. Même si j’assiste aux cours bibliques de l’église où ma mère m’apprend ce qu’est l’appel de la onzième heure, en les lisant le Code, je peux m’imaginer à l’école du Mont Carmel. Je tiens à dire que je suis à 100 pour cent un croyant de la Verge. Priez pour moi afin que j’acquière toutes les qualités citées dans ‘Testimonies for the Church,’ Vol. 6, p. 147, et 2 Pi. 1 : 10, 11. {3SC3, 4: 12.1.1}

(Signature) Lauranelle McTyre, 12 ans

« Je suis très reconnaissant car le message de la Verge m’a permis de me rapprocher de Jésus. J’étudie le message et je suis heureux d’être Davidiens Adventiste. Je prévois de m’inscrire au Carmel ; en attendant j’aime beaucoup lire les lettres qui proviennent du centre même si je n’ai pas encore le privilège d’en faire partie. » {3SC3, 4: 12.1.2}

(Signature) Buster McTyre, 8 ans

—————-0—————-

NEGLIGEANT MAIS PAS OUBLIEUX

« Que Dieu me pardonne de ne pas avoir exprimé plus tôt mon appréciation pour le ‘Code’ et les littératures de la Vérité Présente. Tous ces écrits sont merveilleux. Je crois à la Vérité Présente depuis un peu plus d’un an, et elle m’apporte beaucoup de joie. Dans sa grâce, Dieu nous a envoyé un message vivant pour que nous sortions de notre condition Laodicéenne et échappions à la mort. Remercions-le continuellement de nous avoir avertis. » {3SC3, 4: 12.1.3}

(Signature) Mme E.L., Portland, Ore.

—————-0—————-

HATE DE VOIR LA FIN ET APPORTERA SE CONTRIBUTION

Chère sœur ……………………. :

« Cela fait un moment que je prends plaisir à lire les littératures de la Vérité Présente. J’apprécie tout particulièrement le Code Symbolique et jusqu’ici, je suis on ne peut plus d’accord avec tous ce qui est enseigné dedans et dans les autres littératures. {3SC3, 4: 12.1.4}

J’ai hâte que cette œuvre s’achève et je m’efforce d’y contribuer. Je suis tout à fait prêt à accomplir toutes les tâches que me confiera le Seigneur. » {3SC3, 4: 12.1.5}

(Signature) Mme H., Keene, Texas

UN OUBLI

Question N° 156 : « Nous n’arrivons pas à harmoniser la déclaration faite à la page 8 du tract « Les Dardanelles de la Bible, » où il est dit que la maison d’Israël correspond aux douze tribus, à savoir le royaume du Nord, mais où il est aussi dit qu’Israël correspond aux dix tribus. » {3SC3, 4: 12.2.1}

Réponse :

Dû à un oubli dans la relecture, le mot « ou » n’a pas figuré dans la phrase. Voici donc la phrase corrigée : « ‘La maison d’Israël’ correspond aux douze tribus, ou aux douze maisons qui formaient le royaume du nord ; le terme ‘maison d’Israël,’ correspond aux douze tribus ou à celles qui formèrent le royaume du nord. » {3SC3, 4: 12.2.2}

—————–

NOUS NE SAURIONS REPONDRE

Question N° 157 : « Je me demandais si vous aviez publié quelque chose sur Daniel 11 notamment à partir du verset 40. J’ai relevé que sœur White déclare que la puissance dont il est fait mention au verset 45 est la même qui a reçu le nombre 666 et que c’est elle qui disparaîtra et non la Turquie. De plus, quel sera le tabernacle planté sur la montagne sainte et où cela aura-t-il lieu ? Je vous serai reconnaissant de bien vouloir m’expliquer cela. » {3SC3, 4: 12.2.3}

Réponse :

Daniel a été peu couvert. Il a été cité dans « A Word to the Little Flock, » et pour l’instant nous n’avons aucune lumière sur les questions posées. {3SC3, 4: 12.2.4}

—————0—————

Vague de Santé

AYEZ UN JARDIN et SOYEZ ROI

C’est le printemps. Faites en sorte que votre potager puisse garnir votre table de légumes en tout genre ; les légumes verts notamment sont importants car ils sont chargés en sels minéraux et vitamines grâce aux fibres qu’ils contiennent en grande quantité, et il est impossible d’avoir un bon apport de minéraux en ne consommant que de la salade. Afin donc d’alimenter le sang en minéraux, il faut extraire le jus des légumes verts et se préparer des boissons délicieuses en ajoutant du lait par exemple. {3SC3, 4: 12.2.5}

En possédant un potager, vous pouvez vivre comme un roi. Il existe de nombreuses façons de préparer les légumes et légumineux, les féculents, les légumes verts, etc., afin d’avoir à disposition un panel varié de recettes. Les légumes verts associés au riz naturel, aux macaronis au blé entier, aux nouilles, aux pommes de terre, aux tomates, aux oignons ou quel qu’autre variété d’aliment, constituent un plat sain et goûteux. On peut cuisiner cela en ragoût, ou préparer de délicieuses tartes ou samossas. {3SC3, 4: 12.2.6}

12

MUFFINS AU SON DE BLE et AU BLE ENTIER

Sans levure, Bicarbonate ou Crème de Tartre

Ingrédients

2 coupes de son de blé

3 coupes de farine de blé entier tamisée

1 quart de coupe d’huile

1 c.à.s. de sucre natural

1 c.à.s. de sel

3 œufs

3 coupes d’eau froide

Recettes

Casser les œufs en plaçant les blancs et les jaunes dans des bols distincts. Tout en battant les jaunes d’œufs, ajouter l’huile, le sel, le sucre et l’eau dans cet ordre. Laisser reposer le mélange et battre les blancs jusqu’à obtenir une neige de consistance moyenne. Ajouter la farine au premier mélange et mélanger soigneusement. Verser délicatement la pâte sur les blancs battus en neige et utiliser une cuillère pour bien les incorporer. (Ne pas mélanger après que la pâte ait été ajoutée aux blancs). Graissez et chauffez un vieux moule à gâteaux puis y placer la pâte. Mettre au four pendant vingt à vingt-cinq minutes. Recette permettant de réaliser 1 demi-douzaine de muffins de taille moyenne. {3SC3, 4: 13.1.1}

PATE A TARTINER VEGETARIENNE

Casser un œuf dans un bol à fond rond. Ajouter 1 à 3 cuillères à café de sel, puis battre à l’aide d’un fouet (non un batteur à œufs) tout en versant doucement au centre du bol une huile végétale de votre choix. Continuer de battre jusqu’à avoir utilisé 470 ml d’huile ou jusqu’à ce que la mayonnaise ait bien prise. Tout en battant, ajouter le jus d’un petit citron et vous obtiendrez la plus exquise et des pâtes à tartiner, vierges de toutes impuretés. {3SC3, 4: 13.1.2}

————————–0————————–

La Lumière Brille Plus Fort au Milieu de la Route, La Sécurité Avant tout

—————-

            Satan, par le biais des hommes, n’a de cesse de distraire les croyants de la Vérité Présente, anéantissant leur influence sur le peuple et annulant, de fait, les effets de la vérité. Ce n’est pas en s’opposant à la vérité qu’il est parvenu à gagner de belles victoires, c’est en feignant d’en défendre tous les principes et en se montrant respectueux et zélé. Ainsi, il a pu gagner la confiance du peuple, lui faisant croire qu’il est un ministre zélé de Dieu et un ami de Son peuple. Après avoir trompé le peuple et convaincu qu’il le conduit vers la gloire éternelle, il n’a aucun mal à mener calmement ses victimes vers la ruine éternelle. {3SC3, 4: 13.1.3}

Il n’y a qu’une seule façon de savoir que nous sommes guidés par Christ notre Seigneur dans le chemin resserré menant aux portes de perles ; c’est en n’ajoutant, ni n’ôtant rien à la Parole de Vérité. C’est en marchant fidèlement dans la lumière, ni trop rapidement, ni trop lentement, et c’est en marchant bien au milieu du chemin sans s’aventurer vers les bords. Ne laissez pas votre envie d’avancer vous éloigner trop en avant de lumière car vous finirez par marcher dans les ténèbres. Ne laissez pas votre peur d’aller trop vite vous éloigner trop en arrière de la lumière ; et ne laissez pas la négligence vous emmenez vers les bords. Restez au centre de la route, là où la lumière brille le plus. N’accordez pas d’importance aux discours basées sur des suppositions, des extrapolations et des réductions des interprétations autoritaires de la parole. Le Christ déclare : « Si quelqu’un y ajoute quelque chose, Dieu le frappera des fléaux décrits dans ce livre ; et si quelqu’un retranche quelque chose des paroles du livre de cette prophétie, Dieu retranchera sa part de l’arbre de la vie. » (Ap. 22 : 18, 19.) {3SC3, 4: 13.1.4}

« Mais le prophète qui aura l’audace de dire en mon nom une parole que je ne lui aurai point commandé de dire, ou qui parlera au nom d’autres dieux, ce prophète-là sera puni de mort. » (De. 18 : 20.) {3SC3, 4: 13.2.1}

Les extrémistes ne marchent jamais dans l’éclat de la lumière, mais se trouvent toujours loin en avant, tandis que les passifs marchent loin derrière. Et les négligents et les indifférents s’en vont vers les bords. Mais les vrais enfants de la lumière ne s’éloignent jamais ni à droite, ni à gauche, ni devant, ni derrière mais restent toujours sur le point le plus lumineux du chemin resserré. Dans la réforme vestimentaire, l’extrémiste, le passif et le négligent croient souvent que l’habit du Chrétien est vieillot, usé et dépassé. {3SC3, 4: 13.2.2}

« User de prudence dans nos choix vestimentaires est important et ce sur ce point, les bergers de la vérité présent ont fait preuve de négligence.  Certains ont affiché des tenues peu soignées. Ils ont non seulement manqué de goût et de tenue, choisissant de porter des couleurs inappropriées et des vêtements non indiqués pour des ministres de Christ, mais il arrive que certains portent aussi des tenues négligées. Certains portent des vestes de couleur claire et des pantalons noirs, ou inversement, sans s’inquiéter d’être bien habiller avant de se présenter aux gens. Ces éléments font également office d’enseignement. Soit l’enseignant donne l’image d’une personne soignée choisissant sa tenue avec goût, soit il donne l’image d’une personne laxiste, dépourvu de goût et que l’on ferait mieux d’ignorer de peur de se mettre en danger. {3SC3, 4: 13.2.3}

Un costume de couleur sombre ou noire convient mieux au prédicateur lorsqu’il doit monter en chaire ; ainsi habillé, il fera meilleure impression sur son auditoire que s’il porte des vêtements de

13

deux ou trois couleurs différentes. {3SC3, 4: 13.2.4}

J’ai été amenée à repenser aux enfants d’Israël et j’ai vu que Dieu leur avait donné des directives précises sur la nature et le style de vêtement que devaient porter ceux qui officiaient devant lui. Le Dieu du Ciel dont la main ébranle le monde, qui nous donne la vie et nous maintient en santé, nous a montré qu’il peut être honoré ou déshonoré par la tenue de ceux qui se présentent devant lui. Il donna à Moïse des indications précises sur tout ce qui touchait au service. Il a même donné des instructions sur l’aménagement intérieur des maisons, et indiqué quels vêtements devaient porter les officiants. Ceux-ci devaient être ordonné en toute chose et être particulièrement attaché à la propreté. {3SC3, 4: 14.1.1}

Regardez les instructions données à Moïse pour le peuple d’Israël, qui avaient pour but de le préparer à entendre Dieu lorsqu’il descendrait de la montagne pour leur faire connaître Sa la loi sacrée. Qu’ordonna-t-il au peuple de faire ? D’être prêt le troisième jour, car au troisième jour, l’Eternel descendrait de la montagne et se présenterait à tout le peuple. Ils devaient délimiter toute la montagne. ‘Et l’Eternel dit à Moïse : va vers le peuple ; sanctifie-les aujourd’hui et demain, qu’ils lavent leurs vêtements.’ Ce Dieu grand et puissant, créateur du magnifique Eden et des toutes ses merveilles, est un Dieu d’ordre. Il veut un peuple d’ordre aimant la propreté. Ce Dieu puissant fit dire aux israélites par Moïse de laver leurs vêtements, de peur qu’ils ne soient impurs lorsqu’ils se présenteraient devant Lui. Et Moïse descendit de la montagne devant le peuple, et ils lavèrent leurs vêtements selon que Dieu leur avait ordonné. {3SC3, 4: 14.1.2}

Et pour montrer l’importance de la propreté, Moïse devait placer une cuve entre la tente d’assignation et l’autel, ‘et y mettre de l’eau pour les ablutions.’ Moïse, Aaron et les fils d’Aaron qui officiaient devant l’Eternel, devaient laver leurs mains et leurs pieds à cet endroit avant d’entrer dans la tente d’assignation, avant d’aller se présenter dans l’Eternel. {3SC3, 4: 14.1.3}

C’était là le commandement du Dieu grand et puissant. Ceux qui se présentaient devant Lui ne devait être en rien négligé, ni désordonné lorsqu’ils devaient entrer en sa sainte présence. Pourquoi ? Quel était la raison de cette précaution ? Etait-ce juste pour recommander le peuple à Dieu ? Pour avoir son approbation ? La raison est qu’une bonne impression devait être faite sur le peuple. Si un officiant venait à manquer de respect et de considération pour Dieu par son habit et son comportement, le peuple également perdrait sa crainte et sa révérence pour Dieu et son service sacré. Lorsque les sacrificateurs montraient un grand respect pour Dieu, entrant en Sa présence avec crainte, cela donnait au peuple une image forte de Dieu et de ses exigences. Cela montrait au peuple que Dieu était saint, que son œuvre et tout ce qui l’entourait était saint et sacré. Il ne devait y avoir aucune impureté, aucune tache ; ceux qui se présentaient devait l’Eternel devaient se défaire de toute souillure. {3SC3, 4: 14.1.4}

Avec la lumière qui m’a été donnée, je vois qu’il y a eu de la négligence sur ce sujet. Et je me ferai l’écho des paroles de Paul ; il s’agit du culte volontaire et du mépris du corps, mais cette humilité n’est pas celle que le Ciel apprécie. L’humilité se manifeste plutôt dans le caractère, les actes et la tenue vestimentaire de tous ceux qui prêchent la sainte vérité de Dieu. Si le témoignage est juste et parfait, alors tout ce qui se dégagera de nous sera le fruit de notre religion sainte. Notre tenue sera un témoignage de vérité pour les non croyants… Elle parlera pour nous….{3SC3, 4: 14.2.1}

Un prédicateur qui néglige sa tenue vestimentaire choque souvent les personnes de bon goût et raffinées. Ceux qui pèchent dans ce domaine devraient corriger leurs erreurs et se montrer plus attentifs. L’aspect négligé du prédicateur aboutira à la perte de certaines âmes. En effet, la première impression que celui-ci produit est défavorable : les gens ne voient pas de rapport entre les vérités qu’il présente et sa tenue. Ses vêtements témoignent contre lui. A le voir, on pourrait croire que le peuple qu’il représente est composé de personnes peu soigneuses, peu soucieuses de leur tenue, si bien que ses auditeurs n’ont aucune envie de les fréquenter. {3SC3, 4: 14.2.2}

Selon la lumière qui m’a été envoyée, il y a manifestement eu négligence sur ce point dans notre peuple. Les prédicateurs montent parfois en chaire mal coiffés. Ils semblent ne s’être ni peigné, ni brossé les cheveux pendant une semaine. Dieu est déshonoré lorsque les personnes qui officient négligent autant leur apparence. Autrefois, les sacrificateurs devaient s’habiller d’une certaine façon lorsqu’ils officiaient dans le lieu saint et prenaient une fonction sacerdotale. Leurs vêtements devaient être en adéquation avec leur travail, et Dieu leur avait donné des indications strictes….{3SC3, 4: 14.2.3}

Tous ceux qui se déclarent faire partie du peuple de Dieu doivent entretenir une propreté et une pureté personnelle, qu’ils soient enseignants de la vérité ou non. Leur foyer doit être propre et ordonné, à l’intérieur comme à l’extérieur. Nous des exemples pour le monde, de véritables lettres ouvertes pour les hommes. Que tous ceux qui se déclarent croyants

14

se gardent d’afficher toute apparence mauvaise, notamment les enseignants. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 2, pp. 610-615. {3SC3, 4: 14.2.4}

« Ne vous emparez pas de quelques idées isolées pour en faire une pierre d’achoppement et pour critiquer ceux qui n’agissent pas conformément à vos opinions, mais étudiez le sujet d’une façon large et approfondie, en vous efforçant de conformer vos idées et votre mode de vie aux principes de la véritable tempérance chrétienne. {3SC3, 4: 15.1.1}

Nombreux sont ceux qui tentent de corriger leurs semblables en s’attaquant à ce qu’ils considèrent comme de mauvaises habitudes. Ils se rendent auprès de ceux qu’ils estiment être dans l’erreur et leur signalent leurs défauts, mais sans chercher à orienter leur esprit vers les vrais principes. Une telle manière d’agir porte rarement les résultats souhaités. En montrant que nous nous proposons de corriger nos semblables, nous suscitons chez eux, dans la plupart des cas, le désir de se défendre et nous faisons plus de mal que de bien. Celui qui se fait le censeur d’autrui s’expose d’ailleurs à un danger : en croyant devoir réformer ses semblables, il tombe facilement dans l’habitude de voir partout le mal et de ne bientôt s’intéresser à autre chose qu’à détecter les failles et les imperfections. N’épiez pas vos semblables pour mettre en évidence leurs fautes et exposer leurs erreurs. Apprenez-leur à former de meilleures habitudes par la puissance de votre propre exemple. {3SC3, 4: 15.1.2}

Que l’on ne perde pas de vue un seul instant que le but principal de la réforme sanitaire est d’assurer le développement le plus élevé de l’esprit, de l’âme et du corps. Toutes les lois de la nature — qui sont les lois de Dieu — sont établies pour notre bien. Leur observation nous procure le bonheur dans cette vie et nous aide à nous préparer pour la vie à venir. {3SC3, 4: 15.1.3}

Il y a des sujets de conversation bien meilleurs que les fautes et les faiblesses d’autrui. Parlez de Dieu et de ses œuvres merveilleuses. Etudiez dans toute la nature les manifestations de son amour et de sa sagesse. »–« Christian Temperance and Bible Hygiene, » pp. 119, 120 (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 558). {3SC3, 4: 15.1.4}

——————0——————

Questions/Réponses

« QU’Y LIS-TU ? »

Question N° 153 :

A la page 5 du tract de la prophétie d’Ezéchiel, « Les Dardanelles de la Bible, » il est dit que les lampes ardentes se trouvent dans le lieu Très Saint ; or cette affirmation passe outre un certain nombre d’éléments qu’un simple enfant serait capable de remarquer. {3SC3, 4: 15.1.5}

Réponse :

Les lampes ardentes qui ne sont ici mentionnées qu’une seule fois, sont celles dont parle Jean dans l’Apocalypse. Ici, l’auteur ne fait que citer les paroles du Révélateur. {3SC3, 4: 15.1.6}

« Beaucoup d’hommes de notre époque ne vont pas assez en profondeur. Ils ne font que gratter la surface. Ils ne se concentrent pas suffisamment pour voir les problèmes et les traiter. Ils n’examinent pas avec sincérité et réflexion les sujets importants qui se présentent à eux ; ils n’usent pas assez de prudence et de curiosité pour mettre le doigt sur les véritables problèmes. Ils débattent de sujets dont ils n’ont tout à fait bien compris la teneur. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 361. « Qu’y lis-tu ? » {3SC3, 4: 15.1.7}

————————

SERVITEURS SUR TERRE OU DANS LE CIEL ?

Question N° 154 :

Nous avons fait l’objet de critiques quant au rôle des 144 000. En effet, la mission de ces derniers ne serait pas d’aller chercher la grande foule mais plutôt de demeurer près du trône de Dieu pour juger les méchants. Veuillez éclaircir cette question. {3SC3, 4: 15.2.1}

Réponse :

Parmi l’abondance de preuves attestant que les 144 000 auront la mission spéciale de ramener les grande foule, nous piocherons, par manque d’espace, les quelques points de vérité suivants : {3SC3, 4: 15.2.2}

Les 144 000 échappent au massacre d’Ezéchiel Neuf (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs » p. 445 ; « Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 211) et partent dans le monde chercher tous leurs frères. (Es. 66 : 16, 19, 20.) {3SC3, 4: 15.2.3}

Faisant suite à cette vérité, la déclaration suivante atteste que : « Tous ceux qui sont sincères quitteront les églises déchues pour se joindre au ‘reste’ des enfants de Dieu. »–« Early Writings, (Premiers Ecrits) » p. 261. A la page 24 du même livre, il est dit que des « multitudes » rejoignirent le mouvement. Il ne reste plus maintenant qu’à déterminer qui sont ceux qui constituent ce reste. On répond à cette question dans « Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 475, 476 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 212) : « Le ‘reste’ méprisé est revêtu d’une parure éclatante…. Un ‘turban pur’ est placé sur la tête de ceux qui en font partie…. Ce sont ceux qui se tiennent sur la montagne de Sion en compagnie de l’Agneau, le nom du Père inscrit sur leur front. Ils chantent le cantique nouveau devant le trône, ce cantique que personne ne peut apprendre, sauf les 144 000. »

Cette citation profonde démontre que les 144 000 sont le reste, et que les multitudes des églises déchues les rejoindront. Il n’est plus la peine de prouver que les 144 000 ont à accomplir sur terre l’œuvre la plus extraordinaire qu’un homme n’ait jamais accompli. {3SC3, 4: 15.2.5}

—————

REGIME ALIMENTAIRE FAVORABLE A L’ENLEVEMENT

Question N° 155 :

Doit-on comprendre en lisant « Counsels on Health, » p. 42 que ceux qui se préparent à être enlevés aux cieux doivent mettre de côté légumes, noix et tubercules en tout genre, pour se nourrir uniquement de céréales et de fruits ? {3SC3, 4: 15.2.6}

Réponse :

Ce n’est pas ce que nous comprenons. A cet endroit, seuls sont cités les céréales et les fruits, mais il ne faut pas pour autant exclure les légumes, les noix et les tubercules

15

sous prétexte qu’ils ne sont pas mentionnés, car aux pages 114 et 115 du même livre, nous pouvons lire : {3SC3, 4: 15.2.7}

« La mère devra donc s’efforcer de donner à sa famille une nourriture à la fois simple et nourrissante. Dieu a permis à l’homme de satisfaire de multiples façons un appétit sain. Il a mis à sa disposition les produits de la terre, une généreuse variété d’aliments au goût agréable et nourrissants pour le corps. Et ces aliments, notre bon père céleste nous dit d’en manger librement. Des fruits, des céréales et des légumes verts cuisinés de façon simple, sans épice ni graisse d’aucune sorte, forment, accompagnés de lait ou de crème, une nourriture des plus saines. Ils nourrissent le corps, développent l’endurance et la vivacité d’esprit contrairement aux aliments dits stimulants. » {3SC3, 4: 16.1.1}

« Les céréales et les fruits » sont mentionnés à la page 42, tandis qu’à la page 115, les fruits, les céréales et les légumes de toutes sortes sont présentés comme les meilleurs aliments. Par ailleurs, les noix ne sont mentionnées ni en page 42, ni en page 115, et « Ministry of Healing » déclare à la page 298 (Le Ministère de la Guérison, p. 251) : « Si on leur adjoint (aux oléagineux) des céréales, des fruits et quelques racines, on obtient un régime sain et nourrissant. On doit veiller cependant à ne pas en consommer une trop grande quantité, et ceux qui les supportent mal en useront avec prudence. » {3SC3, 4: 16.1.2}

Ainsi, nous voyons que notre régime alimentaire devrait se composer de céréales, de fruits, de noix et de légumes verts de toute sorte, y compris les racines. {3SC3, 4: 16.1.3}

Se servir d’un extrait littérature ôté de son contexte pour développer une argumentation est une pratique injuste, à moins que l’auteur lui-même ne nous y encourage. Si la pensée de sœur White était qu’il fallait ne s’en tenir qu’à la consommation exclusive de céréales et de fruits, elle aurait alors expliqué pourquoi les noix et les racines intervenaient dans l’alimentation, pour ensuite disparaître. Sœur White n’a, de surcroît, déclarée nulle part qu’il faille abandonner les légumes verts, les noix et les racines. Ainsi, nous n’avons aucun droit, sur la base d’une déclaration isolée, d’imposer des pratiques nous seulement pénibles mais aussi impossible à suivre. {3SC3, 4: 16.1.4}

De plus, les élus doivent reprendre le régime alimentaire prescrit à la sainte famille du jardin d’Eden, avant que le péché ne vienne s’incorporer dans la nature. C’est pourquoi Dieu nous dit aujourd’hui : « Voici, je vous donne toute herbe portant de la semence et qui est à la surface de toute la terre, et tout arbre ayant en lui du fruit d’arbre et portant de la semence : ce sera votre nourriture. » (Ge. 1 : 29.) Ce passage nous révèle que le régime alimentaire des élus se compose d’herbe (céréales et légumes de toute sorte) portant de la semence et du fruit de « tout arbre » (fruits et noix) portant de la semence. {3SC3, 4: 16.1.5}

Lorsque Dieu dit dans Genèse 3 : 18, 19 : « Et tu mangeras de l’herbe des champs ; c’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, » il ne faut pas croire que Dieu a ajouté l’herbe au régime alimentaire humain après le péché (car l’herbe portant de la semence en faisait partie avant l’arrivée du péché). Ce que la terre produisait avant d’elle-même, elle ne le produirait plus dorénavant qu’à la sueur du front de l’homme. {3SC3, 4: 16.2.1}

——————–

Question N° 157 :

Je suis convaincu que « La Verge du Berger » n’est pas le message de l’heure, car je crois que lorsque Dieu envoie un message, ce dernier ne produit pas de séparation parmi Son peuple. Vous êtes d’accord, n’est-ce pas ? {3SC3, 4: 16.2.2}

Réponse :

Il est inutile de faire un étalage de preuves pour répondre à cette question car celui qui la pose ne connaît manifestement pas l’histoire de l’église. Ainsi, la meilleure façon de répondre est de demander combien de fois Dieu a-t-Il envoyé des messages qui n’ont provoqué ni troubles, ni séparation parmi Son peuple. Si les faits appuient la thèse évoquée dans la question, alors, en tant que Chrétien, il nous faut revoir notre position et admettre que la Verge n’est pas un message du ciel. Mais, si l’histoire de l’église contredit la thèse évoquée, celui qui pose la question devrait, en tant que Chrétien honnête en quête de vérité, rédiger une lettre attestant que ses arguments ont été incapables de réfuter la Verge. {3SC3, 4: 16.2.3}

Selon la prophétie d’Ezéchiel chapitre Neuf et « Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 445, le message de la Verge n’a pour seul objectif que de séparer le peuple !

Ainsi, la séparation causée par ce message est une autre preuve de sa provenance Divine. {3SC3, 4: 16.2.4}

16



[IMAGE COUVERTURE]

1

L’APPEL DU MONT CARMEL

« Toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. »

Nous savons que nos frères et sœurs qui œuvrent dans le champ seront heureux de savoir que le Mont Carmel prend bien soin des petits comme des grands. Et dans ce sens, nous annonçons à tous nos frères que nous comptons parmi nous treize nouveaux venus. {3SC8-10: 2.1.1}

C’est maintenant pour nous un privilège et un devoir de préserver les âmes de ces petits, de les former au service du Maître et de les préparer à se tenir debout avec l’Agneau sur le Mont Sion. {3SC8-10: 2.1.2}

Bien que cette année, notre charge de travail et de responsabilité se soit démultiplié, nous remercions Dieu de nous avoir confié ce magnifique troupeau. Cependant, le Mont Carmel n’en est qu’à ses débuts. Nous avons besoins d’infrastructures et malgré les nombreux hommes et femmes disponibles et prêts à porter la croix du Christ, l’œuvre avance lentement. En effet, comme les lecteurs du Code pourront le constater, c’est avec deux mois de retard que paraît ce numéro de notre journal d’actualités. {3SC8-10: 2.1.3}

Bien que notre aide soit très demandé ici, nous nous sommes rendus dans les états de l’ouest et après deux mois passés, à notre retour, nous avons trouvé l’œuvre encore plus au ralenti. {3SC8-10: 2.1.4}

Ô, je crie à l’Eternel pour qu’Il réveille tous les croyants de la Vérité Présente et leur montre que s’arrêter à la théorie ne suffira à pas à sauver leur âme réclamée par Satan. Certains mesurent à peine l’ampleur de l’œuvre et ses besoins. Ils mésestiment encore plus leur propre condition. Ils leur manque la véritable sagesse et le jugement qui vient d’en haut. Ils ne sont pas prêts à faire preuve de renoncement quand il s’agit du salut de leur âme ou du salut de leur prochain. Cependant, ils prétendent que sauver les âmes est une grande responsabilité qui leur incombe et désirent ardemment proclamer le message ! Laissez-moi vous illustrer cette triste réalité par un exemple. {3SC8-10: 2.1.5}

Au sein de la Vérité Présente, il y a des médecins qui pratiquent peu voire pas du tout. Ils ne veulent pas venir exercer au Mont Carmel car ils prétendent être trop occupés à sauver des âmes. Bien qu’ils ne fassent pratiquement rien dans le champ, ils refusent de nous venir nous aider même quand on leur en fait la demande. Certains d’entre eux savent pertinemment que le dispensaire du Mont Carmel a besoin d’eux. Nous avons tenté d’expliquer à quelques-uns que leur travail dans le champ n’a pas donné de résultat et que leur aide au Mont Carmel serait de loin plus profitable. Cependant, ils sont convaincus qu’ils ont l’immense devoir de sauver les autres et ignorent de fait tout ce que nous pouvons leur dire. Résultat, il n’y a qu’un seul docteur à Waco pour s’occuper des malades. {3SC8-10: 2.1.6}

Comment peut-on vouloir s’occuper de personnes qui sont hors du troupeau et délaisser celles qui en font partie ? {3SC8-10: 2.2.1}

Cet état d’esprit ne se limite pas seulement aux médecins autrement nous n’en ferions pas mention dans cet article. D’autres se comportent également de la même façon et nous espérons que ces lignes sauront vraiment les toucher eux et les médecins. {3SC8-10: 2.2.2}

Ces dernières années, l’on m’a demandé maintes fois de venir sur la côte Est visiter le champ. Certains frères se sont même proposé de couvrir tous les frais de transport et de séjour si j’acceptais de venir les aider. Seulement, je n’ai pas encore pu faire le voyage car je n’ai simplement pas assez d’hommes compétents pour poursuivre l’œuvre ici. On attend de moi que j’établisse un camp avec un minimum de ressource et que je traite les problèmes de tout le monde ici et dans le champ. Je dois prendre la casquette de parent, d’enseignant, de médecin, d’infirmier, etc., etc., sans parler des autres tâches que moi seul suis capable d’accomplir. {3SC8-10: 2.2.3}

Nous en appelons à tous les croyants de la Vérité Présente : suivez l’exemple de Christ. Revoyons nos priorités et assumons nos responsabilités. Apprenons à être méticuleux, économes et ponctuels. {3SC8-10: 2.2.4}

Beaucoup prétendent croire au message du scellement mais restent chez eux à ne rien faire ; ou alors ils cherchent à s’enrichir par les moyens qu’offre ce monde. Pendant ce temps nous avons du mal à établir le « camp » et publier le message qui leur fera connaître la vérité. Il nous faut répondre à leurs questions, résoudre leurs problèmes, enseigner et s’occuper de leurs enfants. {3SC8-10: 2.2.5}

La paresse et l’abondance de nourriture causèrent la perte de Sodome. L’oisiveté est propice aux transgressions. La médisance est en le fruit le plus répandu. Une rumeur fusse-t-elle vraie ou fausse éloignera à coup sûr de la lumière celui qui s’en rend coupable et le plongera dans les ténèbres. {3SC8-10: 2.2.6}

Réveillez-vous ! Mes frères, réveillez-vous ! De peur que vous ne soyez réduit en cendre comme Sodome, alors que vous vous prélassez ou cherchez à grossir votre compte bancaire. {3SC8-10: 2.2.7}

Nous avons besoin d’ouvriers dans la vigne. Mais comme aucun n’est qualifié, nous devons d’abord établir le « camp » afin de les former, s’occuper des enfants, des malades, des pauvres et des personnes âgées. Il nous faut des

2

charpentiers, des mécaniciens, des enseignants, des médecins, des aides soignant et des employés de bureau. {3SC8-10: 2.2.8}

Beaucoup des enfants qu’on nous envoie pour être formés ont grandi comme des chevaux sauvages livrés à eux-mêmes. Ils formeraient toutefois une équipe formidable s’ils pouvaient être canalisés et entraînés à toujours allé de l’avant. Si l’on venait à les abandonner à leur sort, au lieu d’être une bénédiction, ils deviendraient un fardeau pour eux-mêmes et pour la cause de Dieu. Ils seraient alors indignes de se tenir avec l’Agneau sur le Mont Sion. Par conséquent, si ces enfants ne deviennent pas des ouvriers efficaces au sein de la Vérité Présente, notre temps, les ressources Divines et enfin leur âme seront définitivement perdus et leur déchéance sera bien plus qu’un simple désastre. {3SC8-10: 3.1.1}

Si les parents eux-mêmes s’étaient convertis au plan Dieu concernant l’éducation de leurs enfants, la tâche ne serait pas aussi dure aujourd’hui. Les parents ne coopèrent pas avec le corps enseignants, ils n’ont pas confessé à leurs enfants qu’ils se sont engagés dans une mauvaise voie en les éduquant. L’on ne peut transformer un zèbre sauvage en cheval bien dressé et docile. De même, il nous est impossible de changer le caractère de ces enfants insubordonnés. Nous ne pouvons les gagner à une vie de pureté et d’obéissance et par conséquent de service utile. {3SC8-10: 3.1.2}

Lorsque quelques enfants échouent, il est normal pour la plupart des parents de blâmer le système scolaire et compatir au malheur de leur enfant. Ils ne reconnaîtront pas l’intégrité des enseignants ni ne puniront leur enfant. Nous portons gravement préjudice à nos enfants lorsque l’on compati à leurs malheurs alors qu’ils sont en tort ; nous ne leur faisons absolument aucun bien. {3SC8-10: 3.1.3}

Aussi, c’est avec insistance que nous sollicitons les parents à coopérer avec l’école. Ils préserveront alors leurs enfants des convoitises de ce monde. Nous demandons également aux enfants de consacrer pleinement leur esprit et leur attention à l’œuvre. C’est ainsi qu’ils empêcheront leurs parents de tomber dans les pièges de l’ennemi. {3SC8-10: 3.1.4}

Dieu nous a chargés de prendre en charge les enfants dont les parents ne peuvent s’occuper. Ils deviennent de fait les enfants par adoption de tous les croyants de la Vérité Présente qui n’ont eux-mêmes pas d’enfants. Qu’aucun de ceux qui se sont vu confier de la part de Dieu la responsabilité de ces « petits » ne manque de subvenir à leurs besoins. Notre peuple doit se reformer à tous les niveaux. {3SC8-10: 3.1.5}

« Que tous partagent la dépense, et que l’église sache quels sont ceux qui doivent recevoir l’aide nécessaire pour se rendre à l’école. Les familles pauvres devraient être assistées. Nous ne pouvons pas nous appeler nous-mêmes de véritables missionnaires si nous négligeons ceux qui sont à nos portes, à l’âge le plus critique et qui ont besoin de notre aide pour s’assurer la connaissance et l’expérience qui les rendront aptes au service de Dieu. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 217 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 552) {3SC8-10: 3.1.6}

Ces dons ont couvert les coûts du Code Symbolique, mais ne suffisent pas à assurer la production du reste des littératures. Or, il nous faut maintenant nous occuper de ces enfants. Ainsi, frères et sœurs, que ferez-vous de l’héritage que Dieu vous a confié ? {3SC8-10: 3.1.7}

« Chacun de nos membres, parent ou non, devrait porter le plus grand intérêt à la vigne du Seigneur. Nous ne pouvons nous permettre de laisser nos enfants s’éloigner dans le monde en tombant sous la coupe de l’ennemi. Coopérons avec le Seigneur, venons-lui en aide contre ses puissants ennemis. Faisons notre possible pour que nos écoles soient une bénédiction pour nos jeunes. Éducateurs et étudiants, en portant le joug du Christ, en apprenant quotidiennement de lui douceur et humilité, vous travaillerez en ce sens. Ceux qui n’ont pas de rapport direct avec ces écoles contribueront à ce qu’elles soient une bénédiction en les soutenant généreusement. Ainsi, nous deviendrons ‘ouvriers avec Dieu’ et recevrons la récompense réservée aux fidèles, le droit d’entrer à l’école du ciel. »–« Counsels to Teachers, » p. 210 (Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, p. 169). {3SC8-10: 3.2.1}

Nous espérons qu’aucun croyant de la Vérité Présente ne se verra adresser ces paroles : {3SC8-10: 3.2.2}

« L’amour du moi empêche la plupart d’accomplir leur devoir envers autrui. Croient-ils qu’ils ne doivent se concentrer que sur eux-mêmes et leurs enfants ? ‘Toutes les fois’, dit le Christ, ‘que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites.’ Croyez-vous qu’aux yeux de Dieu vos enfants soient plus importants que ceux des autres ? Dieu ne fait acception de personne. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour sauver les âmes. Aucun enfant ne devrait être mis de côté sous prétexte qu’il n’a pas la même culture ou la même religion qu’un autre. Si ces enfants délaissés avaient reçu les mêmes avantages, ils auraient manifestés une plus grande noblesse d’âme et de plus grandes capacités de service que tous ces autres enfants qui ont été choyés jour et nuit et ont baignés dans l’amour. Les anges prennent en pitié ces brebis perdues ; ils pleurent et nos yeux sont secs tandis que nous leur fermons notre cœur. Si Dieu ne m’avait pas confié une autre tâche, j’aurai consacré ma vie à m’occuper de ceux que les autres ont négligés. Au jour du Seigneur, quelqu’un sera tenu responsable de la perte de ces précieuses âmes. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, pp. 423, 424. {3SC8-10: 3.2.3}

Aujourd’hui, le message d’Elie est envoyé à l’église. Il doit ramener le cœur des pères à leurs enfants et le cœur des enfants à leur père dans l’église. L’amour doit être ainsi renouveler au sein des relations familiales. Il ne s’agit pas de l’amour sentimental qui attirera parents ou enfants vers le monde, mais plutôt du véritable amour capable d’arracher quelqu’un au monde et le ramener vers Dieu. Cet amour qui au final conduit les hommes au péché est celui dont on doit se repentir. Il doit être remplacé par l’amour salutaire qui

3

saura toujours conduire un cœur rebelle à l’obéissance. {3SC8-10: 3.2.4}

Parents, soyez sur vos gardes car les enfants, lorsqu’ils ont grandi, pâtissent tristement du sentimentalisme parental dont ils ont fait l’objet. Nombreuses sont les familles dont les enfants servent l’ennemi dans le monde et dont les parents sont dans l’église s’efforçant de servir Dieu. Ces parents se demandent pourquoi leurs enfants n’observent pas la loi de Dieu. Et alors qu’ils demandent continuellement à l’église de prier pour eux, ils tolèrent que ces derniers s’adonnent au mal. Tout en priant pour eux, ils les éloignent de plus en plus du Seigneur ! {3SC8-10: 4.1.1}

« Satan a de nombreux collaborateurs en la personne des soi-disant chrétiens qui l’aident à arracher la semence des cœurs. Nombreux sont ceux qui, après avoir écouté la prédication de la parole de Dieu, en font un sujet de critique dans leur foyer. Ils la jugent comme s’il s’agissait d’une production littéraire ou d’un discours politique. Le message qu’ils devraient considérer comme la parole de Dieu parlant à leurs cœurs est l’objet de remarques légères et sarcastiques. Le caractère du prédicateur, ses mobiles, ses actions, l’attitude des autres croyants sont librement discutés. Un jugement sévère est prononcé, on répète des commérages et des calomnies, même devant les inconvertis, et parfois les parents n’hésitent pas à le faire en présence de leurs enfants. On détruit ainsi le respect que l’on doit avoir pour les serviteurs de Dieu et leurs messages, et plusieurs sont amenés à mépriser les saintes Ecritures elles-mêmes. {3SC8-10: 4.1.2}

Voilà comment, dans les familles qui se disent chrétiennes, on conduit la jeunesse vers l’incrédulité. Et les parents se demandent pourquoi leurs enfants ont si peu de goût et de dispositions pour l’Evangile et doutent des vérités bibliques ! Ils s’étonnent que celles-ci n’aient pas sur eux plus d’influence. Ils ne voient pas que leur propre exemple a endurci le cœur de leurs enfants. La bonne semence ne trouve pas de place où elle pourrait prendre racine et Satan se hâte de la faire disparaître des cœurs. »–« Christ’s Object Lessons, » pp. 45, 46 (Les Paraboles de Jésus, pp. 31, 32). {3SC8-10: 4.1.3}

Parents, si votre esprit est engourdi au point d’être d’incapable de comprendre les choses énoncées dans cet article et que Dieu attend de vous, souvenez-vous alors d’une chose : chacune des paroles que vous prononcez à l’encontre de cette institution vous éloigne vous et vos interlocuteurs du troupeau et vous promet à la ruine éternelle. {3SC8-10: 4.1.4}

Une lettre provenant d’un parent et tuteur d’un de nos garçons, nous a montré que ce dernier désirait rentrer chez lui depuis un moment. Mais une réponse sage et maternelle de sa mère le fit complétement d’avis. Si jamais un de nos enfants devait exprimer un quelconque mécontentement à l’égard de l’école, j’espère que les parents feraient preuve de la sagesse dont a fait preuve cette sœur à l’égard de son garçon. {3SC8-10: 4.1.5}

Aucun de nos enfants ne parlerait contre l’école ou n’éprouverait le désir ardent de rentrer chez lui s’il savait qu’il ne recevrait pas le soutien de leurs parents dans leur élan non réfléchis. Au contraire ces derniers le réprimanderaient à cause de son comportement, et lui feraient savoir qu’ils ne l’accueilleraient pas à bras ouverts, avec embrassades et bisous, tandis qu’ils savent que leurs enfants se sont mal comportés. Voici donc la lettre en question : {3SC8-10: 4.2.1}

Cher T…………… :

Je viens de recevoir ta lettre qui m’a choqué et grandement affecté. Je suis vraiment navré d’apprendre que tu envisages de quitter le Mont Carmel. Je souhaiterais que tu luttes et surmontes ce désir comme si tu devais lutter pour ta propre vie. T………, sache que tu t’es engagé à rester à moins qu’on ne demande de partir, donc si tu pars, tu ne pourras pas revenir. Par ailleurs, c’est étrange que tu veuilles partir à …………… sachant que cela ne t’a jamais intéressé. Je voudrais que tu partes pour lui transmettre ce message mais tu n’es pas encore prêt. Reste donc jusqu’à ce que tu le sois. Quel gâchis pour toi et pour nous tous si tu abandonnes. J’espérais que tu sois celui qui amène tous tes proches au message mais voilà que tu laisses tomber avant même d’avoir commencé ! {3SC8-10: 4.2.2}

Tu n’as même pas encore commencé l’école, n’est-ce pas ? Et pourtant tu veux partir. Il n’y a rien que je puisse faire ou dire car je ne trouverais pas les mots justes et je suis impuissante face à cela. J’étais tellement sûre qu’avec un peu de chance tu réussirais. {3SC8-10: 4.2.3}

Qu’est-ce qui te fais croire qu’ils te renverront ? Tu respectes les règles, non ? Maintenant T……., ça n’a jamais été facile pour toi, et je ne vois pas pourquoi tu trouverais que les règles soient trop dures. Ne sais-tu pas que la rigueur rend plus fort ? Veux-tu vivre une vie de rebelle désœuvré et finir comme une mauviette dépressive au lieu de devenir un homme solide ? Les jeunes de cette condition remplissent les rues. Veux-tu être l’un d’eux ? {3SC8-10: 4.2.4}

T…….., tu crieras au désespoir et regretteras de ne pas être là lorsque le Seigneur établira Son royaume. Tu regretteras n’avoir pas voulu faire ce qu’il faut pour être digne de te tenir sur le Mont Sion avec l’Agneau ! T………., si tu fournissais pendant quelques semaine ou quelques mois un vrai effort, tu verrais le résultat. Pourquoi ne te donnes-tu pas cette chance ? As-tu jamais demandé au Seigneur de te montrer pourquoi tu es là ? Il te faut le discernement spirituel pour vraiment apprécier le Mont Carmel. Sans cela, c’est dur de vivre dans cet endroit qui n’a rien d’attractif. Mais T………., pour ceux qui vivent selon l’esprit, c’est une porte ouverte vers le

4

ciel, car l’on peut clairement sentir la présence de Dieu dans ce lieu. {3SC8-10: 4.2.5}

Souviens-toi comment les enfants d’Israël réclamèrent que l’Eternel les laisse mourir en Egypte au lieu de les délivrer et les emmener au désert. Il te faudra prier et te consacrer à ton travail pour réussir. Cela n’en vaut-il pas la peine ? Tu es jeune et le Seigneur sera plus clément quant à ton manque de connaissance. De plus tu n’es pas encore versé dans le péché. {3SC8-10: 5.1.1}

T………., s’il te plaît, implique toi davantage. Te contenter de dire que c’est la vérité ne t’apportera rien. Tu as une tâche à accomplir et personne ne l’accomplira à ta place. Et s’il s’avère qu’il n’y a pas de vie après la mort, rempli ton devoir pour le bonheur qu’il peut t’apporter dans cette vie à savoir la satisfaction de devenir un homme. Il est temps de choisir et si tu décides de te laisser emporter par la marée (c’est ce qui arrivera si tu cèdes à tes inclinations) tu finiras tel un morceau de bois à la dérive pourrissant avec le temps. T……….., si tu pouvais voir cet amoncellement de morceaux de bois qui pourrissent, tu saurais que Christ avait tout vu à l’avance et qu’Il t’avait préparé une échappatoire. Ainsi tu renoncerais à partir même si tu devrais mourir ici. Essaie T…………., et demande au Mont Carmel de prier pour toi. Prie pour toi-même et si tu tentes d’échapper à quelque règle, arrête et rentre dans les rangs. Je n’aurais jamais pensé que tu reculerais devant les difficultés. {3SC8-10: 5.1.2}

Je sais qu’il est extrêmement dur pour toi de te défaire de certaines choses, mais Dieu est prêt à t’aider si tu le laisses agir. Ces choses finiront par te faire descendre dans les bas-fonds et lorsque des années plus tard tu y penseras, cela te révoltera. Pendant que tu es jeune, débarrasse-toi de ces choses avant qu’elles ne s’attachent et prennent de l’ampleur dans ta vie. Tu as une occasion merveilleuse de la faire maintenant dans un lieu où d’autres vivent la même chose. {3SC8-10: 5.1.1}

J’en ai dit suffisamment, T…………, et j’espère que tu penseras à ce que tu es en train de faire et que tu prendras mes paroles comme elles sont. Car je ferais tout pour t’aider, j’espérerai et prierai toujours pour que, si tu viennes à partir, l’Esprit du Seigneur lutte avec toi jusqu’à ce que tu reviennes enfin au Mont Carmel. C’est là que tu te prépareras au plus grand et au plus grave des combats que le monde n’ait jamais connu, et tu combattras sous les ordres d’un Général Qui n’a jamais perdu de bataille. {3SC8-10: 5.2.1}

J’espère que tu m’écriras bientôt pour me dire ce que tu as décidé. Souviens-toi que je serai là pour toi, au début, à la fin et toujours. Les larmes coulent tandis que je t’écris, car il me semble injuste que quelques-uns de mes garçons ne soient pas suffisamment aptes à faire ce qu’il faut pour gagner le ciel. Et lorsque dans le ciel je vous chercherai, quelle tristesse ce sera de vous savoir tous au dehors à cause d’une seule raison : « Egocentrisme, » « Pas intéressé, » « Trompé par le Diable ! » {3SC8-10: 5.2.2}

Je veux que tu m’écrives et que tu n’oublies jamais. Demande au Seigneur Son collyre pendant qu’Il nous adresse ses mises en garde. {3SC8-10: 5.2.3}

Avec amour, Tante ………………

——————0——————

SEJOUR DANS LE MIDWEST

Il nous fallait rendre visite aux frères des états du Midwest. Il nous fallait aussi transporter un chargement de meubles de Madison dans le Wisconsin jusqu’au Mont Carmel et nous avions terriblement besoin d’un nouveau camion. Ainsi, nous décidâmes de faire d’une pierre trois coups. L’achat d’un pick-up Dodge nous ayant fait économiser environ cent dollars, ma femme et moi nous sommes procurés un billet avec escales à destination de Détroit dans le Michigan. Ayant pu faire escale quelques jours dans l’Ohio et l’Indiana, nous eûmes pour la première fois l’opportunité de visiter quelques croyants de la Vérité Présente avides de vérité. Aspirant à grandir dans leur vie Chrétienne, ils nous inspirèrent le plus grand courage. De plus, l’accueil royal reçu à chacune de nos visites et les efforts déployés par les frères pour gagner toujours plus d’auditeurs, nous montra ce que peut accomplir la puissance de l’Evangile de Christ. {3SC8-10: 5.1.4}

Au cours des mois, nous avons eu le privilège de rencontrer la communauté de Lewistown dans l’Ohio et celle de Muncie dans l’Indiana. {3SC8-10: 5.1.5}

Plus tard, à Détroit, nous avons rencontré frère et sœur Schian qui s’avérèrent être de fervents ouvriers au service de la Vérité Présente. Ils nous ont mis en contact avec un certain nombre d’Adventistes mais malheureusement nous n’avons pu organiser qu’une seule étude. La plupart d’entre eux a accroché à la Vérité Présente et plusieurs ont réclamé des littératures pour pouvoir examiner à loisir ce que dit le message du scellement. Nous prions pour que par nos efforts, un grand nombre d’âmes soient gagnées. {3SC8-10: 5.2.4}

Nous espérons que frère et sœur Schian se forment rapidement pour le travail et qu’ils apportent le message à nos frères Roumains. {3SC8-10: 5.2.5}

A Lansing dans le Michigan, nous sommes tombés sur des amis que nous n’avions pas vus depuis plus de quinze ans. Ils nous ont accueillis généreusement dans leur adorable demeure et cette nuit-là nous nous sommes retrouvé à parler du

5

message jusqu’à ce qu’au moment de partir, nous nous rendîmes compte qu’il était deux heures du matin. {3SC8-10: 5.2.6}

Après deux autres escales dans le Michigan et dans l’Illinois, nous passâmes quelques jours à Rockford auprès d’amis de longue date. Ensuite nous prîmes la route vers le nord et fîmes un arrêt très plaisant à Madison et Milwaukee. Après avoir introduit plusieurs familles dans la Vérité Présente, il nous a fallu revenir au Mont Carmel. A Madison, nous avons donc chargé à pleine capacité le camion avec les meubles et une famille de quatre personnes désireuses de résider au Mont Carmel. {3SC8-10: 6.1.1}

Nous remercions vraiment de tout cœur nos frères qui ont bien voulu se mettre pleinement à notre service et nous prions que Dieu bénisse chacun d’eux. Qu’ils puissent demeurer fermes dans le message du scellement afin que tous soient comptés parmi la communauté glorieuse des 144 000. {3SC8-10: 6.1.2}

Nous n’avons pas pu rendre visite à tout le monde mais nous espérons le faire dans prochainement. {3SC8-10: 6.1.3}

Nous devons prier pour les frères à qui nous avons apporté le message pendant ce voyage car l’opposition qu’ils rencontreront de la part de leurs frères Adventistes sera la même rencontrée par Christ face à Ses frères Juifs. Les apôtres furent également très éprouvés, mais la prière du Christ les fortifia au point qu’ils furent prêts à mourir plutôt que de renoncer à la vérité qu’ils avaient reçu. Cette prière fut formulée non seulement pour eux mais aussi pour tous ceux qui les succèderaient. Prenons courage tandis que nous lisons cette prière : {3SC8-10: 6.1.4}

« Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l’heure est venue ! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu’il accorde la vie éternelle à tous ceux qui tu lui as donnés. Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui qui tu as envoyé, Jésus-Christ. Je ne te pris pas de les ôter du monde, mais de les préserver du mal. Ils ne sont pas du monde, comme je ne suis pas du monde. Sanctifie-les par ta vérité : ta parole est la vérité. Comme tu m’as envoyé dans le monde, je les ai envoyés dans le monde. Et je me sanctifie moi-même pour eux, afin qu’eux aussi soient sanctifiés par la vérité. Ce n’est pas pour eux seulement que je prie, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et comme je suis en toi, afin qu’eux aussi soient un en nous, pour que le monde croie que tu m’as envoyé. Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, -afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. Père, je veux que là où je suis ceux que tu m’as donnés soient aussi avec moi, afin qu’ils voient ma gloire, la gloire que tu m’as donnée, parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde. Père juste, le monde ne t’a point connu ; mais moi, je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître tom nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’as aimé soit en eux, et que je sois en eux. » (Jean 17 : 1-3, 15-26.) {3SC8-10: 6.1.5}

———————-0———————-

LA VOIX VENUE DU CHAMP

Pas Ceux Qui Font Confiance A l’Intellect, Au Génie Ou Au Talent

Sabbat dernier, pendant l’école du Sabbat, l’ancien …………. parla des commandements soulignant que si l’on enfreignait l’un d’eux on les enfreignait tous. Peut-être était-il sincère. Quoiqu’il en soit, après l’Ecole du Sabbat, il déclara dans son sermon qu’il existait des personnes affirmant se préparer à exterminer le peuple de Dieu à l’aide d’épées et tentant d’anéantir le travail des pasteurs. {3SC8-10: 6.1.6}

Après le service, je lui demandai s’il croyait vraiment qu’il existait une secte projetant de passer par le fil de l’épée le peuple de Dieu. Il répondit, « Elle existe, mais il ne s’agit pas d’Adventistes du Septième jour. Ils se font appeler ‘La Verge du Berger.’ » {3SC8-10: 6.1.7}

Je lui dis que j’étais convaincu qu’il ne voulait en aucun cas propager de quelconque mensonge et qu’en tant que croyant de « La Verge du Berger », je savais sans nul doute que ce qu’il avançait était faux. Le pasteur, se moquant de frère Houteff, dit « Que pourrait bien faire un homme déscolarisé dès le collège ? » {3SC8-10: 6.1.8}

Dieu merci, aucunes de ses critiques ne m’atteint. Je me souvins que ni sœur White, ni Jean-Baptiste, ni la plupart des apôtres n’avaient d’éducation. Aucun de nous ne se prépare à tuer qui que ce soit et je voudrais vraiment savoir ce que je pourrais faire pour ces serviteurs de Dieu qui croient et propagent des mensonges partout ils vont. {3SC8-10: 6.2.1}

Ici, le Seigneur bénit l’œuvre. Que les hommes soient pour ou contre la lumière, ils glorifieront l’Eternel. {3SC8-10: 6.2.2}

6

Heureux dans la Lumière

Je remercie Dieu d’avoir exaucé ma prière. Avant, lorsque je lisais la Bible, j’avais du mal comprendre les prophéties mais aujourd’hui, elles sont on ne peut plus clair. {3SC8-10: 7.1.1}

Actuellement je lis « La Verge du Berger, Vol. 2 » et je vous écris pour vous exprimer ma joie. {3SC8-10: 7.1.2}

Je joins à la présente ma dîme et je dois vous expliquer ce qui m’a pousser à faire ce geste si tôt. Après avoir prié maintes fois et après avoir assisté au camp meeting, je suis convaincu que Dieu ne sera pas content si je continue à donner ma dîme aux bergers qui marchent avec le monde et qui reçoivent son soutien alors qu’ils s’éloignent de Christ. {3SC8-10: 7.1.3}

Alors que j’assistais l’Ecole du Sabbat de l’Age d’Or, frère Q…………… demanda à l’ancien de lire un passage des Témoignages, seulement, ce dernier refusa ce qui m’intrigua. Frère Q……… me passa donc le texte à lire mais l’ancien……… me l’ôta des mains et le rendit au frère Q. Dieu m’ouvrit alors les yeux et je vis que Satan était à l’œuvre dans cette église. L’ancien, agité, somma au frère Q, qu’il semblait être prêt à escorter vers la sortie, de ne pas lire les Témoignages pendant l’Ecole du Sabbat. A cette époque, je ne connaissais rien de la « Verge du Berger, » et à la fin de l’Ecole du Sabbat, j’interrogeai l’ancien qui m’informa que le frère Q………….  était un adepte de la Verge et non un membre de l’église. Il m’avertit que s’il voulait étudier avec moi je devrais refuser de l’écouter. {3SC8-10: 7.1.4}

Je répondis à l’ancien que je me devais d’examiner « La Verge du Berger » par moi-même, autant que je devais examiner les doctrines Adventiste par moi-même. {3SC8-10: 7.1.5}

Je marche donc aujourd’hui dans la lumière et j’en remercie le Seigneur. {3SC8-10: 7.1.6}

 —————–(Signature) L. Q

Adepte du Message Depuis Longtemps, Mais en Manque d’Enseignement

Je suis Adventiste du Septième jour depuis 28 ans et je dois dire que les tracts que vous m’avez envoyés sont très intéressants et édifiants. {3SC8-10: 7.1.7}

Je voudrais que nous ayons ici en Afrique du Sud un Centre Mont Carmel. J’aurais été parmi les premiers à m’y inscrire. {3SC8-10: 7.1.8}

M.K. Afrique

Afrique du Sud.

—————

Affligé des choses passées, enchanté par les événements présents

Je ne saurais exprimer ma joie tandis que je me délecte des « verts pâturages » dans les lesquels la Verge m’a conduit. Ps. 23. Mi. 7 : 14. Je suis heureux de « passer sous la Verge » (Ez. 20 : 37), d’entrer et sortir et trouver des pâturages. Jean 10 : 9. J’étais depuis tant d’années assoupi dans ma condition de Laodicéen. J’entendais la voix de Dieu mais je ne pouvais ouvrir la porte de mon cœur car elle était encombrée de détritus. Or, la porte est aujourd’hui ouverte et le Doux Sauveur entre et soupe avec moi. Ap. 3 : 20. {3SC8-10: 7.1.9}

La « crème et le miel » (Es. 7 : 21, 22), la bonne nourriture spirituelle, me donnent la force de porter ma croix et de suivre Christ ; et cette force, Il me la donne chaque jour. Jean 1 : 12 ; Mi. 6 : 9. {3SC8-10: 7.2.1}

(Signature) Earl Butterfield, Freewater, Orégon.

————————-

J’aimerai Pouvoir Etudier Toute La Journée

J’avais envie de vous écrire depuis un moment mais j’hésitais car cela fait peu de temps que j’ai rejoint « l’église Adventiste » et la « Vérité Présente ». Toutefois, j’apprends vite et je sais que le « Doux Sauveur » m’accompagne. Je le remercie chaque jour car Il a jugé bon de m’amener au message de la « Vérité Présente. » Ce message est tellement merveilleux et si cela était possible je l’étudierai toute la journée. Je suis vraiment reconnaissant de ce que Dieu a fait pour moi et j’essaie de transmettre le message tout en avançant dans mes études{3SC8-10: 7.2.3}.

(Signature) Ida E. Rainey, Portland, Orégon.

—————-

Retiens Ce Que Tu As Afin Que Personne Ne Prenne Ta Couronne

Si nous, qui connaissons le message de la Verge, ne nous préparons pas pour la bataille et « n’avançons pas dans la lumière, » d’autres nous devancerons et prendrons notre couronne. Nombreux sont ceux qui, ne partageant pas notre foi, désireraient ardemment étudier les vérités contenues dans les littératures de « La Verge du Berger. » {3SC8-10: 7.2.4}

Il n’y a pas longtemps, nous avons visité une famille qui venait de découvrir le Sabbat et les vérités du message Adventiste. Elle avait également apprécié les littératures. Deux ou trois ans après avoir découvert l’Adventisme, cette famille eu l’occasion d’avoir en sa possession plusieurs tracts de la Vérité Présente et du Code Symbolique. L’épouse et mère de ce foyer m’a déclaré avoir particulièrement apprécié les dernières littératures diffusées ; celles-ci lui ont augmenté son désir de devenir Adventiste et aujourd’hui, elle envoie sa petite fille à l’Ecole du Sabbat. {3SC8-10: 7.2.5}

Beaucoup de gens vivent la même expérience que cette famille, ils sont avides du message de la Vérité Présente. {3SC8-10: 7.2.6}

(Signature) E.T.W.

7

QUESTIONS ET REPONSES

Qui Parle, le Père ou le Fils ?

QUESTION N° 170 :

Est-ce Jésus ou Dieu qui parle dans ce passage des écritures ? « Si vous demeurez en moi, et que mes paroles demeurent en vous, demandez ce que vous voudrez et cela vous sera accordé. » {3SC8-10: 8.1.1}

REPONSE :

Ici, c’est Christ qui parle. En effet, si nous demeurons en Lui, il accédera à nos demandes fusent-elles grandes ou petites. {3SC8-10: 8.1.2}

—————–

Le Livre de Daniel et le Temps de la Fin

QUESTION N° 171 :

Quand commence « le temps de la fin » et quand le livre de Daniel fut-il ouvert ? Est-il aujourd’hui complétement ouvert ? {3SC8-10: 8.1.3}

REPONSE :

L’ange qui entretenait Daniel déclara que le livre serait fermé jusqu’au temps de la fin. Par conséquent, le livre doit être ouvert au temps de la fin. La Paroles ne précise pas si le livre est ouvert au début ou à la fin du « temps de la fin », s’il doit s’ouvrir complètement ou petit à petit. Elle dit simplement qu’il s’ouvre pendant « le temps de la fin. » Toutefois, il est historiquement prouvé que les prophéties de Daniel n’ont pas toutes été révélées en même temps mais progressivement. Aujourd’hui, nous sommes incapables de comprendre tous le livre de Daniel ce qui prouve que certaines parties sont encore fermées. Cependant, une majeure partie du livre est comprise ce qui indique que nous vivons « dans les temps de la fin. » Cette période de fin des temps a dû commencer lorsque le livre s’est ouvert. S’il fallait donc dater le commencement de cette période, nous pourrions dans une certaine mesure mentionner la date de 1844. Le temps de la fin est la période qui précède la fin du monde. {3SC8-10: 8.1.4}

——————

Avons-Nous Besoin de Nous Projeter Mentalement Nos Actions ?

QUESTION N° 172 :

Vous représentez-vous toujours mentalement les choses, les personnes et objets pour lesquels vous priez ? {3SC8-10: 8.1.5}

REPONSE :

Si nous ne nous faisons pas une représentation mentale de nos actions, si nous n’avons aucun objectif, ni nos prières, ni nos efforts ne rencontreront le succès. Ainsi, il nous faut avoir une vision claire de nos besoins et de toutes les choses que nous souhaitons accomplir. « Quand il n’y a point de révélation, le peuple est sans frein. » (Pr. 29 : 18.) {3SC8-10: 8.1.6}

————–

Comment Priez ?

QUESTION N°173 :

On m’a dit qu’il fallait prier Dieu le Père en disant, « Au nom de Jésus Ton Fils bénis, Mort pour moi, je demande humblement, etc. » Est-ce la bonne façon de prier ? {3SC8-10: 8.1.7}

REPONSES :

Nous ne voyons aucune contre-indication dans cette formulation, toutefois elle n’est pas obligatoire. {3SC8-10: 8.2.1}

————-

Quel Est Mon Don ?

QUESTION N° 174 :

Veuillez expliquer 1 Ti. 4 : 14, car j’aimerai savoir quel est mon don et ce que le Seigneur veut que je fasse. {3SC8-10: 8.2.2}

REPONSE :

« Ne néglige pas le don qui est en toi, et qui t’a été donné par prophétie avec l’imposition des mains de l’assemblée des anciens. » (1 Ti. 4 : 14.) {3SC8-10: 8.2.3}

Ce verset nous demande d’être fidèle et d’accomplir avec zèle les tâches que Dieu nous confit. Il s’agit donc d’obéir fidèlement aux principes doctrinaux et d’exécuter les tâches qui nous sont confiées. Le travail des croyants de la vérité présente consiste à se réformer en obéissant à la vérité et à inspirer les autres à obéir à leur tour. Certains d’entre nous mettent cela en pratique en construisant le « camp » au Centre du Mont Carmel ; d’autres animent des études ; d’autres encore envoient lettres, tracts et livres à leurs proches, amis et connaissances. Ceux qui travaillent pour gagner leur vie ne doivent pas s’écarter de leur mission afin que comme Daniel, on ne trouve rien à leur reprocher dans la pratique de leur religion. Au contraire, que par leur attitude et leur dévotion au Christ et à la cause Divine, ils amènent les autres à l’évangile. {3SC8-10: 8.2.4}

———————-

Celui qui Prépare sa Chute Tiendra-t-il Tenir Debout ?

QUESTION N° 175 :

Veuillez expliquer en quoi il est impossible d’obtenir le pardon des péchés, d’être réhabilité auprès de Dieu et d’être sauvé, si l’on retourne dans le monde comme nous l’illustre Hé. 6 : 4-6. {3SC8-10: 8.2.5}

REPONSE :

Paul explique que ceux qui ne vivent pas selon les éléments de la parole de Christ, qui ne tendent pas « à ce qui est parfait, » mais qui posent « à nouveau le fondement du renoncement aux œuvres mortes, de la foi en Dieu, de la doctrine des baptêmes, de l’imposition des mains, de la résurrection des morts, et du jugement éternel… qui ont été une fois éclairés, qui ont goûté le don céleste, qui ont eu part au Saint-Esprit, qui ont goûté la bonne parole de Dieu et les puissances du siècles à venir, et qui sont tombés, » il est impossible qu’ils « soient encore renouvelés

8

et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie. » (Hé. 6 : 1-6.) {3SC8-10: 8.2.6}

Paul déclare ainsi clairement que ceux qui ont été éclairés en toutes choses et qui ne vivent pas selon les éléments de la parole de Christ, posent le fondement du retour au monde. Si ces individus venaient à tomber, l’évangile de Christ serait incapable de les convertir à nouveau. {3SC8-10: 9.1.1}

—————

Quel Est le Glaive du Seigneur ?

QUESTION N°176 :

La Bible fait mention de glaive dans les derniers jours. S’agit-il de couteaux ou d’armes à feu ? Les guerres ne se font plus au moyen d’épées aujourd’hui. {3SC8-10: 9.1.2}

REPONSE :

Dans les écritures, « glaive » signifie guerre, effusion de sang et vengeance. Le glaive de Dieu est l’instrument par lequel Il exécute ses jugements. « Délivre-moi du méchant par ton glaive ! » (Ps. 17 : 13.) {3SC8-10: 9.1.3}

——————-

Qui Seront les Personnes Visitées par les Anges ?

QUESTION N°177 :

Est-ce que tous les Adventistes qui ne seront pas scellés périront dans le grand massacre d’Ezéchiel Neuf ? {3SC8-10: 9.1.4}

REPONSE :

Dieu dit aux « anges » de « tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque. » (Ez. 9 : 6.) {3SC8-10: 9.1.5}

—————

Comment et à Quelle Echelle ?

QUESTION N°178 :

Comment se fera le massacre dans les églises ? Le monde sera-t-il touché ? {3SC8-10: 9.1.6}

REPONSE :

Le massacre d’Ezéchiel Neuf est l’antitype de la Pâque en Egypte, il se déroulera donc de la même façon. Lisez Exode 12. {3SC8-10: 9.1.7}

Dans l’antitype, l’église subit la première le massacre (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 211), puis c’est au tour du monde (« The Great Controversy, » p. 656 ; « La Tragédie des Siècles, » p. 712). Cela se déroule donc en deux étapes qui sont séparées par la fin du temps de grâce. Voir notre tract n°1. {3SC8-10: 9.1.8}

———————-

Que Sont les Sept Dernières Plaies ?

QUESTION N°179 :

Veuillez expliquer ce que sont les sept dernières plaies. {3SC8-10: 9.1.9}

REPONSE :

Nous n’avons pas encore eu de révélation sur la nature des sept plaies. L’Apocalypse est écrite dans un langage figuré, par conséquent les plaies sont décrites en des termes symboliques, tout comme le sont les sept sceaux, les sept trompettes, etc. {3SC8-10: 9.1.10}

———————–

Pendant le Millénium, l’Etang de Feu Brûle-t-il ?

QUESTION N°180 :

Veuillez expliquer l’Ap. 19 : 20 et Ap. 20 : 10. Si la bête et le faux prophète sont jetés dans l’étang de feu avant le millénium, le feu continuera-t-il de brûler pendant ces deux événements ? {3SC8-10: 9.2.1}

REPONSE :

« La Verge du Berger, » Vol. 2, p. 152, par. 2 montre que « la bête et le faux prophète sont jetés dans le feu après la sixième plaie et avant la fin du monde. » A la page 161 du même volume, par. 2, nous voyons que « vers la septième plaie, la bête et le faux prophète [littéralement] seront jetés dans l’étang de feu, » et « deviendront un type de la destruction finale des méchants après le millénium. » {3SC8-10: 9.2.2}

Le feu, s’il s’agit d’un véritable feu, n’a pas forcément besoin de brûler pendant tous le millénium ; il peut être ravivé après le millénium. {3SC8-10: 9.2.3}

——————–

Un Serpent Vivipare, Un Aure Ovipare ; Un Venimeux, Un Autre Non Venimeux. Pourquoi ?

QUESTION N°181 :

Dans ses écrits, sœur White condamne l’usage des épices. Seulement, nous croyons comprendre que les croyants de la Verge du Berger en consomment, c’est pourquoi nous vous demandons des explications. » {3SC8-10: 9.2.4}

REPONSES :

Il est vrai que sœur White condamne l’usage des épices, mais elle n’en dresse pas la liste exhaustive. Ainsi, toutes les épices sont-elles mauvaises pour la santé ? Si non, quelles sont celles qui le sont et celles qui ne le sont pas ? {3SC8-10: 9.2.5}

La sauge, les oignons, le persil, la menthe, l’ail, le céleri, etc., sont non seulement inoffensifs mais aussi bons pour la santé. Nous en concluons donc toutes les épices ne sont pas bannies. {3SC8-10: 9.2.6}

Les épices les plus nocives sont naturellement celles que l’on consomme en grande quantité tels que le poivre, le vinaigre, la moutarde, le raifort, le ketchup et autres sauces épicées vendu en magasin. Nous ignorons si la cannelle, la muscade, le piment de Jamaïque et le laurier sont mauvais pour la santé. Généralement, si l’on consomme ces épices en très petite quantité, elles sont tout à fait inoffensives. {3SC8-10: 9.2.7}

Chez les serpents, tous ne sont pas logés à la même enseigne. Les serpents vivipares ne pondent pas d’œufs à la différence des serpents ovipares. Il y a les serpents venimeux qui sont très dangereux et toxiques, et il y a les serpents non venimeux qui sont inoffensifs. De même, contrairement à ce que le texte semble évoquer, toutes les épices ne sont pas logées à la même enseigne. {3SC8-10: 9.2.8}

9

———————-

Doit-On Bannir l’Amour-Propre et Rechercher la Modération ?

QUESTION N°182 :

Les femmes devraient-elles porter des bas de soie ou de coton ? {3SC8-10: 10.1.1}

REPONSE :

Nous ne saurions définir une règle pour chaque cas. Certaines femmes vivent dans des environnements où il n’est pas du tout pratique de porter des bas de soie ; d’autres ne peuvent pas porter des bas de coton. Bien sûr, l’on ne porte pas des bas de soie pure par modestie ou par souci pratique donc la question ne se pose même pas. Par contre, il faut opter pour les bas de soie si ces derniers se révèlent être plus pratiques et économiques que les bas de coton. Vice-versa, il faut opter pour les bas de cotons ou de fil d’Ecosse si ces derniers présentent de meilleures dispositions. Dans ce domaine et dans tout domaine similaire, le bon sens devrait motiver nos choix. {3SC8-10: 10.1.2}

« L’usage de modération dans les dépenses est une excellente caractéristique de la sagesse Chrétienne….. L’argent est un merveilleux don de Dieu et lorsque Ses enfants l’utilisent, ils le convertissent en nourriture pour celui qui a faim, en eau pour celui qui a soif, en vêtement pour celui qui est nu. Il défend l’opprimé et participe à la guérison du malade. Les ressources ne devraient pas être inutilement ou largement utilisées pour satisfaire l’envie ou l’ambition. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 571. {3SC8-10: 10.1.3}

« Une stricte modération devrait être observée dans l’exercice et la progression de l’œuvre. »–« Counsels on Health, » p. 319. {3SC8-10: 10.1.4}

—————

Sondez Au Lieu de Lire

QUESTION N°183 :

« Ministry of Healing, » p. 356 (Ministère de la Guérison, p. 301) déclare que l’église est l’épouse, tandis que « The Great Controversy, » p. 427 (La Tragédie des Siècles, p. 463) affirme que la «  Cité Sainte » est « l’épouse. » Veuillez expliquer cette apparente contradiction. {3SC8-10: 10.1.5}

QUESTION :

La contradiction entre ces deux passages s’explique comme suit : {3SC8-10: 10.1.6}

S’il est vrai que d’un côté l’église de Dieu est considérée comme l’épouse et que de l’autre elle représente les invités, l’on finit toutefois par voir, lorsque l’on comprend la pensée de l’auteure dans chacun des cas, que ces déclarations sont correctes et Bibliques. Ceux qui cherchent à pinailler, qui lisent en surface et manquent de réflexion, concluront forcément qu’il y a une contradiction, et s’ils sont capables d’un tel raisonnement à l’égard de ces passages, ils peuvent très bien aussi conclure que la Bible se contredit. {3SC8-10: 10.1.7}

Le problème ne se trouve pas tant dans les dits passages mais plutôt dans l’esprit des lecteurs, car ces derniers n’ont pas compris que les mots « épouse » et « époux » sont uniquement employés pour illustrer. Dans le premier cas, l’auteure représente la relation qui existe entre Christ et l’église tandis que dans le second cas, elle représente la relation qui existe entre Christ et la sainte cité. {3SC8-10: 10.1.8}

Supposons que le fait d’utiliser le mot « épouse » pour illustrer la relation qui existe entre Christ et Son église implique que le même mot ne puisse être employé pour illustrer la relation qui existe entre Christ et la cité sainte. Il faudrait également conclure que Christ, considéré comme l’Epoux de l’église dans Ép. 5 : 22-32 et Os. 2 : 2, ne puisse être également considéré comme son « Père Eternel » dans Es. 9 : 6. {3SC8-10: 10.1.1}

Ceux qui s’en tiennent aux phrases seules sans tenir compte du livre entier, ne trouveront jamais la vérité par eux-mêmes. Au lieu d’aider les autres, ce sont les autres qui devront les aider. {3SC8-10: 10.2.2}

——————

Christ Fut-Il Jugé, Condamné et Crucifié le Même Jour ?

QUESTION N° 184 :

« La Verge du Berger, » Vol. 2, p. 24 déclare : « L’analyse de cette chronologie prouve que lorsque Jésus fut emmené devant Caïphe,… c’était environ la douzième heure ou peu de temps avant l’aube… Or « The Desire of Ages, » p. 698 (Jésus-Christ, p. 699) déclare : « Il était plus de minuit, et les cris de la foule qui le suivait en le huant rompaient brusquement le silence nocturne. Le Sauveur, étroitement lié et gardé….  Ceux qui l’avaient arrêté le conduisirent, en toute hâte, au palais d’Anne…. » A nouveau à la page 699, l’arrestation est désigné « Le faire saisir de nuit par une troupe. » Lorsque Jésus fut trahi, Jésus déclara, « Voici, l’heure est proche. » (Mt. 26 : 45.) Ces passages démontrent clairement que Jésus fut livré aux mains des pécheurs (le sein de la terre), à ou peu de temps après minuit. Or, « La Verge du Berger, » Vol. 2, fait démarrer ces trois jours et trois nuits au lever du soleil donc il semble y avoir une flagrante contradiction. Pouvez-vous éclaircir ce point ? {3SC8-10: 10.2.3}

Parlant du moment où Jésus fut amené devant Pilate, Jean 18 : 28 déclare « c’était le matin. » Marc 16 : 9 déclare, « Jésus, étant ressuscité le matin. » Donc si dans Jean, le matin correspond à la sixième heure, le moment de Sa résurrection (« matin ») ne devrait-il donc pas être aussi à la sixième ou peu de temps avant ? {3SC8-10: 10.2.4}

REPONSE :

« La Verge du Berger, » n’enseigne pas que Jésus fut arrêté par la foule au lever du soleil mais aux environs de minuit. Ensuite, vers ou peu de temps avant le lever du jour, Il fut amené devant Caïphe. (Voir l’illustration p. 22 de « La Verge du Berger, » Vol. 2.) Le passage de « The Desire of Ages, » (Jésus-Christ) cité précédemment parle du moment où les soldats arrêtèrent Jésus dans le jardin tandis que « La Verge du Berger » parle du moment où les Juifs l’arrêtèrent ou

10

le firent comparaître devant le Sanhedrin. {3SC8-10: 10.2.5}

En plus des éléments de l’illustration de la page 22, la déclaration du La Verge reprise dans la question qui nous est posée, prouve que la « Verge » parle de Jésus lorsqu’on amène devant Caïphe, le souverain sacrificateur. A ce moment-là, c’était environ la douzième heure ou « peu de temps avant l’aube. » Il n’est pas dit que « l’arrestation de nuit » ou la comparution devant Anne eurent lieu au lever du jour, il est dit que lorsque Jésus fut amené devant Caïphe, « c’était environ la douzième heure ou peu de temps avant l’aube. » Ainsi, plusieurs heures se sont écoulées entre le moment de l’arrestation de Jésus dans le jardin et le moment où Il fut amené devant Caïphe. En d’autre terme, « La Verge du Berger, » affirme et prouve et que les trois jours et trois nuits ne commencèrent pas à l’arrestation de Jésus, mais au moment de Sa première comparution. (Voir l’illustration p. 22 de « La Verge du Berger, » Vol. 2) {3SC8-10: 11.1.1}

Un examen de « La Verge du Berger » et de « The Desire of Ages (Jésus-Christ) » sur la question, démontrera que les deux textes sont en parfaite harmonie. La personne qui pose la question a confondu les mots de « La Verge du Berger », tout comme d’autres ont mal interprétés les mots de la page 151 du Vol. 2 lorsqu’il est fait mention de la « bête » d’Apocalypse 13 : 14. Cette bête est celle qui possède des cornes d’agneau ; or, des personnes prétendent que la « Verge » affirme qu’il s’agit de la bête d’Apocalypse 13 : 1, celle qui possède les sept têtes. {3SC8-10: 11.1.2}

La seule différence qu’il y a entre « La Verge du Berger » et « The Desire of Ages (Jésus-Christ), » sur le sujet, réside dans le fait que ce dernier déclare qu’ « Au second jour de la fête, on présentait au Seigneur une gerbe d’orge comme prémices de la moisson. » (« The Desire of Ages, » p. 77 ; Jésus-Christ, p. 60). Cela place la première fête de la Pâque le jour du sabbat (No. 28 : 17), et implique que le sacrifice de l’Agneau, le quatorzième jour (Ex. 12 : 6) tombe un Vendredi. « La Verge du Berger » de son côté place le sacrifice de l’agneau et le quatorzième le Mercredi, la première fête le Jeudi, la seconde fête le Vendredi, et ainsi de suite. Par conséquent, compte tenu de cette divergence entre les deux écrits et reconnaissant qu’ils sont tous deux inspirés, il nous faut nous tourner vers la Bible pour trouver le jour exact et harmoniser les deux textes. Mettons donc de côté « La Verge du Berger » et « The Desire of Ages » (Jésus-Christ), et prenons à témoin Marc et Jean : {3SC8-10: 11.1.3}

Nous citons Jean 19 : 14 : « C’était la préparation de la Pâque, et environ la sixième heure. Pilate dit aux Juifs : Voici votre roi. » Marc 15 : 33 déclare, « La sixième heure étant venue, il y eut des ténèbres sur toute la terre, jusqu’à la neuvième heure. » {3SC8-10: 11.1.4}

Dans ces passages, deux « sixième » heure nous sont présentés. A la première, Jésus se trouvait dans le prétoire de Pilate et à la seconde, Il était sur la croix tandis que le soleil se voilait et que les ténèbres couvraient toute la terre. Ces deux « sixième » heures sont de manière évidente séparées de douze heures. Or, le soleil s’obscurcit lorsque Jésus était sur la croix, donc la seconde sixième heure était celle de la journée tandis que la première sixième heure était celle de la nuit. {3SC8-10: 11.2.1}

Par ailleurs, dans l’Antiquité, l’horaire contenant douze heures était basé sur le soleil. Ainsi, minuit correspondait à la sixième heure ce qui prouve qu’à la « sixième heure, » lorsque Jésus était dans le Prétoire de Pilate, il était « environ » minuit. Tandis qu’à la sixième heure lorsque Jésus était sur la croix et que le soleil s’obscurcit, il était environ midi. {3SC8-10: 11.2.2}

Si donc, l’arrestation de minuit, la comparution devant Pilat, la crucifixion et la mise au sépulcre de Jésus ont tous eu lieu le même jour, le Vendredi, comment Jésus-a-t-Il pu être arrêté dans le jardin peu de temps avant minuit, emmené vers Anne, puis Caïphe devant le Sanhédrin, puis vers Pilate, et de surcroit se trouver dans le Prétoire de Pilate aux environs de minuit ? Cette impossibilité devrait à elle seule suffire à convaincre tout esprit logique que ces événements ont dû se dérouler sur deux jours. Tout argument soutenant que cela s’est passé en un seul jour ne va pas à l’encontre de « La Verge du Berger », mais à l’encontre des récits de Marc et de Jean qui furent témoins de ces événements. Par conséquent, que ceux qui mettent de côté « La Verge du Berger » réalisent qu’ils mettent aussi de côté la Bible. {3SC8-10: 11.2.3}

Jésus mangea la Pâque avec les disciples avant d’être arrêté par les soldats Romains et la foule (Luc 22 : 7-14). Ainsi, le quatorzième jour du mois, le jour du sacrifice de l’agneau Pascal, était un Mercredi. Le premier jour des fêtes fut un Jeudi lorsqu’eut lieu l’arrestation de minuit. Ensuite, Jésus comparu devant Pilate, Il fut crucifié et mis au sépulcre le Vendredi. {3SC8-10: 11.2.4}

Sachant que nous considérons les écrits de sœur White comme inspirés, nous avons l’obligation de clarifier cette différence entre le récit de « The Desire of Ages » (Jésus-Christ) et les récits de Marc et de Jean. La seule explication possible est que l’on a utilisé le mot « second » (« The Desire of Ages, » p. 77 ; Jésus-Christ, p. 60) à la place du mot « quatrième. » Il nous faut admettre que cet écart chronologique est soit le fruit d’une erreur soit d’un acte volontaire. Et la thèse de l’acte volontaire serait plus plausible car la dénomination

11


 a toujours cru à tort que l’arrestation, les comparutions, la crucifixion et la mise en sépulcre de Christ eurent lieu le même jour. Ce changement a été apporté pour obéir à la croyance actuelle et pour confirmer cette théorie, nous attirons votre attention sur cette vision de sœur White publiée dans la première édition de « Early Writings » (Premier Ecrits) mais qui fut enlevée de la dernière édition à la page 34. {3SC8-10: 11.2.5}

« Je vis que tous ceux qui n’avaient pas reçu la marque de la Bête et de son Image sur leur front sur leurs mains, ne pouvaient ni acheter ni vendre. Je vis que le nombre (666) de l’Image de la Bête avait été fabriqué et que la Bête avait changé le Sabbat. L’Image de la Bête l’avait ensuite suivi et avait observé le Sabbat Papal et non le Sabbat Divin. » {3SC8-10: 12.1.1}

Nous pensons que cette vision fut supprimée de « Premiers Ecrits » car à l’époque elle n’était pas en harmonie avec les enseignements des pasteurs. Ces derniers enseignaient et enseignent encore aujourd’hui que la désignation numérique 666 est propre au Pape et non à la bête à deux cornes. Ils affirment que l’Image de Bête est le Pape et non la bête à deux cornes. Face à cette manipulation du texte original, nous sommes forcés de croire que la même chose soit arrivée avec « The Desire of Ages » (Jésus-Christ). Toutefois, cela s’est passé d’une autre manière. {3SC8-10: 12.2.1}

VAGUE DE SANTE

« Bien des mères déplorent l’intempérance générale et ne voient pas quelle en est la vraie cause. Elles préparent journellement une grande variété de mets et une nourriture fortement épicée qui sollicitent l’appétit et encouragent à trop manger. Les tables du peuple américain sont généralement servies de manière à faire des ivrognes. Pour beaucoup de personnes, la satisfaction de l’appétit est la seule qui compte. Celui qui se permet de manger trop souvent, et une nourriture de mauvaise qualité, affaiblit sa résistance aux exigences de l’appétit et de la passion sur d’autres objets, dans la proportion où il s’est laissé aller à de mauvaises habitudes alimentaires. Les mères devraient ressentir leur obligation, en face de Dieu et du monde, de donner à la société des enfants dont elles auront formé sainement le caractère. Des hommes et des femmes qui se lancent dans la vie avec des principes solides pourront se préserver de la souillure au milieu même des vices d’un siècle corrompu. Les mères se doivent de saisir ces occasions en or où elles peuvent former correctement leurs enfants au sens du service et du devoir. Leur temps appartient en quelque sorte à leurs enfants. Le temps est précieux et ne devrait pas servir à embellir la garde-robe. Il devrait être consacré à l’instruction progressive, et à l’apprentissage méthodique du renoncement et du contrôle de soi. » (Conseils sur la Nutrition et les Aliments, p. 274) {3SC8-10: 12.1.2}

« La table de beaucoup de mères chrétiennes est fournie continuellement d’une variété de plats qui irritent l’estomac et enfièvrent l’organisme. Dans certaines familles, la viande constitue la nourriture principale, et elle finit par charger le sang d’humeurs cancéreuses et scrofuleuses. Le corps de ces personnes est fait de ce qu’elles mangent, mais lorsque la souffrance et la maladie l’atteignent, elles les considèrent comme des afflictions envoyées par la Providence. {3SC8-10: 12.1.3}

Nous le répétons, l’intempérance commence à nos tables. On satisfait à tel point l’appétit que cette satisfaction finit par devenir une seconde nature. L’usage du thé et du café crée une propension pour le tabac, et celle-ci favorise le penchant pour les boissons alcoolisées. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 3, p. 563 (« Conseils sur la Nutrition et les Aliments, » p. 275) {3SC8-10: 12.1.4}

Nos tables devraient être garnies de nourriture qui ne soit pas de la viande. Toutefois, lorsque les viandes sont supprimées, il faut couvrir l’apport en protéine par des substituts. Les articles suivants pourraient être de bons candidats : {3SC8-10: 12.2.2}

Lentilles : apport de 27%

Soja : apport de 32%

Fromage Blanc : apport de 53%

Lait écrémé : apport de 37%

Rôti de Lentille

Ingrédients

1 cuillère à soupe d’huile pour assaisonnement

4 cuillères à soupe d’oignons émincés

500ml de lentilles cuites

2 œufs

1 cuillère à café de sel

1 demi-cuillère à café de sauge ou de thym

500ml de purée de tomates

Préparation

    Mettre de l’huile à chauffer dans une poêle, ajouter ensuite les oignons et laisser cuire en mélangeant. Lorsque les oignons commencent à brunir, verser les lentilles. Battre les œufs légèrement, ajouter le sel, le thym et battre à nouveau et verser dans les lentilles. Verser ensuite la purée de tomate en mélangeant bien. Huiler et couvrir de papier sulfurisé un moule à cake et laisser cuire pendant environ vingt minutes. Démouler et retourner le rôti puis servir avec de la sauce espagnole. {3SC8-10: 12.2.3}

Sauce Espagnole

2 oignons et 2 poivrons de taille moyenne

1 demi-cuillère à café de sel

1 cuillère à café rase de sucre bio

500ml de tomates cuites

1 cuillère à soupe de d’huile pour assaisonnement

Préparation

    Eplucher les oignons, puis couper-les en deux. Disposer l’oignon à plat sur une planche à découper et émincer l’oignon avec un couteau bien affuté. Découper ensuite les poivrons de la même façon. {3SC8-10: 12.2.4}

    Cuire avec de l’huile en mélangeant souvent. Peu avant la fin de la cuisson, ajouter le sel, le sucre et les tomates. Terminer la cuisson et servir. {3SC8-10: 12.2.5}

12



[IMAGE COUVERTURE]

1

Pourquoi Aurions-Nous Besoin du Centre du Mont Carmel ?

Aujourd’hui, notre peuple se demande pourquoi l’utilité du Centre du Mont Carmel autant que les apôtres se demandèrent à leur époque, pourquoi la nécessité de la crucifixion et de la résurrection de Christ. Ainsi, nous essaierons à nouveau de nous pencher sur ce sujet de la plus haute importance. {3SC11, 12: 2.1.1}

Nous verrons dans les paragraphes suivants que l’ennemi de la vérité est bien décidé à empêcher la lumière de parvenir jusqu’au peuple (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 411). Il fait également tout ce qu’il peut pour anéantir le Centre du Mont Carmel et l’œuvre qu’il accomplit. {3SC11, 12: 2.1.2}

  1. « L’on m’a rapporté, » déclare quelqu’un, « que le Mont Carmel est une sorte de fort où seront entreposées les armes qui serviront à massacrer les Adventistes qui n’acceptent pas le message de la Verge. Est-ce vrai ? » {3SC11, 12: 2.1.3}

Il n’y a pas plus absurde comme histoire et nous demandons aux frères de ne pas croire ce que les ennemis du Mont Carmel racontent. A l’époque où vous vous intéressiez à la vérité du Sabbat, vous n’avez pas cru aux histoires farfelues racontées sur les Adventistes, faites-en de même aujourd’hui. {3SC11, 12: 2.1.4}

  1. « Est-il vrai, » demande une autre personne, « que les membres de « La Verge du Berger » prévoient d’augmenter leur nombre au point qu’ils soient bientôt capables de prendre le contrôle de force de toutes les institutions Adventistes ? » {3SC11, 12: 2.1.5}
    Ceux qui connaissent bien la teneur du message proclamé par le Mont Carmel, savent pertinemment que ce dernier n’a en aucune façon l’intention de prendre le contrôle d’institutions quelconques. Il veut plutôt susciter ce mouvement de réforme mentionné très tôt par sœur White dans « Testimonies for the Church », Vol. 9, p. 126. Nous sommes en revanche dans l’attente que 144 000 membres Adventistes se joignent à nous, après quoi, une grande foule de toute nation, de toute tribu, de toute langue et de tout peuple, grossira considérablement nos rangs au point que « personne ne pourra nous compter. » Il est également vrai que toutes les institutions possédées et contrôlées par la dénomination Adventiste font partie de la maison du Père, et qu’en tant qu’Adventistes ces institutions nous sont aussi destinées autant qu’à ceux qui, de par leur nombre majoritaire, nous bannissent et se satisfont de leur progrès spirituels, se croyant riches et enrichis et n’ayant besoin de rien. {3SC11, 12: 2.1.6}

« Je pourrais écrire des pages et des pages sur ce thème. Des fédérations entières sont influencées par les mêmes principes pervertis. ‘Ses riches sont pleins de violence, ses habitants profèrent le mensonge, et leur langue n’est que tromperie dans leur bouche.’ Le Seigneur purifiera Son Église. Je vous le dis, en vérité, que le Seigneur va bouleverser les institutions qui portent Son nom. »–« Testimonies to Ministers, » pp. 372-3. {3SC11, 12: 2.1.7}

Ainsi, l’objectif du Mont Carmel n’est pas de prendre le contrôle d’institutions mais de susciter cette réforme tant attendues. Toutefois, s’il est vrai que le Seigneur promet de « vomir » les membres de ces institutions si elles ne changent pas d’attitude, Dieu confiera les institutions qu’Il aura choisi d’épargner à ceux qui « soupirent et gémissent à cause des abominations qui se commettent dans l’église, » ceux qui composent la communauté du Mont Carmel. {3SC11, 12: 2.2.1}

La nature du travail qui s’effectue au Mont Carmel tend vers une restauration de toutes les institutions divines. Hélas, nos frères « tièdes » nous empêchent de prendre part aux institutions de la dénomination. Il est donc impératif que nous construisions sur le Mont Carmel, des bâtiments simples et peu coûteux qui favoriseront la propagation du message et permettront de prendre en charge les croyants dans le besoin. {3SC11, 12: 2.2.2}

La Mont Carmel croit à toutes les paroles des prophètes et s’engage à appliquer à la lettre les commandements de Dieu, autrement il n’aurait pas lieu d’être. Que ceux donc qui sont amenés à prendre part à l’œuvre du Mont Carmel agissent rapidement, de peur qu’ils imitent la dénomination lorsque le message lui fut présenté en 1888. Voici ce que sœur White écrit à ce sujet : {3SC11, 12: 2.2.3}

« Dans Sa grande miséricorde le Seigneur envoya un très précieux message à Son peuple par les pasteurs Waggoner et Jones…. Beaucoup avait perdu Jésus de vue. » (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » pp. 91, 92.) {3SC11, 12: 2.2.4}
Le passage qui suit indique clairement que la Conférence Générale tenue à Minneapolis, a refusé ce précieux message : {3SC11, 12: 2.2.5}

« Certains ont cultivé de la haine contre les hommes que Dieu a commissionnés pour présenter un message spécial au monde. Ils commencèrent cette œuvre satanique à Minneapolis. Plus tard, quand ils virent et sentirent la démonstration du Saint-Esprit qui témoignait que le message était de Dieu, ils le haïrent encore plus, parce que c’était un témoignage contre eux. Ils ne voulurent pas humilier leur cœur pour se repentir, pour donner gloire à Dieu et défendre la justice. Ils ont persisté dans le même esprit, pleins d’envie, de jalousie et de mauvais soupçons, comme les Juifs. Ils ont ouvert leur cœur à l’ennemi de Dieu et de l’homme. Cependant, ces hommes ont occupé des postes de confiance et ont modelé l’œuvre à leur propre ressemblance autant que cela leur fut possible. » Idem, pp. 79, 80. {3SC11, 12: 2.2.6}

Ces vingt-cinq dernières années, des hommes ont tentés à maintes reprises de ranimer l’Esprit de Dieu au sein du peuple de Dieu, mais sans succès. Seulement, lorsqu’après quarante années,

2

nombre souvent répété dans la Bible, les « temps furent accomplis, » les Adventistes annonçant officiellement leur rejet du « précieux message de Dieu, » Dieu envoya un autre message sous forme écrite aux trente membres du Comité de la Conférence Générale tenue à San Francisco en 1930. Dès lors que ce message ne fut pas accepté par les frères tout comme celui de 1888, il parut évident que pour atteindre le peuple, le message devrait être publié et diffusé dans la dénomination. C’est ainsi qu’est sorti le livre intitulé « La Verge du Berger, » Volume Un. {3SC11, 12: 2.2.7}
 Ce contexte donna naissance à l’Association de Publication Universelle située à Los Angeles qui édita et publia les volumes Un et Deux ainsi que de nombreux tracts, le tout formant la compilation de « La Verge du Berger. » En 1935, par manque d’espace et pour être situé plus au centre des deux Amériques, l’Association a déménagé ses locaux au Mont Carmel, à Waco au Texas. Si nos frères s’étaient rappelé leur erreur de 1888 et avaient accepté le message en 1930, le Centre du Mont Carmel n’aurait pas eu lieu d’être et ces tristes paroles n’auraient pas été prononcées : {3SC11, 1 2: 3.1.1}

« L’appel à cette solennelle et grande œuvre avait été présenté à des hommes occupant des positions intellectuelles et sociales élevées ; si ces hommes s’étaient considérés petits à leurs propres yeux, et s’ils avaient placé une confiance pleine et entière en Dieu, le Seigneur les aurait honorés en leur accordant de porter triomphalement Son étendard jusqu’à la victoire. Mais ils se sont séparés de Dieu et ont cédé à l’influence du monde, alors le Seigneur les a rejetés. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 82. {3SC11, 12: 3.1.3}

Ainsi, selon l’accomplissement de la prophétie (Mal. 4 : 5 ; « Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, pp. 475, 476) le Centre du Mont Carmel comme le Mont Carmel d’autrefois, proclame aujourd’hui, « choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir. » {3SC11, 12: 3.1.4}

L’œuvre du Centre est de proclamer le message du scellement des 144 000, « aux dernières heures de l’histoire de l’église, » ce qui « est tout particulièrement souligné dans la vision du prophète Ezéchiel, par les hommes qui avaient chacun leur instrument de destruction à la main. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 3, p. 266 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 384). {3SC11, {3SC11, 12: 3.1.5}

Cette citation confirme que l’Eternel va purifier Son église et qu’il y aura 144 000 personnes scellées, dans la bouche desquelles il ne se trouvera pas de mensonge (Ap. 14 : 15). L’Eternel les enverra pour proclamer Son nom et Sa gloire parmi les nations. (Es. 66 : 19, 20.) Il nous est dit que « Seuls ceux qui auront résisté et vaincu la tentation par la force du Tout-Puissant, pourront prendre part à la proclamation de ce message, quand il sera devenu un Grand Cri. »–« Review and Herald, » 19 Nov. 1908. {3SC11, 12: 3.1.6}

Aux débuts du mouvement Adventiste, nos frères rejetèrent en 1888 le message de la justification par la foi ; aujourd’hui, la Conférence Générale a rejeté le message du scellement de 1930. Ainsi, sans l’œuvre du Mont Carmel, ni l’église ni le monde n’aurait l’opportunité de connaître le message sensé leur épargner « le jour grand et redoutable de l’Eternel, » et les préparer pour la vie dans le pays de gloire. {3SC11, 12: 3.2.1}

Nous qui sommes destinés à ce « grand mouvement de réforme » et sommes « chassés » de nos églises, ne sommes pas les seuls à être privés des bienfaits des institutions de la dénomination. Est également touché presque l’ensemble du corps laïc Adventiste à qui l’on doit la construction et le soutien de ces institutions. Hormis les pasteurs et les ouvriers évangéliques, peu de gens bénéficient des services de ces institutions à savoir, les sanatoriums, les hôpitaux, les écoles secondaires et les universités, les imprimantes, les usines alimentaires, les revenus générés par les droits d’auteurs, etc. {3SC11, 12: 3.2.2}
                « Que dit Dieu de Son peuple ? ‘C’est un peuple pillé et dépouillé ! On les a tous enchaînés dans des cavernes, plongés dans des cachots ; ils ont été mis au pillage, et personne qui les délivre ! Dépouillés, et personne qui dise : Restitue !’ (Voir aussi Ésaïe 43.) Ce sont des prophéties qui s’accompliront. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 96. {3SC11, 12: 3.2.3}

La seule chose accordée aux membres, pourvu qu’ils ferment leur bouche et disent amen à tout ce qu’on leur dit du haut de la chaire, c’est d’avoir une place assise dans l’église et de participer aux budgets qui serviront à payer le salaire des pasteurs. {3SC11, 12: 3.2.4}

Par ailleurs, les écoles dont la seule vocation aurait dû être la formation des jeunes pour l’œuvre, se sont transformées en entreprise dont les frais égalent ceux des écoles privées de notre société. Ceux qui n’ont pas les moyens de payer ces frais sont avec quelques exceptions exclus et forcer de rejoindre les écoles publiques du monde. {3SC11, 12: 3.2.5}

Si donc le Mont Carmel venait à disparaître, les jeunes ne pouvant s’inscrire dans les écoles Adventistes seraient définitivement privés d’une éducation Chrétienne et exclus de l’œuvre. {3SC11, 12: 3.2.6}

Le Mont Carmel ne perçoit aucun frais de scolarité et les coûts par mois et par personne s’élèvent à dix dollars pour la chambre, le couvert, la lessive, etc. Les personnes n’ayant pas les moyens de payer sont pleinement couvertes et prises en charge. Ainsi, la vocation du Mont Carmel est de restaurer « toutes choses. » {3SC11, 12: 3.2.7}
                En sept ans, l’expérience a montré qu’il n’existe pratiquement aucun croyant de la Vérité Présent capable d’enseigner le message. Ceux qui ont essayé ont peu voire rien accomplit ; ils n’ont pas eu de résultats. C’est

3

pourquoi, si le Mont Carmel n’intervenait pas auprès des croyants en termes d’apprentissage, ces derniers ne seraient d’aucune utilité pour Dieu dans cette œuvre considérable. Il n’y aurait de place ni pour les personnes âgées ni pour les orphelins. Dieu a anticipé cela et a ordonné via la plume d’Ezéchiel « de l’environner d’un camp [Mont Carmel], de dresser contre elle des béliers [chefs] tout autour. » (Ez. 4 : 2.) {3SC11, 12: 3.2.8}
                Nous voyons ici quelques-unes des nombreuses raisons essentielles pour lesquelles le Mont Carmel devrait être construit. {3SC11, 12: 4.2.1}

Point De Mensonge Dans Leur Bouche

Le fait qu’il n’y ait point de mensonge dans la bouche des cent quarante-quatre milles prouve non seulement qu’ils doivent proclamer la vérité et rien que la vérité mais aussi que leur langage doit être exempt de toute parole inconvenante. Si nous voulons faire partie de cette communauté d’enfants de Dieu, il nous faudra exclure de notre langage toutes les mauvaises allusions, les sous-entendus, les jurons et les paroles inutiles. —« Education, » p. 236 (p. 267). {3SC11, 12: 4.1.1}

Il nous est dit que notre langage devrait être « pur. » L’âme la plus sensible devrait être incapable de nous accuser de la moindre inconvenance ; nous devrions respirer une telle bonté que l’âme la plus réservée ne saurait avoir peur de nous ; nous devrions respirer une telle sincérité que notre auditoire ne saurait douter de la véracité de nos propos. {3SC11, 12: 4.1.2}

Le Seigneur nous demande de nous préparer à recevoir Son sceau et Il nous demande également de purifier notre langage et d’être exempts de duplicité. Soyons, ainsi, les « serviteurs de Dieu » lorsque retentira le « grand cri. » C’est dans ce contexte qu’il a été conclu que la jeunesse du Mont Carmel devrait aborder le langage « d’un point de vue supérieur, » les adultes se soumettant également au même traitement. C’est pourquoi un cours du soir a été mis en place spécialement pour eux. {3SC11, 12: 4.1.3}

Le cours a lieu de 19h00 à 20h00 et a des effets tout à fait positifs sur la vie du camp. En abordant le langage « d’un point de vue supérieur, » nous avons déclaré la guerre à la plus noire des malédictions de la société humaine, à savoir les commérages que nous apportons dans nos foyers et nos églises. Après un tour de table, c’est avec surprise que nous avons vu défiler au tableau les nombreux, « sous-entendus », « mauvaises allusions, » « paroles inutiles, » et « jurons » qui s’étaient infiltrés dans notre langage et qui, prononcés innocemment, faisaient partie du parler quotidien de presque tous le monde. {3SC11, 12: 4.1.4}

Après avoir décidé d’agir immédiatement, nous nous sommes engagés à ce que nos influences n’entraveraient pas le travail accomplit en classe avec les jeunes et les enfants. Ainsi, avec ce cours du soir, un travail s’opère sur deux tableaux. Nous apprenons d’abord à utiliser correctement notre langue, et ensuite nous extirpons de notre langage ces paroles qui détruisent l’âme et nous conduisent insidieusement à cette chose malfaisante qu’est le « commérage. » {3SC11, 12: 4.2.2}

En tant que potentiels 144 000, nous sommes donc exhortés à devenir des saints dont les bouches sont exemptes de mensonge. Cet heureux destin devrait pousser chaque croyant de la Vérité Présente à contrer toute attaque et à recevoir le « sceau de Dieu, » « reflétant pleinement l’image de Jésus. » {3SC11, 12: 4.2.3}

Voici une citation qui encouragera adultes et jeunes : {3SC11, 12: 4.2.4}

« L’ouvrier de Dieu doit faire les efforts les plus sincères pour devenir le représentant du Christ, écartant tout geste désagréable et toute parole grossière. Qu’il s’applique à utiliser un langage correct. Il existe une grande classe de gens qui négligent leur langage, mais qui, s’ils se donnent la peine de faire attention, peuvent devenir des témoins de la vérité. Qu’ils fassent des progrès quotidiens. Qu’ils n’entachent pas leur efficacité ni leur influence en cultivant des manières, un ton ou un langage défectueux. Ils remplaceront les expressions vulgaires par des paroles pures et de bon sens. Grâce à une attention constante et à une ferme discipline, le jeune chrétien gardera sa langue du mal et ses lèvres du mensonge. »–« Counsels to Teachers, » p. 238 (Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, p. 191). {3SC11, 12: 4.2.5}

Avez-Vous Réussi Votre Test Sur Le « N° 8 »

Les lecteurs du « Code Symbolique, » notamment ceux qui ont écrit le Poème N° 8 publié dans le numéro de Mars-Avril, attendent certainement avec impatience les résultats de « l’examen d’admission. » Ainsi, le Code va annoncer officiellement dans ce numéro tous les meilleurs résultats. {3SC11, 12: 4.1.5}

Deux copies ont été choisies par les juges comme les meilleures réponses au poème. L’une a été écrite par Mme. John Wilson et l’autre par M. Charles Grabill Jr, tous deux résidents en Californie. Mme Wilson qui a fourni son interprétation en prose, a également formulé sa réponse en vers. Les réponses en prose étant pratiquement de même qualité, les éditeurs du Code ont décidé de publier le poème juste ici après cet article. {3SC11, 12: 4.1.6}

4

Aussi importante que soit l’interprétation du poème, nous avons trouvés des éléments connexes alarmants et forts intéressants. {3SC11, 12: 5.1.1}

A la base, le poème devait servir d’une certaine façon à faire état de l’importance accordée par le peuple de Dieu à l’étude du message. Ensuite, il devait montrer si le peuple était capable d’obéir à des ordres spécifiques. Et enfin, il devait monter si tout le monde parmi le peuple serait intéressé à participer à toutes les activités proposées par le message du scellement. {3SC11, 12: 5.1.2}

Avec ce poème « N° 8 », notre bureau a pu constater que la majorité des croyants de la Vérité Présente ne sont malheureusement pas intéressés. Vue la teneur du message, tous les croyants auraient dû immédiatement s’empresser de répondre à ce test d’introspection suite à quoi nous aurions dû être submergés de courriers. Mais au lieu de cela, seule une centaine de croyants ont participés. {3SC11, 12: 5.1.3}

Beaucoup n’ont pas souhaité saisir toutes les opportunités présentées et nous en concluons tristement que la majorité des lecteurs du Code sont encore victimes de leur passiveté Laodicéenne. Leur connaissance et leur zèle pour la vérité sont pratiquement au point mort. {3SC11, 12: 5.1.4}

Si ces frères inactifs ne se réveillent pas rapidement de leur profond sommeil, ils se retrouveront parmi les vierges, partis tardivement acheter de l’huile pour leur lampe ; le temps qu’elles reviennent de leur course, il est trop tard et elles ne peuvent participer aux noces. La porte est fermée et à leur grand désespoir, elles gémissent « Seigneur, Seigneur, ouvre-nous. » Hélas elles reçoivent une réponse glaciale, « Je vous le dis en vérité, je ne vous connais pas. » (Mt. 25 : 11, 12.) {3SC11, 12: 5.1.5}

Ces pauvres vierges se retrouvent à la porte hébétées et découragées ! Le prix est cher payé pour « un peu de sommeil, un peu d’assoupissement, un peu croiser les mains pour dormir ! » (Pr. 6 : 10.) {3SC11, 12: 5.1.6}

Frères et sœurs, où votre foi et vos œuvres vous conduisent-elles ? Aux noces, ou à l’extérieur, dans le désappointement et la destruction ? Quelle terrible pensée ! Dieu vous préserve de ce destin tragique. Puissions-nous vite faire attention à nous-même et « veillez donc, puisque nous ne savons ni le jour, ni l’heure. » (Mt. 25 : 13.) {3SC11, 12: 5.1.7}

S’il y a une leçon à tirer des résultats de ce test, elle se trouve dans l’observation suivante : Seul dix pour cents des participants ont suivi scrupuleusement les treize règles spécifiques touchant au manuscrit ! Une telle incapacité, une telle négligence ou indifférence dans l’exécution d’ordres spécifiques n’a cessé de se répéter parmi une majorité de croyants de la Vérité Présente. {3SC11, 12: 5.1.8}

Si ces frères négligents n’apprennent pas à suivre scrupuleusement chaque instruction donnée, ils ne seront pas de cette armée marchant sous sa bannière, s’avançant dans le monde en vainqueur et pour vaincre. —« Prophets and Kings, » p. 725 (Prophètes et Rois, p. 549). {3SC11, 12: 5.1.9}

Supposons que Moïse n’ait pas suivi à la lettre les instructions concernant la construction du sanctuaire. Supposons que les ouvriers n’aient pas exécutés à la lettre les ordres de Moïse. Que serait-il advenu du temple de Salomon si les ouvriers n’avaient pas suivi scrupuleusement les instructions qui leur étaient donnés ? Que serait-il advenu des ouvriers eux-mêmes ? Qu’est-il arrivé à Uzza, lorsqu’il alla à l’encontre des ordres de Dieu en tentant de soutenir l’arche ? Qu’advint-il de la femme de Lot lorsqu’elle ignora l’ordre de Dieu stipulant qu’il ne fallait pas se retourner pour regarder la ville perdue de Sodome ? {3SC11, 12: 5.2.1}

Frères et sœurs, quelles seront selon vous les conséquences de cette négligence dans l’exécution d’ordres spécifiques ? Il ne s’agit pas aujourd’hui de la destruction d’une ville ou du déplacement d’une arche mais de l’établissement du royaume de Dieu, de la destruction des nations et de la conquête de la terre. Dieu sera-t-il moins agacé par une telle indifférence et une telle négligence ? Sera-t-il moins exigeant, moins enclin à punir ? Ou pensez-vous que « les temps ont changé, » et  « qu’on ne devrait point s’attendre à voir des miracles et des manifestations signalées de la puissance de Dieu comme au temps de la primitive Eglise ; » pensez-vous qu’ « Il soit trop miséricordieux pour répandre ses jugements sur son peuple ? »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 211 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 73). {3SC11, 12: 5.2.2}

Voici la réponse de Dieu à ces questions : « En ce temps-là, je fouillerai Jérusalem avec des lampes, et je châtierai les hommes qui reposent sur leurs lies et qui disent dans leur cœur : l’Eternel ne fait ni bien ni mal. Leurs biens seront au pillage, et leurs maisons seront dévastées. » (So. 1 : 12, 13) {3SC11, 12: 5.2.3}

Cher lecteur, vous comptez-vous parmi cette majorité qui s’est reposé sur sa lie quand le test « N° 8 » est venu découvrir si ces choses occupaient « notre esprit, retenaient toute notre attention ? » {3SC11, 12: 5.2.4}

Supposez qu’on vous avertisse d’une chose plus grave et que vous soyez incapables de réagir en conséquence. Ne finiriez-vous pas comme ceux dont les biens « seront bientôt au pillage » et dont « les maisons seront dévastées ? » Si vous ne réagissez pas immédiatement, il sera trop tard pour obtenir de la connaissance et du zèle et c’est aux côtés de l’ignorant et tu tiède que vous périrez dans le « fléau débordé. » (Es. 28 : 18.) {3SC11, 12: 5.2.5}

Réveillez-vous frères, réveillez-vous sœurs ! Préparez-vous, alors qu’il est temps, à venir prêter main forte au Seigneur contre les puissants et « à faire avec votre force, toute ce que votre main trouve à faire. » (Ec. 9 : 10.) {3SC11, 12: 5.2.6}

En exhortant Timothée, Paul déclara :

« C’est pourquoi je t’exhorte

5

à ranimer le don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. » (2 Ti. 1 : 6.) « Voilà pourquoi je prendrai soin de vous rappeler ces choses, bien que vous les sachiez et que vous soyez affermis dans la vérité présente. Et je regarde comme un devoir, aussi longtemps que je suis dans cette tente, de vous tenir en éveil par des avertissements. » (2 Pi. 1 : 12, 13.) {3SC11, 12: 5.2.8}

Ces paroles s’appliquent autant aujourd’hui qu’à l’époque de Timothée. {3SC11, 12: 5.2.7}

Prêtez attention à l’appel du Seigneur : {3SC11, 12: 6.1.1}

« Moi, je reprends et je châtie tous ceux que j’aime. Aie donc du zèle, et repens-toi…. Que celui qui a des oreilles entende ce que l’Esprit dit aux Eglises ! » (Ap. 3 : 19, 22.) {3SC11, 12: 6.1.2}

Biens aimés, sommes-nous ceux dont il est dit « qu’ils ont des oreilles, mais n’entendent…. pas ? » Ou prêterons-nous volontiers attention à ce que dit le Témoin Véritable ? Si nous aimons le Seigneur, si nous aimons le message et les frères et si nous aimons notre âme, nous ne négligerons rien du tout et nous répondrons immédiatement à la moindre chose. Nous serons des ouvriers qualifiés, n’ayant honte de rien et dispensant correctement la parole de vérité ; nous nous qualifierons pour participer à la grande œuvre de l’Eternel. {3SC11, 12: 6.1.3}

Réponse Au Poème « N° 8 »

Mon âme fatiguée était à moitié endormie

Défaillante et épuisée par l’étude

Car j’ai trouvé la vérité

Qui se cachait au sein des fables sataniques

Mais alors que je sondais la Parole de Dieu,

J’ai trouvé la lumière dans la Verge du Berger.

Là, j’ai vu l’œuvre de l’Esprit,

La « Baguette », « l’Arbre, » et le « Bol d’Huile. »

Car la lumière vient uniquement de ce bol ;

L’Esprit de Dieu fait connaître le message.

Oh, beau message, que tu es sublime,

Dieu envoie Sa vérité au bon moment !

Réveille-toi mon âme, l’heure est avancée,

Je me dépêche d’ouvrir grand ma porte.

Je suis tellement content d’avoir entendu l’appel

Qui retenti aujourd’hui pour tout un chacun ;

Je recevrai ce numéro huit.

Qu’avec l’aide de Dieu je puisse croire

La vérité que tu donnes par la « brebis » et par la « vache, »

Et qu’elle m’aide à rester droit ;

Je jeûnerai volontiers sur ces vérités rares,

Pourvu que Dieu fasse ma table rase ;

Au lieu de la balle, je mangerai la « crème ; »

Au lieu de l’ivraie, j’aurai la douceur du « miel. »

Oui, je vois le « septième mystique. »

L’horloge dont la main pointe vers le onze

Annonçant que l’heure est venue

Où Dieu apparaît pour rendre son jugement

Pour nous juger selon les livres d’en haut.

Ne pleurez pas ! Voici le Lion de

La tribu de Juda qui a vaincu,

Et les mystères dévoilés des sceaux.

Les « Mains » et les « Baguettes » racontent l’histoire

De ceux qui habiteront la Canaan.

Si nous sondons le précieux « Rouleau, »

Les plans de Dieu en notre faveur se dévoileront.

Les « Etoiles » sont toutes les tribus,

Les saints qui jamais ne se retireront :

Même si la bataille est ardue,

Ils se battent pour les âmes jusqu’au bout,

Et quand leur œuvre sera achevée sur la terre,

Et qu’ils auront gagné la vie éternelle,

Ils se tiendront sur la « Mer de Verre »

Avec une joie sans précédent.

A ceux qui contempleront cette lumière,

Les vérités plus riches sont encore à découvrir.

Oint mes yeux afin que je vois,

Et de Ta « Robe, » Christ, couvre-moi.

Je veux être un fidèle « Cheval, »

Et parler à tous de la liberté du Salut,

Avec l’ange céleste comme guide,

Je n’ai aucun autre objectif,

Que d’aller sauver les âmes des hommes,

Accompagné de millions d’autres braves « chevaux. »

La « Verge » est un symbole authentique

De cette grande œuvre qu’il nous appartient d’accomplir.

Les bergers emportent avec eux leurs brebis.

De même nous devons les arracher à la fosse de l’enfer.

Nous les arracherons du feu, ces brandons

Et s’exécuteront alors les commandements de l’Eternel.

Je consommerai le Code Symbolique,

Ferait de la Vérité Présente ma seule demeure.

Je rassemblerai aussi les morceaux,

Je ferai tout ce que m’ordonne le Seigneur.

Oui, je contemple cette « Femme, »

Dont la postérité doit être pure comme l’or.

C’est la véritable église de Dieu qui traverse les âges ;

Ce sont tous les saints qui s’engagent

Dans son plan du salut des âmes

Au lieu de lancer des campagnes de collecte de fonds.

O Seigneur, je te demande juste une chose,

C’est que je fasse partie de la postérité de cette « Femme. »

Jamais je ne perdrai ma couronne d’Or,

Jamais je ne serai piétiné par les cavaliers de l’Eternel.

Jamais je ne finirai en enfer avec les méchants,

Regrettant d’avoir pu demeurer auprès des saints.

Triste serait mon sort,

Négligeant l’importance du Salut ;

Je ne peux me permettre de désobéir ;

Et tomber sous l’épée du Seigneur.

Reposer là pendant milles années,

Pour me réveiller dans l’amertume ;

Etre esclave pendant cent années,

Pour, hélas, finir dans la tombe.

Quand les sauterelles me visiteront

Si sur moi repose le sceau de la victoire :

Que je fasse partie de ce groupe de fidèles

Qui soupirent et gémissent à causes de leurs transgressions.

6

Que me soit épargnée la piqûre du scorpion,

Et que moi aussi, j’apporte mes trophées.

Par Grâce, j’obéirai à mon Dieu :

Je croirai au message de la « Verge, »

Afin de régner avec « Gloire » auprès de Christ,

Et louer Son Nom au siècle des siècles.

J’embarquerai vite à bord du train « numéro huit, »

Et ferai tout pour ne pas être en retard.

(Mme John E. Wilson)

« Mais Ceux qui Auront de l’Intelligence Comprendront »

(Da. 12 : 10)

« O mon âme ! Réveille-toi ! Ouvre grand tes portes !

Le Roi ! Dans le ‘N° 8’, Il apporte

Davantage de crème de ses vaches et brebis ;

Et le miel aussi ! O mon âme, pourquoi dormir !

Réveille-toi de cet évanouissement mortel,

Et que de cette aubaine du Saint Esprit,

Délectation rare, fine, étendue et consistante,

Nous satisfaisons ce pauvre appétit !

Voici : les ‘Mains,’ les ‘Baguettes,’ le ‘Rouleau,’

Les ‘Etoiles,’ le ‘Lion,’ ‘l’heure,’ et la ‘Verge,’

Le ‘Septième’ mystique qui dévoile

L’œuvre finale du Seigneur en faveur du monde ! »

O, frères et sœurs de près ou de loin,

A vous qui soupirez et gémissez vraiment

Et comprenez correctement ces lignes,

Voici davantage de miel pour chacun de vous :

A travers les âges, les disciples de Christ ont progressé par l’inspiration dans les glorieuses allées de la galerie d’art Divine, à savoir la Bible. Ils ont nourri leur âme assoiffée de la beauté de cette collection dont les pièces sont éternellement exposées. Et les voilà arrivés à la fin de la galerie, l’Apocalypse, contemplant le bouquet final que sont ces pièces de choix, notamment le portrait de l’Agneau se tenant sur le Mont Sion et avec Lui cent quarante-quatre mille, avec écrit sur leur front le nom de Son Père. Jamais ce portrait incomparable n’avait livré les mystères de son histoire pleine d’enjeux. {3SC11, 12: 7.1.1}

Ce tableau présentant le grand final du plan du salut, réalisé par le Maître Artiste Lui-même, n’a cessé d’engager et d’inspirer les milliers de profonds admirateurs pour qui les vérités ont dû demeurer un mystère. Ainsi, par l’inspiration progressive, ce même tableau devrait nous remplir d’une sainte joie, nous, « les élus de Dieu, » qui avons le privilège de voir la Divine Main lever progressivement le voile du mystère. Nous nous identifions comme étant ce groupe d’immortels, les 144 000, et ce privilège incroyable de faire partie de l’un d’eux a toujours été le vœu inespéré du Chrétien ! {3SC11, 12: 7.1.2}

L’ancien James White contemplant se tableau grandiose, a baigner dans la lumière de 1844 et dans son extase il s’exclama : «  O, Gloire ! Alléluia ! Mon pauvre cœur s’enflamme pour le royaume, alors que je me tiens devant le vrai croyant, animé de ce doux espoir. Si nous ‘tenons bon’ encore quelques jours, les ombres de la nuit s’effaceront devant les glorieuses scènes précédent la venue du Fils de l’homme. » « A Word to the Little Flock, » p. 8. {3SC11, 12: 7.2.1}

S’il est vrai que les faibles rayons de lumières de 1844 suscitèrent chez les spectateurs euphoriques un émouvant espoir, les éclatants rayons de lumière qui envahissent aujourd’hui cette ultime scène devraient à plus forte raison susciter en nous un espoir d’une sublimité transcendante, nous libérant totalement de notre moi, et animant nos cœurs d’un zèle sanctifié qu’aucun homme ou ange n’a jamais vus auparavant. {3SC11, 12: 7.2.2}

Exaltés jusque dans les profondeurs de notre âme, nous contemplons dans la réflexion cette glorieuse scène, nous interrogeant, comme pour nous rassurer, si cette image est bien celle « du Roi, de l’Eternel des armées, » accompagné des sujets de Son royaume. Et l’Esprit de Prophétie nous répond dans la même veine : {3SC11, 12: 7.2.3}

« Qui sont les citoyens du royaume de Dieu ? Tous ceux qui font Sa volonté. Ils possèdent la justice, la paix et la joie dans le Saint-Esprit. Les membres du royaume de Christ sont les enfants de Dieu, associés à Sa grande entreprise. Les élus de Dieu sont une race élue, une nation sainte, un peuple acquis par Dieu, afin d’annoncer les vertus de Celui qui vous a appelés des ténèbres à Son admirable lumière. Ils sont le sel de la terre, la lumière du monde. Ils sont des pierres vivantes, un sacerdoce royal. Ils sont les associés de Jésus-Christ. Ce sont ceux qui suivent l’Agneau partout où Il va. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 422. {3SC11, 12: 7.2.4}

Voici les « élus de Dieu, » « le reste autrefois méprisé, » et aujourd’hui, « revêtu d’une parure éclatante qui ne sera plus jamais souillée par les corruptions du monde. Les fidèles ont leurs noms consignés dans le livre de vie de l’Agneau avec ceux des élus de tous les âges. Ils ont résisté aux ruses du séducteur, ils n’ont pas été détournés du droit chemin par le rugissement du dragon. Ils sont maintenant éternellement à l’abri des pièges du tentateur. Leurs péchés sont reportés sur l’auteur même du péché. Et le ‘reste’ n’est pas seulement pardonné, mais accepté et honoré. Un turban pur est placé sur la tête de ceux qui en font partie. Ils seront rois et sacrificateurs pour Dieu. Tandis que Satan lançait ses accusations et cherchait à détruire leur troupe, de saints anges, invisibles, passaient ici et là, mettant sur eux le sceau du Dieu vivant. Ce sont ceux qui se tiennent sur la montagne de Sion en compagnie de l’Agneau, le nom du Père inscrit sur leur front. Ils chantent le cantique nouveau devant le trône, ce cantique que personne

7

ne peut apprendre, sauf les 144 000 qui ont été rachetés de la terre. ‘Ils suivent l’Agneau partout où il va. Ils ont été rachetés d’entre les hommes, comme des prémices pour Dieu et pour l’Agneau; et dans leur bouche il ne s’est point trouvé de mensonge, car ils sont irrépréhensibles.’ » (« Testimonies for the Church, » Volume 5, pp. 475,  476. Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 212.) {3SC11, 12: 7.2.5}

« En ce jour-là, l’Eternel protégera les habitants de Jérusalem, et le faible parmi eux sera dans ce jour comme David ; la maison de David sera comme Dieu, comme l’ange de l’Eternel devant eux. » (Za. 12 : 8.) {3SC11, 12: 8.1.}

O, vous « élus de Dieu, » si vous désirez être des « hommes servant de signes, » « comptez sur les promesses de l’Ecriture Sainte, » selon lesquelles vous serez « un peuple nombreux ; tel qu’il n’y en a jamais eu, et qu’il n’y en aura jamais dans la suite des âges. » {3SC11, 12: 8.2.}

« Fille de Sion, lève-toi et foule ! Je te ferai une corne de fer et des ongles d’airain, et tu broieras des peuples nombreux ; tu consacreras leurs biens à l’Eternel, leurs richesses au Seigneur de toute la terre. » (Mi. 4 : 13.) {3SC11, 12: 8.3.}

« Tu as été pour moi un marteau, un instrument de guerre. J’ai brisé par toi des nations, par toi j’ai détruit des royaumes. » (Je. 51 : 20.) {3SC11, 12: 8.1.4}

Désirez-vous être parfait « comme votre Père Céleste est parfait, » et saisir les plus « glorieuses vérités que doit recevoir le peuple de Dieu ? » Désirez-vous parcourir sans danger la surface de cette terre créée par Dieu ? Tenez donc en bride les chevaux rouges, car « …. Ils parcoururent la terre. » (Za. 6 : 7.) {3SC11, 12: 8.1.5}

« Il y aura là un chemin frayé, une route, qu’on appellera la voie sainte ; nul impur n’y passera ; elle sera pour eux seuls ; ceux qui la suivront, même les insensés, ne pourront s’égarer. Sur cette route, point de lion ; nulle bête féroce ne la prendra, nulle ne s’y rencontrera ; les délivrés y marcheront. Les rachetés de l’Eternel retourneront, ils iront à Sion avec chants de triomphe, et une joie éternelle couronnera leur tête ; l’allégresse et la joie s’approcheront, la douleur et les gémissements s’enfuiront. » (Es. 35 : 8-10.) {3SC11, 12: 8.1.6}

« En ce jour-là, je traiterai pour eux une alliance avec les bêtes des champs, les oiseaux du ciel et les reptiles de la terre, je briserai dans le pays l’arc, l’épée et la guerre, et je les ferai reposer avec sécurité. » (Os. 2 : 18) {3SC11, 12: 8.1.7}

O, vous qui suivez l’Agneau, si c’est avec des pleurs qui vous désirez devenir sacrificateurs du Dieu très-haut et amener beaucoup d’âmes précieuses à une connaissance salvatrice de la vérité, vous recevrez le sceau de Dieu, vous échapperez au massacre, et l’Eternel vous dira : {3SC11, 12: 8.1.8}

« Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. » (1 Pi. 2 : 9.) {3SC11, 12: 8.2.1}

Et vous « amènerez tous vos frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l’Eternel, sur des chevaux, des chars et des litières, sur des mulets et des dromadaires, à ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l’Eternel, comme les enfants d’Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l’Eternel. » (Es. 66 : 20.) {3SC11, 12: 8.2.2}

                Faites Place Nette Frères ! Faites Place Nette Sœurs ! Sinon Vous Ne Rentrerez Jamais A La Maison

« Aujourd’hui, nos églises ont besoin de la foi d’Abraham pour dissiper les ténèbres qui les environnent et faire grandir leur spiritualité. L’âge ne sera jamais une excuse pour désobéir à Dieu. Notre foi doit produire d’abondantes œuvres, car la foi sans les œuvres est morte. Chaque devoir accompli, chaque sacrifice consenti au nom de Jésus est abondamment récompensé. Dans l’accomplissement du devoir, Dieu se fait entendre et répand sa bénédiction. Mais il exige de nous une reddition totale de nos facultés. L’esprit, le cœur, l’être tout entier doit lui être consacré, si nous voulons devenir de vrais chrétiens. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4. p. 145 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 558). {3SC11, 12: 8.2.3}

« Le Seigneur exige une obéissance implicite à sa loi ; mais les hommes sont endormis ou paralysés par les séductions de Satan. Celui-ci leur suggère toutes sortes d’excuses et de subterfuges ; il a raison de leurs scrupules, comme lorsqu’il disait à Eve en Eden : ‘Vous ne mourrez point.’ La désobéissance endurcit non seulement le cœur et la conscience du coupable mais elle tend à corrompre la foi des autres. Ce qui paraissait tout d’abord à ceux-ci une grave erreur perd graduellement cet aspect jusqu’à ce que, finalement, ils se demandent si c’est réellement un péché. Inconsciemment, ils se laissent gagner par cette erreur. »–Idem, p. 146 (p. 559). {3SC11, 12: 8.2.4}

« En face du devoir nous ne devons pas hésiter un seul instant. Ne pas obéir immédiatement conduit au doute. Alors l’incrédulité fait son chemin, le jugement est faussé, l’intelligence, obscurcie. Enfin, l’Esprit de Dieu ne touche plus le cœur ; on est aveugle au point de penser qu’il n’y a rien à reprendre dans sa vie. » Idem, p. 147 (p. 560). {3SC11, 12: 8.2.5}

« Le Seigneur supporte Son peuple depuis longtemps. Il a pardonné ses égarements, et attendu qu’il lui accorde une place dans son cœur ; mais à la place, les fausses idées, la jalousie et la méfiance l’ont complétement chassé. » Idem, p. 155. {3SC11, 12: 8.2.6}

« Nombreux sont ceux qui, à l’instar du peuple d’Israël, prétendent observer les commandements de Dieu mais ont un cœur incrédule

8

, donnant l’apparence d’observer la loi de Dieu. Bien qu’ayant reçu une grande lumière et joui de précieux privilèges, ils n’iront pas dans la Canaan céleste promise par Dieu comme gage de leur obéissance. {3SC11, 12: 8.2.7}

Notre peuple manque de foi. Aujourd’hui, peu choisissent de suivre les directives données par Dieu à travers ses serviteurs avec la même obéissance dont fit preuve les armées d’Israël lors de la prise de Jéricho. Le Chef des armées Divine ne s’était pas présenté à tout le peuple. Il s’entretint uniquement avec Josué qui rapportait ses échanges aux Hébreux. Ils appartenaient ensuite à ces derniers de croire ou douter des paroles de Josué, de suivre les ordres donnés au nom du Chef des armées Divine, ou de se rebeller et contester son autorité. » Idem, p. 162. {3SC11, 12: 9.1.1}

« Dieu accomplira de merveilleuses choses pour ceux qui Lui font confiance. Son peuple s’est confié en sa propre sagesse et n’a, de fait, pas laissé Dieu révéler Sa puissance. C’est pourquoi il n’a plus de force. Le Seigneur viendra toujours au secours des enfants qui croient en Lui, s’ils Lui font totalement confiance et s’ils Lui obéissent. » Idem, p. 163. {3SC11, 12: 9.1.2}

« Beaucoup d’entre nous sont dans cette position : ils sont faibles et impuissants parce qu’ils se confient en leur capacité propre. Dieu intervient avec puissance auprès d’un peuple fidèle, qui obéit à Sa parole sans poser de question et sans sourciller. La Majesté du Ciel et l’armée des anges ont renversé les murailles de Jéricho sans l’intervention humaine. Les guerriers Israélites n’avaient aucune raison de se glorifier. Tout s’accomplit par la puissance de Dieu. Que le peuple abandonne donc le moi et le désir d’exécuter ses propres projets, qu’il se soumette humblement à la volonté divine, et Dieu renouvellera sa force et concèdera la liberté et la victoire à Ses enfants. » Idem, p. 164. {3SC11, 12: 9.1.3}

Dieu « est notre Créateur et commandant, infini en puissance et terrible dans ses jugements. Dans sa miséricorde, Il utilise toutes sortes de moyens pour ouvrir les yeux de son peuple et pour qu’il se repente de ses péchés. Et si ce dernier continue d’ignorer les avertissements du ciel et va à l’encontre de la volonté Divine, il connaîtra la ruine. Le peuple demeure dans la prospérité grâce à la seule miséricorde de Dieu, il est entretenu par les messagers divins. Dieu ne soutiendra ni ne protégera un peuple qui méprise Ses conseils et rejette Ses avertissements. » Idem, p. 176. {3SC11, 12: 9.1.4}

« Autrefois, Dieu parlait aux hommes par la bouche des prophètes et des apôtres. Il leur parlait par les Témoignages de Son Esprit. C’est la première fois que Dieu a autant à cœur de faire connaître Sa volonté à Son Peuple, et de le conduire dans la voie qu’il doit suivre. Ce peuple saura-t-il en tiré parti ? Acceptera-t-il Ses réprimandes et entendra-t-il Ses avertissements ? Dieu ne veut pas d’une obéissance partielle ; Il ne fera aucun compromis avec le moi. » Idem, p. 148. {3SC11, 12: 9.1.5}

« Dieu retarde l’exécution de Son châtiment pour donner au peuple une autre chance de se repentir et d’éviter la punition. Dieu envoie, à travers Ses prophètes, un avertissement clair et positif à Son peuple ; Il lui présente l’unique option capable de lui épargner la punition qu’il mérite. C’est une repentance complète de son péché et un abandon des mauvaises pratiques ; » Idem, pp. 165, 166. {3SC11, 12: 9.2.1}

« Dieu, qui hait le péché, exige de ceux qui font profession de garder sa loi de se séparer de toute iniquité. Le refus de se repentir et d’obéir à sa Parole entraînera pour le peuple de Dieu d’aujourd’hui des conséquences aussi graves que celles qui survinrent à Israël pour un péché analogue. Il y a une limite au-delà de laquelle Dieu ne saurait ajourner l’exécution de ses jugements. (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 55) La destruction de Jérusalem est avertissement pour l’Israël moderne. Les admonestations qu’Il procure par les instruments qu’il a choisis ne peuvent être ignorées en toute impunité. » Idem, pp. 166, 167. {3SC11, 12: 9.2.2}

Après avoir considéré ces cinglants avertissements, que chaque croyant de la Verge fasse le compte des « reproches » formulés « de temps à autre » dans le « Code Symbolique » « qui demande expressément aux messagers du ‘jour grand et redoutable de l’Eternel,’ missionnés par l’œuvre, de respecter strictement toutes les exigences, les directives et les conseils donnés de temps à autre dans chaque numéro, en n’ajoutant ni n’ôtant rien au message. Ce message désavouera tous ceux qui ne reconnaissent pas son autorité divine. » {3SC11, 12: 9.2.3}

Relisez attentivement et méditez sur les passages suivants du « Code Symbolique : » {3SC11, 12: 9.2.4}

Vol. 1, N° 8, p. 1, par. 5

Vol. 1, N° 4, p. 1, pars. 4-6

Vol. 1, N° 17, p. 6, pars. 1-4

Vol. 1, N° 17, p. 7, dernier par. 5, première phrase

Vol. 1, N° 17, p. 8, par. 7

Vol. 1, N° 17, p. 9, pars. 3-5

Vol. 2, N° 3, 4, p. 13, col. 2, par. 1

Vol. 1, N° 15, p. 2, pars. 3, 4

Vol. 1, N° 16, p. 7, dernier par., jusqu’au début de la p. 8, et les pars. 2-5 de la p. 8

Vol. 1, N° 16, p. 5, par. 7, 8

Vol. 2, N° 11 ; l’article « Prenez Garde De Tomber »

Vol. 1, N° 15, p. 4, par. 3

Vol. 1, N° 15, p. 2, pars. 7-9 et toute la p. 3

Vol. 1, N° 15, p. 1, par. 5, 6

Vol. 1, N° 13, p. 9, pars. 8, 9.

Etudiez à nouveau ces passages dans la crainte de l’Eternel. Appliquer sans plus tarder toutes réformes demandées, car ces messages sont votre ultime avertissement. {3SC11, 12: 9.2.5}

Faites place nette, frères ! Faites place nette, sœurs ! De peur que vos convictions ne « vous échappent » (« Testimonies

9

for the Church, » Vol. 6, p. 401), et que vous ne rentriez jamais à la maison. {3SC11, 12: 9.2.6}

« C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous soyons emportés loin d’elles. Car, si la parole annoncée par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution, comme échapperons-nous en négligeant un si grand salut ? (Hé. 2 : 1-3.) {3SC11, 12: 10.1.1}

Transfert De Responsabilité

Lorsque Moïse fut appelé à délivrer le peuple de Dieu du joug Egyptien, l’homme fut appelé à une responsabilité tout à fait nouvelle. Dieu, qui étendit cette responsabilité, veilla également à ce que Son serviteur ne craigne pas l’échec. Ce projet formidable et cette énorme responsabilité placée tout d’abord sur Moïse et ceux qui le succéderaient, servent d’exemple à ce qui devrait être aujourd’hui. {3SC11, 12: 10.1.2}

Josué a laissé une telle empreinte sur les enfants d’Israël que les textes rapportent : « Israël servir l’Eternel pendant toute la vie de Josué, et pendant toute la vie des anciens qui survécurent à Josué. » (Jos. 24 : 31.) Mais bientôt, ce peuple hautement privilégié oublia Dieu et se mit à adorer les idoles. {3SC11, 12: 10.1.3}

Lorsque l’ensemble des douze tribus rejetèrent le Fils de Dieu, la responsabilité fut transmise aux douze apôtres afin que perdure le nombre du gouvernement de Jéhovah. Or, l’apostasie ne prit pas fin avec l’église de l’Ancien Testament. Paul, qui prit la place de Judas, reconnu à son époque que le « mystère de l’iniquité » était à l’œuvre. Peu de temps après la mort des derniers apôtres, l’église autrefois pure s’en alla « au désert » (le paganisme), où elle resta revêtue de « sacs et de cendre » pendant plus de mille années. {3SC11, 12: 10.1.4}

La tâche était donc herculéenne. Il s’agissait d’extirper l’église de Dieu coincée sous un amas de traditions accumulées depuis que ses membres, alors qu’ils recherchaient la « lumière, » s’étaient détournés de Dieu et s’étaient mis à recevoir des interprétations non inspirées des Ecritures. Allant jusqu’à punir ceux qui s’opposaient aux doctrines qu’ils avaient eux-mêmes établi, ils continuèrent dans cette voie jusqu’à ce que leurs chefs dictateurs reçoivent un coup mortel et les autorisent finalement à choisir eux-mêmes leurs propres doctrines. Luther parle de cet événement en ces termes : « je me suis élevé contre le pape, les indulgences et les papistes, mais sans tumulte et sans violence. J’ai mis en avant la Parole de Dieu, j’ai prêché, j’ai écrit ; je n’ai pas fait autre chose. Et, tandis que je dormais,… cette Parole que j’avais prêchée a renversé le papisme, tellement que jamais ni prince, ni empereur ne lui ont causé tant de mal. Je n’ai rien fait : c’est la Parole seule qui a tout fait. »–« The Great Controversy, » p. 190 (La Tragédie des Siècles, p. 198). {3SC11, 12: 10.1.5}

Après que l’église soit revenue de son long séjour dans le désert, elle n’a pas réussi à se défaire de toute la poussière, à savoir les coutumes païennes, resté sur elle ni à comprendre toute la vérité. Pourtant les réformateurs firent tout pour rétablir les principes de l’église primitive. En conséquence, il a fallu de nombreuses années pour retrouver les doctrines foulées au pied, telles que la Justification par la Foi, le Saint-Esprit, la Grâce, le Baptême par Immersion, etc. Par ailleurs, quand les réformateurs moururent, leurs églises tombèrent aux mains de bergers fous qui cherchaient l’accroissement du nombre de membres plutôt que la conversion sincère des personnes. Inondant les églises d’éléments extérieurs, ces dernières ont régressé après chaque pas en avant. C’est pourquoi le Seigneur s’est vu contraint d’ôter des mains de l’ancien corps dirigeant la gouvernance pour la placer successivement dans la main de chaque mouvement de réforme. {3SC11, 12: 10.1.6}

Au début du dix-neuvième siècle, le Seigneur suscita un humble fermier, William Miller, pour transmettre un message à toute la Chrétienté. Ce message bouleversa le monde entier et Miller devint celui qui conduit seul le peuple de Dieu et fit que s’accomplît partiellement la première partie de la parabole des Dix Vierges de Mt. 25.l fournit également au monde une ligne prophétique préparatoire au message du jugement. {3SC11, 12: 10.2.1}

Lorsque l’aiguille de l’horloge du temps pointa sur « l’heure de Son jugement, » un nouveau leadership émergea. La gouvernance fut transféré de la Chrétienté populaire à une poignée de croyants désappointés mais fidèles qui avaient entendu et suivi le puissant message de William Miller. {3SC11, 12: 10.2.2}

Parmi ceux qui furent ravi par la nouvelle d’une imminente seconde venue du Sauveur, se trouvait Ellen Gould Harman sur qui reposait le don de prophétie et dont les écrits formèrent la septième et dernière des églises symboliques d’Apocalypse Deux et Trois. {3SC11, 12: 10.2.3}

Elle et ses prédécesseurs réformateurs, traversèrent de nombreuses épreuves provenant toutes du sein de l’église. Ainsi, l’église Adventiste du Septième jour, comme les autres églises avant elle, a plus à craindre de ses prétentieux dirigeants que de ses « branches. » {3SC11, 12: 10.2.4}

Il est écrit que le mouvement Adventiste est similaire au mouvement de l’Exode et qu’il « répète l’histoire de ce peuple. » L’ensemble de « l’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte ! » La « cité de mon Père est devenue une prostituée ; » et la « maison de Mon Père est devenue un lieu de commerce, d’où la présence divine et la gloire se sont retirées. »

10

Voir, « Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217 ; Vol. 8, p. 250 ; Vol. 5, p. 211. {3SC11, 12: 10.2.5}

Les véritables Adventistes qui reconnaissent la condition de l’église et qui lisent ces terribles déclarations sur son devenir, ne peuvent que pleurer, même « soupirer et gémir à cause des abominations qui se commettent au milieu » d’elle. Si nous les croyants de la Vérité Présente croyons   vraiment ce que nous professons, alors nous « crierons à plein gosier, sans nous retenir. » Nous nous précipiterons vers nos frères tant occupés par les activités d’église, et nous plaiderons sincèrement avec eux pour qu’ils écoutent la voix de miséricorde qui résonne aujourd’hui à « à l’appel de la onzième heure. » {3SC11, 12: 11.1.1}

Ce grand mouvement de réforme au sein du peuple de Dieu est prophétique (« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 126). Ainsi, il semble évident que si nos frères reproduisent les erreurs des leaders Juifs, des prêtres Catholiques et des pasteurs Protestants, Dieu leur ôtera aussi la direction de l’église. Ce dénouement fut prédit par Ezéchiel et Zacharie à leur époque et aujourd’hui il est prédit par « l’Esprit de Prophétie. » Voir Ez. 4 : Za. 6 : « Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 80, 81. {3SC11, 12: 11.1.2}

Une première notification d’avertissement fut reçu par nos frères dirigeants à la Conférence Générale tenue ne 1930, lorsqu’on remit aux mains des trente membres du Comité le manuscrit de « La Verge du Berger » Volume Un. Depuis, un autre volume a été écrit ainsi que plusieurs tracts portant tous sur le même sujet. Par la Bible et les écrits de sœur White, il est démontré clairement que « l’ange de l’église de Laodicée, » représente le corps dirigeant Adventiste et qu’il est « pauvre, aveugle et nu. » Par conséquent, écoutons tous la demande miséricordieuse de Dieu : « Achète de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche, et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas, et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu voies. » (Ap. 3 : 18.) {3SC11, 12: 11.1.3}

Il est clairement écrit que l’église ne restera pas toujours dans son actuelle infâme condition. Si les bergers se montrent faux, le Seigneur « prendra charge du troupeau lui-même ; » « Ceux qui se sont confiés en l’intelligence, le génie ou le talent, ne resteront pas en tête de file ; » « Le Seigneur a des serviteurs fidèles qui, dans cette époque d’épreuve et d’ébranlement, se révéleront au jour. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 80 ; Instructions pour un Service Chrétiens Effectif, p. 61). N’oublions jamais que Dieu « prendra Lui-même les rênes en main, » et « le sceau de Dieu ne sera point apposé sur ceux qui ne s’affligent pas de leur misère spirituelle et qui ne gémissent pas sur le péché des autres. »–Idem, p. 211 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 73) {3SC11, 12: 11.2.1}

Nous, membres du Centre du Mont Carmel, sommes hautement honorés d’apporter le message de réforme à l’église Adventiste du Septième jour dont nous faisons nous-mêmes partie. Cette responsabilité nous incombe, ainsi nous devrions garder à l’esprit que si nous échouons, nous serons comme nos prédécesseurs en grand danger. {3SC11, 12: 11.2.2}

Marchons donc humblement devant Dieu et ne nous vantons de rien ; n’oublions pas que « les événements de la fin seront précipités, » et Dieu risque de nous enlever cette responsabilité pour la donner à d’autres. « Parlons moins et prions davantage, » car « les paroles sont faibles » mais la « prière change les choses. » {3SC11, 12: 11.2.3}

A Mes Frères Dirigeants

C’est assis en présence de mon Créateur que je médite et prie, me demandant ce que je pourrais faire pour ceux avec qui j’ai le plus collaboré dans l’œuvre durant ces trois dernières décennies. Et l’idée m’est venue d’écrire une lettre à mes frères pasteurs Adventistes ; lettre dans laquelle j’affirmerai clairement mes convictions sur ce que je crois devoir faire pour mes camarades ouvriers engagés dans l’œuvre de la vérité présente. {3SC11, 12: 11.1.4}

Tout d’abord, pour démontrer qu’il arrive parfois que nous portions nos fardeaux avec légèreté, j’attirerai votre attention sur l’incident qui sa suivre. {3SC11, 12: 11.1.5}

Il y a trois ans, je me trouvais chez l’un de nos Présidents de l’Union, et je lui posai cette question : « Ancien ………….., que ferais-tu si tu croyais de tout ton cœur que le Seigneur ta confié un message à transmettre à l’Eglise Adventiste, et que l’avenir de l’église repose sur son acceptation ou son rejet de ce message. Par ailleurs, le salut même de ton âme repose sur ta fidélité à le proclamer. » Ce frère me répondit, «  Je l’ignore. » Je lui répondis : « Ce qui nous différencie c’est que moi je le sais, et c’est pour cela que j’ai consacré ma vie à la proclamation du message impopulaire de « La Verge du Berger, » qui n’est rien d’autre que le Message du Témoin Véritable adressé à l’église de Laodicée.—« Testimonies for the Church, » Vol. 3, p. 253. {3SC11, 12: 11.1.6}

Si seulement j’avais la voix d’un ange et la puissance de Celui Qui pleura sur Jérusalem quand ses chefs étaient sur le point de couvrir leurs mains de Son sang précieux. A cette heure critique, j’élèverai ma voix comme le tonnerre et ferai qu’il résonne partout pour sauver mes chers

11

frères pasteurs, qui s’apprêtent à rejeter le message de l’Eternel qui leur dira bientôt : « ils se moquèrent des envoyés de Dieu, ils méprisèrent ses paroles, et ils se raillèrent de ses prophètes, jusqu’à ce que la colère de l’Eternel contre son peuple devînt sans remède. » Alors Il commandera à Ses anges qui tiennent des armes de destruction dans leurs mains, leur disant, « Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison. » {3SC11, 12: 11.2.4}

Mes frères, je sais que vous n’accorderez que peu de crédit à mes paroles à moins que celles-ci n’aillent dans votre sens ; mais pour le salut de votre âme, prêtez attention aux paroles de celle qui parle au nom de l’Eternel : {3SC11, 12: 12.1.1}

« L’histoire de ce peuple se répète avec nous. » « Nous nous sommes égarés loin des anciennes bornes. » « L’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. » « Quand Jésus observe le comportement des chrétiens aujourd’hui, il voit de l’ingratitude, un formalisme superficiel, une duplicité hypocrite, un orgueil et une apostasie Pharisaïque. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 160 ; Vol. 1, p. 129 ; Vol. 5, p. 72 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 33 ; Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48). {3SC11, 12: 12.1.2}

« L’histoire des vicissitudes d’Israël à travers le désert a été conservé à l’intention de l’Israël de Dieu jusqu’aux derniers temps…. A nous, de même, de nous remémorer d’un cœur humble et docile, en vue de notre préparation pour la Canaan céleste, les épreuves de l’ancien Israël. »–« Patriarchs and Prophets, » p. 293 (Patriarches et Prophètes, p. 265). {3SC11, 12: 12.1.3}

« Par un prophète l’Eternel fit monter Israël hors d’Egypte, et par un prophète Israël fut gardé. » (Os. 12 : 13.) {3SC11, 12: 12.1.4}

« Le péché d’Israël fut d’ignorer les directives expresses de Dieu et de suivre ses propres voies sous l’impulsion de cœurs non consacrés. L’Israël moderne marche aujourd’hui dans ces traces, et s’attire assurément le déplaisir de Dieu. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 94. {3SC11, 12: 12.1.5}

Israël fut appelé à sortir d’Egypte et à entrer dans la Canaan promise. L’Israël moderne est appelé à sortir de l’Egypte anti-typique et à entrer dans la Canaan céleste. {3SC11, 12: 12.1.6}

« Dieu avait accordé à Israël le privilège d’entrer en Canaan au temps opportun. C’était son devoir, mais en choisissant de négliger la parole de Dieu, ce droit lui fut repris. »–« Patriarchs and Prophets, » p. 392. {3SC11, 12: 12.1.7}

« Dieu ne désirait pas que les Israélites errassent quarante ans dans le désert ; il voulait les conduire directement au pays de Canaan et les y voir saints et heureux. Mais ‘ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité’…. Dieu ne désirait pas non plus que le retour de Jésus tardât si longtemps, et que ses enfants demeurassent tant d’années dans un monde de douleur et de larmes. Mais leur incrédulité les a séparés de Dieu. »–« The Great Controversy, » p. 458 (La Tragédie des Siècles, p. 496). {3SC11, 12: 12.1.8}

« Il est vraisemblable que nous restions dans ce monde encore de nombreuses années à cause d’une insubordination semblable à celle des enfants d’Israël. Mais en regardant à Christ, le péché de Son peuple n’augmentera pas. »–Unpublished Testimonies, 7 Déc. 1901. {3SC11, 12: 12.2.1}

L’un des événements les plus tristes et les plus marquants du mouvement de l’Exode eut lieu juste à la frontière de la Canaan promise à cause de l’incrédulité et la rébellion. Le mouvement Adventiste, vécu la même chose lorsque les dirigeants rejetèrent le message de 1888. L’inspiration déclare à ce sujet : {3SC11, 12: 12.2.2}

« Dans Sa grande miséricorde le Seigneur envoya un très précieux message à Son peuple par les pasteurs Waggoner et Jones. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 91. {3SC11, 12: 12.2.3}

« Dieu a suscité Ses messagers pour qu’ils accomplissent Son œuvre aujourd’hui. Certain se sont détournés du message de justice de Christ pour critiquer les hommes et leurs imperfections…. Le Dieu du ciel eut honte d’appeler Ses frères ceux qui eurent part aux scènes qui se jouèrent lors de ce rassemblement. L’ange de l’Eternel a pris note de tous cela dans le livre des souvenirs. »–Special Testimonies to « Review and Herald » Office, pp. 16, 17, 1896. {3SC11, 12: 12.2.4}

Dans son livret, l’ancien Taylor G. Bunch a déclaré : « Tout comme Israël ‘murmura dans ses tentes’ et critiqua les chefs institués par Dieu alors qu’ils s’efforçaient de conduire le peuple en terre promise, l’Israël moderne a rejoué ces mêmes scènes en 1888 à Minneapolis…. Ce spectacle a dû être aussi terrible que ne le fut la rébellion de Kadès car le résultat fut identique, un retour au désert. »–« Forty Years in the Wilderness, » p. 15. {3SC11, 12: 12.2.5}

« Je suis attristée en pensant à la condition du peuple de Dieu. Le Seigneur ne nous a pas fermé le ciel, mais c’est notre continuelle infidélité qui nous a séparés de Dieu. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217 (Instruction pour un Service Chrétien Effectif, p. 48). {3SC11, 12: 12.2.6}

« Vous marchez dans les pas de l’ancien Israël. Comme lui vous déclinez la vocation sainte qui vous est propre en tant que peuple choisi. Vous collaborez avec les ouvriers infructueux des ténèbres. Vos activités avec les incroyants provoquent le déplaisir de Dieu. Vous ignorez les choses qui appartiennent à votre paix, elles sont cachées à vos yeux. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 75, 76. {3SC11, 12: 12.2.7}

« C’est parce qu’il n’a pas répondu à la volonté de Dieu qu’Israël fut rejeté. »–« Christ’s Object Lessons, » p. 307, par. 3 (Les Paraboles de Jésus, p. 264).

12

Si nous ne nous repentons pas, ne serons-nous pas aussi rejetés ? {3SC11, 12: 13.1.1}

« Le moment est arrivé de faire des efforts courageux et importants pour débarrasser l’Église de la fange et du déshonneur qui souillent sa pureté. »–« Testimonies to Ministers, (Témoignages pour les Pasteurs)» p. 450. {3SC11, 12: 13.1.2}

« Purifiez le camp de cette corruption morale, même si celle-ci atteint les hommes les plus hauts placés et occupant les postes les plus importants. On ne joue pas avec Dieu…. Purifiez le camp, car il y de l’interdit au milieu de vous. »–« Idem (Témoignages pour les Pasteurs), » pp. 427, 428. {3SC11, 12: 13.1.3}

« En ces jours-là, il n’avait conçu aucun plan nouveau pour préserver la pureté de son peuple. Il suppliait les égarés qui croyaient lui être fidèles à se repentir et à se détourner du mal, comme il l’avait toujours fait. Par la bouche de serviteurs choisis, il a toujours prédit les dangers imminents. Encore aujourd’hui, il fait retentir ses avertissements et son rejet du péché comme à l’époque de Jérémie. La tentation de mépriser la réprimande divine et de haïr son conseil existe encore pour l’Israël d’aujourd’hui. Celui-ci reste souvent sourd aux paroles que Dieu a placées dans la bouche de ses serviteurs, pour le bien de ceux qui se réclament de sa vérité. (Vous Recevrez une Puissance, p. 267) Bien que Dieu, dans sa miséricorde, retienne pour un temps la punition qu’il mérite, cela ne durera pas éternellement et Il visitera l’iniquité avec justice. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 165. {3SC11, 12: 13.1.4}

Ces déclarations claires, certaines, effrayantes et accablantes, se passent de commentaires. Alors que les Adventistes du Septième jour se sont toujours réclamés d’être l’anti-type de l’ancien Israël, non seulement nous voyons clairement que « l’histoire de ce peuple se répète avec eux, » mais aussi qu’ils sont « pires que ces derniers. » Comment demeurer silencieux quand je vois mes chers frères pasteurs s’enfoncer toujours plus profondément dans l’abîme ? Frères, vous agissez de manière irréfléchie et non avisée, voire dans l’ignorance même. Même si vous avez entendu quelqu’un dénigrer « La Verge du Berger, » affirmant que ce n’était « que de l’erreur, » « une énième ramification, » n’allez pas y accorder du crédit, car cela vous ne l’avez pas fait lorsqu’on racontait des faussetés sur les observateurs du Sabbat. {3SC11, 12: 13.1.5}

« L’esprit qui s’en remet au jugement d’autrui ne peut, tôt ou tard, que se fourvoyer. »–« Education, » p. 231 (p. 262). {3SC11, 12: 13.1.6}

Mes frères, « lors du jugement, Dieu ne condamnera personne pour avoir cru sincèrement à un mensonge, ou pour avoir chéri une erreur en toute conscience, mais parce qu’il aura négligé les occasions de se familiariser avec la vérité. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 437. {3SC11, 12: 13.1.7}

Un frère en poste à la Conférence Générale avec qui j’ai agréablement collaboré et pour qui j’éprouve un profond respect, m’a récemment rapporté que son travail le tenait tellement occupé qu’il n’avait pas le temps de se pencher sur ce qu’il appela les « branches, » classant « La Verge du Berger » dans cette catégorie. Comment peut-on se satisfaire de cette pensée quand on lit l’avertissement qui suit : {3SC11, 12: 13.1.8}

« Lorsqu’une nouvelle lumière est présentée à l’église, il est dangereux de s’en écarter. Dieu ne vous épargnera pas si vous refusez d’écouter un message ou un messager du fait de vos présomptions. Le fait de condamner ce que vous n’avez pas entendu et que vous ne comprenez pas, n’augmentera pas votre sagesse aux yeux de ceux qui sont sincères dans leur recherche de la vérité. Et c’est folie que de vouloir parler avec mépris de ceux que le Seigneur a envoyés avec un message de sa part. »–« Testimonies on Sabbath School Work, » p. 60. {3SC11, 12: 13.2.1}

Récemment, alors que je retrouvais un autre frère de la Conférence Général opérant aujourd’hui au sein de la Division, il réagit à l’une de mes déclarations en ces termes : « Je suis en route pour la Nouvelle Jérusalem, mais accompagné de la troupe. » Je lui répondis que moi aussi espérait me rendre à la Cité de Dieu mais sans aucune « troupe, » car je doutais que cette dernière n’atteigne les portes avant qu’elles ne se ferment. Bien évidemment, par « troupe » ce frère entendait la majorité des pasteurs, convaincu que le meilleur moyen pour un pasteur de parvenir jusqu’à la cité, c’est de suivre la masse. Mais est-ce pertinent ? Si l’expérience passée du peuple de Dieu ne nous avait pas été rapportée et si des avertissements ne nous avaient pas été envoyés, j’aurai pu donner du crédit à la théorie de ce frère. Mais comment pourrais-je en lisant cette terrible déclaration de l’Inspiration ? {3SC11, 12: 13.2.2}

« Les jours approches où règneront une grande perplexité et une grand confusion. Satan, déguisé en ange, séduira, s’il était possible, même les élus. A ce moment-là, l’on verra beaucoup de seigneurs et beaucoup de dieux. Des vents de doctrines souffleront de tout côté. Ceux qui auront rendu hommage à la ‘pseudoscience’ ne seront alors plus à la tête. Ceux qui auront placé leur confiance dans l’intellect, le génie ou le talent, ne marcheront plus à ce moment-là, à la tête du peuple. Ils ne se sont pas conformés à la lumière. Ceux qui se sont montrés infidèles n’auront plus à ce moment-là, la charge du troupeau. Dans la dernière œuvre, œuvre solennelle, rares seront les grands hommes à y être engagés. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 80. {3SC11, 12: 13.2.3}

Ces déclarations claires révèlent hélas que nous suivons aujourd’hui cette voie. Nous butons sur les mêmes points que notre type ce qui vaudra certainement notre perte. Ces déclarations révèlent également que « rares seront les grands hommes à s’engager » dans cette œuvre finale. Or, Dieu ne fait acception de personne. Ne pourvoira-t-Il pas amplement pour nous comme Il le fit pour les Ninivites

13

repentants, si nous humilions nos cœurs avec « le sac et la cendre ? » Mes chers frères, reconnaissons nos péchés et annulons cette tragique prophétie qui pèse sur nous ! {3SC11, 12: 13.2.4}

Je terminerai cette lettre que j’adresse aux frères pasteurs, en posant cette question : Si la compilation de « La Verge du Berger » est effectivement un « amas de faits incohérents et l’expression de caprices et d’interprétation fantaisistes des Ecritures, » pourquoi quelques personnes bien éclairées de la Conférence Générale n’écrivent-elles pas une réfutation de cette « parfaite erreur, » offrant au peuple une meilleur explication des Ecritures ? {3SC11, 12: 14.1.1}

Cela ne vous semble pas étrange ? Notamment à la lumière de ce que rapporte la majorité des dirigeants locaux et régionaux sur « La Verge du Berger. » Celle-ci ne serait qu’erreur, pourtant ils sont incapables d’en réfuter la moindre phrase et tentent de l’expliquer sans même connaître son contenu. Il serait facile de présenter aux membres d’église quelques-unes des nombreuses erreurs contenues dans ces livres qui, selon ce que m’a rapporté l’un des dirigeants les plus hauts placés, inquiètent pas mal de nos frères. Il n’a jamais été bien compliqué de réfuter les enseignements erronés du Sabbat du Dimanche, ou les fausses théories concernant la condition des morts, etc… Certains parcourront des kilomètres pour débattre de ces sujets. Mais pourquoi ne veulent-ils pas discuter avec nous des doctrines de « La Verge du Berger ? » {3SC11, 12: 14.1.2}

« Nous sommes sur un terrain dangereux quand nous ne sommes pas capables de nous réunir en tant que chrétiens pour examiner avec courtoisie les points de doctrine controversés. Je suis tentée de m’enfuir pour ne pas subir l’influence de ceux qui sont incapables d’examiner candidement les doctrines de la Bible. Ceux qui se montrent incapables d’examiner impartialement les arguments avancés en faveur d’un point de vue qui diffère du leur ne sont pas dignes d’enseigner dans n’importe quel département de la cause de Dieu. (Messages Choisis, Vol. 1, p. 480) Comment présenter la Vérité à notre peuple pour qu’il sorte de sa léthargie ? Comment montrer qu’il nous faut sonder les Ecritures avec beaucoup de zèle et de sérieux ? {3SC11, 12: 14.1.3}

Nous avons la Vérité, c’est un fait. Et nous devons tenir fermement sur des positions inébranlables ; mais ne regardons pas d’un œil sceptique les nouvelles lumières que Dieu envoie, ne disons pas : ‘Nous n’avons vraiment pas besoin de davantage de lumière ; la vérité que nous avons reçu nous suffit.’ Pendant que nous serons campés sur nos positions, le Témoignage du Témoin Véritable nous adressera ses blâmes. Le Christ observe tristement Son peuple qui se croit riche et plein de connaissance de la Vérité. Cependant ce dernier ne possède pas la vie et le caractère de la Vérité et il ne le sait pas. Le discernement semble avoir disparu et le peuple ne sait pas distinguer la lumière envoyée par Dieu, des ténèbres répandu par l’ennemi des âmes. Le peuple de Dieu s’est accoutumé à nommer leurs hommes de confiance gardiens de la Vérité. Il a placé L’HOMME à la place de Dieu. Il confie ses problèmes à l’homme et il en subit les conséquences. Dieu a ôté Sa sagesse des hommes qu’on a élevés à Sa position. »–« Review and Herald, » 7 Août 1894. {3SC11, 12: 14.1.4}

A notre humble avis, la plupart des dirigeants à la Conférence Générale ont désigné « La Verge du Berger » comme étant une des nombreuses branches sans avoir pris le temps de l’étudier personnellement car ils espéraient la voir disparaître comme toutes les autres branches avant elles. {3SC11, 12: 14.2.1}

Mes frères, tôt ou tard vous devrez officiellement rejeter le message de « La Verge du Berger » si vous ne l’avez pas accepté. Ma prière est que vous soyez sûrs de ne pas tâcher vos mains du sang de Christ à la l’instar des Juifs dont vous affirmez être l’antitype. Soyez sûrs de ne pas Le « crucifier, » « l’exposant à l’ignominie, » en rejetant Sa vérité. {3SC11, 12: 14.2.2}

E.T. WILSON

—————————0—————————

ANNONCE IMPORTANTE

« En tant que Mère de l’ordre supérieur, » « le Mont Carmel, sous l’ordre divin, s’engage à garantir le bien-être des enfants… Plus que jamais, que les parents ancrés dans la Vérité Présente inscrivent leurs enfants à l’établissement prévu par Dieu, le Mont Carmel, s’ils veulent qu’ils soient sauvés….{3SC11, 12: 14.2.3}

Avant qu’il ne soit trop tard, que l’Esprit de Dieu intervienne avec force et porte à la connaissance des parents ces terribles éléments afin qu’ils se réveillent rapidement de longue torpeur et se battent pour la vie de leurs enfants en les plaçant là où Dieu peut les sauver ! »–« Le Code Symbolique, » Vol. 3, N° 3-5, pages 9-11. {3SC11, 12: 14.2.4}

En accord avec ces directives, de nombreux parents ont entrepris d’inscrire leurs enfants à l’école du Mont Carmel ; mais dans de nombreux cas, les parents n’ont pas su maintenir financièrement leurs enfants à l’école. Ainsi, la « Mère » du Mont Carmel a ouvert ses bras en adoptant ces enfants, offrant aux parents et aux enfants la possibilité de se conformer aux exigences Divines et recevoir Ses bénédictions. {3SC11, 12: 14.2.5}

Comment le Mont Carmel est-il capable de supporter cette responsabilité et cette tâche supplémentaire ? D’où proviennent les ressources nécessaires pour nourrir, loger et habiller ces nouveaux enfants ? Nous savons « qu’il n’est pas dans le plan de Dieu de déverser du ciel les ressources qui supporteront Sa cause. »–« Testimonies

14

or the Church, » Vol. 2, p. 600. D’où proviennent donc ces ressources qui permettent de supporter ces enfants dans le besoin et épargner à la « Mère » la peine de devoir les renvoyer chez eux ? {3SC11, 12: 14.2.6}

La réponse est évidente : Les ressources qui supporteront ces enfants et les sauveront de la destruction qui attend ce monde, proviennent des offrandes des croyants de la Vérité Présente. {3SC11, 12: 15.1.1}

« Tant que nous ne pratiquerons pas tous le plan de bienveillance systématique, nous ne parviendrons pas à appliquer les règles apostoliques. »–Idem, Vol. 3, p. 411. {3SC11, 12: 15.1.2}

« En tant qu’adventistes nous devons prendre sérieusement à cœur cette question. Il y en a peu qui se sentent repris dans leurs consciences, s’ils ont négligé leur devoir à ce sujet…. Il faut que nous soyons à cet égard plus profondément convaincus. Notre conscience doit être réveillée sur ce point. Au dernier jour, il faudra rendre des comptes au Seigneur, car il a des droits sur nous. »–Idem, Vol. 4, p. 468 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 629). {3SC11, 12: 15.1.3}

« Si l’ensemble des dîmes de notre communauté affluaient au trésor de l’Eternel comme elles le devraient, les dons et les offrandes destinés aux choses sacrées seraient multipliés par dix. »–Idem, p. 474. {3SC11, 12: 15.1.4}

« Peu nombreux sont les chrétiens qui donnent au Seigneur selon leurs moyens. »–Idem, Vol. 3, p. 398 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 434). « Les personnes vraiment converties sont appelées à accomplir une tâche qui demande de l’argent et de la consécration. »–Idem, Vol. 6, p. 447. {3SC11, 12: 15.1.5}

« Si le cœur des enfants de Dieu débordait d’amour pour le Christ, si chaque membre d’église était animé de l’esprit de sacrifice, si tous manifestaient une grande sincérité, on ne manquerait pas de fonds…. Nos ressources se multiplieraient. »–Idem, Vol. 6, p. 450 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 81). {3SC11, 12: 15.1.7}

« Le ciel retire ses bénédictions partout où les intérêts égoïstes se manifestent ; mais il comble son peuple de ses bienfaits, si ce dernier les fait contribuer au relèvement de l’humanité. Si de tout notre cœur nous acceptons le principe divin de la bienveillance, si nous consentons à obéir en toutes choses aux directions du Saint-Esprit, nous suivrons la trace des apôtres. »–Idem, Vol. 7, p. 146 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 170). (Relisez attentivement « Le Code Symbolique, » Vol. 2, N° 10, pages 8-12.) {3SC11, 12: 15.1.8}

Si les croyants de la vérité présente ne contribuent pas au salut des enfants, ils volent non seulement Dieu, mais ils assassinent également leurs enfants. Cela a été clairement expliqué dans les précédents numéros du Code. Qui a fait attention ? {3SC11, 12: 15.1.9}

« Beaucoup ne peuvent acquérir l’instruction indispensable si on ne les assiste pas. Estimer comme un privilège de partager les frais d’écolage de tels jeunes est le devoir de nos églises…. {3SC11, 12: 15.1.10}

Si quelques-uns de nos jeunes, désireux de bénéficier de l’école, ne peuvent subvenir à tous leurs frais d’écolage, que les églises se montrent libérales en leur venant en aide. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 213 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 549). {3SC11, 12: 15.1.11}

« Que tous partagent la dépense, et que l’église sache quels sont ceux qui doivent recevoir l’aide nécessaire pour se rendre à l’école. Les familles pauvres devraient être assistées. »–« Idem, p. 217 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 552). {3SC11, 12: 15.1.1}

« Beaucoup n’accomplissent par leurs devoirs auprès des autres à cause du moi. Croient-ils qu’ils n’aient à s’occuper que d’eux-mêmes et de leurs enfants ? ‘Toutes les fois,’ dit le Christ, ‘que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites.’ Vos enfants ont-ils plus de valeur aux yeux de Dieu que les enfants des autres ? Dieu ne fait acception de personne. Nous devons tout faire pour sauver les âmes. »–Idem, Vol. 4, p. 423. {3SC11, 12: 15.2.2}

« Chacun de nos membres, parent ou non, devrait porter le plus grand intérêt à la vigne du Seigneur…. Ceux qui n’ont pas de rapport direct avec ces écoles contribueront à ce qu’elles soient une bénédiction en les soutenant généreusement. » « Counsels to Teachers, » p. 210 (Conseils aux Educateurs, aux Parents et aux Etudiants, p. 169). {3SC11, 12: 15.2.3}

« Les besoins de l’œuvre ne cesseront de croître à mesure que nous approcherons de la fin des temps…. (Evénements des Derniers Jours, p. 64) Nous ne sommes pas à la hauteur à ce niveau. Toutes nos écoles fermeront bientôt. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 156. {3SC11, 12: 15.2.4}

Cette grande négligence de la part des croyants de la Vérité Présente fait que l’Académie du Mont Carmel a déjà fermé ses portes à tous ceux qui n’ont pas encore pu intégrer l’école. A moins que tous les croyants ne se réveillent vite et réalisent que Dieu leur demande de se joindre aux efforts en faveur de l’école, cette dernière se verra forcée de renvoyer même les enfants déjà inscrit. Frères et sœurs, nous aiderez-vous à sauver les enfants, ou périront-ils dans la « ruine générale » à cause de « l’amour du moi ? » {3SC11, 12: 15.2.5}
A ceux qui ne viennent pas en aide au Seigneur, le Christ déclarera : « Toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel. » {3SC11, 12: 15.2.6}

Que chaque lecteur relise ce numéro de Mars-Avril 1937, notamment la page neuf, et que dans la crainte de Dieu, tous se conforme sans réserve à toutes les exigences exposées. {3SC11, 12: 15.2.7}

Il s’est avéré que les parents ayant confié ou non leurs enfants au Mont Carmel, n’ont pas du tout fait leur part. Pire encore, les parent ayant convenu d’assurer eux-mêmes les frais de scolarité de leurs enfants ont des mois de retard dans leur échéancier de paiement. {3SC11, 12: 15.2.8}

Par ailleurs, le support des enfants du Mont Carmel n’est pas la seule charge supportée par les offrandes volontaires. Les littératures gratuites et l’entretien des locaux et du camp ont un coût bien supérieur à « dix pourcent

15

» des dîmes versées. Fait consternant, nos registres d’offrandes montrent une « augmentation » des dons de seulement deux pour cents ! Quelle négligence ! {3SC11, 12: 15.2.9}

Une majeure partie des croyants de la Vérité Présente nous a accusés sans preuves, directement et indirectement de mal employer les dîmes. Se faisant, ces personnes ne contribuent que très peu au support des divers départements de l’œuvre qui devraient être financés par les offrandes et non par les dîmes ! {3SC11, 12: 16.1.1}

Si nous avions attendu sur les dîmes et les offrandes pour démarrer ou maintenir soit le message de manière générale ou même n’importe quel département d’action du message, rien ne se serait fait. Mais Dieu merci, l’œuvre continue d’avancer sans interruption. {3SC11, 12: 16.1.2}

Réveillez-vous ! Frères et sœurs, réveillez-vous ! Faites votre part, sinon la lumière qui brille en vous deviendra ténèbres et vous vous retrouverez « au milieu des pleurs et des grincements de dents. » {3SC11, 12: 16.1.3}

Certains parents pourraient aider à changer la situation, mais ils préfèrent acheter des choses inutiles à leurs enfants au lieu de payer ou participer aux frais de scolarité permettant ainsi à l’école de fonctionner sans interruption. {3SC11, 12: 16.1.4}

L’amour du « moi » produit un mal que le Mont Carmel ne peut plus tolérer. Si ce mal n’est pas immédiatement éradiqué, les parents qui, au détriment de l’institution, privilégient leurs enfants et les poussent à la vantardise et l’orgueil, n’entreront non seulement pas dans le royaume, mais causeront aussi la perte des autres enfants. En effet, tandis que ces enfants orgueilleux jouissent de leurs possessions, ceux qui n’ont pas ce privilège deviennent jaloux et envieux et personne n’entrera dans le royaume avec ces comportements mauvais. {3SC11, 12: 16.1.5}

Ainsi donc, sachez que le Mont Carmel ne tolérera plus ce grand péché et c’est pour cette raison que tout ce qui sera envoyé au Mont Carmel servira aux enfants qui ont en besoin sauf si l’envoie relève d’une décision du Comité Scolaire du Mont Carmel. En d’autres termes, tout article reçu sans l’aval du Comité sera placé en magasin collectif et distribué équitablement parmi les étudiants. {3SC11, 12: 16.1.6}

Par ailleurs, le Mont Carmel s’efforcera par tous les moyens de convertir les enfants dans une période donnée. Donc les enfants en âge mais qui dépasseront sans résultat cette période de conversion au Seigneur, devront malheureusement rentrer chez eux. {3SC11, 12: 16.1.7}

Nous n’avons pas de temps ni d’énergie à perdre pour ceux qui se préparent aux activités du monde plutôt qu’à l’œuvre du Seigneur. {3SC11, 12: 16.1.8}

D’ailleurs, en supposant que les enfants non qualifiés pour le royaume reçoivent leur éducation au Mont Carmel, ils seraient alors non qualifiés pour les activités du monde. Agissons donc intelligemment en recevant une formation du Mont Carmel pour l’œuvre du Mont Carmel, et une formation du monde pour les activités du monde. {3SC11, 12: 16.1.9}

——————0——————

ANNONCE N° 1

A cause du courrier en constante augmentation, le Département du Code demande que toute les réclamations envoyées soient enregistrées à part sur une fiche afin de faciliter le travail du bureau. {3SC11, 12: 16.2.1}

ANNONCE N° 2

Avec l’arrivée de l’hiver et dû à l’augmentation des résidents, le Mont Carmel manque de lits, et acceptera toute offrande faite à cet effet. {3SC11, 12: 16.2.2}

ANNONCE N° 3

L’une des règles de la vie est que, tout progrès, toute avancée, toute amélioration a un prix, un coût, soit humain, soit matériel. Ainsi, le changement vital et salutaire survenu en 1938 au sein du système fiscal du Mont Carmel a eu un prix. Le prix de ce Progrès, additionné à l’expansion de l’œuvre, se traduit par une grande augmentation de la comptabilité et de l’œuvre de manière générale. Ce sont d’énormes opérations fiscales qui viennent s’ajouter au travail des agents administratifs. {3SC11, 12: 16.2.3}

Par conséquent, comme c’est l’œuvre et les ouvriers du champ qui bénéficient de ce nouveau système, le Bureau Général demande à tous les croyants de partager le coût de cette énorme facture en prêtant une attention particulière à l’instruction qui suit : {3SC11, 12: 16.2.4}

Sauf si cela relève du privé, adresser tous les chèques et les virements au Bureau Général du Mont Carmel et NON à l’Association Universelle de Publication OU à un individu. Reporter clairement le compte que vous souhaitez créditer. L’Association Universelle de Publication est aujourd’hui l’un des nombreux départements du Mont Carmel. {3SC11, 12: 16.2.5}

Si tout le monde coopère, nous participeront tous au bon fonctionnement du moteur de l’œuvre du Seigneur, telle « la roue paraissant être au milieu d’une autre roue, » sans lequel le message ne peut connaître le succès. {3SC11, 12: 16.2.6}

16

 



[IMAGE COUVERTURE]

1

L’EGLISE DANS LA PROPHETIE

            Aujourd’hui, l’église est bien au fait de son histoire mais parfaitement ignorante des prédictions Divines dont elle fait l’objet. Ainsi, nous nous efforcerons dans cet article de lui apporter un éclairage en expliquant pourquoi elle n’est pas au fait des prophéties qui la concerne. Mais rafraîchissons-nous d’abord brièvement la mémoire en consultant le passé avant de nous intéresser au futur. {4SC10-12: 2.1.1}

Dans les paragraphes qui vont suivre, nous allons voir comment le Seigneur a révélé à Son église la voie qu’elle doit suivre ; nous verrons également la voie qu’elle a suivi et dans les deux cas les conséquences qui s’ensuivirent. {4SC10-12: 2.1.2}

Par la voix de la prophétie, Abraham fut informé que Dieu lui promis qu’Il lui donnerait un terre dont la situation était encore inconnue. Plus tard, Abraham apprit que lui et sa postérité séjournerait dans un étrange pays pendant « quatre cent trente ans » avant d’entrer en possession de la terre promise. Lorsque ce temps prophétique fut écoulé, ce « jour-là, » Israël fut conduit hors d’Egypte ; or, du fait de ses actes répétés de rébellions, le Seigneur convenu de ne pas le faire entrer de suite en terre promise. Ainsi, l’Eternel dit au peuple qu’il devrait rester dans le désert pendant quarante autres années, au terme des desquelles il traverserait le Jourdain d’une manière aussi spectaculaire que la traversée de la Mer Rouge et entrerait dans le pays qui lui était promis. {4SC10-12: 2.1.3}

            Après cela, Dieu ne permit pas que le peuple demeure dans les ténèbres et lui envoya prophètes sur prophètes (2 Ch. 36 : 15). Chacun devait informer le peuple des conséquences de sa condition spirituelle dépravée ; et l’attitude du peuple vis-à-vis des prophètes scellerait son destin soit en bien soit en mal. {4SC10-12: 2.1.4}

            Incapables de se détourner de ses mauvaises voies, la voix de la prophétie déclara que le peuple serait livré aux mains des Chaldéens et demeurerait captif pendant soixante ans. A la fin de cette période, Dieu délivra à nouveau Son peuple par le biais de Cyrus et Darius, les rois Médo-Perses, qui commandèrent au peuple de reconstruire le temple et la ville sainte. (Esdras 1 : 1, 2). Les prophéties concernant l’église s’accomplirent, puis, le Dieu fidèle fit connaître au peuple ce qui arriverait pendant une période de « deux milles trois cent jours » ou années (Da. 8 : 14) dont le début était marqué par l’ordre de reconstruction de la ville et dont la fin surviendrait en 1844. La première venue de Christ et Sa crucifixion furent parmi les événements qui eurent lieu pendant cette période. (Da. 9 : 26.) {4SC10-12: 2.1.5}

            Ainsi, ces différentes périodes prophétiques nous ont fait cheminer dans l’histoire, depuis Abraham jusqu’à 1844. Mais alors que nous n’avons vu que quelques prophéties, il faut noter que de nombreux événements prophétiques interviennent dans ces périodes temps. Il y a par exemple la période des mille deux cent soixante ans de Daniel 7 : 25, et les prophéties concernant le mouvement des Adventistes du Premier jour antérieur à 1844, etc… Tout cela nous montre d’ailleurs que rien n’a pu se produire dans l’histoire de l’église sans que la voie de la prophétie n’en ait parlé. {4SC10-12: 2.1.6}

            Etant donné que les prophéties sur le mouvement Adventiste du Premier jour et la dénomination Adventiste du Septième jour sont les plus importantes pour nous, nous attarderons sur elles. Cependant, comme nous nous adressons à des Adventistes du Septième jour, il est inutile de faire l’explication de passages qui sont déjà connus ; c’est pourquoi nous n’en citerons que la référence et tirerons l’enseignement que Dieu veut révéler à Son peuple. {4SC10-12: 2.2.1}

            Dans le dixième chapitre d’Apocalypse, nous lisons : « Je pris le petit livre de la main de l’ange, et je l’avalais ; il fut dans ma bouche doux comme du miel, mais quand je l’eus avalé, mes entrailles furent remplies d’amertume. » (Ap. 10 : 10) La dénomination interprète, sans se tromper, ce passage comme étant le symbole prophétique du bonheur indescriptible et du désappointement ressentis pas le mouvement Adventiste du Premier jour qui annonçait avant 1844 la vérité de la prophétie des « 2300 » jours. Tous ses adeptes crurent à ce qu’ils prêchaient ; ils vendirent tous leurs biens et mirent les bénéfices au profit de l’avancement de l’Evangile pour que tous se préparent à la venue de Christ au cours de l’année 1844. {4SC10-12: 2.2.2}

            A cette période les croyants caressaient l’idée de voyager à travers les cieux, de passer les portes de perles et de pénétrer dans la cité éternelle du Roi des rois et Seigneur des Seigneurs. La pensée de cet endroit où il n’y aurait plus de pleurs, de douleurs et de mort était pour eux aussi douce que le miel. C’est pourquoi, cette expérience fut symbolisée par le petit livre, la Parole de Dieu, que Jean mangea et qui au début fut aussi doux que le miel. Seulement, lorsque la date du retour du Seigneur fut de loin dépassée sans que Celui-ci ne paraisse, la joie ineffable ressentie se changea, comme pour Jean,  en amertume. {4SC10-12: 2.2.3}

            En outre, le verset qui fait suite à celui mentionnant le désappointement déclare : « Il faut que tu prophétises de nouveau sur beaucoup de peuple, de nations, de langues, et de rois. » (Ap. 10 : 11). Ce verset fait référence à l’expérience et au cheminement du mouvement d’avant 1844. Les croyants crurent que l’œuvre de l’Evangile était terminée et que le temps de grâce avait

2

 pris fin. L’ange déclare donc : « Il faut que tu prophétises de nouveau ; » c’est-à-dire, que tu as commis une erreur et maintenant il faut que prêche à nouveau le message. C’est ainsi que la dénomination Adventiste, largement composée de personnes qui avaient été Adventistes du Premier jour, entreprit de remplir cette mission divine tandis qu’une poignée d’Adventistes du Premier jour demeurèrent dans leur organisation initiale même jusqu’à aujourd’hui. {4SC10-12: 2.2.4}

                Une question se pose maintenant : Est-il possible que les Ecritures renferment une prophétie aussi exhaustive sur l’église de 1844 mais soient depuis, demeurées silencieuses ? Nous sommes tous d’accord pour dire qu’il est illogique voire impossible que l’église soit laissée sans prophétie, car Dieu n’a jamais laissé Son peuple dans les ténèbres ; Il ne le ferait certainement pas aujourd’hui, alors que nous vivons à l’époque la plus importante de l’histoire du monde. Pourquoi donc alors l’église en connaît tant sur les prophéties passées et si peu sur les prophéties qui la concerne aujourd’hui ? {4SC10-12: 3.1.1}

            Il y a deux raisons à ce mystère. La première est donnée par l’apôtre Pierre : {4SC10-12: 3.1.2}

            « Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et l’étoile du matin se lève dans vos cœurs. » (2 Pi. 1 : 19.) {4SC10-12: 3.1.3}

            Ce verset déclare que la prophétie est une parole d’autant plus certaine, c’est une lampe qui brille dans un lieu obscur. Lorsqu’on la comprend, le sujet étudié devient tellement clair que l’Inspiration compare cette clarté à « l’étoile du matin » dans nos cœurs. Toutefois, les versets suivant déclarent : {4SC10-12: 3.1.4}

                « Sachant tout d’abord vous-mêmes qu’aucune prophétie de l’Ecriture ne peut être un objet d’interprétation particulière, car ce n’est pas par une volonté d’homme qu’une prophétie a jamais été apportée, mais c’est poussés par le Saint-Esprit que des hommes ont parlé de la part de Dieu. » (2 Pi. 1 : 20, 21) Cela signifie que si les Ecritures étaient issues de la volonté de l’homme, elles auraient pu être interprétées par l’homme sans l’aide de l’Esprit. Mais le fait est que « des hommes de Dieu » (Darby) ont reçu les Ecritures de la part de l’Esprit de Dieu. L’homme seul est incapable de sonder la pensée du Saint-Esprit, ainsi il ne peut interpréter les Ecritures dans l’aide de l’Esprit. C’est pourquoi doit recevoir l’inspiration au même titre que ceux à qui les Ecritures ont été données premièrement. {4SC10-12: 3.1.5}

                Cela se vérifie aujourd’hui par le fait que nous avons des milliers de doctrines résultant des milliers d’interprétations faites des Ecritures. Les hommes sont interprétés les Ecritures indépendamment de l’Esprit, car l’Esprit de Prophétie ne peut, sur un passage donné, fournir à quelqu’un une interprétation et en fournir une autre à quelqu’un d’autre. Par ailleurs, sachant que l’église de Laodicée ignore les prophéties qui la concernent, cela prouve que l’Esprit de Prophétie n’est plus à l’œuvre en son sein. {4SC10-12: 3.1.6}

            La seconde raison de son ignorance que « la prophétie est une parole d’autant plus certaine, » est que l’église se considère, « riche et enrichie ; » elle « n’a besoin de rien, » alors que les prophéties déclarent qu’elle est « malheureuse, misérable, pauvre, aveugle et nue, » et qu’elle ne le sait pas. (Ap. 3 : 17.) Les prophéties traitant de condition spirituelle « malheureuse » et des conséquences qui s’ensuivent (si elle demeure ignorante et refuse de se repentir) sont en oppositions directes avec sa soi-disant prospérité spirituelle. Ainsi, l’église les interprète soit partiellement, soit mal, soit les exploitent mal ou les ignore totalement. {4SC10-12: 3.2.1}

            Dans le paragraphe suivant, nous tenterons de démontrer que l’église d’aujourd’hui se repent d’erreurs commises par l’église d’autrefois. Par exemple, autrefois les Pharisiens rejetèrent l’interprétation Inspirées des Ecritures craignant que le peuple ne découvre leurs erreurs ; c’est pourquoi ils tuèrent les prophètes pour les faire taire. En conséquence, ils furent abandonnés aux ténèbres spirituelles ; ils se mirent ainsi à interpréter les Ecritures de manière personnelle, sans l’Inspiration. Ils se trompèrent sur les passages les plus simples de la Parole de Dieu et en conséquence, ils crucifièrent Celui même pour Qui ils dépensèrent des millions de dollars en sacrifices, et exécutèrent pendant des centaines d’années les services cérémoniels. {4SC10-12: 3.2.2}

            « La petite corne » de Daniel Sept est une prophétie bien définie de la structure du pouvoir Romain. Cette prophétie fut prêchée pendant des années, mais les Romains ne l’acceptèrent jamais bien qu’ils aient été incapables d’y trouver un sens différent ou d’annuler son exécution. Ces prophéties qui manquèrent de guider les actions des chefs Juifs et Romains, ne furent pas comprises. Il en est de même pour les prophéties qui dénoncent les erreurs des églises Protestantes : ce sont pour elles des grands mystères. {4SC10-12: 3.2.3}

            Ce manque de compréhension n’est pas dû au fait que les prophéties soient dures à comprendre mais plutôt parce qu’elles révèlent que les églises sont non seulement récalcitrantes mais aussi adeptes de la dissimulation. Ainsi, ceux qui défendent la thèse d’une « parole d’autant plus certaine » rencontrent l’opposition, la haine et le ridicule tandis que leurs adversaires affirment que les prophéties sont des mystères scellés. C’est pourquoi c’est l’ignorance qui prévaut parmi le peuple. {4SC10-12: 3.2.4}

            D’un côté, les prophéties dénoncent la pauvreté, la situation malheureuse et la misère de l’église d’aujourd’hui, et d’un autre côté, l’église se vante de sa soi-disant grande réussite ; elle se croit riche et enrichie et n’ayant besoin de rien. Cet état

3

 l’empêche d’interpréter correctement ou d’accepter que « la parole prophétique est d’autant plus certaine. » Elle répète donc les erreurs commises par les Juifs, les Romains et les Protestants. {4SC10-12: 3.2.5}

            Nous allons maintenant comparer ce que déclare la prophétie et ce que déclare l’église. Selon les prophéties, la dénomination Adventiste a reçu la mission de « prophétiser encore sur beaucoup de peuples, de nations, de langues, et de rois. » (Ap. 10 : 11.) Le mot « beaucoup » suggère une limitation ; il ne signifie pas la totalité. Ainsi, la prophétie déclare avec certitude que la mission Evangélique confiée à l’église Adventiste ne concerne pas toutes les nations, mais uniquement « beaucoup » d’entre elles. Ainsi, avant que l’Evangile ne soit proclamé à toutes les nations, il y a d’abord une première mission. Ce fait est également corroboré par l’Esprit de Prophétie : {4SC10-12: 4.1.1}

            « Dieu exige un réveil spirituel et une réforme spirituelle. Sans quoi les tièdes deviendront de plus en plus odieux aux yeux du Seigneur qui finira par ne plus les reconnaître comme ses enfants. {4SC10-12: 4.1.2}

            Un réveil et une réforme doivent se produire, sous l’action du Saint-Esprit. Réveil et réforme sont deux choses distinctes. Réveil signifie un renouveau de vie spirituelle qui a pour effet de vivifier les facultés de l’esprit et du cœur et de mettre fin à la mort spirituelle par une résurrection. Réforme signifie réorganisation, changement dans les idées et les théories, les habitudes et les pratiques. Une réforme ne produira ses bons fruits de justice que si elle est le résultat d’un réveil de l’Esprit. »–« Christ Our Righteousness, » p. 154, les italiques sont nôtres (Messages Choisis, Vol. 1, p. 148). {4SC10-12: 4.1.3}

            « Revêtue de l’armure de la justice du Christ, l’Eglise se prépare au conflit final. ‘Belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leurs bannières’, elle s’avance dans le monde ‘en vainqueur et pour vaincre’. »-« Prophets and Kings, » p. 725 (Prophètes et Rois, p. 549). {4SC10-12: 4.1.4}

            D’un côté, la voix prophétique déclare qu’il doit y avoir une « réorganisation » et ensuite l’église aura la mission d’aller vers toutes les nations. D’un autre côté, aussi vrai que les observateurs déclarent le Dimanche comme étant le véritable jour d’adoration, l’église crie à gorge déployée sans la moindre autorité que la dénomination Adventiste est « reconnue. » Les membres d’aujourd’hui comme ceux des églises nominales ne réclament pas les preuves que « la parole prophétique est d’autant plus certaine. » Ils se contentent de dire « amen » à la voix de l’homme plutôt qu’à la voix de Dieu ! En plus, les dirigeants de l’église souhaitent que les membres demeurent dans les ténèbres et leur disent de n’écouter aucune voix de peur d’être abusés ! {4SC10-12: 4.1.5}

            Notre dénomination a reçu la mission d’aller vers « beaucoup » de nations et de rassembler les cent quarante mille, les prémices, comme nous le montre clairement Apocalypse 11 : 1, 2 : « On me donna un roseau semblable à une verge, en disant : Lève-toi, et mesure le temple de Dieu, l’autel, et ceux qui y adorent. Mais le parvis extérieur du temple, laisse-le en dehors, et ne le mesure pas ; car il a été donné aux nations. » {4SC10-12: 4.1.6}

            Les mots « mesurer » et « dénombrer » sont des synonymes car lorsqu’on mesure, on fournit des chiffres. Et dès lors qu’il s’agit de personnes, on les mesure en les comptant. Ainsi, la période allant de 1844 jusqu’à cette « réforme et cette organisation » prophétique correspond à la période de mesure, la période de dénombrement à savoir le rassemblement des 144 000, les prémices, les douze tribus ou encore ceux qui adorent dans le temple. Ensuite, « le parvis extérieur » doit recevoir les nations à savoir les seconds fruits, une grande foule que personne ne peut compter. Cette foule doit être rassemblée après que la réforme et la réorganisation aient eu lieu comme le dit Apocalypse. Le révélateur vit les 144 000 scellés puis il vit la grande foule. (Ap. 7 : 3-9.) {4SC10-12: 4.2.1}

                L’Esprit de Prophétie déclare que « seuls ceux qui auront tenu ferme par la puissance du Tout-Puissant, auront part à l’œuvre de proclamation de ce message lorsqu’il sera devenu un Grand Cri. » (R. & H., 19 Nov. 1908.) Ce passage montre clairement que nous ne vivons pas encore l’époque du Grand Cri ; nous ne l’avons encore jamais vécu car le Grand Cri doit être proclamé uniquement par ceux qui ont vaincu la tentation. Or, le message a été et est aujourd’hui proclamé par des pasteurs sanctifié et non sanctifiés. Si donc le message doit n’être proclamé au moment du Grand Cri que par ceux qui ont vaincu la tentation, il doit nécessaire se produire une réforme qui écartera tous les pasteurs non sanctifiés. (5T, p. 80 ; G.C. 424, 5.) {4SC10-12: 4.2.2}

                La parole prophétique d’autant plus certaine par l’entremise du « prophète de l’évangile » vient nous éclairer davantage sur le sujet. Lisons : {4SC10-12: 4.2.3}

                « C’est par le feu que l’Eternel exerce ses jugements, c’est par son glaive qu’il châtie toute chair ; et ceux que tuera l’Eternel seront en grand nombre. Je mettrai un signe parmi elles, et j’enverrai leurs réchappés vers les nations, à Tarsis, à Pul et à Lud, qui tirent à l’arc, à Tubal et à Javan, aux îles lointaines, qui n’ont jamais entendu parler de moi, et qui n’ont pas vu ma gloire ; et ils publieront ma gloire parmi les nations. Ils amèneront tous vos frères du milieu de toutes les nations, en offrande à l’Eternel, sur des chevaux, des chars et des litières, sur des mulets et des dromadaires, à ma montagne sainte, à Jérusalem, dit l’Eternel, comme les enfants d’Israël apportent leur offrande, dans un vase pur, à la maison de l’Eternel. » (Es. 66 : 16, 19, 20.) {4SC10-12: 4.2.4}

                Le massacre de l’Eternel évoqué ici doit se produire dans Son église, car ceux

4

qui en réchappent sont nécessairement des Chrétiens qui connaissent bien Dieu, autrement ils ne sauraient parler de Lui et de Sa gloire. Par ailleurs, après le massacre, les nations seront toujours là et auront le privilège d’entendre l’Evangile. Cela prouve que ce massacre de l’Eternel doit se produire avant la fin du temps de grâce. {4SC10-12: 4.2.5}

            L’Esprit de Prophétie écrit encore qu’au moment du scellement des 144 000, au moment d’Ezéchiel Neuf, les pasteurs auront trahi leur mission (5T211). Or, le message doit être prêché par un ministère pur ; ainsi cela prouve que cette purification doit se produire avant le commencement du Grand Cri, rendant, de fait, possible l’achèvement de l’œuvre de l’Evangile proclamé par un mouvement réformé et réorganisé ; un mouvement dont la mission est d’aller vers toutes les nations plutôt que vers « beaucoup » d’entre elles. {4SC10-12: 5.1.1}

            Bien que nous n’ayons que peu abordé les prophéties touchant à l’église contemporaine, nous voyons déjà qu’elles sont tout aussi précises que celles qui furent prononcées pour l’église au cours de l’histoire. Le message des trois anges sera proclamé et l’organisation actuelle ainsi que ceux qui refusent aujourd’hui de lutter contre la tentation, périront lors du « massacre de l’Eternel. » {4SC10-12: 5.1.2}

            Beaucoup ne réalisent pas la nécessité d’une réorganisation, bien qu’ils ressentent le besoin d’une réforme. Nous fournirons de plus amples explications concernant ce point. {4SC10-12: 5.1.3}

            Si l’église était resté fidèle et bien ordonnée, il n’y aurait ni besoin d’une réforme, ni d’une réorganisation. Seulement voilà, l’esprit du monde a prévalu ; il a prévalu sur l’organisation et cela se voit par le fait que le pôle médical et le pôle éducatif sont aujourd’hui organisés selon des règles provenant du monde. En d’autres termes, au lieu d’être la tête comme Dieu l’a ainsi voulu, l’église est devenue la queue ; au lieu d’être inspiré par l’esprit de l’église, c’est le monde qui développe son esprit dans l’église. Le monde se retrouve, de fait, privé de lumière divine et l’église, plongée dans les ténèbres, déshonore Dieu et honore Mammon. D’où le besoin de réforme et de réorganisation, sinon, comment Dieu pourrait-Il achever Son œuvre, bénir Son peuple et sauver le monde avec une organisation d’église qui s’en va demander au monde son aide ? {4SC10-12: 5.2.1}

            Le Seigneur savait la direction que prendrait l’église et a, par amour pour elle, formulé des prophéties afin de la réveiller et sauver les croyants. Prêtons alors une oreille attentive à la parole prophétique d’autant plus certaine qui déclare : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs. » (Hé. 4 : 7.) {4SC10-12: 5.2.2}

——————————————————————————————

IL PREND LUI-MEME LES RENES DANS SES MAINS

            La plupart des Adventistes ne comprennent cette déclaration de l’Esprit de Prophétie : « Le Seigneur prendra Lui-même les rênes dans Ses Mains » (« Testimonies to Ministers, » p. 300 ; Témoignages pour les Pasteurs), et c’est pour cela qui nous écrivons les paragraphes suivants. {4SC10-12: 5.1.4}

            Cette déclaration prophétique révèle deux choses. Premièrement, le Seigneur ne tient pas à l’heure actuelle les rênes dans Ses Propres mains, et deuxièmement, Il les prendra à un moment donné. Dieu ne dirige pas la dénomination dans son état actuel, c’est pour Il doit la réorganiser. De plus, il est dit que Dieu agira au travers d’instruments si simples qui « surprendront les ouvriers eux-mêmes ; » Dieu ne réorganisera pas la dénomination par de grandes actions compliquées, des choses qui le monde qualifie de merveilleuses. Il se servira plutôt d’éléments humbles, calmes, lents et constants ; des éléments tout aussi naturels que ceux représentés par le grain de sénevé (Mt. 13 : 31, 32.) ; des éléments dont l’action sera semblable à celle du levain dissimulé dans la pâte (verset 33). Toutefois, les ouvriers continueront de vouloir « contrôler l’œuvre, mais ils n’y parviendront pas ; ils seront comme l’herbe qui est étouffée par le blé. » {4SC10-12: 5.1.5}

            Nous avons déjà vu par le passé Dieu prendre Lui-même les rênes dans Ses mains et nul n’est ignorant des méthodes qu’Il emploiera pour « achever Son œuvre de justice, » ou du système qu’Il utilisera pour gouverner les Siens. {4SC10-12: 5.1.6}

                Lorsque Pharaon régnait sur le peuple de Dieu, ce n’est pas une grande armée dirigée par un général sorti d’une école militaire qui délivra le peuple pour le replacer sous l’autorité de Dieu. Dieu envoya Moïse, un homme simple, munit d’un bâton de berger. Pharaon vit un homme si simple, si petit, qu’il négligea ce qui était en train de se passer. Toutefois, voyant le levain opérer des changements dans son royaume, il finit par comprendre qu’il devait laisser partir Israël. Seulement, en voyant les actes insignifiants de Moïse, son cœur s’endurcit et il dit : « Ah, il ne peut être l’envoyé de Dieu, je ne laisserai pas partir Israël. » La scène se répéta et le coup de grâce fut la mort des premiers nés. Un grand cri retentissait dans tout le pays d’Egypte lorsque le peuple d’Israël partit. Et alors que Pharaon n’était toujours pas convaincu que Dieu tenait Lui-même les rênes dans Ses mains, lui et son armée s’en allèrent récupérer le peuple. Dieu se servit alors de la Mer Rouge pour protéger Son

5

 peuple et détruire Pharaon et son armée. Dieu accomplira les mêmes prodiges pour délivrer Son peuple de la domination des hommes. Il manœuvrera Lui-même comme au temps de Moïse et de David. {4SC10-12: 5.2.3}

De plus, la voix de la prophétie déclare que : « les enfants d’Israël resteront longtemps sans roi » et qu’ « après cela les enfants d’Israël reviendront ; ils chercheront l’Eternel, leur Dieu, et David, leur roi ; et ils tressailliront à la vue de l’Eternel et de sa bonté, dans la suite des temps. » (Os. 4 : 4, 5). Ainsi, l’ancien Israël serait dispersé parmi les nations et n’aurait plus de royaume pendant « longtemps » ; et après cela, il reviendrait et formerait à nouveau un royaume. Ils « chercheraient l’Eternel, leur Dieu, et David, leur roi. ». Nous vivons aujourd’hui à l’époque du retour des 144 000, les dix tribus. Ainsi, il est clair que ces derniers formeront un royaume qui sera manœuvré par Dieu et non par les hommes dans le cadre d’une gouvernance mondiale. {4SC10-12: 6.1.1}

Lorsqu’au temps de Moïse et de David l’Eternel agissait de Ses Propres mains, Il parlait au peuple par l’intermédiaire de Moïse et David, et c’est ainsi qu’Il gouvernait. De même, aujourd’hui, Il conduira l’œuvre lorsqu’Il prendra les rênes dans Ses Propres mains. {4SC10-12: 6.1.2}

Dieu révéla à Ezéchiel, au moyen de la prophétie, les injustices que subirait à la fin des temps, notre époque actuelle, le peuple de Dieu de la part de ses bergers. Il dit : « J’établirai sur elles un seul pasteur, qui les fera paître, mon serviteur David ; il les fera paître, il sera leur pasteur. Moi l’Eternel, je serai leur Dieu, et mon serviteur David sera prince au milieu d’elles. Moi, l’Eternel, j’ai parlé. » (Ez. 34 : 23, 24.) Ezéchiel sut également que le système actuel, à savoir une organisation regroupant plusieurs bergers, serait remplacé par un nouveau système qui aurait cette fois à sa tête un seul berger. {4SC10-12: 6.1.3}

Bien entendu, le peuple sur qui Dieu doit gouverner se compose uniquement de ceux qui auront part à Son royaume. « Celui-ci n’enseignera plus son prochain, ni celui-là son frère, en disant : Connaissez l’Eternel ! Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand, dit l’Eternel ; car je pardonnerai leur iniquité, et je ne me souviendrai plus de leur péché. » Ainsi, lorsque Dieu prendra les rênes, ce sera le commencement de l’établissement de Son royaume éternel, peu avant Sa venue sur les nuées des cieux. Daniel fut également témoin de cela et déclara au roi : « Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’une autre peuple ; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. » (Da. 2 : 44.) {4SC10-12: 6.1.4}

Notez que le royaume sera suscité non pas après le « temps de ces rois, » mais dans le temps de ces rois ; et leurs royaumes sont détruits par lui. Ainsi, même si au départ, avant la résurrection, le royaume ne sera pas complet, il commencera avant la seconde venue de Christ. {4SC10-12: 6.2.1}

La parabole même de Christ révèle ce point car il est dit : « Lorsque le  Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis d’avec les boucs ; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droit : Venez, vous qui être bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Ensuite il dira à ceux qui sont à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. » (Mt. 25 : 31-34, 41.) {4SC10-12: 6.2.2}

L’on comprend généralement qu’à la venue de Christ, les nations seront consumées par sa lumière et les méchants n’auront pas la possibilité de parler au Seigneur ou vice-versa. De plus, d’après la parabole, Christ est assis sur le trône de sa gloire et non sur les nuées comme le rapporte 1 Th. 4 : 17. Par conséquent, le trône de Sa gloire correspond à Son royaume ; c’est de là qu’Il rassemblera toutes les nations devant Lui comme nous le dit le prophète Esaïe lorsqu’il déclare : « Il arrivera, dans la suite des temps, que la montagne de la maison de l’Eternel sera fondée sur le somment des montagnes, qu’elle s’élèvera par-dessus les collines, et que toutes les nations y afflueront. » (Es 2 : 2.) {4SC10-12: 6.2.3}

Le prophète Zacharie décrit la sort des méchants et des justes en ces termes : « En ce jour-là, je ferai de Jérusalem une pierre pesante pour tous les peuples ; tous ceux qui la soulèveront seront meurtris ; et toutes les nations de la terre s’assembleront contre elle. En ce jour-là, dit l’Eternel, je frapperai d’étourdissement tous les chevaux, et de délire ceux qui les monteront ; mais j’aurai les yeux ouverts sur la maison de Juda, quand je frapperai d’aveuglement tous les chevaux des peuples. Les chefs de Juda diront en leur cœur : les habitants de Jérusalem sont notre force, par l’Eternel des armées, leur Dieu. En ce jour-là, je ferai des chefs de Juda comme un foyer ardent parmi du bois, comme une torche enflammée parmi des gerbes ; ils dévoreront à droite et à gauche tous les peuples d’alentour, et Jérusalem restera à sa place, à Jérusalem…. En ce jour-là,

6

 l’Eternel protégera les habitants de Jérusalem, et le faible parmi eux sera dans ce jour comme David ; la maison de David sera comme Dieu, comme l’ange de l’Eternel devant eux. En ce jour-là, je m’efforcerai de détruire toutes les nations qui viendront contre Jérusalem. Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers mois, celui qu’ils ont percé. Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né. » (Za. 12 : 3-10.) {4SC10-12: 6.2.4}

            Ainsi, Dieu prend les rênes dans Ses Propres mains à l’époque du rassemblement de Son peuple dispersé parmi les nations. C’est la voie qui dit : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux. » (Ap. 18 : 4.) {4SC10-12: 7.1.1}

            Lorsqu’on entendra cette voix appeler le peuple de Dieu à sortir, il n’y aura pas de pécheurs dans Son royaume. Celui-ci sera épargné par les plaies car les saints seront appelés à sortir de Babylone à cause des péchés qui s’y commettent et parce qu’elle sera frappée par les plaies. {4SC10-12: 7.1.2}

            Matthieu 13 : 49 traite de la séparation des pécheurs du peuple de Dieu, car en ce temps-là dit le Christ, les méchants seront retranchés des justes. A contrario, la voix d’Apocalypse explique que les justes seront séparés des méchants. Cette différence prouve que l’Eternel prend les rênes dans Ses Propres mains avant que le Grand Cri d’Apocalypse 18 : 4 ne soit lancé. {4SC10-12: 7.1.3}

            Le risque pour nous aujourd’hui ne réside pas dans ce que Dieu projette de faire car Il est tout à fait capable de gérer la situation. Non, le grand danger réside dans le fait que beaucoup d’entre nous s’en vont vers leur perte à trop questionner et critiquer la moindre chose à mesure que la vérité se dévoile. Ils critiquent le travail et la fonction des autres ; ils critiquent chaque pôle d’activité auquel ils ne participent pas (« Testimonies for the Church, » Volume 5, p. 690), au lieu de venir au secours de l’Eternel. Oui, certains tenteront même de « contrôler l’œuvre de Dieu et même dicter les mouvements qui devront être faits quand l’œuvre avance sous la direction de cet ange qui s’unit au troisième pour donner le message qui doit être communiqué au monde. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), p. 300. Certains vont encore plus loin en déclarant aux porte-parole du Seigneur, « Tu es trop pieux, tu n’interprètes pas les Écritures correctement. Laisse-moi te dire comment tu dois prêcher ton message. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » p. 475. {4SC10-12: 7.1.4}

            D’autres, un peu moins dictatoriaux, ne se soumettront pas aux ordres de Dieu. Jésus prédit cette catégorie de personnes qui « Le haïraient » et enverraient une ambassade après Lui, pour dire : Nous ne voulons pas que cet homme règne sur nous. » (Luc 19 : 14.) {4SC10-12: 7.1.5}

                En raison de leur insubordination, Jésus a clairement déclaré qu’à Son avènement, Il commandera Ses serviteurs en ces termes « Au reste amenez ici mes ennemis, qui n’ont pas voulu que je régnasse sur eux, et tuez-les en ma présence. » (Luc 19 : 27.) {4SC10-12: 7.2.1}

                La parabole révèle clairement que Jésus doit régner avant sa Venue par l’intermédiaire d’un homme ; et ceux qui refuseront de se soumettre à cet homme choisis par Jésus, seront perdus éternellement. {4SC10-12: 7.2.2}

                Ainsi donc, que personne ne se mette à vouloir contrer la parole prophétique du Seigneur soit par son inaction ou un autre comportement. Priez plutôt, car « Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici encore sur quoi je me laisserai fléchir par la maison d’Israël, voici ce que je ferai pour eux ; je multiplierai les hommes comme un troupeau. » (Ezéchiel 36 : 37.) {4SC10-12: 7.2.3}

                « C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles. Car, si la parole annoncée par des anges a eu son effet, et si toute transgression et toute désobéissance a reçu une juste rétribution, comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ? » (Hé. 2 : 1-3.) « C’est pourquoi, frères saints, qui avez part à la vocation céleste, considérez l’apôtre et le souverain sacrificateur de la foi qui nous professons, Jésus, qui a été fidèle à celui qui l’a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison…. Et à qui jura-t-il qu’ils n’entreraient pas dans son repos, sinon à ceux qui avaient désobéi ? Aussi voyons-nous qu’ils ne purent y entrer à cause de leur incrédulité. » (Hé. 3 : 1, 2, 18, 19.) « Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. » (Hé. 4 : 1.) « Prenez garde, frère, que quelqu’un de vous n’ait un cœur mauvais et incrédule, au point de se détourner du Dieu vivant. Mais exhortez-vous les uns les autres chaque jour, aussi longtemps qu’on peut dire : Aujourd’hui ! Afin qu’aucun de vous ne s’endurcisse par la séduction du péché. Car nous sommes devenus participants de Christ, pourvu que nous retenions fermement jusqu’à la fin l’assurance que nous avions au commencement, pendant qu’il est dit : Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte. Qui furent, en effet, ceux qui se révoltèrent après l’avoir entendue, sinon tous ceux qui étaient sortis d’Egypte sous la conduite de Moïse ? Et contre qui Dieu fut-il irrité pendant quarante ans, sinon contre ceux qui péchaient, et dont les cadavres tombèrent dans le désert ? » (Hé. 3 : 12-17.) {4SC10-12: 7.2.4}

                « Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu ; non pour un gain sordide, mais avec dévouement ; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire. De mêmes, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité ; car Dieu résiste aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles. Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable et déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » (1 Pi. 5 : 2-7.) {4SC10-12: 7.2.5}

7

————————————————————————————————–

CONSEILS AUX PARENTS, PARTIE III

            Conscient du problème Parent/Enfant que existe aujourd’hui parmi les croyants de la Vérité Présente et de l’ampleur grave qu’il a pris, « Le Code Symbolique » a dans son numéro de Juillet 1937, sonné l’alarme en publiant cet article : {4SC10-12: 8.1.1}

            « Les parents ne voient pas le vrai caractère de leurs enfants, et ces derniers ont réussi à les tromper. Par contre, quand une personne tente de reprendre ces enfants hors de contrôle ou pointe du doigt leurs défauts, leurs parents montent à la charge. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 193. {4SC10-12: 8.1.2}

            « C’est probablement le problème le plus souvent rencontré par Mont Carmel. » {4SC10-12: 8.1.3}

            Malgré le caractère très sérieux de l’avertissement, il n’a été que peu écouté. Peu sont ceux qui en ont tiré leçon et aujourd’hui, la relation entre les parents, les enfants et l’institution a empiré. Cette plaie a gonflée et s’est infectée au point d’empoisonner le corps entier ; nous avons même été jusqu’à devoir amputer plusieurs membres contaminés. Pourquoi un tel désastre ? {4SC10-12: 8.2.4}

La seule réponse est que beaucoup affirment adhérer à la Vérité Présente mais n’ont pas véritablement embrassé et appliqué ce qui est écrit dans le Code. En réalité, l’incrédulité à l’égard du Code s’est répandue, germant un peu partout dans nos communautés. Peu, à savoir « une poignée d’Israélites, » accordent de l’importance à la déclaration grave et cruciale de « ce visiteur mensuel, » qui, « demande expressément aux messagers du ‘jour grand et redoutable de l’Eternel,’ missionnés par l’œuvre, de respecter strictement toutes les exigences, les directives et les conseils donnés de temps à autre dans chaque numéro, en n’ajoutant ni n’ôtant rien au message. Ce message désavouera tous ceux qui ne reconnaissent pas son autorité divine, car l’église doit être la lumière du monde, ‘belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible dans des troupes sous leurs bannières.’ » {4SC10-12: 8.1.5}

            Il semblerait qu’aujourd’hui, ni un « ainsi parle l’Eternel, » ni un « il est écrit » n’ait d’effet sur la conscience des croyants et sur leurs « idées et théories, habitudes et pratiques. » Ceux-ci sont relégués au rang de « ils disent, » « j’ai entendu dire, » (T.M. 505) « je pense que. » {4SC10-12: 8.1.6}

            Parents et sympathisants ont affichés un Loadicéisme farouche et inflexible à ce niveau. Ils ont été imperméables aux recommandations, aux avertissements et aux sollicitations, autant que l’être une pierre dans l’eau. Par exemple, l’on vous a dit déjà répété qu’en tant que parents, vos méthodes d’éducation ne sont pas en accord avec le ciel ; vos conceptions de l’amour et la gentillesse sont fausses et malfaisantes ; votre amour aveugle n’est rien d’autre que du sentimentalisme et votre indulgence de la cruauté. Mais qui a cru à ce qui était écrit et s’est engagé avec crainte et tremblement à « se convertir et se défaire » de ces mauvaises conceptions et théories, de ces mauvaises habitudes et pratiques par lesquelles Satan enchaîne l’âme à une roue de son chariot ? Qui sont ceux qui comme David, ont confessés avec une profonde conviction « qu’Ils avaient péché contre Dieu » quand on leur disait qu’ils étaient « les hommes de la situation ? » Qui sont ceux qui par la suite ont immédiatement convenu de « présenter sincèrement les fruits de la repentance » en « confessant tout d’abord aux (à vos) enfants, les (vos) erreurs commises dans leur éducation » (S.C., Vol. 3, N° 8-10, p. 3), et ensuite « coopérer pleinement avec l’école ? » {4SC10-12: 8.1.7}

            Il serait plus sage, plus noble et plus heureux pour vous et vos enfants de confesser votre insoumission à la lumière et à la cause de Dieu, plutôt que de garder vos distances, soignant quelques blessures imaginaires, nourrissant quelque rancune, quelque doléance et attaquant tout ce qui vous dérange et tous ceux qui ne partagent pas votre vision concernant l’éducation et le salut de vos enfants. {4SC10-12: 8.2.1}

                Avec votre indulgence et votre sympathie imprudente, votre manque d’encadrement et discipline, vous avez déjà fait un tort considérable à vos enfants. Leur âme et certainement la vôtre est en danger à moins qu’un changement radical, rapide et exhaustif ne s’opère chez vous et chez eux. Il faut un changement radical et immédiat dans vos conceptions et vos théories sur la religion, sur l’éducation, sur la discipline, sur le travail afin que de vous trouver du côté de l’Eternel dans ce grand conflit entre le bien et le mal. {4SC10-12: 8.2.2}

                 Si en tant que parents croyants de la Vérité Présente, vous êtes amenés à vous sauver vous-même et vos enfants, faites en sorte de vous détacher spirituellement des villes condamnées, qui dans leur « l’orgueil, leur richesse et leur oisiveté ambiante, » connaîtront tôt ou tard un triste sort. Ne soyez pas comme la femme de Lot vous retournant avec regret sur Sodome et finissant en statue de sel. Dès lors que votre esprit sera libre de l’emprise mortelle de ces cités, vous garderez vos enfants

8

loin des écoles publiques et ferez leur éducation à la maison, « les élevant en les corrigeant et les instruisant selon le Seigneur, » jusqu’à ce qu’ils soient prêts à intégrer notre école du Mont Carmel. {4SC10-12: 8.2.3}

            « Les parents s’entassent avec leur famille dans les villes parce qu’ils s’imaginent que la vie y est plus facile qu’a la campagne. Les enfants qui n’ont rien à faire, hors de l’école, s’élèvent dans la rue. En fréquentant de mauvais camarades, ils acquièrent des habitudes de vice et de dissipation. Les parents s’en rendent compte, mais pour corriger leur erreur, ils devraient consentir à un sacrifice, ce qu’ils ne sont pas disposés à faire, et Satan s’empare du contrôle total de leurs enfants. Mieux vaut sacrifier toute considération mondaine que de mettre en péril les précieuses âmes qui vous sont confiées. Celles-ci sont assaillies par les tentations ; il faut leur montrer de quelle manière on peut les affronter. Votre devoir est d’éloigner toute influence, toute coutume qui vous empêcherait de vous abandonner volontairement, loyalement et avec sincérité à Dieu, vous et votre famille. {4SC10-12: 9.1.1}

            Fuyez la cohue des villes et cherchez à vous fixer dans quelque lieu retiré ou vos enfants seront, autant que possible, à l’abri de la tentation. Et là, préparez-les en vue d’une vie utile. Le prophète Ezéchiel énumère ainsi les causes qui conduisirent Sodome au péché et aboutirent a sa destruction : ‘Elle avait de l’orgueil, elle vivait dans l’abondance et dans une insouciante sécurité, elle et ses filles, et elle ne soutenait pas la main du malheureux et de l’indigent.’ Tous ceux qui veulent échapper au sort de Sodome doivent éviter la voie qui attira les jugements de Dieu sur cette cité méchante. {4SC10-12: 9.1.2}

Mes frères, vous méprisez les droits les plus sacrés de Dieu en négligeant de vous consacrer à lui avec vos enfants Beaucoup d’entre vous se reposent dans une sécurité trompeuse, absorbés par des intérêts égoïstes et attirés par les richesses terrestres. Vous ne craignez aucun mal, le danger semble bien loin de vous. Mais, à moins que vous ne vous réveilliez et que vous ne retourniez au Seigneur, repentants et profondément humiliés, vous serez trompés, déçus pour votre ruine éternelle. {4SC10-12: 9.1.3}

*             *             *

La léthargie mortelle du monde paralyse vos sens. Le péché ne vous apparaît plus repoussant parce que Satan vous a aveuglés. Les jugements de Dieu vont bientôt être déversés sur les habitants de la terre : ‘Sauve-toi, pour ta vie !’ tel est l’avertissement des anges de Dieu. D’autres voix encore se font entendre: ‘N’ayez pas peur, il n’y a pas lieu de s’alarmer.’ Ceux qui vivent à l’aise dans les murs de Sion crient : Paix et sureté ! Tandis que le ciel déclare que la destruction va fondre sur les transgresseurs. La jeunesse, les gens frivoles, les amateurs de plaisir considèrent ces avertissements comme des contes de vieilles femmes et ils les repoussent avec mépris. Les parents sont enclins à croire que leurs enfants n’ont rien à se reprocher, et tous s’endorment tranquillement. Il en était ainsi lors de la destruction de l’ancien monde quand les villes de Sodome et de Gomorrhe furent exterminées par le feu. La veille de leur ruine, les villes de la plaine se livraient à leurs orgies. Lot se vit nargué à cause de ses craintes et des avertissements qu’il avait donnés. Mais ce furent ces moqueurs qui périrent dans les flammes. Cette nuit-là, la porte de la miséricorde fut fermée à tout jamais devant les habitants pervers de Sodome. {4SC10-12: 9.1.4}

C’est Dieu qui tient dans ses mains la destinée des âmes. On ne se moquera pas toujours de lui ; on ne pourra pas toujours le prendre à la légère. Déjà ses jugements s’exercent sur la terre : des tempêtes terribles et redoutables sèment la ruine et la mort sur leur passage, d’épouvantables incendies ravagent les forêts et les cités populeuses, de terribles tempêtes et des naufrages assaillent ceux qui voguent sur les mers ; des accidents, des calamités menacent tous ceux qui parcourent la terre ; les cyclones, les tremblements de terre, l’épée et la famine se succèdent à une cadence folle. Et pourtant le cœur des hommes s’endurcit ; ceux-ci ne veulent pas reconnaître la voix de Dieu ; ils ne cherchent pas le refuge qui les mettrait à l’abri de l’orage qui s’amoncelle. {4SC10-12: 9.2.1}

Beaucoup de ceux qui ont été placés sur les murailles de Sion pour surveiller d’un œil d’aigle l’arrivée du danger et donner le signal d’alarme se sont eux-mêmes endormis. Ceux qui devraient être les plus actifs et les plus vigilants à ces heures de péril négligent leur devoir et se rendent responsables du sang des âmes. (Témoignages pour l’Eglise, » Vol. 2, pp. 83-86). {4SC10-12: 9.2.2}

Mes frères, veillez à ce qu’aucun parmi vous n’ait un cœur pervers et incrédule. La Parole de Dieu est claire et formelle dans ses défenses ; elle contrecarre votre tendance égoïste, c’est pourquoi vous ne lui obéissez pas. Les Témoignages de l’Esprit divin appellent votre attention sur les Ecritures, étalent au grand jour les défauts de votre caractère, reprennent vos péchés : voilà pourquoi vous n’y prêtez pas attention. Pour justifier votre amour de l’aisance, votre conduite charnelle, vous commencez à vous demander si les Témoignages viennent vraiment de Dieu. Si vous obéissiez à leurs enseignements, vous seriez convaincus de leur divine origine. Souvenez-vous que votre incrédulité ne les empêche nullement d’être véridiques. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 232-234 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 339). {4SC10-12: 9.2.3}

« Tout enfant des Hébreux trouvé dans la demeure d’un Egyptien mourut. {4SC10-12: 9.2.4}

Cette expérience des Israélites a été écrite pour l’instruction de ceux qui vivront dans les derniers jours. Avant le châtiment qui doit frapper l’humanité, le Seigneur appelle tous ceux qui sont de vrais Israélites, à se préparer à cet événement. Aux parents, ils envoient ce cri d’avertissement : Rassemblez vos enfants dans vos maisons ; éloignez-les du milieu de ceux qui foulent aux pieds les commandements de Dieu, de ceux qui enseignent et pratiquent le mal. Fuyez les grandes villes aussi vite que possible. Etablissez des écoles d’église. Faites en sorte que la Parole de Dieu soit le fondement de l’éducation donnée à vos enfants. Cette Parole est remplie de belles leçons, et si les élèves

9

l’étudient à l’école primaire d’ici-bas, ils seront préparés pour l’école supérieure du ciel. {4SC10-12: 9.2.5}

Ou sont vos enfants ? Leur apprenez-vous à discerner et à fuir la corruption qui existe dans le monde par la convoitise ? Vous efforcez-vous de sauver leur âme, ou bien par votre négligence travaillez-vous à leur destruction ? »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 195 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, pp. 528, 529). {4SC10-12: 10.1.1}

Mères, pères, frères et sœurs, avez-vous vraiment l’intention d’échapper au « fléau débordé ? » Si oui, vous cesserez alors immédiatement de négliger, minimiser ou mépriser le moindre rayon de lumière. Vous étudierez à nouveau les Codes avec zèle et mettrez en pratique les enseignements et les préceptes. Vous prendrez garde aux injonctions, aux admonestations et aux avertissements qui ont été mis de côté à mesure qu’ils étaient donnés. C’est alors et seulement alors que vous reprendrez en mains vos foyers et vos vies, pour que vous et vos enfants participiez à la construction du « camp » de l’Eternel et au rassemblement des nations. Vous vivrez finalement l’expérience ineffable d’entrer, rempli d’une joie transcendante, dans le repos glorieux réservé au peuple de Dieu ! {4SC10-12: 10.1.2}

——————————————————————————————————————

LA JALOUSIE ET LA CRITIQUE SONT CONDAMNEES

            « Je suis peinée de dire qu’il y a parmi les membres de l’Eglise des langues indisciplinées. Il y a des langues menteuses qui se repaissent du mal. Il y a des langues sournoises qui chuchotent. Il y a du bavardage, des indiscrétions impertinentes et du persiflage adroit. Parmi les amateurs de cancans, certains sont poussés par la curiosité, d’autres par la jalousie, et beaucoup par la haine à l’égard de ceux par qui Dieu a parlé pour les reprendre. Tous ces éléments de discorde sont à l’œuvre. Certains cachent leurs sentiments réels, tandis que d’autres s’empressent de publier ce qu’ils savent — ou soupçonnent — de mal. {4SC10-12: 10.1.3}

            J’ai vu que même l’esprit du parjure, qui change le vrai en faux, le bien en mal et l’innocence en crime, est maintenant à l’œuvre. Satan se réjouit de la condition de ceux qui prétendent être le peuple de Dieu. Alors que beaucoup négligent leurs propres âmes, ils attendent impatiemment une occasion de critiquer et de condamner les autres. Tous les hommes ont des défauts de caractère, et il n’est pas difficile de trouver en eux quelque chose que la jalousie puisse interpréter à leur désavantage. ‘Maintenant, disent ceux qui se sont érigés en juges à leur égard, nous avons des faits. Nous allons lancer sur ces hommes une accusation dont ils ne pourront se justifier.’ Ils attendent une occasion favorable, puis étalent leur fatras de commérages. {4SC10-12: 10.1.4}

Dans leurs efforts pour marquer un point, ceux qui ont naturellement une forte imagination risquent de se tromper et de tromper les autres. Ils collectionnent des expressions imprudentes sans penser qu’on peut avoir dit ces choses à la hâte et que, par conséquent, elles ne reflètent pas les sentiments réels de celui qui a parlé. Mais ces remarques non préméditées, souvent de si peu d’importance qu’elles peuvent passer inaperçues, on les regarde à travers la loupe de Satan, on les médite et on les répète jusqu’à ce que des taupinières deviennent des montagnes. Séparés de Dieu, ceux qui soupçonnent le mal deviennent les jouets de la tentation. C’est à peine s’ils connaissent la force de leurs sentiments ou l’effet de leurs paroles. Alors qu’ils condamnent les erreurs des autres, ils se laissent aller eux-mêmes à de plus grandes erreurs. ‘L’esprit de suite est un joyau.’ »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, pp. 94, 95 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, pp. 21, 22). {4SC10-12: 10.1.5}

« Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. » (Jean 3 : 16.) {4SC10-12: 10.1.6}

Dieu nous aime tant non parce que nous sommes bons et ne Lui avons fait aucun mal. Il nous aime car c’est un Dieu d’équité, de vérité et de justice. Il n’y a pas de plus grand ennemi que celui qui tuerait le fils de quelqu’un. C’est bien la plus grande atteinte faite à Dieu, pourtant sa grâce demeure ; Il nous traite comme Ses amis et non comme Ses ennemis. Le crime le plus grand que nous ayons pu commettre. C’est pourquoi, en tant que Chrétiens et sujets de Son royaume, nous devrions traiter nos pires ennemis comme Dieu nous traite, nous pardonnant les uns les autres comme Il nous a pardonné. Sinon, nous serons comptés parmi les méchants serviteurs relatés dans la parabole suivante : {4SC10-12: 10.1.1}

« C’est pourquoi, le royaume des cieux est semblable à un roi qui voulut faire rendre compte à ses serviteurs. Quand il se mit à compter, on lui en amena un qui devait dix mille talents. Comme il n’avait pas de quoi payer, son maître ordonna qu’il fût vendu, lui, sa femme, ses enfants, et tout ce qu’il avait, et que la dette fût acquittée. Le serviteur, se jetant à terre, se prosterna devant lui, et dit : Seigneur, aie patience envers moi, et je te paierai tout. Emu de compassion, le maître de ce serviteur le laissa aller, et lui remit la dette. Après qu’il fut sorti, ce serviteur rencontra un de ses compagnons qui lui devait cent deniers. Il le saisit et l’étranglait, en disant : Paie ce que tu me dois. Son compagnon, se jetant à terre, le suppliait, disant : Aie patience envers moi, et je te paierai. Mais l’autre ne voulut pas, et il alla le jeter en prison, jusqu’à ce qu’il eût payé ce qu’il devait. Ses compagnons, ayant vu qui était arrivé, furent profondément attristés, et ils allèrent raconter à leur maître tout ce qui s’était passé. Alors maître fit appeler ce serviteur, et lui dit : Méchant serviteur, je t’avais remis en entier ta dette, parce que tu m’en avais supplié ; ne devais-tu pas aussi avoir pitié de ton compagnon comme j’ai eu pitié de toi ? Et son maître, irrité,

10

 

le livra aux bourreaux, jusqu’à ce qu’il eût payé tout ce qu’il devait. C’est ainsi que mon Père céleste, vous traitera, si chacun de vous ne pardonne à son frère de tout son cœur. » (Mt. 18 : 23-35.) {4SC10-12: 10.1.2}

Pierre était un très fervent disciple de Christ. Or, quand ce dernier fut accusé, Pierre le renia, et pour faire croire à la foule qu’il n’était pas son disciple, il a juré. Si Christ avait été semblable à certains d’entre nous, Il aurait certainement tué Pierre après Sa résurrection. Au lieu de cela, Christ lui fit grâce et l’aima avec autant d’amour. Au lieu de l’accuser et rapporter ses fautes aux autres, Il lui dit : « Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que tu n’aimes ceux-ci ? Il répondit : Oui, Seigneur, tu sais que je t’aime. Jésus lui dit : Paix mes agneaux. » (Jean 21 : 15.) {4SC10-12: 11.1.1}

Voyez ce que Jésus voudrait que nous fassions. Il n’a pas réclamé la repentance de Pierre contrairement à l’attitude certains Chrétiens vis-à-vis de leur entourage. Il ne l’a pas non plus démis de ses fonctions. Ceux qui réclament la confession et la repentance de ceux avec qui ils sont brouilles, ne suivent pas l’exemple de Christ mais imite plutôt Satan. Satan accusa Job devant l’Eternel, prétendant qu’il respectait Dieu par intérêt. Avec cruauté, il entreprit de démontrer ses allégations. (Job 1.) {4SC10-12: 11.1.2}

Si un Chrétien est heurté par un autre, ou s’il considère qu’un frère a commis un péché, il n’a pas le droit d’exiger de lui sa confession ou sa repentance. S’il souhaite venir en aide à son frère, qu’il le fasse avec amour et bonté. {4SC10-12: 11.1.3}

Si deux frères sont en désaccord, qu’entre les deux, le plus sage et le vrai disciple de Christ demande à l’autre de lui pardonner, même s’il n’a commis aucune faute. Qu’il ne cherche pas à justifier et à accuser l’autre. L’exemple qui suit est à suivre par tous les Chrétiens : {4SC10-12: 11.1.4}

« Il y a déjà bien des années, alors que les chrétiens attendant la venue prochaine du Christ n’étaient qu’un tout petit nombre, les observateurs du sabbat de Topsham, dans l’Etat du Maine, en Amérique, se réunissaient pour le culte dans la grande cuisine de frère Stockbridge Howland. Un sabbat matin, ce frère était absent. Nous fûmes très étonnés, car il était toujours ponctuel. Mais il arriva bientôt, le visage illuminé. ‘Frères, dit-il, j’ai trouvé ! Nous pouvons adopter une ligne de conduite avec l’assurance de ne jamais échouer. Voici de quoi il s’agit.’ {4SC10-12: 11.1.5}

Il nous raconta alors qu’il avait remarqué qu’un frère, un pauvre pêcheur, avait eu le sentiment de n’être pas estimé comme il le méritait, par frère Howland et d’autres qui se croyaient supérieurs à lui. Ce n’était pas vrai, mais il le croyait, ce qui l’avait empêché depuis plusieurs semaines d’assister aux réunions. Frère Howland était donc allé le trouver, et se mettant à genoux devant lui, il lui dit : ‘Pardonne-moi, mon frère, quel mal t’ai-je fait ?’ Cet homme le prit par le bras et voulut le relever. ‘Non, non, dit frère Howland. Qu’as-tu contre moi ?’ ‘Rien, répondit-il.’ ‘Si, tu dois avoir quelque chose, insista frère Howland ; car auparavant nous parlions ensemble, tandis que maintenant tu ne m’adresses plus la parole. Je veux en connaître la raison.’ {4SC10-12: 11.1.6}

‘Lève-toi, frère Howland’, répéta-t-il. Et comme notre frère n’en faisait rien, il lui dit : ‘Alors c’est à moi de me mettre à genoux.’ Et il s’agenouilla et confessa son enfantillage, et à quelles mauvaises pensées il s’était livré. ‘Maintenant, dit-il, je vais mettre tout cela de côté.’ {4SC10-12: 11.2.1}

A peine frère Howland avait-il raconté cette histoire que le pêcheur arriva avec sa famille, et nous eûmes une excellente réunion. {4SC10-12: 11.2.2}

Supposez maintenant que quelques-uns d’entre nous suivent l’exemple de frère Howland. Lorsque certains frères ont de mauvaises pensées à notre égard, si nous allions leur dire : ‘Pardonnez-moi le mal que j’ai pu vous faire’, nous romprions le charme de Satan, et ils seraient délivrés de leurs tentations. Que rien ne vienne se placer entre vous et vos frères. Si, au prix d’un sacrifice, vous pouvez réussir à dissiper les soupçons, n’hésitez pas. Dieu veut que nous nous aimions les uns les autres, que nous soyons compatissants et aimables et que chacun de nous croie que ses frères l’aiment, ainsi que le Christ. L’amour engendre l’amour. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, pp. 191-193 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, pp. 460, 461). {4SC10-12: 11.2.3}

Il y a quelques années, un ami qui me devait de l’argent est décédé. Alors que j’apportais mon aide à la famille endeuillée, la mère du défunt me demanda si je voulais bien contacter par télégraphe leurs proches pour les informer de la triste nouvelle ; elle couvrirait les frais engagés plus tard. Là-dessus, je lui demandai de me donner les noms et adresses des membres de la famille dont la plupart vivaient à près de 4000 km de là. {4SC10-12: 11.2.4}

Quelques mois plus tard, je vins présenter la facture mais l’on refusa de me rembourser. Le plus dur dans tout cela fut que je perdis l’amitié de cette famille qui devinrent d’ailleurs des ennemis. Après quelques temps, je pris contact avec la famille qui ne m’avait pas vu depuis longtemps. Je me rendis chez eux et lorsqu’une des femmes m’ouvrit la porte, elle demeura silencieuse et sembla perplexe, ne sachant que faire. « Sœur ……………, je suis venu voir comment vous alliez, » lui dis-je amicalement avec le sourire, suite à quoi elle m’invita à entrer tout en restant froide. Après quelques mots échangés, je lui dis, « Je suis venu vous demander de me pardonner le mal que j’ai pu vous faire. » Surprise, elle répondit,

11

 « Vous n’avez rien fait de mal, » mais je rétorquai, « J’ai forcément dû faire quelque chose, car, par le passé, nous étions amis mais aujourd’hui, nous ne le sommes plus. » Alors que j’insistai pour obtenir son pardon, elle me dit, « Eh bien, vous êtes pardonné. » Nous eûmes un échange empreint de l’amitié que nous avions jadis et jamais je ne fis mention de la dette. Elle ne me demanda pas non plus de lui pardonner ; par contre, elle m’interrogea sur mes activités et finit par me demander de lui envoyer des littératures. Avant de partir et avec sa permission, je priai, demandant à Dieu de bénir sa famille. Comment pourrais-je encore lui réclamer le paiement de sa dette après avoir reçu de Dieu son pardon pour une chose bien plus grave en comparaison ? Le Christ déclare : « Je vous dis : aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent. » (Mt. 5 : 44.) Mais l’on est tenté de dire, « Je ne peux pas faire ça. » Dans ce cas, l’on se déclare, de fait, indigne du royaume et l’on ne devrait plus invoquer le nom de Dieu inutilement en se déclarant Chrétien. (Voir Exode 20 : 7.) {4SC10-12: 11.2.6}

            A l’heure actuelle, nul ne peut dire quels seront les effets positifs sur cette sœur, mais une chose est certaine ; si elle venait à ne pas avoir la vie éternelle, lors du jugement elle ne pourra pas venir me dire, « C’est votre faute si je n’ai pas été accepté dans le royaume. » {4SC10-12: 12.1.1}

            L’on peut se croire juste et l’autre injuste ; peu importe, car « tous ont péchés et sont privés de la gloire de Dieu. » Quand on condamne quelqu’un, on se condamne soi-même. « Ne jugez pas, afin que vous ne soyez point jugés. Car on vous jugera du jugement dont vous jugez, et l’on vous mesurera avec la mesure dont vous mesurez. » (Mt. 7 : 1, 2.) {4SC10-12: 12.1.2}

            « Je vous retirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays. {4SC10-12: 12.1.3}

Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai le cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. » (Ez. 36 : 24-27.) {4SC10-12: 12.1.4}

Ces événements sont encore à venir, ce qui prouve qu’aujourd’hui, nous sommes tous impurs. Personnes ne suit les ordonnances de Dieu ni n’observe ou ne pratique Ses lois, car si tôt que l’Eternel nous aura retirés des nations et ramenés dans notre pays, « alors, » Il purifiera nos cœurs et fera que nous suivions Ses ordonnances et observions ses Jugements. Comment donc, pourrait-on se permettre de parler des péchés d’un autre sans se condamner soi-même au passage ? « C’est ici mon commandement : Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. » (Jean 15 : 12.) {4SC10-12: 12.1.5}

Une mère digne de ce nom n’irait pas colporter les bêtises de ses enfants, de même, les vrais disciples du Christ ne colportent pas les mauvaises actions de leurs frères. Cela donne l’occasion de pouvoir s’auto-examiner et découvrir si oui ou non l’on suit les ordonnances de Christ. {4SC10-12: 12.2.1}

« Le dessein de Dieu est que ses enfants soient pleinement unis. N’espèrent-ils pas vivre ensemble dans le même ciel ? Le Christ est-il divisé ? Ses disciples pourraient-ils prospérer avant d’avoir ôté du milieu d’eux toute discorde et toute critique ? Qu’ils travaillent pour lui dans une parfaite unité, consacrant leurs cœurs, leurs pensées et leurs forces à cette œuvre sacrée. L’Union fait la force ; la désunion, la faiblesse. Unis les uns aux autres, œuvrant ensemble, dans l’harmonie, au salut de leurs semblables, ils seront ‘ouvriers avec Dieu’. Ceux qui refusent de le faire déshonorent le Seigneur. L’ennemi des âmes se réjouit lorsqu’il voit des enfants de Dieu se combattre les uns les autres. De telles personnes ont besoin de cultiver l’amour fraternel. Si elles pouvaient soulever le voile qui cache l’avenir, elles seraient certainement amenées à se repentir. (Conseils à l’Eglise, p. 31) {4SC10-12: 12.2.3}

Après l’effusion du Saint-Esprit, les disciples partirent proclamer la bonne nouvelle d’un Sauveur ressuscité, et leur seul désir était de sauver des âmes. Ils jouissaient des douceurs de la communion des saints. Affectueux, prévenants, ils étaient disposés à faire n’importe quel sacrifice pour la vérité…. (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 290) {4SC10-12: 12.2.4}

Mais les premiers chrétiens commencèrent à regarder leurs défauts réciproques. En s’attardant sur leurs fautes, en se livrant à la critique, ils perdirent de vue le Sauveur et le grand amour qu’il avait manifesté envers le pécheur. Ils devinrent plus stricts concernant les cérémonies extérieures, plus pointilleux sur la théorie de la foi, plus sévères dans leurs critiques. Dans leur zèle à condamner leurs semblables, ils oubliaient leurs propres erreurs. Ils négligeaient les leçons d’amour fraternel que leur avait enseignées le Christ, et, ce qui est plus triste, ils étaient inconscients de ce qu’ils avaient perdu. Ils ne comprenaient pas que le bonheur et la joie s’éloignaient d’eux, et que bientôt, ayant banni de leurs cœurs l’amour de Dieu, ils marcheraient dans les ténèbres. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 8, pp. 240, 241 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 291). {4SC10-12: 12.2.5}

12



[IMAGE COUVERTURE]

1

CROIRE ET REUSSIR

            Le trente quatrième chapitre d’Ezéchiel parle de brebis et de bergers et au verset trente et un, le Seigneur explique que les brebis symbolisent Son peuple en déclarant : « Vous, mes brebis, brebis de mon pâturage, vous êtes des hommes ; moi, je suis votre Dieu, dit le Seigneur, l’Eternel. » {5SC1-5: 2.1.1}

Les brebis en question dans cette citation représentent le peuple de Dieu,  et le pâturage dans lequel elles se nourrissent représente Sa parole. « Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je jugerai entre brebis et brebis, entre béliers et boucs. Est-ce trop peu pour vous de paître dans le bon pâturage, pour que vous fouliez de vos pieds le reste de votre pâturage ? De boire une eau limpide, pour que vous troubliez le reste avec vos pieds ? Et mes brebis doivent paître ce que vos pieds ont foulé, et boire ce que vos pieds ont troublé ! C’est pourquoi ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : Voici, je jugerai entre la brebis grasse et la brebis maigre. » (Ez. 34 : 17-20.) {5SC1-5: 2.1.2}

Dans ces versets le Seigneur demande à ceux qui se réclament être Ses brebis, s’il leur semble juste de n’accepter qu’une partie de la vérité qu’Il leur envoie et de fouler au pied le reste. Il ajoute ensuite que Ses véritables brebis acceptent tout ce qu’Il leur envoie contrairement aux autres qui en refusent une partie. Certaines acceptent la part du message qui ne heurte pas leurs désirs pervers ; cette part est à leur goût, elle est conforme à leurs envies. C’est pourquoi le Seigneur déclare, « Je jugerai entre brebis et brebis. » {5SC1-5: 2.1.3}

Il y a toujours eu parmi le peuple de Dieu une catégorie de personne déterminé à questionner et critiquer tout ce qui attrait à la « révélation de la vérité. » Ils disent, « Nous acceptons ceci et cela, mais nous n’accepterons pas ça. » Ils pensent que questionner et critiquer est signe d’intelligence. Ce genre de personnes parmi les membres d’église, fières et orgueilleuses se croient sages et capables d’aller juger le message même qu’ils reconnaissent être envoyé par Dieu, seulement, elles ont toujours suscité le déplaisir du Seigneur qui a démontré que leur soi-disant sagesse n’est rien d’autre que de la folie. Depuis des milliers d’années, la situation de ces personnes leur a été montrée et consignée dans les récits historiques, mais leur folie est si grave qu’ils sont incapables de reconnaître leur problème et la voie destructrice qu’ils empruntent. Ces juges autoproclamés des messages que Dieu envoies à Son peuple, ont éloignés de Christ par leurs doutes et leurs critiques de nombreuses âmes faibles qui, de fait, se retrouvent atteintes du même vice lorsqu’elles y sont exposées. C’est pourquoi le Seigneur déclare, « Parce que vous avez heurté avec le côté et avec l’épaule, et frappé de vos cornes toutes les brebis faibles, jusqu’à ce que vous les ayez chassées,  je porterai secours à mes brebis, afin qu’elles ne soient plus au pillage, et je jugerai entre brebis et brebis. » (Ez. 34 : 21, 22.) {5SC1-5: 2.1.4}

L’Esprit de Prophétie déclare par ailleurs : « De même que Jésus fut rejeté, j’ai vu que ces messages avaient aussi été rejetés. Et de même que les disciples ont déclaré qu’il n’y avait sous le ciel aucun autre nom par lequel nous devions être sauvés, de même les serviteurs de Dieu avec fidélité et sans crainte avertissent ceux qui n’acceptent qu’une partie seulement des vérités se rapportant au troisième message qu’ils doivent recevoir joyeusement tous les messages tels que Dieu les a donnés, ou ne rien accepter du tout. »–« Early Writings (Premiers Ecrits), » pp. 188, 189. {5SC1-5: 2.2.1}

L’esprit qui animait les chefs Juifs est aujourd’hui encore à l’œuvre. A l’époque du Christ, le peuple prétendait être très à cheval sur les écrits de Moïse et des prophètes, et il accusait ses ancêtres d’avoir justement tué ces prophètes. Mais ce peuple est devenu pire que ses pères, car il a cherché à tuer Celui Qui fut plus grand que tous les prophètes. De la même manière, certains croyants de la Vérité Présente feignent d’être fidèles et attachés aux écrits de sœur White, mais qui maintenant, comme le faisaient les autres en son temps, « paissent le bon pâturage, » sur uniquement  la partie du message qui leur convient, et ils foulent de leurs « pieds le reste » de leur pâturage. {5SC1-5: 2.2.2}

« En accordant une place au doute et à l’incrédulité à l’égard de l’œuvre de Dieu, en nourrissant des sentiments de méfiance et de cruelle jalousie, ces frères se préparent eux-mêmes une complète déception. Ils s’élèvent avec d’amers sentiments contre ceux qui osent parler de leurs erreurs et réprimer leurs péchés. »–« Testimonies for the Church, » Volume 5, p. 672 (Témoignages pour l’église, Vol. 2, p. 337). {5SC1-5: 2.2.3}

« Satan est maître dans l’art de faire naître des doutes, de soulever des objections au sujet du Témoignage que Dieu envoie et beaucoup pensent que c’est une vertu, une preuve d’intelligence de ne pas y croire, de poser des questions et d’ergoter. Ceux qui désirent se livrer au doute auront pour cela de multiples occasions. Dieu ne se propose pas d’enlever tout ce qui pourrait donner lieu au scepticisme. Il donne l’évidence qui doit être examinée soigneusement avec humilité et un esprit disposé à se laisser enseigner. Le poids de l’évidence devra alors être décisif. Dieu donne des preuves suffisantes à celui qui veut croire avec candeur ; mais quiconque se détourne de l’évidence parce qu’il y a quelques points que son intelligence bornée ne peut saisir, sera laissé dans l’atmosphère glaciale de l’incrédulité ou sa foi fera naufrage. »–Idem, pp. 675, 676 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 340.) {5SC1-5: 2.2.4}

Les Ecritures affirment clairement que nul ne peut interpréter la Parole de Dieu individuellement sans l’aide de l’Inspiration (2 Pi. 1 : 20, 21). Ceux qui entreprennent

2

d’interpréter les messages du Seigneur sans l’aide de Son Esprit, « feront naufrage dans leur foi, » et se retrouveront à servir Satan plutôt que Christ. {5SC1-5: 2.2.5}

Que chaque croyant de la Vérité Présente étudie attentivement le quatrième chapitre de Zacharie, et s’arrête sur la méthode ici illustrée que Dieu emploie pour révéler la vérité à Son peuple. L’étudiant zélé découvrira que le chandelier représente les membres d’église (Ap. 1 : 20) ; les conduits sortant du vase d’or (les écrits de l’Esprit de Prophétie) et allant jusqu’au chandelier représentent le ministère (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 188) ; les oliviers symbolisent l’Ancien et le Nouveau Testament (« The Great Controversy, » p. 267 ; La Tragédie des Siècles, p. 287) ; les deux conduits d’or par lesquels s’écoulent l’huile provenant des arbres vers le vase, sont les deux seuls mediums utilisés par Dieu depuis 1844 apr. J.-C. pour interpréter les Ecritures. {5SC1-5: 3.1.1}

Par ailleurs, le prophète Ezéchiel nous déclare dans un langage clair qu’à l’établissement du royaume qui doit briser tous les royaumes, Dieu choisira un homme pour enseigner Son peuple : « J’établirai sur elles un seul pasteur, qui les fera paître, mon serviteur David ; il les fera paître, il sera leur pasteur. Moi l’Eternel, je serai leur Dieu, et mon serviteur David sera prince au milieu d’elles. Moi, l’Eternel, j’ai parlé. Je traiterai avec elles une alliance de paix, et je ferai disparaître du pays les animaux sauvages ; elles habiteront en sécurité dans le désert, et dormiront au milieu des forêts. Je ferai d’elles et des environs de ma colline un sujet de bénédiction ; j’enverrai la pluie en son temps, et ce sera une pluie de bénédiction. (Ez. 34 : 23-26.) {5SC1-5: 3.1.2}

Aucun de nous ne saurait se mesurer à la grandeur de Jésus qui crut à tous les écrits des prophètes, cependant tous les sages autoproclamés qui refusent de s’abaisser à croire à tous les écrits, il les qualifie de « sans intelligence, » (Luc : 24 : 25.). Le peuple de Dieu est encore dans le flou sur la question. Il est stupide. Il semble incapable de comprendre ces choses tout comme les apôtres furent incapables de comprendre les enseignements de Jésus concernant le « royaume. » {5SC1-5: 3.1.3}
Au cours des siècles, des foules se sont baptisées selon des enseignements d’hommes plutôt que de se baptiser en Christ et selon Sa vérité. C’est l’homme et non Christ qui a été suivi et ce sont les rangs de l’église qui ont grossi et non les rangs du ciel. Cette même condition existe encore aujourd’hui. Ainsi, lorsque Christ parle, beaucoup pensent entendre une voix étrangère et lorsque la vérité se fait connaître, ils la qualifient d’erreur au lieu de suivre Christ d’obéir à la vérité. Ils suivent l’homme et rejettent la vérité. Cela s’est répété encore et encore et au final, les quelques croyants fidèles qui désirent suivre Christ et Sa vérité, ont été chassés des églises par les personnes sans intelligence et ont été contraints de repartir à zéro. {5SC1-5: 3.1.4}

« Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement qui vous avez reçu. Eloignez-vous d’eux. Car de tels hommes ne servent point Christ notre Seigneur, mais leur propre ventre ; et par des paroles douces et flatteuses, ils séduisent les cœurs des simples. » (Ro. 16 : 17, 18.) {5SC1-5: 3.2.1}
Réveillez-vous frères et sœurs ! « Secoue ta poussière, lève-toi, mets-toi sur ton séant, Jérusalem ! Détache les liens de ton cou, Captive, fille de Sion ! » (Es. 52 : 2.) {5SC1-5: 3.2.2}

« La voix de l’Eternel crie à la ville, et celui qui est sage craindra ton nom. Entendez la verge et celui qui l’envoie ! » (Mi. 6 : 9.) {5SC1-5: 3.2.3}

« Ne crois pas à un ami, ne te fie pas à un intime ; devant celle qui repose sur ton sein garde les portes de bouche. Car le fils outrage le père, la fille se soulève contre sa mère, la belle-fille contre belle-mère ; chacun a pour ennemi les gens de sa maison. Ainsi, avec le sage déclarons ensemble, « Pour moi, je regarderai vers l’Eternel, je mettrai mon espérance dans le Dieu de mon salut ; mon Dieu m’exaucera, » et je suivrai exclusivement les messages écrits qu’on m’envoie. (Mi. 7 : 5, 6, 7.) {5SC1-5: 3.2.4}

Exclamons-nous du fond de notre cœur : « Qu’ils sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix ! De celui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut ! De celui qui dit à Sion : ton Dieu règne ! » (Es. 52 : 7.) {5SC1-5: 3.2.5}

« Confiez-vous en l’Eternel, votre Dieu, et vous serez affermis ; confiez-vous en ses prophètes, et vous réussirez. » (2 Ch. 20 : 20.) {5SC1-5: 3.2.6}

————————————————————————————————————————-

INCOHERENCE MYSTERIEUSE

En pensant au « jour de l’Eternel, » le prophète Joël fait la prédiction suivante : « C’est une multitude, une multitude, dans la vallée du jugement. » (Joël 3 : 14.) {5SC1-5: 3.1.5}

Les différentes explications en marge du mot « jugement » sont « concision (un « retranchement ») ou « battage » (battre quelque chose pour en enlever la balle ou l’enveloppe). {5SC1-5: 3.1.6}

De ces explications nous comprenons tout d’abord que peu « avant l’arrivée du jour de l’Eternel, ce jour grand et redoutable » (Mal. 4 : 5), « une multitude » exercera un jugement, se positionnant pour ou contre le message du jugement ; ensuite, cette multitude pourra choisir d’être battue pour être soit le blé qu’on met au grenier, soit la balle qu’on jette au feu,

3

lorsqu’ « en ce temps-là, l’Eternel secouera des fruits, depuis le cours du fleuve jusqu’au torrent d’Egypte ; et vous serez ramassés un à un, enfants d’Israël ; » (Es. 27 : 12) enfin, cette multitude sera soit « retirée » pour l’Eternel afin « d’échapper » à la destruction lors du « jour de l’Eternel, » ou bien elle sera « retirée » pour « périr » dans cette destruction. {5SC1-5: 3.1.7}

Ainsi, le message de « l’arrivée du jour de l’Eternel, ce jour grand et redoutable » s’adresse à la multitude qui comme au temps d’Elie, hésite entre deux idées, elle est indécise quant au fait de suivre Baal ou Dieu ; c’est-à-dire qu’elle se demande si le message qui lui est adressé est de Satan ou de Dieu. {5SC1-5: 4.1.1}

C’est dans cette détresse que le message de la Vérité Présente vient trouver la plupart des croyants. Dans ce bourbier d’incertitude, d’indécision, d’hésitation, de perplexité, de confusion, et d’incrédulité, la vérité doit se frayer un chemin, « tel le marteau brisant le cœur de pierre » (5T 254), et « cette accusation si catégorique et si sévère ne peut être fausse, car il s’agit d’une déclaration du témoin fidèle. » (3T 253 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 375.) Seulement, la condition Laodicéenne est si bien ancrée que peu « acceptent le message des serviteurs de Dieu et les considèrent. » (6T 420 ; Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 58.) Sous de nombreux prétextes, beaucoup refusent d’étudier et d’accepter le message de la Vérité Présente. D’autres invoquent des raisons que nous énonce cette déclaration de Premiers Ecrits : {5SC1-5: 4.1.2}

« Il m’a été montré combien ceux qui croient avoir le dernier message de miséricorde ont besoin d’être séparés des faux docteurs qui chaque jour adoptent de nouvelles erreurs. J’ai vu que ni jeunes ni vieux ne devaient assister à leurs réunions ; car ce serait mal faire que de les encourager alors qu’ils distillent l’erreur comme un venin mortel, et enseignent des doctrines qui ne sont que des commandements d’hommes. L’influence de telles réunions n’est pas bonne. Si le Seigneur nous a fait sortir des ténèbres de l’erreur, il nous faut rester fermes dans la liberté qu’il nous a acquise, et nous réjouir dans la vérité. Nous encourons le déplaisir de Dieu si nous allons écouter l’erreur, sans y être obligés ; car à moins qu’il ne nous envoie à ces réunions où l’erreur est inculquée par la force de la volonté, il ne nous gardera pas. Les anges cessent de veiller sur nous, et nous sommes à la merci de l’ennemi, dans les ténèbres, affaiblis par sa puissance et celle de ses mauvais anges. La lumière qui nous entoure est contaminée par les ténèbres. »–« Early Writings, (Premiers Ecrits) » pp. 124, 125. {5SC1-5: 4.1.3}

Un cœur pur et sincère admettra rapidement à la lecture de cette citation, que sœur White nous met en garde contre les « faux bergers » et les églises de ce monde et n’insinue guerre que l’on ne devrait pas étudier les prétendus message de vérité en profondeur. Nous trouvons la preuve de ce fait dans les déclarations suivantes : {5SC1-5: 4.1.4}

« Il nous faut prier comme jamais auparavant, non seulement pour que des ouvriers évangéliques soient envoyés dans le grand champ de la moisson, mais pour que nous ayons une claire conception de la vérité, de façon que lorsque les serviteurs de Dieu la proclameront, on puisse accepter leur message et avoir pour eux de la considération. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 420 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 3, p. 58). {5SC1-5: 4.2.1}

« Lorsqu’on vous demande d’écouter les explications d’une doctrine que vous ne comprenez pas, ne condamnez pas le message sans l’avoir suffisamment examiné et confirmé d’après la Parole de Dieu qu’il n’est pas défendable. »–« Testimonies on Sabbath School Work, » p. 59. {5SC1-5: 4.2.2}

« Lorsqu’une nouvelle lumière est présentée à l’église, il est dangereux de s’en écarter. Si les préjugés de quelqu’un à l’égard d’un message ou d’un messager, l’empêche d’avoir une oreille attentive, il ne sera pas excusable devant Dieu. Le fait de condamner ce que vous n’avez pas entendu et que vous ne comprenez pas, n’augmentera pas votre sagesse aux yeux de ceux qui sont sincères dans leur recherche de la vérité. Et c’est folie que de vouloir parler avec mépris de ceux que le Seigneur a envoyés avec un message de sa part. » Idem, p. 60. {5SC1-5: 4.2.3}

« Quand le Seigneur envoie un message à Son peuple, nul ne peut se soustraire à l’obligation d’en examiner le contenu. » Idem, p. 65. {5SC1-5: 4.2.4}

« Nous sommes sur un terrain dangereux quand nous ne sommes pas capables de nous réunir en tant que chrétiens pour examiner avec courtoisie les points de doctrine controversés. Je suis tentée de m’enfuir pour ne pas subir l’influence de ceux qui sont incapables d’examiner candidement les doctrines de la Bible. Ceux qui se montrent incapables d’examiner impartialement les arguments avancés en faveur d’un point de vue qui diffère du leur ne sont pas dignes d’enseigner dans n’importe quel département de la cause de Dieu. »–« Review and Herald, » 7 Août 1894 (Messages Choisis, Vol. 1, p. 480). {5SC1-5: 4.2.5}

Par ailleurs, les éléments suivants montrent combien la peur d’être trompé par la « Verge du Berger » est parfaitement stupide et plutôt ironique : {5SC1-5: 4.2.6}

  1. Se rendre aux services et aux meetings de réveil des « Faux Bergers » et des églises du monde, leur importe peu voir pas du tout, conformément à l’avertissement de « Early Writings, (Premiers Ecrits) » pp. 124, 125.
  2. Ils vivent déjà dans un « triste, » « terrible, » et « horrible » mensonge (« Testimonies for the Church, » Vol. 3, pp. 253, 254, 260), et ne le savent pas (Ap. 3 : 17 ; « Testimonies for the Church, » Vol. 3, p. 253). « L’orgueil, l’avarice, l’égoïsme et les tromperies de toutes sortes ont envahi l’Eglise. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 210.)
  3. De fausses doctrines ont déjà amené beaucoup d’entre eux
  4. 4
  5.  dans l’église. (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 48.)
  6. Beaucoup « occuperont nos chaires en soutenant la torche de la fausse prophétie allumée par la braise satanique. » (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 409)
  7. « Quand porte les regards sur ses croyants, Il voit une plate ingratitude, un formalisme superficiel, une malhonnêteté hypocrite, un orgueil et une apostasie Pharisaïque. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 72.)
  8. L’église s’est « égarée loin » des « anciennes bornes, » « s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217. Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48).
  9. Les « éléments dévoilant la véritable condition du peuple de Dieu, sont beaucoup plus parlants et attestent qu’une puissance à couper le lien qui l’attachait au Rocher des Ages et le peuple est à la dérive sans carte ni boussole. » (« Christ Our Righteousness, » pp. 50, 51.)
  10. « Les enfants de Dieu sont sur un terrain enchanté. » (« Early Writings, Premiers Ecrits, » p. 120.)
  11. « Le peuple auquel Dieu a confié des intérêts éternels, les porteurs de la lumière qui doit éclairer le monde entier, est désorienté. » (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 397.)
  12. Dieu « se trouve à un jour de marche de » nos pasteurs (« Christ Our Righteousness, » p. 107.)
  13. Le fait malheureux que « les pasteurs endormis prêchent à un peuple endormi ! » (« Testimonies for the Church, » Vol. 2, p. 337.)
  14. Et enfin, « la nourriture qu’on destine au troupeau causera la consomption spirituelle, le déclin et la mort. » (« Review and Herald, » 18 Juin 1901.)

Le peuple s’est éloigné de Dieu ; sans le savoir, il patauge « dans toutes sortes de tromperies » et paisiblement endormit, il meurt de « consomption spirituelle. »  Sa politique de l’autruche n’est qu’ironie et folie pure, alors qu’il refuse d’étudier et d’accepter la « Verge du Berger, » par peur d’être touché par l’erreur ! {5SC1-5: 5.1.1}

Le peuple est effrayé à l’idée d’entrer dans les lieux où sont données les études sur la « Verge du Berger. » Dans « une attitude indifférente et présomptueuse, » il dit : « Je sais ce qu’est la vérité. Je suis satisfait de mes conclusions. Ma décision est prise, et quoi qu’il advienne, je ne changerai pas d’opinions. Je n’ai pas à écouter ce que dit ce messager car je sais que cela ne peut être la vérité. » (« Testimonies on Sabbath School Work, » p. 65) ; il refuse d’accepter la vérité car elle va à l’encontre de ses idées préconçues. Par contre, il n’éprouve aucune crainte ni regret à organiser ou participer à des efforts d’évangélisation où il est coutume de d’encenser les institutions païennes pour attirer le public. {5SC1-5: 5.1.2}

Ainsi « la majorité » (5T 136) se retrouve être la cible des paroles du prophète Ezéchiel : « chacun dans sa chambre pleine de figures, » commettant « de terribles abominations » qui « ont rempli le pays de violence, » jusqu’à ce que le Seigneur déclare qu’ils « qu’ils ne cessent de m’irriter. Voici, ils approchent le rameau de mon nez. Moi aussi, j’agirai avec fureur ; mon œil sera sans pitié, et je n’aurai point de miséricorde ; quand ils crieront à haute voix à mes oreilles, je ne les écouterai pas. » (Ez. 8 : 17, 18.) {5SC1-5: 5.2.1}
«  Et je vis que Dieu affûtait Son épée au Ciel pour les faire mourir. Oh, si seulement les enseignants tièdes pouvaient voir ce que Dieu s’apprête à faire Son peuple ! »–« Testimonies for the Church, » Vol. 1, p. 190. {5SC1-5: 5.2.2}

« Le Seigneur purifiera Son Église. Je vous le dis, en vérité, que le Seigneur va bouleverser les institutions qui portent Son nom. {5SC1-5: 5.2.3}

Je ne peux pas dire exactement quand doit commencer ce processus de purification, mais il ne saurait tarder. Celui qui a Son van dans la main nettoiera Son temple de la contamination morale. Il purifiera méticuleusement Son aire. »–« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 373. {5SC1-5: 5.2.4}

Tandis, donc, que les « jours de la purification de l’église approchent à grands pas, » « la majorité, » plongée dans la pire des désobéissances et la pire des incohérences, participe à toutes sortes de rassemblements religieux et festifs, vaquant à ses occupations (5T 80), tandis qu’elle se garde soigneusement et dévotement « de participer aux réunions où il lui serait possible d’étudier les messages adressés au peuple, soupçonnant que la position des enseignants concernant la vérité diffère de la sienne. »–« Testimonies on Sabbath School Work, » p. 66. {5SC1-5: 5.2.5}

Quelle incohérence ! Frères et sœurs, offrez-vous immédiatement et entièrement à Dieu. Que le miracle d’une « vie Chrétienne consistante » se réalise dans vos vies. Sinon, un jour viendra la condamnation, vous serez privés de la vie éternelle et englouti dans la ruine générale promise à ceux qui, faisant confiance à l’intellect, le génie, le talent, la présomption et l’autosatisfaction, poursuivent dans leur incohérentes et soi-disant pratiques « Chrétiennes. » {5SC1-5: 5.2.6}

5

LE DOUTE ET LE TEMOIGNAGE DE JESUS

 

Il n’y a pas plus grande menace pour l’esprit humain que le doute. Cela peut s’expliquer dans le fait que le doute nous vient sous une belle apparence, revêtant le costume scolastique et espérant donner une allure intelligente à celui qui doute. Les jeunes sont une cible facile pour les flèches démoniaques du doute car c’est à leur âge qu’ils sont le plus avides de connaissance et d’éloge. La race humaine perdit son premier combat contre le serpent qui poussa Eve notre Mère à douter de la Parole de Dieu. Une soif de connaissance fut très vite suscitée par le serpent et notre jeune mère fut alléchée par ses pompeuses propositions. {5SC1-5: 6.1.1}

« Satan met toute son habileté à suggérer celui-ci et à susciter des objections qu’il oppose aux avertissements que Dieu envoie. Aussi beaucoup de gens considèrent-ils comme une vertu et une marque d’intelligence de se montrer sceptiques, de poser des questions et d’ergoter. » « Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 675 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 5, p. 675). {5SC1-5: 6.1.2}

Certains croient même qu’ils sont inspirés par l’Esprit de Dieu s’ils s’aperçoivent que suite à une interprétation il s’avère qu’ils jettent le doute sur quelque point de doctrine. {5SC1-5: 6.1.3}

« Satan a conçu le plan d’ébranler la foi du peuple de Dieu dans les Témoignages. Il sait comment diriger ses attaques et il agit sur les esprits pour engendrer la jalousie et le mécontentement à l’égard des dirigeants de l’œuvre. Les dons sont ensuite mis en doute, et, naturellement, ils n’ont que peu de poids ; l’instruction qui a été donnée en vision est négligée. Puis, c’est le scepticisme à l’égard des points fondamentaux de notre foi, piliers de notre mouvement ; c’est le doute envers les saintes Ecritures et la marche vers la perdition. Lorsqu’on doute des Témoignages auxquels on avait d’abord cru et qu’on les abandonne, Satan sait que ceux qu’il a séduits ne s’arrêteront pas là. Il redouble d’efforts jusqu’à ce qu’il réussisse à les jeter dans une rébellion ouverte qui devient irrémédiable et finit dans la destruction. Idem, p. 672 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 337). {5SC1-5: 6.1.4}

Notre véritable problème entant qu’Adventiste, c’est que nous ignorons l’objet des Témoignages. Nous ignorons ce qu’ils sont vraiment et ce qu’ils devraient impliquer dans notre vie. Découvrons ensemble quelle est leur importance. {5SC1-5: 6.1.5}

Dans le dernier livre de la Bible au chapitre 12 et au verset 17, nous voyons que le diable sera particulièrement irrité contre ceux qui « gardent le témoignage de Jésus-Christ, » appelé par l’auteur du livre, « l’esprit de prophétie. » Ap. 19 : 10. L’apôtre Pierre atteste clairement que le Témoignage de Jésus et l’Esprit de Prophétie sont l’Esprit de Christ agissant dans les prophètes qui « attestèrent d’avance. » 1 Pi. 1 : 11. Ce qui était au temps des apôtres doit aussi l’être aujourd’hui. Ainsi, les témoignages proviennent de l’Esprit de Celui Qui « parla comme aucun homme. » {5SC1-5: 6.1.6}

Les livres de l’Esprit de Prophétie sont parmi nous depuis 1844 et affirment positivement que nous ne connaissons pas la Parole de Dieu, la Bible, et que c’est pour cette raison que les Témoignages ont été donnés. Ainsi, nous lisons : « Si vous aviez fait de la Parole de Dieu votre étude avec le désir d’atteindre l’idéal biblique et la perfection chrétienne, vous n’auriez pas eu besoin des Témoignages. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 665 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 329). Par conséquent, seul l’Esprit de vérité à savoir l’Esprit de Prophétie, peut nous amener à toutes les vérités Bibliques et pour cette raison nous avons besoin des Témoignages autant que de la Bible. {5SC1-5: 6.2.1}

Voilà pourquoi Satan s’irritera contre ceux qui gardent le Témoignages de Jésus. Il ne s’arrêtera pas avant de nous avoir fait douter de l’Esprit de Prophétie. {5SC1-5: 6.2.2}

Il y a longtemps, l’on nous disait que « le doute et même l’incrédulité à l’égard des témoignages de l’Esprit de Dieu apparaissent un peu partout dans nos églises ; » c’est pour cette raison que « l’Eglise s’est détournée de son chef, le Christ ; elle retourne résolument vers l’Egypte. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217 (Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 48). {5SC1-5: 6.2.3}

Le Seigneur a rétablit dans l’église ce précieux don, mais celle-ci s’est placée sous une domination étrangère, s’éloignant des « anciennes bornes. » Les membres d’églises adoptent les courants du monde et méprisent l’appel du Seigneur qui l’invite à revenir à Lui. Dieu a consigné par écrit la promesse qui va suivre afin de nous avertir, nous rassurer et nous donner l’espoir ; il veut nous défaire de cette domination étrangère, de ces courants mondains et nous ramener vers les anciennes bornes : « Quelqu’un doit venir avec l’esprit et la puissance d’Élie, et quand il apparaîtra, les hommes pourront dire : ‘Tu es trop pieux, tu n’interprètes pas les Écritures correctement. Laisse-moi te dire comment tu dois prêcher ton message’. »–« Testimonies to Ministers (Témoignages pour les Pasteurs), » pp. 475, 476. {5SC1-5: 6.2.4}

Nous voilà aujourd’hui à l’accomplissement de cette promesse, seulement, le message de « La Verger du Berger » vient trouver un peuple qui ignore les Témoignages autant que la Bible. Il en fut de même quand l’Esprit de Prophétie intervint en 1844, alors que le monde Chrétien ne connaissait pas la Bible. {5SC1-5: 6.2.5}

Par conséquent, frères, mettons de côté tous les doutes et croyons totalement au témoignage vivant, de peur qu’avec nos questions et nos chicaneries, nous n’attristions l’Esprit de Christ et nous dressions fatalement contre le Tout-Puissant. Nous serions alors ceux qui les Ecritures qualifient de cous roides, de fronts durs, de cœurs endurcis et de rebelles. {5SC1-5: 6.2.6}

6

LECONS A TIRER DES PREMIERS NES

Les récits les plus tristes de la Bible sont ceux qui parlent de l’échec des hommes qui eurent le privilège d’être les premiers à accepter le message de Dieu, autrement dit, d’être les premiers nés. {5SC1-5: 7.1.1}

Caïn, qui fut le premier né de l’histoire de l’humanité, fut rendu capable d’assumer naturellement cette responsabilité mais perdit sa vocation de sacrificateur et d’enseignant, légitime successeur de son père, car il voulut suivre sa propre voix et non celle de Dieu. Le triste récit de sa vie, véritable témoin de la folie, la jalousie, l’égoïsme, la bigoterie, l’incrédulité et l’infidélité, nous interpelle plus que quiconque, nous qui aujourd’hui, « sommes parvenus à la fin des siècles. » {5SC1-5: 7.1.2}

De même, Esaü, premier né de la maison d’Isaac, méprisa son droit d’aînesse, rejeta l’ordre établit et choisi sa propre voie plutôt que celle de Dieu. Il devint victime des penchants naturels, un esclave de la vanité. {5SC1-5: 7.1.3}

Quand Jacob fut âgé, il rassembla sa maison et leur dit : « Assemblez-vous, et je vous annoncerai ce qui vous arrivera dans la suite des temps. » Et lorsque Joseph présenta ses deux fils, Jacob posa sa main sur le plus jeune plutôt que sur l’ainé, déclarant que le plus jeune serait plus grand que le plus âgé. (Ge. 49 : 1 ; 48 : 11-19.) {5SC1-5: 7.1.4}

Tous les premiers nés de toutes les tribus d’Israël étaient préposés au sacerdoce. A cause de leur infidélité, le Seigneur choisit la tribu de Lévi pour assurer cette fonction. A l’exception de Josué et Caleb, tous les anciens premiers nés périrent dans le désert car ils ne crurent à pas en Dieu qui s’exprimait à travers Moïse. {5SC1-5: 7.1.5}

Au temps de Christ, une église entière et une nation, première née ou agissant en qualité d’ouvriers de la première heure (les Juifs), perdit son privilège car elle laissa le formalisme, l’amour du moi, l’orgueil et le légalisme prendre la place de la véritable piété et du respect de l’esprit de la loi de Dieu à savoir les paroles des prophètes. Leurs exemples devaient servir de leçon et d’avertissement aux églises et aux peuples qui suivraient. {5SC1-5: 7.1.6}

Grâce à la prédication de Jean, « les habitants de Jérusalem, de toute la Judée e de tout le pays des environs du Jourdain, se rendaient auprès de lui ; et confessant leurs péchées, ils se faisaient baptiser. » (Mt. 3 : 5.) Et Jésus « baptisait plus de disciples que Jean. » (Jean 4 : 1.) Quand Jésus fut jugé, ceux qui avaient suivi Jean et Jésus, à savoir ceux qui avaient acceptés les premiers le message, les premiers nés pour ainsi dire, abandonnèrent le Seigneur. A la Pentecôte, seuls 120 reçurent la puissance de l’Esprit ; puis, une seconde multitude rejoint l’église et pris la place des premiers qui étaient partis. {5SC1-5: 7.1.7}

Les pasteurs, les premiers nés, qui nous ont introduit à l’église Adventiste sont également en danger. Et nous savons déjà que certains d’entre eux ont « trahi leur mission » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 211, Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 73), et que « peu de grands hommes seront engagés » dans l’œuvre finale du Message du Troisième Ange. (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, page 80 ; Instructions pour un Service Chrétien Effectif). {5SC1-5: 7.2.1}

Ces choses ont été écrites pour notre avertissement, « Craignons donc, tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. Car cette bonne nouvelle nous a été annoncée aussi bien qu’à eux ; mais la parole qui leur fut annoncée ne leur servit de rien, parce qu’elle ne trouva pas de la foi chez ceux qui l’entendirent. » (Hé. 4 : 1, 2.) {5SC1-5: 7.2.2}

« Cela est vrai ; elles ont été retranchées pour cause d’incrédulité, et toi, tu subsistes par la foi. Ne t’abandonne pas à l’orgueil, mais crains ;… Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu : sévérité envers ceux qui sont tombés, et bonté de Dieu envers toi, si tu demeures ferme dans cette bonté ; autrement, tu seras aussi retranché. » (Ro. 11 : 20-22.) {5SC1-5: 7.2.3}

« Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensé captive à l’obéissance de Christ. Nous sommes prêts aussi à punir toute désobéissance, lorsque votre obéissance sera complète. Vous regardez à l’apparence ! Si quelqu’un se persuade qu’il est en Christ, qu’il se dise bien en lui-même que, comme il est de Christ, nous aussi nous somme de Christ. » (2 Co. 10 : 5-7.) {5SC1-5: 7.2.4}

Nous qui avons les premiers accepté le message, échouerons-nous comme nos prédécesseurs ? {5SC1-5: 7.2.5}

« A nous qui sommes parvenus à la fin des siècles, » ces paroles parlent plus qu’à aucun autre peuple auparavant. Implorons le Seigneur afin qu’Il nous aide à tirer des leçons des tristes exemples de ceux qui ont échoués. Ainsi, nous pourrons comme les Ninivites, contrer la voix prophétique de l’histoire ; si nous ne prêtons pas attention à ses avertissements, nous connaîtrons le tragique destin des premiers nés. {5SC1-5: 7.2.6}

7

QUESTIONS / REPONSES

QUESTION N° 195 :

« Est-ce que tous les croyants de la Vérité Présente devraient venir au Mont Carmel ? Si la réponse est non, alors qui devrait venir et qui ne le devrait pas ? » {5SC1-5: 8.1.1}

REPONSE :

Jamais une tâche d’une telle ampleur n’avait été confiée à une institution religieuse que celle confiée au Mont Carmel. C’est pourquoi, comme par le passé, l’ennemi fera aujourd’hui tout ce qu’il peut pour entraver l’œuvre et empêcher les 144 000 de recevoir « le sceau du Dieu vivant. » L’Esprit de Prophétie déclare : {5SC1-5: 8.1.2}

« Les institutions sont les instruments que Dieu utilise pour accomplir son œuvre sur la terre. C’est pour cela que Satan est sur le terrain, s’ingéniant à gêner et contrer toute progression. Il vient tenter les hommes et les femmes intervenant dans ces institutions, qu’ils soient haut placés ou non, et quand cela lui est possible, il les pièges dans ses filets de sorte qu’ils perdent leur connexion avec Dieu. Il confond leur jugement, et ceux-ci ne sont plus capables de discerner le bien du mal. Il sait que le temps viendra où l’esprit qui a animé les personnes sera manifesté ; et il sera heureux de voir que les vies de ces personnes seront un témoignage contre elles-mêmes, une démonstration qu’elles n’ont pas œuvré avec Christ. {5SC1-5: 8.1.3}

Nombreux sont les garçons qui, parvenus à l’âge adulte, n’ont pas les éléments qui constituent un caractère noble et viril. Dieu ne les considère pas comme des hommes. Ils ne sont pas fiables et certains d’entre eux œuvrent dans nos institutions. Ils ont de l’influence, mais elle provient d’un caractère pernicieux car leurs agissements sont rarement en faveur du bien. Tandis qu’ils se déclarent pieux, leur comportement encourage l’impiété. Lorsqu’ils s’expriment, leur pensées sont empruntes de scepticisme et ils s’emploient à pervertir la moralité, la vérité et la justice. Leur esprit est contrôlé par Satan qui opère à travers eux pour démoraliser et semer la confusion. Plus leurs façons de faire sont plaisantes et attirantes, plus ils se dotent de brillants de talents et plus ils sont des agents efficaces dans les mains de l’ennemi de toute justice, pour démoraliser tous ceux qui sont sous leur influence. Ingrate et dure serait la tâche de celui qui devrait empêcher ces personnes d’accéder à des postes importants de peur qu’ils ne mènent à bien leurs propres desseins, encourageant le désordre et la dissolution. {5SC1-5: 8.1.4}

Les jeunes exposés à cette influence ne sont jamais en sécurité à moins qu’ils ne fassent preuve d’une extrême vigilance et qu’ils aient eux-mêmes fermement adopté des principes honorables. Seulement, nous constatons tristement qu’à cet âge, beaucoup de jeunes cèdent rapidement à l’influence de Satan et résistent à l’Esprit de Dieu ; souvent, les mauvaises habitudes sont tellement ancrées que l’on ne saurait, même par les plus grands efforts, redonner aux caractères une juste direction. »–« Testimonies for the Church, » Volume 5, pp. 407, 408. {5SC1-5: 8.1.5}

L’ennemi a de multiples façons d’opérer. C’est pourquoi le Mont Carmel n’accepte pas tous ceux qui affirment croire à la Vérité Présente. {5SC1-5: 8.2.1}

Certains croyants, lapident la Vérité Présente, tout en prétendant croire au message et œuvrer pour son avancement. Se faisant, ils déstabilisent ceux qui ne sont pas encore affermis dans la vérité. {5SC1-5: 8.2.2}

Parmi ceux qui ont hâtent de rejoindre le Mont Carmel, beaucoup ralentiront voire détourneront l’institution de ses projets initiaux. Le Mont Carmel n’a pas pour vocation d’héberger tous les croyants de la Vérité Présente mais plutôt de former des ouvriers à aller dans le champ pour enseigner le message. {5SC1-5: 8.2.3}

L’institution n’est pas encore suffisamment équipée ; ainsi, ceux qui la rejoignent et qui sont incapables d’assumer la tâche qui est leur confiée, sont un poids pour l’institution et retarde ses avancées. Aujourd’hui, le Mont Carmel manque d’hommes capables et consacrés. En supposant que nous acceptions d’autres personnes, au lieu que ces dernières ne prêtent main forte aux ouvriers, ce serait les ouvriers qui devraient leur prêter main forte. La trésorerie, au lieu de servir à l’avancement de l’œuvre dans le champ, serait obligée de couvrir les frais de ces personnes censées être autonomes. {5SC1-5: 8.2.4}

Que tous ceux qui souhaitent rejoindre le Mont Carmel le fasse sur demande de ce dernier. L’institution n’accepte que ceux qui exercent un métier de manière qualifié et pour lequel nous avons un besoin. Actuellement, seuls ces profils peuvent se faire connaître de nos bureaux. {5SC1-5: 8.2.5}

QUESTION N° 196 :

« Considérant l’ampleur du travail et le manque de temps, pourquoi l’œuvre du message du scellement avance-t-elle si lentement ? » {5SC1-5: 8.2.6}

REPONSE :

Le message du scellement avance si lentement car une des ouvriers « étrangers » se sont engagés dans l’œuvre, à mesure que le peuple de Dieu marche sur la voie sainte qui mène à Son royaume. Il en a été ainsi pour tous les messages, et il en est également ainsi pour ce message. {5SC1-5: 8.2.7}

Si des étrangers ne s’étaient pas joints à Moïse lorsqu’il sortit d’Egypte, le mouvement de l’Exode aurait atteint la terre promise en moins de deux semaines. Or, beaucoup possédaient un esprit différent de celui de Caleb et Josué,

8

c’est pourquoi le mouvement fut en retard de quarante ans ! {5SC1-5: 8.2.8}

Lors de Sa première venue, l’œuvre de Jésus n’eut pas autant d’ampleur qu’aujourd’hui, pourtant elle fut d’importance égale et elle s’effectua dans un temps plus court. Toutefois, elle ne fit aucune véritable avancée. En effet, lors de Son jugement, Jésus fut abandonné de tous ; Pierre, le plus zélé des apôtres, alla jusqu’à jurer qu’il n’était pas disciple de Christ. Pourtant, en dépit des apparences, Jésus déclara, alors qu’Il était sur la croix, que Son œuvre était achevée puis Il rendit l’esprit. De même, après Sa résurrection, Il poursuivit sa mission au ciel et laissa la responsabilité de l’œuvre à une douzaine d’apôtres à moitié convertis. Tels furent les conséquences des efforts infatigables de Jésus et de Jean-Baptiste. Parmi les foules qui furent baptisés par eux, seuls cent vingt disciples reçurent d’un commun accord à la pentecôte, l’effusion de l’Esprit de Dieu. {5SC1-5: 9.1.1}

L’œuvre à l’époque semblait non seulement petite et insignifiante mais aussi impossible à mener. Néanmoins, ceux qui doutaient virent en la crucifixion de Jésus une porte de sortie et se séparèrent ainsi des fidèles. Ceux qui restèrent perdirent confiance en eux-mêmes, renoncèrent au moi et recherchèrent sincèrement le Seigneur lorsqu’en eux ne subsistait plus le moindre espoir de continuer l’œuvre. Ils donnèrent à Dieu l’occasion de manifester Sa grande puissance et Il propulsa Sa cause au point qu’en un seul jour, en l’espace d’un sermon, trois milles âmes se convertirent. Chaque jour s’ajoutait à l’église « ceux qui devaient être sauvés, » à savoir ceux qui ne se détourneraient plus de Dieu. C’est ainsi que l’œuvre de l’évangile pris rapidement de l’ampleur, lorsque Dieu se forma une communauté de gens disposés à le servir et à croire en Lui. {5SC1-5: 9.1.2}

De même, juste après le Camp Meeting de Minneapolis en 1888, le mouvement de 1844 aurait dû commencer l’œuvre du Grand Cri, mais à cause du rejet des Témoignages de l’Esprit de Dieu, le « cri » fut réduit au silence pendant quarante années tandis que le mouvement retourna « en Egypte. » (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 217.) {5SC1-5: 9.1.3}

En 1930, Dieu s’est adressé à Son peuple comme Il le fit avec Israël au temps de Josué. Seulement, autant à cette époque qu’aujourd’hui, il y en a parmi nous qui s’emploient à décourager et démoraliser. Ceux sont les dix espions, les Korés, Dathans et Abirams (No. 13 : 1-3) ; ceux qui convoitent le manteau de Schinear, l’argent et le lingot d’or. Et comme eux à l’époque, nous stagnons et resteront ainsi jusqu’à ce que l’Eternel manifeste Sa puissance et ôte du milieu de nous les simulateurs. Il nous délivrera alors du péché et des pécheurs tels que Koré (No. 16 : 32, 33), ou Acan (Jos. 7 : 24-26). De même qu’Il s’adressa à Josué, Il s’adressera à nous disant : « passe ce Jourdain, toi et tout ce peuple, pour entrer dans le pays que je donne aux enfants d’Israël. » (Jos. 1 : 2) « Prends avec toi tous les gens de guerre, lève-toi, monte contre Aï. Vois, je livre entre tes mains le roi d’Aï et son peuple, sa ville et son pays. » (Jos. 8 : 1) {5SC1-5: 9.1.4}

Parfois, nous ressentons une grande déception lorsque nous voyons parmi nous les infidèles, les non convertis et les médisants ; il y en de ceux qui ont abandonnés le Seigneur ; d’autres, lorsqu’on les questionne, vont jusqu’à jurer, clamant qu’ils ne sont « pas des partisans de La Verge du Berger ; » d’autres ont l’apparence de croyants et affichent leur position en faveur du message mais nous critiquent nous et notre travail. Cependant, nous ne nous décourageons pas le moins du monde. Nous sommes plutôt heureux d’être seuls parmi la multitude à défendre la vérité et la justice. C’est pourquoi nous ne pouvons que nous exclamer : {5SC1-5: 9.2.1}

Seigneur, aide-nous à prendre véritablement position pour Toi, même si le monde entier t’a abandonné et même si nous devrions périr comme les apôtres. Puissions-nous être comme Daniel, Schadrac, Méschac et Abed Nego, debouts au péril de nos vies, afin que tu puisses être en mesure de nous délivrer de la fosse aux lions et de la fournaise ardente. Que par notre fidélité envers Toi, le monde entier puisse te connaître. Comme Noé, construisons avec zèle l’arche tandis que nos frères dans le message questionnent et critiquent le travail et la position des autres (« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 690), et ralentissent la progression du message. Certains se moquent de nous et affirment que nous nous infligeons trop de charge. Que jamais nous ne puissions dire : le Seigneur tarde à venir : « Nous ne pouvons pas monter contre ce peuple, car il est plus fort que nous…. Le pays que nous avons parcouru, pour l’explorer, est un pays qui dévore ses habitants ; tous ceux que nous y avons vus sont des hommes d’une haute taille ; et nous y avons vu les géants, enfants d’Anak, de la race des géants : nous étions à nos yeux et aux leurs comme des sauterelles. » (No. 13 : 31-33.) {5SC1-5: 9.2.2}

QUESTION N° 197 :

« Quelle attitude devrait-on adopter à l’égard de l’église ? Devrions-nous continuer à assister aux services même après avoir été radié? Devrions-nous acquiescer lorsqu’on nous demande ne pas parler de la Verge du Berger et demeurer définitivement silencieux ? Que faire si l’on nous défend de participer au service de communion ? » {5SC1-5: 9.2.3}

REPONSE :

Notre attitude à l’égard de l’église ne devrait pas être différente de celle de Jean-Baptiste, de Jésus-Christ et des Apôtres. Nous avons un message à

9

proclamer à l’église, et si les dirigeants nous chassent du « temple » comme le furent les apôtres, nous devons continuer à fréquenter l’église. En effet, si nous nous éloignons et devenons des étrangers aux yeux de nos frères, comment alors leur proclamerons-nous le message ? {5SC1-5: 9.2.4}

Il faut néanmoins comprendre qu’il est inapproprié pour un Chrétien d’être la cause de troubles quels qu’ils soient et qu’importe le lieu, particulièrement pendant les services religieux. Ainsi, en nous exilant nous-même des églises dans le respect et la prudence, nous estimons ne provoquer personne à moins qu’on ne formule contre nous de fausses accusations. {5SC1-5: 10.1.1}

Pendant l’Ecole du Sabbat, il est tout à fait permis de répondre aux questions qui sont en rapport avec la leçon. Se faisant, personne ne saurait être accusé de semer le trouble car répondre aux questions est bien l’objet de l’Ecole de Sabbat. Mais s’il est demandé à quelqu’un de ne pas répondre aux questions, il serait effectivement préférable de garder le silence plutôt que de provoquer le mécontentement. Laissez votre attitude gagner la confiance des gens. {5SC1-5: 10.1.2}

Nous ne devrions pas nous séparer du corps et devrions assister régulièrement à l’Ecole du Sabbat et aux services, autrement nous nous priverions du privilège d’adorer publiquement dans l’église que nous avons aidé à construire. Mais surtout, nous deviendrons pour nos frères, des étrangers à qui nous ne pourrions transmettre le message. Si par contre, nous continuons à nous rendre à l’église, nous avons l’occasion après le service, d’échanger avec les frères concernant le message. Nous pouvons les exhorter à étudier par eux-mêmes, soit en assistant à nos études, soit en lisant les littératures de la Vérité Présente. Ainsi, si l’on s’écarte de l’église, on prend l’identité difficile de secte et l’on s’ôte la possibilité d’être au contact de la communauté. Par ailleurs, lorsqu’Ezéchiel neuf arrivera et que ceux qui n’auront pas reçu la marque seront éliminés, nous n’aurons aucune légitimité sur ce qui restera de la dénomination. {5SC1-5: 10.1.3}

Concernant la participation au service de communion, nous devrions autant que possible y prendre part. Si l’église nous ignore ou refuse de nous laisser aller vers les autres lors de l’ablution des pieds, nous ne pouvons que rester à notre place et attendre la fin du service. Si nous sommes ignorés au moment du passage du pain et du vin, ne murmurons pas, ne disons rien et supportons patiemment l’affront. Les personnes honnêtes reconnaîtront par notre attitude humble, le comportement méchant et la folie des dirigeants de l’église, ils « se lèveront et se dresseront contre cette situation. » {5SC1-5: 10.2.1}

Même si l’on nous exclut des services, nous auront quand même nos noms écrits dans le Livre de Vie, comme le voleur crucifié aux côtés de Christ, et nous irons au Ciel car nous aurons donné le meilleur de nous-même. Ainsi mes frères, assistons fidèlement aux services religieux et ayons une attitude digne car, « tandis que la promesse d’entrer dans son repos subsiste encore, qu’aucun de vous ne paraisse être venu trop tard. » (Hébreux 4 : 1) {5SC1-5: 10.2.2}

——————————————————————————————————————

L’HOMME PARFAIT

Les Chrétiens aiment reprendre cette Règle d’Or, « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le de même pour eux, car c’est la loi et les prophètes. » (Mt. 7 : 12) Toutefois, combien pratiquent cette règle à sa juste valeur. Suffit-il de faire des bonnes actions, mener des activités honnêtes et participer aux œuvres missionnaires ? {5SC1-5: 10.1.4}

Cette règle est en réalité souvent violée. La plupart des Chrétiens n’en réalisent pas les implications dans leur propre vie, celle de leurs proches, de leurs amis, de leurs collègues et de leurs frères et sœurs de l’église. Par-dessus tout, les Chrétiens, par leur ignorance des méthodes Divines ou par leur incapacité à respecter les principes de cette Règle d’Or, s’attaquent chaque jour au travail du Seigneur. En effet, ils donnent au membre le plus ingérable de leur corps un pouvoir démesuré, à sa voir leur langue. {5SC1-5: 10.1.5}

La pratique nocive du « Commérage » n’est que trop bien connue et nous dégoûte au possible, car nous avons connaissance notre devoir sur cette question, mais refusons d’obéir. C’est peut-être dur à entendre mais nous devons comprendre que ce problème doit être réglé. Nous devons être des battants sans mensonges dans notre bouche, si nous voulons faire partie des « réchappés » qui sont envoyés vers « les nations » pour proclamer Son « Nom » et Sa « gloire » (Es. 66 : 19, 20), et qui auront part à la diffusion du message au moment du Grand Cri. {5SC1-5: 10.2.3}

Le « Commérage » consiste à échanger avec quelqu’un sur des sujets futiles, à papoter ou simplement parler des autres. {5SC1-5: 10.2.4}

Des informations inutiles ou données inutilement, fussent-elles

10

vraies, résultent en une conversation dont les effets sont aussi dommageables que le commérage. {5SC1-5: 10.2.5}

Afin d’aimer notre prochain comme nous-même, rappelons-nous la Règle d’Or et retenons nos lèvres, car une parole donnée même rétractée ne pourra jamais être rappelée, même si nous nous excusons et pleurons pendant des heures. {5SC1-5: 11.1.1}

Il se peut que nous lâchions par inadvertance quelque information jugée secondaire, mais tôt au tard cela nous rattrapera de la façon la plus déplaisante et nous connaîtront le désarroi, l’inquiétude et la honte. {5SC1-5: 11.1.2}

Prenons une personne qui gagne bien sa vie, une infirmière par exemple. Dans bien des cas, elle est amenée à connaître la vie de ses patients. Il serait inapproprié et néfaste qu’elle se mette à raconter à une amie des choses qui devraient demeurer confidentielles, pire encore, que cela fasse l’objet de commérages et que les informations finissent divulguées au public ! Dans les affaires, les honnêtes gens restent discrets. Il ne manquerait plus que des personnes non concernées « répandent ces nouvelles » tout en affirmant respecter la « Règles d’Or. » {5SC1-5: 11.1.3}

Il faut parfois divulguer des informations, mais pour être « prudents comme les serpents, et simples comme les colombes, » il nous faut non seulement apprendre à repérer le commérage, mais aussi savoir quand une information doit être divulguée, par qui et surtout quand. {5SC1-5: 11.1.4}

D’ailleurs, donner notre avis sur une question qui ne nous concerne pas spécialement est cause de bien des maux et de tristes dénouements. {5SC1-5: 11.1.5}

Quand nous souhaitons intervenir sur un sujet, ou même soulever des questions, il nous faut garder notre langue, sachant qu’il nous faut nous conformer à la règle suivante donnée par Paul. Que chacun demande, avant d’entamer toute discussion : {5SC1-5: 11.1.6}

Cela est-il « vrai, » ou est-ce une rumeur, un « j’ai entendu dire ? » {5SC1-5: 11.1.7}

Cela est-il « honorable » (commentaire : vénérable, devant être respecté), ou est-ce de la plaisanterie. Cela nous concerne-t-il nous et notre travail ? {5SC1-5: 11.1.8}

Cela est-il « juste ? » Cela relève-t-il de la justice dont nous aimerions faire l’objet de la part d’autrui ? Manifestons-nous du tact à l’égard des autres ? {5SC1-5: 11.1.9}

Cela est-il « pur, » de sorte qu’on ne puisse nous accuser de rien ? {5SC1-5: 11.1.10}

Cela est-il « aimable, » augmentant notre amour du prochain qu’importe son erreur ? {5SC1-5: 11.1.11}

Cela « mérite-t-il l’approbation ? » Est-ce formateur ? {5SC1-5: 11.1.12}

Si ces éléments doivent être pris en compte avant de poser des questions aux autres, c’est ce que nous devrions faire, notamment lorsque discourt, car le texte nous demande d’avoir comme objet de nos pensées « ce qui est vertueux et digne de louange. » {5SC1-5: 11.2.1}

Soyons comme Paul qui « court vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ. Nous tous donc qui sommes parfaits [144 000], ayons cette même pensée ; et si vous êtes en quelque point d’un autre avis, Dieu vous éclairera aussi là-dessus. » (Ph. 3 : 14, 15.) {5SC1-5: 11.2.2}

Dieu est aujourd’hui à l’œuvre pour nous, mais Il ne saurait intervenir à moins que nous Lui soumettions notre langue. Plus nous tarderons à faire cela, plus nous l’empêcherons d’agir en faveur de Son peuple. Ce que nous manquons de faire quand la situation est propice, nous aurons le devoir de la faire quand nous vivrons des temps difficiles. {5SC1-5: 11.2.3}

« Si quelqu’un, en effet, veut aimer la vie et voir des jours heureux, qu’il préserve sa langue du mal et ses lèvres des paroles trompeuses. » (1 Pi. 3 : 10.) {5SC1-5: 11.2.4}

Soyons prudents quand nous parlons. Ne disons pas ce qu’il ne faut pas dire (1 Ti. 5 : 13), car « nous bronchons tous de plusieurs manières. » (Ja. 3 : 2.) {5SC1-5: 11.2.5}

Certains pensent qu’ils font la volonté Divine quand ils livrent à autrui des informations qui sont exclusives à l’œuvre et aux ouvriers de Dieu. C’est en réalité une offense faite « à tous » et l’on fait beaucoup de tort à la cause de Dieu. D’autres ne mesurent pas l’ampleur du conflit entre Christ et Satan. C’est en toute inconscience qu’ils critiquent, papotent, divulguent des informations sur l’œuvre de Dieu, pire encore, poussent les autres à développer contre l’institution des idées qui pourraient définitivement les pénaliser. {5SC1-5: 11.2.6}

« Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride. » (Ja. 3 : 2.) {5SC1-5: 11.2.7}

A moins d’apprendre à discerner quand il faut parler et quand il faut se taire, nous demeurons dans nos péchés et nous nous disqualifions pour le travail dans la vigne de l’Eternel. En effet, nous « trahirions notre mission, » deviendrions des « traitres, des emportés enflés d’orgueil, » plaçant nos propres idées avant un « il est écrit. » Nos conseils, nos critiques, nos discussions et nos rapports seraient contraires au caractère des 144 000 dans la bouche desquels, il ne se trouve point de mensonge. (Ap. 14 : 5.) {5SC1-5: 11.2.8}

« Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin. » (Mt. 5 : 37.) Ceux qui font ainsi sont « prudents comme les serpents, et simples comme les colombes. » Luttez afin de faire partie des 144 000 dans la bouche desquels il ne se trouve point de mensonge. {5SC1-5: 11.2.9}

« Soyez donc parfaits, comme votre Père céleste est parfait. »

(Mt. 5 : 48.) {5SC1-5: 11.2.10}

11

SURVEILLEZ VOS PAROLES

Lorsque vous parlez des fautes d’autrui

N’oubliez pas les vôtres ;

Quand on possède une maison de verre,

On évite les jets de pierre ;

Si l’on n’a rien d’autre à faire

Que parler de celui pêche.

Pratiquons cela chez soi,

Puis gardons cette habitude.

Nul n’a le droit de juger quelqu’un

Sans procès équitable ;

Si nous n’aimons sa compagnie,

Sachons que le monde est vaste.

Nous commettons des erreurs, qui n’est commet pas ?

Le vieux comme le jeune ;

Peut-être en avons-nous commis cinquante

Et l’autre une seule.

Je vous propose un meilleur plan

Qui marche à merveille ;

Essayons de corriger nos défauts,

Avant de commenter ceux des autres ;

Et même si je me crois parfois

Meilleur que certains,

Mes imperfections m’inviteront à me détourner

De celles des autres.

Ami ou ennemi,

Quand nous nous mettons à calomnier,

Pensons au mal que peut faire une parole

A une personne qu’on connaît peu.

Les injures peuvent parfois

Se retourner contre nous.

Ne parlons pas des fautes des autres

A moins de ne plus nous-même en commettre aucune.

–Joseph Kronthal.

———————————————————————————————-

POLEMIQUER N’APPORTE RIEN

Les Chrétiens sont des témoins, non des avocats. Leur vie doit montrer à l’univers entier que Jésus est venu pour sauver, non pour condamner. Polémiquer sur quelque question que ce soit n’apporte rien, surtout sur la question de la religion. Témoignons plutôt. {5SC1-5: 12.1.1}

La plupart des gens ont des préjugés issus d’idées et opinions personnelles. Toutefois, nombreux sont ceux qui, après examen, reconnaîtront leur tort, mais en général, personne n’aime se faire dire qu’il a tort. {5SC1-5: 12.1.2}

Benjamin Franklin raconte, alors qu’il était jeune et maladroit, qu’un de ses vieux amis Quaker lui donna un précieux enseignement : {5SC1-5: 12.1.3}

«  Ben tu es très énergique lorsque tu n’es pas d’accord avec quelqu’un. Tes amis préfèrent quand tu n’es pas là. Tu en sais tellement que personne ne peut rien te dire et forcément ne se risque à l’essai vu le malaise causé. Pour cette raison, tes connaissances, qui finalement ne sont pas énormes, n’augmenteront plus. » {5SC1-5: 12.1.4}

Ce reproche cinglant qui relevait d’une constatation, amena le jeune homme à changer d’attitude. {5SC1-5: 12.1.5}

Franklin déclara :

« Je me refusai à employer toute expression laissant entendre une quelconque certitude telle que ‘certainement,’ ‘sans aucun doute’, etc. Au lieu de cela j’employai des termes comme ‘Je conçois’ qu’une chose soit ; ou ‘il me semble que.’ Quand quelqu’un affirmait une chose que je jugeais fausse, je me refusai à le contredire sèchement, à lui montrer toute de suite l’absurdité de ses propos. D’ailleurs, tout en formulant ma réponse, je m’aperçus que dans certains cas, la position de l’autre était la bonne mais que dans ce cas précis il y a avait des divergences. »–« The Reader’s Digest, » Jan. 1937, pp. 118, 119. {5SC1-5: 12.2.1}

Les croyants de la Vérité Présente devraient eux aussi considérer le conseil de l’ami Quaker de Benjamin Franklin. Le monde, les anges et nos frères nous regardent. Cessons de polémiquer. {5SC1-5: 12.2.2}

————————————————————————————————————–

A TOUS LES LECTEURS DU CODE !

Beaucoup de nos lecteurs souhaitent savoir pourquoi ils ne reçoivent pas le Code régulièrement, et pourquoi nous ne les visitons pas ni ne leur écrivons plus souvent. Je pense qu’ils ne sont pas les seuls à se poser cette question. C’est pourquoi, nous profiterons de cette occasion pour vous écrire à tous et faire de cette lettre, le messager tant attendu. {5SC1-5: 12.2.3}

Frères :

Nous avons été incapables de répondre plus avant aux demandes des croyants pour deux raisons. La première est que nous avons chaque jour davantage de travail, et la seconde est que nous manquons vraiment de main d’œuvre. {5SC1-5: 12.2.4}

La grande majorité des croyants ne réalise pas que nous avons à notre charge la publication ; nous devons répondre à des centaines de questions par courrier et à travers le Code ; nous réglons de nombreux problèmes parmi les croyant ; nous mettons en place les infrastructures nécessaires à l’hébergement des ouvriers et des élèves ; nous sommes responsables des départements de chacune des institutions, à savoir, le Bureau Général, le pôle Commercial, la ferme, le pôle cuisine, la laverie, le pôle couture, l’atelier, le service public, le pôle construction, le pôle des améliorations foncières, le dispensaire, l’école, la nurserie, etc. Tous ces départements et bien d’autres fonctionnent grâce une poignée d’hommes inexpérimentés, quelques faibles femmes et quelques enfants. {5SC1-5: 12.2.5}

Nous avons un certain nombre de CV qui hélas ne correspondent pas aux profils que nous recherchons actuellement. Par conséquent, si nous acceptons des personnes, elles s’ajouteraient à la charge que supporte déjà l’institution. Par ailleurs, ceux qui correspondent aux profils que l’on recherche œuvrent déjà aux services du prince de ce monde ou vivent de charité. Ils constatent les avancées du message et si ce dernier prospère, ils se disent qu’un jour ils apporteront leur pierre à l’édifice. Mais pendant ce temps, nous faisons le travail, usant nos corps comme s’use l’acier sur une meuleuse ! {5SC1-5: 12.2.6}

Voilà frères, la raison pour laquelle le Code ne fait ses sorties mensuelles et pourquoi nous ne vous écrivons ni ne vous visitons plus souvent. C’est pourquoi, nous en appelons à tous les croyants de la Vérité Présente ! Réclamez auprès du Seigneur davantage de fidèles ouvriers car c’est l’heure de la moisson, mais il y a peu d’ouvriers. {5SC1-5: 12.2.6}

12

 



L’HERITAGE CELESTE : NOTRE ASPIRATION SUPREME

            « Les écoles des prophètes créées par Samuel avaient disparu au cours des années d’apostasie qui sévirent en Israël. Elie rétablit ces écoles, qui permettaient aux jeunes gens de se former pour magnifier la loi et la faire honorer. »–« Prophets and Kings, » p. 224 (Prophètes et Rois, p. 169). {5SC6-12: 2.1.1}

Ce message, qui doit clore l’œuvre de l’Evangile, est le dernier à être prêcher avant que le temps de grâce ne prenne fin. Il doit être prêché par l’Elie anti-typique (Mal. 4 : 5, 6) qui doit entrer en scène peu avant l’arrivée du « jour de l’Eternel, ce jour grand et redoutable, » et qui doit rétablir toutes choses. Mt. 17 : 11. De plus, s’il est vrai que ce message est prêché par l’Elie d’aujourd’hui, c’est que le message prêché autrefois à Israël par le prophète Elie doit en être le type. Il doit non seulement rétablir toutes choses mais également mettre fin au mal, en changeant le cœur des pénitents (Ez. 36 : 26) et en détruisant tous les impénitents. (Es 11 : 4.) {5SC6-12: 2.1.2}

Si au temps d’Elie, ces écoles disparues avaient dues être rétablies, la situation se répète encore aujourd’hui, montrant par là-même que le message prêché à l’époque par Elie est bien un type du message prêché aujourd’hui. Si Elie le type rétablit les écoles des prophètes, alors Elie l’antitype devra faire de même lorsqu’il entrera en scène. La parole de Dieu atteste elle-même de ce fait car, « avant que le jour de l’Eternel arrive, ce jour grand et redoutable, » le message d’Elie doit « ramener le cœur des pères à leurs enfants, et le cœur des enfants à leurs pères. » Ainsi, le cœur des parents et des enfants ne sont pas en phase et un message est nécessaire afin de d’instruire chacun. {5SC6-12: 2.1.3}

Au départ, les écoles religieuses avaient pour seul objectif de former jeunes et moins jeunes, au service de Dieu et pour l’établissement de Son royaume. Cette formation plaçait autour la Bible comme principal manuel et base de toute instruction. Si Israël gardait les commandements de Dieu, Il l’élèverait au-dessus de toute les nations (De. 28 : 7-14). Aujourd’hui, Dieu désire en faire de même ; Il veut élever les écoles chrétiennes bien au-dessus des écoles du monde. Autrement dit, Dieu n’a pas souhaité que Son école et Son église soient dernières de la file ; Il veut qu’elles soient la tête, et en donnant à l’humanité ce que le monde était incapable de lui donner, Son école et Son église devaient exalter Dieu et bénir l’humanité. Malheureusement, l’église a échoué ; elle a recherché l’estime des institutions d’état au lieu de conserver son véritable status et susciter l’admiration de ces mêmes institutions d’état. Après s’être séparée de Dieu, l’église s’est mise à convoiter ce dont elle n’aurait jamais dû avoir besoin ; ses écoles ont été reléguées au dernier rang tandis que les écoles du monde prenaient la tête ! En d’autres termes, si une école devrait s’inspirer d’une autre alors les écoles du monde devraient s’inspirer de l’école de Dieu et non l’inverse. Ceci montrerait que les écoles chrétiennes sont d’ordre supérieur. {5SC6-12: 2.1.4}

Les conseils d’accréditation n’accordent pas de valeur à l’étude de la Bible et de l’Esprit de Prophétie, c’est pourquoi ces livres inspirés sont bien évidemment mis de côté. N’ayant pas de valeur académique, ils ont été naturellement exclus des supports d’apprentissage ou ne constituent plus la base éducative des écoles chrétiennes. En recherchant la proximité du monde, l’église a sacrifié ces livres et a honoré le dieu de ce monde et déshonoré le Dieu des Cieux. Le peuple de Dieu s’en est trouvé inapte à œuvrer à Son service et indigne de Son royaume, alors qu’il encense les écoles du monde et méprise les écoles Divines. En conséquence, Dieu pose cette question : « Quelle maison pourriez-vous me bâtir, et quel lieu me donneriez-vous pour demeure ? » (Es. 66 : 1.) {5SC6-12: 2.2.1}

Ces éléments prouvent également que l’amour entre parents et enfants ne doit pas être bon, autrement Elie ne devrait pas avoir à ramener le cœur de l’un et de l’autre. L’amour qui rejette les châtiments et favorise l’indulgence et l’auto-gratification au prix de la vie éternelle, est semblable à l’amour d’un lion pour un tendre agneau, c’est un amour d’enfer. {5SC6-12: 2.2.2}

A la lumière de ces observations, il devient clair que les parents et les écoles de notre dénomination ont failli à leur mission dans l’instruction des jeunes sur l’amour et la discipline. Cependant, si le message d’Elie révèle que nous ne sommes pas en phase les uns avec les autres, il promet également de redresser la situation si on le lui permet. Ce travail doit être pour nous de la plus haute importance, car lui seul saura faire qu’un peuple sera capable de tenir ferme au « jour grand et redoutable de l’Eternel, » lorsqu’Il viendra « frapper le pays d’interdit. » En conséquence, {5SC6-12: 2.2.3}

« Dans cette grande œuvre de l’éducation », aujourd’hui, « Nos écoles devraient ressembler davantage aux écoles des prophètes. Que les élèves y acquièrent l’esprit de discipline du Christ et s’instruisent au contact du divin Maître ; qu’elles soient des familles ou chaque élève reçoit l’aide spéciale de ses

2

professeurs, tout comme les membres d’une famille reçoivent l’aide les uns des autres. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 6, p. 152 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 496). {5SC6-12: 2.2.4}

« Il apparaît que ces écoles étaient un des moyens les plus efficaces pour encourager cette droiture qui ‘élève une nation’. Elles contribuèrent très largement à jeter les bases de cette extraordinaire prospérité qui marqua les règnes de David et de Salomon. »–« Education, » pp. 47, 48 (pp. 56). {5SC6-12: 3.1.1}

« Elie se réjouissait de constater les résultats obtenus par ces écoles. »–« Prophets and Kings, » p. 225 (Prophètes et Rois, p. 169). {5SC6-12: 3.1.2}

Ces citations nous montrent qu’il serait presque impossible de rendre à Israël sa grandeur et son intérêt aux yeux de Dieu, sans le rétablissement des écoles des prophètes. C’est principalement pour cette raison que le Mont Carmel a été créé. Ce modèle éducatif est sans nul doute ce dont nous avons le plus besoin aujourd’hui. Pourtant, de nombreux croyants de la Vérité Présente n’ont pas pris conscience de cela ou l’on manifestement oublié. {5SC6-12: 3.1.3}

La mission principale du Mont Carmel consiste à accomplir cette « grande œuvre éducative, » et cela devrait occuper une place importante l’esprit et le cœur de tous les croyants.Malheureusement, Satan est plus que jamais à l’œuvre aujourd’hui. Subtilement, il a presque réussi à balayer des esprits, l’importante valeur de cette œuvre, bien qu’elle ait été rappelé énergiquement de manière régulière. La Providence intervient à nouveau aujourd’hui pour réveiller les personnes atteintes du sommeil Laodicéen et les faire bondir de leur lit, les yeux bien ouverts face au danger qu’encourent jeunes et adultes. {5SC6-12: 3.1.4}

Nous croyons que notre peuple affermira sa conviction et sentira le besoin d’agir en prenant connaissance des informations contenues dans le rapport financier de l’Académie du Mont Carmel qui va suivre et qui couvre la période 1937 à 1938 : {5SC6-12: 3.1.5}

Le coût total des opérations sur cette période s’élève à 6 712, 42 dollars, tandis que le revenu total sur la même période s’élève à seulement 1 676, 58 dollars, soit à peine 24%, moins d’un cinquième, des dépenses totales. En d’autres termes, nous avons dépensé quatre fois plus et au-delà que ce que nous avons gagné ! Par ailleurs, sachant que l’école n’applique pas de frais de scolarité, ces dépenses incluent donc, l’hébergement, les repas et la lessive, le tout pour dix dollars par mois ! Ce rapport alarmant témoigne des besoins importants de notre Académie. {5SC6-12: 3.1.6}

A cause des défauts de remboursement scolaire et de l’attitude réfractaire à la fois des étudiants et des parents, l’Académie a déjà dû fermer ses portes à tous ceux qui ne sont pas déjà scolarisés ici. Cependant, si nous pouvions nous étendre et héberger des étudiants supplémentaires, nous accueillerions ces quelques jeunes, qui premièrement, sont sous le contrôle de leurs parents ; deuxièmement, croient au message, et troisièmement, sont en mesure de couvrir en totalité les dépenses, au-delà ce qu’ils remboursent par leurs travaux manuels. En tant qu’école frères et sœurs, notre mission est de sauver les enfants. Irez-vous à l’encontre de la volonté Divine, en les laissant périr dans la « ruine générale, » à cause de « l’amour égoïste du je et du moi ? » {5SC6-12: 3.1.7}

Le Christ déclare à ceux qui ne viennent pas au secours de l’Eternel : « Toutes les fois que vous n’avez pas faite ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites. Et ceux-ci iront au châtiment éternel. » Mt. 25 : 45, 46. {5SC6-12: 3.2.1}

« Que chaque lecteur relise ce numéro de Mars-Avril 1937, notamment la page neuf, et que dans la crainte de Dieu, tous se conforme sans réserve à toutes les exigences exposées. »–« Le Code Symbolique, » Vol. 3, N° 11 et 12, pp. 15, 16. {5SC6-12: 3.2.2}

La prise en charge des enfants n’est toutefois pas la seule chose que l’institution doit supporter. Nos littératures gratuites, nos locaux et l’entretien du camp demandent beaucoup de moyens que couvrent à peine la première dîme, ressource attribuée aux ministres. {5SC6-12: 3.2.3}

On estime que la moyenne des offrandes versées par les croyants de la vérité présente n’excède pas 2% de leurs « revenus, » et 10% sont nécessaires pour le fonctionnement d’une école gratuite. Par conséquent, c’est sans équivoque que « Le Code Symbolique » informe que si les croyants désirent que nous continuions à prendre en charge leurs enfants, ils doivent contribuer à hauteur de 10% de leurs revenus à cet indispensable capital. En d’autres termes, si quelqu’un gagne 15$ par semaine, sa première dîme, employée pour l’avancement de l’évangile, s’élèvera à 13,50$ ; sa seconde dîme, employée pour l’entretien de l’école, s’élèvera à 1,35$, ce qui sur un revenu de 15$ nous donne un total 2,85$ de première et seconde dîme. {5SC6-12: 3.2.4}

Si chaque croyant rend fidèlement la première et seconde dîme, alors l’institution pourra demeurer totalement gratuite ; ce sera une école ouverte à tous les enfants de la Vérité Présente en âge d’être scolarisés. Frères et sœurs, cet appel urgent, vital et surtout éprouvant, vient sonder votre fidélité, votre loyauté, votre coopération et votre amour pour le message et pour l’héritage du Seigneur. Debout ! {5SC6-12: 3.2.5}

« Que personne ne se méprenne sur ces déclarations ; aussi pauvre que puisse être une personne, cela ne l’exempte pas d’assumer la responsabilité de ses enfants ou ceux des autres. ‘En renonçant d’agrémenter les vêtements d’accessoires couteux,’ et en ‘se passant de toute dépense superflue,’ l’on peut épargner et contribuer aux frais scolaires de ses petits. Dieu dit : « Que chaque famille

3

apporte leurs dîmes et leurs offrandes au Seigneur. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 9, p. 53. {5SC6-12: 3.2.6}

« Imaginez que les parents ou les tuteurs de chaque étudiant acceptaient de faire l’impasse sur toutes dépenses inutiles, utilisant l’argent ainsi économisé pour payer les frais de scolarité. Imaginez que l’ensemble des croyants assume ses responsabilités et fasse de même ; l’Académie ne fonctionnerait pas avec un budget réduit, sachant que les pertes financières enregistrées impactent de fait les autres départements. »–« Le Code Symbolique, » Vol. 3, N° 3, 4, p. 9. {5SC6-12: 4.1.1}

Notre objectif a toujours été de rendre la charge des parents la plus légère possible. C’est pour cette raison que nous avons fixé les frais d’hébergement et de pension à seulement dix dollars par mois, blanchisserie et frais de scolarité inclus. Par ailleurs, l’institution a, à l’instar du bon Samaritain, pris la décision de se sacrifier davantage en prenant en charge complètement les enfants dont les parents seraient dans l’incapacité financière de les supporter. Tout ceci dans le but d’offrir à chaque enfant l’opportunité de recevoir une éducation Chrétienne. Malheureusement, les parents vivant dans cette situation nous ont déçus à tel point que n’osons plus user d’une telle générosité que ce soit dans l’éducation, l’hébergement, la pension, et le vêtement. {5SC6-12: 4.1.2}

Si en plus de notre politique économique stricte et notre rigueur dans le travail, nous recevions tous les mois les dix dollars de frais pour chaque étudiant, nous aurions été capables de faire fonctionner l’école de manière indépendante sans qu’elle étouffe les autres départements de l’œuvre. Seulement, aujourd’hui, nous sommes confrontés à la situation suivante : {5SC6-12: 4.1.3}

« Quand ceux qui ont la direction d’une école s’aperçoivent que les dépenses augmentent et que les dettes s’amoncellent, en hommes d’affaires avisés, ils devraient changer leurs méthodes et leurs plans. Quand une année a révélé que la gestion financière a été mauvaise, que la voix de la sagesse soit entendue….{5SC6-12: 4.1.4}

Dans quelques-unes de nos écoles, le prix de l’écolage a été trop bas, ce qui a produit un préjudice à l’œuvre d’éducation et des dettes regrettables. Cet état de choses a poussé les esprits à nourrir une continuelle suspicion à l’égard de l’administration et à l’accuser d’avoir eu de mauvais plans et de n’avoir pas su économiser. Il a été un sujet de découragement pour les maîtres, et il a conduit les gens à demander que des écolages aussi bas soient appliqués dans d’autres écoles. Quelles qu’aient été les raisons pour lesquelles le prix des écolages a été fixé au-dessous du coût normal de la vie, le fait qu’une école se trouve dans des difficultés financières est une raison suffisante pour remettre les plans à l’étude et pour répartir les charges afin que tout soit changé à l’avenir. Le montant des écolages : cours, pension et chambre, devrait être suffisant pour payer les salaires du corps enseignant, subvenir aux dépenses d’une nourriture abondante et saine, entretenir le mobilier des salles de classe et des autres pièces, payer les réparations des bâtiments, et couvrir toute autre dépense nécessaire. C’est là un sujet des plus importants. Il ne s’agit pas de faire des calculs trop justes mais de se livrer à une complète investigation. Nous avons besoin sur ce point des conseils du Seigneur. L’école devrait avoir des revenus suffisants non seulement pour faire face à ses dépenses courantes, mais encore pour être à même de procurer aux élèves, au long de l’année scolaire, certaines commodités essentielles à leur travail. {5SC6-12: 4.1.5}

Nous ne devons pas permettre que les dettes s’accumulent année après année. La meilleure éducation que l’on puisse donner est de fuir les dettes comme on fuirait la maladie. »-« Testimonies for the Church, » Vol. 6, pp. 210, 211 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, pp. 545, 546). {5SC6-12: 4.2.1}

Parents, gardiens et tous croyants de la Vérité Présent, dans un esprit de sacrifice venez au secours de l’Eternel en prenant non seulement à cœur de libérer l’école de ses dettes, et en la maintenant à flot pour les temps à venir. Si vous ne réagissez pas, notre établissement n’aurait pas d’autre choix que d’appliquer les instructions énoncées dans le passage de l’Esprit de Prophétie. Il en résulterait qu’un certain nombre d’étudiants honorables, bénéficiant actuellement d’avantages qui ne sont propres qu’à notre école, seraient forcés de partir faute de budget. {5SC6-12: 4.2.2}

Frères, nous devons tous faire pour garder notre école. Ainsi, je vous invite à lire attentivement et dans la crainte de Dieu, Juges 5 : 23, ainsi que « Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 284, paragraphe deux. {5SC6-12: 4.2.3}

Pour tout croyant réveillé et attentif, que ces faits vous stimulent, vous poussent l’introspection, et au sacrifice personnel. Il s’agit de votre école et c’est à vous de vous en occuper. Ainsi, il est impératif que vous preniez en charge son financement si l’institution se désengage de cette grande responsabilité, cette injonction divine de rassembler et d’éduquer vos enfants. Ne faillez pas, ne laissez pas l’ennemi de Dieu et des hommes triompher. Le Mont Carmel ne doute pas que ne laisserez pas une telle chose arriver, car les 144 000 doivent « faire alliance avec Lui par le sacrifice. » {5SC6-12: 4.2.4}

En outre, « tout ce qu’Il ordonne, Il ne donne. » Ainsi, le véritable Israélite « viendra à coup sûr au secours de l’Eternel » dans cette crise qui traverse aujourd’hui le système éducatif. Que ce sacrifice ne diminue pas vos requêtes, mais au contraire, qu’il produise de riches bénédictions. Car à cet égard le Seigneur déclare : « Le bien-être spirituel des membres de l’église repose

4


… sur une fidélité stricte à Dieu. » « Des épreuves seront envoyées pour voir qui est digne de recevoir le sceau du Dieu vivant. » {5SC6-12: 4.2.5}

« Quand Paul envoya Tite à Corinthe pour raffermir la foi des chrétiens, il le chargea d’édifier l’église dans la pratique de la bienfaisance… Les offrandes désintéressées enthousiasmaient la jeune église de Corinthe… Leur générosité prouvait qu’ils n’avaient pas reçu la grâce de Dieu en vain. Quelle pouvait être la cause d’une telle générosité, sinon la sanctification de l’Esprit ? {5SC6-12: 5.1.1}

La richesse spirituelle d’une église est étroitement liée à la générosité chrétienne. Les disciples du Christ devraient se réjouir du privilège qu’ils possèdent en révélant par leurs vies la magnanimité de leur Rédempteur. Tout en apportant leur offrande au Seigneur, ils ont l’assurance que ce qu’ils donnent de plus précieux s’élève comme un encens jusque dans les parvis célestes… Le semeur multiplie sa semence en la jetant abondamment… Tout en faisant part de leurs biens aux autres, ils augmentent leurs bénédictions personnelles. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 5, p. 382 ; « Acts of the Apostles, » pp. 344, 345 (Conquérants Pacifiques, pp. 304, 305). {5SC6-12: 5.1.2}

Frères et sœurs, ces bénédictions sont-elles pour vous ? Veillerez-vous à ce que l’école du Seigneur perdure et prospère, assumant sa haute et sainte responsabilité, véritable « sanctuaire pour la jeunesse terriblement éprouvée d’aujourd’hui ? » Si votre réponse est oui, vous devez remplir les conditions rendues magnifiquement simples par Dieu, que même les plus petits acceptent de suivre avec joie. Que chaque croyant de la vérité présente réponde aujourd’hui aux exigences de Dieu ; que chacun promette sa totale coopération en apportant à la maison du trésor, non seulement la dîme et les offrandes, mais aussi la seconde dîme…. Si dans une obéissance enthousiaste vous faites preuve d’une générosité désintéressée et rendez à Dieu ce qui Lui appartient, vous donnerez à Son école un capital financier solide et, se faisant, vous aussi, vous vous réjouirez comme la jeune église de Corinthe ! {5SC6-12: 5.2.1}

—————————————————————————————————————————

QUESTIONS, REPONSES

Conseils aux Parents, Partie 4

L’une des plus grandes priorités du Mont Carmel

Questions N° 198 :

Christ n’a-t-il pas dit : « Laissez les petits enfants, ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. » (Mt. 19 : 14) ? Pourquoi donc devrait-on les discipliner et réprimander les enfants pour garantir leur salut ? {5SC6-12: 5.1.3}

Réponse :

Ce passage, qui décrit les traits de caractères requis pour faire partie du royaume, est souvent repris par les parents, tuteurs et professeurs sentimentaux et indulgents, qui refusent de recourir à une quelconque discipline différente de la leur. Indulgents, laxistes, négligents ou indifférents envers eux-mêmes, ils se disent qu’ils doivent à tout prix (des prix néanmoins prohibitifs) promettre à leurs protégés ces mêmes comportements indulgents et conciliants. Ils vont jusqu’à se servir des paroles de Christ pour valider leur idée selon laquelle les tendances rebelles des jeunes ne devraient pas nous faire recourir à la discipline, mais devrait être supportée sans rencontrer d’opposition ! {5SC6-12: 5.1.4}

« J’ai vu des personnes se disputer sur le fait que leurs enfants étaient trop jeunes pour être puni. Ils disaient, ‘Quand les enfants seront plus grands, ils auront hontes…. et comprendront. »–The Signs of the Times, 16 Mars 1891. {5SC6-12: 5.1.5}

« L’idée fausse, acceptée par beaucoup, que l’on a tort de contraindre les enfants, fait des milliers et des milliers de victimes. Si vous n’êtes pas sur vos gardes, Satan prendra certainement possession de vos enfants. »–« Testimonies, » Vol. 5, p. 541 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 2, p. 251). {5SC6-12: 5.1.6}

« Le manque de rigueur dans l’exercice de l’autorité, la sympathie et l’amour mal placés, l’idée fausse selon laquelle il est sage d’être indulgent et d’ignorer la discipline ; cette façon d’éduquer attriste les anges. En revanche, Satan s’en réjouit car des centaines de milliers d’enfants rejoignent alors ses rangs. C’est la raison pour laquelle il aveugle les parents, engourdit leur sensibilité et confond leur raison. »–Idem, p. 324. {5SC6-12: 5.2.2}

Pourtant, se confortant dans cette idée sophistique, ces parents y demeurent fermement accrochés, à leur détriment et au détriment de leurs enfants. Or, les deux courent à leur perte. Heureusement, alors qu’ils instrumentalisent les paroles de Christ pour blanchir leurs idées et autoriser leurs enfants à « grandir naturellement » et sans retenues, ces mêmes paroles de Christ sont en fait un appel à une stricte discipline dont l’objectif est en définitive le salut, ce don suprême, cette perle de grand prix que Dieu donne à quiconque vient à Lui. {5SC6-12: 5.2.3}

« Venez à moi, » nous invite-t-Il tendrement ; « prenez mon joug [la discipline] sur vous et recevez mes instructions.… Car mon joug est doux, et mon fardeau léger. » Mt. 11 : 28-30. {5SC6-12: 5.2.4}

« Mon fils, ne méprise pas la correction de l’Eternel, et ne t’effraie point de ses châtiments ; car l’Eternel châtie celui qu’il aime, comme un père l’enfant qu’il chérit. » Pr. 3 : 11, 12. {5SC6-12: 5.2.5}

« Moi, je reprends et je châtie [discipline] tous ceux que j’aime [sauve]. » Ap. 3 : 19. {5SC6-12: 5.2.6}

A ceux qui « ont tout vendu et acheter le

5


 champ, » qui « ont du zèle et se repentent ; » en d’autres termes, à ceux qui acceptent la discipline, le joug de Christ, « à ceux-là appartient le royaume des cieux. » {5SC6-12: 5.2.7}

Ainsi, « Laissez les petits enfants, ne les empêchez pas de venir à moi ; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent » (Mt. 19 : 14), ne supporte pas du tout l’idée spécieuse d’une liberté de comportement. Cette phrase parle plutôt d’une discipline et d’une perfection stricte, car le royaume des cieux sera composé de tels gens. La discipline du ciel amènera « toute pensée captive à l’obéissance de Christ, » et ceux qui imiteront la pensée de Christ « seront comme Dieu » (Za. 12 : 8), c’est-à-dire parfait. {5SC6-12: 6.1.1}

Par conséquent, laissez les enfants, ne pas les empêchez de venir à Christ, c’est les éduquer selon les préceptes et selon une obéissance infaillible aux commandements de Dieu ; à « toute parole qui sort de Sa bouche, » « jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. » Ep. 4 : 13. {5SC6-12: 6.1.2}

« Les parents ne peuvent réussir à diriger leurs enfants s’ils n’ont pas d’abord appris à se maîtriser eux-mêmes. (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 167) Les parents devraient d’abord apprendre à être maîtres d’eux-mêmes ; ils pourraient alors mieux réussir à diriger leurs enfants. »–« Testimonies, » Vol. 1, pp. 399, 398. (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 166). {5SC6-12: 6.1.3}

Lorsque parents et enfants marcheront ensemble fidèlement dans la lumière et œuvreront dans la droite ligne du Christ, lorsqu’ils adopteront les idées et théories, les habitudes et les pratiques dont parlent les écritures, lorsqu’ils se disciplineront dans l’abnégation, le contrôle de soi et le sacrifice, lorsque tous seront en lutte, alors le message atteindra enfin l’église, le Grand Cri retentira, le royaume s’établira, et commencera alors une éternité de joie, de paix et de bonheur. {5SC6-12: 6.1.4}

« Avec l’armée que formeraient nos jeunes, bien préparés, la bonne nouvelle de notre Sauveur crucifié, ressuscité, prêt à revenir, serait vite portée au monde entier ! Comme la fin viendrait vite — la fin de la souffrance, du chagrin, du péché ! Au lieu de possessions terrestres, marquées par le mal et la douleur, nos enfants recevraient bientôt l’héritage divin : ‘Les justes posséderont le pays et ils y demeureront à jamais.’ ‘Aucun habitant ne dit : Je suis malade !’ ‘On n’y entendra plus le bruit des pleurs et le bruit des cris.’ »–« Education, » p. 271 (p. 304). {5SC6-12: 6.1.5}

Avec à l’esprit cette perspective glorieuse et extraordinaire, parents et enfants se laisseront-ils encore aller ? Continueront-ils à transiger avec le monde et argumenter avec Dieu sur le bien ou le mal et le devoir ? Décideront-ils, pendant qu’il en est encore temps, de couper court à toutes relations mondaines, amis et collègues, et d’abandonner définitivement leur ancienne façon de vivre et de penser ? Cesseront-ils de gâter et détruire leurs enfants en les chouchoutant, en les maternant et en leur faisant plaisir ? Parents, cesserez-vous les éloges sentimentaux et les cajoleries, abandonnerez-vous les modes de ce monde, les habits branchés ? Cesserez-vous d’être égoïstes, envieux, d’être attachés au paraître ? Cesserez-vous les cajoleries ? Cesserez-vous d’être attaché à l’apparence, de recourir au marchandage pour obtenir obéissance ? Et parmi les comportements les plus cruels, cesserez-vous de soutenir vos enfants heurtés lorsqu’une personne ose enfin les reprendre sur leurs désinvoltures, leurs caprices et leur obstination ? En résumé, est-ce que les parents useront d’une rigueur proportionnelle à l’énorme tâche qui les incombe, et crieront à Dieu pour qu’Il les délivre de cette fatale situation qu’est la mauvaise éducation sous toutes ses formes et à tous les niveaux ? {5SC6-12: 6.1.6}

« Les enfants ont savourés leur liberté de faire ce qui leur plaît. On les a déchargés des responsabilités du foyer et ils ont rejeté tout notion de règle établie. Pour eux l’esprit de service s’apparent à de la besogne. Le manque d’autorité à la maison les a rendus incapable d’assumer une quelconque responsabilité et en conséquence, ils se sont dressés contre l’autorité scolaire. Ils se sont plaints auprès de leurs parents qui les ont encouragés dans leurs mauvais comportements, choisissant d’accorder du crédit à leurs problèmes imaginaires. Dans bien des cas, ces parents ont crus à des mensonges colportés par leurs fourbes enfants. Ces enfants indisciplinés et dissimulateurs causeraient beaucoup de tort à l’autorité de l’école, et auraient une mauvaise influence sur les jeunes de notre église. {5SC6-12: 6.2.1}

Les parents laxistes qui justifient les comportements de leurs enfants, forment des individus qui apporteront le désordre dans la société ; ils combattront l’autorité à la fois scolaire et religieuse. {5SC6-12: 6.2.2}

Aujourd’hui, l’état alarmant de la jeunesse est l’un des meilleurs signes que nous sommes parvenus à la fin des temps ; toutefois la ruine de nombreuses personnes est directement liée au mauvais travail des parents. L’esprit de complainte s’est installé et il produit l’insubordination. Tandis que les parents déplorent les caractères que développent leurs enfants, ils ne voient pas les erreurs qui font d’eux ce qu’ils sont. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 199. {5SC6-12: 6.2.3}

La malédiction retombera certainement sur les parents infidèles. Non seulement ils récolteront ici-bas ce qu’ils auront semé, mais il leur sera demandé compte au jour du jugement de leur infidélité. Beaucoup d’enfants se lèveront en ce jour-là, condamneront leurs parents parce qu’ils ne les ont pas corrigés et les rendront responsables de leur

6

perte. L’amour aveugle des parents et leur indulgence coupable les amènent à excuser les fautes de leurs enfants et à ne pas les corriger. De cette façon, ceux-ci seront perdus et leur sang retombera sur les parents infidèles. {5SC6-12: 6.2.4}

Oh parents, allez-vous continuer d’être sentimentaux, fanatiques, conciliants et insensés ? Continuerez-vous d’éduquer des enfants infidèles et rebelles, des victimes de votre mauvaise éducation qui s’en vont résolument vers l’enfer ? {5SC6-12: 7.1.1}

Compte tenu de ces diverses injonctions divines, l’Académie du Mont Carmel déclare que désormais ne seront acceptés que les étudiants pouvant attester qu’ils ont effectivement appris à porter dans leur foyer le joug de Christ ; ne seront acceptés que ceux qui ont appris l’obéissance, le bon témoignage, l’honnêteté, le contrôle de soi, la dévotion, le respect des autres, le respect des parents, le respect des anciens et par-dessus tout, la révérence pour Dieu, la révérence pour Sa Parole et la révérence pour Sa maison. Ne seront en fait acceptés que ceux qui coulent les fondations d’un bon caractère. {5SC6-12: 7.1.2}

« Une famille ne peut se permettre d’amener au [Mont Carmel] des enfants qui n’obéissent pas à leurs parents. Si les parents ont méprisés ce que dit la parole de Dieu par rapport à l’éducation et l’enseignement de leurs enfants, le [Mont Carmel] n’est pas un endroit pour eux car ils démoraliseront plutôt les jeunes élèves et apporteront la discorde dans un lieu où devrait régner la paix et la prospérité. Que ces parents assument leurs responsabilités en corrigeant et disciplinant leurs enfants avant qu’ils ne se mettent en tête d’imposer le [Mont Carmel] de leur présence. »–« Testimonies for the Church, » Vol. 4, p. 204. {5SC6-12: 7.1.3}

Par ailleurs, l’institution n’acceptera que ceux qui, avant de quitter leur foyer, auront versé d’avance à la Banque de Palestine du Centre du Mont Carmel, la somme de 20,00$ équivalente à deux mois de séjour, en supplément de la somme nécessaire au retour et ce dans l’éventualité où après un séjour de deux mois, nous recommandions le départ de l’étudiant. {5SC6-12: 7.1.4}

Parents, sachez que Dieu ne tolère plus qu’on s’amuse avec Lui. Que tous ceux qui souhaitent intégrer Son école montrent au préalable qu’ils se comportent comme des chevaux bien dressés, plutôt que comme des zèbres sauvages ; qu’ils soient des constructeurs, non des démolisseurs. {5SC6-12: 7.1.5}

————————-

Témoignages contre mauvais traitements supposés

Question N° 199 :

Nous avons entendu de terribles histoires sur l’école du Mont Carmel. Les enseignants se montreraient cruels envers les enfants qui ne resteraient dans l’école que par obligation. Nous aimerions savoir la vérité là-dessus et directement de votre bouche. Veuillez soulager nos cœurs immédiatement. {5SC6-12: 7.1.6}

Réponse :

Sachant que l’histoire se répète, nous ne sommes pas étonnés d’être accusés. Satan lutte contre l’œuvre de Dieu sur tous les fronts. {5SC6-12: 7.2.1}

Satan sait qu’à travers les écoles des prophètes, entièrement rétablies par Elie le prophète « avant le jour de l’Eternel, ce jour grand et redoutable, » Dieu instruit et rachète (« Education, » p. 30) Son peuple. Il met définitivement un terme au long règne de ténèbres et de mort. Ainsi, Satan est venu, animé d’une grande colère, pour décourager et démoraliser, déployant tous ses efforts pour détruire l’école et tout ce qui s’y rapporte. Il ne veut pas que les prémices de l’église, les 144 000, soient délivrés du joug qu’exerce depuis longtemps le prince de ce monde. {5SC6-12: 7.2.2}

Il n’est donc pas étonnant que l’Académie du Mont Carmel ait été, depuis sa naissance, la cible privilégiée des traits enflammés de Satan, tout comme l’a été l’école au temps d’Elie. {5SC6-12: 7.2.3}

Tout cela n’a fait qu’ajouter de l’eau au moulin de ces opposants. Profitant de la moindre occasion pour se retourner contre l’institution, ils sont allés çà et là, étalant leurs palettes de faux bijoux, les refourguant autant que possible .Il y en qui dans leur méchanceté n’ont pas eu le moindre à scrupule à grossir et exagérer les imperfections tandis qu’ils minimisaient au possible les progrès accomplis, tout cela dans le but d’entretenir leurs idées perverses sur les différents rôles d’une école. {5SC6-12: 7.2.4}

Ces frères se sont s’adonné à l’exagération, la perversion et la calomnie, autant d’horreurs qu’il serait difficile de surclasser. Satan a trouvé en eux des agents zélés et efficaces par lesquels il peut accomplir avec succès son œuvre destructrice contre l’institution. {5SC6-12: 7.2.5}

Ainsi, alors que nous préférons épargner à nos lecteurs les récits et rapports des cruautés perpétrées, sachez que nous ne tenterons pas de nier ou réfuter les accusations portées contre l’institution. Tenter de convaincre ceux qui qui préfèrent croire à de telles allégations serait également parfaitement inutile. En fait, nous préférons plutôt laisser les lecteurs du Code juger par eux-mêmes, à partir des lettres de ceux qui se jugent dignes de réintégrer l’école. {5SC6-12: 7.2.6}

Une jeune femme de Californie, souhaitant réintégrer l’école, a écrit : {5SC6-12: 7.2.7}

« Je vous assure que ma foi en la vérité présente est ferme et que je crois sincèrement à la vocation du Mont Carmel. {5SC6-12: 7.2.8}

Je vous écris en cette période de nouvelle année, avec l’espoir que ce soit le moment propice à l’examen de toute nouvelle

7

admission. Je saute ici sur la première occasion qui s’offre à moi ! {5SC6-12: 7.2.9}

Par la même occasion, ‘j’espère en l’Eternel et continue de prier que Sa volonté soit faite.’ » {5SC6-12: 8.1.1}

Une autre jeune femme de Californie, désirant ardemment réintégrer l’école écrit : {5SC6-12: 8.1.2}

« J’implore votre miséricorde ! J’ignore comment j’ai pu supporter si longtemps la vie en dehors de l’école ; croyez que personne autant que moi n’a jamais été autant désireux de vivre et travailler au sein du Mont Carmel. L’attente sera-t-elle encore longue ? J’ai consacré ma force, mon esprit, mon cœur, tout mon être au service du Seigneur. Pourquoi devrais-je encore travailler pour l’ennemi du bien, le destructeur de l’esprit et de l’âme de l’homme, ‘couronnement de la création ?’ {5SC6-12: 8.1.3}

Je serai tellement heureuse de recevoir de votre part une réponse pour que je puisse venir au secours de l’Eternel parmi les hommes vaillants. » {5SC6-12: 8.1.4}

Voici une requête nous venant du Texas : {5SC6-12: 8.1.5}

« J’ai eu la malchance de quitter le Mont Carmel le quatorzième jour du mois de Septembre. Tous mes centres d’intérêts, tous mes espoirs, toute ma vie en fait, était là-bas. Mon plus profond désir est de pouvoir y retourner. Quelles qu’aient été mes erreurs, je prie qu’on saura me les pardonner pour que je puisse reprendre le travail. Peu importe la tâche qui me sera confiée, je l’accomplirai fidèlement, honoré de travailler au service de mon père Céleste. {5SC6-12: 8.1.6}

Je n’ai ni argent, ni autre objet de valeur à offrir ; mais j’offre volontiers ma vie. Dans l’attente de votre réponse. » {5SC6-12: 8.1.7}

Une mère et ses trois enfants résidant en Géorgie, nous exprime son désir de revenir dans les lignes suivantes : {5SC6-12: 8.1.8}

« Si vous m’autoriser à revenir au Mont Carmel, je ne commettrai plus cette erreur. Je suivrai Dieu et non Satan. Je réalise qu’elle a été mon erreur. Je veux être sauvée. Pardonnez-moi et laissez-moi revenir. {5SC6-12: 8.1.9}

Je réalise qu’elle a été mon erreur. J’aime beaucoup le Mont Carmel et souhaite revenir afin de recevoir instruction à l’école de Dieu. J’aurais tant aimé rester. J’aime beaucoup l’école du Mont Carmel et je souhaite y revenir et y travailler. Pitié, pitié, pitié, pitié, pitié, pitié, pitié, laissez-moi revenir. Laissez-moi revenir, je vous en prie. {5SC6-12: 8.1.10}

Je voudrais venir au Mont Carmel. Je vous en prie, laissez-moi venir afin que j’apprenne le message et aille enseigner aux autres. Si vous me laissez venir, je donnerai le meilleur de moi-même. {5SC6-12: 8.2.11}

Nous aimons tous notre nouvelle demeure, mais personnellement, je n’aime pas du tout que les enfants soient déscolarisés. Quelle erreur avons-nous commise en les ramenant à la maison ! Je désire vraiment qu’ils retournent à l’école. Je prie chaque jour pour retrouver ce que j’ai laissé passer. {5SC6-12: 8.1.12}

Comme je l’ai dit… il n’est pas juste de priver les enfants du Mont Carmel. Je sacrifierai n’importe quoi pour que B et L y reviennent dès que possible. {5SC6-12: 8.1.13}

Je réalise ce que j’ai fait et ce que nous allons perdre. Si j’étais resté éloignée du Mont Carmel, L ne serait jamais revenu. Si j’étais resté assez longtemps éloignée pour m’intéresser à B, j’ai eu la force de faire face. Mais il est trop tard. L n’est pas heureuse et souhaite revenir si vous l’y autorisez. Mon souhait initial était que mes enfants soient consacrés à Dieu et au Mont Carmel, et qu’ils y aient leur seule demeure. J’aimerai que vous me répondiez au plus vite, de sorte que je puisse renvoyer mes enfants dès que possible. » {5SC6-12: 8.2.1}

Ces différentes lettres ont toutes été écrites par des personnes qui ont résidé au Mont Carmel et qui sont parti. Si les critiques dont fait l’objet le Mont Carmel sont vraies, pourquoi les personnes qui en sont parti souhaitent ardemment y revenir ? Jugez en vous-même. {5SC6-12: 8.2.2}

———————————

La Marque de Bête, Qu’elle Est-Elle et Quand Intervient-Elle ?

Question N° 202 :

La marque de la bête correspond-t-elle à la loi du Dimanche ? Cette loi entre-t-elle en vigueur avant ou après l’accomplissement d’Ezéchiel 9 ? A quel moment, « dans l’église, l’or sera-t-il séparé des scories ? » (« Testimonies, » Vol. 5, p. 81 ; Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 61). {5SC6-12: 8.2.3}

Réponse :

Dans de précédents publications de la vérité Présente, il a été clairement démontré que « les vents » retenus par les anges d’Apocalypse 7 : 1, représentent « la colère des nations, » l’image de la bête. Par ailleurs, les anges retiendront « les vents, » à savoir l’image de la bête, jusqu’à ce que les 144 000 soient scellés. (« Early Writings, Premiers Ecrits, » p. 38.) {5SC6-12: 8.2.4}

Ceux qui au moment du scellement sont parmi les 144 000 mais ne reçoivent pas le sceau de Dieu, doivent, selon la vision d’Ezéchiel, subir une épreuve de test. Ils sont éprouvés non pas par l’image de bête mais par leur attitude face aux abominations qui se commettent dans l’église ; ceux qui ne « soupirent ni ne gémissent » au cause des abominations seront retranchés au moyens des instruments de destructions tenus par les anges (Ez. 9 : 6). On ne les laissera pas être éprouvés par l’image de la bête, ni être séparés lorsqu’elle imposera sa marque. (Ap. 13 : 11-18 ; 3 T 266, 267 ; 5 T 211.) {5SC6-12: 8.2.5}

C’est alors que la vérité « témoignera » au monde de son caractère noble et saint. (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 18). L’église paraîtra enfin, « belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes sous leurs bannières, » s’avançant « dans le monde en vainqueur et pour vaincre. »–« Prophets and Kings, » p. 725 (Prophètes et Rois, p. 549). {5SC6-12: 8.2.6}

8

Ainsi, « l’or séparé des scories dans l’église » (« Testimonies, » Vol. 5, p. 81 ; Instructions pour un Service Chrétien Effectif, p. 61), par l’imposition de la marque de la bête, ne fait pas référence aux 144 000, les prémices (« Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 445), mais plutôt aux seconds fruits, la grande foule d’Ap. 7 : 9 qui aura à choisir entre les commandements de Dieu et ceux des hommes, après le scellement des 144 000. {5SC6-12: 9.1.1}

La marque de la bête est un hommage à l’image de la bête et intervient dans le cadre de son gouvernement. De même le sceau de Dieu (Ez. 9 : 4, 6) est un hommage à Dieu intervenant dans le cadre de Ses lois. {5SC6-12: 9.1.2}

——————–

Qu’en Est-Il de Noël ?

Question N° 203 :

Les « Témoignages pour l’Eglise » n’interdisent-ils pas la célébration de Noël ? {5SC6-12: 9.1.3}

Réponse :

Dans les Témoignages, Noël est une coutume païenne déguisée en fête Chrétienne, et transmise d’un peuple à l’autre. Ainsi, notre inquiétude ne devrait pas se porter sur la célébration de Noël, mais plutôt sur la provenance Chrétienne ou païenne de cette fête. Honorerions-nous Christ en la célébrant ? Serait-elle bénéfique pour les Chrétiens et agréée par Dieu ? Laissons Dieu Lui-même répondre à la question : {5SC6-12: 9.1.4}

« Ecoutez la parole que l’Eternel vous adresse, Maison d’Israël ! Ainsi parle l’Eternel : N’imitez pas la voie des nations, et ne craigniez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité. {5SC6-12: 9.1.5}
On coupe le bois dans la forêt ; la main de l’ouvrier le travaille avec la hache ; on l’embellit avec de l’argent et de l’or, on le fixe avec des clous et des marteaux, pour qu’il ne branle pas. Ces dieux sont comme une colonne massive, et ils ne parlent point ; on les porte, parce qu’ils ne peuvent marcher. Ne les craignez pas, car ils ne sauraient faire aucun mal, et ils sont incapables de faire du bien. » Jé. 10 : 1-5. {5SC6-12: 9.2.1}

Dieu a donc mis en garde l’église contre les coutumes païennes. {5SC6-12: 9.2.2}

En outre, pour les foules infidèles qui célèbrent Noël, le Christ n’est rien d’autre qu’un simple homme. Pour d’autres, Sa naissance n’a pas plus de valeur que celle d’autre à qui l’on rendrait hommage. {5SC6-12: 9.2.3}

Le plus grave pendant Noël, ce sont les échanges de cadeaux. Cette pratique engendre le péché, elle suscite non seulement la jalousie mais aussi la déception ou l’excès. Tandis que certains affichent leur vanité et glissent dans la débauche et l’immoralité, d’autres moins heureux, ressentent l’envie ou le découragement, ou les deux, et vont jusqu’à parfois même s’ôter la vie. {5SC6-12: 9.2.4}

La célébration de Noël est issue d’un culte païen qui démoralise les nations, c’est pourquoi le serviteur de Dieu refrènera ses tendances prétentieuses et son humanitarisme fallacieux en refusant d’échanger des cadeaux. {5SC6-12: 9.2.5}

« Qui ne te craindrait, roi des nations ? C’est à toi qui la crainte est due. Elles sont une chose de néant, une œuvre de tromperie ; elles périront, quand viendra le châtiment. Les bergers ont été stupides, ils n’ont pas cherché l’Eternel ; c’est pour cela qu’ils n’ont point prospéré, et que tous leurs troupeaux se dispersent. » Jé. 10 : 7, 15, 21. (Voir « La Verge du Berger, » Vol. 1, pp. 146, 147). {5SC6-12: 9.2.6}

—————————————————————————————————————————-

DISCUSSION SUR DES POINTS DE DOCTRINE ESSENTIELS

Cher frère J. :

Plusieurs raisons expliquent pourquoi je réponds si tardivement à votre longue lettre. Vous avez évoqué un « profond silence » de ma part et la raison en est que je n’étais certain que mes réponses à vos questions vous satisferaient ; en effet, vos lettres me font dire que vous verser chaque jour dans la critique et la chicanerie. {5SC6-12: 9.1.6}

Au début, vous ne doutiez, à ma connaissance, que sur la doctrine du royaume à propos de laquelle vous avez indirectement été informé qu’une étude avait été menée mais n’avait pas encore fait l’objet d’une publication. Seulement, votre dernière lettre révèle que chaque littérature suscite maintenant chez vous une interrogation. Cela ne me surprend guère, car l’histoire de l’église et mon expérience dans le message m’ont appris que lorsqu’on commence à nourrir des doutes sur un point de doctrine, l’on finit par douter des vérités qu’on défendait autrefois pour en fin de compte, abandonner toute la vérité. {5SC6-12: 9.1.7}

Par conséquent, frère J, même si aujourd’hui vous croyez encore que « La Verge du Berger » contienne un message adressé à l’église Adventiste, je me satisfais que dans peu de temps, ce ne soit plus le cas, à moins qu’un changement décisif ne s’opère en vous. Néanmoins, je m’acquitterai de mes responsabilités envers vous en tentant de répondre à vos questions du mieux que je peux et selon les lumières que Dieu m’envoie. En effet, si je ne répondais pas à votre lettre, vous continueriez sans nul doute de croire que vos questions sont insolubles et que mon « profond

9

silence » vient uniquement conforter votre conscience coupable. Par conséquent, je répondrai à vos questions successivement suivant leur ordre d’apparition. {5SC6-12: 9.2.7}

Favoriser les Interprétations Personnelles

Au paragraphe cinq de votre lettre, vous déclarez : « Le gros frein nous empêchant de parvenir à l’unité de la foi est certainement la multitude d’interprétations et de compréhensions [humaines]. {5SC6-12: 10.1.1}

Frère J., je pense que par cette déclaration, vous mettez le doigt sur la véritable cause de votre problème. Si j’avais recueillis toutes les interprétations de croyant de la Vérité Présente sur les divers sujets Biblique abordés dans « La Verge du Berger, » j’aurais recueillis autant d’interprétations qu’il n’y a d’individus. Ce qui semblerait plausible à l’un, ne le serait pas du tout pour l’autre. Pourtant, c’est là votre recommandation pour parvenir à l’unité ! Par ailleurs, si je m’étais basé sur le savoir des hommes pour écrire livres et tracts, auriez-vous accepté ces derniers comme inspiré de Dieu ? {5SC6-12: 10.1.2}

Votre position sur certaines prophéties me persuade que vous avez raison lorsque vous dites : {5SC6-12: 10.1.3}

« Le seul remède contre cela [la diversité d’opinion], est que nous ayons les yeux oint du ‘collyre’ de la grâce et du discernement spirituel. ‘Ceux qui ne font pas cela seront tôt au tard exclus du message.’ » {5SC6-12: 10.1.4}

Mais ironiquement, vous êtes parmi ceux qui pèchent grandement à cet égard ! Vous reconnaissez que l’interprétation d’Esaïe 7 présentée dans le Tract N°6 est correcte, à savoir que « la crème et le miel » représentent la Parole de Dieu ; que les « deux brebis » représentent la Bible ; et que la « jeune vache » représente « l’Esprit de Prophétie. » Seulement, vous n’a su voir « qu’un homme, » et non « des hommes, » les nourrit. C’est par cet « homme » seul que l’on peut obtenir le « crème » et le « miel, » qu’ils proviennent de la Bible ou de « l’Esprit de Prophétie. » {5SC6-12: 10.1.5}

D’ailleurs, la prophétie de Zacharie 4, illustrée dans « La Verge Du Berger, » Vol. 2, p. 270, est si claire que même enfant de maternelle saurait, avec un peu d’aide, comprendre que le chandelier représente les membres d’église ; que les sept conduits représentent les prédicateurs, que le bol représente les écrits inspirés ; et que les deux conduits représentent les intermédiaires humains par lesquels sont transmises les prophéties. Seulement, vous n’avez su voir que dans ce magnifique symbolisme, Dieu vous enseigne précisément ce dont vous avertit « Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 475 ; lorsque le prophète Elie apparaîtra, vous n’avez pas à lui dire comment il doit interpréter les Ecritures ni comment enseigner son message. Mais comme vous n’êtes pas d’accord avec les interprétations de plusieurs prophéties, vous n’avez pas su reconnaître la primauté des prophètes de Dieu et étrangement, vous m’avez dans le même temps accusé de douter de « l’Esprit de Prophétie ! » {5SC6-12: 10.1.6}

Vous croyez que c’est Dieu qui vous conduit dans vos façons personnelles d’interpréter la Bible et l’Esprit de Prophétie. Comme Koré, Dathan et Abiram, vous dites : « N’est-ce pas aussi par nous que l’Eternel parle ? » C’est comme si vous disiez, « Nous sommes les enfants de Dieu et nous sommes conduits par l’Esprit de Dieu, comme l’homme qui doit nourrir la jeune vache et les deux brebis. » {5SC6-12: 10.2.1}

Frère J., si vous doutez de mes paroles, vous ne sauriez douter de votre propre expérience, car vous savez pertinemment que vous n’avez, jusqu’à maintenant, découvert aucune lumière ni sur la Bible, ni sur « l’Esprit de Prophétie. » Pourtant, vous prétendez être comme « l’homme qui nourrit la jeune vache et les deux brebis ! » {5SC6-12: 10.2.2}

De plus, c’est « La Verge du Berger » et non l’une de vos pseudo-lumières, qui vous à nouveau converti à « l’Esprit de Prophétie. » Cependant, vous déclarez ne plus avoir besoin de l’aide des écrits inspirés lorsque vous dites : « Je vous écris ceci nous pour ‘critiquer » et ‘chicaner’ sur la ‘crème et le miel’ ou sur quiconque, mais pour que chacun prenne individuellement sa part de ‘crème et de miel’, renonce au mal et choisisse le bien, jusqu’à ce que nous parvenions à l’unité de la foi. » {5SC6-12: 10.2.3}

Frère J., avec cette dernière phrase vous démontrez clairement, même si cela vous échappe, que dans l’exercice d’interprétation de la Parole de Dieu, vous préférez suivre une méthode qui est contraire à Dieu. Vous faites fi de l’avertissement de « Testimonies to Ministers, Témoignages pour les Pasteurs, » p. 475, vous faites fi de la vision du prophète et également de votre propre expérience. C’est seul, indépendamment de « l’Esprit de Prophétie, » que vous voulez extraire l’huile des deux oliviers et assumez le rôle de l’homme qui nourrit les brebis et la vache afin de produire votre propre lait ! Ces méthodes d’interprétation non inspirées que vous valorisez, ce sont elles qui ont plongé la Chrétienté dans la confusion. {5SC6-12: 10.2.4}

Rejet du Système en Place

Aux paragraphes six à neuf, vous tentez, sans pour autant le vouloir, de donner tort à « La Verge du Berger » en vous référant au numéro du « Code Symbolique » de Juillet 1934, à celui d’Avril 1935 et également au Tract n°5, concernant la phase organisationnelle qu’ils abordent. Vous tentez de nous faire croire que l’interprétation d’Esaïe 7 : 25 rédigée dans le numéro du « Code » de 1934, est contradiction avec l’interprétation faite dans le « Code » de 1937. En effet, à la base,

10

la « Verge » interprète Esaïe 7 : 25 comme étant une montagne spirituelle ; or, dans les mêmes écrits mais plus tard, elle interprète ce verset comme étant le Mont Carmel. Bien entendu, cela est faux ; et pour quelqu’un qui ignore ce que renferme la compilation de « La Verge du Berger, » votre argument paraît bien convaincant. {5SC6-12: 10.2.5}

Vous croyez que l’organisation s’est formée en 1934 tandis que vous rejetez celle qui s’est formée en 1937 alors qu’elle n’est que l’évolution de la première. La différence entre les deux est qu’en 1934, aucuns administrateurs ne furent nommés ; et ils furent nommés pour organiser la transmission du message à l’église de Loadicée, et non pour créer une dénomination composée de membres de tous bords. {5SC6-12: 11.1.1}

Le terme « organisation » tel qu’il est employé dans les écrits de « La Verge du Berger, » possède deux significations. D’une part, il évoque une organisation semblable à la dénomination Adventiste, organisée pour grossir ses membres qu’importe leur provenance. D’autre part, il évoque une organisation concentrant ses efforts uniquement dans l’église, et c’est ce que nous sommes aujourd’hui. Vous savez pertinemment qu’une communauté de personne ne peut rien accomplir sans s’organiser au préalable. Un simple foyer ne peut être en ordre s’il n’implique pas qu’on use d’un système organisationnel. Vous n’avez pas su voir que notre œuvre ne peut s’accomplir sans une organisation préalable de nos membres. {5SC6-12: 11.1.2}

Tandis que vos interprétations ne sont pas fondées sur la moindre autorité inspirée, vous exigez que les miennes le soient quand vous affirmez que vous ne « voyez aucune autorité dans cette prophétie sur Israël, ni dans le type ou l’anti-type, appelant à une réorganisation de l’église Adventiste et au retrait de la ‘maison du trésor’ avant la ‘purification de l’église.’ » Cela est peut-être vrai, mais est-ce que cette prophétie est l’unique source de lumière sur la question ? Le fait qu’il existe d’autres prophéties portant que le sujet démontre bien que le message n’aurait pas pu être révélé sous tous angles par le biais d’une seule prophétie ou d’un type. Si au contraire, cela avait été le cas, le Seigneur ne nous aurait donné alors qu’une seule prophétie. Plusieurs auteurs inspirés confirment ce que j’avance et vous pourrez le vérifier ; en effet, le livret « Christ Our Righteousness, » p. 154, affirme clairement que la réforme implique une « réorganisation, » et je doute que vous attendiez qu’une réforme ait lieu après la purification. {5SC6-12: 11.1.3}

Remise en Question du Système Financier sur Lequel s’Appuie le Message

Vous cherchez à montrer que le Tract N°4 est en contradiction avec « La Verge du Berger, » Vol. 1, p. 51, au sujet de la dîme tout en étant incapable de comprendre que les différences observées sont dues à une différence de contexte et d’époque. Le Volume Un est le premier ouvrage qui nous avons publié. Les différentes fédérations ne connaissaient pas le message avant la parution du livre ; et alors que le désir du Seigneur était qu’il soit accepté de tous, il fut rejeté. Cependant, avant ce rejet, le Seigneur n’aurait pas supprimé la dîme de leur système tout en espérant qu’ils œuvrent pour l’avancement du message jusqu’à la fin. Lorsque les fédérations rejetèrent le message, qu’elles nous radièrent des églises et en vinrent à refuser de prendre nos dîmes, il devint nécessaire de continuer à présenter le message aux membres de l’église et d’employer les dîmes à cette fin. Expliquez-moi comment le message pourrait-il avancer sans aide financière ? Si vous connaissez un moyen et jugez que nos dîmes seraient utiles à une église qui a rejeté le message à une époque où l’Eternel ramène le filet, c’est avoie joie que nous les donnerions aux fédérations. Sérieusement frère J, votre attitude incohérente démontre toutefois que vous parlez avec plus de sagesse qu’il n’y paraît. En effet, vous dîtes dans votre lettre, « Le seul remède contre cela, est que nous ayons les yeux oint du ‘collyre’ de la grâce et du discernement spirituel. » {5SC6-12: 11.1.4}

D’un côté, vous admettez que les apôtres reçurent bien des dîmes et vous justifiez cela en affirmant que « le mouvement démarrait, qu’une nouvelle organisation naissait ; » tout en prétendant que ce n’est pas notre cas.  D’un autre côté, tandis que vous nous accusez d’avoir démarré un nouveau mouvement, vous nous critiquer parce que nous utilisons les dîmes ! Par cela, je vois bien quelque chose vous a embrouillé l’esprit car vous oubliez bien vite ce que vous savez sur notre message. Autrefois, vos compreniez très bien que notre œuvre et notre organisation étaient similaires à celle des apôtres. A eux aussi il fut au départ commandé de ne pas se tourner vers les nations mais d’aller enseigner le message dans l’église ; par la suite, ils devraient se tourner vers les nations. De même la façon, nous devons aujourd’hui rassembler les prémices qui sont dans l’église, et par la suite, nous rassembleront les seconds fruits qui sont parmi les nations. {5SC6-12: 11.2.1}

Vous me demandez si Elie, Ezéchiel, Jérémie, Jean-Baptiste et David ont réclamé des dîmes ; dans cette question vous sous-entendez qu’ils n’ont effectivement pas reçu de dîmes. Cependant, je n’ai vu nulle part qu’ils reçurent ou non des dîmes, mais je peux vous dire qu’ils utilisèrent des dîmes si leur œuvre en réclamait l’utilité comme c’est notre cas aujourd’hui. {5SC6-12: 11.2.2}

Dans la parabole du filet, il est dit que lorsque le filet fut plein, ils le tirèrent sur le rivage et « s’assirent. » Nous considérons le filet comme représentant l’église et les poissons sont les membres ; et le temps est maintenant venu pour que les anges séparent les mauvais poissons des bons poissons. Dieu, quant à Lui, s’est « assis » pour tirer le filet et faire la séparation ; Il ne se lève pas pour à nouveau déployer le filet et ramener à nouveau du poisson. Par conséquent, s’il n’est pas utile de déployer à nouveau le filet, il n’est plus nécessaire

11

d’employer les dîmes à cette fin. Par contre, il faut séparer les poissons, ainsi nous devons tout mettre à contribution pour opérer cette œuvre. C’est ce qu’enseigne le tract la « Moisson », et, dans votre lettre, vous admettez qu’il est « irréfutable. » {5SC6-12: 11.2.3}

Supposons qu’Ezéchiel Délivre Son Message

Pour vous, la déclaration d’Ezéchiel, « Je dis aux captifs toutes les paroles de l’Eternel » (Ez. 11 : 25), contredit ce que nous disons à savoir que le message d’Ezéchiel était prophétique et « qu’il ne l’a jamais annoncé à Israël. » Tract N°1, p. 8. Je ne m’attendais pas ce que vous soyez si à cheval sur l’interprétation littérale au point de croire que qu’Ezéchiel ait pu délivrer son à tout Israël, alors qu’en réalité il n’en a parlé qu’avec ses collaborateurs ! Si en ne s’adressant qu’à collaborateurs, vous considérez qu’il a délivré totalement son message, il en est donc de même pour nous, lorsqu’en 1929 nous avons délivrés notre message, car, en effet, nous aussi nous étions à l’époque uniquement adressé à nos collaborateurs. {5SC6-12: 12.1.1}

En outre, si Ezéchiel avait bien délivré son message à l’ancien Israël, l’Eternel aurait alors dû accomplir Sa parole au temps d’Ezéchiel en marquant les 144 000 et en tuant le reste qui n’avait pas la marque. {5SC6-12: 12.1.2}

Limiter l’Application des Montagnes d’Airain

Vous vous imaginez que si « La Verge du Berger » enseignait que les montagnes d’airain (Za. 6 : 1) intervenaient au même moment que le « royaume d’airain » (Da. 2 : 39), cela aurait appuyé notre position. Seulement, frères J, nous aurions été par la suite parfaitement incapables d’explique la prophétie. En effet, si nous faisons intervenir les « montagnes d’airain » au même moment que le royaume d’airain, alors la prophétie se serait alors étendue à l’époque de l’Empire Grec alors qu’elle s’étend sur une période allant de l’église Chrétienne et se prolongeant jusqu’à la fin des temps. En effet, l’une des montagnes représente l’église Chrétienne primitive, et l’autre, l’église à l’époque du Grand Cri. Par ailleurs, si l’un des montagnes se réfère à l’époque du royaume d’airain et l’autre à l’époque du royaume de fer, pour correspondre temporellement et respectivement, l’une devrait être d’airain et l’autre de fer et non d’airain. {5SC6-12: 12.1.3}

Avec de telles chicaneries, j’en viens à penser que vous vous démenez pour contredire le message du scellement, peut-être pas entièrement mais juste assez pour montrer que vous en êtes capable et pour calmer votre conscience coupable. Mais, à la fin, cette erreur involontaire résultera en votre exclusion du royaume. Votre comportement, mon frère, témoigne de votre « aveuglement et votre misère spirituelle. »–« Testimonies, » Vol. 3, p. 253 (Témoignages pour l’Eglise, Vol. 1, p. 375). {5SC6-12: 12.1.4}

Confusion Entre Les Deux Jugements

Vous objectez également contre l’interprétation faite par le « Code » de « Early Writings, (Premiers Ecrits)» p. 36, qui traite du « jugement. » Cependant, frère J, je suis certain que si le « Code » avait déclaré que le « jugement des morts » avait lieu pendant le millenium, comme vous semblez le croire actuellement, cela ne vous aurait pas satisfait non plus. Si l’interprétation du « Code » était, à l’époque, allé dans votre sens, vous auriez eu de quoi nous contredire, alors qu’aujourd’hui vous n’avez rien. En effet, chez les Adventistes, lorsqu’il est question du jugement pendant la période du millenium, nous le désignons comme le « jugement des méchants qui sont passés par la mort ; » et, lorsqu’on parle de la période du jugement allant de 1844 jusqu’au jugement des vivants, nous la désignons de la même façon que « Early Writings (Premiers Ecrits) » à savoir le « jugement des morts » ; c’est ce que « l’Esprit de Prophétie » nous a enseigné. Néanmoins, qu’il s’agisse de tel ou tel jugement, la leçon à en tirer n’est pas différente. C’est pourquoi, je reste convaincu que vous vous efforcez de créer des problèmes, sans même le vouloir. {5SC6-12: 12.2.1}

Je sais quand a lieu « le jugement des morts, » mais si je vous avais dévoilé toute la vérité, vous ne l’auriez guerre accepté. Cependant, puisque la question a été soulevée, je me dois de répondre. Le jugement des morts mentionné dans « Early Writings (Premiers Ecrits) » s’applique à tous les jugements des morts connus car aucune précision n’est faite dans le texte. Ainsi, il est question de la période du jugement allant de 1844 jusqu’au jugement des « vivants ; et ensuite, il est question du jugement pendant le millenium. Pendant ces deux périodes a lieu un jugement des « morts. » {5SC6-12: 12.2.2}

Preuves d’incohérences

Concernant les trompettes, nous sommes parvenus à fournir une seule interprétation, mais vous, vous voulez fournir une double interprétation. Or, pour « le jugement des morts, » nous sommes parvenus à fournir une double interprétation, mais vous, vous voulez qu’il n’y en ait qu’une seule ! Pardonnez-moi, mais ce trésor d’incohérence nous décourage ! {5SC6-12: 12.2.3}

Pour les sept trompettes, nous sommes parvenus à une interprétation de nature symbolique, ce que vous admettez « ne pas pouvoir réfuter. » Et maintenant, vous voudriez que nous attribuions une interprétation symbolique à tout ce que nous lisons dans la Bible, car selon vous, nous devrions interpréter le « camp » d’Ezéchiel 4 : 2 comme étant également symbolique. {5SC6-12: 12.2.4}

J’ai voulu me montrer honnête lorsque j’ai admis

12

de pas tout à fait comprendre le sujet des sept dernières plaies et à cause de cela, vous m’accusez maintenant de ne pas croire en « l’Esprit de Prophétie. » Vos chicaneries ne cessent de me confirmer que vous auriez de toute façon trouvé quelque chose à redire, qu’importe mon interprétation des plaies. Il me semblait que les lecteurs du « Code » étaient informés que nous croyions à cent pour cent à « l’Esprit de Prophétie. » Il me semblait qu’ils savaient étudier pour eux-mêmes, sans attendre que je leur présente les écrits de « l’Esprit de Prophétie » sur le sujet. Ils s’attendaient à ce que je leur fournisse plus de lumière sur la question, mais j’ai répondu dans les lignes du « Code » que je n’en avais pas. {5SC6-12: 12.2.5}

Après une étude approfondie, vous avez accepté « La Verge du Berger » comme étant un message envoyé par Dieu. Si vous aviez de la même façon considéré de manière approfondie votre position vis-à-vis de Dieu, et poursuivi votre étude des littératures pour y trouver davantage de vérité et non pour soulever un maximum de contradictions, vous n’en seriez pas là. Aujourd’hui, vous réclamez que soit expliquée la moindre chose. {5SC6-12: 13.1.1}

Les 144 000 se Tiennent sur le Mont Sion, mais Uniquement Après le Millenium

Je m’intéresse maintenant à votre question sur les 144 000. Se tiennent-ils sur le Mont Sion avant la fin du temps de grâce ? Si les 144 000 se tiennent sur le Mont Sion uniquement après le millenium, quoi Christ apparaîtrait-Il comme un agneau et non comme un roi ? (Ap. 14 : 1.) Pourquoi, le jugement investigatif est-il toujours en cours, comme le montre clairement les versets deux et trois ? En effet, il est écrit qu’au moment où les 144 000 se tiennent sur le Mont Sion, les joueurs de harpes « chantent… devant le trône, devant les quatre être vivants et les vieillards. » Cela montre donc que le jugement est en cours, de plus, les êtres vivants et les vieillards ne se tiennent pas devant le trône après la fin du temps de grâce. (Ap. 15 : 6-8.) Pour de plus amples explications sur le sujet, voir « La Verge du Berger, » Vol. 2, pp. 194-200. {5SC6-12: 13.1.2}

Concernant les trompettes, vous voudriez qu’il y ait deux interprétations alors qu’il est clair qu’il ne peut y en avoir qu’une seule ; or, vous devriez savoir que s’il existe un Mont Sion sur la terre après le millenium, il doit aussi en exister un avant. Frère J, si vous n’aviez pas perdu votre temps à ergoter, vous auriez vu que la présence des 144 000 sur le mont Sion après le millenium n’implique pas nécessaire qu’ils n’aient pu se trouver là avant le millenium. Le tract N°8, pp. 3-5 et « Early Writings, » pp. 17-19 parlent de temps et d’événements différents. Vous-même admettez que les 144 000 doivent se tenir sur le Mont Sion avant que la terre ne soit restaurée car vous dites, « s’ils mènent une vie Chrétienne, ils doivent d’abord suivre sur terre l’Agneau partout où Il va. » {5SC6-12: 13.1.3}

Remise en Question de l’Ascendance Juive des 144 000

Vous affirmez qu’il serait impossible que les 144 000 demeurent les descendants directs de Jacob après avoir assimilé par les nations. Si c’est le cas, autant dire que les descendants des douze fils de Jacob ne sont pas Israélites car vous n’êtes pas sans savoir qu’ils prirent toute des femmes non israélites. Joseph, le plus grand d’entre eux épousa la fille d’un prêtre Egyptien idolâtre. Ge. 41 : 45. {5SC6-12: 13.2.1}

Par ailleurs, vous ne vous dite pas que les douze tribus qui vécurent en Egypte pendant des centaines d’années, se mélangèrent les unes aux autres par le mariage ? Si vous admettez l’existence d’intermariages, vous reconnaissez également que Dieu les a quand même séparés en tribus, qu’importante l’ascendance maternelle. {5SC6-12: 13.2.2}

Frères J, votre aveuglement est tel que vous avez déclaré, « Dans sa volonté d’honorer Jacob et ses fils en leur donnant la qualité de 144 000, n’aurait-Il pas pu choisir ces derniers parmi les Juifs qui ont conservé soit leur lignée pure, soit leur ascendance tribale ? Pourquoi choisir ceux qui ont perdu leur identité en abandonnant tous leurs principes de foi et en contractant des unions interdites ? » {5SC6-12: 13.2.3}

Par cette phrase, vous mettez en avant la chair et non l’Esprit. En effet, vous essayez de dire que les Juifs actuels, dont les ancêtres ont rejetés et crucifiés le Seigneur, et qui refusent jusqu’à aujourd’hui de l’accepter comme leur Sauveur, sont plus dignes d’être aux côtés de l’Agneau sur le Mont Sion que ne le sont les Juifs et leurs descendants qui composèrent l’église Chrétienne primitive et qui préféraient mourir que de renier leur Seigneur. La promesse concerne non pas les Juifs non baptisés et leurs descendants car ceux-là ne sont Juifs que de nom ; elle concerne les Juifs spirituels. En d’autres termes, la promesse est faite non pas à ceux qui vendirent leur droit d’ainesse pour un potage et crucifièrent le Seigneur ; elle est faite aux Juifs qui, comme Jacob, acceptèrent que le Seigneur change leurs noms en se faisant appeler « Chrétiens. Il s’agit de l’Israël charnel et spirituel, des Juifs qui sont nés deux fois. Ainsi, les 144 000 sont de par leur sang, descendants de Jacob, et de par leur renaissance spirituelle, les descendants de Christ. Ils sont fils de Jacob et fils de Dieu, Juifs à part entière, véritables Israélites. Sans cette condition, les Ecritures ne sauraient s’accomplir entièrement. Un Juif Chrétien qui se marie avec un non Juif ne fait défaut à aucun principe de foi Biblique. Au contraire, il les applique. {5SC6-12: 13.2.4}

13

Interprétation des Pièces de Bois d’Ezéchiel comme Symbolisant les Morts

Dans Ezéchiel 37 : 16-28, il est question de la réunion des tribus d’Israël pour ne former qu’un seul royaume, et ceux qui interprètent cela comme étant la résurrection des morts ont certainement perdu tout discernement spirituel. L’Eternel n’a-t-il pas déclaré à Ezéchiel : « Voici, je prendrai les enfants d’Israël du milieu des nations, » et non de leur tombeau ? Ez. 37 : 21. Dieu n’a-t-Il pas l’intention de multiplier les vivants au lieu des morts ? Les nations ne « sauront-elles pas que… l’Eternel » a sanctifié Israël après la résurrection ? (Ez. 37 : 26, 28) Vous rejetez la validité de l’interprétation de ce chapitre faite dans le Tract N°8, et pourtant, votre interprétation n’est pas non plus valide ou même logique. Cela montre que vous faites tout pour vous fuir la vérité, sans aucun respect ni pour vous, ni pour Dieu, ni pour les autres. {5SC6-12: 14.1.1}

Dans votre lettre, vous citez des pages comme référence, afin d’appuyer vos dires selon lesquels Christ ne possédera aucun royaume littéral avant la fin du temps de grâce. Or, rejetez toutes les déclarations affirmant clairement qu’Il possédera effectivement un royaume littéral ! Pourquoi, alors que vous rejetez la vérité, avez recourt à des textes qui vont à l’encontre de ce vous avancez ? Pourquoi baser votre argumentation sur des textes que vous vous ne comprenez pas, au lieu de choisir des passages qui ne sous entendent pas cela mais déclarent toutefois : {5SC6-12: 14.1.2}

« Voici, je les ramène du pays du septentrion, je les rassemble des extrémités de la terre ; parmi eux sont l’aveugle et le boiteux, la femme enceinte et celle en travail ; c’est une grande multitude, qui revient ici. {5SC6-12: 14.1.3}

Nations, écoutez la parole de l’Eternel, et publiez-la dans les îles lointaines ! Dites : celui qui a dispersé Israël le rassemblera, et il le gardera comme le berger garde son troupeau. Ainsi parle l’Eternel, qui a fait le soleil pour éclairer le jour, qui a destiné la lune et les étoiles à éclaire la nuit, qui soulève la mer et fait mugir ses flots, lui dont le nom est l’Eternel des armées : si ces lois viennent à cesser devant moi, dit l’Eternel, la race d’Israël aussi cessera pour toujours d’être une nation devant moi. » Jé. 31 : 8, 10, 35, 36. {5SC6-12: 14.1.5}

« Je sanctifiera mon grand nom, qui a été profané parmi les nations, que vous avez profané au milieu d’elles. Et les nations sauront que je suis l’Eternel, dit le Seigneur l’Eternel, quand je serai sanctifié parmi vous sous leurs yeux. Je vous retirerai d’entre les nations, je vous rassemblerai de tous les pays, et je vous ramènerai dans votre pays. {5SC6-12: 14.1.6}

Je répandrai sur vous une eau pure, et vous serez purifiés ; je vous purifierai de toutes vos souillures et de toutes vos idoles. Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair. Je mettrai mon esprit en vous, et je ferai en sorte que vous suiviez mes ordonnances, et que vous observiez et pratiquiez mes lois. Vous habiterez le pays que j’ai donné à vos pères ; vous serez mon peuple, et je serai votre Dieu. {5SC6-12: 14.2.1}

Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : le jour où je purifierai de toutes vos iniquités, je peuplerai les villes, et les ruines seront relevées ; la terre dévastée sera cultivée, tandis qu’elle était déserte aux yeux de tous les passants ; et l’on dira : cette terre dévastée est devenue comme un jardin d’Eden ; et ces villes ruinées désertes et abattues, sont fortifiées et habitées. Et les nations qui resteront autour de vous sauront que moi, l’Eternel, j’ai rebâti ce qui était abattu, et planté ce qui était dévasté. Moi, l’Eternel, j’ai parlé, et j’agirai. Ainsi parle le Seigneur, l’Eternel : voici encore sur quoi je me laisserai fléchir par la maison d’Israël, voici ce je ferai pour eux ; je multiplierai les hommes comme un troupeau. » Ez. 36 : 23-28 ; 33-37. {5SC6-12: 14.2.2}

« Son chef sera tiré de son sein, son dominateur sortira du milieu de lui ; je le ferai approcher, et il viendra vers moi ; car qui oserait de lui-même s’approcher de moi ? Dit l’Eternel. La colère ardente de l’Eternel ne se calmera pas, jusqu’à ce qu’il ait accompli, exécuté les desseins de son cœur. Vous le comprendrez dans la suite des temps. » Jé. 30 : 21, 24. {5SC6-12: 14.2.3}

« Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume… il brisera et anéantira tous ces royaumes-là. » Da. 2 : 44. {5SC6-12: 14.2.4}

« Tu as été pour moi un marteau, un instrument de guerre. J’ai brisé par toi des nations, par toi j’ai détruit des royaumes. » Jé. 51 : 20. {5SC6-12: 14.2.5}

Frère J, ces textes déclarent clairement que Dieu fera à nouveau de la postérité de Jacob un royaume au milieu des nations ; après qu’Il nous aura ramené dans notre pays et établit en tant que royaume, Il purifiera nos cœurs ; avec ce royaume, Il brisera et consumera les nations. Pensez-vous que Dieu promette ici une chose qu’Il ne peut ou n’a pas l’intention d’exécuter ? Ou qu’Il nous purifiera de nos péchés après la fin du temps de grâce ? {5SC6-12: 14.2.6}

14

Il est vrai qu’à de nombreuses reprises, le Christ est qualifié « d’homme » dans les Ecritures, mais vous ne me ferez pas croire que « l’homme » de Luc 19 : 14 est Christ. Qu’importe votre aveuglement spirituel, vous verrez que ce passage des écritures est forcément littéral. A l’époque où ces concitoyens envoyèrent l’ambassade, le Christ était au Ciel, et « l’homme, » dont ils refusaient qu’il règne sur eux, était sur terre ; et cet événement s’est déroulé avant que ne revienne le Christ. {5SC6-12: 15.1.1}

—————————————————————————————————————

TOUJOURS EN PREPARATION FACE AU « MAL QUI APPROCHE »

Il y a quatre ans de cela, Le Code Symbolique paraissait avec, pour la première fois, sa rubrique d’avis d’obsèques, ponctuant douloureusement un an et demi de bonnes nouvelles. {5SC6-12: 15.1.2}

Et alors que nous regardons s’achever cette dixième année, nous portons à nouveau le deuil pour frère Eugene Soper Lipsey. En effet, le Code vous annonce qu’un autre fidèle a été mis au repos au cimetière du Carmel. Il repose « seul dans les bois, » attendant le matin de la résurrection. {5SC6-12: 15.1.3}

A nouveau, nous voyons que « le juste périt, et nul n’y prend garde ; les gens de bien sont enlevés, et nul ne fait attention que c’est par suite de la malice que le juste est enlevé. [En tant que croyants de la vérité présente, nous devrions comprendre que ce jour mauvais mentionné dans ce passage est aujourd’hui plus proche qu’il n’y a dix ans, lorsque nous découvrîmes cette vérité]… il reposera sur sa couche, celui qui aura suivi le droit chemin. [Si nous voulons les revoir, tâchons d’être vigilants, de peur de nous retrouver parmi ceux qui ouvrent une large bouche et tirent la langue. A ceux-là, l’Eternel déclare :]… De qui vous moquez-vous ? Contre qui ouvrez-vous une large bouche et tirez-vous la langue ? N’êtes-vous pas des enfants de péché, une race de mensonge ? » Es. 57 : 1, 2, 4. {5SC6-12: 15.1.4}

Les Rites Funéraires

Sermon

Prière prononcée par V.T. Houteff

« C’est pourquoi, comme par un seul homme le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché. » Romains 5 : 12. {5SC6-12: 15.1.5}

La mort est une chose horrible, certainement la plus terrible des choses. Lorsqu’on pèche, cela nous semble agréable, mais en fin de compte cela n’engendre que douleur, peine, malheur et pour terminer, cette fin horrible, la mort ! {5SC6-12: 15.1.6}

Néanmoins, voici ce que déclare l’Eternel par la bouche du prophète Daniel, « Plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l’opprobre, pour la honte éternelle. » Da. 12 : 2. {5SC6-12: 15.1.7}

Oui, nous pleurons amèrement la perte soudaine de frère Lipsey, mais notre joie prend le dessus car sa vie et son caractère nous donnent l’assurance la plus ferme, qu’une couronne de gloire éternelle l’attend, laquelle il recevra au matin de la résurrection. {5SC6-12: 15.1.8}

Au sujet de la résurrection, l’apôtre Paul déclare ceci : {5SC6-12: 15.2.1}

« Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l’ignorance au sujet de ceux qui dorment, afin que vous ne vous affligiez pas comme les autres qui n’ont point d’espérance. Car, si nous croyons que Jésus est mort et qu’il est ressuscité, croyons aussi que Dieu ramènera par Jésus et avec lui ceux qui sont morts. Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas deux qui sont morts. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de la Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement. Ensuite, nous les vivants, qui seront restés, nous serons tous ensemble enlevés avec eux sur des nuées, à la rencontre du Seigneur dans les airs, et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. » 1 Th. 4 : 13-17. {5SC6-12: 15.2.2}

« Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » (Ap. 21 : 4) {5SC6-12: 15.2.3}

« Le loup habitera avec l’agneau, et la panthère se couchera avec le chevreau ; le veau, le lionceau, et le bétail qu’on engraisse, seront ensemble, et un petit enfant les conduira. » Es. 11 : 6. {5SC6-12: 15.2.4}

15

 

Et parlant à travers l’Apôtre Paul, le Saint-Esprit déclare : {5SC6-12: 16.1.1}

« Ce sont des choses que l’œil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au cœur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. » 1 Co. 2 : 9. {5SC6-12: 16.1.2}

(Chant : « La Sombre Vallée ne sera plus. »– Sr. V.T. Houteff)

Il n’y aura plus de pleurs au retour de Jésus,

Il n’y aura plus de pleurs au retour de Jésus,

Lorsque Jésus reviendra en ce jour glorieux

Pour ramener ses biens aimés chez eux.

Mes amis, la mort soudaine de frère Lipsey nous rappelle que la vie est incertaine. Ceux qui souhaitent jouir éternellement des promesses de Dieu, ne peuvent demeurer sourds ou endurcir leur cœur, lorsqu’ils entendant la douce voix du Maître qui dit : {5SC6-12: 16.1.3}

« Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et chargés, et je vous donnerai du repos. Prenez mon joug sur vous et recevez mes instructions, car je suis doux et humble de cœur ; et vous trouverez du repos pour vos âmes. Car mon joug est doux et mon fardeau léger. » Mt. 11 : 28-30. {5SC6-12: 16.1.4}

« Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs. » Hé. 4 : 7. {5SC6-12: 16.1.5}

Chant : « Je repose en Jésus. »–Sr. V.T. Houteff

Je repose en Jésus ! Repos bénis

Duquel personne ne se réveille en pleur ;

Un repos calme et tranquille,

Ininterrompu par l’adversaire.

Je repose en Jésus ! Quelle allégresse

De trouver d’entre dans un tel sommeil !

Avec la sainte assurance de reposer

Pour être à jamais bénis.

Je repose en Jésus ! Doux repos,

Dont le réveil est une bénédiction suprême ;

Aucune crainte, aucun ennemi, ne viendra troubler cette heure

Où se manifeste la puissance du Sauveur.

Je repose en Jésus ! Bientôt je me lèverai,

Lorsque la dernière trompette déchirera les cieux ;

Alors éclaterons les entraves du tombeau,

Et je me réveillerai revêtu d’immortalité.

Nécrologie

Eugene Soper Lipsey est né à Chicago, dans l’Illinois le 9 Mars 1911. Lui et sa famille déménagèrent plus tard à San Diego en Californie. {5SC6-12: 16.1.6}

A San Diego, Frère Lipsey fut le premier à croire à la Vérité Présente. Il acheta un exemplaire de « La Verge du Berger, » Vol. 1 en 1932 et ses lectures le convertirent au message. Au printemps de la même année, lorsque le frère Warden originaire de Los Angeles, s’établit à San Diego, frère Lipsey le présenta à ses amis afin qu’il travaille pour eux. De cette rencontre naquit une petite communauté de presque vingt croyants. Frère Lipsey était un ouvrier de l’œuvre très zélé. Il assista frère Warden dans l’organisation d’une autre petite communauté à Escondido, à environ 50km au nord de Los Angeles, où il ajoutera d’autres personnes à sa liste de convertis. {5SC6-12: 16.1.7}

En Juillet 1936, un an après le début de la construction du Mont Carmel, frère Lipsey est venu nous aider. Il œuvra dans presque tous les départements du Carmel ces trois dernières années. Il était dévoué qu’importe la tâche qui lui était confiée ; c’était un étudiant de la Biblique zélé, prêt à enseigner, et honnête en toute chose. Le frère Lipsey était empreint d’une foi sincère. {5SC6-12: 16.2.1}

Nous avons appris à aimer frère Lipsey et c’est aujourd’hui que nous réalisons à quel point. Près de son épouse, ses parents et ses proches, sachez que nous avons la plus grande peine. {5SC6-12: 16.2.2}

Le 7 Septembre 1939, il épousa Melle Carol Hogan, elle-même dévouée au Mont Carmel. Ils en ont fait leur demeure. {5SC6-12: 16.2.3}

Le 8 Novembre 1939, après avoir été frappé par la maladie, il décéda en moins d’une semaine, endeuillant auprès de son épouse, son père, sa mère, son frère et sa sœur et une foule d’amies, ainsi que tous les résidents du Mont Carmel. {5SC6-12: 16.2.4}

Chant : « Ton Repos est Doux »–Sr. A.G. Smith and Sr. V.T. Houteff{5SC6-12: 16.2.5}

Mise en Terre

Prions pour que nous demeurions fidèles et justes et retrouvions frère Lipsey au jour de la résurrection. {5SC6-12: 16.2.6}

« L’Eternel Dieu forma l’homme de la poussière de la terre, il souffla dans ses narines un souffle de vie et l’homme devint un être vivant. » Ge. 2 : 7. {5SC6-12: 16.2.7}

Ainsi, « Tu es poussière, et tu retourneras à la poussière. » Ge. 3 : 19. {5SC6-12: 16.2.8}

« Il me dit : Voici, je vais faire entrer en vous un esprit, et vous vivez ; je vous donnerai des nerfs, je ferai croître sur vous de la chair, je vous couvrirai de peau, je mettrai en vous un esprit, et vous vivrez. Et vous saurez que je suis l’Eternel. » Ez. 37 : 4-6. {5SC6-12: 16.2.9}

Lorsque le Fils de l’homme apparu que la grand nuée blanche, « Ils répondirent à son appel, et apparurent revêtus d’une glorieuse immortalité, et s’écriant : ‘La mort a été engloutie dans la victoire. O mort, où est ta victoire ? O mort, où est ton aiguillon?’ »–« Early Writings, (Premiers Ecrits) » p. 287. {5SC6-12: 16.2.10}

Les fidèles laissèrent le tombeau en chantant : « Lorsqu’On m’Appellera Là-Haut, Je Serai Là. » {5SC6-12: 16.2.11}

16