L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




Salutations Pour Notre Temps, Volume 1, N° 1, 2

Salutations Pour Notre Temps, Volume 1, N° 1, 2

ITG1-2-1200x675.jpg

1

PRIÈRE D’OUVERTURE

   Je lirai dans « Une Vie Meilleure », p. 115-116. Ces paragraphes sont basés sur l’écriture, « Cherchez premièrement le Royaume de DIEU. » {1TG1:2.1}

   V.M., p. 115 : « Les gens qui écoutaient les paroles du CHRIST étaient encore en train d’attendre avec impatience quelque annonce du royaume terrestre. Tandis que JÉSUS était en train de leur ouvrir les trésors du ciel, la suprême question qui préoccupait l’esprit de beaucoup était : Jusqu’à quel point nos rapports avec Lui augmenteraient nos chances dans le monde ? JÉSUS leur montre qu’en faisant des choses du monde leur suprême souci ils ressemblaient aux nations païennes qui les entouraient et qui vivaient comme si DIEU ne veillait pas avec tendresse sur toutes Ses créatures. {1TG1:2.2}

   « …’Votre Père céleste sait que vous avez besoin de toutes ces choses. Mais, cherchez premièrement le royaume et la justice de DIEU et toutes ces choses vous seront données par-dessus.’… Ouvrez vos cœurs pour recevoir ce royaume, et faire de son service votre plus grand intérêt. Bien que ce soit un royaume spirituel, ne craignez pas que vos besoins pour cette vie soient négligés. Si vous vous donnez vous-même pour le service de DIEU, Celui qui a tout pouvoir dans le ciel et sur la terre pourvoira à vos besoins. {1TG1:2.3}

   « JÉSUS ne nous dispense pas de l’effort, mais Il nous enseigne à Lui donner la première, la dernière et la meilleure place dans notre existence. Nous ne devons pas nous engager dans aucune affaire, ne poursuivre aucune carrière, ne rechercher aucun plaisir qui pourrait contrarier l’œuvre de Sa justice sur nos caractères ou sur nos vies. Tout ce que nous faisons doit être fait de bon cœur, comme pour le SEIGNEUR. » {1TG1:2.4}

   Mettons-nous à genoux et prions afin que nous puissions faire de l’avancement du Royaume de DIEU notre plus grand intérêt, afin que nous ne puissions permettre à aucune occupation de nous empêcher de servir le SEIGNEUR de tout notre cœur, et que nous croyions de tout notre cœur que le SEIGNEUR pourvoira à tous nos besoins. C’est seulement à ce moment là que nous ne craindrons pas l’avenir. {1TG1:2.5}

2

LE CHEMIN DU RETOUR EN ÉDEN

DISCOURS PRÉSENTÉ PAR V.T. HOUTEFF

MINISTRE DES DAVIDIAN 7TH-DAY ADVENTISTS

SABBAT, 3 AOÛT 1946

CHAPELLE MONT CARMEL

WACO, TEXAS

Ge. 3 : 17 « Et il dit à l’homme, parce que tu as écouté la voix de ta femme et que tu as mangé de l’arbre au sujet duquel je t’ai commandé, disant : tu n’en mangeras pas : maudit est le sol dans ton intérêt ; dans la douleur tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie. »

   Après qu’Adam fut tombé dans le péché, que lui a dit le SEIGNEUR ? – « Parce que tu as écouté la voix de ta femme, que tu as fait ce que tu ne devais pas, et que tu as mangé du fruit que Je t’ai défendu de manger, pour cette raison, maudit est le sol, non pas contre toi, mais dans ton intérêt. » {1TG1:3.1}

   L’Erreur étant l’opposé de la Vérité aurait dit, « Béni est le sol dans ton intérêt. » Et au lieu de dire, « Dans la douleur tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie. », l’erreur dirait, « Dans le plaisir tu en tireras ta nourriture tous les jours de ta vie. » En d’autres termes, tandis que DIEU prononce une malédiction, Satan dans les mêmes circonstances prononce une bénédiction. C’est ainsi que le monde, étant naturellement accordé sur le discours de Satan, espère vivre dans le plaisir toute sa vie. Néanmoins, ce monde a beaucoup de chagrins. Il en a en quantité. {1TG1:3.2}

Ge. 3 : 18 « Il te produira aussi des épines et des chardons et tu en mangeras l’herbe des champs. » 

3

   Le Diable, bien sûr, aurait dit, « Il t’apportera des roses et des fleurs. » Et au lieu de commander, « Tu mangeras les herbes des champs », il aurait dit « Tu mangeras de tout ce que tu trouves dans les champs ». A vrai dire, il ne le dit pas dans un livre, mais il le dit au cœur de tous les vivants et ils obéissent avec zèle à sa voix. {1TG1:4.1}

Ge. 3 : 19 « C’est à la sueur de ton front que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris ; car tu es poussière et tu retourneras dans la poussière. » 

   Satan aurait dit : « Dans le plaisir tu mangeras du pain, dans le processus de l’évolution tu deviendras comme DIEU, car tu as été tiré d’un atome insignifiant et tu évolueras en un Dieu puissant si tu continues encore et encore. {1TG1:4.2}

   Mais, qu’est-ce que DIEU a dit : « C’est à la sueur de ton front que tu mangeras du pain tous les jours de ta vie ; c’est-à-dire, dans ton propre intérêt, tu dois maintenant souffrir pour gagner de quoi vivre et tu ferais mieux de t’y résigner. » Bien que ce n’était pas le sort de l’homme avant qu’il ait péché, cela devint son sort aussitôt qu’il fut enlevé du Jardin, aussitôt que la malédiction tomba sur lui. {1TG1:4.3}

   « Mais », demandez-vous, « pourquoi DIEU a-t-Il décidé que nous devrions tous passer par la peine et la douleur avant d’être ramenés en Éden ? S’Il doit nous ramener, pourquoi ne l’a-t-Il pas fait au commencement, au temps d’Adam ? » — La réponse à toutes ces questions se trouve dans : {1TG1:4.4}

Lu. 15 : 11-13 « Et Il dit, un homme avait deux fils. Le plus jeune dit à son père : Mon père, donne-moi la part de bien qui doit me revenir.

4

Et le père leur partagea son bien. Et, peu de jours après, le plus jeune fils, ayant tout ramassé partit pour un pays éloigné, où il dissipa son bien en vivant dans la débauche. »

   L’histoire, c’est qu’il y avait deux fils dans la famille. Le plus âgé choisit de rester à la maison, mais le plus jeune choisit de s’en aller. Et vous savez ce qui arriva peu après : le plus jeune gaspilla toute sa fortune dans une vie tapageuse. {1TG1:5.1}

   Je suis sûr que le père savait que son fils allait au devant de la tribulation. Il l’aimait et voulait épargner au jeune la honte, la souffrance et les dures épreuves au devant desquelles il allait. Le fait même qu’au retour du garçon, le père le rencontra alors qu’il était encore loin et fit un banquet en son honneur, même après qu’il ait gaspillé la fortune de son père et déshonoré le nom de la famille, prouve de manière suffisante que le père aimait le garçon suprêmement. Il fut permis au garçon de laisser la maison seulement parce que rien sinon sa propre expérience ne pouvait jamais lui démontrer sa folie et lui prouver l’amour de son père à son égard. {1TG1:5.2}

   Qu’est-ce qui a poussé le garçon à ne pas aimer la maison ? C’était le désir qu’il avait de mener une vie tapageuse. Aucun garçon ou fille, dans les mêmes circonstances, ne s’enfuit de la maison, si ce n’est dans l’espoir d’obtenir la liberté et de vivre une vie tapageuse, de faire à volonté ce que le cœur charnel désire faire depuis longtemps déjà. {1TG1:5.3}

   Il y a peut-être beaucoup d’amusements passagers dans la prodigalité, mais cela ne se termine que dans l’humiliation et le déshonneur. Si le fils prodigue vivait de nos jours, que supposez-vous qu’il aurait fait pour débuter sur la grande route de l’amusement, en vue de prendre du bon temps ? – Certainement, la première chose qu’il ferait, c’est d’acheter, si c’est possible, une automobile,

5

des vêtements élégants, une bague en diamant, une épingle de cravate brillante et une montre-bracelet. Oh oui, il ne négligerait pas de mettre une fleur dans son revers et un mouchoir de soie dans sa poche. Il se pourrait qu’il n’y ait rien de mal à avoir certaines de ces choses, mais il n’est certes pas louable, ni même de bon goût de s’orner de tout ce qui peut être mis. C’est, pour ne pas dire plus, ridicule de se parer à la manière d’un paon. {1TG1:5.4}

   Et qui pensez-vous que le jeune garçon rebelle emmènerait-il faire une promenade ? Les filles, bien sûr. Et où irait-il ? Pas où vont les prédicateurs et pas à l’église non plus. {1TG1:6.1}

Lu. 15 : 14 « Et lorsqu’il eut tout dépensé, une grande famine survint dans ce pays ; et il commença à se trouver dans le besoin. »

   Si vous dépensez tout ce que vous avez et tout ce que vous gagnez, vous aussi, tôt ou tard, serez dans la disette. La Providence a amené la famine dans le but de ramener le jeune à « lui-même », de le ramener à la raison. En effet, aucun garçon ne s’enfuit de la maison quand il est lui-même ; et inversement, il ne retourne pas à la maison non plus avant d’avoir recouvré la raison. C’est ainsi qu’il apprend la leçon, mais à quel prix ! A quel prix ! {1TG1:6.2}

Lu. 15 : 15, 16 « Et il alla se mettre au service d’un des habitants du pays, qui l’envoya dans ses champs garder les pourceaux. Il aurait bien voulu se rassasier des carouges que mangeaient les cochons, mais personne ne lui en donnait. »

   Le fils prodigue a obtenu un bon travail, mais cela n’a pas « fait l’affaire », il était toujours dans le besoin. {1TG1:6.3}

Lu. 15 : 17-19 « Étant rentré en lui-même, il se dit : combien de serviteurs chez mon père ont du pain

6

en abondance et moi, ici, je meurs de faim ! Je me lèverai, j’irai vers mon père et je lui dirai : Mon père, j’ai péché contre le ciel et contre toi et je ne suis plus digne d’être appelé ton fils ; traite-moi comme l’un de tes serviteurs. » {1TG1:6.6}

   Il a finalement découvert qu’il avait fait l’idiot, et donc il commença à se raisonner à propos de son retour à la maison, en disant, « Pensez combien de serviteurs sont dans la maison de mon père et ils sont tous dans l’abondance. Pourquoi devrais-je mourir de faim ? Mais que lui dirais-je quand j’arriverai là-bas ? S’étant ressaisi, il sentit naturellement qu’il devait simplement dire la chose adéquate qui le recommanderait au Ciel aussi bien qu’à la terre. {1TG1:7.1}

   Si ce garçon avait écouté le conseil de son père, en premier lieu, il n’aurait pas eu à être humilié. Et quelle humiliation ! Et quelle leçon également, non seulement pour les jeunes mais aussi pour les adultes. Oui, il y en a des milliers, jeunes et adultes pareillement, qui ont de grandes leçons, mais qui paient souvent un énorme prix seulement parce qu’ils écoutent toujours les « blagues » du Diable. Pourquoi sont-ils si facilement entraînés par ses séductions ? C’est uniquement parce que son attirant appât charme la nature pécheresse de l’homme. {1TG1:7.2}

   L’humiliation du fils prodigue attend tous les jeunes qui ne mettent pas à profit le conseil des adultes et tous les adultes qui ne mettent pas à profit les conseils du SEIGNEUR. C’est l’une des lois de DIEU à laquelle nul n’a jamais pu se soustraire. {1TG1:7.3}

   L’expérience du fils prodigue répond maintenant aux questions : Pourquoi DIEU a-t-Il enlevé Adam du Jardin ? Puisque DIEU doit de toute façon lui pardonner un jour, pourquoi ne lui a-t-Il pas pardonné peu après sa chute et ne l’a-t-Il pas ramené en Éden ? Pourquoi toute la race humaine n’aurait-elle pas pu être ainsi empêchée de passer par la misère et la mort

7

avant de retourner en Éden ? {1TG1:7.4}

   Si DIEU avait permis à Adam et à Eve de rester dans le jardin après qu’ils eurent péché et qu’ils avaient continué à avoir accès à « l’arbre de vie », Ils auraient par cela perpétré leur vie de péché dans leur état pécheur. Quelle chose terrible cela aurait été : des pécheurs devant vivre pour toujours et à jamais ! Et s’Il leur avait épargné, à eux et à leurs descendants, les tribulations et la mort, ils n’auraient pu réaliser ce qu’est une vie de péché, pas plus que le fils prodigue ne le pouvait avant de passer par le dévergondage, la ruine, le dur labeur et la pauvreté. {1TG1:8.1}

   « Mais », dites-vous, « Si le SEIGNEUR n’a pas pu ramener Adam et Eve dans le Jardin avant qu’ils ne soient passés d’abord par la mort et la résurrection, devait-Il pour autant maudire le sol et les faire gagner leur pain à la sueur de leur front ? Et pourquoi devait-Il les faire manger leur pain dans la souffrance pendant 6000 ans ? Parce que tous ceux qui entreraient jamais dans le Royaume, retourner en Éden, doivent d’abord revenir de leurs erreurs comme le fit le fils prodigue, car tous doivent être amenés à réaliser que tout ce qui est loin du Jardin n’est rien de plus que des carouges de pourceaux. {1TG1:8.2}

   C’est parce que le travail est essentiel et que par nature les pécheurs n’aiment pas le travail, que les épines et les chardons furent créés ; obligeant ainsi les pécheurs à aller travailler dans le but de gagner leur vie. Si nous laissons les mauvaises herbes nuisibles dans le sol, et passons notre temps à nous amuser, elles étoufferont les récoltes, et comme le fils prodigue, nous connaîtrons la famine. Donc, pas de travail, pas de nourriture. DIEU Qui sait ce qui est mieux pour nous a fait en sorte que nous gagnions notre vie durement en travaillant toute la journée en n’ayant que peu de repos. {1TG1:8.3}

   Ceux qui recouvrent la raison, pour eux, le travail est

8

un plaisir. Seuls les idiots détestent le travail. {1TG1:8.4}

   Avant l’invention des machines modernes, les fermiers n’étaient pas aussi incommodés par la peste qu’ils le sont maintenant. Mais, tout comme les machines ont augmenté et se sont perfectionnées, de mêmes aussi les insectes se sont multipliés. Et pour quelle raison ? C’est pour toujours nous maintenir au travail et ainsi nous tenir à l’écart de la méchanceté. {1TG1:9.1}

   Lorsque je suis arrivé aux États-Unis, il y a de cela quelques années, j’ai vu toutes sortes de machines, des machines qui font une large somme de travail en peu de temps. Mais, avec ces commodités qu’ai-je vu d’autres ? J’ai vu des chardons et des épines multipliés par milliers et des pestes de toutes sortes dévorant les récoltes. {1TG1:9.2}

   Dans le Vieux Monde, nous n’avions pas de machines, mais nous n’avions jamais eu à passer de vaporisateur sur aucune végétation. Pourquoi ? Parce que travaillant sans machines les gens étaient occupés en quelque sorte. S’ils devaient combattre aussi la peste et n’avaient rien pour la combattre, alors, ils n’auraient rien pu cultiver et auraient enduré la faim. Ainsi, nous voyons que si les machines nous libèrent du travail, DIEU envoie les insectes pour nous remettre au travail. {1TG1:9.3}

   Le SEIGNEUR a ordonné que nous devrions suer pour gagner notre vie, mais, Il savait que la plupart d’entre nous ne l’auraient pas fait s’ils n’étaient pas obligés. Et Il savait également que si nous n’avions pas beaucoup à faire, nous serions entrés dans le mal, dans une vie de débauche et en conséquence, nous ne serions jamais revenus de nos erreurs et ne serions jamais retournés en Éden. Par conséquent, Il a maudit le sol pour notre bien. {1TG1:9.4}

   En outre, pour la femme qui s’assied et ne fait que peu pour entretenir sa maison, DIEU fait venir les punaises et les cafards, les souris et les rats, les mouches et les fourmis, les poux et les puces et les moustiques également. Ceux-ci la mettront au travail à l’intérieur

9

et à l’extérieur si rien ne le fait. {1TG1:9.5}

   Sans les insectes que serait l’homme ! DIEU, voyez-vous, a fait toutes ces choses dans un bon but, mais en dépit des insectes qui poussent les fainéants à se lever et à commencer à travailler, certains préfèrent encore vivre comme des porcs ! Pourquoi attendre qu’Il envoie Sa grande armée d’insectes ? Pourquoi ne pas écouter Son conseil, vous occuper et faire ce que vous pouvez pour rendre les autres heureux, pour rendre le monde meilleur qu’il n’est, pour qu’il sache que vous n’êtes pas là pour être un fardeau pour lui, mais pour faire le bien ? Alors, les anges aimeront camper autour de vous et le SEIGNEUR Lui-même viendra et soupera avec vous. {1TG1:10.1}

   Si nous faisons des affaires de DIEU nos affaires, de Son Royaume notre maison, alors, toutes les autres choses que nous luttons pour obtenir et pour lesquelles nous nous soucions, nous serons données en surabondance. Ne soyons donc plus des Chrétiens en apparence et des Gentils dans le cœur, mais, soyons plutôt sans « mensonge dans notre bouche » et ayons des « palmes à la main ». {1TG1:10.2}

   Pourquoi le genre humain a-t-il dû attendre six mille ans avant de pouvoir retourner en Éden ? Parce que cela prend ce temps-là pour avoir un assez grand nombre de fils prodigues repentants, des fils prodigues qui sont revenus de leurs erreurs, qui se rendent compte que c’est mieux d’être portier dans la maison du Père que de se perdre dans un soi-disant amusement loin de Sa maison. DIEU ne ramène aucun de nous en Éden avec l’esprit dans lequel nous sommes nés. Non, pas plus qu’Il ne ramena pas Adam en Éden dans son état d’homme déchu. Ils doivent tous revenir de leurs erreurs. « … L’affliction ne se lèvera pas une seconde fois. » Na. 1 : 9. {1TG1:10.3}

   Maintenant, nous pouvons voir pourquoi il est plus facile à un chameau de passer par le trou d’une aiguille que pour un homme riche d’entrer dans le Royaume. Seuls les fils prodigues qui, par

10

leur expérience, réalisent que ce monde n’est pas la maison de leur Père, seuls ceux qui commencent à revenir sur le chemin de l’Éden avec le même genre d’esprit, et avec le même genre d’aveu que ceux du fils prodigue, doivent composer le Royaume. {1TG1:10.4}

   En outre, quand les enfants d’Israël sont entrés dans le pays d’Égypte, ils se sont faits une belle vie dans Gosen. Ils vivaient comme des rois. Oui, ils avaient même une meilleure vie que le meilleur des Égyptiens. DIEU savait cependant, que lorsque le temps de leur délivrance approchait, s’ils continuaient à vivre comme des rois, si tout continuait à être facile pour eux, jamais, au grand jamais ils ne se seraient décidés à retourner à la terre promise. C’est ainsi que des circonstances Providentielles difficiles furent envoyées pour les faire crier jour et nuit pour leur délivrance. C’est alors qu’ils étaient prêts à partir. Pour s’assurer toutefois, qu’ils laisseraient tous l’Égypte, le SEIGNEUR permit aux contremaîtres Égyptiens de frapper leur dos et de rendre leur labeur plus dur que d’ordinaire pendant que Moïse était encore dans le pays. De même, l’amour du monde doit être également enlevé en nous à coups de fouet, si nous devons jamais débuter notre marche pour la maison d’Éden. {1TG1:11.1}

   Garçons et filles, si vous voulez mener une vie tapageuse, vous le pouvez. En effet, il y a plus à obtenir aujourd’hui qu’il n’y en avait au temps du premier fils prodigue. Mais, rappelez-vous que si jamais vous retournez à notre maison d’Éden, vous devrez payer le même prix que lui. Il n’y aura aucun billet de faveur pour aucun, que ce soient jeunes ou adultes. {1TG1:11.2}

Ec. 4 : 5 « L’idiot se croise les mains et mange sa propre chair. »

   L’idiot se croise les mains ; il dédaigne le travail. Il mange sa propre chair : au lieu de travailler, il restera même affamé, faisant son estomac puiser

11

sur sa réserve de graisses et ainsi il devient sans arrêt plus mince. Qui veut être un idiot ? {1TG1:11.3}

Ec. 7 : 2 « Mieux vaut aller dans une maison de deuil que d’aller dans une maison de festin ; car c’est là la fin de tout homme et celui qui vit prend la chose à cœur. »

   La maison de festin amène la fin de tous les hommes qui vivent pour se divertir, pour mener une vie tapageuse. « Celui qui vit prend la chose à cœur. » Ceux donc qui ne la prennent pas à cœur, ne sont pas réellement vivants et ils ont besoin d’être ravivés. {1TG1:12.1}

Ec. 7 : 3 « Mieux vaut le chagrin que le rire : car avec un visage triste le cœur peut être rendu content. »

   Si vous vous adonnez à « l’amusement » alors votre cœur sera un jour rendu triste, mais si votre cœur est triste, il sera rendu joyeux. Seul un idiot choisit d’être dans la maison de réjouissance. Pour ma part, je préfèrerai être dans la maison de deuil : « souffrir l’affliction avec le peuple de DIEU, plutôt que de jouir pour un temps des plaisirs du péché. » Hé. 11 : 25 {1TG1:12.2}

   Il y avait deux hommes qui s’associèrent après que le SEIGNEUR leur eut demandé de partir pour un autre pays, loin de leur patrie. Là, ils devinrent riches. En fait, ils devinrent si riches qu’ils durent se séparer en deux groupes. {1TG1:12.3}

   Celui qui choisit de vivre dans les collines, qui choisit de gagner durement sa vie, a prouvé qu’il était plus intelligent. Mais celui qui choisit de vivre dans les plaines, où il pourrait gagner aisément sa vie a prouvé qu’il était extrêmement bête. Vous savez, ce dernier était aussi le plus jeune. Il dressa sa tente vers Sodome, et plus il regardait la ville, plus il s’en approchait. Finalement, il décida d’y installer sa tente, où

12

il pouvait facilement la voir dans sa totalité. {1TG1:12.4}

   Il devint un homme éminent, peut-être le plus important de la ville comme le pensent certains et c’est ainsi qu’il s’asseyait à la porte de Sodome. Très probablement, il s’asseyait là attendant des étrangers pour les inviter chez lui. Il est vrai, la famille de Lot menait une vie mouvementée et tapageuse parmi les Sodomites, mais l’amusement ne dura pas à toujours et du jour au lendemain, Lot perdit tout ce qu’il possédait ; il en ressortit le plus pauvre des pauvres. Lot, voyez-vous, a payé cher son amusement et si vous voulez payer un tel prix pour votre amusement, vous pouvez faire comme lui. {1TG1:13.1}

   L’homme dont nous sommes maintenant en train de lire les écrits, était et est encore, vous savez, l’homme le plus sage que le monde n’ait jamais eu. Maintenant, qu’a-t-il dit que le fou faisait ? – Le fou va dans la maison de festin. Voulez-vous profiter de l’expérience des autres ? Voulez-vous écouter le conseil de l’homme sage ? Si vous le voulez, alors la sagesse demeure en vous. {1TG1:13.2}

Ec. 10 : 18 « Quand les mains sont paresseuses, la charpente s’affaisse ; et quand les mains sont lâches, la maison coule. »

   La maison de l’homme paresseux tombe en ruines, sa maison pourrit avant même qu’il l’ait terminée, ou avant qu’il l’ait réparée. Il est en retard dans tout : c’est une mauvaise habitude à prendre. Quand vous sortirez en voiture dans le pays, vous remarquerez, tout au long de la route, que les maisons qui sont mal entretenues et négligées sont les maisons de ceux que vous voyez se balancer sur les vérandas pour faire passer le temps à l’heure où ils devraient travailler. Mais, vous ne verrez guère personne assise, oisive, autour des maisons qui sont bien entretenues. S’il vous arrive de voir des gens, vous les verrez en train de faire quelque chose. Frère, Sœur, que faites-vous ? – Connaissez-vous le chemin du retour en Éden ? {1TG1:13.3}

13

   Tournons-nous encore vers Ecclésiaste. {1TG1:14.1}

Ec. 3 : 17 « J’ai dit en mon cœur : DIEU jugera le juste et le méchant ; car il y a là un temps pour toute chose et pour toute œuvre. »

   DIEU jugera le méchant et le juste, car il y a un temps pour toute chose et pour toute œuvre. Chacun doit rendre compte de son temps aussi bien que de ses actions. {1TG1:14.2}

Ec. 8 : 6 « Car pour toute chose il y a un temps et un jugement. Car la misère de l’homme abonde sur lui »

   Parce qu’il y a un temps pour chaque but et chaque œuvre, il doit y avoir par conséquent un temps de jugement à la fois dans l’église et dans le monde. Et parce qu’il y a un temps et une saison pour chaque but, la misère de l’homme est augmentée s’il ne tient pas compte de cette loi Divine. Il doit tout faire à l’heure, sinon ses misères augmentent. {1TG1:14.3}

Pr. 6 : 6 « Va vers la fourmi, toi le paresseux ; considère ses voies et deviens sage. »

   L’homme, un étudiant ; la petite fourmi, un professeur ! Quelle humiliante déclaration contre celui qui est oisif ! {1TG1:14.4}

Pr. 6 : 7, 8 « Elle n’a ni chef, ni inspecteur, ni maître ; elle prépare en été sa nourriture et amasse pendant la moisson de quoi manger. »

   La fourmi sait quoi faire, quand le faire et le fait. Elle ne néglige jamais de gagner de quoi vivre, bien qu’elle n’ait pas de patron. Si vous deviez descendre dans sa maison, vous y trouveriez des provisions pour plus que ne requiert la saison. Elle sait quand vient la moisson et sait comment

14

en tirer le meilleur parti possible. Si un homme néglige de faire comme la fourmi, s’il néglige de prendre note du temps et de la saison, alors ses misères augmenteront certainement. {1TG1:14.5}

   Si ce conseil était venu des hommes, nous n’en aurions peut-être pas besoin, mais, il est venu de DIEU, de Celui qui a le contrôle de toute chose. Il connaît votre vie à partir de votre naissance jusqu’au moment de votre mort. Il sait quelle sorte de vie que vous connaîtrez. Vous pouvez faire en sorte, vous-mêmes, que vous ayez à prendre la voie du fils prodigue, mais combien il serait mieux si vous ne le faites pas ! Le mieux pour vous c’est de prendre la voie du Père. {1TG1:15.1}

   Rappelez-vous toujours qu’il y a seulement deux esprits principaux dans le monde : l’esprit de DIEU et l’esprit de Satan. Nous, en tant que pécheurs sommes nés avec l’esprit de Satan, et il reste avec nous jusqu’à ce que nous naissions de nouveau, que nous naissions avec l’Esprit et la conscience de DIEU. Pour agir correctement, nous devons donc faire l’opposé de ce que notre esprit naturel nous dit et nous serons alors en train de faire ce que l’esprit de DIEU lutte pour nous faire faire. {1TG1:15.2}

   Les jeunes gens savent ce que vous, adultes, êtes en train de faire. Ils savent quelle importance vous attachez à DIEU et à Son Royaume. Ils savent quelle importance vous donnez à ce lieu et à Son œuvre. Puisqu’ils savent tout cela, et bien plus, il est donc temps pour nous tous de réaliser que nous ne pouvons conduire les enfants plus près des objectifs de DIEU que nous ne sommes nous-mêmes ; nous ne pouvons leur inspirer la foi et le zèle dans quoi que ce soit tandis que nous-mêmes n’en avons pas. {1TG1:15.3}

   J’espère bien que ceux qui ont mis le cap sur la voie du fils prodigue, pourront revenir à la raison avant qu’une expérience malheureuse ne leur arrive. {1TG1:15.4}

   Ainsi, le graphique du chemin du retour en Éden est-il clairement établi pour quiconque entre dans ce monde. {1TG1:15.5}

15

PRIÈRE D’OUVERTURE

   Nous continuerons la lecture où nous nous sommes arrêtés sabbat dernier : « Une Vie Meilleure » page 116. {1TG2:16.1}

   V.M., p. 116 – « JÉSUS, alors qu’Il était sur la terre ennoblit chaque détail de la vie dans tous ses détails en rappelant sans cesse aux hommes la gloire de DIEU, et en soumettant toute chose à la volonté de Son Père. Si nous suivons Son exemple, Son assurance pour nous est que toutes les choses nécessaires dans cette vie nous seront données. Pauvreté ou richesse, maladie ou santé, simplicité ou sagesse – toutes subviennent à nos besoins dans la promesse de Sa grâce. {1TG2:16.1}

   « Le bras du DIEU éternel entoure l’âme qui se tourne vers lui pour de l’aide, si faible que peut-être cette âme. Les collines et leurs parures précieuses périront mais l’âme qui vit pour DIEU, subsistera avec Lui. « Le monde passe et sa convoitise aussi mais celui qui fait la volonté de DIEU demeure éternellement. » La cité de DIEU ouvrira ses portes d’or pour recevoir celui qui étant sur la terre a appris à s’appuyer sur DIEU pour le conseil et la sagesse, pour le réconfort et l’espoir au milieu des afflictions. Là les chants des anges l’accueilleront et pour lui l’arbre de vie produira ses fruits. « Quand les montagnes s’éloigneraient, quant les collines chancelleraient, mon amour ne s’éloignera point de toi et mon alliance de paix ne chancellera point, dit Le SEIGNEUR qui a compassion de toi. » {1TG2:16.2}

   Et pourquoi prierons-nous cet après midi ? Oui, prions pour réaliser que si nous dépendons pleinement du SEIGNEUR Lui faisant confiance pour le conseil et la sagesse, Il ne nous décevra pas ; nous devrons prier pour réaliser que Ses bras éternels sont prêts à entourer l’âme qui se tourne vers Lui pour avoir de l’aide ; et nous devrions prier pour une foi implicite dans Sa promesse que si nous soumettons toute chose à la volonté du Père alors toutes les choses nécessaires de cette vie « nous seront données » pour nos intérêts éternels. {1TG2:16.3}

16

SEULEMENT DEUX CHEMINS

DISCOURS PRÉSENTÉ PAR V.T. HOUTEFF

MINISTRE DES DAVIDIAN 7TH-DAY ADVENTISTS

SABBAT 10 AOÛT 1946

CHAPELLE MONT CARMEL

WACO, TEXAS

   Souvent vous entendez qu’il y a plusieurs chemins qui conduisent au Royaume éternel de paix et de prospérité, que nous pouvons prendre l’un d’entre eux pour y parvenir. Pour ma part je crois qu’il y a seulement deux chemins, que l’un conduit à la vie éternelle et que l’autre à la mort éternelle. Pour vous donner ma raison de croire qu’il n’y a que ces deux chemins je lirai dans le Livre qui n’erre jamais. {1TG2:17.1}

Mt. 7 : 13, 14 – « Entrez par la porte étroite ; car large est la porte, et spacieux le chemin qui mène à la perdition, et nombreux sont ceux qui entrent par elle ; car étroite est la porte, et resserré le chemin qui mène à la vie, et peu nombreux sont ceux qui le trouvent. »

   Combien de chemins ? Seulement deux : le bon chemin et le mauvais chemin. Ces deux chemins ont toujours été devant nous et seront toujours là tant que l’homme charnel ainsi que l’homme spirituel habiteront sur la terre. Ils vinrent à l’existence avec les deux premiers frères qui vécurent sur la terre : Caïn et Abel. Ceux qui voyagent par le chemin étroit sont les Abélites et ceux qui voyagent par le chemin large sont les Caïnites. Il y a beaucoup de voyageurs sur le dernier chemin parce que tous ceux qui viennent dans ce monde commencent par ce chemin, et la plupart d’entre eux y demeurent à jamais. {1TG2:17.2}

   Il en est ainsi parce que premièrement nous sommes nés de la chair : « Caïnites » par nature. Par conséquent avant

17

que nous naissions de nouveau, naissions de l’Esprit et qu’ainsi nous nous placions sur le chemin étroit, nous tous voyagions par le chemin large. De plus, le chemin large est suffisamment large pour que quelqu’un transporte tout ce que le péché offre, mais le chemin étroit est suffisamment étroit pour tout exclure sauf le voyageur lui-même. Par conséquent, comparativement parlant, il y en a peu qui choisissent de renoncer aux désirs de la chair et d’abandonner le péché sous toutes ses formes. Donc, naturellement beaucoup voyagent par « la voie qui paraît droite à un homme » bien que…. son issue c’est la voie de la mort » Pr. 14 : 12. Maintenant tournons-nous vers l’évangile de Jean le chapitre 9 : {1TG2:17.3}

Jn. 9 : 39 – « Puis JÉSUS dit : Je suis venu dans ce monde pour un jugement, pour que ceux qui ne voient point voient, et que ceux qui voient deviennent aveugles. »

   Ici, il nous est dit que JÉSUS est venu pour exercer un jugement dont les conséquences seront que ceux qui voient deviendront aveugles ; et que ceux qui sont aveugles verront. L’expression est bizarre mais la signification est claire : il est venu pour changer chaque être humain – pour renverser la situation de chacun – ceux qui sont aveugles verront et ceux qui voient deviendront aveugles. {1TG2:18.1}

   Évaluons maintenant notre propre cas. Si notre vision, à ce moment, est la même qu’elle a toujours été, alors il est assez clair que Sa venue ne nous a pas encore profité. Si quand Il nous visite nous présumons que nous voyons déjà et savons suffisamment et n’avons besoin de rien de plus et que nous ne pouvons être convaincus autrement alors nous deviendrons aveugles pour toujours, nous ne serons jamais capables de voir ce qu’Il désire nous faire voir. Mais si nous admettons que nous sommes aveugles aux choses spirituelles que nos yeux ont besoin d’être ouverts alors CHRIST nous fera voir. De telles personnes diront par expérience : « J’étais aveugle, mais maintenant je vois. L’expérience de l’homme aveugle doit être la nôtre. {1TG2:18.2}

18

Jn. 9 : 40, 41 – « Quelques pharisiens qui étaient avec Lui, ayant entendu ces paroles Lui dirent : Nous aussi, sommes-nous aveugles ? JÉSUS leur répondit : Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste. »

   Si vous dites que vous voyez et continuez encore à pécher, vous devenez vous-mêmes responsables de votre péché. Mais si vous ne voyez pas, Il vous fera voir, ainsi vous pourrez arrêter de pécher. {1TG2:19.1}

Jn. 10 : 1 – « En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie, mais qui y monte par ailleurs, est un voleur et un brigand. »

   Voulez-vous entrer dans la « bergerie » ? Si vous le voulez vous devez entrer par la « Porte. » Si vous entrez par une autre voie, vous serez éventuellement jeté dans les ténèbres du dehors, pour y grincer des dents. De ces alternatives nous devons tous faire un choix. {1TG2:19.2}

Jn. 10 : 2 – « Mais celui qui entre par la porte est le berger des brebis. »

   Au verset 9 CHRIST dit : « Je suis la porte. » Reliez le verset 9 avec le verset 2 et vous verrez que ceux qui entrent selon la manière que Le SEIGNEUR a choisie sont ceux seulement qu’Il reconnaît comme bergers de Son troupeau. Le SEIGNEUR par conséquent sous-entend qu’il y a des bergers non autorisés qui conduisent Ses brebis. {1TG2:19.3}

Jn. 10 : 3 – « Le portier lui ouvre, et les brebis entendent sa voix ; il appelle par leur nom les brebis qui lui appartiennent, et il les conduit dehors. »

   Le portier, celui qui est responsable, ouvre la porte seulement

19

à ceux qui se sont conformés aux exigences de l’admission. En d’autres termes Le SEIGNEUR nous dit clairement que personne ne peut éviter l’inspection du portier et s’en sortir pour toujours. Et cependant malgré cet avertissement et en dépit du fait que passer par la porte est même plus facile que grimper la clôture, certains prennent le risque de voler leur voie d’accès en prétendant être dans la « foi » entrant ainsi dans la bergerie et espérant prendre la direction ou obtenir des disciples. Cependant, il n’est pas possible de pousser les vraies brebis de DIEU à les suivre car ils connaissent la Voix du vrai berger. {1TG2:19.4}

   Seulement ceux qui parviennent à entrer par la Porte et à qui le portier (celui à travers qui l’Esprit de Prophétie est manifesté) ouvre sont les bergers autorisés dont les brebis de DIEU entendent la voix. Tous ces bergers appellent les brebis par leur nom. Ils connaissent bien leurs troupeaux parce qu’ils s’intéressent intensément à elles et ils les font soigneusement sortir et entrer. {1TG2:20.1}

   Ici l’étudiant de la Vérité présente remarquera que par cette illustration, CHRIST indique que les seuls bergers qu’Il reconnaît comme siens sont ceux à qui le portier ouvre la porte et invite à entrer. L’étudiant notera également que tous les autres sont étiquetés comme des imposteurs. Et il déclare que les brebis qui écoutent la voix du faux berger ne sont pas Ses brebis. {1TG2:20.2}

Jn. 10 : 4 – « Lorsqu’il a fait sortir toutes ses propres brebis, il marche devant elles ; et les brebis le suivent, parce qu’elles connaissent sa voix. » 

   Puisque Ses brebis ne connaissent pas les visages mais les voix, alors ceux qui prêtent attention aux visages et qui ne peuvent faire la différence entre les voix sont sûrs d’être induits en erreur par des bergers qui se sont présentés eux-mêmes. Mais ceux qui

20

prêtent attention seulement à la Voix, la Voix de la Vérité seront conduits doucement à l’abri, à l’intérieur et dehors dans de verts pâturages. Le peuple de DIEU ne s’embarrasse pas avec les visages, mais prête la plus grande attention aux voix désignées par DIEU prononçant la Vérité. {1TG2:20.3}

Jn. 10 : 5, 8, 10 – « Elles ne suivront point un étranger ; mais elles fuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers. Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des brigands ; mais les brebis ne les ont point écoutés. Le voleur ne vient que pour dérober, égorger et détruire ; moi, je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles soient dans l’abondance. » 

   Ainsi les brebis de DIEU sont soigneusement conduites à l’extérieur et à l’intérieur à la fois pour un abri et pour « la nourriture au temps convenable. » Les « boucs » cependant, ceux qui évitent le portier alors qu’ils rentrent doivent bien sûr faire de même quand ils sortent. Par conséquent ils ne peuvent être conduits par les bergers avisés de DIEU. Tournons-nous vers Jean chapitre 14 et lisons un seul verset. {1TG2:21.1}

Jn. 14 : 6 – « JÉSUS lui dit : Je suis le Chemin, la Vérité, et la Vie. Nul ne vient au Père que par Moi. »

   A partir de ceci nous voyons que JÉSUS est le seul chemin pour le Royaume. Donc l’idée qu’il y a plusieurs chemins alors qu’il n’y a qu’un seul JÉSUS et que tous conduisent au Royaume éternel est uniquement « un chatoiement d’hypocrisie » que les cœurs non sanctifiés aiment entendre. Ils sont de ceux qui évitent le portier à la « Porte », qui savent que leurs œuvres ne peuvent supporter l’inspection. {1TG2:21.2}

   Si nous devons avoir une maison dans le Royaume, nous ne devons jamais les ressembler. Nous devons connaître le pire qui est

21

en nous. Nous ne devons jamais dire que si “telle ou telle personne” y arrive, nous aussi, nous y arriverons, mais si “telle ou telle personne” devait y arriver, nous tous aussi le devrions, mais  voilà que “cette même personne” n’y arrive pas. Par conséquent, nous ne devons donc pas  agir en insensé en faisant de l’un et l’autre notre exemple. Nous devons suivre Le SEIGNEUR à travers Sa Vérité, la Vérité qui nous affranchit. {1TG2:21.3}

   Comme il y a qu’un seul vrai Chemin et qu’une seule Porte et comme tous les Chrétiens ne voient pas de la même manière et ne marchent pas tous ensemble, se pourrait-il que nous soyons tous dans le faux ? Tous, allant dans une mauvaise direction ? Non, cela ne pourra jamais être aussi longtemps que L’ÉTERNEL n’abandonne pas la terre. Non, en effet, car Il doit avoir un peuple à qui confier Sa Vérité et qui doit sauver ceux qui choisissent d’aller par Son chemin. Ainsi ceux qui choisissent d’aller par un autre chemin découvriront à la fin que le Diable, et non Le SEIGNEUR, est derrière eux et que l’enfer, et non le Royaume, est devant eux. {1TG2:22.1}

   Nous ferions mieux de discuter quelques minutes sur le critère que doit posséder un berger pour soutenir l’inspection du portier. J’utiliserai quelques illustrations peut-être seulement deux ou trois. {1TG2:22.2}

   Vous vous souvenez qu’il y avait un enfant du nom de Samuel qui très tôt marcha dans « le Chemin » et y fut formé. Maintenant pensez à ce qui s’est passé : une nuit Samuel, vous vous rappelez, fut soudainement réveillé par une Voix. Supposant que c’était la voix d’Éli, rapidement il sauta hors du lit et alla s’enquérir auprès d’Éli. Bien sûr Éli était surpris, mais il dit calmement : « Je ne t’ai pas appelé. Retourne te coucher. » Puisqu’il n’y avait personne d’autre qu’Éli dans les environs, Samuel était persuadé que le vieil homme l’avait appelé. Néanmoins, il obéit et retourna immédiatement se coucher. {1TG2:22.3}

22

   Peu de temps après cependant peut-être aussitôt que Samuel se soit rendormi la Voix l’appelle une seconde fois. Vous savez que Samuel pouvait aisément se dire en lui-même : « Ce vieil homme doit être en train de rêver. Voici il m’appelle encore. Mais je ne m’occuperai plus de lui. Je le laisserai juste brailler autant qu’il peut. » Samuel néanmoins aussi rapidement qu’auparavant se dépêcha d’aller auprès du lit de son maître, uniquement pour entendre les paroles : « Retourne te coucher, je ne t’ai pas appelé. » Encore une troisième fois il entend quelqu’un l’appeler, et aussi volontiers et respectueux qu’avant il se rend auprès du lit de son maître pour la troisième fois. Finalement Éli perçut que L’ÉTERNEL devait appeler l’enfant, par conséquent, il instruisit Samuel sur ce qu’il devait faire. Et que fit Samuel ? Exactement ce qui lui a été dit. {1TG2:23.1}

   Si Samuel n’avait pas été aussi volontaire, respectueux et patient comme il était pensez-vous qu’il aurait accédé à la plus haute fonction dans le pays ? Bien sûr que non. Il n’y avait rien d’autre que la sainteté des traits de caractères que démontra Samuel qui l’éleva au poste de prophète, prêtre et juge. {1TG2:23.2}

   Nous demandons-nous toujours pourquoi Samuel fut appelé hors du lit à trois reprises et pourquoi lui et Éli furent dérangés cette nuit ? Pour deux raisons : (1) Pour prouver qu’en dépit des inconvénients Samuel n’hésiterait pas à se lever quand il serait appelé, et qu’il ne se fâcherait pas, ne répondrai pas à Éli. (2) Le SEIGNEUR voulait aider Éli, il voulait enlever à Éli la possibilité de conclure que Samuel était mal avisé et remettait en question son habilité à discipliner ses propres fils. Si l’opportunité n’avait pas été donnée à Éli pour savoir avec certitude que Le SEIGNEUR parlait à l’enfant alors il pourrait facilement conclure que Samuel complotait contre les fils d’Éli. Mais les

23

circonstances providentielles étant telles qu’Éli certainement savait sans aucun doute que DIEU avait un message pour lui. Il n’y avait pas de place pour le doute. {1TG2:23.3}

   Les garçons aujourd’hui, comme dans les temps passés, sont anxieux d’arriver dans la vie, cependant des millions d’entre eux n’atteignent pas leur but et beaucoup ruinent leurs vies. Ils veulent devenir de grands hommes mais ils ne parviennent même pas à devenir des hommes moyens. Et quelle est la raison ? C’est simplement parce qu’ils surestiment leurs propres pouvoirs et sous-estiment le pouvoir de DIEU. Ils ne savent pas qu’avec DIEU il n’y a pas d’échec, et qu’avec Lui « ils peuvent. » {1TG2:24.1}

   Garçons et filles donnez-vous vous-mêmes sans réserve à DIEU. Il a besoin de grands hommes, et Il peut vous rendre tels. Quand vous apprendrez le chemin de DIEU et deviendrez un garçon ou une fille responsable comme Samuel, DIEU ne fermera pas les yeux sur votre zèle, intégrité et sincérité. Il vous donnera quelque chose de grand pour récompense. Oui, alors en effet vous serez grand. {1TG2:24.2}

   L’ancien David était également un jeune garçon et rien de plus qu’un simple berger. Mais il était un bon berger, le meilleur du pays. DIEU vit qu’il était attentif et fidèle à ses devoirs et ainsi Il était déterminé à faire de ce garçon un roi sur Son peuple. En effet quand une personne fait une chose bien, il est probable qu’il fera une autre chose tout aussi bien. David était aussi bon dans ses devoirs que ne l’était Samuel dans les siens. C’est pourquoi il fut enlevé de la bergerie et placé dans un palais. {1TG2:24.3}

   Je pense à un autre garçon un jeune garçon dans son adolescence – Joseph. Le SEIGNEUR vit quelque chose en lui qu’Il ne pouvait pas trouver chez les frères de Joseph. Non seulement il était le fils favori de son père, mais il était aussi le favori de DIEU. DIEU avait à l’esprit quelque chose de plus grand pour Joseph

24

– plus grand que le monde ne pourrait jamais penser. Pour prouver qu’il était digne de confiance, Joseph dut premièrement devenir un esclave. Il devait être formé pour le grand travail. {1TG2:24.4}

   Ainsi la façon dont la Providence œuvra, fit que ses frères le vendirent pour être un esclave. Alors à l’instant il se rappela ce que Le SEIGNEUR lui avait promis dans un rêve –qu’en plus de ses frères, même son père et sa mère devaient se prosterner devant lui. Pouvez-vous imaginer quelle splendide opportunité il avait de maudire DIEU alors qu’il se voyait lui-même sur le chemin de l’esclavage ? Il aurait pu dire : « Pourquoi devrais-je servir un DIEU qui promet la gloire mais qui au lieu de cela donne l’humiliation, l’épreuve et l’isolement ? » Mais Joseph agit aussi sagement que Job : en sanctifiant DIEU dans son cœur, il disait : « En effet même s’Il me tue, je me confierai encore en Lui. » {1TG2:25.1}

   Joseph rapidement se fit à l’idée de sa situation, confiant que DIEU son père savait tout de ses problèmes. Ainsi ses maîtres esclavagistes, les Ismaélites reconnurent immédiatement qu’ils étaient en possession d’un excellent esclave, un esclave qu’ils pourraient vendre pour une forte somme d’argent. Comment je sais cela ? Je le sais parce que les Ismaélites le proposa tout de suite à un homme qui n’achèterait rien de moins que le meilleur, l’homme le plus riche d’Égypte, celui qui pouvait payer le prix. Les hommes riches vous savez n’achètent pas les choses bons marchés, les marchands non plus ne leur proposent pas des choses bon marché. {1TG2:25.2}

   Alors même qu’il avait du chagrin, Joseph dut démontrer son habilité à servir, et dut manifester un grand respect à ses maîtres esclavagistes alors en route pour l’Égypte, parce que c’est alors que les trafiquants découvrirent la valeur de leur captif et réalisèrent alors qu’ils pouvaient le vendre à quelqu’un qui voulait quelque chose de bon et qui pouvait payer le prix. Bientôt Potiphar également découvrit que Joseph était à tout égard digne de confiance. {1TG2:25.3}

25

   C’est ainsi qu’il devint l’homme numéro 1 de Potiphar. Même Mme Potiphar tomba amoureux de lui. C’est à ce carrefour qu’il atteignit l’apogée de son test de qualification. Ayant passé le plus grand test de sa vie, il obtint son diplôme à la maison de Potiphar, puis à la prison après quoi il fut promut au trône d’Égypte, le plus grand trône du monde. Dans la gloire ou dans l’humiliation, Joseph donna gloire à DIEU et fit de son mieux. Dans toutes les situations où il fut placé, il ne seconda personne et ainsi il devint le plus grand parmi toutes les créatures de la terre. {1TG2:26.1}

   Quant au secret réel de son succès, vous le trouverez dans un simple principe – la fermeté contre la tentation de pécher et la fidélité au devoir : « Ah ! je ne peux pas faire ce mal, je ne pécherai ni contre les hommes, ni contre DIEU » fut sa réponse à la tentation. {1TG2:26.2}

   C’est pourquoi Joseph fut grand dans la maison de son père dans les mains des Ismaélites, dans la maison de Potiphar dans la cellule de prison, sur le trône de Pharaon et dans tout le monde. C’est pourquoi tout l’ancien monde se prosterna devant lui. {1TG2:26.3}

   De ces faits biographiques, on voit que les simples principes qui apportèrent du succès à Samuel, David et Joseph peuvent sans aucun doute apporter du succès à nous tous. Et souvenez-vous que le succès commence là où vous vous trouvez, dans la cour du temple, dans la bergerie, dans les mains d’un maître esclavagiste, dans la prison ou dans le palais de roi ne fait aucune différence. Vous n’avez pas besoin de courir pour attraper le succès mais vous avez besoin de vous courber pour le ramasser. Oui, en effet, le succès tombe du ciel, mais pour le ramasser vous devez vous courber très bas. Vous devez faire cela si vous souhaitez réellement réussir dans quoi que ce soit. {1TG2:26.4}

26

   Maintenant Le SEIGNEUR est en train de chercher 144 000 sauveurs de vie avec comme quartier général, le célèbre mont Sion – un poste plus grand que celui détenu par Joseph. Serez-vous l’un d’entre eux ? Aujourd’hui, il y a de plus grandes opportunités que jamais auparavant. Pourquoi ne pas s’aventurer dans quelque chose dans laquelle il n’y a aucun risque ? Quiconque peut réussir s’il est disposé à payer le prix. {1TG2:27.1}

   A la vue de ces alternatives infaillibles, je vous prie de me dire pourquoi les jeunes gens d’aujourd’hui sont si insouciants et indifférents ? Pourquoi cela ? Ils ne sont pas de mauvais garçons et mauvaises filles. Ils sont nés avec la même nature que ceux des autres générations. En fait ceux de cette colline sont de bons garçons et de bonnes filles, mais ils ont besoin de naître de nouveau, naître par l’Esprit – changer pour voir. {1TG2:27.2}

   Les jeunes gens sont naturellement aveugles aux choses spirituelles tout comme des chatons nouveau-nés sont aveugles aux choses matérielles. Les jeunes ont besoin d’être enseignés de la voie spirituelle de la vie, ils ont besoin d’avoir la nature malade du péché extirpé d’eux et une nature qui hait le péché installé en eux. {1TG2:27.3}

   Les parents qui déjà sont rendu capables de voir ont besoin maintenant de se réveiller à leur devoir. Ils ont besoin d’éduquer leurs enfants dans la voie du CHRIST comme dans celle de la société. Ils ne peuvent faire cela que par le précepte et par l’exemple. {1TG2:27.4}

   Notre plus grand exemple vint du Ciel sur la terre marcha et travailla avec les hommes durant trois décennies mourut et ressuscita. Il fit cela afin de changer les hommes de recréer l’image de DIEU en eux et de leur donner la vie pour toujours. Si ces garçons et ces filles font l’effort nécessaire pour faire quelque chose d’eux-mêmes, alors nous devrions certainement les aider joyeusement à atteindre leur but. {1TG2:27.5}

27

   Vous, hommes et femmes, êtes venus sur cette colline, non parce que quelqu’un vous y a emmené, mais parce que vous pensiez que c’était votre devoir. Néanmoins vous avez emmenez avec vous ces petits. Vous êtes passés par la « Porte » mais les garçons et les filles sont passés dans vos bagages. Et maintenant, s’ils doivent devenir des membres permanents de cette “bergerie” ils doivent réussir à l’examen. Vous voyez, ils ont leurs luttes maintenant comme vous en avez eu les vôtres avant de venir ici. {1TG2:28.1}

   Nous avons besoins de jeunes évangélistes des garçons et des filles convertis pour travailler en faveur des non convertis pour exercer une bonne influence sur les autres garçons et filles. Ceci est essentiel parce que les garçons et les filles convertis font davantage dans leur jeune âge que les personnes plus âgées. Alors, nous avons besoin de jeunes hommes et de jeunes femmes également pour aider les garçons et les filles dans l’œuvre du salut des âmes – non pour prêcher pour eux mais pour les conduire. {1TG2:28.2}

   Vous avez vu comment les garçons traînaient près de D– quand il était là. Si D– avait été converti s’il s’était décidé à servir Le SEIGNEUR comme fit l’ancien David, imaginez quel pouvoir pour le bien il pourrait avoir ! Il aurait pu avoir une merveilleuse influence pour le bien parmi les jeunes. Il aurait pu devenir un grand leader. Il avait une chance aussi grande que n’importe quel grand homme de DIEU des temps passés. Mais l’opportunité qu’avait D–, tout garçon et toute fille l’a. Un garçon ou une fille convertie peut changer une conversation mauvaise et non profitable en une conversation louable. Un bon exemple peut faire davantage qu’un sermon. {1TG2:28.3}

   Garçons et filles, il y a une opportunité pour vous de se mettre aux affaires de DIEU et décider

28

de ce que vous voulez être. Vous n’avez pas besoin d’être un prédicateur pour commencer, mais vous pouvez tout de suite être un évangéliste social. Garçons et filles vous pouvez détourner d’autres garçons et filles de leur stupidité, de leurs actions imprudentes et de leurs mauvaises conversations. D’autres suivront votre exemple. Quelle grande opportunité est la vôtre si seulement vous en profitiez ! {1TG2:28.4}

   Nous avons envie de vous voir garçons et filles vous amusez. Nous sommes fatigués de vous imposer des restrictions. Établissez notre confiance en vous et vous vous libérerez par-là des règles et restrictions. {1TG2:29.1}

   Si vous nous montrez que vous êtes déterminés à être ce que fut Samuel et Joseph nous n’aurons pas à nous inquiéter de ce que vous faîtes ou où vous allez. Oui, établissez notre confiance en vous et vous ne serez jamais embêté par nous. C’est seulement par la confiance de quelqu’un à en vous que vous obtiendrez quelque chose de toute façon. {1TG2:29.2}

   Joseph et Samuel firent la chose essentielle. Ils mirent tout leur cœur dans ce qu’ils faisaient. Tous les grands hommes dans le monde font ainsi et c’est pourquoi ils sont grands. Quoique vous fassiez garçons et filles, faites-le réellement. Ne soyez pas infidèles. A la fin de chaque jour vous devriez être capable de dire : « Mon œuvre est presque parfaite et mes actions sont incontestables. » Vous pouvez faire ceci. Allez à la « Porte » et dites-Lui vos besoins et vos épreuves. Dites : « Éternel, mes épreuves sont tes épreuves. Je ne les laisserai pas me troubler plus longtemps. Je mettrai mon cœur et mon âme dans Ton œuvre. » {1TG2:29.3}

   Faites cela, garçons et filles et vous verrez les choses étonnamment différentes. Vous verrez que vos vies passées étaient des voies de folie. Vous vous direz à vous-mêmes « N’étais-je pas un grand stupide pour faire ceci et

29

cela ? » Je sais de quoi je parle. Je parle par expérience. {1TG2:29.4}

   Pourquoi beaucoup voyagent par le chemin large ? — Parce que là vous pouvez être n’importe quoi. Mais sur le chemin étroit vous devez être quelqu’un de réellement grand. {1TG2:30.1}

   Un nombre de garçons et de filles ne sont plus avec nous parce qu’ils étaient déterminés à continuer sur le chemin large. Là, ils peuvent obtenir quelque satisfaction mais ils sont au devant d’un grand test et pour une grande perte également. A moins que tous ceux qui ne sont pas « nés de nouveau rentrent en eux-mêmes comme fit le fils prodigue, ils feront tous, le trajet jusqu’à la fin de la route. Et quoi ? Le diable derrière et un grand précipice devant. Il y aura des pleurs et des grincements de dents. Pourquoi continuer sur le chemin du sot ? {1TG2:30.2}

   Mieux vaut ne pas laisser passer votre opportunité alors qu’elle frappe à votre porte. Prenez le « droit chemin, » restez-y et vous aurez la prospérité et le contentement tous les jours de votre vie. Vous n’aurez ni manque ni regret. Vous avez besoin de cette paix de l’Esprit. Pourquoi ne pas la saisir ? {1TG2:30.3}

30

UN CHRÉTIEN

Pourrais-je être appelé un Chrétien

Si tout le monde savait

Mes pensées et sentiments secrets

Et tout ce que je fais ?

Oh ! Pourraient-ils voir l’image de

CHRIST en moi chaque jour ?

Oh ! Pourraient-ils l’entendre parler

Dans chaque parole que je prononce ?

Oh ! Pourrais-je être appelé un Chrétien

Si tout le monde pouvait savoir

Que je suis dans des lieux

Où JÉSUS ne serait pas aller ?

Oh ! Pourraient-ils entendre son écho

Dans chaque chanson que je chante

Dans le manger, le boire, l’habillement

Pourraient-ils voir JÉSUS en moi ?

Pourrais-je être appelé un Chrétien

Si je suis jugé par ce que je lis

Par toutes mes récréations

Et par toutes mes pensées et actions ?

Pourrais-je être considéré comme ressemblant à CHRIST

Quand maintenant je travaille, je prie

Désintéressé, gentil, pardonnant

Aux autres chaque jour ?

-The Evangel

31

Aaron's-Rod


Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *