L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




Salutations Pour Notre Temps, Volume 2, N° 17, 18

Salutations Pour Notre Temps, Volume 2, N° 17, 18

2TG17-18-1200x675.jpg

1

MEDITATION

La Séduction des Richesses

Cette après-midi, je lirai les pages 37 et 38 du livre «Paraboles de Jésus». {2TG17: 2.1}

P.J. p. 37, 38: «’amour des richesses recèle une puissance de fascination et de séduction. Ceux qui possèdent les biens de la terre oublient trop souvent que c’est Dieu qui donne la faculté de les acquérir. Ils disent: «force et la puissance de la main m’ont acquis ces richesse.» Au lieu d’être un sujet de reconnaissance envers Dieu, leurs richesses les amènent à se glorifier eux-mêmes. Ils perdent le sentiment de leur dépendance à l’égard du Créateur et de leurs obligations envers leurs semblables. Oubliant de considérer la fortune comme un talent dont il faut faire usage pour la gloire de Dieu et le relèvement de l’humanité, ils l’utilisent à des fins égoïstes. Une telle utilisation des richesses, au lieu de développer en l’homme le caractère de Dieu, favorise l’implantation de celui de Satan. {2TG17: 2.2}

«l’invasion des autres convoitises.» Les biens de cette vie sont neutres en eux-mêmes; ils deviennent pernicieux à partir du moment où on leur donne la prééminence sur le royaume de Dieu. Tout ce qui éloigne de Dieu, tout ce qui ravit les affections dues au Christ est un ennemi de l’âme. {2TG17: 2.3}

Prions afin que Dieu soit Celui qui nous donne l’opportunité d’obtenir ce dont nous avons besoin, et qu’Il octroie des richesses dans nul autre but que de le servir lui, en servant notre prochain. Cette lecture nous exhorte également à prier afin que nous prenions garde au moi, et puissions apprendre à rendre à Dieu ses mérites pour toutes bonnes actions accomplis, et d’accuser le Diable de nos péchés. {2TG17: 2.4}

2

UN GOUVERNEMENT MONDIAL ET LE SEUL PEUPLE QUI REFUSERA DE S’Y SOUMETTRE

ÉTUDE PRÉSENTÉE PAR V.T. HOUTEFF

MINISTRE DES ADVENTISTES DAVIDIENS DU 7e JOUR

SABBAT 06 DECEMBRE 1947

CHAPELLE MONT CARMEL

WACO, TEXAS

 

Daniel 7, Apocalypse 13, 17

3

Ap. 13: 1-10 – «je vis monter de la mer une bête qui avait dix cornes et sept têtes, et sur ses cornes dix diadèmes, et sur ses têtes des noms de blasphèmes. La bête que je vis était semblable à un léopard : ses pieds étaient comme ceux d’un ours, et sa gueule comme une gueule de lion. Le dragon lui donna sa puissance, et son trône, et une grande autorité. Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort ; mais sa blessure mortelle fut guérie. Et toute la terre était dans l’admiration derrière la bête.

«ils adorèrent le dragon parce qu’il avait donné l’autorité de la bête disant : Qui est semblable à la bête, et qui peut combattre contre elle? Et il lui fut donné une bouche qui proférait des paroles arrogantes et des blasphèmes ; et il lui fut donné le pouvoir d’agir pendant quarante deux mois. {2TG17: 4.1}

Et elle ouvrit sa bouche pour proférer des blasphèmes contre Dieu pour blasphémer son nom, et son tabernacle, et ceux qui habitent dans le ciel. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné de faire la guerre aux saints, et de les vaincre. Et il lui fut donné autorité sur toute tribu, tout peuple toute langue et toute nation. Et tous les habitants de la terre l’adoreront, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie de l’agneau qui a été immolé. {2TG17: 4.2}

«quelqu’un a des oreilles, qu’il entende. Si quelqu’un mène en captivité, il ira en captivité ; si quelqu’un tue par l’épée, il faut qu’il soit tué par l’épée. C’est ici la persévérance et la foi des saints.» {2TG17: 4.3}

Nous avons ici la description d’une

4

bête, mais les autres versets attirent notre attention sur une autre bête. {2TG17: 4.4}

Ap. 13: 1-10 – «Puis je vis monter de la terre une autre bête, qui avait deux cornes semblables, à celles d’un agneau et qui parlait comme un dragon. Elle exerçait toute l’autorité de la première bête en sa présence, et elle faisait que la terre et ses habitants adoraient la première bête, dont la blessure mortelle avait été guérie. Elle opérait de grands prodiges, même à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait.»

Cette seconde bête monte, non pas de la mer, mais de la terre. Elle fait une image, quelque chose de semblable à la première bête ; ce qui veut dire qu’elle fait revivre les principes qui étaient en vigueur avant que la première bête ne reçut sa blessure mortelle. {2TG17: 5.1}

Ap. 13: 15-18 – «il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fit que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués. Et elle fit que tous, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom. C’est ici la sagesse; que celui qui a de l’intelligence calcule le nombre de la bête. Car c’est un nombre d’homme, et son nombre est six cent soixante six

5

 (666).»

La Bible, nous le remarquons, place le nombre «», non pas sur la première bête, la bête semblable à un léopard, mais sur la seconde à savoir la bête à deux cornes; la description de la première bête s’achève au verset dix et celle de la bête à deux cornes commence au verset onze et s’achève au verset dix-huit.

Une brochure que la Dénomination édita à ses débuts, intitulée «mot au petit troupeau», brochure publiée par les fondateurs de la Dénomination, place aussi de manière correcte le nombre «», la bête à deux cornes. (cf. «mot au petit troupeau», page 19). {2TG17: 6.1}

L’Apocalypse étant un complément (Conquérants Pacifiques p. 520) du livre de Daniel, il est nécessaire que nous considérions quelque peu le livre de Daniel, le chapitre 7 en particulier. {2TG17: 6.2}

Dans la seconde phase de la quatrième bête de Daniel, la petite corne dépeint la montée brutale d’une puissance qui s’oppose au peuple de Dieu. La représentation symbolique de la bête semblable à un léopard dont parle Jean au chapitre 13, laquelle est une continuation de la quatrième bête de Daniel, révèle ce qui arrive à cette puissance démoniaque. {2TG17: 6.3}

Daniel explique que les quatre bêtes auxquelles il fait allusion, symbolisent quatre empires mondiaux qui se succèdent. On comprend généralement qu’elles symbolisent Babylone, les Mèdes et les Perses, la Grèce et Rome. Remarquez que la bête semblable à un léopard dont parle Jean, à la tête d’un lion (1ère bête), les pieds d’un ours (2ème bête), le corps d’un léopard (3ème bête) et 10 cornes (4ème bête). {2TG17: 6.4}

Ainsi vous constatez que la bête semblable à un léopard est composée des quatre bêtes de Daniel, elle tire son origine de ces dernières. Elle

6

doit par conséquent représenter le monde après la chute du quatrième empire, c’est-à-dire après la Rome Païenne. {2TG17: 6.5}

De plus les dix cornes sans couronne de la bête de Daniel symbolisent les rois qui devaient s’élever de l’empire Romain. Les cornes de la bête semblable à un léopard démontrent que cette dernière représente la période pendant laquelle les rois reçurent leurs couronnes période faisant suite à la désintégration de l’empire Romain-Païen. {2TG17: 7.1}

En outre, la bête semblable à un léopard blasphéma Dieu et son tabernacle aussi longtemps que le fit la quatrième bête de Daniel dans sa seconde phase (Rome ecclésiastiques): c’est-à-dire «temps, des temps et la moitié d’un temps» (trois ans et demi), quarante deux mois. Il est alors évident que la bête semblable à un léopard régna en même temps que la bête indescriptible dans sa seconde phase, la phase de la petite corne ayant l’apparence d’une tête. La blessure mortelle de la bête semblable à un léopard représente par conséquent le coup mortel porté par la Réforme Protestante. Par conséquent la tête blessée représente la puissance symbolisée par la corne (tête) de Daniel (fusion de puissance religieuse et civile) dépouillée de son autorité civile- c’est-à-dire sans corne. {2TG17: 7.2}

Or, puisque d’une part les cornes de la bête dont parle Jean symbolisent les nations, et que la tête blessée symbolise une organisation religieuse séparée de la puissance civile et d’autre part, puisque les sept têtes sont toutes semblables à l’exception de celle qui a la blessure, il est évident que les têtes, au nombre de sept, décrivent des corps religieux – la Chrétienneté toute entière. Etant au nombre de dix, les cornes décrivent les gouvernements civils dans leur intégralité. Les têtes et les cornes par conséquent représentent le monde d’aujourd’hui, tout comme chacune des quatre bêtes de Daniel décrivaient respectivement le monde à leur époque. {2TG17: 7.3}

7

Les cornes et les têtes sont toutes présentes sur la bête en même temps, elles ne s’élèvent pas les unes après les autres, ni ne tombent de la même manière que les cornes des chapitres 7 et 8 de Daniel ; ceci devrait convaincre une fois pour toutes tout esprit rationnel que ces cornes et ces têtes symbolisent des corps civils et religieux, lesquels existent en même temps et n’apparaissent pas les uns après les autres. {2TG17: 8.1}

Le fait que le blasphème soit placé sur les têtes et non sur les cornes implique que les corps religieux représentés ici n’adorent pas Dieu selon la vérité, qu’ils n’agissent pas selon leur profession de foi. L’interprétation correcte que donne l’Inspiration est la du mot blasphème est la suivante : «connais ta tribulation et ta pauvreté (bien que tu sois riche), et les calomnies de la part de ceux qui se disent Juifs et ne le sont pas, mais qui sont de la synagogue de Satan.» Ap. 2 :9. {2TG17: 8.2}

Il vaut mieux que chacun de nous reconnaisse ses manquements plutôt que de fuir la Vérité, car c’est la Vérité qui nous affranchira. {2TG17: 8.3}

De plus, puisque nous admettons que la Réforme infligea le coup mortel (à la Papauté) et engendra le Protestantisme, et puisque l’Inspiration dit que la blessure fut guérie, tout ceci prouve que nous pourrions sauver nos vies du danger qu’en reconnaissant un fait ; cette prise de conscience nous fortifiera autant que le fut David lorsque dans le passé il reconnut sincèrement ses fautes. Qu’avons-nous à reconnaitre? Uniquement ceci : Si le Protestantisme causa la blessure de la bête par le biais de la Réforme, alors la guérison de la blessure démontre simplement que la Réforme n’a pas réussi à garder la blessure ouverte, que l’objectif que s’étaient fixé les Réformateurs n’existe plus et que le despotisme a repris vie. Vraiment ce symbolisme ne nous enseigne rien de plus que ce que déclare le Message aux Laodicéens : {2TG17: 8.4}

8

«-que tu dis : Je suis riche, je me suis enrichi, et je n’ai besoin de rien, et parce que tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu, je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu, afin que tu deviennes riche et des vêtements blancs, afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas et un collyre pour oindre tes yeux, afin que tu vois». Ap. 3 :17,18. {2TG17: 9.1}

Etre dans une condition aussi déplorable et prétendre en même temps que l’on a besoin de rien, c’est vraiment un blasphème. {2TG17: 9.2}

Contrairement à la première bête, la seconde monte de la terre. Il est évident que la mer et la terre désignent deux localités différentes. Nous savons que les bêtes de Daniel 7 et la bête semblable à un léopard d’Apocalypse 13, celles qui montent de la mer viennent du Vieux Monde, les pays où l’humanité pris naissance. Qui, la «», symbolise bien le Vieux Monde, parce-que la mer est le grenier des eaux, le lieu où les eaux prennent leur source, tout comme le Vieux Monde est le lieu à partir duquel l’humanité s’est dispersée. {2TG17: 9.3}

La «», alors désigne une localité éloignée de la «», et se présente comme étant l’opposé de la mer – un pays composé d’habitants qui ont émigrés d’ailleurs. Le seul pays ou nation éloignée du Vieux Monde et jouissant d’une si grande influence comme le montre. La bête à deux cornes, laquelle émerge pendant la réforme protestante, après la formation de la bête semblable à un léopard, ce sont les Etats-Unis. En outre, les États-Unis constituent déjà une puissance il s’agit. Les deux cornes de la bête indiquent

9

deux pouvoirs politiques gouvernementaux – les Démocrates et les Républicains. Leur caractère semblable à celui d’un agneau leur confère une apparence de pureté, d’innocence, et de charité; il n’empêche que la bête parlant comme un dragon répudie l’apparence d’agneau que lui donnent les cornes. {2TG17: 9.4}

La bête à deux cornes exerce toute l’autorité qu’exerçait la première bête la bête semblable à un léopard, démontrant encore qu’elle doit être une puissance mondiale. Vraiment, une telle puissance lui est nécessaire afin de contraindre tous les habitants de la terre d’adorer comme elle l’ordonne. Cette puissance lui sera nécessaire pour instaurer une image de gouvernement basé sur l’Eglise et l’Etat lequel est aussi désuet que le moyen-âge lui même. Oui, il faut d’une telle puissance pour influencer le monde afin qu’il s’y soumette, à l’exception de ceux dont les noms sont inscrits dans le livre de vie de l’Agneau. {2TG17: 10.1}

Ap. 13: 13-15 – «Elle opérait de grands prodiges, même jusqu’à faire descendre du feu du ciel sur la terre, à la vue des hommes. Et elle séduisait les habitants de la terre par les prodiges qu’il lui était donné d’opérer en présence de la bête, disant aux habitants de la terre de faire une image à la bête qui avait la blessure de l’épée et qui vivait. Et il lui fut donné d’animer l’image de la bête, afin que l’image de la bête parlât, et qu’elle fît que tous ceux qui n’adoreraient pas l’image de la bête fussent tués.»

Ici vous remarquez que cette unification du monde réalisée dans le but d’apporter la paix et l’harmonie dans ce chaos, amènera au contraire un temps de détresse encore plus grand. Et pourquoi ? — Parce que, quoique la bête puisse amener le Communisme et le Capitalisme à une entente mutuelle, et quoiqu’elle puisse les

10

amener à se soumettre à l’image de la bête, cependant, tous ceux dont les noms sont inscrits dans le livre de Vie de l’agneau ne s’y conformeront jamais. De ces faits vous remarquez que tout le projet est dirigé par une puissance surnaturelle dont le but est de boycotter le peuple de Dieu néanmoins, il en sera délivré. {2TG17: 10.2}

Quand on adoptera le décret de la bête stipulant que personne ne pourrait ni acheter ni vendre, et que tous ceux qui refuseraient de s’y conformer seraient tués, alors Dieu protégera ses enfants, ceux dont les noms sont inscrits dans «Livre». Telle est sa fidèle promesse : «ce temps-là se lèvera Michaël, le grand chef, le défenseur de ton peuple ; et ce sera une époque de détresse, telle qu’il n’y en a point eu depuis que les nations existent jusqu’à cette époque. En ce temps-là, ceux de ton peuple qui seront trouvés inscrits dans le livre seront sauvés. Dn. 12: 1. {2TG17: 11.1}

Ap. 13: 16-17 – «Et elle fit que tous, petits et grands riches et pauvres, libres et esclaves, reçussent une marque sur leur main droite ou sur leur front, et que personne ne pût acheter ni vendre, sans avoir la marque, le nom de la bête ou le nombre de son nom.»

Cette puissance, vous le constatez doit aussi contrôler les marchés mondiaux. {2TG17: 11.1}

Cette prédication symbolique de l’instauration future du gouvernement mondial indique clairement que le gouvernement mondial à venir ne sera ni les Nations-Unies, ni le Communisme, mais une puissance ecclésiastique. Nous savons qu’il ne s’agit pas du communisme, parce que, le Communisme est hostile à la religion, tandis que la bête lui est favorable. {2TG17: 11.2}

Quand ces choses arriveront, ce qui ne saurait tarder

11

à l’horizon, alors ceux dont les noms sont écrits dans, le «Livre de Vie» seront délivrés, tandis que tous les autres auront reçu la marque de la bête. Il n’y aura ni de position, ni de catégorie intermédiaires. {2TG17: 11.3}

Nous devrions décider maintenant de ce que nous ferons pour ne pas être pris au dépourvu. C’est la véritable raison pour laquelle la lumière de la Vérité nous est maintenant parvenue. {2TG17: 12.1}

Le monde sera encore partagé en «blocs». Mais ce ne sera plus entre le Capitalisme et le communisme. Il y aura d’une part ceux qui adorent la bête et son image, et de l’autre ceux qui adorent Dieu, et dont les noms seront inscrits dans le Livre. Ces derniers constitueront le seul peuple qui ne se soumettra pas à ce gouvernement mondial à venir. {2TG17: 12.2}

12

Bénis soit ceux qui restent toujours

Purs et droits;

Qui de la voie droite

Des commandements de Dieu ne s’écartent jamais !

Bénis soit celui qui, à ses lois justes

Obéit,

Et a avec ferveur et d’un humble zèle

Cherché à gagner ses faveurs !

Tu nous as exhortés, Seigneur,

A rechercher ta sainte volonté;

Et d’employer toute notre énergie

A accomplir tes statuts.

Ainsi que ta sainte volonté

Soit l’objet de ma pensée;

Et que dans ma vie je chemine

Selon Ta direction.

–Anon–

13

MEDITATION

«La Jeunesse Soit Entourée Par De Bonnes Influences.»

Je lirai dans «Les Paraboles de Jésus», à la page 38 {2TG18: 14.1}

P.J. p. 38: «qu’on est jeune, vigoureux et susceptible d’un développement rapide, on court le danger de se laisser entraîner par une ambition égoïste. . Durant cette période de formation de leurs enfants, les parents ont une très grande responsabilité. Ils devraient s’efforcer d’entourer la jeunesse d’influences saines qui lui permettront d’acquérir une juste conception de la vie et la conduiront au véritable succès. … Or plus on se livre au plaisir, plus il devient une obsession. Ces jeunes gens sont à tel point absorbés par les amusements qu’ils finissent par les considérer comme le but principal de la vie. Ils contractent des habitudes de paresse et de laisser-aller qui les rendent incapables de devenir de bons Chrétiens.» {2TG18: 14.2}

Prions afin que les jeunes soient formés à se détourner du moi. Que les parents eux-mêmes s’y exercent car bien souvent l’influence parentale conduit les enfants à la mondanité et l’orgueil. Que les parents et les enfants réalisent que plus le désir de plaisir est recherché plus il est dur et impossible à satisfaire. Comprenons tous qu’à moins que les jeunes ne soient bien aiguillés dans la vie et la vraie réussite personnelle, ils seront absorbés par les distractions et en feront l’élément principal de leur vie. {2TG18: 14.1}

14

LE DERNIER GOUVERNEMENT MONDIAL SERA-T -IL COMMUNISTE OU CAPITALISTE?

ÉTUDE PRÉSENTÉE PAR V.T. HOUTEFF

MINISTRE DES ADVENTISTES DAVIDIENS DU 7e JOUR

SABBAT 13DECEMBRE 1947

CHAPELLE MONT CARMEL

WACO, TEXAS

Apocalypse 17

15

Ap. 17: 1-3 – «un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant: Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée qui est assise sur les grandes eaux. C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité que les habitants de la terre se sont enivrés. Et il me transporta en esprit dans un désert. Et je vis une femme assise sur une bête écarlate, pleine de noms de blasphème, ayant sept têtes et dix cornes.»

On réalise que cette bête est une description du monde à son époque, à l’instar de toutes les bêtes de Daniel et de l’Apocalypse qui décrivent le monde à leur époque. {2TG18: 16.1}

Le désert étant le contraire de la vigne, indique que le domaine de la bête ne se trouve pas en Terre Promise, qu’il n’est pas la vigne (Es. 5:7) mais aux pays des Gentils, «désert». De son domaine est donc exclue la Terre Sainte. Et le fait que la femme soit assise sur la bête et qu’elle la conduise, montre de façon certaine qu’elle la gouverne, et que la bête elle-même est un symbole du domaine de Babylone la Grande. {2TG18: 16.2}

Les dix cornes de la bête dépeignent les pouvoirs civils, comme le font les cornes de toutes les autres bêtes symboliques. Si la tête blessée à mort de la bête Léopard du chapitre 13 est le symbole d’une organisation religieuse, tel que cela est enseigné par la Dénomination, il s’ensuit que les têtes par similitude sont un symbole des corps religieux. C’est ainsi que cette bête, dans son intégralité, à l’instar de toutes les autres bêtes semblables dans la Bible, symbolise le monde Gentil dans sa totalité – des corps civils et religieux (cornes

16

et têtes). {2TG18: 16.3}

Blasphémer, c’est parler à la légère de Dieu, c’est être hypocrite, professer être quelque chose que l’on n’est pas. La définition de l’Inspiration est la suivante: «connais le blasphème de ceux qui se disent Juifs, et qui ne le sont pas, mais qui sont de la synagogue de Satan.» Ap. 2: 9 {2TG18: 17.1}

Ap. 17: 4-6 «femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution. Sur son front était écrit un nom, UN MYSTERE, BABYLONE LA GRANDE, LA MERE DES IMPUDIQUES ET DES ABOMINATIONS DE LA TERRE. Et je vis cette femme ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus. Et, en la voyant, je fus saisi d’un grand étonnement.»

Cette femme n’est pas le symbole de quelque chose de nouveau, mais d’une chose aussi ancienne que l’époque des martyrs, car elle est à l’origine de leur massacre. Que peut-elle être sinon une contrefaçon de la religion qui tire son origine du sacrifice irrecevable de Caïn? Dès lors, elle a enfanté le sectarisme et est devenue la mère des impudiques. Vous remarquerez que ses abominations sont très attrayantes, qu’elles sont dispensées d’une coupe en or tenue par des mains qui sont magnifiquement parées des choses les plus coûteuses de la terre. {2TG18: 17.2}

Ap. 17: 7-13 – «l’ange me dit: Pourquoi t’étonnes-tu? Je te dirai le mystère de la femme et de la bête qui la porte, qui a les sept têtes et les dix cornes. La bête que tu as vue était, et elle n’est

17

plus. Elle doit monter de l’abîme, et aller à la perdition. Et les habitants de la terre, ceux dont le nom n’a pas été écrit dès la fondation du monde dans le livre de vie, s’étonneront en voyant la bête, parce qu’elle était, et qu’elle n’est plus, et qu’elle reparaîtra. – C’est ici l’intelligence qui a de la sagesse. -Les sept têtes sont sept montagnes, sur lesquelles la femme est assise. Ce sont aussi sept rois: cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu, et quand il sera venu, il doit rester peu de temps. Et la bête qui était, et qui n’est plus, est elle-même un huitième roi, et elle est du nombre des sept, et elle va à la perdition. Les dix cornes que tu as vues sont dix rois, qui n’ont pas encore reçu de royaume, mais qui reçoivent autorité comme rois pendant une heure avec la bête. Ils ont un même dessein, et ils donnent leur puissance et leur autorité à la bête.

Ici nous avons une bête dont la description est similaire à celle de la Bête semblable à Léopard du chapitre 13. Les cornes de cette bête écarlate sont cependant sont couronnes et aucune de ses têtes n’est blessée. En outre, au lieu d’avoir le nom de Blasphème écrit uniquement sur ses têtes, tout son corps en est rempli. {2TG18: 18.1}

Lors des études précédentes, nous avons appris que la Bête Léopard symbolise le monde à partir de la chute de la Rome Païenne et ce jusqu’à notre ère (T.D.S. p. 479). Donc, la bête écarlate ayant aussi 10 cornes et 7 têtes, nous réalisons une fois de plus qu’elle se trouve notamment dans le temps être un symbole du monde avec ses pouvoirs civils et religieux – cornes et têtes. {2TG18: 18.2}

Vu que sa tête n’est pas blessée, comme l’est celle de la Bête Léopard, et vu que la blessure de la Bête Léopard es guérie, il est alors

18

évident que la bête écarlate représente le monde au moment où la blessure est guérie, à l’époque de la bête à deux cornes (Ap. 13:11-18) fait une image de la Bête Léopard avant qu’elle ait reçue la blessure. {2TG18: 18.3}

Vous remarquerez que les cornes de la quatrième bête de Daniel sont dépourvues de couronnes et que celles de la bête Léopard en ont, et une fois de plus, les cornes de la bête écarlate n’en portent pas. L’Inspiration, par le truchement de ces bêtes symboliques fait la description de trois périodes se succédant: (1) la période avant que les rois Européens ne reçoivent leurs couronnes; (2) la période pendant laquelle ils sont couronnés; (3) une période de rois sans couronnes, pendant laquelle Babylone la Grande règne en maîtresse. {2TG18: 19.1}

Le fait que les rois de ce monde qui portaient une couronne ont déjà été détrônés, constitue une preuve que la période de la Bête Léopard (cornes couronnées) est sur le point de passée, et que la période numéro trois, la période de la bête écarlate (cornes sans couronnes) est sur le point d’être inaugurée. Pour que la transition soit possible, la détresse actuelle des nations s’avère donc inévitable. {2TG18: 19.2}

Ap. 17: 14-18 – «combattront contre l’Agneau, et l’agneau les vaincra, parce qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et les fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi. Et il me dit: Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues. Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée, la dépouilleront et la mettront à nu, mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu. Car Dieu a mis

19

dans leurs cœurs d’exécuter un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies. Et la femme que tu as vue, c’est la grande ville qui a la royauté sur les rois de la terre.»

Encore une fois, le fait que les dix cornes (rois) aient un même dessein (contrairement au rois de Daniel 2: 42, 43 symbolisés par les dix orteils) mais n’ont pas encore de royaume, en plus du fait que la femme gouverne la bête, et notamment le fait que les dirigeants Communistes (rois sans couronnes) des nations en portent une (travaillent de concert pour une cause commune), — tous ces faits démontrent que bien que le communisme semble être la prochaine puissance qui gouvernera le monde, ce symbole prophétique souligne que le monde sera par la suite gouverné par un système religieux international, par Babylone la Grande, une rivale de la religion du Christ et une contrefaçon de la femme d’Apocalypse 12. La bête écarlate par conséquent est le symbole du gouvernement mondial dans lequel finalement les Nations Unies évolueront. {2TG18: 20.1}

Puisque ceux qui n’ont pas part à la première résurrection, à savoir tous les pécheurs impénitents, depuis le commencement du monde jusqu’au millénium, ressusciteront après les mille ans, ils découvriront avec certitude que leurs noms n’étaient pas écrits «le Livre de Vie» — non, aucun d’eux depuis la fondation du monde. La vérité qui se dégage de cette évidence, est que, ce n’est qu’à ce moment qu’ils contempleront la bête dans ses trois phases («était, et n’est pas, et est») c’est-à-dire, elle «» avant le Millénium; «n’est pas» pendant le Millénium; «et est» après le Millénium. {2TG18: 20.2}

Elle «’est pas pendant les mille ans, parce que au

20

commencement des mille ans, la bête et le faux prophète sont «és dans l’étang de feu», puis le «», tout le reste qui n’est pas sorti du domaine de Babylone, est «é par l’épée» du «des rois et Seigneur des seigneurs.» Ap. 19: 21, 16 {2TG18: 20.3}

En résumé, ayant vécu avant et après le Millénium, et étant mort pendant les mille ans, on découvre donc la bête en trois phases, trois périodes: la période pré-millénaire, pendant laquelle elle «était», le Millénium pendant laquelle elle «’est pas», et la période post-millénaire, où «elle est». {2TG18: 21.1}

Elle «montera du puits de l’abîme» (du puits où Satan lui-même sera lié pendant mille ans), puis «à la perdition» (Ap.17: 8); c’est-à-dire que peu de temps après il subira la seconde mort d’où il n’y aura pas de résurrection. {2TG18: 21.2}

«est un huitième roi et elle est du nombre des sept»; le chapitre 7 de Daniel contient 4 bêtes, Apocalypse 13 en contient 2, et Apocalypse 17 une – nous avons au total 7 bêtes. Toutefois la septième vit deux fois, et après donc sa résurrection «est la huitième», mais «elle est du nombre des sept». Puis elle va à la perdition, — souffrir la seconde mort. {2TG18: 21.3}

La déclaration «il y a sept rois», révèle que ces rois ne font pas partie du symbolisme; c’est-à-dire ils ne sont pas les cornes et ils ne sont pas les têtes. Toutes les cornes et les têtes sont présentes sur la bête, tandis que les «rois» ne sont pas symbolisés – cinq sont tombés, un existe, l’autre n’est pas encore venu. {2TG18: 21.4}

Nous devons réaliser pleinement que Dieu par ce

21

symbolisme fait un résumé de l’histoire du monde entier, comme je l’ai précédemment déclaré, la bête est non seulement un symbole du monde avant le Millénium, mais aussi un symbole du monde méchant après le Millénium. Les sept rois des royaumes «de la fondation du monde avant le déluge». (1) L’ancien monde avant le déluge; (2) l’ancien empire Babylonien; (3) l’Empire Médo Persan; (4) l’Empire Grec; (5) l’Empire Romain. Ceux-là sont tombés. (6) Celui qui est, le monde dont la détresse actuelle des nations doit naissance (pré-millénaire) dont la bête elle-même est un symbole dans sa première phase. Et (7) Celui qui doit venir est le monde après les mille ans, duquel la bête dans sa troisième phase est aussi un symbole. {2TG18: 21.5}

Ainsi, en harmonie avec ce symbolisme, le monde de péché est représenté de son commencement jusqu’à sa fin. Cette bête est par conséquent un résumé symbolique de toute la terre. {2TG18: 22.1}

L’«Heure» est évidemment le temps qui s’écoule entre la onzième et la douzième heure allégoriques tel que cela est énoncé dans Matthieu 20, au verset 6. {2TG18: 22.2}

A cette occasion, le nombre 10, comme ailleurs dans la Bible véhicule la signification d’universalité. Alors que la femme dirige la bête, les dix rois ne possèdent pas de royaume, mais conjointement à la bête ils recevront autorité comme rois. La phrase «encore», implique qu’après l’heure, ils recevront leur royaume. {2TG18: 22.3}

Ap. 17:14 – «Ils combattront contre l’agneau, et l’agneau les vaincra, parc qu’il est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois, et les appelés, les élus et le fidèles qui sont avec lui les vaincront aussi.»

22

Ces rois seront contre la religion et par conséquent antichrétiens. Finalement, ils feront la guerre avec le Seigneur et ses élus, ceux qu’il a choisis et qui lui sont fidèles, mais «l’Agneau vaincra»les rois. {2TG18: 23.1}

La femme, tel que cela fut démontré précédemment, es le symbole d’un système religieux confédéré avec qui, non seulement les cornes sont en désaccord, mais aussi ses ennemis. Par conséquent lorsque l’heure sera achevée, ils détrôneront la bête, la dépouilleront, et la brûleront. C’est alors qu’ils recevront leur royaume «pour un certain temps.» Dn. 7:12 {2TG18: 23.2}

Ap. 17: 17 – «Dieu a mis dans leurs cœurs d’exécuter son dessein et d’exécuter un même dessein, et de donner leur royauté à la bête, jusqu’à ce que les paroles de Dieu soient accomplies.»

L’appel à sortir de Babylone (Ap. 18: 4), est un appel invitant le peuple de Dieu à sortir de son empire géographique. {2TG18: 23.3}

Le dix-huitième chapitre étant la suite du dix-septième, nous l’étudieront notamment. {2TG18: 23.4}

Ap. 18: 1 – «ès cela, je vis descendre du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité; et la terre fut éclairée de sa gloire.»

Après quoi? Après que la bête écarlate sera établie et pendant que la femme, Babylone, sera assise sur lui. C’est alors que la terre sera éclairée de la gloire de l’ange, du message de l’heure. {2TG18: 23.5}

Ap. 18: 2-4 – «cria d’une voix forte, disant: Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande!

23

Elle est devenue une habitation de démons, repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux, parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité, et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. Et j’entendis du ciel une autre voix qui disait: Sortez du milieu d’elle mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux.»

Une voix céleste, l’Esprit de Vérité se fait entendre, appelant le peuple de Dieu à sortir de Babylone après que la terre aura été éclairée de la gloire de l’ange. Pour que le peuple de Dieu soit appelé à en sortir afin de ne pas participer à ses péchés, et pour qu’il ne reçoive pas ses plaies, il sera nécessairement appelé à se rendre dans un lieu sans péché, et aussi où il sera à l’abri des plaies de Babylone. Par conséquent, il se rend dans une église purifiée, sans péché, et dans une terre qui n’est pas en danger de recevoir les plaies. {2TG18: 24.1}

Ap. 18: 5-7 – «ses péchés se sont accumulés jusqu’au ciel, et Dieu s’est souvenu de ses iniquités. Payez-la comme elle a payé, et rendez-lui au double selon ses œuvres. Dans la coupe où elle a versé, versez-lui au double. Autant elle s’est glorifiée et plongée dans le luxe, autant donnez-lui de tourment et de deuil. Parce qu’elle dit en son cœur: Je suis assise en reine, je ne suis point veuve, et je ne verrai point le deuil!»

Elle a payé le peuple de Dieu en lui faisant du mal, et maintenant elle doit recevoir le double. Elle s’est vantée de gouverner le monde, et elle a dit en son cœur qu’elle n’est point «», que Dieu est son mari, mais elle s’est trompée. {2TG18: 24.2}

24

Ap. 18: 8-13 – «cause de cela, en un même jour, ses fléaux arriveront, la mort, le deuil et la famine, et elle sera consumée par le feu. Car il est puissant, le Seigneur Dieu qui l’a jugée. Et tous les rois de la terre, qui se sont livrés avec elle à l’impudicité et au luxe, pleureront et se lamenteront à cause d’elle, quand ils verront la fumée de son embrasement. Se tenant éloignés, dans la crainte de son tourment, ils diront: Malheur! Malheur! La grande ville, Babylone, la ville puissante! En une seule heure est venu ton jugement! Et les marchands de la terre pleurent et sont dans le deuil à cause d’elle, parce que personne n’achète plus leur cargaison, cargaison d’or, d’argent, de pierres précieuses, de perles, de fin lin, de pourpre, de soie, d’écarlate, de toute espèce de bois de senteur, de toute espèce d’objets en bois très précieux, en airain, en fer et en marbre, de cinnamome, d’aromates, de parfums, de myrrhe, d’encens, de vin, d’huile, de fine farine, de blé, de bœufs, de brebis, de chevaux, de chars, de corps et d’âmes d’hommes.»

Tout a été mis entre ses mains, et ses mains ont touché à tout, mais maintenant sa gloire arrive à sa fin. {2TG18: 25.1}

Ap. 18: 14-21 – «fruits que désirait ton âme sont allés loin de toi; et toutes les choses délicates et magnifiques sont perdues pour toi, et tu ne les retrouveras plus. Les marchands de ces choses, qui se sont enrichis par elle, se tiendront éloignés, dans la crainte de son tourment; ils pleureront et seront dans le deuil, et diront: Malheur! Malheur! La grande ville, qui était vêtue de fin lin, de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles! En une seule heure tant de richesses ont été

25

 détruites! Et tous les pilotes, tous ceux qui naviguent vers ce lieu, les marins, et tous ceux qui exploitent la mer, se tenaient éloignés, et ils s’écriaient, en voyant la fumée de son embrasement: Quelle ville était semblable à la grande ville? Et ils jetaient de la poussière sur leur tête, ils pleuraient et ils étaient dans le deuil, et ils criaient et disaient: Malheur! Malheur! La grande ville où se sont enrichis par son opulence tous ceux qui ont des navires sur la mer, en une seule heure elle a été détruite! Ciel, réjouis-toi sur elle! Et vous, les saints, les apôtres, et les prophètes, réjouissez-vous aussi! Car Dieu vous a fait justice, en la jugeant. Alors un ange puissant prit une pierre semblable à une grande meule, et il la jeta dans la mer, en disant: Ainsi sera précipité avec violence Babylone, la grande ville, et elle ne sera plus trouvée.»

Quelle violence! Et quelle fin honteuse ce sera lorsque les dix cornes se saisiront de Babylone, le quartier général de cette puissance mondial prétentieuse et pharisaïque. C’est maintenant pour nous l’opportunité de nous préparer en vue du largage des quatre vents, et de se préparer un asile, un lieu sans péché en vue du rassemblement du peuple et dans le but de terminer l’œuvre évangélique dans le monde entier. {2TG18: 26.1}

Ap. 18: 22-24 – «l’on entendra plus chez toi le son de joueurs de harpe, des musiciens, des joueurs de trompette, on ne trouvera plus chez toi aucun artisan d’un métier quelconque, on n’entendra plus chez toi le bruit de la meule, la lumière de la lampe ne brillera plus chez toi, et la voix de l’époux et de l’épouse ne sera plus entendue chez toi, parce que tes marchands étaient les grands de la terre, parce que toutes les nations ont été séduites par tes enchantements, et parce qu’on a trouvé chez elle le sang des prophètes et des saints et de tous ceux qui ont été

26

égorgés sur la terre.»

Nous reconnaissons que ce type de gouvernement n’a été établi que pour enrichir ses adhérents et ce au nom de la religion, une pratique qui surpasse toutes les autres formes d’idolâtrie. {2TG18: 27.1}

Si nos cœurs sont attachés aux richesses, si notre amour de l’argent grandit plus que notre amour d’aider à l’établissement du Royaume, alors; il n’y a aucun espoir. De telles personnes se trouveront attirées comme par un aimant vers Babylone. Nous devons nous souvenir que l’amour de l’argent est la racine de tous les maux, et qu’il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille, qu’à un riche d’entrer dans le Royaume. Cependant, il est triste de dire, qu’en dépit de cet avertissement solennel, nous voyons que même les plus informés dans les choses de Dieu deviennent les victimes d’un tel gain souillé. {2TG18: 27.2}

Si nous avons le dollar quand nous en avons besoin, il est aussi certain que jour après jour nous aurons le vêtement, la nourriture et un lit pour dormir; nous devrions nous sentir riches. Nous devrions nous sentir comme si nous avions un million de dollars à la banque. Oui, si nous recherchons premièrement le royaume de Dieu et Sa Justice, et si nous nous occupons des affaires de Dieu, n’étant pas indolents en quoi que ce soit, alors, toutes ces choses nous seront données par-dessus. (Mt. 6: 31-33) {2TG18: 27.3}

Nous avons donc compris une fois de plus, que le dernier gouvernement mondial ne sera ni Communiste, ni Capitaliste, mais qu’il sera Ecclésiastique, et il sera d’autant plus en faveur du Capitalisme que du Communisme. {2TG18: 27.4}

27


Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *