L’Association Davidian Seventh-Day Adventists (Une Association Constituée en Église)




La Verge Du Berger Vol 1

La Verge Du Berger Vol 1

sr1-1200x675.jpg

LES 144 000 D’APOCALYPSE 7

UN APPEL À LA RÉFORME

par

V.T. HOUTEFF

Volume 1

Le Centre du Mont Carmel

P.O. BOX 23738

Waco, Tx 76712

+1-254-855-9539

PRÉFACE

L’intention de ce livre est de révéler la vérité des 144 000 dont il est fait mention dans Apocalypse 7, mais l’objet principal de cette publication est de susciter une réforme parmi le peuple de DIEU. La vérité contenue dans le présent document est divisée en sept sections, apportant des preuves de sept angles différents afin d’éviter tout doute ou confusion. Ce sujet est clarifié par l’usage de la Bible et les écrits donnés par l’Esprit de Prophétie. {SR1: 5.1}

La vérité révélée ici est d’une grande importance pour l’église à l’heure actuelle en raison du danger annoncé auquel le peuple de DIEU devra faire face très prochainement. Il appelle à une action décisive de la part des croyants afin qu’ils se séparent des choses du monde et de la mondanité ; et qu’ils s’ancrent sur le Roc Solide par l’obéissance à toute la vérité destinée à cette confession, si nous devons échapper à la grande catastrophe. “La voix de DIEU résonne dans la ville et l’homme de sagesse verra ton nom: “Écoutez la verge et celui qui l’a envoyée” Michée 6:9 {SR1: 5.2}

AUTEUR

5

CONTENU

Préface

Sommaire

Introduction

Section 1 Les Cent Quarante Quatre Mille

Section 2 Les Quatre Classes des Rachetés

Section 3 Ésaü et Jacob

Section 4 Qui est Israël selon la Promesse

Section 5 La Prophétie d’Ézéchiel Quatre

Section 6 Synopsis des Chapitres d’Ésaïe

Section 7 Quelle est la signification du Chapitre Quatre de Michée ?

Résumé des Leçons concernant la Réforme Qu’est-ce qui caractérise les infidèles ?

Résumé des 144.000

Graphique Récapitulatif des deux Leçons

Comment Vérifier si le Contenu Présenté est Authentique

Michée Six et Sept — Prophétie du Livre, Échéance pour la Publication

Le Devoir— Qui Reçoit la Vérité

Les Objections Qui Peuvent Survenir

6

SOMMAIRE

PREMIÈRE PARTIE

LES CENT QUARANTE-QUATRE MILLE 13
Sans importance, si l’on fait ce qui est juste 14
La signification des sept ans de plénitude et sept ans de famine a été Révélée d’une seule manière 15
Sept ans de plénitude, sept de famine 19
Qui sont les 144.000 20
Les 144 000 mourront-ils un jour 22
Sœur White fera-t-elle partie des 144 000 ? 24
Les 144 000 seuls entrent dans le temple 25
Quelle est la nature du sceau ? 26
Les deux sceaux 27
Ézéchiel 9 n’est pas un sceau du Sabbat 29
L’apposition du sceau débute – l’église est au plus bas 30
La cause des soupirs et des gémissements 33
Liste partielle des abominations de l’église 34
L’apposition du sceau continuera-t-elle jusqu’à la fin de la mise à l’épreuve ? 35
Cinq hommes suivent un seul 37
La distinction entre les 144.000 et les autres saints 38

SECONDE PARTIE

LES QUATRE CLASSES DES RACHETÉS 41
Première classe 41
Seconde classe 42
Troisième classe 42
Quatrième classe 42
Symboles et anti-symboles 43
Une explication des Premiers Écrits, page 15 45
Élie représente les 144.000 46
Moïse – Symbole de la résurrection des justes .47
Symbole de la résurrection spéciale 47
Le symbole de la seconde résurrection 48
Symbole de la seconde mort 48
Une idée de la perfection 49
Procession des rachetés 49
Une explication de l’écritoire des Premiers Écrits page 279 51

TROISIÈME PARTIE

ÉSAÜ ET JACOB 52
Symbole de la lutte 54
La période de l’église 54
Deux lignées 55
Symbole du droit d’aînesse 55
Symbole de la chevelure 55
Symbole du talon d’Ésaü 56
Symbole de la couleur rouge 56
Symbole de la personnalité d’Ésaü 56
La bénédiction d’Ésaü 57
Symbole du potage 58
Édom— un symbole 59
Changement de noms 60
Perte et gain 60
Rêve de Jacob 61
Mères d’Israël 61
Le retour de Jacob: période difficile 62
Symbole de la Terre Promise — Israël dans la Maison de son Père 62

7

QUATRIÈME PARTIE

QUI EST ISRAËL SELON LA PROMESSE 64
Année d’abondance et de famine 68
Joseph symbole de CHRIST 68
Pharaon symbole de— 69
Le début de la famine 70
Les Égyptiens, symbole des Gentils 70
Les Égyptiens se vendent à Pharaon 71
Joseph déplace le peuple à travers toute l’Égypte 72
70 personnes, symbole du Conseil Ecclésiastique 73
Jacob, symbole de Jacques 75
La terre de Gosen 76
Joseph nourrit Israël 76
Berger 77
Un autre Pharaon survient 77
Chefs de corvée 77
La paille n’est plus fournie 81
Sages-femmes 86
Les enfants mâles dans le Nil 87
Comment les enfants mâles de la confession ont été noyés 88
Moïse est trouvé par la Princesse 89
Le choix de Moïse 90
Mauvaise interprétation de Moïse 90
Accomplissement du symbole 91
Moïse dans le désert 93
Application de l’enseignement 94
La Verge du Berger 95

8

L’Agneau Pascal 97
La Mer Rouge 99
Mont Sinaï 100
Nouveau nom de l’Église 100
Quel est le nombre d’Israël 101
Qu’est-ce qui constitue le Résidu? 102
Nuée de jour— Feu de nuit 104
Joseph, symbole de CHRIST 105
Pharaon, symbole des Chefs 106
Les 430 années de séjour et d’affliction 108
Graphique 112-113

CINQUIEME PARTIE

LA PROPHÉTIE D’ÉZÉCHIEL 4 (Ce qui apparaît pendant les 390 jours) 114
Le froment, symbole de la Foi 118
L’orge, symbole de l’Esprit 118
Les fèves, symbole de la Grâce 118
Les lentilles, symbole de la doctrine du Baptême par Immersion 119
Le Millet, symbole des 2300 jours 119
L’Épeautre, symbole du Sabbat ayant trait au sanctuaire 120
Tous dans un seul vase 120
Gâteau d’Orge 122
« Je mettrai sur toi des cordes » 122
« Et l’eau, tu la boiras » 122
La nourriture au poids—l’eau à la mesure 123
Explication des versets 12, 14, 15 123
Les quarante jours et ce qu’ils révèlent 125
Sept— le nombre parfait 126
Le siège 128
Séparation de principe 129
Temps de famine spirituelle 130

SIXIÈME PARTIE

SYNOPSIS D’ÉSAÏE, CHAPITRES 54 à 56 (inclus) 135
Ésaïe 54— Le début de la lettre « DIEU de réconfort » 135
Ésaïe 55—DIEU appelle au retour— la parole qui transforme 140
Le vin 141
Le lait 142
Pourquoi dépenser de l’argent pour autre chose que du pain ? 144
Ésaïe 56— Bénédiction aux Juifs et aux Gentils— Sentinelles aveugles 145
Les justes et les méchants au jour de la difficulté 146
Ésaïe 58— Jeûne véritable— Le Sabbat restauré 147

9

Ésaïe 59— Un Rédempteur promis au peuple pénitent 150
Ésaïe 60— Le triomphe final des justes 152
Ésaïe 61— Bâtisseurs des ruines anciennes 153
Ésaïe 62— Le peuple saint— Les rachetés de DIEU 154
Ésaïe 63— Affligés pour le bien de son peuple 156
Ses rachetés 157
Ésaïe 65— Un peuple préparé pour un nouveau ciel et une nouvelle terre 160
Le rassemblement des Gentils : Le culte sur la Terre Nouvelle 165

SEPTIÈME PARTIE

Quelle est la signification du CHAPITRE QUATRE DE MICHÉE ? 173
RÉSUMÉ DES LEÇONS CONCERNANT LA RÉFORME Qu’est-ce qui caractérise les infidèles ? 182
DIEU révèle ses secrets à ses prophètes 196
Les lois de DIEU— Comment ont-elles été enfreintes ? 198
L’Église est-elle en excellente conditions ? 198
Qu’est-ce qui a été accompli pendant les quarante dernières années ? 201
Réponse à l’argument de l’Indien, page 182-183 204
Comment les Chrétiens peuvent-ils parvenir au Ciel si la distance est aussi importante 205
RÉSUMÉ DES 144.000— Guérison de la Blessure Mortelle 209
La Bête Léopard— Apo. 13 : 1-10 210
Graphique— Sa Blessure Mortelle est Guérie 221
GRAPHIQUE RÉCAPITULATIF— Explication des types 223
Ancien Testament (section deux) 223
Résumé graphique des types 224
Ancien Testament (section trois) 225
Nouveau Testament (section un) 227
Nouveau Testament (section deux) 227
Nouveau Testament (section trois) 228
Ancien Testament (section un)— Melchisédek, Roi de Salem 229
Comment vérifier si le contenu présenté est authentique 231
Michée Six et Sept — Prophétie du Livre, Échéance pour la Publication 236
Le Devoir— Qui Reçoit la Vérité 245
Les objections qui peuvent Survenir 246
L’APPEL D’UNE MÈRE 252

GRAPHIQUE

Coïncidence 112, 113
Sa Blessure Mortelle est Guérie 221
Résumé graphique des types 224
Ézéchiel 4 (les 430 ans) 133
La Bête Léopard d’Apocalypse 13 : 1-10 210

10

INTRODUCTION

Cette publication ne contient qu’un sujet principal avec une double leçon ; à savoir, les 144 000, et un appel à la réforme. L’objectif en vue de préparer le peuple de DIEU pour le jugement de la prophétie d’Ézéchiel, chapitre 9. Il n’y a pas de nouvelle doctrine enseignée, elle ne condamne pas non plus celles que nous avons. La merveilleuse lumière entre ses pages brille sur un grand nombre d’écritures dont nous n’avions aucune compréhension jusqu’ici. L’interprétation de ces écritures est entièrement soutenue par les écrits de Sr E.G. White, ce qui est appelé l’Esprit de Prophétie. {SR1: 11.1}

Cette publication ne préconise pas un nouveau mouvement, et elle s’oppose absolument à de telles démarches. Elle fait ressortir une preuve certaine qui ne peut être contredite que l’église Adventiste du Septième Jour a été utilisée par DIEU pour continuer Son œuvre depuis 1844. {SR1: 11.2}

Ce qui suit est une liste partielle des chapitres de la Bible :

Apocalypse 7; 13: 1-3. Ésaïe 4 et les chapitres 54 à 66 inclus ;

Ézéchiel 4 et 9. Michée 4 et 7 inclus ;

Le Mouvement de l’Exode ;

Les Types de la fonction des Patriarches ;

Le « Grand Cri » ;

Une explication complète des 144 000

La signification d’Ésaü et de Jacob ;

L’action de Martin Luther dans la Prophétie ;

Les Périodes Typiques et Anti-typiques.

11

Le DIEU des Hébreux est venu nous trouvés. Permets-nous, nous te prions à trois journées de voyage dans le désert, d’aller offrir des sacrifices au SEIGNEUR notre DIEU ; de peur qu’Il tombe sur nous avec la pestilence ou avec l’épée. Ex. 5 : 3.

12

PREMIÈRE PARTIE

Les Cent Quarante-quatre Mille

Ce sujet du chapitre sept de l’Apocalypse est sans doute le sujet Biblique le plus fréquemment traité par les Adventistes du Septième Jour ainsi que par d’autres étudiants de la Bible. La confession Adventiste a avancé de nombreuses théories à ce sujet, mais au fil du temps aucune n’a résisté à la contradiction. De grands savants, en termes de savoir Biblique aussi bien que séculier, ont soigneusement étudié la Bible sans pouvoir prouver l’identité de cette congrégation. {SR1: 13.1}

Dans la Tragédie des Siècles nous lisons à la page 429 : “L’esprit d’erreur nous entraîne loin de la vérité, tandis que l’Esprit de DIEU nous conduit dans la vérité. Vous direz peut-être qu’on peut se trouver dans l’erreur tout en se croyant dans la vérité. Que faut-il en conclure ? Voici notre réponse : l’Esprit et la Parole sont d’accord. Celui qui, soumis à la parole de DIEU, se trouve en parfait accord avec elle, prise dans son intégralité, a le droit de se croire dans la vérité. Mais s’il s’aperçoit que l’esprit dont il est animé ne s’accorde pas avec tout ce qui est écrit dans la loi, dans le livre de DIEU, qu’il se garde de tomber dans les pièges du diable.” {SR1: 13.2}

Il ne fait pas de doute que Sœur E.G. White avait une connaissance bien plus intime de ce sujet que n’importe lequel d’entre ses contemporains, car elle a beaucoup écrit sur les 144000 et elle en a eu en visions. Il est certain que de son coté elle a longuement étudié aussi bien la Bible que ses propres écrits, en collationnant toutes les références afin d’éclairer le mystère sans parvenir à identifier réellement cette congrégation. La question est la suivante : Pourquoi toutes ces personnes pieuses, qui recherchèrent la vérité ont-elles été incapables de trouver les preuves de l’identité réelle de cette congrégation merveilleuse ? Nous répondons que ce ne fut pas une vérité révélée à leur époque. {SR1: 13.3}

Sœur White aurait pu présenter une théorie beaucoup plus juste et correcte que toutes les théories avancées jusqu’alors. Elle manifesta sa sagesse et l’acuité de son jugement en renonçant à formuler sa propre opinion. DIEU révélera ces choses en temps voulu. L’on pourra faire croire une chose

13

aux hommes pendant un certain temps, mais à moins que ce ne soit la vérité cela ne pourra durer. Ainsi il ne serait pas sage et ce serait : une perte de temps d’essayer d’identifier les 144 000 avant que le rouleau de parchemin n’ait été tourné plus loin et qu’une vérité n’en révèle une autre. Si cet ouvrage s’avère capable de révéler le mystère et de rester en harmonie avec les Écritures et l’Esprit de Prophétie, nous devrons conclure que le moment fixé par DIEU pour la révélation de ce sujet est arrivé. {SR1: 13.4}

Sœur White a reçu une révélation à ce sujet, mais, comme Daniel, il ne lui fut pas permis de faire savoir qui, comment et quand, jusqu’au temps fixé par DIEU. Ci-dessous nous pouvons lire ce qu’elle dit à l’Ancien E.E. Andross : “Je suis confiante, Ancien Andross, que les frères du Sud de la Californie seront bénis en révisant les enseignements des écritures concernant les 144 000 et en y appliquant toute lumière contenue dans les écrits publiés de l’Esprit de prophétie. Et en soumettant toutes leurs pensées par la prière, je crois fermement que DIEU révélera la vérité avec suffisamment de clarté pour que l’on puisse éviter les questions inutiles et sans profit qui ne sont pas vitales pour le salut de précieuses âmes. ” {SR1: 14.1}

Un jour nous devrons comprendre ce sujet, car l’inspiration ne s’embarrasse pas de paroles inutiles. Elle ne figure pas dans la Bible sans raison. Nous devrons comprendre ce sujet avant que le nombre (144 000) ne soit complet ou alors ce sera sans profit. Quand nous le comprendrons, ce message guidera les pas des 144 000 sur le droit chemin tout comme les premier, second et troisième messages de l’ange ont conduit des milliers d’âmes vers CHRIST. {SR1: 14.2}

Sans Importance, Si l’On Fait Ce Qui Est Juste ?

Certains ont dit qu’il est sans importance que nous comprenions le sujet des, 144 000 ou non, aussi longtemps que nous pratiquons ce qui est juste. Ceci est certainement vrai si NOUS FAISONS CE QUI EST JUSTE, mais comment saurons-nous si nous faisons ce qui est juste si nous ne comprenons pas les doctrines de la Bible ? Comment pouvons-nous savoir si nous observons le bon jour de Sabbat ou si nous appartenons à la bonne église, si nous ne comprenons pas la doctrine à ce sujet ? Pourquoi est-il important de comprendre Daniel 7, la bête et son image et nombre d’autres prophéties bibliques ? Si nous ne comprenons pas le sujet des 144 000, nous ne recevrons pas le sceau, car il serait inutile de le comprendre

14

après que le sceau ait été apposé, tout comme il serait inutile de comprendre la signification de la bête et de son image après qu’ils aient terminé leur travail sur terre. {SR1: 14.3}

Le message de l’ange contenu dans le chapitre 7 de l’Apocalypse — Il s’agit de l’ange qui monte de l’est est aussi important que les premier, second et troisième messages rapportés dans Ap. 14 : 6 11. Il faut que ce message soit compris et transmis aux hommes au moment voulu, tout comme celui de l’ange puissant mentionné dans Ap. 18. Le grand cri doit retentir au moment fixé. L’ange d’Apocalypse 7 ne peut être identique au troisième ange, car leurs descriptions, données par Jean, divergent. Les trois anges d’Apocalypse 14 volent au milieu du ciel, soit là où le soleil se trouve à midi, tandis que l’ange d’Apocalypse 7 monte de l’est, là où le soleil se lève. A aucun moment de l’histoire le message de cet ange n’a été compris ou proclamé par notre confession ni par d’autres personnes. On s’est contenté de formuler des théories à son sujet. Il est clair que cette vérité, comme d’autres vérités, devront nous parvenir en temps voulu. {SR1 ; 15.1}

La Signification Des Sept Ans De Plénitude

Et Sept Ans De Famine A Été Révélée d’Une Seule Manière

Quand ce sujet troublant sera révélé nous serons dans l’obligation de croire que le moment voulu est arrivé. Mais comme pour toute vérité biblique, celle-ci ne peut être révélée que d’une seule manière et en un seul endroit : dans le grenier (la Bible). Souvenez-vous que tout comme Joseph géra le grenier il y a fort longtemps, de même CHRIST gère les écritures et les temps. Par le passé, de nombreux hommes craignant DIEU se rendirent devant CHRIST (Joseph) et acceptèrent toute la vérité présente disponible (le grain) à leur époque et qu’ils pouvaient assimiler. Il (CHRIST) est généreux, mais Il est aussi prudent, donc il n’y a pas de gaspillage. Quand Joseph récolta le grain en Égypte et l’emmagasina, ce ne fut pas dans le but d’accumuler des richesses mais afin d’assurer la survie pendant les sept années de famine. Le grain symbolisa la Parole de CHRIST. C’est ce que nous nous efforcerons de démontrer. {SR1: 15.2}

Voici les raisons qui nous amènent à croire que les sept ans de plénitude et les sept ans de famine qui survinrent au temps de Joseph dans l’Égypte antique représentent deux époques de l’histoire du monde. {SR1: 15.3}

Dans Témoignages pour l’Église volume 1, page 406, nous lisons : ” Isaac représentait le fils de DIEU offert en sacrifice pour les péchés du monde.” {SR1: 15.4}

15

Dans JÉSUS-CHRIST nous lisons également, à la page 93 : “En ce qui concerne le bélier que DIEU lui donna à la place d’Isaac, Abraham y vit le type de celui qui devait mourir pour les péchés de l’homme.” Ainsi Isaac et le bélier sont des types de la soumission, de la mort et du sacrifice de CHRIST. {SR1: 16.1}

Au sujet de Jonas, nous lisons dans JÉSUS-CHRIST, page 400 : “Tout comme Jonas demeura trois jours et trois nuits dans le ventre de la baleine, CHRIST devait séjourner le même laps de temps ‘dans le creux de la terre’. Et tout comme les proclamations de Jonas servirent d’avertissement aux Ninivites, les enseignements de CHRIST servirent d’avertissement à sa génération.” Voir aussi Prophètes et Rois, page 209. {SR1: 16.2}

Élisée symbolisait CHRIST. Dans Prophètes et Rois, nous lisons à la page 183 : “Comme CHRIST dont il était le type, pendant son ministère, Élisée guérissait en même temps qu’il prêchait.” C’est pour ces raisons qu’Isaac, Jonas et Élisée sont des types de CHRIST, symbolisant les différentes étapes et significations de l’œuvre de CHRIST. {SR1: 16.3}

Au sujet de Joseph, nous lisons dans Patriarches et Prophètes, page 345 : “Joseph fut un représentant de CHRIST. L’Égypte païenne entière, en se tournant avec gratitude et louanges vers son bienfaiteur, devait voir en lui l’amour de son Créateur et Rédempteur.” L’Égypte, nation d’idolâtres, est un symbole du monde des pécheurs. Joseph fut un type de CHRIST, le souverain du monde. Et tout comme Joseph fut envoyé en Égypte pour préserver des vies, CHRIST fut envoyé dans le monde (l’Égypte) afin de préserver des vies. Citons l’ouvrage Patriarches et prophètes, page 208 : “Et DIEU m’envoya devant vous afin de préserver une postérité sur la terre et de sauver vos vies par une grande délivrance.” Ainsi il est écrit que ces délivrances sont une démonstration de bénédiction par l’esprit. Mais comment Joseph bénit-il le monde antique ? N’était-ce pas par le moyen du grain emmagasiné pendant les sept ans de plénitude ? Sans les immenses greniers remplis d’énergie salvatrice, sans la sagesse que DIEU lui transmit afin qu’il remplît les greniers de grain pour nourrir le monde à une époque de grand besoin, comment Joseph aurait-il pu servir de bénédiction pour le monde antique ? Le grain que Joseph emmagasina est la bénédiction, comme cela est écrit, le grain représente la bénédiction spirituelle (la Parole de DIEU). La Parole de DIEU est le pain spirituel qui a nourri nombre d’hommes. {SR1: 16.4}

16

“II me dit : Fils de l’homme, mange ce que tu trouves, mange ce rouleau, et va, parle à la maison d’Israël.” Ez. 3 : 1. “J’ai recueilli tes paroles, et je les ai dévorées ; tes paroles ont fait la joie et l’allégresse de mon cœur ; car ton nom est invoqué sur moi, Éternel, DIEU des armées.» Jér. 15 : 16. “II fit pleuvoir sur eux la manne pour nourriture, il leur donna le blé du ciel.” Ps. 78 : 24. “Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit ; Il leur donna le pain du ciel à manger. JÉSUS leur dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel.” Jean. 6 : 31, 32. “A celui qui vaincra, je lui donnerai de la manne cachée.” Ap. 2 : 17. “Je pris le petit livre de la main de l’ange, et je l’avalai ; il fut dans ma bouche doux comme du miel, mais quand je l’eus avalé, mes entrailles furent remplies d’amertume.” Ap. 10 : 10 {SR1: 17.1}

Cette dernière prophétie a été appliquée à William Miller au moment où il étudia le livre de Daniel et en accepta l’enseignement. Symboliquement parlant, il mangea le petit livre qui devint une partie intégrante de sa personne et de ses collaborateurs. {SR1: 17.2}

Si ceci n’avait pas été le cas, il n’aurait pas proclamé le message avec tant d’enthousiasme. Comme l’événement qu’ils attendaient ne s’accomplit pas en l’année 1844, ce fut une expérience amère pour ces personnes, accomplissant ainsi la Parole qui dit que les hommes ont avalé la Parole de DIEU. Si le grain ne représente pas la Parole telle qu’elle est révélée dans la Bible, cela soulève la question : De qui Joseph fut-il le type ? Isaac, Jonas et Élisée représentent chacun une phase de l’œuvre du CHRIST. Et si Joseph représente CHRIST, la nourriture emmagasinée représentant la Parole et le grenier la Bible, alors les sept ans de plénitude qui servirent à emmagasiner la nourriture doivent être symboliques, si non la métaphore ne serait pas parfaite. Et si les années de plénitude sont un symbole, alors les années de famine nécessitent également une explication. Chacune de ces deux périodes porte le chiffre “sept”, symbole de la “perfection”, soit la plénitude du temps (le temps entier, ou la totalité du temps). {SR1: 17.3}

Le symbole ne peut représenter qu’une seule chose, c’est-à-dire l’histoire du monde, divisée en ses deux grandes époques. Avant JÉSUS-CHRIST et après JÉSUS-CHRIST,

17

la croix (CHRIST) servait de ligne de démarcation. “Car tous les prophètes et la loi prophétisèrent, jusqu’à Jean.” C’est pour cette raison que JÉSUS déclara ceci, car jusqu’à maintenant nous ne pouvions donner d’autre explication. Les années de plénitude correspondent à l’ère Avant J-C. pendant laquelle DIEU donna avec libéralité afin de subvenir aux besoins du monde pendant les années de famine (l’époque du Nouveau Testament, l’ère Après J.-C.) Tout comme Joseph fit emmagasiner le grain par ses serviteurs, les égyptiens, CHRIST fit emmagasiner la Parole de DIEU (nourriture spirituelle) dans la Bible (le grenier) par ses serviteurs, les prophètes. “Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, DIEU, dans ses derniers temps, nous a parlé par le fils qu’il a établi héritier de toutes choses par lequel il a aussi créé le monde.” Hé. 1 : 1, 2. Si ce ne fut pas accompli dans ce but, alors nous nous demandons pourquoi ? DIEU, qui fut responsable de cet évènement, ne le provoqua pas dans le but de soumettre ses sujets à une grande épreuve, ou afin d’affamer le monde, car la famine ne régnait pas en Égypte seulement. La Bible dit : “Et la famine régnait sur toute la terre.” Ge. 41 : 56. Si cela n’avait pas de portée symbolique, pourquoi DIEU aurait-il frappé toute la terre de famine ? Certains se laisseront peut-être difficilement convaincre et d’autres ne seront peut-être jamais convaincus, mais l’harmonie de cet enseignement ne peut guère être mis en question. {SR1: 17.4}

Si les sept ans de plénitude et les sept ans de famine ne symbolisent pas l’histoire du monde, si les immenses greniers de Joseph ne symbolisent pas la Bible, si le grain emmagasiné pendant les sept ans de plénitude ne symbolise pas la Parole de la Bible, si la distribution de nourriture au monde entier ne symbolise pas l’époque du Nouveau Testament, consommant les écritures compilées pendant l’époque de l’Ancien Testament, alors, demandons-nous, où sont les types de tous ces événements ? DIEU n’a-t-il pas donné l’évangile par les types aussi bien que par les prophètes ? “CHRIST était la pierre angulaire de l’économie juive. Les types et les symboles étaient une prophétie condensée de l’évangile, une image où se trouvaient réunies les promesses de la Rédemption.” Conquérants Pacifiques p. 15. Si les sept ans de plénitude et les sept ans de famine ne représentent pas l’histoire du monde, toujours est-il que les coïncidences que nous allons tenter de relever ne peuvent être dues au hasard. JÉSUS dit : “Ramassez les miettes

18

afin de ne pas les gaspiller.” Ce fut sa parole qui multiplia les pains et les poissons. Ces miettes représentent les paroles mêmes qu’il prononça. {SR1: 18.1}

Dans Témoignages Volume 2 nous lisons à la page 331 : “DIEU m’a autorisé à vous dire qu’aucun rayon de lumière n’éclairera votre chemin par les Témoignages, à moins que vous fassiez bon usage de la lumière que vous avez déjà reçue.” Cependant, maintenant nous avons besoin de grain, sinon nous mourrons. En tant que groupe nous avons souvent prétendu détenir toute la vérité, mais l’on ne trouve aucune affirmation de ce genre dans les pages de l’Esprit de prophétie. “Aucun autre rayon de lumière n’éclairera votre chemin par les Témoignages, jusqu’à ce que vous fassiez bon usage de la lumière qui vous a été dispensée.” Ces mots sous-entendent qu’il y a encore de la lumière à venir, et la lumière est la vérité. Citons encore Testimonies to Ministers, page 107 : “Personne ne doit prétendre détenir toute la lumière destinée au peuple de DIEU. Le SEIGNEUR ne tolérera pas un tel comportement. Il a dit : ‘J’ai ouvert une porte devant vous et aucun homme ne pourra la fermer. Même si tous les hommes qui nous guident devaient refuser lumière et vérité, cette porte restera ouverte. Le SEIGNEUR suscitera des hommes qui donneront au peuple le message pour cette époque. » {SR1: 19.1}

Sept Ans De Plénitude, Sept Ans De Famine

Comme nous l’avons dit plus haut, les sept ans de plénitude et sept ans de famine de l’époque de Joseph dans l’Égypte antique représentent les deux époques de l’histoire du monde, soit avant J.-C. et après J.-C. Chacune de ces époques porte le chiffre “sept” (indiquant leur caractère complet, entier). Les sept ans de plénitude sont l’ère Avant J.-C. Quoique l’on puisse douter de l’explication donnée ici, la leçon que nous recevons est véridique. Dans l’ère de l’Ancien Testament, DIEU donna abondamment par Ses prophètes, et CHRIST (Joseph) emmagasina cette abondance dans le grenier (la Bible), mais tout comme nous n’avons aucune trace écrite qu’il restât du grain après les sept ans de famine, de même rien ne laisse supposer un manque. Ainsi il devient évident que toutes les écritures doivent être comprises (consommées) avant la seconde venue de CHRIST. {SR1: 19.2}

Le rêve de Pharaon, consigné dans Gen. 41 : 17 20, dit ceci : “Dans mon songe, voici,

19

je me tenais sur le bord du fleuve : Et voici, sept vaches grasses de chair et belles d’apparence montèrent hors du fleuve, et se mirent à paître dans la prairie. Sept autres vaches montèrent derrière elles, maigres fort laides d’apparence, et décharnées : Je n’en ai point vu d’aussi laides dans tout le pays d’Égypte. Les vaches décharnées et laides mangèrent les sept premières vaches qui étaient grasses.” Notez que les sept vaches maigres et laides ont bien mangé les sept vaches grasses. En lisant Gen. 41:21 nous constatons que les sept vaches maigres ne s’engraissèrent pas après avoir mangé les sept vaches grasses, ce qui indique que toute l’écriture sera consommée et que la lumière sera faite sur toute chose. La conclusion que nous devons en tirer est que les sept années (Après J.-C.) consommeront tout le grain (la Parole) emmagasiné pendant les sept années (Avant J.-C.), ce qui est également représenté par les épis de blé dans Gen. 41 : 22 24. N’est-ce pas évident que tous les écrits de l’Ancien Testament seront accomplis et compris avant la fin de l’ère Après J.-C. (la seconde venue de CHRIST) ? Mais n’est-il pas vrai également que la plus grande partie ou portion n’est pas encore comprise ? Comment quelqu’un pourrait-il dire qu’il détient toute la vérité alors qu’il n’explique pas, et ne peut expliquer, une grande partie de la Bible ? Ne devrions-nous pas adresser une prière à DIEU afin qu‘ il ouvre nos yeux pour que nous puissions reconnaître la léthargie Laodicéenne dans laquelle nous avons sombré et que nous puissions nous lever ? {SR1: 19.3}

Qui Sont Les 144 000 ?

Le sujet qui nous intéresse est : “Qui sont les 144 000 ?” Nous trouvons la première mention de ce nombre dans la Bible dans Ap. 7 : 4 : “Et j’entendis le nombre de ceux qui avaient été marqués du sceau : Cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des enfants d’Israël.” Ap.7 : 2 : «Et je vis un autre ange, qui montait du côté du soleil levant, et qui tenait le sceau du DIEU vivant ; il cria d’une voix forte aux quatre anges à qui il avait été donné de faire du mal à la terre et à la mer.» Notez que l’ange monte, il ne descend pas. Le passage d’Ap. 18 : 1, par contre, dit ceci : «Après cela, je vis déjà descendu du ciel un autre ange, qui avait une grande autorité ; et la terre fut éclairée de sa gloire.» Cet ange puissant n’apparaît ni en train de monter, ni de descendre, ni d’arriver mais « déjà descendu. » Si l’ange a couvert la distance du ciel à la terre en moins de 15 minutes en réponse à une prière (Dan. 9 : 4 23), alors que la lumière voyage pendant plusieurs millions d’années-lumière pour franchir une fraction de cette distance, nous

20

comprenons aisément pourquoi le texte dit “déjà descendu”, c’est-à-dire étant apparu soudainement, sans préavis. Cet ange est l’ange du Cri retentissant, un complément au troisième ange et au message de la chute de Babylone telle qu’annoncée par le deuxième ange est répété, ainsi que cela a été prédit au chapitre 18 de l’Apocalypse. Ainsi, à l’heure de la tentation qu’il doit bientôt affronter, le peuple de DIEU est-il prêt à résister. {SR1: 20.1}

Premiers Écrits, page 277 : ” Ensuite j’en vis un autre, puissant envoyé sur la terre pour joindre sa voix au troisième ange, afin de donner force et puissance à son message. Cet ange était doué d’une grande puissance et environné de gloire, et lorsqu’il descendit sur la terre, celle-ci fut éclairée de sa gloire. La lumière qui l’accompagnait pénétrait partout. Il criait d’une voix forte : ‘Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande ! Et elle devint une habitation de démons, un repaire de tout esprit impur, un repaire de tout oiseau impur et odieux. Le message proclamant la chute de Babylone, donné par le second ange, est ainsi répété avec la mention additionnelle de la corruption qui a envahi les églises à partir de 1844. L’œuvre de cet ange vient seconder celle du troisième message au moment où sa proclamation devient un grand cri. Le peuple de DIEU est ainsi préparé pour triompher à l’heure de la tentation qu’il doit bientôt affronter. Je vis le peuple de DIEU environné d’une grande lumière, et il (le peuple) s’unit afin de proclamer sans crainte le message du troisième ange… Ce message semblait être une addition au troisième message, de même que le cri de minuit s’était joint au message du second ange, en 1844. {SR1: 21.1}

“A propos des trois anges mentionnés dans Ap. 14 :6-11, Jean écrit : “Je vis un autre ange qui volait par le milieu du ciel,… et, un troisième ange les suivit.” Ces anges, qui se suivent, ont été vus en vol par le milieu du ciel, ce qui désigne la position du soleil à midi, quand il brille de toute sa force. Il y a une différence entre ces anges et ceux décrits dans Ap. 7 et 18 : 1. Ces anges ne sont ni en train de “monter” ou “d’arriver”, mais ils continuent de “voler par le milieu du ciel “. Cela signifie que les messages que portent ces anges ne sont pas aussi puissants que celui de Ap. 18 : 1, car Jean dit qu’iI vit l’ange “déjà descendu”, c’est-à-dire, debout sur la terre. L’ange dont il est question ici est proche, tandis que les trois

21

autres se tiennent à distance. Cette image indique qu’ils ne peuvent être aussi puissants que l’ange qui est tout proche, mais ces trois anges volent et continuent à voler. Cela signifie que, tout en n’étant pas aussi puissants ils continuent pendant longtemps jusqu’à ce que l’autre ange mentionné dans Ap. 18 : 1 les rejoigne, comme ce fut le cas jusqu’à maintenant pour les messages des premier, deuxième et troisième anges. {SR1: 21.2}

Retournons à l’ange mentionné dans Apocalypse 7, celui qui nous intéresse en priorité à ce point. Cet ange monte depuis l’est. Ici, “monter” ne peut être interprété comme voulant dire partir ou s’envoler, mais simplement venir ou avancer. Par exemple, le matin quand le soleil monte, la température augmente de plus en plus alors que l’on approche de midi. C’est exactement ce qui se passe pour l’ange qui doit apposer le sceau des 144 000. L’ange a été vu en train d’arriver, mais cela prend un certain temps. L’apposition du sceau ne peut commencer qu’après son arrivée, car il est porteur du sceau du DIEU vivant. Si nous sommes capables de déterminer, l’heure de son arrivée nous serons peut être capables de déterminer le début de l’apposition du sceau des 144 000. Avons-nous su quand les premier, deuxième et troisième anges ont lancé leurs messages ? Notre réponse est : Oui {SR1: 22.1}

Il n’y a pas de raison pour que nous ignorions l’heure précise de l’arrivée de cet ange d’Apocalypse 7. Si nous ignorions l’heure, nous n’aurions pas de message, et si Satan pouvait nous duper quant à la vérité présente, ses pouvoirs de duperie auraient vaincu. La prophétie de Jean contenue dans Apocalypse 7, décrivant l’ange qui monte, n’était qu’une vision de choses à venir, et l’accomplissement de cette prophétie eut lieu quand Sœur White eut sa première vision en 1844, une vision des 144 000. Voir Premiers Écrits, pages 13 20. Jean prédit ce mouvement, et la scène de l’ange montant de l’est (vision de Jean) devint réalité en 1844. Cependant l’ange est à l’est et nous devons attendre son arrivée, car à son arrivée, débutera l’apposition du sceau. {SR1: 22.2}

Les 144 000 mourront-ils un jour ?

«Les saints vivants, au nombre de 144 000». Nous ne devons pas conclure qu’une partie de l’ensemble pourrait représenter la totalité et accomplir la vérité, car ce que dit l’Inspiration ne peut être contredit.

22

Elle dit qu’ils sont “au nombre de 144 000″. L’évocation de cette congrégation correspond à l’annonce par DIEU, du jour et de l’heure de la venue de CHRIST. Si nous sommes capables de déterminer à quel moment de l’histoire du monde DIEU annonce le jour et l’heure, de la venue de CHRIST, alors nous saurons quelque chose de plus au sujet de cette congrégation. Citons les Premiers Écrits page 285 : ” Mais il y avait un endroit glorieux d’où la voix du SEIGNEUR se faisait entendre ; c’était comme le bruit des grosses eaux, elle ébranlait le ciel et la terre. Il y eut un grand tremblement de terre. Des tombes s’ouvrirent, et ceux qui étaient morts dans la foi pendant la proclamation du troisième message, qui avaient observé le Sabbat, sortirent glorieux … Lorsque DIEU annonça le jour et l’heure de la venue de JÉSUS, et scella l’alliance éternelle avec Son peuple.” {SR1: 22.3.}

En l’occurrence on peut être tenté de penser que les ressuscités et les vivants s’additionnent pour composer le nombre, mais nous ne croyons pas que l’Esprit de Prophétie désignerait les deux groupes (les vivants et les ressuscités) comme des saints vivants. Les 144 000 sont des saints vivants. Les autres sont des observateurs du Sabbat ressuscités. Afin de confirmer ceci, citons un autre passage de Tragédie des Siècles, page 691 : “Des grêlons pesant un talent sèment la destruction. Les plus fières cités de la terre sont renversées… Des sépulcres s’ouvrent, ‘plusieurs de ceux qui dorment dans la poussière de la terre se réveillent, les uns pour la vie éternelle, et les autres pour l’opprobre, pour la honte éternelle’. Tous ceux qui sont morts dans la foi au message du troisième ange sortent glorifiés de leurs tombeaux pour entendre proclamer l’alliance de paix conclue avec les fidèles observateurs de la loi de DIEU.” Ceci confirme que les observateurs du Sabbat sortent de leurs tombeaux pendant la résurrection spéciale décrite dans Daniel 12. C’est le moment où les grêlons accomplissent leur œuvre destructrice (septième plaie). «Le septième ange versa sa coupe dans l’air ; … Et une grosse grêle, dont les grêlons pesaient un talent, tomba du ciel sur les hommes ; et les hommes blasphémèrent DIEU, à cause du fléau de la grêle, parce que ce fléau était très grand.» Ap.16 : 17, 21. Les observateurs du Sabbat ressuscités ne vécurent pas l’époque des fléaux car ils furent ressuscités au moment du septième fléau, afin d’entendre l’annonce du jour et de l’heure de la venue de JÉSUS. {SR1: 23.1}

23

Si nous sommes en mesure de prouver que les 144 000 (au nombre) vécurent avant le septième fléau, alors nous aurons la preuve irréfutable que les 144 000 ne sont jamais morts. Tragédie des Siècles, page 703, 704 : “Et ils chantent un cantique nouveau devant le trône, cantique que personne ne peut apprendre, sinon les 144 000. C’est le cantique de Moïse et de l’agneau, -le chant de la délivrance. Seuls les 144 000 peuvent l’apprendre ; car c’est l’hymne de leur histoire, -une histoire vécue par eux seuls… Ils ont vu la terre désolée par la famine, par la peste et par les ardeurs d’un soleil dévorant, ils ont eux-mêmes enduré la faim et la soif.” Ceci confirme que les 144 000 furent bien vivants au moment du quatrième fléau, le soleil ayant le pouvoir de brûler les hommes de son feu. “Et le quatrième ange versa sa coupe sur le soleil ; et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu.” Ap. 16 : 8. Ceci est le quatrième fléau. Comment pourraient-ils (144 000) traverser le quatrième fléau si la résurrection spéciale des observateurs du Sabbat (ceux qui moururent au moment du message du troisième ange) n’avait eu lieu qu’après le septième fléau ? Si “ils ont vu la terre désolée par la famine, par la peste… et ont eux-mêmes enduré la faim et la soif’, alors ils ont vécu tous ces fléaux. {SR1: 24.1}

De plus, “ils chantent un cantique nouveau… que personne ne peut apprendre, sinon les 144 000, … car c’est l’hymne de leur histoire, -une histoire vécue par eux seuls.” Comment leur serait-il possible de chanter tous ensemble le même cantique s’il s’agit d’un cantique tiré de leur expérience à moins qu’ils ne partagent tous la même expérience ? Dans le cas contraire, ceux qui sortiraient des tombeaux auraient eu l’expérience de la mort, du tombeau, de la résurrection, et d’un corps nouveau. Mais ceux qui ne sont jamais morts auront vécu l’accomplissement des prophéties d’Ézéchiel 9, Esaïe 63, Esaïe 60, ainsi que la clôture du message du troisième ange (le cri retentissant, fin de la mise à l’épreuve), l’ensemble des sept derniers fléaux, et ils chantent ce cantique (de leur expérience et de leur délivrance), “que personne ne peut apprendre, sinon les 144 000”. {SR1: 24.2}

Sœur White fera-t-elle partie des 144 000 ?

Dans une vision, Sœur White a été transportée sur une des planètes qui ont

24

sept lunes, où elle rencontra ce bon vieil Hénoc. Cet endroit fut si beau et son désir d’y séjourner si vif, qu’elle implora l’ange de pouvoir y rester. “Ensuite l’ange me répondit : ‘Tu dois retourner sur la terre, mais si tu es fidèle, toi et les 144 000, vous aurez le privilège de visiter tous les mondes et de contempler les œuvres de DIEU’.” Voir Premiers Écrits, page 40. Cette annonce ne nous contredit pas, car l’ange lui dit qu’elle sera avec les 144 000, ce qui veut dire qu’elle est unie à eux mais elle ne fait pas partie d’eux. Il ne fait pas de doute qu’elle sera avec eux, car on peut la considérer comme leur mère (en tant que messagère et fondatrice de ce mouvement), et en même temps il serait inconcevable qu’ils chantent le cantique de Moïse sans que Moïse soit présent. Le fait qu’ils soient (les 144 000) une congrégation spéciale avec une expérience spéciale, n’excluent pas la présence d’autres individus pendant leur voyage, car Abraham, Isaac et Jacob seront sans aucun doute avec eux, grâce à leur qualité de pères symboliques. Que pourrait-on objecter à ce que d’autres les accompagnent pendant leur voyage ? Il est permis de penser que JÉSUS offrira à tous les rachetés au moins un voyage vers d’autres mondes. {SR1: 24.3}

Les 144 000 seuls entrent dans le Temple

“Alors que nous allions entrer dans le saint temple, JÉSUS éleva sa douce voix pour dire : ‘Seuls les 144 000 peuvent pénétrer ici.’ Nous nous écriâmes tous : ‘Alléluia !’ Le temple reposait sur sept colonnes d’or pur et transparent, dans lesquelles étaient enchâssées des perles magnifiques. Je ne saurais décrire toutes les splendeurs que j’y ai vues… J’y ai vu des tables de pierre où étaient gravés en lettres d’or les noms des 144 000. Après avoir contemplé la magnificence du temple, nous en sortîmes.” Premiers Écrits, page 19. Il est évident que seuls les 144 000 devaient entrer dans le saint temple, et une fois de plus il est évident qu’elle y entra, car elle dit : “Je ne saurais décrire toutes les splendeurs que j’y ai vues”, et “après avoir contemplé la magnificence du temple, nous en sortîmes.” Elle n’aurait pu voir l’intérieur du temple sans y être entrée, et elle n’aurait pu en sortir si elle n’y était jamais entrée. {SR1: 25.1}

Certains pourront penser que Sœur White fait partie des 144 000 parce qu’elle est entrée dans ce temple, et que maintenant qu’elle est décédée les

25

144 000 seront ressuscités. Il n’y a pas lieu de se laisser confondre. Elle a pu entrer dans le temple avant, ou après, ou encore elle a pu entrer en leur compagnie, quoiqu’il en soit, cela ne changerait rien à l’idée. Souvenons-nous qu’il s’agit seulement d’une vision et non de la réalité des 144 000. Cette congrégation n’avait pas encore été rassemblée à cette époque, et elle-même ne fut pas physiquement présente. Elle reçut cette vision afin qu’elle la rapporte et révèle une certaine vérité. En d’autres termes elle fit acte de rapporteur. Quel récit aurait-elle pu en faire si elle n’était pas entrée dans le temple ? L’ordre spécifiant que “seuls les 144 000 peuvent pénétrer ici” ne lui indiquait pas si elle devait entrer ou rester dehors. Elle est unie à eux, mais elle ne fait pas partie d’eux. {SR1: 25.2}

Quelle est la nature du sceau ?

Nous nous référons à Testimonies to Ministers, page 445. Le sujet traité est l’apposition du sceau des 144 000 selon Apocalypse 7. Citons : “Cette apposition du sceau des serviteurs de DIEU est la même que vit Ézéchiel dans une de ses visions.” Il s’ensuit que si l’apposition du sceau des 144 000 rapporté dans Apocalypse 7 est le même acte que celui qui fut décrit dans Ézéchiel 9, nous devons étudier Ézéchiel 9 : 1 9 afin de déterminer la nature du sceau et l’heure exacte à laquelle cet acte débute : “Puis il cria d’une voix forte à mes oreilles : Approchez, vous qui devez châtier la ville, chacun son instrument de destruction à la main. Et voici, six hommes arrivèrent par le chemin de la porte supérieure du côté du septentrion, chacun son instrument de destruction à la main. Il y avait au milieu d’eux un homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture : ils vinrent se placer près de l’autel d’airain. Et la gloire du DIEU d’Israël s’éleva du chérubin sur lequel Il était, et se dirigea vers le seuil. {SR1: 26.1}

Et il appela l’homme vêtu de lin, et portant une écritoire à la ceinture. L’ÉTERNEL lui dit : Passe au milieu de la ville, au milieu de Jérusalem, et fais une marque sur le front des hommes qui soupirent et qui gémissent à cause de toutes les abominations qui s’y commettent. Et, à mes oreilles, il dit aux autres : Passez après lui dans la ville, et frappez, que votre œil soit sans pitié, et n’ayez point de miséricorde ! Tuez, détruisez les vieillards,

26

les jeunes hommes, les vierges, les enfants et les femmes ; mais n’approchez pas de quiconque aura sur lui la marque ; et commencez par mon sanctuaire ! Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison. Il leur dit : Souillez la maison, et remplissez de morts les parvis ! Sortez ! Ils sortirent, et ils frappèrent dans la ville. Comme ils frappaient, et que je restais encore, je tombai sur ma face, et je m’écriai : Ah ! SEIGNEUR Éternel, détruiras-tu tout ce qui reste d’Israël, en répandant ta fureur sur Jérusalem ? Il me répondit : L’iniquité de la maison d’Israël et de Judas est grande, excessive.” Il est certain qu’Ézéchiel 9 fait référence à l’apposition du sceau des 144 000 -soit à la séparation (le criblage de l’église séparation des hommes pieux des impies). Témoignages volume 1, page 65 : “Je demandai alors ce que signifiait cette épreuve. Il me fut répondu qu’elle était le résultat de l’appel adressé aux Laodicéens par le Témoin Fidèle.” Lisez la page entière. Notez que l’épreuve commence après que le “Témoin Fidèle” ait adressé son appel. {SR1: 26.2}

Les deux sceaux

Est-ce que le Sabbat représente le sceau des 144 000 ? Retenons d’abord la définition du terme “sceau” et ses emplois : Un instrument qui sert à sceller, cacheter ou enfermer de manière sûre ; établir ou confirmer de façon à écarter le doute ; montrer et déterminer ; désigner. Nous allons nous efforcer de réunir suffisamment de preuves bibliques pour convaincre tous ceux qui croient en l’écriture que tous ceux qui ont été sauvés par le passé ainsi que tous ceux qui seront sauvés à notre époque doivent porter le sceau de DIEU. Dans sa lettre aux Éphésiens, Paul leur annonça qu’ils devaient être marqués du sceau. “N’attristez pas le Saint Esprit de DIEU, par lequel vous avez été marqués du sceau pour le jour de la Rédemption.” Eph. 4 : 30. La grâce de la sanctification, opérée dans l’âme par l’Esprit Saint, est le sceau et l’assurance de la rédemption à venir, l’assurance d’une résurrection dans la joie. L’utilité et la finalité de l’apposition de ce sceau sont la sainteté et la sécurité de la chose scellée face aux yeux des curieux et aux mains violentes, autrement étrangers et ennemis pourraient abuser d’elle. Ainsi les enfants de DIEU sont préservés des exactions

27

d’un monde cruel. Ils sont protégés comme des êtres précieux à la disposition de DIEU, destinés à lui tenir compagnie au ciel. Citons 2 Tim. 2 : 19 adressé aux Corinthiens : « Néanmoins, le solide fondement de DIEU reste debout, avec ses paroles qui lui servent de sceau, le SEIGNEUR connaît ceux qui lui appartiennent.” “Lequel nous a aussi marqué de son sceau et a mis dans nos cœurs les arrhes de l’Esprit.” 2 Cor. 1 : 22 {SR1: 27.1}

Apocalypse 8 et 9 nous parlent des sept anges avec les sept trompettes. Ces trompettes représentent les événements politiques et les faits d’armes qui devaient accompagner l’époque de l’église évangélique. L’apposition du sceau des 144 000 appartient à l’époque de la sixième trompette. En commençant par Ap. 9 : 1, nous lisons à propos de l’ange avec la cinquième trompette, au verset 4, ce qui suit : “II leur fut dit de ne point faire de mal à l’herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre mais seulement aux hommes qui n’avaient pas le sceau de DIEU sur le front.” Ici nous apprenons que longtemps avant que la proclamation du message du troisième ange ne débute, les saints de DIEU furent marqués du sceau de DIEU, pareillement à ce qui devait arriver à ceux marqués du sceau pendant le message du troisième ange. Selon ces écritures, qui sont sans ambiguïté, nous devons conclure qu’en tout temps les saints de DIEU sont marqués de la vérité du moment présent, et que le sceau représente la vérité telle qu’elle a été révélée en ce temps. La vérité révélée au moment du message du troisième ange est celle du Sabbat, et c’est ainsi que le Sabbat constitue un sceau qui scelle le peuple qui l’observe. Selon Tragédie des Siècles, page 490 : “Le sceau de la loi de DIEU est contenu dans le quatrième commandement… Quand le Sabbat fut déplacé par l’autorité pontificale, le sceau fut ôté de la loi. » ” Premiers Écrits, page 58 : “Le temps du scellement est très court, et sera bientôt révolu.” {SR1: 28.1}

Les observateurs du Sabbat qui moururent pendant le message du troisième ange furent marqués du sceau de la vérité du Sabbat, mais les 144 000 ne meurent jamais. Tout en se trouvant dans l’obligation d’observer le Sabbat et de porter ce sceau, ils doivent soupirer et gémir à cause des abominations à l’intérieur de l’église, sinon ils ne peuvent recevoir la marque que donne l’ange à l’écritoire selon Ézéchiel 9. Ceci est le sceau dont parle Testimonies to Ministers page 445 ; Témoignages volume 2, pages 72 – 80

28

; Témoignages volume 1, pages 384 385. L’apposition du sceau des 144 000 est l’opération par laquelle les fidèles sont séparés des infidèles ; c’est l’opération de purification de l’église. Ceux qui ne demeurent pas dans la vérité et qui commettent des péchés et des abominations, qui tentent de jeter un voile sur leurs iniquités réelles seront victimes des cinq hommes avec leurs instruments de destruction, décrits dans Ézéchiel 9. {SR1: 28.2}

Depuis 1845, le Sabbat est vérité révélée, et en tant que sceau de la loi de DIEU, depuis cette date, il a scellé la loi parmi le peuple de DIEU. Es. 8 : 16 : “Enveloppe cet oracle, scelle cette révélation parmi mes disciples.” Ceci a été l’œuvre du troisième ange. C’est pour cette raison que cet ange n’a pas de sceau, car le sceau est dans la loi, tandis que l’ange mentionné dans Apocalypse 7 porte un sceau à la main. Ézéchiel l’appelle l’homme à l’écritoire qui doit marquer du sceau les hommes qui soupirent et gémissent à cause de toutes les abominations commises en leur sein (l’église). Ceci est le sceau des 144 000, tandis que tous ceux sauvés pendant le passage du troisième ange sont marqués du sceau du Sabbat. Les 144 000 qui portent ce sceau sont également marqués (scellés) par l’ange d’Apocalypse 7, identique à celui d’Ézéchiel 9. En d’autres termes on peut parler d’un double sceau. {SR1: 29.1}

Ézéchiel 9 n’est pas un sceau du Sabbat

L’apposition du sceau des 144 000 ne constitue pas un sceau du Sabbat. Cependant, ceux qui sont marqués du sceau, doivent être des observateurs du Sabbat. Il s’agit d’un sceau, d’une marque, qui distingue les deux classes dans l’église, et ceux qui sont scellés, ou marqués, ne le sont pas seulement parce qu’ils observent le Sabbat, mais parce qu’ils soupirent et gémissent à cause de toutes les abominations commises dans l’église. Ainsi, aussi bien l’apposition du sceau, la destruction se passent dans l’église de DIEU, et non pas dans Babylone ou dans le monde. Ces choses ont uniquement lieu dans Jérusalem et Judas, la maison d’Israël (l’église). Dans Ez. 9:9, “Juda” désigne ceux qui exercent un ministère, car Juda accomplît le ministère des Lévites après que la tribu de Lévi fut déportée. Il n’y a aucune référence sur le monde ou sur les impies. Une fois l’apposition du sceau terminé, les cinq hommes avec leurs instruments de destruction commencent leur œuvre par les anciens qui se tiennent devant la maison, c’est à dire les gardiens des intérêts

29

spirituels du peuple. Voir Témoignages volume 1, pages 384 385, et Témoignages volume 2, pages 72 – 74. {SR1: 29.2}

Citons Témoignages volume 2, page 73 : “Les anciens, ceux à qui DIEU a donné une grande lumière et qui ont pour devoir de veiller sur les intérêts spirituels de la communauté, ont trahi leur mission. Ils ont prétendu qu’on ne devrait point s’attendre à voir des miracles et des manifestations signalées de la puissance de DIEU comme au temps de la primitive Église. Les temps ont changé. Ces paroles les fortifient dans leur incrédulité et ils disent : Le SEIGNEUR ne fera ni bien ni mal. Il est trop miséricordieux pour répandre ses jugements sur son peuple.” Témoignages volume 1, page 383 : “Mais si ceux qui occupent des postes de confiance négligent de dévoiler les péchés, le SEIGNEUR leur fera sentir sa colère et le peuple de DIEU sera tenu pour responsable de ses péchés.” {SR1: 30.1}

Ceux qui sont marqués du sceau et échappent à la ruine sont ceux qui constitueront le nombre prophétique de 144 000. Notre confession compte environ 300,000 personnes. Par conséquent, la congrégation sera divisée en deux, ce qui rappelle les dix vierges, dont cinq furent sages et cinq folles. En d’autres termes : moitié, moitié. Que DIEU aide son peuple, et qu’il nous donne une vision de ce qu’est le péché afin que nous puissions en finir avec la désastreuse iniquité qui règne à l’intérieur de l’église (la maison de DIEU). Une telle vision nous ferait soupirer et gémir à cause des abominations commises en son sein. Celui qui comprend le fléau du péché ne jetterait pas le voile sur l’iniquité existante afin d’obtenir la faveur de quelques uns. Que DIEU veuille nous élever du bas niveau spirituel auquel nous sommes tombés, et qu’iI veuille nous sauver de cette tiède condition Laodicéenne. Puissions-nous, comme la sage Ninive de l’antiquité, faire mentir la prophétie, afin que les cieux puissent se réjouir. {SR1: 30.2}

L’apposition du sceau débute l’église est au plus bas

Il est évident que si l’apposition du sceau et la destruction ont lieu dans la maison de DIEU, l’église (son peuple), et si plus de la moitié de son peuple doit périr à cause de ses péchés à moins de se repentir, et si moins que la moitié du nombre de la confession équivaut à 144 000, ces événements n’ont pas pu débuter dans un passé lointain. Et encore moins en ce qui concerne

30

le début du message du troisième ange, car il n’y avait alors point d’église mais seulement une poignée d’individus. Cela n’aurait pu débuter pendant que l’église était en bonne condition spirituelle. Cela n’a pu débuter que lorsque l’église était au plus bas et polluée par le péché. Ceux qui reçoivent le sceau et échappent à la destruction doivent soupirer et gémir à cause de toute l’abomination commise au sein de l’église. Témoignages volume 3, page 303 précise : “Si l’église, qui est maintenant victime de son propre recul, ne se repent ni ne se convertit, elle récoltera le fruit de ses actions jusqu’à ce qu’elle se prenne en horreur.” {SR1: 30.3}

Au sujet des 144 000, Témoignages vol. 2, pages 72 73 écrit : “Ceux qui gémissent, se lamentent ainsi avaient proclamé les paroles de vie (un message) ; ils avaient repris, conseillé, menacé, et quelques-uns de ceux qui avaient déshonoré L’ÉTERNEL, s’étaient repentis et avaient humilié leur cœur devant lui. Mais la gloire de DIEU s’était éloignée d’Israël, et bien qu’un grand nombre de croyants aient conservé les formes de la religion, la présence et la puissance de L’ÉTERNEL ne se faisaient plus sentir. Quand la colère du ciel s’exercera, ces humbles et dévoués disciples de JÉSUS-CHRIST se distingueront du reste du monde par les angoisses de leur âme exprimées sous forme de lamentations, de larmes, d’avertissements et de censures. Tandis que d’autres s’efforcent de dissimuler le mal et d’excuser le péché et le libertinage qui règnent partout, ceux qui ont du zèle pour la gloire de DIEU et pour l’amour des âmes ne se taisent point afin de gagner la faveur de certaines personnes… Ils se lamentent et affligent leur âme parce que l’orgueil, l’avarice, l’égoïsme et les tromperies de toutes sortes ont envahi l’Église… Ceux qui ne s’affligent pas de leur misère spirituelle, et qui ne gémissent pas sur le péché des autres, ne seront pas marqués du sceau de DIEU … Ici nous remarquons que l’Église le sanctuaire du SEIGNEUR sera la première à éprouver les effets de la colère de DIEU. Les anciens, ceux à qui DIEU a donné une grande lumière et qui ont pour devoir de veiller sur les intérêts spirituels de la communauté, ont trahi leur mission.” {SR1: 31.1}

Témoignages Vol. 5, page 82 : (version anglaise) “L’appel pour l’accomplissement de cette grande et solennelle œuvre fut adressé à des hommes cultivés et haut placés ; si ceux-ci avaient été plus humbles et s’ils avaient placé leur pleine confiance dans le SEIGNEUR, il les aurait honorés

31

en leur enjoignant de porter son étendard triomphalement vers la victoire. Mais ils se séparèrent de DIEU, subirent l’influence du monde, et le SEIGNEUR les rejeta.” {SR1: 31.2}

Témoignages volume 2, pages 73 74 : “Ils ont prétendu qu’on ne devrait point s’attendre à voir des miracles et des manifestations signalées de la puissance de DIEU comme au temps de la primitive Église. Les temps ont changé. Ces paroles les fortifient dans leur incrédulité et ils disent : Le SEIGNEUR ne fera ni bien ni mal. Il est trop miséricordieux pour répandre ses jugements sur son peuple. Paix et sûreté, tel est le cri que font entendre ceux qui n’élèveront jamais plus de voix comme une trompette pour montrer au peuple de DIEU ses péchés et à la maison de Jacob ses iniquités. Ces chiens muets qui ne peuvent aboyer sont ceux sur lesquels fondra la juste vengeance d’un DIEU offensé. Hommes, femmes, jeunes gens, jeunes filles et enfants périront tous ensemble. Les abominations qui ont fait gémir et soupirer les fidèles étaient celles que tout le monde pouvait voir, mais c’était loin d’être les pires, les péchés qui avaient provoqué la jalousie d’un DIEU saint et pur n’étaient pas étalés au grand jour… Notre propre conduite déterminera si nous sommes aptes à recevoir le sceau du DIEU vivant, ou si nous méritons d’être abattus par l’épée de la destruction.” Si nous devions désigner le moment exact du début de l’apposition du sceau, nous dirions qu’il a débuté au cours de l’an 1929. La place impartie ne nous permet pas de soumettre nos raisons pour cette croyance là, mais ce sujet sera traité dans une autre étude. {SR1: 32.1}

Pour bien comprendre le message du troisième ange, nous allons le diviser en trois périodes : (1) Le début de la proclamation du vrai Sabbat, Ap. 14 : 6 11 ; (2) Réforme et apposition du sceau des 144 000, Ap. 7 : 1 8 ; (3) Le cri retentissant, Ap. 18 : 1. Étant donné que la vérité de l’apposition du sceau (des 144 000) est actuellement proclamée, il est évident que nous vivons dans la seconde période. Si nous n’avions pas connaissance du début de l’accomplissement du message du troisième ange, nous ne pourrions pas prétendre avoir reçu un message. C’est pourquoi nous devons connaître l’époque des deux dernières périodes et l’heure de leur accomplissement, ceci étant d’une importance

32

comparable. {SR1: 32.2}

La cause des soupirs et des gémissements

Témoignages volume 2, page 72 74 : “Quand la colère du ciel s’exercera, ces humbles et dévoués disciples de JÉSUS-CHRIST se distingueront du reste du monde par les angoisses de leur âmes exprimées sous forme de lamentations, de larmes d’avertissements et de censures. Tandis que d’autres s’efforcent de dissimuler le mal et d’excuser le péché et le libertinage qui règnent partout, ceux qui ont du zèle pour la gloire de DIEU et pour l’amour des âmes ne se taisent point afin de gagner la faveur de certaines personnes. Ils s’affligent chaque jour des actions et des propos impurs et méchants. Ils sont impuissants à arrêter le courant d’iniquités qui déferle partout, aussi sont-ils remplis de douleur et de crainte. Ils s’affligent devant DIEU en voyant la religion bafouée dans les demeures mêmes de ceux qui avaient eu beaucoup de lumière. Ils se lamentent et affligent leur âme parce que l’orgueil, l’avarice, l’égoïsme et les tromperies de toutes sortes ont envahi l’Église. On méprise l’Esprit de DIEU qui fait entendre des reproches tandis que les suppôts de Satan triomphent. DIEU est déshonoré, et la vérité reste sans effet… Les abominations qui ont fait gémir et soupirer les fidèles étaient celles que tout le monde pouvait voir, mais c’était loin d’être les pires, les péchés qui avaient provoqué la jalousie d’un DIEU saint et pur n’étaient pas étalés au grand jour.” {SR1: 33.1}

Témoignages Vol.1, pages 471-472 (version anglaise) : “Une grande erreur a été commise par ceux qui professent la vérité présente en introduisant le commerce dans le programme de certaines réunions et de ce fait détournent l’attention des esprits du véritable objectif de ces réunions… ‘II est écrit : Ma maison sera appelé la maison de prière, mais vous en avez fait un repaire de voleurs.’’ Ces marchands auraient pu plaider, en guise d’excuse, que les articles qu’ils proposaient à la vente étaient destinés aux offrandes sacrificielles. Mais leur objectif était le gain, la création de moyens, l’accumulation… Certains ministres se tenaient debout sur la chaire et prêchaient de la manière la plus solennelle, et puis, en introduisant des marchandises et en agissant comme des vendeurs, dans la maison de DIEU même, ils ont détourné les esprits de ceux qui les écoutaient des impressions qu’ils venaient de recevoir, et ont détruit le fruit de leur labeur… Leur

33

temps et leur puissance devraient être préservés, afin que leurs efforts soient efficaces pendant un certain nombre de réunions. Leur temps et leur puissance ne devraient pas servir à vendre nos livres quand il est aisé de les présenter dignement au public par le moyen de ceux qui ne portent pas le fardeau de la prédication de la parole.” {SR1: 33.2}

Témoignages Vol. 3, page 303 : “Qui peut vraiment dire : ‘Notre or est éprouvé par le feu, nos vêtements ne sont pas souillés par le monde ?’ J’ai vu notre Instructeur déchirer de prétendus vêtements de justice, et mettre à nu la souillure qu’ils recouvraient. Puis Il me dit : “Ne vois-tu pas comme ces gens ont caché d’une manière prétentieuse leur souillure et leur corruption ? Comment la cité fidèle est-elle devenue une prostituée ? La maison de mon Père est devenue un lieu de commerce, d’où la présence divine et la gloire se sont retirées ! C’est pourquoi il y a de la faiblesse, c’est pourquoi la force manque.” Ainsi l’heure et la condition de l’église au moment où débute l’apposition du sceau des 144 000 sont bien décrites, aussi bien par la Bible que par l’Esprit de Prophétie. Il est un fait admis par les Adventistes du Septième Jour que depuis quelques années l’église décline, cependant sa condition spirituelle n’a jamais atteint un niveau aussi bas qu’à l’heure actuelle. Il n’y a presque plus de différence entre l’église et le monde. {SR1: 34.1}

Liste partielle des abominations de l’église

  1. Manque de respect dans la maison de DIEU : Es. 56 : 7 ; Témoignages vol.3, pages 230 240 (version anglaise).
  2. Asservissement aux modes du monde : Es. 3 : 16 ; Témoignages Vol.1, pages 269 270 (version anglaise) ; Témoignages Vol.1, page 692 et 403 ; (Témoignages Vol.5, page 78 ; Vol.1, pages 189 191 ; Vol.1, pages 135 136 versions anglaises) ; Témoignages Vol.1, page 689.
  3. Dépenses d’argent pour autre chose que du pain (réforme de santé) : Es. 55 : 2 ; Témoignages vol.2, page 61 ; Es. 56 : 12. (Nous pourrions donner beaucoup de références tirées des témoignages à ce sujet, mais nous manquons de place.)
  4. Utilisation de la dîme -professeurs d’école (ceux qui enseignent les Écritures)

34

ne sont pas rémunérés par la dîme comme ils auraient dû l’être : Témoignages vol. 2, page 551.

  1. La maison de DIEU est transformée en maison de commerce par la vente et l’achat de publications en tout genre concernant la confession : Es. 58 : 3 ; Es. 56 : 7; Témoignages vol.1, pages 471 472 (version anglaise) ; Témoignages vol.2, page 303.
  2. Les prix élevés de nos institutions alors qu’ils devraient être en dessous du prix de revient : Témoignages vol. 8, page 142 ; Es. 56 : 12 ; Es. 58.
  3. L’incrédulité face à l’Esprit de Prophétie : Si elle ne se dit pas elle est cependant manifestée par les actes.
  4. Le fait de ne pas avoir informé les membres de l’église du message d’Elie : Mal. 4 : 5 ; Testimonies to Ministers, page 475 ; Témoignages vol. 1, pages 614.
  5. Abraham obéit à tous les commandements de DIEU, et il prit grand soin des plus petits détails ; ceci lui fut compté et il fut considéré comme un juste, mais nous n’avons pas agi de même. Voir Gen. 26 : 5 ; Gen. 15 : 6.
  6. La promesse d’une terre (la Canaan céleste) fut faite à la postérité d’Abraham. JÉSUS leur dit : “Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham, [Si vous n’êtes pas enfants d’Abraham] Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père.” Voir Jean. 8 : 39 44. (En accomplissant les œuvres d’Abraham), “…Ainsi vous êtes la postérité d’Abraham, héritiers selon la promesse.” Gal. 3 : 29.
  7. Notre insistance à vouloir détenir toute la vérité et à n’avoir besoin de rien.
  8. Le refus de reconnaître les revendications des écritures sans chercher leur bien-fondé. Témoignages vol. 2, page 74 : “Les abominations qui ont fait gémir et soupirer les fidèles étaient celles que tout le monde pouvait voir, mais c’était loin d’être les pires, les péchés qui avaient provoqué la jalousie d’un DIEU saint et pur n’étaient pas étalés au grand jour.”

L’apposition du sceau continuera-t-elle jusqu’à la fin de la mise à l’épreuve ?

L’apposition du sceau des 144 000 ne peut se poursuivre jusqu’à la fin de la mise à l’épreuve, car ils doivent être marqués du sceau bien avant cette date et cet œuvre doit être accomplie avant le cri retentissant du message du troisième ange. Premiers Écrits, Page 277 : “J’ai vu des anges voler rapidement ça et là dans le ciel,

35

descendre sur la terre, puis remonter au ciel, préparant l’accomplissement de quelque événement important. Ensuite j’en vis un autre, puissant, envoyé sur la terre pour joindre sa voix au troisième ange, afin de donner force et puissance à son message. Cet ange était doué d’une grande puissance et environné de gloire. Lorsqu’il descendit sur la terre, celle-ci fut éclairée de sa gloire… Ce message semblait être une addition au troisième message.” Il semblerait que dans l’expression “des anges voler rapidement ça et là” l’auteur se réfère à l’accomplissement d’Ézéchiel 9 ; puis suit l’ange du cri retentissant décrit dans Ap. 18 :1. {SR1: 35.1}

La prophétie d’Ézéchiel 9 ne peut connaître son accomplissement au moment où CHRIST arrive dans les nuages, car la destruction a lieu dans l’église. L’église de CHRIST doit être pure et immaculée, libre de toute tâche, bien avant la venue de CHRIST. Si nous ne nous trouvons pas dans cet état pur, nous ne pouvons espérer résister dans ces temps de troubles ni échapper aux effets des fléaux. L’église ne pourrait se passer d’un intermédiaire, que ce soit après la mise à l’épreuve ou avant celle-ci, s’il restait une seule chose impure dans le camp d’Israël. “Car ainsi a dit L’ÉTERNEL, DIEU d’Israël, l’interdit existe en ton sein, O Israël. Tu ne pourras résister à tes ennemis, jusqu’à ce vous ayez ôté l’interdit au milieu de vous.” Jos. 7 : 13. {SR1: 36.1}

En guise d’illustration et de comparaison de la fidélité et de l’unité du peuple pendant les troubles au temps des fléaux, citons les Premiers Écrits, pages 282 283 : “J’ai vu les saints quitter les villes et les villages, se réunir par groupes et vivre dans les lieux les plus retirés. Les anges leur apportaient la nourriture et l’eau, alors que les méchants souffraient de la famine et de la soif. Puis je vis les grands de ce monde qui se consultaient, et Satan et ses anges très affairés autour d’eux. Je vis un écrit qu’on répandait dans différentes parties de la terre, prescrivant que si les saints n’abandonnaient pas leurs idées particulières, ne renonçaient pas à l’observation du Sabbat pour observer le premier jour de la semaine, il serait permis après un certain temps de les mettre à mort … Mais les anges, sous la forme d’hommes de guerre, combattirent pour eux. Satan aurait voulu détruire les saints

36

du Très-Haut ; mais JÉSUS ordonna à ses anges de veiller sur eux… Puis je vis une foule de méchants irrités, et ensuite une multitude innombrable de mauvais anges poussant les méchants à faire mourir les saints. Mais avant de pouvoir s’approcher du peuple de DIEU, les méchants devaient d’abord traverser la phalange des anges saints et puissants, ce qui leur était impossible. Les anges de DIEU les obligeaient à reculer, ils repoussaient les mauvais anges qui se pressaient autour d’eux.” Dans ce passage il est évident que le peuple de DIEU se trouve seul, à part, sans la présence de méchants en son sein. Les saints anges ne protégeraient pas des individus impies de la multitude des méchants. Nous voyons ici le peuple de DIEU séparé de toute méchanceté. Ceci démontre qu’il jouit d’une unité parfaite au moment de quitter les villages. {SR1: 36.2}

Alors quand cette purification de l’église eut-elle lieu ? Ézéchiel 8 rapporte les abominations commises au milieu de Jérusalem (l’église) ; Ézéchiel 9 révèle les conséquences pour ceux qui ne soupirent et ne gémissent face à toutes ces abominations. “Un pécheur peut engendrer l’obscurité et faire en sorte que la lumière de DIEU se retire de l’assemblée toute entière.” Témoignages Vol.1, page 383 384. {SR1: 37.1}

Cinq hommes suivent un seul

Les hommes avec les instruments de destruction doivent suivre les pas de l’homme à l’écritoire. Si le marquage doit avoir quelque valeur, il faut que la séparation ait lieu pour que l’effusion de l’Esprit Saint profite pleinement au peuple de DIEU. “Je demandai ce que signifiait le criblage que j’avais vu, on me répondit qu’il était causé par le conseil du Témoin véritable à l’église de Laodicée. Ce conseil aura son effet sur le cœur de celui qui le reçoit, et il l’amènera à exalter la vérité. Quelques-uns ne l’accepteront pas. Ils le combattront, et c’est ce qui produira le criblage parmi le peuple de DIEU… Je demandai ce qui avait produit ce grand changement. Un ange me répondit : ‘C’est la pluie de l’arrière saison, le rafraîchissement de la part du SEIGNEUR, le cri retentissant du troisième ange’.” Premiers Écrits, pages 270, 271. {SR1: 37.2}

37

Il est évident que le criblage doit avoir lieu avant le “Cri retentissant”. Les hommes avec les instruments de destruction opéraient déjà avant que l’homme à l’écritoire ne retourne pour rapporter qu’il avait accompli ce que l’on lui avait demandé de faire. Voir Ézéchiel 9 : 8, 11. {SR1: 38.1}

La distinction entre les 144 000 et les autres saints

Parlant d’Israël (selon la chair) qui est un type du vrai Israël, c’est à dire des 144 000, DIEU dit : “Israël est Mon premier-né.” Dans l’Israël antique, la prêtrise devait se composer des premiers-nés de chaque famille, c’est pourquoi la prêtrise est appelé le premier-né. Si Israël avait obéi à tous les commandements de DIEU, ce plan se serait accomplis, mais quand ils arrivèrent au Mont Sinaï ils édifièrent le veau d’or et le vénérèrent. {SR1: 38.2}

Quand Moïse descendit de la montagne, il fit enregistrer tous ceux qui avaient vénéré le veau d’or. “Moïse se plaça à la porte du camp et dit : “A moi tous ceux qui sont pour L’ÉTERNEL !” Ceux qui n’avaient point pactisé avec l’apostasie devaient se placer à la droite de Moïse, ceux qui étaient coupables mais repentants, à sa gauche. Le peuple obéit. Et Il se trouva que la tribu de Lévi n’avait pris aucune part au culte idolâtre.” Patriarches et Prophètes, page 296. Pour cette raison DIEU conféra une distinction spéciale à la tribu de Lévi. Nous lisons à la page 249 : “Après l’institution du service des tabernacles, L’ÉTERNEL se choisit la tribu de Lévi pour l’œuvre de prêtrise à la place des premiers-nés des hommes.” {SR1: 38.3}

Mais DIEU dit : “Israël est Mon premier-né” -le vrai Israël, les 144 000. Cette promesse trouverait donc son accomplissement ici. D’eux nous lisons qu’ils sont “les prémices appartenant à DIEU et à l’Agneau”. Si ceci est le cas, alors les 144 000 doivent être des prêtres et des Lévites. Esaïe 61 ne pourrait faire référence à aucune autre classe que l’Israël selon la promesse, les 144 000, ainsi que les Gentils qui se rapprocheront du SEIGNEUR par leur labeur. Dans Es. 66 : 19, 20 nous lisons : “Je mettrai un signe parmi elles, et j’enverrai leurs réchappés vers les nations… Et ils amèneront tous vos frères, d’entre toutes les nations, en offrande à L’ÉTERNEL.” Ceux-ci (les 144 000), qui échappent à la ruine

38

annoncée dans Ézéchiel 9 et Esaïe 63, à laquelle Es. 66 : 16 17 se réfère, seront envoyés pour accomplir une grande mission à l’heure du cri retentissant. {SR1: 38.4}

Dans Es. 61 : 5, 6 nous lisons : “Des étrangers [Gentils, ou ceux qui ne font pas partie des 144 000] seront là et feront paître vos troupeaux, et les fils de l’étranger seront vos laboureurs et vos vignerons. Mais vous, on vous appellera sacrificateurs de L’ÉTERNEL : On vous nommera les serviteurs de notre DIEU : Vous mangerez les richesses des nations, et vous vous glorifierez de leur gloire.” D’autres qu’eux-mêmes (les 144 000) devraient nourrir leurs troupeaux et tailler leurs vignes (cultiver leurs terres) de la même manière que cela se faisait pour la tribu de Lévi, qui n’avait pas reçu de terres. Quoique les Lévites n’aient pas reçu d’héritage sous forme de terres, Ils recevaient environ 25% du revenu de la dîme et des offrandes. Mais ce furent d’autres qui travaillaient la terre à leur place. Ceci préfigure les 144 000 qui seront les prêtres de la nouvelle terre. L’idée que nous devons retenir ici n’est pas que la dîme et les offrandes du peuple seront leur subsistance sur la terre renouvelée. Ces passages illustrent simplement la position qu’ils occuperont. {SR1: 39.1}

Es. 61:7 dit ceci : “Au lieu de votre opprobre vous aurez une portion double. Ils posséderont ainsi le double dans leur pays et leur joie sera éternelle.” Il y a ici deux pronoms, “vous” et “ils”, le pronom “vous” recevant une portion double, tandis que le pronom “ils” possédera le pays. “Vous” est le pronom de la seconde personne à laquelle DIEU s’adresse, en ce cas il s’agit de la nation d’Israël (soit les 144 000), mais le pronom “ils” se réfère aux Gentils qui ne furent pas du nombre des douze tribus et qui ne peuvent donc faire partie des 144 000, mais qui sont néanmoins sauvés car “ils” se réjouissent de leur portion. {SR1: 39.2}

Parlant des 144 000, le Témoignage Volume 2 dit aux pages 212 : “Ils seront comme des rois et des prêtres pour DIEU… ‘Ils suivent l’Agneau partout où il va’.” Il s’ensuit que les 144 000 sont des prêtres et CHRIST est le Grand Prêtre (et Roi). On peut dire que quand la mise à l’épreuve sera terminée, CHRIST enlèvera ses habits de prêtre et n’officiera plus en tant que prêtre, ce qui ne doit pas nous troubler, car dans Es. 66:22-23 nous lisons : “Car comme les nouveaux cieux et la

39

nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit L’ÉTERNEL, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. A chaque nouvelle lune et à chaque Sabbat, toute chair viendra se prosterner devant Moi, dit L’ÉTERNEL. » Nous voyons donc qu’il y aura bien une forme d’adoration dans les cieux et la nouvelle terre, qui nécessitera des Prêtres et des Lévites. {SR1: 39.3}

40

SECONDE PARTIE

Les quatre classes des rachetés

L’étude qui suit a pour objet de démontrer que la grande multitude mentionnée dans Ap. 7 : 9 est composée de saints vivants qui seront transmués avec les 144 000 lors de la seconde venue de CHRIST. Tous ceux qui ont été sauvés au cours de l’histoire du monde, du juste Abel jusqu’à la fin de la mise à l’épreuve, sont divisés en quatre grandes classes, séparées et distinctes, comme suit : {SR1: 41 .1}

Classe 1 : Les 144 000 décrits dans Ap.7 ; soit les douze tribus d’Israël selon la promesse ; une assemblée spéciale partageant une expérience spéciale. (SR1: 41.2}

Classe 2 : Ceux qui sont transmués lors de la venue de CHRIST dans les nuages (la grande multitude décrite dans Ap. 7 : 9). {SR1: 41.3}

Classe 3 : Les millions qui à travers les âges moururent comme martyrs de leur foi. {SR1: 41.3}

Classe 4 : “Ceux qui d’abord zélés pour la cause de Satan, puis, véritables brandons arrachés au feu, ont servi leur DIEU avec une grande ferveur.” Tragédie des Siècles, page 722. {SR1: 41.4}

Les nations et gouvernements de la terre pavoisent devant la splendeur de leurs armées et leurs uniformes reflétant leur hiérarchie, permettent de reconnaître le rang d’un soldat et son appartenance à telle division ou tel régiment. {SR1: 41.5}

Nous ne pouvons supposer que le grand DIEU fasse régner un ordre inférieur à celui des armées des nations du monde dans les rangs de Ses rachetés. Nous savons que l’organisation de DIEU est supérieure à celle de tout gouvernement terrestre. Nous allons tenter de démontrer que chacune des quatre classes mentionnées ci-dessus possède son uniforme qui permet de la distinguer et de la classer. {SR1: 41.6}

Première classe

Nous lisons dans Premiers Écrits, pages 16 17 : “Les 144 000 formaient un carré parfait sur la mer de verre. Les uns avaient des couronnes plus brillantes que d’autres. Quelques couronnes semblaient chargées d’étoiles tandis que d’autres n’en avaient que quelques-unes. Tous étaient ravis de leurs couronnes. Ils étaient revêtus de glorieux habits

41

blancs tombant des épaules aux pieds.” Les 144 000 sont décrits comme ayant ce « glorieux manteau blanc » qui faisait partie de leurs habits. {SR1: 41.7}

Seconde classe

La seconde classe est transmuée (comme les 144 000). Ap. 7 : 9 mentionne : “Après cela [les 144 000], je regardai, et voici, il y avait une grande foule, que personne ne pouvait compter, de toutes nations et de toutes tribus, de tout peuple, et de toutes langues ; ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, revêtus de robes blanches et des palmes dans leurs mains.” Notons que cette congrégation porte des palmes à la main. {SR1: 42.1}

Troisième classe

Premiers Écrits, pages 18 19 : “Chemin faisant, nous rencontrâmes des gens qui s’extasiaient sur les merveilles du lieu. Je remarquai que leurs vêtements étaient bordés de rouge ; leurs couronnes étaient étincelantes ; leurs robes d’une blancheur immaculée. Lorsque nous les saluâmes, je demandai à JÉSUS qui ils étaient. Il me répondit que c’étaient des martyrs qui avaient donné leur vie pour lui. Avec eux se trouvait une multitude innombrable de petits enfants dont les vêtements étaient aussi bordés de rouge.” Ainsi la classe 3 (les martyrs) est identifiée par leurs “vêtements bordés de rouge”. {SR1: 42.2}

Quatrième classe

De grands pécheurs, brandons repêchés du feu, mais qui moururent d’une mort naturelle. Ceux-ci ne portent ni un manteau sur les épaules, ni des palmes à la main, ni une bordure rouge sur leurs habits, mais sont bien couronnés d’or. Leurs couronnes se distinguent de celles des 144 000, car ces derniers ont des “étoiles” dans leurs couronnes, comme il est décrit sous le sous-titre “Première classe”. Nous avons donc la description des quatre classes et les symboles de leurs habits, et pouvons résumer comme suit : {SR 1 : 42.3}

Classe 1 Les 144 000 ont de “glorieux habits blancs” et des étoiles dans leurs couronnes. {SR1: 42.4}

42

Classe 2 La grande multitude décrite dans Ap.7 : 9 tient des palmes à la main. {SR1: 43.1}

Classe 3 Les millions de tous temps martyrisés portent des bordures rouges sur leurs habits. {SR1: 43.2}

Classe 4 De grands pécheurs, enlevés du feu comme des brandons, mais qui sont morts d’une mort naturelle, qui portent des robes blanches et des couronnes d’or, mais dont les couronnes ne comportent pas d’étoiles. Identiques à ceux décrits dans Ap. 4 : 4. Il a dû y avoir une raison précise pour donner une description des uniformes spéciaux, et cette raison doit être la révélation de la vérité. {SR1: 43.3}

Symboles et anti-symboles

L’Esprit de Prophétie dit qu’Elie représente ceux qui seront vivants lors de la venue de CHRIST et qui seront transformés dans un clin d’œil et seront transmués. A la page 448, JÉSUS-CHRIST mentionne : “-Elie, qui fut enlevé au ciel sans voir la mort, représente ceux qui vivront sur terre au moment de la seconde venue de CHRIST et qui seront ‘transformés dans un clin d’œil, quand sonnera la dernière trompette’. {SR1: 43.4}

Patriarches et Prophètes à la page 65 se réfèrent à Hénoc comme suit : “La piété de ce prophète représente l’état de sainteté qui sera exigé de ceux qui ‘seront rachetés de la terre’ lors du second avènement de JÉSUS-CHRIST… A l’instar d’Hénoc, le peuple de DIEU recherche la pureté de cœur et mène une vie irréprochable, de manière à refléter l’image du CHRIST. Comme Hénoc il proclamera au monde le retour du SEIGNEUR et les châtiments pour ceux qui transgressent sa loi, et grâce à leur discours saint et leur exemple ils condamneront les péchés des impies. De même qu’Hénoc fut enlevé au ciel avant la destruction du monde par les eaux du déluge, de même les justes en seront retirés avant sa destruction par le feu.” {SR1: 43.5}

Comme Elie, Hénoc représente ceux qui seront transmués lors du second avènement de CHRIST. Les deux hommes furent enlevés sans avoir vu la mort. La question qui se pose est la suivante : Pourquoi avoir donné deux types ? Parce qu’il y a deux groupes d’individus à transmuer ; les 144 000

43

et la grande multitude décrite dans Ap. 7 : 9. Les 144 000 sont les Israélites, contrairement à la grande multitude. Hénoc n’est pas un Israélite et ne peut donc représenter Israël, les 144 000. (Le nom “Israël” n’est apparu qu’après l’époque de Jacob, soit plusieurs siècles après l’enlèvement d’Hénoc. Ce sujet bénéficiera d’une explication plus détaillée dans un autre chapitre.) Nous allons identifier la classe représentée par Hénoc grâce à l’uniforme portée par ce dernier : Dans Premiers Écrits on lit à la page 40 : “Là, je vis le bon vieil Hénoc qui avait été transmué. Il tenait à la main droite une palme glorieuse, et sur chaque feuille était écrit : ‘Victoire’.” Nous remarquons qu’ici Hénoc porte également une “palme’ à la main, tout comme la grande multitude de la Classe 2. {SR1: 43.6}

Hénoc est présenté comme étant le septième dans la lignée après Adam. “Sept” correspond à la plénitude, à ce qui est accompli, et constitue ainsi un type parfait de la classe qu’il représente dans Ap.7 : 9 (la grande multitude). Nous tenterons d’apporter une autre preuve du fait que la grande multitude avec les “palmes à la main” est enlevée en même temps que les 144 000. Dans Tragédie des Siècles, on traite à la page 722 du sujet des classes 2, 3 et 4. La partie se référant à la classe 4 mentionne : “Tout près du trône se trouvent placés ceux qui, d’abord zélés pour la cause de Satan, puis, véritables brandons arrachés du feu, ont servi leur DIEU avec une grande ferveur. Après eux se tiennent ceux qui manifestèrent un caractère chrétien au milieu de l’imposture et de l’incrédulité, ceux qui ont honoré la loi de DIEU quand le monde chrétien la déclara abolie.” Ce passage comprend tout péché possible aux pécheurs de tous les temps (ceux qui se sont rangés du côté de DIEU). {SR1: 44.1}

Mais il n’y a pas de référence permettant de déterminer la nature pécheresse de la classe 2 (la grande multitude). La classe 1 (les 144 000) est appelée Israël, un groupe spécial avec une expérience spéciale. {SR1: 44.2}

Après avoir inclus tout péché possible aux pécheurs dans la classe 4 (ceux qui devront être ressuscités), et les martyrs dans la classe 3, l’Inspiration dit : “Enfin vient une ‘grande foule’… revêtus de robes blanches, et des palmes dans leurs mains.” Ainsi, ce groupe n’a pu être classé avec les deux autres ni avec les 144 000. Si la classe 2 (la grande multitude), provenant de toutes les époques, était sauvée et ressuscitée, alors tous les sauvés doivent porter des palmes dans leurs mains. Mais étant donné que

44

d’évidence tous n’ont pas de palmes, alors ceux-ci ne peuvent être tous les sauvés de toutes les époques, mais ce sont uniquement les transmués, outre les 144 000. La palme est le symbole de la victoire sur la mort et le sépulcre, c’est à dire que ceux-ci ne sont jamais morts. {SR1: 44.3}

Parlant encore de la même congrégation, Ap. 7 : 14 dit ceci dans la dernière partie du verset : “Et il me dit : ‘Ce sont ceux qui viennent de la grande tribulation, ils ont lavé leurs robes, et les ont blanchies dans le sang de l’Agneau’.” Ainsi cette congrégation est passée par la tribulation de Daniel 12, qui a lieu au moment des sept derniers fléaux. Ap. 7 :16, dernière partie du verset : “Et le soleil ne [les] frappera point, ni aucune chaleur.” Ils traversent le quatrième fléau, il est donc établi que cette congrégation est vivante lors de la fin, lors du second avènement du CHRIST afin d’être transmuée. {SR1: 45.1}

Une explication de Premiers Écrits, page 15

En parlant de l’annonce de la venue de CHRIST (le jour et l’heure), qui précède la résurrection générale et qui a lieu lors de la résurrection spéciale, nous lisons : “Nous entendîmes bientôt la voix de DIEU, semblable au bruit des grandes eaux, annonçant le jour et l’heure du retour de JÉSUS. Les justes vivants, au nombre de 144 000, reconnurent et comprirent la voix, alors que les méchants la prirent pour le tonnerre et un tremblement de terre. Quand DIEU annonça le temps, Il répandit sur nous le Saint Esprit, et nos visages en furent illuminés et reflétèrent la gloire divine, comme celui de Moïse lorsqu’il descendait du Mont Sinaï. Les 144 000 étaient tous marqués du sceau et parfaitement unis. Sur leur front se lisaient ces mots : DIEU, Nouvelle Jérusalem, et on y voyait une étoile glorieuse contenant le nouveau nom de JÉSUS. Notre état heureux et saint enflammait la colère des méchants et ils se précipitèrent sur nous avec violence pour nous appréhender et nous jeter en prison, alors nous levâmes la main au nom du SEIGNEUR et ils tombèrent impuissants sur le sol.” {SR1: 45.2}

Nous ne devons pas comprendre que ceux qui furent présents à cet instant et qui entendirent l’annonce du “jour et de l’heure” se limitaient aux 144 000. Les termes employés laissent clairement entendre qu’ils étaient plus nombreux, car nous y trouvons les pronoms “nous”, “notre”, “ils”, “nos”. En montrant les 144 000, le texte utilise l’article défini “les”. L’auteur ne

45

se place pas parmi les 144 000 mais emploie le pronom “nous” ; il s’ensuit qu’outre les 144 000 il doit y avoir un autre groupe de vivants. {SR1: 45.3}

Elie représente les 144 000

Si Hénoc représente la grande multitude de Ap. 7 : 9, alors Elie représente les 144 000, car dans l’histoire de la terre, deux hommes seulement ont été transmués sans voir la mort. Nous n’avons pas besoin de preuves supplémentaires ; cependant, nous allons présenter d’autres raisons pourquoi Elie fut un type des 144 000. Elie a vu la sécheresse et la famine qui ont frappé Israël ; de même, les 144 000 les verront, car nous lisons dans Tragédie des Siècles, page 704 : “Ils ont vu la terre dévastée par la famine et la pestilence, le soleil ayant le pouvoir de brûler les hommes d’une grande chaleur.” Élie portait un manteau sur ses épaules (2 Rois 2 : 8) ; de même les 144 000 portent un manteau. “Et ils étaient revêtus de “glorieux habits blancs” tombant des épaules aux pieds.” Premiers Écrits, page 17. {SR1: 46.1}

Citons Messages Choisis, vol.1 page 482 : ‘La prophétie doit être accomplie. Le SEIGNEUR dit : ‘Voyez, je vous envoie Elie le prophète avant l’avènement du grand et terrible jour du SEIGNEUR’, quelqu’un doit venir dans l’esprit et la puissance d’Elie, et quand il paraîtra, il s’en trouvera qui lui diront : ‘Tu as trop de zèle, tu n’interprètes pas convenablement les écritures. Laisse-moi te montrer comment tu devrais prêcher ton message’.” Sœur White ne veut pas dire qu’elle incarne le prophète Elie, mais elle indique clairement qu’un prophète doit venir et elle dit que ce prophète aura “l’esprit et la puissance d’Elie”. Ce prophète doit venir avant l’accomplissement d’Ézéchiel 9, car la prophétie d’Ézéchiel ressemble à l’expérience d’Elie avec l’Israël des jours d’Achab. L’œuvre d’Elie dans les jours d’Achab, roi d’Israël, servait à prouver qu’Israël avait succombé à l’apostasie. Après avoir fait ceci, il rassembla tous les prêtres, ou prophètes, et les décapita, les jetant dans le ruisseau. Tels étaient l’esprit et la puissance d’Elie. {SR1: 46.2}

Dans Testimonies to Ministers, nous lisons à la page 445 : “Cette apposition du sceau sur les serviteurs de DIEU [les 144 000 : Ap. 7] est la même qu’Ézéchiel eut dans sa vision.” Alors l’apposition du sceau des 144 000

46

est identique à Ézéchiel 9, et le marquage de l’homme à l’écritoire représente le sceau. Aussitôt ce marquage terminé, “les cinq hommes avec les instruments de destruction le suivent et détruisent jeunes et vieux, vierges et petits enfants, ainsi que les femmes. Et ils commencent par les anciens qui se tiennent devant la maison.” {SR1: 46.3}

C’est à cet instant que les 144 000 sont marqués du sceau. On peut dire qu’Ézéchiel 9 correspond à l’expérience d’Elie pour cette raison : Le prophète, ou le message, est appelé Elie, avec “l’esprit et le pouvoir d’Elie”. Le prophète Elie pensait que tout Israël avait commis l’apostasie et qu’il restait seul, mais le SEIGNEUR dit qu’iI avait 7000 hommes qui n’avaient pas plié le genou devant Baal. “Sept” désigne le nombre entier ou parfait, qui constitue un symbole, en l’occurrence un nombre entier de milliers. Le nombre entier des élus est 144 000. Alors, comme Elie, nous pensons que l’église entière a dérivé vers le monde (a plié le genou devant Baal). Ainsi, Elie est le type des 144 000 vivants, saints transmués. {SR1: 47.1}

Moïse Symbole de la résurrection des justes

“Sur la montagne de la transfiguration, Moïse fut témoin de la victoire de CHRIST sur le péché et la mort. Il représente ceux qui sortiront des sépulcres lors de la résurrection des justes.” JÉSUS-CHRIST, page 418. Moïse représente la première ou résurrection générale, décrite dans Ap. 20 : 6. {SR1: 47.2}

Symbole de la résurrection spéciale

Si Moïse représente la résurrection générale, alors qui pourrait représenter la résurrection mixte, ou spéciale, décrite dans Dan. 12:2 ? Nous disposons de la référence de Mat. 27 : 52 53 : “Et les sépulcres s’ouvrirent, et plusieurs corps de saints qui étaient morts ressuscitèrent, et sortirent des sépulcres après la résurrection de JÉSUS, et entrèrent dans la ville sainte, et apparurent à un grand nombre de personnes.” Les saints qui prirent part à cette résurrection proviennent de toutes les époques. Certains qui vécurent, peut être, à l’époque du séjour sur terre de CHRIST et qui le connurent Lui et

47

son œuvre, furent témoins de sa résurrection. Voir Premiers Écrits, page 184 ; JÉSUS-CHRIST, page 788. {SR1: 47.3}

Il y a encore une autre raison pour laquelle Mat. 27 : 52 est un symbole de cette résurrection mixte. Ceux qui furent ressuscités par CHRIST témoignèrent de la nature divine de CHRIST auprès de ceux-là mêmes qui le crucifièrent. Parlant de cette résurrection mixte, Daniel dit : “Et plusieurs qui dorment dans la poussière de la terre se réveilleront, les uns pour la vie éternelle, les autres pour l’opprobre, pour être un objet d’horreur éternelle.” Puis quelques justes y seront inclus, qui vécurent et témoignèrent de la crucifixion ; ainsi que ceux qui le crucifièrent et le percèrent, car (Ap.1 : 7) : “Voici, il vient avec les nuages : Et chaque œil le verra, même ceux qui l’ont transpercé.” Il s’ensuit que la résurrection qui témoigna du pouvoir de DIEU auprès de ces assassins de son Fils, symbolisa les justes qui sortirent des tombeaux lors de cette résurrection mixte (spéciale). {SR1: 48.1}

Le symbole de la seconde résurrection

Les méchants qui sortent lors de la résurrection mixte de Dan.12 : 2 et qui doivent mourir de la seconde mort lors de la venue de CHRIST, sont des symboles de ceux qui sortent des tombeaux à la fin du millénaire, événement qui est appelé la résurrection des méchants. Voir Tragédie des siècles, pages 718 719 ; Premiers Écrits, pages 52 53. {SR1: 48.2}

Symbole de la seconde mort

La question est de savoir si les méchants qui sortent des tombeaux lors de la résurrection spéciale de Dan.12 : 2 continueront à vivre ou s’ils mourront avec les méchants vivants lors de la seconde venue de CHRIST pour être ressuscités à la fin des 1000 ans. Considérant que DIEU ne laisse aucune chose en suspens, Il a tout prédit par la prophétie, donnant aussi les symboles. Si nous disposons d’un symbole pour tous les autres événements, nous devons également en avoir un pour celui-ci. Les méchants ressuscités doivent mourir avec les autres méchants lors de la venue de CHRIST dans les nuages afin de symboliser la seconde mort à la fin du millénaire. {SR1: 48.3}

La question soulevée à présent est : Se réveilleront-ils avec les méchants lors de la seconde résurrection ? Répondant à cette question, Premiers Écrits dit à la

48

page 292 : “A la première résurrection les rachetés se réveillèrent dans la fleur de l’immortalité ; mais à la seconde résurrection, les méchants portent les marques visibles de la malédiction. Les grands de ce monde, les faibles et les forts, les savants et les ignorants, tous se levèrent ensemble. Tous voient le Fils de l’homme ; et ces mêmes créatures qui le méprisèrent, se moquèrent de lui, mirent une couronne d’épines sur son front sacré et le frappèrent avec un roseau, le contemplèrent dans toute sa majesté. Ceux qui lui avaient craché au visage à l’heure de sa passion se détournèrent maintenant de son regard perçant et de l’éclat de son visage. Ceux qui enfoncèrent les clous dans ses mains et ses pieds voient maintenant les stigmates de sa crucifixion. Il en est de même pour ceux qui percèrent son côté.” {SR1: 48.4}

Grâce à ceci nous comprenons que ces personnes se représentent lors de la seconde résurrection. Ils furent donc ressuscités une seconde fois à la fin des 1000 ans, afin de mourir d’une seconde mort, dont ils furent eux-mêmes les symboles (en mourant la seconde mort avec les méchants vivants lors de la seconde venue de CHRIST dans les nuages). Ainsi, nous avons une prophétie et un symbole pour chaque événement ayant eu lieu ou à venir dans ce monde méchant dans lequel nous vivons. {SR1: 49.1}

Une idée de la perfection :

  1. La résurrection de Moïse.
  2. La résurrection lors du réveil de JÉSUS.
  3. La résurrection spéciale de Dan. 12:2.
  4. La première résurrection décrite dans Ap. 20 : 6.
  5. La transmutation d’Hénoc.
  6. La transmutation d’Elie.
  7. La transmutation générale lors de la venue du CHRIST.

Nous retrouvons donc le nombre “sept”, le symbole de la perfection, tout, de ce qui est accompli. Les quatre résurrections et trois transmutations englobent tous les saints ressuscités et enlevés, donnant ainsi le chiffre sept, l’accomplissement.

Procession des rachetés

Quelle procession magnifique ce sera quand les rachetés de toutes

48

les époques défileront dans les rues dorées des lieux célestes au milieu des personnes pures et bénies.

  1. Escortant la grande procession, nous voyons les millions d’anges qui prêchèrent auprès des rachetés à travers les âges.
  2. Nous voyons Moïse, le type des ressuscités et le premier homme à avoir écrit un texte biblique, marcher à la tête des ressuscités, vêtu de blanc et portant une couronne dorée scintillante sur sa tête. Les ressuscités qu’il représente constituent la Classe 4, vêtue de robes blanches et couronnes dorées.
  3. Puis nous voyons le bon et innocent Abel, qui représente les martyrs dans sa magnifique robe blanche à bordure rouge, menant des millions de martyrs de toutes les époques (Classe 3), vêtus des mêmes robes que leur guide, Abel.
  4. Ensuite nous apercevons ce bon vieil Hénoc avec une étincelante guirlande blanche sur son chef : là-dessus une superbe couronne plus lumineuse que le soleil et sur son bras droit une palme magnifique. C’est par lui que la grande multitude des transmués est à la fois représentée et menée, tous vêtus de pures robes blanches, portant des palmes à la main et des couronnes dorées sur leurs têtes.
  5. Dernier des rachetés, le brave Elie avec un glorieux habit blanc qui le couvre des épaules jusqu’aux pieds : Il est le type et le guide de la congrégation la plus merveilleuse, quoiqu’en nombre réduit. Étant donné qu’il s’agit d’une congrégation spéciale ayant vécu une expérience spéciale, d’une prêtrise royale, les 144 000 sont vêtus de blanc pur et d’un glorieux habit des épaules aux pieds, et des étoiles dans leurs couronnes. Ap. 14 : 5 : “Et dans leur bouche il ne s’est point trouvé de mensonge, car ils sont irréprochables devant le trône de DIEU.”
  6. Si les fils de DIEU (d’Adam) provenant d’autres mondes se présentent devant le SEIGNEUR, ainsi qu’il est rapporté dans Job.1 : 6, lors d’une réunion de conseil, alors les fils de DIEU (d’Adam) de tous les mondes ne pourraient être exclus de la procession la plus magnifique, de la procession unique de l’étendue infinie de l’éternité.
  7. Et enfin, JÉSUS et la foule majestueuse, céleste, de dix mille fois dix mille et de milliers et milliers d’anges. Quel rassemblement magnifique ce sera ! Pouvons-nous trouver chose plus harmonieuse dans toute la Bible ?

Vous

50

noterez qu’une fois de plus nous rencontrons le nombre de la plénitude biblique, “sept”, et rien ne peut être retranché ou ajouté à ce nombre. Quand nous voyons ainsi l’événement glorieux qui attend le peuple fidèle de DIEU, ceci ne devrait-il pas réveiller notre intérêt et notre zèle ?

Une explication de l’écritoire des Premiers Écrits, Page 279

L’homme à l’écritoire décrit dans Ézéchiel 9 est celui qui appose les sceaux sur les 144 000 longtemps avant la fin de la mise à l’épreuve. Certains peuvent mal comprendre l’énoncé fait dans Premiers Écrits ce qui peut faire naître une certaine confusion. C’est pour le profit de telles personnes que nous présentons l’explication suivante : L’énoncé dans Premiers Écrits auquel nous faisons référence, se trouve à la page 279 : “Je vis des anges accourir çà et là dans le ciel. L’un d’entre eux, muni d’une écritoire, revenait de la terre et rapportait à JÉSUS que son œuvre était achevée, que les saints avaient été comptés et marqués du sceau. Puis je vis JÉSUS, qui avait exercé son ministère devant l’arche contenant les dix commandements, jeter à terre son encensoir. Il éleva les mains, et s’écria fortement : ‘C’EN EST FAIT’.” {SR1: 51.1}

Il ne fait aucun doute qu’il s’agissait d’un ange avec une écritoire et que son travail était accompli ; de même l’œuvre de JÉSUS était accomplie dans le Sanctuaire céleste (la mise à l’épreuve terminée). Le fait que cet ange porte une écritoire sur le côté, comme l’homme décrit dans Ézéchiel 9, n’est pas une preuve qu’il s’agit bien du même ange, car nous pouvons supposer qu’il y avait plus d’un ange portant un tel instrument. Cependant, il peut s’agir du même ange faisant œuvre de poseur de sceau dans les deux cas, mais l’idée qui importe est que, quand l’homme décrit dans Ézéchiel 9 appose le sceau sur les 144 000, son travail continu pendant la saison de la moisson. {SR1: 51.2}

Les saints doivent être comptés et marqués du sceau pendant cette génération tout comme ceux marqués aux époques passées. D’évidence, cette tâche qui s’est poursuivie depuis que le péché est entré dans la famille humaine, débutant peut être avec Abel, doit continuer jusqu’à la fin de la mise à l’épreuve, quand cette œuvre sera considérée comme accomplie. {SR1: 51.3}

51

TROISIÈME PARTIE

ÉSAÜ ET JACOB

“Et Isaac pria instamment L’ÉTERNEL au sujet de sa femme, car elle était stérile ; et L’ÉTERNEL entendit ses prières, et Rébecca sa femme conçut. Et les enfants se heurtaient dans son sein ; et elle dit : S’il en est ainsi, pourquoi suis-je comme ça ? Et elle alla consulter L’ÉTERNEL. Et L’ÉTERNEL lui dit : Deux nations sont dans ton ventre, et deux peuples se sépareront en sortant de tes entrailles ; et un peuple sera plus fort que l’autre peuple, et le plus grand sera asservi au plus petit. Et les jours où elle devait enfanter s’accomplirent, et voici, il y avait des jumeaux dans son ventre. Et le premier sortit roux, tout entier comme un manteau de poils et ils l’appelèrent Ésaü et ensuite sortit son frère, et sa main tenait le talon d’Ésaü et on l’appela Jacob. Gen. 25 : 21 26 {SR1: 52.1}

L’Inspiration dit que Rébecca n’avait pas d’enfant et Isaac implora L’ÉTERNEL et L’ÉTERNEL fut touché et il lui donna des jumeaux. S’il en fût ainsi, ce n’était certainement pas le fruit du hasard. C’était la volonté de L’ÉTERNEL. Mais, si elle avait demandé un enfant, pourquoi lui donna-t-il des jumeaux ? Nous ne pensons pas que L’ÉTERNEL lui donna des jumeaux pour créer la zizanie dans la famille comme ce fût le cas. Pourquoi s’affrontèrent-ils dès le sein de la mère ? Pourquoi l’un était-il roux et couvert de poils et l’autre blanc et imberbe ? Et pourquoi l’un tenait-il le talon de l’autre ? Toutes ces questions nous viennent à l’esprit. Quelle qu’en soit la raison, c’était le dessein de DIEU puisqu’iI lui donna les enfants. Personne ne penserait que DIEU fit cela sans raison. DIEU lui-même dit à la mère qu’il s’agit d’un enseignement, puisqu’il lui dit : “Deux peuples distincts sortiront de tes entrailles et l’un des peuples sera plus fort que l’autre.” Il est exact que deux nations furent mises en présence ; Édom et Israël, mais où est l’enseignement ? {SR1: 52.2}

Quel qu’il soit, il est bien destiné au peuple de DIEU. Il ne peut être destiné à l’époque de l’Ancien Testament, puisqu’ils n’en profitèrent jamais en aucune façon. {SR1: 52.3}

52

Nous lisons dans Gal. 4 : 22 25 qu’Isaac symbolise L’église du Nouveau Testament et Ismaël l’Ancien. “Car il est écrit qu’Abraham a eu deux fils, l’un de la servante, et l’autre de la femme libre. Mais celui qui naquit de la servante naquit selon la chair et celui qui naquit de la femme libre naquit selon la promesse. Ces choses doivent être prises dans un sens allégorique : Car ce sont deux alliances, l’une du mont Sinaï, enfantant pour la servitude, et c’est Agar. Car “Agar” est le mont Sinaï en Arabie, et correspond à la Jérusalem de maintenant car elle est dans la servitude avec ses enfants.” {SR1: 53.1}

Paul écrit ici qu’Ismaël représente Israël selon la chair. Agar représente l’église qui fût organisée au Mont Sinaï au moment où Moïse choisit les soixante-dix anciens. Voir Patriarches et Prophètes, Page 357. Le Sanhédrin était composé de soixante-dix hommes, ainsi donc, le nombre “70” représente un conseil ecclésiastique. Paul dit : “Ainsi, Agar est le Mont Sinaï (femme -symbole de l’Église) qui est en Arabie”. Ce même groupe, après avoir erré quarante ans dans le désert, traversa le Jourdain et s’établit à Jérusalem.” Car “Agar” est le mont Sinaï, en Arabie et correspond à la Jérusalem de maintenant car elle est dans la servitude avec ses enfants.” Agar, symbolisait donc l’église avant la croix ; Jérusalem, l’ancienne. {SR1: 53.2}

De même, nous lisons à partir du verset 26 : “Mais la Jérusalem d’en haut (Nouvelle Jérusalem céleste. Ap. 21) est la femme libre qui est notre mère. Car il est écrit : “Réjouis toi, stérile qui n’enfantes point (Sarah) : éclate de joie et pousse des cris, toi qui n’es point en travail d’enfant ; car les enfants de la délaissée (délaissée -car Sarah se retira et donna son mari à Agar) sont plus nombreux que les enfants de celle qui a un mari (Agar).” SR1: 53.4}

Or nous, frères comme Isaac, nous sommes enfants de la promesse. Mais, comme alors celui qui était né selon la chair (Ismaël) persécutait celui qui était né selon l’Esprit (Isaac), il en est de même aussi maintenant.” Gal. 4 : 26 29. (Car l’ancien Israël, au temps des apôtres, persécutait les Chrétiens). Ici, l’Inspiration dit que Sarah représente la Jérusalem céleste, d’en haut (Ap. 21), et qui est notre mère à tous. Paul, en écrivant à l’église du Nouveau Testament

53

(les Gentils) dit : “Maintenant, frères, à l’image d’Isaac, nous sommes les enfants de la promesse.” Paul veut dire qu’Isaac représente les enfants du Nouveau Testament, et Sarah est le symbole de l’église. {SR1: 53.4}

Revenons à notre sujet, “Ésaü et Jacob”, quel que soit l’enseignement de ces jumeaux, il ne peut s’appliquer à l’église de l’Ancien Testament car, si Isaac est leur père, et représente l’église du Nouveau Testament, l’enseignement doit donc s’appliquer à l’église qu’il représente. Si le père avait soixante ans à la naissance d’Ésaü et de Jacob, l’enseignement ne peut être destiné à l’église des premiers temps. Le symbole est destiné à une période ultérieure. {SR1: 54.1]

Symbole de la Lutte.

Les enfants s’affrontèrent avant leur naissance. Là aussi, il doit y avoir un enseignement. Il est destiné à déterminer la période à laquelle le symbole doit s’appliquer. D’après l’âge du père, il a été établi que l’enseignement est destiné à une période ultérieure. L’affrontement des enfants se situe avant leur délivrance ; l’enseignement s’applique donc au peuple de DIEU juste avant sa délivrance. {SR1: 54.2}

La période et l’église

L’enseignement ne peut être destiné à deux églises. Pourquoi ? Parce qu’ils naquirent de la même mère. Ils doivent être soumis au même message. Pourquoi ? Parce qu’ils furent engendrés par le même père. Si celle-ci est la génération qui verra la fin, et l’église qui doit être délivrée et transmuée sans connaître la mort, alors, ce doit être la période à laquelle s’applique l’enseignement. Maintenant se pose la question suivante : Dans quelle église cet enseignement trouvera-t-il son accomplissement ? Il ne peut trouver son accomplissement que dans la véritable église de DIEU. Si les églises protestantes sont tombées et sont appelées Babylone, alors, cet enseignement ne s’applique pas à elles. Si l’église Adventiste du Septième Jour est le véritable Israël, et détient un message que n’enseigne aucune autre organisation ; et si le message que nous portons est l’avènement de CHRIST et la fin du monde dans cette génération, alors ceci est l’église. {SR1: 54.3}

54

Deux lignées

La Bible dit que les jumeaux représentent deux lignées. Si cela est exact, alors, nous avons deux lignées dans l’église. L’une est représentée par Ésaü, l’autre par Jacob. Si nous nous référons à Testimonies to Ministers, page 46, nous lisons : “II existe deux influences opposées qui s’exercent de façon continue sur les membres de l’église. L’une travaille à la purification de l’église, l’autre à la corruption du peuple de DIEU.” Un des jumeaux était roux et couvert de poils, et l’autre était blanc et imberbe. Les deux lignées étaient des pécheurs. Pourquoi ? Parce qu’Ésaü était roux, c’est à dire écarlate, le signe du péché. Jacob était blanc mais le nom trahit l’homme, car le nom “Jacob” signifie “trompeur”. {SR1: 55.1}

Symbole du droit d’aînesse

Ésaü est né le premier. Quel que soit ce qui devait être transmis par droit d’aînesse, cela devait revenir à Ésaü. La loi de la Bible veut que le premier-né hérite de la prêtrise. Pour cette raison, Jacob convoitait le droit d’aînesse d’Ésaü. Ésaü représente la lignée des prêtres. {SR1: 55.2}

Symbole de la chevelure

Puisqu’il était né couvert de poils, son corps devait être recouvert d’une épaisse toison car, lorsque Jacob voulut tromper son père afin d’obtenir la bénédiction, Rébecca, sa mère, lui couvrit le cou et les mains avec des peaux de chevreaux. Les soupçons d’Isaac quant à savoir s’il s’agissait d’Ésaü ou de Jacob, le conduisirent à examiner le corps de son fils. Gen. 27 : 22, 23 : “Et Jacob s’approcha d’Isaac, son père ; et il le tâta et dit : La voix est la voix de Jacob ; mais les mains sont les mains d’Ésaü. Et il ne le reconnut pas parce que ses mains étaient velues comme les mains d’Ésaü son frère ; et il le bénit.” L’épaisse toison qui recouvrait le corps d’Ésaü était inhabituelle et l’unique raison pour laquelle DIEU l’avait voulu ainsi, c’était pour symboliser les caractères de la lignée qu’il représentait. {SR1: 55.3}

55

La chevelure était un symbole de pouvoir, d’honneur, de gloire et de talent. (Dons de DIEU) pour lui permettre d’exécuter les tâches inhérentes à sa fonction en tant que prêtre de la famille. Les raisons suivantes nous sont données pour nous permettre de croire ainsi : Au commencement, DIEU créa l’homme et la femme. Il fit de l’homme le roi et le régent de toute sa création et il le couronna d’honneur, de gloire et de puissance -talents nécessaires à l’exécution de ses fonctions. A l’homme, il donna la barbe et non à la femme. La chevelure de Samson était un symbole de sa puissance. Dans 1 Cor. 11 : 15, nous lisons : “Mais si la femme possède une longue chevelure, c’est une gloire pour elle.” {SR1: 56.1}

Symbole du talon d’Ésaü

A la naissance des jumeaux, Ésaü fût le premier, et Jacob tenait le talon d’Ésaü, ainsi, le plus jeune était entraîné par le plus âgé. Ceci ne peut être un simple “hasard”, il semble que ce soit un miracle. C’est la seule fois où pareille circonstance est portée à notre attention. Il s’agissait donc d’une volonté divine et dans ce cas, elle doit comporter un enseignement. Il n’est pas difficile ici à quiconque de tirer l’enseignement de ce miracle. Jacob était entraîné par le talon d’Ésaü, Ésaü doit donc représenter une lignée de chefs. {SR1: 56.2}

Symbole de la couleur rouge

Ésaü est né roux, mais Jacob blanc et imberbe. Généralement, les jumeaux se ressemblent. Mais dans ce cas, c’est l’inverse. Il n’existe aucune similarité de personnalité, d’apparence, de couleur ou de peau entre Ésaü et Jacob en tant que frères jumeaux. Nous avons ainsi un autre miracle. Ce symbole est facile à comprendre. Le rouge est comme l’écarlate. La Bible utilise l’écarlate comme le symbole du péché, voir Es. 1 : 18 ; Ap. 17 : 3 ; Ap. 12 : 3. Ésaü représente une lignée de pêcheurs, tout comme Jacob. Mais il avait été donné à la lignée représentée par Ésaü, de grand privilèges et occasions de faire le bien. {SR1: 56.3}

Symbole de la personnalité d’Ésaü,

La personnalité d’Ésaü adulte, révèle les

56

attributs de la lignée de prêtres qu’il représente. Ésaü était un grand chasseur, un homme des champs. Ses centres d’intérêt résidaient dans le gibier et son estomac, totalement désintéressé de sa position de prêtre de la famille. La lignée qu’il représente est beaucoup plus intéressée par les plaisirs, le gain et les affaires du monde que par les privilèges reçus de DIEU. Ésaü était incapable de contrôler son appétit. Il pensait plus à son estomac qu’à sa position (mission de prêtre). Il représente un peuple ayant son estomac pour dieu. Ce sont ceux qui préfèrent satisfaire leur appétit libidineux plutôt que veiller à leurs fonctions et garder la vérité de DIEU. {SR1: 56.4}

La Bénédiction d’Ésaü

Ésaü avait à sa portée une bénédiction précieuse : l’héritage immortel de la vie. C’était son privilège de générer (léguer) les 12 fils (tribus) d’Israël. D’Ésaü devaient descendre prophètes, rois et princes. Par la lignée d’Ésaü, le Roi des rois, le CHRIST béni devait arriver. Toutes ces bénédictions merveilleuses étaient siennes. {SR1: 57.1}

Beaucoup sont comme Ésaü. Il représente la lignée de ceux qui ont une bénédiction spéciale à leur portée. Quelle est cette bénédiction ? C’est un héritage -les 12 tribus du véritable Israël, 144 000, qui doivent être prêtres et rois. Lire Témoignages Vol. 2 page 212. Cette lignée a le privilège de préparer la seconde venue de CHRIST, et de conduire l’église aux frontières de la Canaan céleste, vers les splendeurs divines. De même que la lignée d’Ésaü avait le privilège de préparer le premier avènement de CHRIST et qu’Ésaü a failli à sa mission, la lignée représentée par Ésaü est en danger de faillir à sa mission. Pensez à la perte de l’héritage immortel, vie aussi éternelle que la vie de DIEU, du créateur de l’univers ; joie incommensurable et splendeur céleste éternelle. {SR1: 57.2}

Mais Ésaü convoitait son plat préféré et sacrifia son droit d’aînesse à la satisfaction de son appétit, et il reçut peu en échange, -un bol de potage roux. Il représente la lignée de ceux qui ont reçu la lumière et les privilèges pour faire le bien mais qui ont failli. Cette lignée doit sacrifier l’indicible et éternelle splendeur céleste. Ésaü se flattait d’avoir le loisir de disposer de son droit d’aînesse et

57

de le racheter selon son bon plaisir, mais lorsqu’il voulu le racheter, même au prix d’un grand sacrifice de sa part, il ne lui fût pas donné de le faire. Il chercha sincèrement à se racheter, avec des larmes mais ce fût en vain. Quelle effroyable pensée que de sacrifier la vérité pour des gains matériels au prix de la vie éternelle. Lire Témoignages volume 2, pages 38, 39 (version anglaise). La citation suivante provient de Patriarches et Prophètes, page 162 : “Lorsque Ésaü réalisa la folie de son échange irréfléchi, il était trop tard pour recouvrer sa perte ainsi en sera-t-il le jour du SEIGNEUR pour ceux qui ont bradé leur héritage céleste pour des satisfactions égoïstes.” {SR1: 57 .3}

En raison de son indifférence envers les privilèges et exigences divines, Ésaü est appelé “profane” dans les écritures. Il représente ceux qui accordent peu de valeur au rachat de leur rédemption par CHRIST et qui sont prêts à sacrifier leur héritage céleste pour les choses terrestres périssables. Nombreux sont ceux qui vivent le moment présent sans penser ou se soucier de l’avenir. Comme Ésaü, ils s’exclament, “mangeons et buvons car demain nous mourrons” – Patriarches et Prophètes, page 162. {SR1: 58.1}

Symbole du Potage

Jacob était un homme simple, demeurant sous la tente tandis qu’Ésaü chassait dans les champs. “Jacob cuisina du potage” un roux aux lentilles. Nous ne savons pas quel ingrédient Jacob utilisa pour obtenir la couleur alléchante de ce mets sophistiqué, de toute évidence, lui seul en détenait le secret. {SR1: 58.2}

“Et Jacob cuisait un potage et Ésaü arriva des champs et il était las. Et Ésaü dit à Jacob : laisse-moi, je te prie, avaler du roux, de ce roux-là, car je suis las. C’est pourquoi on l’appela Édom. Et Jacob dit : Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse. Et Ésaü dit : Voici, je m’en vais mourir, et de quoi me sert mon droit d’aînesse ? Et Jacob dit : Jure-moi aujourd’hui. Et il lui jura, et vendit son droit d’aînesse à Jacob. Et Jacob donna à Ésaü du pain et du potage de lentilles et il mangea et but, et se leva, et s’en alla : Et Ésaü méprisa son droit d’aînesse.” Gen. 25 : 29 34. {SR1: 58.3}

Ésaü rentra des champs sans gibier ce jour-là. Lorsqu’il pénétra dans la maison, il vit Jacob apprêtant ce mets sophistiqué. {SR1: 58.4}

58

Immédiatement, Ésaü s’exclama : “Donne moi à manger, je te prie, de ce roux car je suis las.” Ésaü n’était pas affaibli par la faim mais à la vue de ce nouveau plat, il ne pu contrôler son appétit. La réponse de Jacob fût la suivante : “Vends-moi aujourd’hui ton droit d’aînesse” si tu veux de ce potage. Et Ésaü dit : “Je suis sur le point de mourir à quoi me sert ce droit d’aînesse ?” Ésaü n’était pas sur le point de mourir de faim ni de maladie car un homme malade ne pourrait manger comme il le fit. Ce n’était pas non plus par manque de nourriture puisqu’il habitait la maison de son père et Isaac était un homme riche. C’était à cause de sa convoitise pour le potage car “il mangea et but puis se leva et s’en alla.” Le symbole du potage est celui de la réforme sanitaire. En raison de son indifférence envers les privilèges et les exigences divines, Ésaü est appelé “profane” dans les écritures. Il représente ceux qui accordent peu de valeur au rachat de leur rédemption par CHRIST et sont prêts à sacrifier leur héritage céleste aux biens terrestres périssables. Nombreux sont ceux qui vivent le présent sans penser ou se soucier de l’avenir. A l’instar d’Ésaü ils s’exclament “mangeons et buvons car demain nous mourrons” – Patriarches et Prophètes page 162. {SR1: 59.1}

“Lorsque Ésaü réalisa la folie de son échange irréfléchi, il était trop tard pour recouvrer sa perte ainsi en sera-t-il le jour du SEIGNEUR pour ceux qui ont bradé leur héritage céleste pour des satisfactions égoïstes.” id. page 162. Nous devons effectuer notre choix au moment où la liberté nous est accordée de choisir entre le potage ou le droit d’aînesse. {SR1: 59.2}

ÉDOM -un symbole

La transaction était faite. “Et il vendit son droit d’aînesse à Jacob.” C’est alors que son nom fût changé, désormais, il fût appelé “Édom”. {SR1: 59.3]

59

Ainsi, “Ésaü méprisa son droit d’aînesse”. Le nom “Édom” signifie “rouge” ou écarlate, le symbole du péché. Ésaü était né roux mais ne fût pas nommé ainsi (Édom) en premier lieu. La lignée que représente Ésaü court le danger de tout perdre en raison de son appétit libidineux (dédain de la réforme sanitaire), ils sont donc appelés “Édom”. C’est cette lignée à laquelle le prophète Esaïe fait référence dans Es. 63 :1. {SR1: 60.1}

Changement de noms

Ésaü et Jacob représentent deux lignées porteuses du péché : Ésaü par la couleur de sa peau et Jacob, par son nom. Les noms des deux furent changés : Jacob parce qu’il aspirait à quelque chose de précieux ; Ésaü en raison de sa convoitise. Le nom de Jacob signifie “trompeur” ; le nom “Ésaü” (en hébreu : poilu, qui, symboliquement signifierait “honoré” comme nous l’avons expliqué précédemment) signifie « celui qui accomplit ». Remarquez le sens notable de ce nom, désignant la lignée de ceux à qui il est donné le privilège de finir le travail. Dans Ap. 3:14-16, nous lisons : “Et à l’ange de l’église de Laodicée, écris ;… Je connais tes œuvres, -que tu n’es ni froid ni bouillant ! Je voudrais que tu fusses ou froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche. Volume 5, page 82 : “L’appel pour ce travail grandiose et solennel fût lancé aux érudits et aux puissants ; s’ils avaient été plus humbles et plus confiants en L’ÉTERNEL, il leur aurait fait la faveur de porter son étendard triomphalement jusqu’à la victoire. Mais ils se sont éloignés de DIEU, entraînés par l’influence du monde et L’ÉTERNEL les rejeta.” {SR1: 60.2}

Perte et gain

Jacob, le plus jeune des jumeaux, ou celui qui vint en dernier, tenant le talon d’Ésaü, représente la lignée de ceux qui vinrent dans le message du troisième ange, entraînés par la lignée représentée par Ésaü. Jacob avait un désir fervent et une ardeur zélée pour la position que son frère occupait. Bien qu’étant dépourvu des compétences dont Ésaü disposait pour accomplir les devoirs inhérents à cette fonction qu’il convoitait et qu’il acheta, par son grand zèle et sa détermination, il y réussit. {SR1: 60.3}

60

Le prix qu’il paya pour cela était la nourriture -de peu de valeur ; mais ce qu’il reçu en échange était de grande valeur. Indépendamment de l’expérience ou des compétences d’un homme pour une certaine position, il ne peut réussir sans ardeur zélée et intérêt pour cette activité particulière. {SR1: 61.1}

Ésaü avait beaucoup à perdre, mais c’était au bénéfice de Jacob. Ce que Jacob offrait en paiement du bien précieux d’Ésaü avait peu de valeur, ainsi ce qu’Ésaü obtint ne valait pratiquement rien. Il ne fallu guère de temps après que Jacob ait obtenu la bénédiction de son père, Isaac, pour qu’Ésaü, plein de remords, ne menace la vie de son frère. Les deux lignées représentées par Ésaü et Jacob se trouvèrent donc en difficulté : l’une, en prenant conscience du bien perdu, l’autre en raison de la haine dont elle se trouva l’objet. {SR1: 61.2}

Le rêve de Jacob

Jacob, sur les conseils de ses parents, quitta la maison et partit pour Padan-Aram, et sur son chemin, durant la toute première nuit, DIEU lui apparût en songe, “et voici une échelle dressée sur la terre, et son sommet touchait aux cieux ; et voici, les anges de DIEU montaient et descendaient sur elle.” Gen. 28 : 12. L’échelle représente CHRIST ; DIEU le père se tenait en haut ; Jacob en bas (Gen. 28 : 13). Ce rêve donna à Jacob beaucoup de courage et il fit un serment à DIEU. {SR1: 61.3}

Jacob devait devenir maintenant le père d’Israël (12 tribus) par qui beaucoup de nations seraient bénies ; un symbole d’Israël selon la promesse, les 12 tribus, les 144 000. Le rêve qu’il eut durant la nuit était seulement une vision, une représentation de quelque événement futur. Une seule interprétation peut être donnée à ce rêve. Si l’échelle représente CHRIST, les anges, les messagers, DIEU le Père en haut et Jacob au pied, cela représente une communication totale entre le ciel et le véritable Israël, -la dernière pluie, le grand cri du message du troisième ange. Voir Ap. 18 : 1 {SR1: 61.4}.

Mères d’Israël

Remarquons que Jacob s’en fût à Padan-Aram, la maison de Bethuel, le père de sa mère, et là, il épousa Léa et Rachel, les filles de Laban. Zilpah et Bilhah, les servantes de Léa et Rachel, devinrent également ses femmes. Elles sont les mères qui donnèrent naissance aux douze tribus, mais elles sont seulement les mères symboliques des douze vraies tribus -les 144 000. Léa était la seule épouse légale, Rachel

61

était sa sœur, Zilpah et Bilhah étaient des esclaves. {SR1: 61 .4}

Considérons que Léa représente la véritable église de CHRIST (les Adventistes du Septième Jour) ; Rachel, une église sœur, mais non la véritable (Protestante) ; Zilpah et Bilhah, (le monde religieux et non religieux). Voici donc les mères des 144 000 et la façon dont ils (144 000) ont été rassemblés. Mais, tandis que les douze tribus naquirent de nombreuses mères, ils furent engendrés par le même père. Ainsi en est-il de même pour les véritables -les 144 000. Bien qu’ils proviennent de toutes les églises de par le monde, ils doivent être rassemblés au sein d’une église, au même moment de l’histoire de l’église, par le même message (le message du troisième ange). {SR1: 62.1}

Sur le Chemin du Retour de Jacob : Temps de Détresse

À l’issue des vingt ans, Jacob revint vers la terre promise et la maison de son père avec beaucoup de biens. Lorsqu’il arriva à la maison de son père, il avait ses douze fils (les chefs des douze tribus). Avant d’arriver à la maison de son père, il dû affronter l’ange en une lutte terrible jusqu’au lever du jour. Gen. 32 : 24 29. {SR1: 62.2}

La lutte de Jacob avec l’ange symbolise le temps de “détresse pour Jacob” (pour l’église). Nous lisons dans Premiers Écrits, pages 36, 37 : “Un décret fut promulgué ordonnant l’extermination des saints, ce qui amena ceux-ci à crier jour et nuit pour obtenir la délivrance. C’était le temps de détresse de Jacob.” Voir aussi Patriarches et Prophètes, page 177. {SR1: 62.3}

Symbole de la Terre Promise Israël dans la Maison du Père

Si la terre promise de Canaan est le symbole de la Canaan céleste promise, alors, la maison du père de Jacob est le symbole de la maison de notre Père. De même quand Israël, (le véritable), arrivera dans la maison de notre Père dans la Canaan Céleste, il y aura les douze tribus, les 144 000. La question se pose : est-ce uniquement tous ceux-là qui seront sauvés d’après le message du troisième ange ? Souvenez-vous que lorsque Jacob arriva à la maison de son père, avec ses douze fils, il avait beaucoup de domestiques, hommes et femmes, qui dépassaient de beaucoup le nombre de ses tribus (fils). Il en sera de même avec Israël (le véritable) qui aura avec lui, “une grande multitude

62

qu’aucun homme ne saurait dénombrer.” Ap. 7 : 9. (La grande multitude est le résultat du travail des tribus après l’accomplissement d’Ézéchiel 9). {SR1: 62.4}

Cette étude ne s’applique pas à une autre situation ni à une autre église de toute l’histoire du monde. Les Adventistes du Septième Jour sont le seul peuple et la seule église à avoir jamais porté le nom d’Israël, à posséder la vérité de la réforme sanitaire, et qui pourrait courir le danger de vendre son droit d’aînesse pour un bol de potage. De ce seul fait, bien qu’il y en ait beaucoup d’autres, nous savons que l’église des Adventistes du Septième Jour est l’église de DIEU. {SR1: 63.1}

63

QUATRIÈME PARTIE

QUI EST ISRAËL SELON LA PROMESSE ?

Cette expérience des Israélites (leur départ d’Égypte) a été écrite pour l’enseignement de ceux qui vivront dans les derniers jours. Avant le châtiment qui doit frapper l’humanité, le SEIGNEUR appelle tous ceux qui sont de vrais israélites, à se préparer à cet événement.” Témoignages vol. 2 pages 529. Les douze tribus d’Israël selon la chair ne sont qu’un symbole d’Israël selon la promesse (les 144 000). De même qu’il y avait des Gentils au sein d’Israël (le Symbole) il y aura des Gentils au sein du véritable Israël. {SR1: 64.1}

Les premiers temps de l’église Chrétienne (la période apostolique) ne peuvent être appelés Israël, car cette histoire de l’église d’alors était symbolisée par Isaac, d’après Gal. 4 : 22 31, ainsi que cela est expliqué aux pages 31 et 32. Isaac ne pouvait être appelé Israël puisqu’il était le père de Jacob et que c’était Jacob qui était appelé Israël, ainsi donc, Israël, quelque soit la partie de l’église qu’il représente, doit intervenir à une période ultérieure de l’histoire de l’église. Jacob était le père des douze tribus d’Israël, et si Israël selon la chair est le symbole d’Israël selon la promesse (le véritable), étudions donc le début d’Israël selon la chair, si nous voulons identifier ou connaître Israël selon la promesse, -les 144 000. {SR1: 64.2}

Le voyage d’Israël en Égypte ne pourrait être le fruit du hasard. Quelle qu’en soit la raison, c’était la volonté divine. Joseph dit à ses frères (Gen. 45 : 5) : “Et maintenant, ne soyez pas affligés, et ne voyez pas d’un œil attristé que vous m’avez vendu ici car c’est pour la conservation de la vie que DIEU m’a envoyé devant vous.” Joseph déclare que DIEU était à l’origine de son voyage en Égypte. DIEU avait également dit à Abraham que lui et ses descendants séjourneraient et seraient affligés dans une étrange contrée durant 430 années. Pourquoi DIEU les envoya-t-il en Égypte ? Pourquoi Joseph fut-il vendu à l’âge de 17 ans, simple jeune homme, aux mains de cruels Ismaélites, et amené dans une étrange contrée pour y être revendu comme esclave ? Nous ne faisons certainement pas

64

erreur en pensant que Joseph devint pusillanime chemin faisant. Il doit sûrement y avoir une raison pour tous ces mauvais traitements. {SR1: 64.3}

En Égypte, Joseph fut vendu pour servir d’esclave, et plus tard enfermé dans un donjon pendant plusieurs années. Pourquoi DIEU conduisit-il Israël dans cet étrange pays où régnait l’idolâtrie ? DIEU savait certainement qu’ils y deviendraient esclaves en peu de temps. Pourquoi le ciel permettrait-il que le peuple choisi de DIEU devienne les servants d’une nation ayant des idoles pour dieux ? Pourquoi DIEU permit-il que les fouets des chefs de corvée égyptiens soient appliqués sur le dos de son peuple ? Pourquoi l’amour divin permit-il que les enfants d’Abraham (l’ami de DIEU) encore dans l’enfance, soient noyés dans le Nil ? Qui peut dire que notre grand DIEU ignorait toutes ces choses qui arrivèrent ou qu’il fit une erreur ? La seule réponse que l’on puisse proposer c’est que tout cela faisait partie des plans de DIEU. Mais quels étaient ces plans ? DIEU devait avoir une raison bien spéciale et un but bien spécifique pour un tel enseignement à cette période. Certains peuvent dire que DIEU fit cela pour montrer sa puissance, mais notre DIEU sage et grand, tout amour et miséricorde, détruirait-il ses enfants pour montrer son pouvoir ? Même un père humain, mortel et terrestre n’oserait pas détruire ses enfants pour montrer son pouvoir. Qui oserait dire que les êtres humains ont plus d’amour ou plus de jugement que le grand DIEU dont la miséricorde est incommensurable, dont l’amour emplit l’univers, dont la sagesse est sans limites, dont le jugement est équitable ? {SR1: 65.1}

Ce ne sont pas seulement ses enfants choisis qui souffrirent d’esclavage et de cruauté, mais aussi les égyptiens. Au moment de l’Exode, au départ d’Israël, les plaies s’abattirent sur l’Égypte et la nation fut presque ruinée. La nuit de la Pâque, la mort était dans chaque maison où le fronton de la porte n’était pas marqué de sang et dans toutes les écuries. {SR1: 65.2}

“Et tout premier-né dans le pays d’Égypte mourut, depuis le premier-né du Pharaon, qui est assis sur son trône, jusqu’au premier-né de la servante qui est derrière la meule, et tout premier-né des bêtes.” Ex. 11 : 5. {SR1: 65.3}

65

Israël voyagea jusqu’à la Mer Rouge, et Moïse étendit sa main au-dessus de la mer et les eaux se divisèrent. Israël entra dans la mer, et traversa à pied sec. Les égyptiens les poursuivirent jusqu’au milieu de la mer, et Moïse étendit sa main au-dessus de la mer et les eaux se refermèrent et couvrirent les chars, les cavaliers et toute l’armée de Pharaon qui était entrés à leur poursuite dans la mer ; “il ne resta aucun d’entre eux.” {SR1: 66.1}

Israël entra dans le désert où il erra pendant environ 40 ans. Des milliers d’entre eux périrent à cause de leur manque de foi. A l’issue de son errance dans le désert, le peuple traversa le Jourdain. Pendant la période où Israël se trouvait loin de Canaan, la terre avait été abondamment peuplée de nations païennes. Israël fut obligé de les détruire par l’épée afin de reprendre possession de la terre. Pensez aux pertes de vies humaines, aux griefs, aux souffrances : Tout cela parce que DIEU avait emmené Israël en Égypte et l’en avait ensuite ramené. DIEU ne détruirait certainement pas ses sujets : “juste pour montrer son pouvoir.” {SR1: 66.2}

Dans 1 Cor. 10 : 11, 12, à propos de l’expérience des enfants d’Israël, nous lisons : “Or toutes ces choses leur arrivèrent à titre d’exemple et elles ont été écrites pour nous servir d’avertissement, à nous que la fin des siècles a atteint. Ainsi donc, que celui qui croit être debout prenne garde de tomber.” Si nous sommes le peuple qui doit voir la fin des temps, alors, leurs exemples ont été écrits pour nous servir d’avertissement. C’est la raison pour laquelle DIEU a conduit les enfants d’Israël en Égypte et les a ramenés. Pensez au prix qu’il a fallu payer pour brosser ce tableau. Les leçons à tirer de ces exemples hors du commun, sont bien plus importantes que nous ne l’avons jamais imaginé. Des milliers d’hommes perdirent leur vie pour élaborer ce tableau afin que des milliers d’autres soient sauvés, en plus grand nombre que ceux qui ont péri. Étudions donc, avec attention, ces paraboles destinées à nous édifier et à nous mettre en garde. {SR1: 66.3}

“Pharaon eut un songe : et voici, il se tenait près du fleuve : et voici, du fleuve montaient sept vaches, belles à voir, et grasses de chair, elles paissaient dans la prairie. Et voici, sept autres vaches montaient du fleuve, laides à voir et pauvres de chair ;

66

et elles se tinrent à côté des vaches qui étaient sur le bord du fleuve ; et les vaches laides à voir et pauvres de chair, mangèrent les sept vaches belles à voir et grasses. Et Pharaon s’éveilla. Et il arriva au matin que son esprit fut troublé ; et il envoya et appela tous les devins de l’Égypte et tous les sages. Et Pharaon leur raconta son rêve et il n’y eut personne qui l’interprétât au Pharaon…Et Pharaon envoya et appela Joseph et on le fit accourir de la fosse… Et Pharaon dit à Joseph : “J’ai eu un songe et il n’y a personne pour l’interpréter et j’ai entendu dire de toi que tu comprends un songe pour l’interpréter…Et Pharaon raconta le songe à Joseph. Et Joseph dit à Pharaon… : DIEU a montré à Pharaon ce qu’iI va faire : Les sept bonnes vaches sont sept années… Et les sept vaches maigres et laides qui montaient après sont sept années… Et voici que viennent sept années de grande abondance pour le pays d’Égypte et sept années de famine se lèveront après elles. Et toute l’abondance sera oubliée dans le pays d’Égypte et l’abondance ne sera plus connue dans le pays à cause de cette famine ; car elle sera très intense… Et voici, durant les sept années d’abondance la terre produisit en abondance. Et il rassembla tous les vivres de ces sept années d’abondance dans le pays d’Égypte et il mit dans chaque ville les vivres provenant des champs alentour. Et Joseph amassa le grain, en grande quantité, comme le sable de la mer, jusqu’à ce qu’on cessa de compter car il était sans nombre.” Gen. 41 : 1 – 49 {SR1: 66.4}

Nous nous efforcerons de rassembler suffisamment de preuves dans cette étude pour démontrer que l’expérience d’Israël en Égypte est l’image du véritable Israël (les 144 000) au sein de l’église Adventiste du Septième Jour. “Bien que l’exode ait été un très grand mouvement, le second avènement sera encore plus important. DIEU prendra un peuple non plus d’une seule nation mais de toutes les nations existantes sous les cieux et il les conduira vers la Canaan céleste. Cet avènement, symbolisé par l’exode, était, nous le pensons, annoncé dans la prophétie en mots retentissants : “Le jour viendra

67

où L’ÉTERNEL tendra sa main à nouveau pour la deuxième fois afin de ramener ce qui reste de son peuple. Il y aura alors une voie royale pour ceux qui restent de Son peuple ; … comme ce fût le cas quand il ramena Israël hors d’Égypte.” Review and Herald, 10 oct. 1929, pages 4, 5. “Le Mouvement de l’Exode est une sorte de symbole (photocopie) de l’œuvre finale de DIEU dans le cadre de l’Avènement.” “Chaque mouvement survient pour accomplir une prophétie ponctuelle.” Certainties of the Advent Movement, par W.A.Spicer. Le fait qu’Israël selon la chair soit un symbole (une photocopie), son expérience doit être dupliquée par le véritable, autrement il ne peut y avoir de symbole. {SR1: 67.1}

Année d’abondance, et famine

DIEU autorisa l’abondance, tout comme la famine. Chacune portant le nombre “sept”, qui signifie “parfait” ou “complet”. Ces deux périodes ne peuvent signifier qu’une seule chose, qui ne peut être autre chose que l’histoire même de ce monde, divisée en deux grandes parties : appelée avant J.-C. et après J.-C. avec la croix comme ligne de démarcation. Les sept années d’abondance représentent la période de l’Ancien Testament durant laquelle DIEU donna en abondance, puisque, par ses saints prophètes, il remplit l’immense grenier, ce que nous appelons aujourd’hui la Bible. Dans Matt 11 :13, nous lisons : “Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean.” C’est pour cette raison que JÉSUS effectua la déclaration ci-dessus, car nous n’en avons point eu d’autre jusqu’alors. {SR1: 68.1}

Durant les sept années d’abondance (av. J.-C.) DIEU engrangea sa parole dans la Bible, afin de nourrir le monde (l’Égypte) durant les sept années de famine qui suivirent (ap. J.C.) “DIEU ayant autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, à la fin de ces jours-là, nous a parlé par le Fils, qu’il a établi héritier de toutes choses, par lequel aussi il a fait les mondes.” Heb. 1 : 1, 2. Le Nouveau Testament est l’accomplissement de l’Ancien. {SR1: 68.2}

Joseph symbole de CHRIST

Joseph symbolise CHRIST ; voir Patriarches et Prophètes, page 217. Notre DIEU, durant la période de l’Ancien Testament (les sept années d’abondance) s’adressa à son peuple de diverses façons par ses prophètes, et

68

demanda que ces choses soient écrites dans le but de parler à son peuple d’aujourd’hui (période du Nouveau Testament, ou sept années de famine) à chacun d’entre nous individuellement par l’intermédiaire de sa Parole, telle qu’on la trouve (entreposée) dans la Bible. {SR1: 68.3}

« Toi, tu seras sur ma maison, et tout mon peuple se dirigera d’après ton commandement ; seulement quant au trône, je serai plus grand que toi. Et Pharaon dit à Joseph : Vois je t’ai établi sur tout le pays d’Égypte. Et Pharaon ôta son anneau de sa main, et le mit à la main de Joseph et il le revêtit de vêtements de byssus et mit un collier d’or à son cou ; et il le fit monter sur le second char qui était à lui ; et on criait devant lui et l’on se prosternait devant lui. Et il l’établit sur tout le pays d’Égypte. Et Pharaon dit à Joseph : “Moi je suis Pharaon, sans toi, nul ne lèvera la main ni le pied dans tout le pays d’Égypte.” Gen. 41 : 40-44 Pharaon n’aurait pu accorder à Joseph de plus grande faveur ni de plus grand honneur ; et tous les égyptiens se prosternaient devant lui ; en poursuivant cette étude, nous allons prouver, sans le moindre doute, que Joseph est le parfait symbole de CHRIST. {SR1: 69 :1}

Pharaon, Symbole de

Si Joseph symbolisait CHRIST, et Pharaon honorait Joseph plus qu’aucun roi n’avait honoré un autre homme, et Joseph et Pharaon travaillaient main dans la main, Pharaon devait donc représenter un personnage quelconque, ou être lui-même un symbole. Il n’est pas difficile de déterminer ce que Pharaon représente. Ce que Pharaon représente, c’est ce qui honore CHRIST plus que tout au monde. {SR 1 : 69.2}

L’église des apôtres a honoré CHRIST plus que tout au monde, a tel point, qu’ils ont tous sacrifié leur vie. A aucun autre moment dans l’histoire de son église, CHRIST n’a reçu sur terre de plus grand hommage. De ce fait, nous comprenons que Pharaon représente l’église des apôtres ou leur conseil. Cette théorie, avancée ici se révélera correcte au fur et à mesure que nous avançons dans cette étude. (De plus amples renseignements à ce sujet sont fournis en dernière page de cette section.) {SR1: 69.3}

69

Le début de la famine

La ligne de démarcation entre les sept années d’abondance et les sept années de famine est la croix. “Car tous les prophètes et la loi ont prophétisé jusqu’à Jean.” Mt. 11 : 13. Là où se terminent les sept années d’abondance, débutent les sept années de famine. La première année de famine est le début de l’église de CHRIST au temps des apôtres. D’aucuns peuvent demander : Pourquoi une famine au début de l’église chrétienne ? N’ont-ils pas reçu suffisamment de grain (vérité) ? En effet, mais ils l’ont reçu du grand grenier (la Bible) de la même façon que les égyptiens recevaient leur grain durant les années de famine, -de l’immense grenier, des mains de Joseph. Voir pages 8 11. {SR1: 70.1]

Les égyptiens, symbole des Gentils

Les sept années de famine débutent lorsque les égyptiens vinrent demander du pain à Pharaon et que Pharaon leur dit : “Allez voir Joseph et faites ce qu’il vous dira. Joseph ouvrit toutes les réserves et vendit aux égyptiens.” Gen. 41: 55 56. “Et Joseph recueilli tout l’argent qui se trouvait dans le pays d’Égypte et dans le pays de Canaan, contre le grain que l’on achetait. Il fit entrer cet argent dans la maison de Pharaon. Quand l’argent du pays d’Égypte et du pays de Canaan fut épuisé, tous les égyptiens vinrent à Joseph, en disant : Donne-nous du pain : Pourquoi mourrions-nous devant toi ? Car l’argent manque. Et Ils amenèrent leurs troupeaux de menu bétail à Joseph et Joseph leur donna du pain en échange, et aussi en échange des troupeaux de gros bétail et des ânes. Il leur fournit ainsi du pain cette année-là contre tous leurs troupeaux. Lorsque cette année fut écoulée, ils vinrent à Joseph l’année suivante, et lui dirent : Nous ne cacherons point à mon SEIGNEUR que l’argent est épuisé, et que les troupeaux de bétail ont été amenés à mon SEIGNEUR, il ne reste devant mon SEIGNEUR que nos corps et nos terres. Pourquoi mourrions-nous devant tes yeux, nous et nos terres ? Achète-nous avec nos terres contre du pain et nous serons, nous et nos terres, serviteurs de Pharaon. Et Joseph acheta toutes les terres d’Égypte

70

pour Pharaon ; car les égyptiens vendirent chacun leur champ. Ils dirent : Tu nous sauves la vie, que nous trouvions grâce aux yeux de mon SEIGNEUR, et nous serons serviteurs de Pharaon.” Gen. 47 : 14 – 25 {SR1: 70.2}

Au début de la famine, les égyptiens vinrent demander du grain à Pharaon, au lieu de Joseph. Ils connaissaient bien Joseph qui avait été gouverneur d’Égypte durant 8 ans ou plus. Joseph avait parcouru toute l’Égypte et tous les égyptiens se prosternaient devant lui. Durant les années d’abondance, c’est Joseph qui achetait le grain aux égyptiens, et il semble étrange qu’ils soient allés vers Pharaon. C’était donc le dessein de DIEU qu’ils soient venus à lui. {SR1: 71.1}

Nous avons déjà vu que Pharaon représentait le Conseil ecclésiastique ou la direction de l’église. Les égyptiens ne peuvent représenter autre chose que les Gentils au temps des apôtres. Les Gentils vinrent à l’église (Pharaon) où il leur fût dit d’aller vers Joseph (CHRIST). “Ce qu’il vous dit de faire, faites-le.” C’est à dire, l’église dans sa pureté originelle, vierge de tout corps étranger, dirigea les Gentils vers CHRIST, dispensateur de vie, comme Pharaon dirigea les égyptiens vers Joseph. {SR1: 71.2}

Les égyptiens se vendent à Pharaon

“Et Joseph acheta toutes les terres de l’Égypte pour Pharaon ; car les égyptiens vendirent chacun leur champ, parce que la famine les pressait. Et le pays devint la propriété de Pharaon.” Gen. 47 : 20 Dans les vers précédents du chapitre nous lisons que les égyptiens dépensèrent tout leur argent pour acheter du grain ; et quand il n’y eut plus d’argent, ils donnèrent du bétail en échange, et quand il n’y eut plus de bétail, ils donnèrent des terres et quand il n’y eut plus de terres, ils se vendirent eux-mêmes et devinrent les esclaves de Pharaon. Ceci est le symbole, mais, de l’accomplissement de ce symbole, nous lisons dans les textes suivants : “Et la multitude de ceux qui crûrent étaient d’un même cœur et d’une même âme ; et nul ne disait d’aucune des choses qu’il possédait qu’elle fût à lui ; mais toutes choses étaient communes entre eux. Et les apôtres rendaient avec une grande puissance le témoignage de la résurrection du SEIGNEUR JÉSUS ; et une grande grâce était

71

sur eux tous. Car il n’y avait parmi eux aucune personne nécessiteuse ; car tous ceux qui possédaient des champs ou des maisons les vendaient et apportaient le prix des choses vendues et le mettaient au pied des apôtres. Et Joseph, qui par les apôtres fut surnommé Barnabas,…Lévite,… ayant une terre, la vendit et en apporta la valeur, et la mit aux pieds des apôtres.” Actes. 4 : 32-37 Ainsi, les juifs et les Gentils vendirent toutes les maisons et toutes les terres et en apportèrent la valeur qu’ils déposèrent aux pieds des apôtres et devinrent les servants de l’église (Pharaon). {SR1: 71.3}

Nous lisons également Ac. 5 : 1-10 : “Mais un homme nommé Ananias, avec Saphira sa femme vendit une possession, et de connivence avec sa femme, retint une partie du prix, puis il apporta le reste et le déposa aux pieds des apôtres. Mais Pierre lui dit : Ananias ; pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur au point que tu aies menti au Saint Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ ?… Ananias entendant ses paroles, tomba et expira.” Ainsi au temps des apôtres, celui qui prétendait vendre et retenir une partie du prix reçu, mourrait exactement comme ceux qui refusèrent de tout vendre à Pharaon en Égypte. JÉSUS dit : “Vends tout et suis-moi”. Le symbole rejoint ainsi l’anti-symbole. {SR1: 72.1}

Joseph déplace le peuple à travers toute l’Égypte

“Et Joseph acheta toutes les terres de l’Égypte pour Pharaon ; Il fit passer le peuple dans les villes d’un bout à l’autre des frontières de l’Égypte.” Gen. 47, partie du, verset 20, 21. C’est le symbole, la suite est l’accomplissement du symbole. Actes : 8 : 1 : “Et Paul consentait à la mort (d’Etienne). Il y eut ce jour là une grande persécution contre l’église de Jérusalem, et tous, exceptés les apôtres, se dispersèrent dans les contrées de Judée et de Samarie.” {SR1: 72.2}

Notons que les apôtres étaient à la maison (Jérusalem), et il n’existe aucun écrit d’après lequel les apôtres auraient vendu leur terre. Citons maintenant le symbole de ce que nous venons d’avancer. Gen. 47 : 22 : “Seulement, il n’achetait point les terres des prêtres, parce qu’il y avait une loi de Pharaon en faveur des prêtres qui vivaient du revenu que leur assurait Pharaon : c’est

72

pourquoi ils ne vendirent point leurs terres.” Il est extraordinaire de remarquer comment ceci coïncide dans les moindres détails. {SR 1 : 72.3}

70 âmes, symbole du Conseil ecclésiastique

Israël arriva en Égypte durant la deuxième année de famine. Gen. 45 : 10, 11 : “Tu habiteras dans le pays de Gosen, et tu seras près de moi, toi, tes fils, les fils de tes fils, tes brebis et tes bœufs, et tout ce qui est à toi. Et je t’y entretiendrai, car il y a encore cinq années de famine, de peur que tu ne sois réduit à la misère, et ta maison et tout ce qui est à toi.” L’arrivée d’Israël en Égypte constitue un symbole duquel nous devons tirer un enseignement. Notons que cet enseignement ne concerne pas la première partie de l’église chrétienne, car Israël arriva durant la deuxième année de famine. L’enseignement prévu ici, s’applique donc à une période ultérieure de l’histoire de l’église. Si nous devons connaître la vérité sur cet incident et sur l’enseignement qui en découle, il faut se référer ici au nombre d’âmes qui entrèrent en Égypte. “Et les fils de Joseph qui lui étaient nés en Égypte, deux âmes… Toutes les âmes de la maison de Jacob qui vinrent en Égypte était au nombre de soixante-dix.” Gen. 46 : 27 {SR1: 73.1}

La Bible dit que toutes les âmes qui arrivèrent en Égypte étaient au nombre de soixante dix. Si, d’une façon ou d’une autre, nous pouvons trouver la signification du nombre, alors nous comprendrons l’enseignement. Quand Moïse, avec les enfants d’Israël, arriva au Sinaï, il y constitua le Conseil de l’église, et pour ce conseil, il sélectionna soixante-dix anciens. Ce même Conseil, des années plus tard, traversa le Jourdain et entra dans la terre promise. Là, ils eurent le Sanhédrin qui était composé de soixante-dix hommes. Ainsi le nombre “soixante-dix” est un symbole du conseil ecclésiastique. Cela signifie donc qu’il y aura un conseil ecclésiastique à un moment donné de l’histoire durant la période après J.-C. Si tel est le cas, alors, cette église que CHRIST à l’aide des apôtres a constituée, doit se disperser, pour être nécessairement, reconstituée. C’est bien la vérité, car l’église chrétienne fut désorganisée dans les années sombres du début du règne papal. Lorsqu’elle fut réorganisée, elle accomplit partiellement, Joël 2 : 32 : “Et quiconque

73

parmi ceux qui restent invoquera le nom de L’ÉTERNEL.” Les 2300 jours, ou années, de la prophétie de Daniel au 8ème chapitre nous donne l’entière vérité de l’histoire de l’église jusqu’à 1844, avant cette date, il n’y avait eu aucun appel en vue de réorganisation. S’il y en avait eu, ou si cet appel en vue de réorganisation avait trouvé son accomplissement avant 1844, alors la prophétie de Daniel en aurait fait mention. Étant donné que la prophétie est silencieuse, et que la voix d’aucun prophète de DIEU ne s’est élevée depuis que l’église est tombée sous le pouvoir du pape aux environs de 538 après J.-C. jusqu’à 1844, alors la révélation du symbole était encore à venir. {SR1: 73.2}

Étant donné que la période prophétique se termina en 1844, le lieu “Très Saint” dans le Sanctuaire céleste s’ouvrit, et CHRIST y entra. Si cet incident marqua le début de l’expiation, il ne pouvait y avoir de temps meilleur ni aussi propice pour un appel du ciel qu’à la fin de la grande période prophétique ; le jour de l’expiation étant pour l’église, le jour le plus solennel. Les Adventistes du Septième jour furent appelés par un prophète et sont pratiquement les seuls qui croient aux 2300 jours. Depuis 1844, nous sommes les seuls à l’avoir proclamé et sommes maintenant dans la période d’expiation, ou période du jugement. Le texte à ce propos est le suivant : “Et je vis un autre ange volant par le milieu du ciel, ayant l’évangile éternel pour l’annoncer à ceux qui sont établis sur la terre, et à toute nation et tribu et langue et peuple, disant à haute voix : Craignez DIEU et donnez-lui gloire, car l’heure de son jugement est venue ; et rendez hommage à celui qui fait le ciel et la terre et la mer et les fontaines d’eaux.” Ap. 14 : 6, 7. Seuls les Adventistes du Septième jour peuvent répondre au symbole, parce qu’à ce moment précis ils furent appelés par un prophète de DIEU pour s’organiser en tant que confession, et pour proclamer la bonne nouvelle : “Cet évangile pour le monde entier, et pour la génération présente.” Le symbole des “soixante-dix” trouve ainsi son accomplissement à ce moment précis. {SR1: 74.1}

Encore une autre réflexion à propos de l’expérience d’Israël : -Quand les frères de Joseph arrivèrent en Égypte, ils s’adressèrent à lui directement pour avoir du grain. “Et les frères de Joseph vinrent et se prosternèrent devant lui la face contre terre.” Gen. 42 : 6. Les fils de Jacob étaient étrangers au pays et ignoraient que leur frère était gouverneur. Providentiellement, ils ne s’adressèrent pas à Pharaon pour lui demander du grain, comme le firent les égyptiens,

74

mais directement à la bonne personne, -Joseph. Contradictoirement, les égyptiens qui auraient dû être mieux renseignés, puisqu’ils connaissaient la réglementation de leur pays, adressèrent leur demande de grain à Pharaon, mais leur roi leur dit : “Demandez à Joseph et faites ce qu’il vous dira.” Les égyptiens auraient dû connaître Joseph, puisqu’il était leur gouverneur depuis plus de huit ans. Durant les sept années d’abondance, c’est à Joseph qu’ils vendaient la nourriture que ce dernier mettait à l’abri pour les temps de famine. Joseph conduisait le chariot de Pharaon dans toute l’Égypte et tous les égyptiens se prosternaient devant lui, ainsi il était impossible qu’ils l’ignorassent. Ceci étant un symbole, nous trouvons son accomplissement dans le texte suivant : {SR 1 : 74.2}

Les Egyptiens (Gentils) s’adressèrent à Pharaon (Direction de l’église apostolique) et lui demandèrent du grain. Les apôtres dirigèrent les Gentils (convertis) vers CHRIST de même que Pharaon dirigea les égyptiens vers Joseph disant : “Allez voir Joseph et faites ce qu’il vous dit.” Si c’est bien la signification que nous obtenons de la visite des E=égyptiens à Pharaon, alors, la signification des fils de Jacob s’adressant directement à Joseph, est la suivante : lorsque cette église sera réorganisée, le peuple devra s’adresser directement à CHRIST (Joseph). L’enseignement à en tirer est le suivant : au commencement de l’église en 1845, alors qu’il n’existait pas de véritable direction (Pharaon) à qui s’adresser, ils se trouvèrent obligés de s’adresser directement à CHRIST, (de même que les fils de Jacob s’adressèrent à Joseph). {SR1: 75.1}

Jacob, symbole de James

L’église des Adventistes du Septième jour qui débuta en 1845 devint Israël (le mouvement duquel est issu le véritable Israël, les 144 000). Nous noterons que le nom du père selon la chair coïncide avec le nom du père selon la promesse. Le nom du père d’Israël selon la chair était “Jacob”. C’est également le nom du père d’Israël selon la promesse (le mouvement Adventiste du Septième jour). D’aucuns peuvent dire que c’était Jacob pour Israël selon la chair et le James White pour Israël selon la promesse. C’est vrai, mais “Jacob” et “James” ont la même origine. A nouveau, la toute première vision que la Sœur White eut, concernait les 144 000 et le but de cette confession était d’arriver à ce nombre. {SR1: 75.2}

75

La terre de Gosen

Le début de cette confession était symbolisée par l’entrée d’Israël en Égypte, comme nous l’avons expliqué précédemment. Nous devons maintenant considérer la véritable terre de Gosen. Joseph amena Israël en Égypte et leur donna, pour s’y établir une partie de terre qui était la meilleure au pays d’Égypte et là, Joseph les nourrit, ainsi que leurs troupeaux, de gros et de menu bétail et tout ce qu’ils avaient. Voir Gen. 45 : 10. {SR1: 76.1}

La terre de Gosen constitue le symbole des États-Unis d’Amérique où naquit l’église. Tout comme la terre de Gosen, notre pays est productif, le pays le plus riche du monde, et de surcroît protestant, c’est la nation idéale pour un travail missionnaire, puisqu’elle est composée de toutes les nations, tout comme l’était Gosen, la terre la plus riche d’Égypte (le monde). {SR 1 : 76.2}

Joseph nourrit Israël

Au commencement des sept années de famine, les égyptiens vendirent tout et devinrent les serviteurs de Pharaon, ce qui fait référence à l’église des apôtres et aux Gentils qui, à l’époque, vendirent leurs maisons et leur terres et mirent tout en commun comme nous l’avons expliqué précédemment. Mais Israël ne vendit aucun de ses biens, ni ne paya la nourriture que Joseph leur donna. Israël, d’alors, représente l’église actuelle. Au commencement de l’église, en 1845, CHRIST (Joseph) ouvrit le grenier et nous donna toute la vérité (grain) que nous pouvions assimiler. N’est-il pas vrai qu’aucun autre peuple dans l’histoire de l’église n’a reçu de DIEU autant de vérité que celle qu’il nous a donnée à notre ère ? Ligne après ligne, précepte après précepte, enseignement après enseignement, nous ont été donnés, afin que nous, en tant que peuple, puissions connaître et comprendre les desseins de L’ÉTERNEL, obéir à sa voix, garder sa parole, ses commandements, ses statuts et ses lois ; devenant ainsi “les enfants d’Abraham, et les héritiers selon la promesse.” Quand ceci se réalise dans le cœur des hommes, alors ils s’acquittent de la responsabilité donnée à Pierre. Pierre dit : “Tu sais que je t’aime.” JÉSUS lui répondit : “Pais mes brebis.” {SR1: 76.3}

76

Bergers

“Et Pharaon dit aux frères de Joseph : Quelle est votre occupation ? Ils répondirent à Pharaon : Tes serviteurs sont bergers, comme l’étaient nos pères.” Gen. 47 : 3. Les enfants d’Israël étaient des bergers, symbole de missionnaires nourrissant les agneaux de DIEU. Au tout début de l’église la devise était “tout Adventiste du Septième jour est un missionnaire, et tout missionnaire un prédicateur ;” il devrait en être ainsi encore de nos jours. “L’affrontement n’est pas entre la religion et l’absence de religion, mais plutôt entre la religion de DIEU et celle des hommes.” Review and Herald, Jan. 23, 1930. {SR1: 77.1}

Un autre Pharaon survient

“Et un nouveau roi se leva sur l’Égypte, qui n’avait point connu Joseph”. Ex. 1 : 8. Si le premier Pharaon, qui avait exalté Joseph (CHRIST) représentait la direction de l’église au temps des apôtres, alors, ce nouveau Pharaon doit représenter la direction du mouvement actuel au moment où ce sujet fut révélé. Remarquez que le nouveau Pharaon ne connaissait pas Joseph (CHRIST) ; cela veut dire que la direction de cette organisation a cessé de suivre son Maître, -“CHRIST.” Volume 5, page 217 : “Des péchés graves et présomptueux se sont installés parmi nous et cependant l’opinion générale est que l’église est florissante et la paix et la prospérité spirituelle l’environnent. L’église s’est détournée de son Chef de file, CHRIST, et s’en retourne progressivement vers l’Égypte. Cependant, peu nombreux sont ceux qui s’alarment ou s’étonnent de leur manque de puissance spirituelle. Le doute et même l’incrédulité des témoignages de l’Esprit de DIEU, germent partout au sein de nos églises. Satan le souhaiterait ainsi. Les témoignages ne sont ni lus ni appréciés.” De plus amples explications sur le symbolisme des Pharaons se trouvent en dernière page de la présente section. {SR1: 77.2}

Chefs de corvée

“II s’éleva sur l’Égypte un nouveau roi, qui n’avait point

77

connu Joseph. Il dit à son peuple : Voici, le peuple des fils d’Israël est plus nombreux et plus puissant que nous :… Et ils établirent sur lui des chefs de corvées pour l’opprimer par leurs fardeaux. Et ils bâtirent pour Pharaon des villes à grenier : Pithom et Ramsès. Mais plus on l’opprimait, plus il multipliait et croissait… Alors les égyptiens réduisirent les enfants d’Israël à une dure servitude. Ils leur rendirent la vie amère par de rudes travaux en argile et en briques, et par toutes sortes de travaux des champs.” Ex : 1 : 8-13 {SR1: 77.3}

“Les enfants d’Israël, dit Pharaon, sont trop forts et plus nombreux que nous. Négocions prudemment et réduisons leur force.” Ils (Israélites) furent donc retirés de leurs bergeries et amenés dans les manufactures de briques et dans les champs, mais ceci ne réduisit pas leur force. Pharaon dit : “mettons des chefs de corvée au dessus d’eux pour les exténuer.” Notez l’enseignement, Pharaon est le roi, celui qui commande. Les chefs de corvée, dans ce cas ne pourraient être personne d’autre qu’une lignée de pasteurs auquel il est fait référence dans Volume 5, page 217 : “Le doute et même l’incrédulité des témoignages de l’Esprit de DIEU, germent partout au sein de nos églises. Satan le souhaiterait ainsi. Les pasteurs qui prêchent pour eux-mêmes au lieu de prêcher pour CHRIST le souhaiteraient ainsi. Les témoignages ne sont ni lus ni appréciés.” {SR 1 : 78.1}

La devise des Adventistes du Septième jour n’est plus “tout Adventiste du Septième jour est un missionnaire, et tout missionnaire un prédicateur ;” comme cela était autrefois, mais combien par personne ? Ou : Avez-vous fait votre budget ? Au lieu de : Avez-vous ramené des âmes à CHRIST ? Les membres de votre église sont-ils plus proches de lui ? Nous ne voulons pas dire par là que les Chrétiens ne doivent pas accorder leur soutien à la cause. Nous devons donner et donner avec plus de libéralité que nous n’avons donné par le passé, mais nos dons doivent provenir d’un cœur consentant et ne doivent pas être le résultat du fouet. Le peuple devrait être nourri de spiritualité de manière à ressentir le besoin de donner sans pression à ce sujet. {SR1: 78.2}

Au moment où Moïse était sur le point de construire le sanctuaire dans le désert, DIEU lui ordonna : “Parle aux enfants d’Israël et demande leur de m’apporter une offrande. Tu accepteras mon offrande de chaque homme qui la donne de bon cœur.” Il fut donc ordonné à Moïse

78

de n’accepter que les offrandes de ceux qui donnent librement, du fond du cœur. L’Esprit de Prophétie nous enseigne que les pasteurs ne devraient pas consacrer tous leurs efforts et tout leur temps à l’église. Les membres ne doivent pas s’attendre à un sermon à chaque Sabbat. Les pasteurs devraient plutôt se consacrer à ceux qui sont à l’extérieur. Lire Témoignages volume 3, page 93. Avons-nous bien tenu compte de cette injonction ? Par exemple, nous avons beaucoup de pasteurs à Los Angeles et dans sa banlieue, mais combien d’efforts publics avons-nous ? Il n’y a pas longtemps que nous avons appris qu’il n’y en avait eu que deux. Et c’est ainsi depuis plusieurs années. Que font donc ces pasteurs, jour après jour, semaine après semaine ? Il semble qu’ils ne fassent rien d’autre que préparer un sermon durant six jours de la semaine pour prêcher le jour du Sabbat et de plus le thème en sera : soit quelque chose à vendre, soit quelque budget spécial à augmenter. {SR1: 78.3}

Combien de sermons déclamés lisons-nous ? Pas un seul. Nous avons pollué la maison de DIEU avec les affaires commerciales, même le matin du Sabbat, qui est le moment dédié à DIEU, en tant que jour de repos à consacrer à la prière. Témoignages volume 1, pages 471, 472 (version anglaise) : “Une grande erreur a été commise par ceux qui professent la vérité actuelle, celle d’introduire un commerce au cours des assemblées et de ce fait, distraire les esprits de l’objet de ces assemblées. Si CHRIST était sur terre actuellement, il chasserait ces colporteurs et trafiquants, qu’ils soient pasteurs ou simples particuliers, avec un fouet à petites lanières comme Il le fit en arrivant au temple à l’époque… Les pasteurs se sont tenus sur la chaire et ont tenu des discours solennels, puis, en introduisant un commerce, et en devenant vendeurs, au sein même de la maison de DIEU, ils ont distrait les esprits de leurs auditeurs des impressions reçues et détruit le fruit de leur travail… Leur temps et leur énergie devraient être réservés afin que leurs efforts soient consciencieux lors des assemblées. Leur temps et leur énergie ne devrait pas être utilisés à la vente de nos livres alors qu’ils peuvent être correctement présentés au public par ceux qui n’ont pas la charge de prêcher la parole (les colporteurs). {SR1: 79.1}

“‘II est écrit, ma maison sera appelée une maison de prière, mais

79

vous en avez fait un repaire de voleurs’. Ces trafiquants pourraient avancer comme excuse que les articles qu’ils vendent étaient destinés à des offrandes. Mais leur objectif était de faire du profit, d’obtenir des moyens, d’accumuler (des richesses).” Témoignages volume 1, page 472 (version anglaise). {SR1: 79.2}

Notre conférence n’ignore pas les enseignements qui y sont dispensés et le mal qui opère au sein des églises. Durant le Concile d’automne qui eut lieu à Milwaukee, Wisconsin en 1923, la question de la vente des livres le jour du Sabbat a été abordée entre autres, la décision suivante avait été adoptée et publiée : “Que toutes les campagnes pour la promotion des périodiques ou la vente des livres le jour du Sabbat soient éliminées, et que ceux qui sont responsables de la promotion de ces campagnes soient orientés vers la méthode de sollicitation par porte à porte ou par des comités de visite lors de campagnes pour la vente de documentation : {SR 1 : 80.1}

“Que nous invitons nos maisons d’édition à être vigilants dans leur façon d’informer nos membres sous le couvert de projets d’édition et d’éviter d’envoyer aux officiers de l’église des sujets à présenter le jour du Sabbat, avec l’accord préalable des fédérations, unions, conférences générales) -Concile d’automne de Milwaukee, 9 17 oct. 1923. Review and Herald 22 nov. 1923. Lire Témoignages volume 9, page 260. {SR 1 : 80.2}

Nous lisons dans Testimonies to Ministers, page 477 : “Une chose étrange est arrivée dans nos églises ; des hommes qui occupent des postes à responsabilité qui devraient être de sages conseillers pour leur prochain, sont arrivés à se persuader qu’ils avaient étés institués rois et souverains de l’église et pouvaient dire à un frère : Fais ceci, et à l’autre, fais cela et à un autre encore “travaille de telle et telle façon. » Ainsi Pharaon a retiré les gens de la bergerie pour les mettre dans des manufactures de briques ou dans les champs. Les chefs de corvée à qui l’on a demandé de superviser le travail, mettent la priorité sur les briques (budget) et exténuent le peuple. Les péchés existants dans l’église sont écartés et personne ne s’en soucie. Ceux qui réprouvent ces erreurs encourent leur mécontentement. Dans Témoignages volume 1, page 384, à propos des conditions de l’église au moment de l’apposition du sceau des 144 000, et du massacre au sein de l’église, nous lisons :

80

« Ceux qui ont excusé ces erreurs, ont été considérés par le peuple comme étant très aimables et de bonne disposition, simplement parce qu’ils évitaient de s’acquitter d’un devoir en rapport avec les écritures. Cette tâche leur étant désagréable, ils l’ont donc occultée. » {SR1: 80.3}

La paille n’est plus fournie

“Et ce jour là, Pharaon commanda aux exacteurs du peuple et à ses commissaires : vous ne donnerez plus comme auparavant de la paille au peuple pour faire des briques. Qu’ils aillent eux-mêmes ramasser de la paille. Les inspecteurs du peuple et les commissaires vinrent dire au peuple : Ainsi parle Pharaon, je ne vous donnerai plus de paille. Allez vous-mêmes vous procurer de la paille où vous en trouverez : car l’on ne retranche rien de votre travail.” Ex. 5 : 6, 7, 10, 11 {SR1: 81.1}

Pharaon ne fournira plus la paille : C’est à dire, il n’accordera aucune aide, mais le peuple devra produire la même quantité de briques. Au début de la présente organisation (celle des Adventistes du Septième Jour), les institutions, sanatoriums et hôpitaux confessionnels furent construits en vue de soigner notre propre peuple (membres de l’église). Après que le cas du patient ait été diagnostiqué, la cause étant connue, sur directives, une assistance ou un traitement étaient dispensés. Qu’ils soient en mesure de payer beaucoup, peu ou rien, cette aide devait être accordée. C’est ainsi que doit travailler le bon Samaritain. {SR1: 81.2}

“Dans des éditions antérieures des Témoignages pour l’Église, j’ai parlé de l’importance pour les Adventistes du Septième jour, de créer une institution au profit des malades, et spécialement de ceux qui souffrent et qui sont malades parmi nous. J’ai parlé de l’aptitude de notre propre peuple, en termes de moyens à faire cela et j’ai insisté vu l’importance de cette activité : œuvre grandiose de préparation à la rencontre de L’ÉTERNEL… SR1: 81.3}

“Lorsque je vis ceux qui géraient et dirigeaient, courir les dangers qui m’apparaissaient, dont je les avais prévenus en public, et aussi lors de conversations et de lettres privées, un poids terrible m’assaillit. Ce qui m’avait été montré comme un endroit où ceux d’entre nous qui souffrent pourraient être soignés, était un endroit où le sacrifice, l’hospitalité, la foi,

81

la piété, devraient être les principes de fonctionnement. Mais quand des appels non justifiés pour d’importantes sommes d’argent étaient lancés sous l’argumentation d’un fort pourcentage de rendement sur les actions souscrites ; quand les frères qui occupaient des positions au sein de l’institution paraissaient plutôt enclins à s’octroyer de plus importants salaires que ceux qui étaient satisfaits de leur position tout aussi importante pour la grande cause ; quand j’appris avec douleur que, en vue de rendre l’institution populaire auprès de ceux qui ne sont pas de notre foi, et pour s’assurer de leur soutien, un esprit de compromis prenait rapidement de l’ampleur à l’Institut, ce qui se manifestait par l’utilisation de Mr., Mme, et Mlle, au lieu de Frère et Sœur, et également par des distractions populaires, auxquelles tout un chacun pouvait participer en une sorte de divertissement apparemment innocent ; quand je vis toutes ces choses, je dis que ce n’est pas ce qui m’avait été présenté comme une institution pour les malades, qui partagerait la bénédiction divine. Ceci est autre chose. Et cependant, des plans pour des bâtiments encore plus grands furent élaborés, et des appels pour d’importantes sommes d’argent furent lancés. Tel qu’il était géré, je ne pouvais m’empêcher de considérer l’Institut dans son ensemble, comme une malédiction{SR1: 81.4}

“Nombreux sont ceux qui arrivèrent à Battle Creek, humbles, dévoués, chrétiens consciencieux, et s’en retournèrent presque infidèles. L’influence générale de ces choses créait un préjudice contre la réforme sanitaire chez beaucoup des plus humbles, des plus dévoués et des meilleurs de nos frères, et détruisait la foi dans mes Témoignages et dans la vérité présente… {SR1: 82.1}

«Les frères qui sont restés à la tête de cette œuvre ont fait appel à nos gens pour des moyens en s’appuyant sur le fait que la réforme sanitaire fait partie de la grande œuvre liée au message du troisième ange. En ceci ils avaient raison. C’est une partie de l’œuvre de DIEU, charitable, libérale, sacrificielle et bénévole. {SR1: 82.2}

Alors pourquoi ces frères diraient-ils : ‘Les actions de l’Institut de santé rapporteront des gros intérêts’, ‘C’est un bon investissement’, ‘qui rapporte’ ? Pourquoi ne pas dire aussi que des actions dans l’Association d’Edition rapporteront beaucoup ? Si ce sont là deux branches de la même œuvre finale de préparation de la venue du Fils de l’Homme, pourquoi pas ? Ou pourquoi ne pas faire des deux une question de libéralité ? La plume et la voix

82

qui firent appel aux amis de la cause pour le compte du fond d’édition, n’avaient pas donné de tels encouragements.» Témoignages Vol. 1, pages 633 636 (version anglaise). {SR1: 82.3}

Comment nos institutions se situent-elles par rapport à ce témoignage radical ? Pouvons-nous dire qu’elles sont charitables, libérales, bénévoles, qu’elles ont l’esprit de sacrifice ? Voyons les énormes profits qu’elles réalisent. Voici, le bilan annuel du Sanatorium de St Helena, tel qu’il apparaît dans le Pacific Union Recorder du 25 avril 1929. “Les effets à payer à la fin de l’année 1925 étaient de 60 044 $ (les centimes ne sont pas donnés). En 1926, ils furent réduits à $49 031, en 1927 à 36 321 ; à la fin de 1928, ils étaient descendus à $26 415. En trois années, ils passèrent de $ 60 000 à $33 629. Les liquidités, fixes et courantes, à la fin de 1928, $371 105. Le passif $45 809. Il y a une réduction du passif d’environ $5 000. En caisse, à la fin de 1928, $10 749. Valeur actuelle, $325 296, le revenu brut $456 258. Le revenu net $437 284. La moyenne de fréquentation de patients était de 85 et plus et les bénéfices d’exploitation $261 363. Le bénéfice net : $10439,39.” {SR1: 83.1}

Comment est-il possible à une institution de faire une œuvre de charité quelconque et de gagner $111 988 de plus que sa valeur actuelle en une seule année ? Remarquez : Valeur actuelle $325 296 ; Revenu net : $437 284 en 1928. Mais ce n’est pas le pire. Nos frères sont devenus tellement aveugles qu’ils pensent que ces énormes profits leur donnent un prestige énorme pour leur gestion avisée et ils s’en vantent et disent que le Sanatorium a “une place au soleil.” Vraiment, DIEU savait ce qu’II disait lorsqu’II dit que les Laodicéens sont aveugles, malheureux, misérables, pauvres et nus, bien qu’ils pensent être riches et avoir des biens et n’avoir besoin de rien. Notez la différence entre la façon dont se vantent les Laodicéens par rapport aux autres institutions dont certains pensent qu’elles sont dirigées par le diable. Voici le bilan annuel d’une mission à Los Angeles pour la même année 1928 : Ces renseignements sont fournis gratuitement aux pauvres. “Le bilan annuel de l’année se terminant le 31 décembre 1928 montre 527 481 repas servis ; 137 287 logements fournis ; service de blanchisserie ; 53 334 pièces ; service barbier

83

20 394 ; bains 12 339 ; vêtements distribués 32 541 ; 1791 chaussures réparées ; emplois trouvés pour 9 204 personnes ; aide médicale accordée à 3 117 personnes ; pendant que le rapport de chapelle montre que durant l’année 15 340 personnes ont proclamé leur salut dans les réunions quotidiennes qui sont permanentes entre 11 heures et 23 heures et conduites par des groupes des églises de toutes les confessions.” (Citation d’un journal de Los Angeles). {SR1: 83.2}

Le démon serait-il plus charitable que CHRIST ? Pourquoi nous sommes-nous endormis ? L’ÉTERNEL souhaite-t-il avoir des dollars et des cents ? Ces choses ne sont-elles pas néfastes à la confiance du public vis à vis du peuple de DIEU ? Ces choses s’ajoutent-elles ou se retranchent-elles du fruit de notre travail ? Représentons-nous DIEU et sommes-nous en train d’apporter le message du troisième ange à un monde mourant ? CHRIST est-il notre modèle et notre exemple ? Pourquoi avons-nous permis au démon de nous tromper ? Ne s’agit-il pas là d’un appel pour inciter le peuple de DIEU à un service à la ressemblance de CHRIST ? Combien de temps resterons-nous endormis ? Il est déjà assez grave pour le peuple de DIEU de refuser à un incroyant, l’accès aux bontés divines qui sont à portée de main pour son peuple, mais il est mille fois plus grave de rejeter un fils d’Israël, qui se serait sacrifié et aurait partagé le sort du peuple de DIEU, s’acquittant fidèlement de la dîme et des offrandes pour la prospérité de L’ÉTERNEL. S’il arrivait à DIEU de permettre que la misère, la maladie ou le grand âge s’abattent sur de telles personnes, que faisons-nous d’eux ? Les renvoyons-nous en leur disant : Que DIEU te bénisse ? L’hôpital local est-il réservé au peuple de DIEU et les hôpitaux de DIEU sont-ils conçus pour faire des bénéfices ? La ferme est-elle réservée au peuple de DIEU, là, parmi les incroyants et les aliments impurs du point de vue religieux, au milieu de la profanation, du porc et du tabac ? Est-ce bien la place pour un enfant de DIEU, et le temple du Saint Esprit selon notre foi ? Quelle réponse lui ferons-nous lorsqu’II viendra, Entendrons-nous les mots : “Bien, bon et fidèle serviteur,” tels que nous les lisons dans Mat. 25 : 35, 36 ? “Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi.” Ces mots seront-ils nôtres ? SR1: 84.1}

84

Où trouverons-nous à sa gauche avec la terrible sentence comme dans Mat. 25 : 41-43, 46 : “Allez-vous en loin de moi, maudits, dans le feu éternel qui est préparé pour le diable et ses anges car j’ai eu faim et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’ai eu soif et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais étranger et vous ne m’avez pas recueilli, nu et vous ne m’avez pas vêtu, infirme et en prison et vous ne m’avez pas visité. Et ceux-ci s’en iront dans les tourments éternels, et les justes dans la vie éternelle.” {SR1: 85.1}

Citons Témoignages vol.1 page 639 (version anglaise) : “Dès 1850, ce frère commença à observer le Sabbat et à compter de cette date, il contribua avec libéralité à plusieurs entreprises en vue de l’avancement de la cause jusqu’à se retrouver presque sans biens. Puis lorsque survint un appel urgent, injustifié pour l’Institut, il prit des actions pour un montant de cent dollars. Lors d’une assemblée, à… il présenta le cas de sa femme, qui est très faible et qui peut être soignée mais doit l’être très rapidement. Il expliqua également sa situation, et dit que s’il pouvait disposer des cent dollars mis dans l’Institut, il pourrait y envoyer sa femme pour un traitement, mais en l’état actuel, il ne le pouvait pas. Nous avons répondu qu’il n’aurait jamais dû investir un dollar dans l’Institut, qu’il y avait une faute dans cette affaire et que nous ne pouvions rien y faire. On ne donna aucune suite à l’affaire. Je n’hésite pas à dire que cette sœur devrait être traitée, au moins durant quelques semaines, gratuitement à l’Institut. Son mari peut tout juste assumer son billet de voyage aller-retour de Battle Creek.” Avons-nous d’autres cas de ce genre à l’heure actuelle ? Traitons-nous les gens comme un certain fermier traite son cheval ? Il prend bien soin de son cheval tant que ce dernier est jeune et peut travailler mais lorsque l’animal devient vieux et faible, il le laisse dans un champ en plein hiver, juste au moment où l’animal aurait le plus besoin de soins. Ne sommes-nous pas comme ce fermier au cœur dur qui laisse mourir son cheval de faim en plein hiver, alors que le givre gèle le dos du pauvre animal exténué, afin d’économiser quelques bottes de paille ? N’est-ce pas cruel ? Laissons au lecteur le soin de répondre à la question. {SR1: 85.2}

85

Sages-femmes

“Mais plus ils l’opprimaient, plus ils se multipliaient et croissaient ; et ils eurent peur des fils d’Israël… Et le roi d’Égypte parla aux sages-femmes hébreux,… Et il leur dit : Quand vous accoucherez les femmes hébreux,… si c’est un fils, vous le ferez mourir, mais si c’est une fille, alors elle vivra.” Ex. 1 : 12, 15, 16. Les “sages-femmes” symbolisent les professeurs des écoles confessionnelles qui s’occupent des enfants dans le système d’éducation. Vous pouvez vous demander : Est-il possible que le diable cherche à tromper les enseignants et à perturber l’esprit des enfants ? Le diable ne laisse rien au hasard. Il est fait référence ici au journal d‘Éducation chrétienne “Home and School“, de Décembre 1929, publié par la Conférence Générale des Adventistes du Septième Jour, Washington, D.C. et chaque enseignant de la confession est censé s’abonner à ce magazine. L’édition citée ci-dessus comporte des histoires de Noël, des traditions, des programmes et des cadeaux de Noël que les professeurs sont censés enseigner aux enfants. Étant donné qu’il serait trop long de citer la totalité, nous ne citons que la dernière phrase et la conclusion du paragraphe “Ce que Noël veut dire” : “Et, en général un baptême de réalité, simplicité et sincérité dans l’observation de l’anniversaire suprême du monde.Pensez à ces mots, cher lecteur, un journal Adventiste du Septième Jour, publié par la Conférence Générale, exalte le jour de la naissance du CHRIST comme le jour de la suprême idolâtrie du monde, et en fait part aux enseignants de la confession. {SR1: 86.1}

“Mais les sages-femmes craignirent DIEU et elles ne firent pas comme le roi d’Égypte leur avait dit. Et elles laissèrent vivre les enfants mâles.” Ex. 1 : 17. Nous avons ici un très bon symbole et disons amen pour les enseignants : “Elles craignirent DIEU.” Nous vous incitons vivement à envoyer vos enfants à l’école de la confession, car c’est pour eux le meilleur endroit. “Le nom de l’une était Schiphra et la seconde se nommait Pua.” Ex. 1 : 15. Ces noms signifient “Beauté” et “Splendeur”. Et c’est vrai. Il aurait été impossible pour les deux sages-femmes de

86

servir une multitude de femmes, mais le fait est qu’elles étaient seulement deux. La raison pour cela réside dans la perfection du symbole, représentant les deux groupes d’enseignants, hommes et femmes, “Beauté” et “Splendeur”. {SR1: 86.2}

Les enfants mâles dans le Nil

“Et DIEU fit du bien aux sages-femmes et le peuple se multiplia et devint très fort. Et Pharaon commanda à tout son peuple disant : Tout fils qui naîtra, jetez-le dans le fleuve ; mais toute fille laissez-la vivre.” Ex. 1 : 20, 22. Le principal objectif de Pharaon n’était pas de réduire le peuple en nombre. Si tel avait été le cas, il aurait tué les femmes puisqu’à cette époque la polygamie était pratiquée. S’il avait donné l’ordre de jeter les fillettes dans la rivière et de sauver les garçons, il aurait pu atteindre son objectif, et également ajouter au nombre de ses esclaves puisque c’était les hommes qui fabriquaient les briques. Nous lisons dans Patriarches et Prophètes, page 226 : ” Satan fût le catalyseur dans cette affaire, il savait qu’un sauveur devait être élevé parmi les Israélites et en incitant le roi à détruire leurs enfants, il espérait faire échouer le dessein de DIEU.” C’était le but de toute l’affaire. Ceci étant un symbole, on peut en tirer l’enseignement. {SR1: 87.1}

Testimonies to Ministers. Page 475 au chapitre intitulé “Laissons le Ciel nous guider,” nous lisons : “La Prophétie doit s’accomplir ; L’ÉTERNEL dit : Et voici, je vous enverrai Elie, le prophète avant la venue du jour grandiose et redoutable de DIEU’. Quelqu’un doit venir, dans l’esprit et la puissance d’Elie, et quand il apparaîtra, les hommes diront : “Tu es trop sérieux, tu n’interprètes pas les écritures correctement. Laisse-moi te montrer comment prêcher ton message.” Aucune déclaration n’aurait pu être plus claire que celle-ci, nous devions attendre un prophète ou un message dans un futur proche. S’il s’agit là d’une déclaration inspirée, il semblerait alors qu’il était du devoir des gardiens des murs de Sion d’éduquer et d’instruire le peuple du fait qu’il fallait attendre un prophète ou un message. Mais qu’avons-nous ? Au contraire, l’opinion générale de la confession toute entière est : ” Aucun

87

prophète ne viendra, et aucun message ne doit être attendu. Nous possédons toute la vérité et n’avons besoin de rien d’autre,” c’est le cri du camp d’Israël. Ainsi, nous voyons comment le vieil ennemi a reproduit sa duperie secrète avec l’église des temps présents. De même que Pharaon n’était pas conscient de l’objectif principal de ses ordres, de même par l’inconscience des chefs, le trompeur rusé a tenté de noyer le prophète, ou le message de réforme de ce temps présent. Il est donc prouvé qu’en chaque circonstance, l’expérience d’Israël en Égypte est une photocopie du véritable Israël. Si un prophète ou même un message devait arriver, l’église n’est pas prête à accepter ni l’un ni l’autre. Le résultat peut être le même qu’avec la nation juive et la venue de CHRIST. Quelle horrible pensée. “Bien qu’il semblait dans l’intérêt de l’empire de maintenir ce peuple en esclavage du point de vue des égyptiens, le véritable objectif dissimulé était la volonté de Satan, la puissance du dragon, (Esa. 51 :9) de maintenir le peuple d’Israël dans l’esclavage du péché et gêner l’œuvre de réforme entreprise par DIEU au moment où la prophétie est sur le point de s’accomplir.” Review and Herald, January 23, 1930. {SR1: 87.2}

Comment les enfants mâles de la confession ont été noyés

Le diable a-t-il, à l’heure actuelle, noyé des enfants mâles dans le Nil ? Où sont les hommes de cette confession ? Ils doivent être dans le Nil car c’est un symbole des péchés du monde et c’est l’endroit où l’on trouve généralement les hommes ; et les femmes à l’église. La question peut se poser : Qu’est-ce qui a passé les hommes au crible ? L’Esprit de Prophétie nous enseigne que nous devrions assurer un emploi aux nouveaux venus à la vérité, afin de leur permettre de respecter le Sabbat. Également prendre soin des pauvres et des malades parmi nous. Cet enseignement dans son ensemble a été négligé et les hommes se sont retrouvés à l’écart de l’église. Les hommes, tout comme les femmes aiment la vérité, mais dès qu’ils entendent la vérité, ils commencent à poser des questions. Immédiatement, les difficultés surviennent et la question est posée : Comment puis-je observer le sabbat et garder mon emploi ? Si je laisse mon emploi, vais-je en trouver un autre ? L’église

88

m’aidera-t-elle à trouver quelque chose à faire ? L’église m’aidera-t-elle en cas de grand besoin tel que manque de nourriture, de vêtements, en cas de maladie ? A toutes ces questions la réponse immédiate est NON. Le résultat étant qu’une décision est pris et la vérité est repoussée. {SR1: 88.1}

Si l’église les avait encouragés dans ce sens, ces nouveaux intéressés n’auraient pas pris cette décision et en conséquence, les hommes tout comme les femmes auraient été dans l’église. Étant donné que ce sont les hommes qui gagnent l’argent, l’augmentation de la dîme et des offrandes ne peut être évaluée et les quelques dépenses pour les aides seraient minimes en comparaison. Une agence d’emploi serait très utile à la confession. Non seulement les emplois seraient réservés auprès de gens en dehors de l’organisation, mais le travail pour les Adventistes serait réservé par les Adventistes eux-mêmes. Ainsi les hommes sont “jetés” dans le monde (“Nil”) et les femmes sont gardées (“vivantes”) au sein de l’église. {SR1: 89.1}

Moïse est trouvé par la Princesse

Citons : Ex. 2 : 2, 3 : “Et la femme conçut et enfanta un fils et elle vit qu’il était beau et elle le cacha trois mois. Et comme elle ne pouvait plus le cacher, elle prit pour lui un coffret de jonc, et l’enduisit de bitume et de poix et mit dedans l’enfant et le posa parmi les roseaux sur le bord du fleuve.” La providence conduisit la princesse égyptienne à la rivière pour s’y baigner et après avoir vu le coffret, elle envoya sa servante le chercher. Elle vit le bébé qui pleurait et elle en fut touchée. La sœur du bébé vint proposer à la fille de Pharaon, “Veux-tu que j’aille chercher une nourrice parmi les femmes des Hébreux, pour allaiter cet enfant ? “A l’arrivée de la mère de l’enfant, la fille de Pharaon lui dit : “Emporte cet enfant et allaite-le pour moi.” Et l’enfant grandit et elle l’amena à la fille de Pharaon lorsqu’il eut douze ans et la princesse le nomma “Moïse”. L’enseignement est ici le suivant, malgré toutes les intrigues sataniques, il est impossible de contrecarrer les plans divins. {SR1: 89.2}

89

Le Choix de Moïse

Tout comme Moïse (le symbole) qui à sa majorité, après avoir reçu la meilleure éducation que la cour de Pharaon pouvait dispenser, fut obligé de choisir entre deux choses : le trône d’Égypte ou l’affliction avec les enfants d’Israël, il en est de même pour le Moïse moderne, (l’anti-symbole) qui reçoit la meilleure éducation que puisse dispenser la confession, (devenu adulte), une éducation terminée, il devient « professeur. » {SR1: 90.1}

Le Moïse moderne, est lui aussi obligé de choisir entre deux choses : être professeur dans le monde (l’Égypte) avec un bon revenu, une réputation, et les plaisirs du péché pour un temps, ou travailler pour la confession avec un salaire plus modeste, et souffrir l’affliction avec l’église (les enfants d’Israël). De même que Moïse le (symbole) choisit la dernière alternative, le Moïse anti-symbole, préfère rester au sein de la confession, “estimant que les réprobations de CHRIST sont plus précieuses que les trésors d’Égypte.” Les statistiques du mouvement nous montrent que 90% des enfants qui fréquentent les écoles de la confession demeurent fidèles au message. C’est bien la preuve que l’enseignement dispensé ici est correct. {SR1: 90.2}

Mauvaise interprétation de Moïse

“Et il arriva en ces jours-là, que Moïse étant devenu grand, sortit vers ses frères,… et il vit un égyptien qui frappait un hébreu… Il tua l’égyptien et le cacha dans le sable. Il sortit le deuxième jour, et voici, deux hébreux se querellaient. Il dit à celui qui avait tort : Pourquoi frappes-tu ton compagnon ? Et cet homme lui répondit : Qui t’a établi chef et juge sur nous ? Penses-tu me tuer, comme tu as tué l’égyptien ? Moïse eut peur…, Mais Moïse s’enfuit de devant Pharaon. Et il habita dans le pays de Madian.” Ex, 2 : 11 – 15 {SR1: 90.2}

Moïse pensait qu’il devait délivrer les enfants d’Israël par la force ou par les armes, ainsi donc, il retroussa ses manches et se mit au travail. La mauvaise interprétation de la méthode à employer pour délivrer Israël n’est pas la seule erreur de l’homme. Si c’est là le moyen par lequel il pensait qu’Israël obtiendrait sa liberté, il échoua dans l’exécution du plan. Sa difficulté ne provenait ni du manque d’instruction ni du manque d’expérience, puisqu’il était général des armées. S’il échoua dans l’exécution de son

90

projet, c’est qu’il était trop lâche et qu’il craignait Pharaon. Si ce n’était pas là la cause de son échec, pourquoi alors ne tua-t-il qu’un seul égyptien, et l’enterra t-il dans le sable et, quand le fait fût connu, pourquoi s’enfuit-il en laissant périr Israël en esclavage ? S’il avait bien compris son rôle et si ses intentions avaient été de conduire Israël contre les armées d’Égypte, il n’aurait pas du cacher l’égyptien dans le sable, mais plutôt le laisser à terre à titre d’exemple et s’attaquer à d’autres. En échouant dans l’exécution de son projet, Moïse fit une double faute. {SR1: 90.3}

L’ancien Moïse est un symbole du Moïse moderne (la direction actuelle). De même que l’échec de Moïse n’était pas dû au manque d’expérience, mais plutôt à une mauvaise interprétation de la méthode à employer, la direction actuelle se trouve dans la même situation. De même que Moïse a échoué dans l’exécution de son propre plan mal interprété (ce qu’il avait pensé être une sage interprétation) de même la direction a échoué dans son rôle. L’objectif était de finir le travail au cours de la présente génération, qui est déjà pratiquement passée, et au rythme auquel le travail s’effectue actuellement, il faudrait encore un siècle pour le terminer. “Nous sommes en danger de croire à des méthodes, à une organisation, à un travail sous pression, qui, pris isolément, ne peut qu’entraîner confusion, insatisfaction, et défaite.” Review and Herald, Feb. 20, 1930. {SR1: 91.1}

Accomplissement du symbole

Si Pharaon est le roi, (la direction) celui qui régit les peuples, alors l’église est la “reine”, et la “princesse”, l’école de l’église. L’Égypte est le symbole du monde, et le Nil, un symbole des péchés du monde. Grâce à sa mère qui craint DIEU, Moïse (le symbole) n’est pas jeté dans le Nil. Il en est de même avec le Moïse moderne, qui, grâce à sa mère chrétienne est sauvé du Nil (les péchés dans le monde), mais quand elle ne peut plus le garder près d’elle et doit l’envoyer dans les écoles du pays où règne le péché, l’école confessionnelle (la princesse) le recueille. De même que Moïse (le symbole) est éduqué grâce à l’aide de la princesse, le Moïse moderne reçoit son éducation grâce à l’aide de l’école confessionnelle. {SR1: 91.2}

91

Comme Moïse, nous avons pensé que nous devons délivrer Israël par les armes (l’aide des hommes) ; comme Moïse, nous sommes trop lâches pour accomplir quoi que ce soit. Un bon ministre de DIEU a dit : “Ceci est mal dans l’église, et cela n’est pas bon et devrait être corrigé, mais nous ne pouvons le faire.” Pourquoi ? Parce qu’il a peur de perdre son emploi. Mais que devons-nous faire ? Travailler pour DIEU et lui faire confiance ou travailler pour Pharaon et faire confiance à notre emploi ? {SR1: 92.1}

Citons : Témoignages Vol. 5, Page 80 82 : “Mais les jours de purification de l’église s’approchent à grands pas. DIEU aura un peuple pur et vrai. Lors du grand criblage qui doit avoir lieu prochainement, nous pourrons mesurer la puissance d’Israël. Les signes révèlent que les temps seront proches quand L’ÉTERNEL montrera que son van est dans sa main et qu’il va épurer soigneusement son sol… Ceux qui ont fait confiance à l’intellect, au génie ou au talent, ne seront pas au premier rang. Ils ne sont pas en harmonie avec la lumière. Ceux qui se sont montrés infidèles, ne pourront prétendre se voir confier le troupeau. Dans la dernière œuvre solennelle, peu de grands hommes seront impliqués. Ils sont suffisants, indépendants vis à vis de DIEU, et Il ne peut pas les utiliser. L’ÉTERNEL a des serviteurs fidèles qui seront révélés lors de l’épreuve du grand bouleversement. Ce sont des serviteurs précieux, actuellement cachés qui ne se sont pas prosternés devant Baal. Ils n’ont pas eu la lumière qui vous a ébloui de sa flamme ardente. Mais c’est sous un aspect grossier et peu attrayant, que le plus pur éclat d’une véritable personnalité chrétienne sera révélée… A ce moment, l’or sera séparé des scories au sein de l’église… De nombreuses étoiles que nous avons admirées pour leur éclat, seront alors plongées dans l’obscurité… Le plus faible et le plus timide au sein de l’église sera comme David -désireux d’agir et d’oser… Alors l’église de CHRIST apparaîtra, claire comme la lune, éclatante comme le soleil et terrible comme une armée avec bannières… DIEU exécutera en notre temps une œuvre que peu de gens connaîtront à l’avance. Il élèvera et exaltera ceux parmi nous qui auront reçu la connaissance par l’onction du Saint Esprit, plutôt que par le biais des institutions scientifiques profanes. Ces organismes ne doivent être ni dédaignés ni condamnés ; ils font partie de la volonté divine mais ils ne peuvent apporter que des qualifications superficielles. DIEU

92

montrera qu’il ne dépend pas des mortels érudits et imbus de leur personne.” {SR1: 92.2}

Moïse dans le désert

“Mais Moïse s’enfuit de devant Pharaon, et il se retira dans le pays de Madian… Le sacrificateur de Madian… donna à Moïse sa fille Séphora pour épouse… Moïse faisait paître le troupeau de Jéthro, son beau-père, sacrificateur de Madian ; et il mena le troupeau derrière le désert et vint à la montagne de DIEU [Horeb]… et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point. Moïse dit : Je veux me détourner pour voir quelle est cette grande vision, et pourquoi le buisson ne se consume point…! DIEU l’appela du milieu du buisson, et dit : Moïse ! MoÏse ! Et il répondit : Me voici… L’ÉTERNEL dit : J’ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Égypte… Je suis descendu pour le délivrer de la main des égyptiens,… Maintenant, va, je t’enverrai auprès du Pharaon, et tu feras sortir d’Égypte mon peuple, les enfants d’Israël. Et Moïse dit à DIEU : Qui suis-je pour aller vers Pharaon,… Moïse dit : Ah SEIGNEUR, je ne suis pas un homme éloquent, ce n’est ni d’hier, ni d’avant, ni même depuis que tu parles à ton serviteur ; mais j’ai la bouche et la langue pesantes. Mes lèvres sont incirconcises, comment Pharaon pourrait-il m’écouter ? L’ÉTERNEL lui dit : Qui a fait la bouche de l’homme ? Et qui rend muet ou sourd, voyant ou aveugle ? N’est-ce pas moi L’ÉTERNEL ? Va donc, je serai avec ta bouche, et je t’enseignerai ce que tu auras à dire… Et L’ÉTERNEL lui dit : Qu’y a-t-il dans ta main ? Il répondit : une verge. L’ÉTERNEL dit : Jette-la par terre. Il la jeta par terre, et elle devint un serpent ; et Moïse fuyait devant lui. L’ÉTERNEL dit à Moïse : Étends ta main, et saisis-le par la queue. Il étendit la main et le saisit ; et le serpent redevint une verge dans sa main… Moïse dit : Ah ! SEIGNEUR envoie, je te prie, qui tu voudras envoyer… Alors la colère de L’ÉTERNEL s’enflamma contre Moïse.” Lire Ex. 2 : 15 à 4: 13. {SR1: 93.1}

93

Application de l’enseignement

Ce dernier Moïse est le Moise inculte. Notez, il ne parle pas vite, n’est pas éloquent, il a la langue pesante et les “lèvres incirconcises” (non entraînées). Il ne sait pas comment approcher Pharaon. Il se fait tout petit à l’idée de se présenter devant le grand monarque comme le mercure qui baisse au vent du nord, mais bien que ce Moïse-là soit handicapé, il a du courage ; il n’est pas lâche. Il risque sa vie, puisqu’on lui demande seulement une fois de tenir le serpent fabuleux par la queue et il s’exécute. Ce Moïse-là n’est pas un prince couronné, mais un simple berger. Le Moïse berger est le symbole des hommes qui doivent propager la réforme et doivent être utilisés à l’époque du “Cri retentissant” dont il est question dans les citations suivantes. Citons : Life Sketches, page 245 : “DIEU charge de responsabilités les plus inexpérimentés. Il les entraîne à être consciencieux, à oser, et aussi à prendre des risques.” Témoignages Vol. 5, page 82 : “II élèvera et exaltera ceux parmi nous qui auront reçu la connaissance par l’onction du Saint Esprit, plutôt que par le biais des institutions scientifiques profanes. {SR1: 94.1}

Testimonies to Ministers, page 300 : “A moins d’avoir été éveillés au sens du devoir, ceux qui peuvent aider ne reconnaîtront pas l’œuvre de DIEU quand retentira le cri retentissant du troisième ange. Au lieu de venir aider à l’œuvre de L’ÉTERNEL quand la lumière jaillira pour éclairer la terre, ils tenteront de l’adapter à leurs vues étroites. Laissez-moi vous prévenir que L’ÉTERNEL, pour sa dernière œuvre agira d’une manière très peu conventionnelle et de façon contraire à tous les plans humains. Il y aura, parmi nous ceux qui voudront toujours contrôler l’œuvre de DIEU, qui voudront même dicter les orientations à prendre quand l’œuvre de DIEU s’accomplira sous la direction de l’ange qui rejoindra le troisième ange lors du message qui sera donné au monde. DIEU utilisera des moyens qui montreront qu’Il prend les rennes en mains propres. Les ouvriers seront surpris de la simplicité des moyens qu’Il utilisera pour mener à bien et parfaire son œuvre de droiture. Ceux qui seront considérés comme bons ouvriers devront se rapprocher de DIEU, ils auront besoin de l’inspiration divine.” Lire également Esaïe 3. {SR1: 94.2}

94

” Ce ne sont pas les hommes de grands talents ou titrés qui sont tellement nécessaires, ce sont ceux dont la foi, la sainteté, la consécration et l’amour sont grands. C’est sur les hommes qui sont grands aux yeux de DIEU, grands par leur simplicité, leur fidélité, leur renoncement, que repose la transmission du message de DIEU, la vie et la bénédiction pour l’humanité, et l’avancement de son Royaume à la terre entière.” Review and Herald, Feb. 20, 1930. SR1: 95.1}

La Verge du Berger

L’Esprit de Prophétie dit, dans Patriarches et Prophètes, page 227, que la verge de Moïse était un symbole de la puissance de DIEU. Verge du berger : Puissance de DIEU ; les brebis : Peuple de DIEU ; la verge du berger est un instrument utilisé pour attraper les brebis. La verge, ici est un instrument utilisé pour attraper les gens. Que pourrait-il être d’autre ? Cela ne peut être autre chose qu’une vérité biblique merveilleuse, entière, nette et claire, incontestable. Lorsqu’elle sera révélée, elle engendrera des serpents (des gens), ou suscitera des conversions, par la réforme. Mais les égyptiens firent de même puisqu’ils jetèrent également leurs verges et elles devinrent aussi des serpents et peut-être même plus nombreux, car chaque homme jeta sa verge, mais ces verges étaient fausses. Symboles d’hypocrisie (chrétiens infidèles) ; mais la verge de Moïse avala les verges des égyptiens. Symbole de victoire pour le véritable Israël ; le résultat est l’opposition mais c’est le véritable Israël qui est finalement victorieux. {SR1: 95.2}

Dans Témoignages vol. 5, page 696 nous lisons : “Ils ne transformèrent pas réellement leurs verges en serpents mais par magie, et avec l’aide du grand trompeur, elles eurent l’apparence de serpents, une contrefaçon de l’œuvre de DIEU.” Symbole d’une apparence extérieure de chrétienté des Adventistes du Septième Jour. D’aucuns peuvent dire : “Comment ? Le peuple de DIEU symbolisé par un serpent ? Pourquoi pas par une brebis ? Si le CHRIST doux et humble fut symbolisé par le serpent d’airain du désert que Moïse éleva pour que les enfants d’Israël le regardent et se fassent soigner des morsures des serpents venimeux, alors le peuple de DIEU peut aussi être symbolisé par un serpent. Si la verge s’était changée en brebis, cela aurait gâché le symbole puisque les 144 000 ne peuvent pas être des brebis dans un bercail dont un berger terrestre prendrait soin mais le contraire. {SR1: 95.3}

95

C’est la raison pour laquelle le serpent est utilisé comme symbole, qui veut dire sage, qui ne peut être effrayé (qui ne fuit pas devant la moindre chose : Le contraire des brebis). Ils doivent être remplis de l’Esprit Saint, proclamer le message et triompher avec prestige. “Et le résidu de Jacob sera, au milieu de beaucoup de peuples, comme une rosée de par L’ÉTERNEL, comme des ondées sur l’herbe qui n’attend pas l’homme, et ne dépend pas des fils des hommes. Et le résidu de Jacob sera parmi les nations, au milieu de beaucoup de peuples, comme un lion parmi les bêtes de la forêt, comme un lionceau parmi les troupeaux de brebis, qui, s’il passe, foule et déchire et il n’y a personne qui délivre.” Mich. 5 : 7, 8. {SR1: 96.1}

Mort des Premiers-nés

“Moïse dit : Ainsi parle L’ÉTERNEL : Vers le milieu de la nuit je passerai au travers de l’Égypte ; et tous les premiers-nés mourront dans le pays d’Égypte, depuis le premier-né de Pharaon assis sur son trône, jusqu’au premier-né de la servante qui est derrière la meule, et jusqu’à tous les premiers nés des animaux.” Ex. 11 : 4, 5 “Au milieu de la nuit, L’ÉTERNEL frappa tous les premiers-nés dans le pays d’Égypte, depuis le premier-né de Pharaon assis sur son trône jusqu’au premier-né du captif dans sa prison, et jusqu’à tous les premiers-nés des animaux… et il y eût un grand cri en Égypte, car il n’y avait point de maison où il n’y eût un mort.” Ex. 12 : 29, 30 {SR1: 96.2}

Le premier-né, symbole d’une classe de prêtres, représentation d’Ézéchiel 9 : 6, dernière partie, “les anciens qui étaient devant la maison.” “Depuis le premier-né de Pharaon assis sur son trône jusqu’au premier-né du captif dans sa prison,” symbole d’Ez. 9 : 6 : “Tuez, détruisez les vieillards, les jeunes hommes, et les vierges et les petits enfants et les femmes:…Ils commencèrent par les anciens qui étaient devant la maison.” “Les premiers-nés des animaux”, symboles d’Esaïe 63 :18, et 64 : 1 ; Nombres 26 : 10 {SR1: 96.3}

Dans le cas du péché d’Acan, DIEU dit à Josué : “Je ne serai plus avec vous si vous ne détruisez l’anathème du milieu de vous.” Quel parallèle pouvons-nous établir dans ce cas entre l’attitude de ceux qui n’élèveront pas la voix pour dénoncer le péché et l’erreur, mais qui

96

sympathisent avec ceux dont les fautes troublent le camp d’Israël ? DIEU dit à Josué : Tu ne pourras résister à tes ennemis, jusqu’à ce que vous ayez ôté l’anathème du milieu de vous. Il annonça ainsi le châtiment qui suivrait la transgression de l’alliance… Josué et tout Israël avec lui prirent Acan, fils de Zerach, l’argent, le manteau, le lingot d’or, ses fils et ses filles, ses bœufs, ses ânes, ses brebis, sa tente et tout ce qui lui appartenait ; et ils les firent monter dans la vallée d’Acor. Josué dit : Pourquoi nous as-tu troublés ? L’ÉTERNEL te troublera aujourd’hui et tout Israël le lapida avec des pierres et ils les brûlèrent au feu et les assommèrent avec des pierres.” Témoignages vol.1, pages 386 – 387 {SR1: 96.4}

« Et L’ÉTERNEL parla à Moïse, et dit : Consacre-moi tout premier-né, tout premier-né parmi les enfants d’Israël, tant des hommes que des animaux ; il m’appartient.” Ex.13 : 1, 2. Symbole d’une nouvelle prêtrise, et le premier-né des animaux représentant un système de soutien ou d’entretien. “Dans l’éventualité où surviendrait parmi nous un cas similaire à celui d’Acan, nombreux sont ceux qui accuseraient les imitateurs de Josué cherchant la faute, d’avoir un esprit malfaisant. On ne badine pas avec DIEU et on ne néglige pas impunément ses avertissements. » Témoignages vol. 3, page 270 (version anglaise) {SR1: 97.1}

L’agneau pascal

“Parlez à toute l’Assemblée d’Israël, et dites : Le dixième jour de ce mois, vous prendrez chacun un agneau par maison de père, un agneau par maison…. Vous le tiendrez en garde jusqu’au quatorzième jour de ce mois ; et toute la congrégation de l’assemblée d’Israël l’égorgera ce soir là. Et ils prendront son sang, et en mettront sur les deux poteaux et sur le linteau de la porte des maisons dans lesquelles on mangera…. Et vous le mangerez ainsi : Vos reins ceints, vos sandales aux pieds, et votre bâton à la main ; et vous le mangerez à la hâte : C’est la Pâque de L’ÉTERNEL… Le sang vous sera pour signe sur les maisons où vous serez ; et je verrai le sang

97

et je passerai par dessus vous, et il n’y aura point de plaie qui vous détruise, quand je frapperai le pays d’Égypte.” Ex. 12 : 3 13. {SR1: 97.2}

« Toutes les cérémonies de la fête étaient autant de symboles se rapportant à l’œuvre de CHRIST. La délivrance d’Israël hors d’Égypte offrait une image de la rédemption, à laquelle la Pâque faisait penser. Le Sauveur était représenté par l’agneau immolé, par les pains sans levain, par la gerbe de prémices. ” JÉSUS-CHRIST, page 60 {SR1: 98.1}

L’agneau représente CHRIST. Es. 53 : 7.

L’agneau rôti au feu, l’esprit de DIEU ; Gen. 15 : 17 ; Actes 2 : 3 ; Lev. 9 : 24.

Le fait de consommer de la viande : CHRIST est notre vie, car “en lui nous vivons, et nous nous mouvons et nous avons nôtre être.” Jean 6 : 53.

Le fait de se ceindre les reins : La Vérité de DIEU, la Parole. Eph. 6 :14.

Les sandales aux pieds : La préparation de l’évangile. Eph. 6 :15.

La verge en main : Le glaive de l’Esprit. Eph. 6 :17.

Vous mangerez en hâte : N’hésitez pas, soyez prêts, rapide délivrance. Ex. 12 : 11.

Ex.12 : 34, “Et le peuple prit sa pâte avant qu’elle fût levée, ayant leurs huches liées dans leurs vêtements sur leurs épaules.” La huche représente la Bible. Eph. 6 :13.

La pâte qu’elle contient est la parole de DIEU. Ez. 44 : 30 (le symbole).

Non levée : La parole originelle de DIEU qui doit être conservées ainsi. Ap. 22 :18. {SR 1 : 98.2}

Leurs huches sur leurs épaules : Signifie, assurez-vous que vous avez toute la parole de DIEU continuellement avec vous. C’est ainsi que vous devrez quitter l’Égypte. Eph. 6 :13. “L’esclavage en Égypte représente l’esclavage du péché. Les promesses de délivrance sont les promesses de l’Évangile. La puissance révélée dans les jugements à propos des dieux d’Égypte indique la mesure de la puissance fournie pour la délivrance du dur service du ‘DIEU de ce monde‘.” Review and Herald, Jan. 23 1930. {SR1: 98.3}

Le sang sur le montant de la porte est le symbole du “sceau”, Apocalypse 7 ;

98

ou “marque” Ézéchiel 9, (Ap. 7 et Ez. 9 “marque” ou “sceau” sont identiques). Voir Testimonies to Ministers, page 445. {SR1: 98.4}

« Le sang sur le fronton de la porte signifie que le sceau par lequel les 144 000 devront être marqués doit être visible. {SR1: 99.1}

Le “fronton de la porte” et le “front” ont tous deux la même signification. Nous ne disons pas qu’il s’agisse d’une marque ou d’un signe visible sur les fronts, mais de “l’empreinte” du caractère, et des principes et règles de vie ; le modèle étant la pure Parole de DIEU. Ainsi, ils passaient le sang sur le fronton de la porte et les frères de l’église pouvaient constater un changement. {SR1: 99.2}

Les seuls qui peuvent avoir le sceau sont ceux qui soupirent et se lamentent à cause des abominations (péchés) perpétrés au sein de l’église. Mais si quelqu’un prend parti et tente de jeter un voile sur le mal existant au sein de l’église, alors, il ne sera pas marqué du sceau. Lire Témoignages volume 2 pages 69 76 ; Volume 1, page 385. {SR1: 99.3}

La Mer Rouge

La Mer Rouge symbolise Esaïe 63. Édom signifie “rouge”. “Édom” c’est Ésaü, le frère jumeau de Jacob. Son nom fut changé en Édom à la suite de la vente de son droit d’aînesse pour un bol de “potage rouge”, et Ésaü lui-même était roux, nous avons donc, Mer Rouge, homme roux, potage roux. Lire Ésaü et Jacob, troisième partie. {SR1: 99.4}

“Mer,” symbole de “peuple”. Ap. 17 :15. {SR1: 99.5}

Pharaon et son armée : Les principaux instigateurs contre la réforme. « L’Égypte avait conçu un conseil ecclésiastique complexe. Elle était fière des ses institutions religieuses ; elle méprisait ce peuple d’Israël qui ne suivait pas la religion populaire et qui, maintenant, selon le message de réforme prêché par Moïse, insistait encore plus pour représenter la vérité et la loi de JÉHOVAH.» Review and Herald, Jan. 23, 1930. {SR1: 99.6}

Bozrah : La bergerie (l’église). Michée 2 :12; Esaïe 34: 6. {SR1: 99.7}

Édomites : Ceux qui vendirent leur droit d’aînesse pour satisfaire leur appétit. Ils font de leur estomac leur DIEU. Ce sont des violeurs de la réforme sanitaire. Pour des explications complémentaires, voir page 91, sous le titre “Affligé pour

99

le bien de son peuple.” « L’esclavage en Égypte représente l’esclavage du péché. Les promesses de la délivrance sont les promesses de l’évangile. La puissance révélée dans les jugements à propos des dieux d’Égypte indique la mesure de la puissance fournie pour la délivrance du dur service du “DIEU de ce monde”. Le triomphe glorieux de la Mer Rouge, préfigure la victoire qui est assurée à chaque fidèle enfant de DIEU.» Review and Herald, Jan. 23, 1930. {SR1: 99.8}

Mont Sinaï

“Le troisième mois après leur sortie du pays de l’Égypte, les enfants d’Israël arrivèrent ce jour-là au désert du Sinaï.”… “Alors DIEU prononça toutes ces paroles en disant : Je suis L’ÉTERNEL ton DIEU qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison de servitude. Tu n’auras pas d’autres dieux devant Ma face.” Ex. 19 : 1 ; Ex. 20 : 1 3. Voici que se terminent les 430 années commençant avec Abraham partant du pays d’Ur. Patriarches et Prophètes, page 760 (version anglaise). Voici le moment où Moïse organisa une église, où il nomma les soixante-dix anciens et où DIEU Lui-même parla au peuple. L’expérience au Sinaï est un symbole de la réorganisation de l’église, -DIEU Lui-même, prend en charge le troupeau. Nous lisons dans Témoignages vol.5, page 80 : « Nous avons été enclins à penser que là où il n’y a pas de pasteurs dévoués, il ne peut y avoir de vrais chrétiens ; mais ce n’est pas le cas. DIEU a promis que lorsque les bergers ne seront pas fidèles, Il se chargera Lui-même du troupeau. DIEU n’a jamais laissé le troupeau entièrement sous la dépendance des instruments humains. Mais les jours de la purification de l’église s’approchent à grands pas. DIEU aura un peuple pur et vrai. Lors du criblage qui doit bientôt avoir lieu, nous pourrons mieux mesurer la puissance d’Israël.» {SR1: 100.1}

Nouveau nom de l’église

“Écris à l’ange de l’église de Laodicée :… Je connais tes œuvres, je sais que tu n’es ni froid ni bouillant ; Je voudrais que tu fusses froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je vais te vomir de ma bouche. Ap. 3 : 14 16. {SR1: 100.2}

100

Notez que l’existence du nom actuel -« Adventiste du Septième Jour » est conditionnel, sinon le nom sera vomi de sa bouche. « Et les nations verront ta justice, et tous les rois, ta gloire ; et l’on t’appellera d’un nom nouveau que la bouche de Éternel désignera.» Esaïe 62 : 2. « Et vous laisserez votre nom en imprécation à mes élus (les 144 000) ; car le SEIGNEUR, L’ÉTERNEL, te mettra à mort et appellera ses serviteurs d’un autre nom.” Esaïe 65 :15. Lire Testimonies to Ministers, page 300. {SR1: 101.1}

C’est alors que s’accomplira la prophétie d’Esaïe au chapitre 52 : 1 : “Réveille-toi, réveille-toi, revêt-toi de ta force, Sion ! Revêts-toi de tes vêtements de parure Jérusalem, ville sainte ! Car l’incirconcis et l’impur n’entreront plus chez toi.” Lire également Esaïe 4. Soph.3 :13 : “Les restes d’Israël ne pratiqueront pas l’iniquité et ne diront pas de mensonge et une langue trompeuse ne se trouvera pas dans leur bouche ; car ils paîtront et se coucheront, et il n’y aura personne qui les effrayera.” {SR1: 101.2}

“Les restes d’Israël ne pratiqueront pas l’iniquité.” Cette prophétie n’a pas encore trouvé d’accomplissement dans l’histoire de l’église parce qu’il y a toujours eu des souillures au sein de l’église ; mais remercions DIEU pour sa promesse généreuse. Nous sommes à un tournant de notre histoire. Prions DIEU de ne pas nous laisser de côté chemin faisant. “Revêtue de l’armure de justice de CHRIST, l’église doit entamer sa dernière bataille. Claire comme la lune, pure comme le soleil et terrible comme une armée avec leurs bannières, elle doit s’avancer dans le monde, en vainqueur et pour vaincre.” Prophètes et Rois, page 549. {SR1: 101.3}

Quel est le nombre d’Israël ?

Il est clair qu’Israël selon la chair est une photocopie d’Israël selon la promesse. Dans le mouvement d’exode, toutes les tribus partirent d’Égypte. Si c’est une photocopie d’Israël selon la promesse, alors les douze tribus doivent en sortir à nouveau. Les douze tribus doivent échapper à la fatalité d’Ézéchiel 9 (mort des premiers-nés), et d’Esaïe 63 (la Mer Rouge). Il est dit que leur nombre sera de 12 000 pour chaque tribu, soit un total de 144 000. C’est pour cette raison qu’ils ont

101

eu une expérience similaire à celle de l’ancien Israël, ils (les 144 000) chantent un nouveau chant de Moïse et de l’Agneau. “Alors il se souvint des jours d’autrefois, de Moïse, de son peuple, disant : Où est celui qui les fit monter de la mer, avec le berger de son troupeau ? Où est celui qui mit l’Esprit de sa sainteté au dedans de lui, son bras magnifique les faisant marcher par la droite de Moïse ; qui fendit les eaux devant eux pour se faire un nom à toujours ? Qui les fit marcher par les abîmes, comme un cheval dans le désert, afin qu’ils ne bronchent pas ? Comme une bête descend dans la vallée, l’Esprit de L’ÉTERNEL leur donna du repos. Ainsi tu as conduit ton peuple, pour te faire un nom magnifique. “Esaïe 63 : 11 14. Cette écriture ne peut faire référence à une autre congrégation que celle dont nous parlons. {SR1: 101.4}

Qu’est-ce qui constitue le Résidu ?

La définition de “résidu” est : ce qui reste après séparation, enlèvement, ou destruction d’une partie (dictionnaire standard). Le début de l’église de CHRIST au temps des apôtres, n’était pas un grand “rouleau de drap” que l’on commençait à dérouler, se rapetissant au fur et à mesure que le temps passait, et qui maintenant, à la fin de l’histoire de l’église, serait à sa plus petite dimension. Mais au contraire, l’église commençait tout juste alors à croître et en était à son tout début. Elle a continué à se développer et à croître au fil du temps, et la phase finale de l’histoire de l’église n’est en aucune façon un résidu. “Reste” signifie une très petite partie, un fragment, ou un petit morceau. Le Maître dit que la récolte est pour la fin des temps, les anges sont les moissonneurs. Alors il doit avoir une moisson. “Moisson” signifie ramassage des récoltes ; à rassembler, à entreposer ou à mettre en grenier. D’après ceci, la moisson n’est en aucune façon un résidu, mais bien le contraire, car, durant la moisson nous ramassons la partie la plus importante. {SR1: 102.1}

Le résidu d’Israël doit donc être autre chose que ce à quoi nous avions pensé, car “résidu” est une petite partie, ou la partie restante après destruction. La destruction est la grande période de bouleversement et de criblage, séparation des deux classes au sein de l’église (le marquage des 144 000) comme prophétisé par Ézéchiel 9, et Esaïe 63. Ceux qui en échappent sont le “résidu”. La Bible ne donne pas d’autre

102

définition de “résidu” que celle qui est donnée ici. Voir Lev. 5 :13 ; 2 Rois 19 : 4 ; Es. 37 : 4 ; Esdras 9 : 8 ; Esaïe 1 : 9 ; Es. 11 : 11 ; Es. 16 : 14 ; Jer. 44 : 28 ; Ez. 6 :8 ; Joël 2 :32 ; Rom. 11: 5 ; Ap.11 :13. {SR1: 102.2}

Au chapitre onze d’Esaïe, le même incident que celui que nous avons tenté de relater ici est signalé. Au verset onze, nous lisons à propos du résidu dont nous parlons : “Et il arrivera en ce jour-là, que le SEIGNEUR mettra sa main encore une seconde fois pour acquérir le résidu de Son peuple, qui sera laissé.” Esaïe 11:11 Premiers Écrits, page 270 : “Je demandais ce que signifiait le criblage que j’avais vu. On me répondit qu’il était causé par le Conseil du Témoin véritable à l’église de Laodicée. Ce conseil aura son effet sur le cœur de celui qui le reçoit ; il l’amènera à exalter la vérité. Quelques-uns ne l’accepteront pas ; ils le combattront, et c’est ce qui produira le criblage parmi le peuple de DIEU.” Es. 11 : 12, première partie : « Et il élèvera un étendard devant les nations.» Nous lisons encore dans Es. 66 : 19 : « Et je mettrai au milieu d’eux un signe et j’enverrai leurs réchappés vers les nations.» {SR1: 103.1}

Le 63ème chapitre fait également référence à Esaïe 59, partie du verset 19, cité ici : « On craindra le nom de L’ÉTERNEL depuis l’occident, et sa gloire depuis le soleil levant. » Le “signe” s’étend d’est en ouest et s’adresse au monde entier. La « destruction » est le “signe” et un exemple pour les nations, et le “résidu” est ceux qui restent (les 144 000). A la suite de cela nous avons le “Cri retentissant” (la moisson). « Mais ceux qui ont été obéissants en tous points et qui ont surmonté tous les obstacles, quel que soit le prix de la victoire, ceux qui ont suivi le conseil du témoin fidèle recevront la pluie de l’arrière saison et seront donc prêts à être transmués.” Témoignages vol.1, page 70. « Mais il dit : Non ; de peur qu’en cueillant l’ivraie, vous ne déraciniez le froment avec elle. Laissez croître les deux ensemble jusqu’à la récolte et au moment de la moisson je dirai aux moissonneurs, cueillez d’abord l’ivraie et liez-la en bottes pour la brûler mais “assemblez le froment dans mon grenier.” Mat. 13 : 29, 30 {SR1: 103.2}

La même idée est aussi reprise dans Patriarches et Prophètes

103

pages 529 530 : “La fête des tabernacles était à la fois commémorative et pré figurative. Non seulement elle rappelait le séjour dans le désert, mais, comme fête des moissons, elle célébrait la récolte des fruits et préfigurait le grand jour de la moisson finale. En ce jour le SEIGNEUR enverra ses moissonneurs pour brûler l’ivraie et rentrer le bon grain dans ses greniers. A ce moment, les méchants seront détruits.” (Ceux qui sont hors de l’église). Remarquez que la séparation a lieu juste au début de la moisson ; et aussi que l’ivraie est ramassée en premier. La séparation marque le début de la moisson. La moisson est le cri retentissant du message du troisième ange. (Ap. 18 :1). Dans ces temps de moisson, la grande multitude (de Ap. 7 :9) se rassemble, les rameaux en mains. Tandis que la grande multitude se forme et se rassemble dans son grenier, les moissonneurs attachent les mauvaises herbes en bottes (séparées ou écartées de l’église) pour le courroux de DIEU. Voir Ap. 14 : 19. {SR1: 103.3}

Nuée de jour -Feu de nuit

“Et L’ÉTERNEL allait devant eux, de jour dans une colonne de nuée pour les conduire par le chemin et de nuit dans une colonne de feu pour les éclairer afin qu’il marchassent jour et nuit. La colonne de nuée ne se retira point, le jour, ni la colonne de feu la nuit de devant le peuple.” (Ce n’est pas Moïse qui sortit Israël d’Égypte mais la colonne de nuée qui les précédait.) « Et L’ÉTERNEL allait devant eux… pour les guider dans leur chemins… afin qu’ils marchent jour et nuit. La colonne… ne se retirait point de devant le peuple.» Ex.13 : 21, 22. Selon 1 Cor. 10 : 4, dans cette colonne de nuée de jour et cette colonne de feu de nuit se trouvait le CHRIST lui-même : “Et que tous ils ont bu le même breuvage spirituel car ils buvaient de ce rocher spirituel qui les suivait : et le rocher était le CHRIST.” Ainsi, nous voyons que c’est L’ÉTERNEL lui-même qui sortit Israël (hors d’Égypte) et non Moïse. Le peuple, tout comme Moïse suivait la nuée. Tout ce que fit Moïse était de transmettre au peuple les paroles et les instructions reçues de L’ÉTERNEL. {SR1: 104.1}

104

Ceci est l’expérience d’Israël selon la chair, que nous appelons une photocopie d’Israël selon la promesse. Si elle est vraie, alors les 144 000 devront faire la même expérience en quittant le monde (Égypte). Témoignages vol. 5, page 80 : « DIEU a promis que là où les bergers seraient infidèles, iI se chargera lui-même du troupeau.” Patriarches et Prophètes, page 255. “Dans un des passages les plus beaux et les plus réconfortants de ses prophéties, Esaïe fait allusion à la colonne de nuée et de feu. Il décrit le soin que DIEU prendra de son peuple lors de la grande lutte finale avec les puissances du mal : ‘Sur toute l’étendue du mont Sion, sur toutes ses assemblées, L’ÉTERNEL fera lever pendant le jour un nuage environné de fumée, et, pendant la nuit, l’éclat d’un feu flamboyant. Car un dais abritera toute sa gloire ; il y aura une tente pour donner de l’ombre pendant le jour, contre la chaleur, et pour servir de refuge et d’asile contre la tempête et la pluie‘.” Ainsi, l’hypothèse du symbolisme d’Israël est confirmée à la fois par la Bible et par l’Esprit de la Prophétie. {SR1: 105.1}

Joseph, Symbole de CHRIST

Joseph représente le symbole parfait de CHRIST. Tout d’abord, le nom de “Joseph” signifie “il ajoutera”. Ainsi CHRIST ajouta la famille humaine à la famille céleste. Si un quelconque péché avait été attribué à Joseph, le symbole aurait été altéré car CHRIST n’est pas un pécheur. Joseph était aimé de son père plus que tous ses autres frères. A propos de CHRIST nous lisons dans Hébreux 1: 9. “Tu as aimé la justice et haï l’iniquité ; c’est pourquoi DIEU, ton DIEU, t’a oint d’une huile de joie au dessus de tes compagnons.» {SR1: 105.2}

Joseph fut envoyé en Égypte afin de préserver la vie de ses frères durant les sept années de famine. De même, CHRIST est venu afin de préserver la vie de ses frères dans ce monde de péché, après sa venue. {SR1: 105.3}

Joseph fût vendu aux Ismaélites qui étaient les descendants d’Ismaël, de la lignée d’Abraham selon la chair. De même, CHRIST fût vendu aux prêtres, les descendants d’Abraham (Israël selon la chair). {SR1: 105.4}

Joseph était gouverneur, et personne ne pouvait bouger le petit doigt, sur toute la terre d’Égypte sans que Joseph en ait connaissance. De même,

105

CHRIST est le gouverneur du monde (Égypte) et aucun homme ne peut lever le petit doigt sans que CHRIST en ait connaissance. {SR1: 106.1}

De même qu’il n’y avait qu’un être au dessus de Joseph : Pharaon, il n’y a qu’un être au dessus de CHRIST : DIEU le Père. {SR1: 106.2}

Joseph avait 30 ans lorsqu’il devint gouverneur, CHRIST avait 30 ans quand il reçut l’onction. {SR1: 106.3}

De même que Joseph épousa la fille d’un prêtre idolâtre CHRIST épousa son église, constituée de nations idolâtres. {SR1: 106.4}

De même que Joseph, durant les sept années d’abondance, amassa le grain dans les entrepôts pour nourrir le monde durant les sept années de famine, CHRIST rassembla la Parole de DIEU durant la période de l‘Ancien Testament dans le grand entrepôt (la Bible) pour nourrir le monde durant la période du Nouveau Testament. D’aucuns peuvent dire que le Nouveau Testament advint après CHRIST, c’est exact, mais le Nouveau Testament n’est que l’accomplissement de l’Ancien. {SR 1: 106.5}

Si Joseph n’était pas devenu gouverneur d’Égypte avant le début des sept années d’abondance, la signification du symbolisme aurait été altérée et alors, le symbole n’aurait pas indiqué que le CHRIST régnait avant que l’histoire du monde ne commence. Nous voyons donc que Joseph est le parfait symbole de CHRIST. {SR1: 106.6}

Pharaon, symbole des Chefs

Le Pharaon qui honora Joseph est le parfait symbole des chefs terrestres de l’église des apôtres. Si Pharaon n’avait pas été égyptien, le symbolisme aurait été altéré. L’Égypte, symbole du monde, signifie que les dirigeants terrestres sont issus du monde. Si Pharaon n’avait pas honoré Joseph plus que tout autre homme d’Égypte, ou s’il n’avait pas ordonné aux égyptiens d’aller demander du grain à Joseph, le symbolisme de la direction de l’église au temps des apôtres aurait été altéré, car ces derniers exaltaient et honoraient CHRIST plus que tout autre homme au monde, et orientaient les Gentils vers CHRIST, source de vie. {SR1: 106.7}

Si le premier Pharaon constitue un symbole parfait de la direction de l’église au temps des apôtres, nous devons admettre que le dernier Pharaon, qui ne connaissait pas Joseph, constitue un parfait symbole de la direction de l’église qui s’est détournée de la voie de CHRIST, leur maître. {SR1: 106.8}

106

Témoignages volume 5 page 217. “L’église s’est détournée de la voie de CHRIST, son Maître et régresse résolument vers l’Égypte.” Ainsi, Israël le véritable, (les 144 000) devint esclave sous la férule égyptienne (les péchés du monde). “L’esclavage en Égypte représente l’esclavage du péché.” Review and Herald, Jan. 23 1930. ” Et la harpe et le luth, le tambourin et la flûte, et le vin abondent dans leurs festins ; et ils ne regardent pas l’œuvre de L’ÉTERNEL, et ils ne voient pas l’opération de ses mains. C’est pourquoi mon peuple est allé en captivité, parce qu’il n’a pas de connaissance ; et ses grands meurent de faim et sa multitude est asséchée de soif. » Esaïe 5 :12,13. {SR1: 107.1)

Israël symbole de cet avènement n’est pas une théorie nouvelle du présent enseignement. La confession entière en est convaincue car nous lisons dans Review and Herald du 10 octobre 1929, les déclarations suivantes : “Bien que l’exode ait été un très grand mouvement, le second avènement sera encore plus important. DIEU prendra un peuple non plus d’une seule nation mais de toutes les nations existantes sous les cieux et les conduira vers la Canaan céleste. Nous pensons que cet avènement, symbolisé par l’exode, était annoncé dans la prophétie en mots retentissants : ‘Le jour viendra où L’ÉTERNEL tendra Sa main à nouveau pour la deuxième fois afin de ramener ce qui reste de Son peuple.’ ‘Et il y aura une route pour le résidu de son peuple ; … selon ce qui est arrivé à Israël au jour qu’il est monté du pays d’Égypte.’ Esaïe 11:16. » {SR1: 107.2}

Le mot “type” signifie la même chose que le mot “photocopie”. La toute première photo fut appelée “ferrotype” ; Ainsi nous avons l’approbation de la confession sur le fait qu’Israël selon la chair est une photocopie d’Israël selon la promesse (les 144 000). De même qu’alors, afin d’avoir un peuple unique exclusivement dédié à son honneur et à sa gloire DIEU rappela Israël hors d’Égypte, DIEU recrute à présent son église parmi les hommes attachés aux biens de ce monde. Et ceux qui s’en échappent sont Israël, les 144 000. Ceci ne signifie pas un autre mouvement, mais signifie que DIEU s’adresse à l’humanité toute entière. {SR1: 107.3}

Citons Review and Herald, 1er mai 1930 : “Le mal

107

doit être séparé du mouvement. Il en fût ainsi lors du mouvement d’exode. Lorsque le péché était au sein du peuple, L’ÉTERNEL n’a pas renoncé à l’exode du peuple qu’il a sorti d’Égypte pour en amorcer un autre mouvement. Il ne fit pas sortir les croyants mais il enleva l’incrédulité du mouvement (par destruction causant ainsi leur mort). Il l’a purifié en écartant tout élément étranger au mouvement qu’Il conduisait selon sa promesse. D’une manière ou d’une autre, l’athéisme et le désordre étaient refoulés tandis que progressait le mouvement.” {SR1: 107.4}

Si le mouvement d’exode est une photocopie du vrai mouvement, la période de 430 ans en relation avec l’ancien Israël doit être comparée à la période actuelle. {SR1: 108.1}

Les 430 années de séjour et d’affliction

La période de 430 ans de séjour et d’affliction avec Abraham, Isaac et Israël, qui débute avec le départ d’Abraham de la région d’Ur, coïncide à notre ère, avec la période débutant à la Réforme par Luther jusqu’au marquage d’Israël selon la promesse (les 144 000). Citons Patriarches et Prophètes, page 760 (version anglaise) : “Le temps réel passé en Égypte aurait pu être environ 215 années” ; la Bible dit que le ‘séjour des enfants d’Israël fut de 430 ans ; Abraham, Isaac et Jacob, les ancêtres des israélites séjournèrent à Canaan. La période des 430 ans débute à la promesse faite à Abraham lorsqu’il lui fut ordonné de quitter Ur en Chaldée. Les 400 ans de Gen. 15 :13 commencent à une période ultérieure. Remarquez que la période de 400 ans n’est pas seulement une période de séjour, mais aussi d’affliction. Ceci, d’après les écritures, doit être relié à trente ans plus tard, au moment où Ismaël, ‘celui qui était né selon la chair, persécutait celui (Isaac) qui était né selon l’Esprit.’ Gal. 4 : 29. » {SR1: 108.2}

Paul dans Gal. 3 :15 -17 dit qu’entre le moment de l’accord passé avec Abraham jusqu’au moment où la loi a été donnée au Sinaï, 430 années s’écoulèrent. Ainsi, à partir de ces écritures, nous ne devons pas comprendre que les Israélites demeurèrent 400 ans en Égypte. Voir Ex. 12 : 40. D’après ceci, les 430 années débutèrent lorsqu’Abraham partit d’Ur et se terminèrent

108

au Mont Sinaï. En conséquence, nous devons considérer toute la période commençant avec Abraham, comme une période caractérisée par certaines conditions. Au début des 430 années, l’idolâtrie régnait partout : Abraham seul fût appelé. Telles étaient les conditions spirituelles qui marquèrent le début de la période prophétique de son symbole. De même le début de la période parallèle ou anti-symbole doit être marqué par une phase de faible spiritualité. Au temps de Martin Luther nous avons la reproduction exacte de l’expérience d’Abraham, car au temps de Luther, l’obscurantisme spirituel et l’idolâtrie régnaient partout. Abraham préfigure tout à fait Luther. {SR1: 108.3}

Abraham fut appelé par DIEU par le biais du verbe, Luther par le biais des écrits. Abraham est le père de la foi, tout comme Luther. La doctrine enseignée par Luther était la suivante : “Les justes vivront par la foi.” Si cela est exact, alors les 430 années de notre période ont débuté avec Luther. Environ 1500 ans après J. C., Luther découvrit à la bibliothèque de l’Université de Urfurt, une Bible en Latin et trouva, à son plus grand plaisir qu’elle contenait plus que les extraits d’usage habituels. Ainsi DIEU, par sa parole, sortit Luther de la papauté romaine. {SR1: 109.1}

Nous avons d’abord une période de 400 ans qui fut ensuite prolongée à 430 ans. Nous devons donc traiter en premier lieu une période de 30 ans. Il a été rapporté que les 30 années se terminèrent lorsqu’Ismaël persécuta Isaac. D’après ceci, vers les années 1530 après. J-C un évènement survint. Que se passa-t-il en 1530 ? La Confession d’Augsburg : Un document élaboré par Luther fut présenté par les Protestants lors de la “Diète d’Ausburg” à l’Empereur Charles V et la “Diète”, signée par les états protestants fut adoptée en tant que crédo et protestation contre le pape. Ceci coïncide avec la protestation de Sarah contre Agar et Ismaël lorsqu’ils partirent de la maison d’Abraham, et l’assurance de l’accord passé avec Isaac. De même que Sarah protesta contre Agar et Ismaël, les protestants protestèrent contre la suprématie papale. C’est exactement ce qui devait se passer en 1530 ap. J-C pour correspondre à la prophétie. {SR1: 109.2}

A cette époque, Isaac était persécuté par Ismaël, il (Isaac) avait

109

cinq ans, et au moment de la naissance de Jacob, Isaac en avait 60 ; nous ajoutons donc 55 ans à 1530 ce qui nous ramène à 1585 après J-C. L’explication de cette période sera donnée ultérieurement. De la naissance de Jacob jusqu’au moment où Israël partit pour l’Égypte, 130 années s’écoulèrent. Ajoutons ce chiffre à 1585, nous avons 1715 ap. J-C. L’explication de cette période sera également donnée plus tard. Du départ d’Israël pour l’Égypte jusqu’à la naissance de Moise, 135 ans s’écoulèrent. En ajoutant cela à 1715, nous arrivons à 1850 ap. J-C. La période est marquée par la naissance de Moïse, qui fût un espoir, un sauveur pour Israël. {SR1: 109.3}

Que s’est il passé en 1850 ? Le premier témoignage fut écrit à l’église et adressé à “Ceux qui reçoivent le sceau du DIEU Vivant.” Signé E.G. White. Ainsi, la naissance de Moise, l’espoir d’Israël selon la chair, coïncide avec la naissance du premier témoignage pour l’église, l’espoir d’Israël selon la promesse, les 144 000. Nous voyons donc une parfaite harmonie entre le type et l’antitype. Voir Origin and Progress of Seventh-day Adventists, page 749. {SR1: 110.1}

Moïse à l’âge de 40 ans, tenta de délivrer Israël et échoua. Ajoutons 40 ans à 1850, nous avons 1890 ap. J-C. Que s’est-il passé à cette époque ? La déclaration suivante fut faite par la Soeur White en 1892 : “Si le peuple de DIEU s’était mis au travail comme il aurait du le faire après la convention de Minneapolis en 1888, le monde aurait été prévenu en deux ans et L’ÉTERNEL serait venu”. Bulletin de la Conférence Générale 1892. (Cette référence nous a été fournie par un pasteur Adventiste du Septième Jour de Los Angeles, Californie). A peu près à la même époque, (1890) La Liberté Nationale Religieuse (National Religious Liberty) était organisée par la confession. Ainsi, la tentative et l’échec de Moïse à délivrer Israël du joug égyptien coïncide avec l’organisation de la liberté religieuse, et l’échec du peuple de DIEU à l’accomplissement de leur tâche. “The National Religious Liberty Association fut créée le 2 juillet 1889”. Origin and Progress of S.D.A., page 752. {SR1: 110.2}

Quarante ans plus tard, Moïse fut appelé et renvoyé en Égypte et réussit à délivrer Israël du joug égyptien. Ajoutons 40 à 1890 qui nous amène à 1930. Cette période devrait être marquée par une réforme et une purification de l’église, accomplissant ainsi Malachie 3 et

110

Ézéchiel 9. “Et il arrivera ce jour-là, que le SEIGNEUR mettra sa main encore une seconde fois pour acquérir le résidu de son peuple, qui sera laissé.” Es. 11 : 11. {SR1: 110.3}

Nous allons maintenant expliquer les deux périodes, 1585 et 1715. 1585 correspond à la naissance de Jacob, et 1715 correspond à l’arrivée d’Israël en Égypte. L’arrivée en Égypte avec soixante-dix âmes, symbolise la naissance des Adventistes du Septième Jour. Comme nous l’avons expliqué aux pages 43,44 ; mais l’Adventisme du Septième Jour ne naquit pas avant 1845. Pour trouver la vérité concernant ces deux périodes nous devons remonter à la naissance de Jacob, car c’est bien d’une naissance qu’il s’agit. Il y eut 130 ans depuis l’arrivée en Égypte jusqu’à la naissance de Jacob et 85 ans de la naissance de Jacob au départ d’Abraham d’Ur. Nous devons donc remonter et soustraire les premiers 85 ans (à partir du départ d’Ur jusqu’à la naissance de Jacob) de 1930, ce qui nous donne 1845. Nous obtenons ainsi l’année de naissance des Adventistes du Septième jour. Mademoiselle Ellen Harmon eut alors sa première vision concernant les 144 000 (Israël selon la promesse), et le premier document qui fut ainsi publié sur la vérité du Sabbat fut appelé “l’Espoir d’Israël.” Voir Origin and Progress of Seventh-day Adventists, page 749. {SR1: 111.1}

Soustrayons maintenant la période de 130 ans (de la naissance de Jacob à l’arrivée en Égypte) de 1845 et nous avons 1715 ap. J-C, l’année qui fut marquée par l’arrivée d’Israël en Égypte. 1715 devient ainsi la ligne de démarcation entre Canaan et l’Égypte, tout comme CHRIST devint la ligne de démarcation entre av. J-C et ap. J-C. Remarquez comme cela coïncide sur le tableau. Si ces coïncidences faisaient partie du plan divin le début et la fin de la prophétie tels qu’ils apparaissent sur le tableau suivant, seraient donc corrects. {SR1: 111.2}

111

shepherds-rod-volume-one-coincident_a

112

shepherds-rod-volume-one-coincident_b

C’est la raison pour laquelle nous avons 1500 ap. J-C comme point de départ de cette prophétie, et si ces coïncidences faisaient partie du plan divin, le début et la fin de la prophétie tels qu’ils apparaissent sur ce tableau seraient donc corrects. Voir le tableau sur la prophétie d’Ézéchiel page 78. {SR1: 113.1}

113

CINQUIÈME PARTIE

LA PROPHÉTIE D’ÉZÉCHIEL 4

(Ce qui apparaît pendant les 390 jours)

“Car moi, je t’ai octroyé les années de leur iniquité selon le nombre de jours : trois cent quatre vingt dix jours, et tu porteras l’iniquité de la maison d’Israël. Et quand tu auras accompli ceux-là, tu te coucheras une seconde fois sur ton côté droit, et tu porteras l’iniquité de la maison de Juda quarante jours : Je t’ai assigné un jour par année.” Ez. 4 : 5, 6 La prophétie du quatrième chapitre d’Ézéchiel trouve son accomplissement de nos jours. Cette prophétie ne peut en aucun cas se rapporter à l’Israël selon la chair, quoiqu’elle parle d’une période de 430 ans d’une manière semblable à celle de la prophétie faite à Abraham. “Et Il dit à Abraham : Sache certainement que ta semence sera étrangère dans un pays qui n’est pas le sien, et il (le pays étranger) l’asservira ; et l’affligera pendant quatre cents ans.” Gen. 15 : 13. Cependant, Ex. 12 : 40 dit : “Maintenant, le séjour des fils d’Israël qui avaient habité en Égypte, fût de quatre cent trente ans.” Ainsi la prophétie a été révélée à Abraham en deux parties, la première faisant 400 ans, et ensuite jusqu’à 430 ans. La prophétie d’Ézéchiel est de même constituée, en deux parties, cependant les deux parties ne comportent pas le même nombre d’années. Au lieu des 400 ans nous avons 390 ans, et au lieu de 30 ans, nous avons 40 ans, ce qui nous donne le même total dans les deux cas, soit 430 ans. Si cette prophétie comportait une référence à la prophétie faite à Abraham, alors on devrait trouver exactement le même nombre d’années dans chaque partie. Comme ce n’est pas le cas, la prophétie doit se référer à une autre période de l’histoire. {SR1: 114.1}

Reprenons : La prophétie concernant l’Israël selon la chair dit que le peuple devait séjourner dans l’affliction pendant 430 ans, tandis que la prophétie d’Ézéchiel dit, au verset 13, “ et L’ÉTERNEL dit : C’est ainsi que les fils d’Israël mangeront leur pain souillé parmi les Gentils où je les chasserai.” Ainsi, il apparaît clairement que cette prophétie parle d’une autre époque et d’une autre expérience que celle vécue par Israël en Égypte. La prophétie des 430 ans faite à Abraham se termina

114

quand les enfants d’Israël quittèrent l’Égypte, ce qui arriva, selon la chronologie biblique (version du Roi James), en l’an 1491 av. J.C. Selon cette même chronologie, la période des 430 ans des enfants d’Israël avait pris fin 896 ans avant même qu’Ézéchiel n’ait sa vision prophétique, et il place sa prophétie dans le futur car il emploie le futur : “Et ainsi, les fils d’Israël mangeront ainsi leur pain souillé.” Ainsi il est tout à fait impossible de conclure que ces deux prophéties puissent parler de la même période et de la même expérience d’Israël en Égypte. {SR1: 114.2}

Cette période (celle d’Ézéchiel) ne faisait pas référence à l’Israël selon la chair du temps d’Ézéchiel, car le SEIGNEUR dit (Ez. 4 : 5) : “Et moi, je t’ai octroyé les années de leur iniquité selon le nombre de jours, trois cent quatre vingt dix jours, et tu porteras l’iniquité de la maison d’Israël.” Dans ce verset, le SEIGNEUR dit que les 390 jours (ou années) rétribuent l’iniquité de la maison d’Israël, mais dans le verset suivant, la période des 40 ans fait référence à la maison de Juda. “Et quand tu auras accompli ceux-là, tu te coucheras une seconde fois sur ton côté droit, et tu porteras l’iniquité de la maison de Juda quarante jours.” Donc on fait référence à Israël et Juda. {SR1: 115.1}

Le royaume des douze tribus d’Israël a très tôt été divisé en deux parties, soit Israël et Juda. Mais à l’époque où Ézéchiel eut cette vision il n’y avait qu’une partie, car les dix tribus avaient été vaincues et déportées en l’an 721 av. J.C., 126 ans avant que cette prophétie ne fut faite, selon la même chronologie. Étant donné qu’elle concerne le futur, cette prophétie ne pouvait donc se référer à l’Israël selon la chair. Cette période de 430 ans n’a encore jamais été appliquée à une période ou à un peuple dans le passé. Elle n’a donc jamais été expliquée, tout comme nombre d’autres prophéties n’ont pas été comprises avant leur accomplissement. Quand viendra l’heure de son accomplissement, et seulement à ce moment-là, nous comprendrons cette prédiction. {SR1: 115.2}

Commençons par le quatrième verset et suivants (nous reviendrons sur les trois premiers et les deux derniers versets plus tard). Israël selon la chair fut un type d’Israël selon la promesse (144 000), ainsi que cela est expliqué dans les pages 38-66. Les expériences vécues par les enfants d’Israël en Égypte constituent une photocopie de

115

notre confession, et leur expérience est en voie d’être reproduite dans chaque détail avec ce peuple. Et s’il est question de 430 ans au sujet de l’Israël selon la chair, alors la même période de temps doit se rapporter au vrai peuple. La période de 430 ans (selon Abraham) n’avait pas seulement trait à l’ancienne Israël mais aussi à Abraham, Isaac et Jacob. La prophétie des 430 ans révélée à Abraham débuta par l’appel de quitter Ur et se termina au Mont Sinaï. Mais comme nous l’avons expliqué aux pages 75 76, ces 430 ans qui se terminèrent au Mont Sinaï furent un type. {SR1: 115.3}

Les 430 ans typiques prédits à Abraham commencèrent en réalité (à notre époque) par Martin Luther, ainsi qu’il est expliqué aux pages 63 65. Ainsi les deux prophéties, celle d’Abraham et celle d’Ézéchiel, se rapportent à la même période de notre temps. Celle faite à Abraham reste un type mais l’autre est une prophétie directe, les deux existants de façon parallèle à notre époque. Nous pouvons supposer que la période des 390 ans débuta aux environs de l’an 1500 de notre ère (quand Luther découvrit la bible) et se termina en l’an 1890, quand débuta la période de 40 ans qui se terminerait ainsi en 1930. Néanmoins, il nous est impossible de préciser le jour ou le mois ou même l’année, car (1) nous ne connaissons pas le jour exact de l’appel de Luther, et (2) la prophétie traite de l’année juive, ou peut être l’année hébreu, il y a donc une question de mois que nous ne pouvons préciser. Elle peut durer jusqu’en 1931 ou même plus tard, si les coïncidences expliquées dans le tableau de la page 66 ne furent pas divinement conçues pour démontrer ce fait. On peut poser la question : Pourquoi DIEU donnerait-il une double prophétie concernant les mêmes événements ? Parce que l’ancienne prophétie (le type) ne donne que les détails du début du message du troisième ange jusqu’à l’accomplissement d’Ézéchiel 9. La prophétie révélée par Ézéchiel donne l’information en détail du début de la réformation de Luther jusqu’à Ézéchiel 9 et le marquage des 144 000 et le déroulement du rouleau. (“Tout dans cette affaire n’est pas encore compris, et ne sera compris jusqu’au moment du déroulement du rouleau.” Témoignages volume 2, page 432.) {SR1: 116.1}

Ceci clarifie le fait qu’il y a une période de 430 ans allant de la réformation par Luther jusqu’à la purification de l’église, comme nous allons tenter d’en faire la démonstration en citant la prophétie d’Ézéchiel : “Et toi, couche-toi aussi sur ton côté gauche, et mets-y l’iniquité de la maison d’Israël : le nombre de jours que tu coucheras sur ce côté, tu porteras leur iniquité. Car moi, je t’ai octroyé les années de leur iniquité selon le nombre de jours, trois cent quatre vingt dix jours : et tu porteras l’iniquité

116

de la maison d’Israël. Et quand tu auras accompli ceux-là, tu te coucheras encore sur ton côté droit, et tu porteras l’iniquité de la maison de Juda quarante jours : je t’ai assigné un jour pour chaque année… Et toi, prends du froment, et de l’orge et des fèves, et des lentilles, et du millet, et de l’épeautre ; et tu les mettras dans un même vase, et tu t’en feras du pain selon le nombre de jours que tu te coucheras sur ton côté. Tu en mangeras trois cent quatre-vingt dix jours. Et ta nourriture que tu mangeras sera au poids, vingt sicles par jour : tu mangeras de temps en temps. Et l’eau tu la boiras aussi à la mesure, un sixième de hin ; tu la boiras de temps en temps.” Ez. 4 : 4 6, 9 11 {SR1: 116.2}

Ézéchiel reçut l’ordre de se coucher sur son côté gauche pendant 390 jours, temps pendant lequel il devait manger et boire. Après la fin de ces 390 jours il devait se tourner sur son côté droit et rester couché pendant 40 jours, temps durant lequel il ne devait pas manger. Selon la dernière partie d’Ez. 4 : 6, les 390 jours correspondent à 390 années littérales. Dans l’application que nous en avons donnée, les 390 années commencèrent avec Luther et finirent en 1890. Pendant cette période Ézéchiel devait manger et boire, couché sur son côté gauche. Que doit-il manger ?… Six variétés de nourriture, soit du froment, de l’orge, des fèves, des lentilles, du millet, et de l’épeautre. Nous ne devons pas penser que ces six variétés de nourriture physique servaient à entretenir la vie physique, il s’agit plutôt de symboles de nourriture spirituelle (doctrines) dont les six variétés entretiennent la vie spirituelle. S’il ne s’agissait pas de symboles de la vérité, le SEIGNEUR n’aurait pas demandé à Ézéchiel de se procurer un nombre précis de céréales, et ne lui aurait pas dit de les mettre dans un même vase pour en cuire un gâteau spécial qu’il devait manger à une heure précise, d’une manière particulière, avec une quantité d’eau définie. Ces six doctrines peuvent être comparées à six marches à monter (Réforme ; un effort pour amener l’église à son état de pureté). {SR1: 117.1}

117

Le froment, symbole de la foi

La première part de nourriture spirituelle ou de vérité que nous devions recevoir, représentée par le froment, fut la “foi”, telle qu’elle fut enseignée par Luther, car sa doctrine était que : “Les justes vivront par la foi.” Le froment, qui symbolisait la doctrine que nous avons reçue de Luther, doit être parfait en lui-même afin d’être un symbole parfait de cette doctrine. Notez la vérité du froment, il a depuis toujours été utilisé par toutes les générations, tout le monde l’utilise et il est difficile de s’en passer. De même, tous doivent avoir la doctrine de la “foi”. “Sans foi il est impossible de lui plaire,” dit la Bible. Non seulement les Chrétiens mais d’autres religions aussi doivent avoir la foi de même qu’elles ont besoin de froment. Même l’infidèle et l’athée doivent exercer la foi en tout objet de leur croyance. Nous voyons que la révélation a employé le bon symbole pour représenter la doctrine de la “foi.” {SR1: 118.1}

L’orge, symbole de l’esprit

La seconde part de nourriture ou de vérité que nous devions recevoir est représentée par l’orge. John Knox fut le prochain homme à accomplir le second pas en enseignant la doctrine représentée par l’orge, soit la vérité de “l’Esprit Saint”. L’orge n’est pas aussi répandue ou aussi communément utilisé que le froment. En fait, peu de personnes avait l’habitude de l’employer et ce, rarement. Beaucoup ne connaissent pas l’orge ; la même chose s’applique au “Saint Esprit”. Tandis que certains Chrétiens croient à la doctrine du Saint Esprit, d’autres n’y croient pas. Certains ne comprennent pas la vérité de l’Esprit, tout comme certains ne connaissent pas l’orge ; le symbole représentant la seconde doctrine est donc parfait, comme le premier. L’expérience de Gédéon avec le rêve du Madianite dans lequel le gâteau d’orge renversait la tente est une preuve supplémentaire de cette explication. Voir Juges. 7 :13, 14. {SR1: 118.2}

Les fèves, symbole de la grâce

Tout comme le froment, les fèves sont très répandues et utilisées par toutes personnes et toutes générations. John Wesley, le troisième homme

118

à entrer sur scène comme grand réformateur, accomplit le troisième pas vers l’élévation en enseignant la doctrine de la “Grâce”, représentée par les fèves. Tous croient à la grâce. A tel point que les hommes ont cessé de craindre DIEU et ont déclaré sa loi nulle. Il octroie trop de grâces et il est trop miséricordieux, disent-ils, et comme nous sommes bénéficiaires de la grâce, DIEU ne fera ni bien ni mal. Ainsi, de nos jours des Chrétiens ont perverti son vrai sens, comme ils aiment tous les fèves et ils ont perverti le vrai terme en les appelant “porc et fèves”. Quel symbole plus approprié aurait-on pu choisir afin de représenter la doctrine de la grâce que celui choisi par DIEU ? {SR1: 118.3}

Les lentilles, type de la doctrine du baptême par immersion

Les lentilles servent de représentation de la quatrième part de vérité. Nous portons au crédit d’Alexander Campbell le quatrième pas vers l’élévation grâce à l’enseignement de la doctrine du baptême par immersion, symbolisé par les lentilles. La variété (lentilles) représentant la quatrième doctrine (baptême par immersion) n’est pas aussi connue ou utilisée que l’orge : ainsi va-t-il de la vérité de l’immersion. Le baptême par immersion selon l’ancien mode n’est pas très pratiqué, tout comme les lentilles ne sont pas souvent utilisées. Une fois de plus, DIEU a choisi le bon symbole pour représenter cet élément de la vérité. {SR1: 119.1}

Le millet, symbole des 2300 jours

La cinquième part de vérité est représentée par le millet, et le cinquième réformateur fut William Miller. Il enseigna la prophétie de Daniel 8 : 14, soit la doctrine des 2300 jours. Peu de gens connaissent le millet, et ceux qui le connaissent disent qu’il ne vaut pas grande chose, qu’il s’agit juste d’une herbe sauvage, pratiquement sans valeur dans l’agriculture, et dont personne ne veut. En réalité il s’agit d’une bonne céréale. Ainsi va-t-il de la doctrine enseignée par Miller. Personne ne s’en sert et les Adventistes du Septième Jour sont pratiquement les seuls à l’enseigner. Ceux qui n’acceptent pas cette doctrine disent qu’elle ne vaut rien et ils accusent Miller d’être un faux prophète. En dépit du fait qu’il s’agisse d’une prophétie merveilleuse et qu’elle révèle une grande vérité, les gens ne veulent pas l’accepter. “Ce n’est bon à

119

rien, sans valeur spirituelle, et nous n’en avons pas besoin”, s’écrient-ils. Il y a lieu de se poser une nouvelle fois la question : Peut-on trouver meilleur symbole que le millet pour représenter la doctrine des 2300 jours ? {SR1: 119.3}

L’épeautre, symbole du sabbat ayant trait au sanctuaire

L’épeautre est la dernière céréale mentionnée dans la prophétie d’Ézéchiel, représentant la sixième vérité ou doctrine, qui est la vérité du Sabbat à la lumière donnée par la Sœur E.G. White ayant trait au Sanctuaire céleste. La définition que donne le Standard Dictionary américain de ‘’l’épeautre’’ est la suivante : “Une céréale intermédiaire entre le froment et l’orge… Ce fut la céréale principale de l’Égypte antique et vraisemblablement le seigle de l’époque de Moïse, mais aujourd’hui il est surtout cultivé en Suisse, dans le sud de l’Allemagne et au nord de l’Espagne.” {SR1: 120.1}

L’épeautre est une céréale antique, utilisée en Égypte au temps de Moïse, et ce fut le seigle de l’époque de Joseph. De même le Sabbat est une vérité ancienne qui connut son origine dans le jardin d’Éden, et qui fut consigné comme le dernier acte de la Création. Ce fut la vérité aux jours de Moïse, le premier homme de la Bible à avoir institué l’observation du Sabbat. L’épeautre est un peu mieux connu que le millet et il a une certaine valeur agricole, quoique celui-ci se limite à certaines régions du globe, tout comme le Sabbat est mieux connu que les 2300 jours. Quelqu’un pourrait-il oser prétendre que ce ne sont pas des symboles parfaits ou qu’il ne s’agit que d’une interprétation d’un individu, d’un accident, que c’est fortuit, cependant que les choses s’accordent si parfaitement ? Mais jusqu’ici nous n’avons expliqué qu’une seule phase. {SR1: 120.2}

Tous dans un seul vase

Le SEIGNEUR dit au prophète Ézéchiel, “Tu les mettras dans un même vase” (Ez. 4 : 9). A présent nous allons examiner s’il a vraiment mis toutes ces doctrines dans un même vase. Luther croyait à la doctrine qu’il enseignait, mais le grand ennemi a submergé l’église par sa tromperie. Non pas en présentant des arguments de vérité. Non, plutôt en suggérant aux gens que maintenant ils étaient en possession de toute la vérité et qu’ils avaient sûrement raison

120

, endurcissant ainsi davantage leurs cœurs contre la lumière. Bientôt d’autres vérités survinrent, mais Satan avait déjà inondé l’église de ses agents, et des préjugés furent soulevés contre la nouvelle lumière. Il en résulta que la majorité refusa la vérité. Quelques uns virent la lumière, mais comme c’est souvent le cas, ils furent expulsés de l’église. Par nécessité un nouveau mouvement ou une nouvelle confession vit le jour. C’est l’expérience que fit l’église à chaque nouvelle étape de la vérité, jusqu’à nos jours. {SR1: 120.3}

De la même manière, la vérité représentée par l’orge (Esprit) fut rejetée par ceux qui avaient accepté la doctrine symbolisée par le froment (foi). Knox croyait à toute la vérité qu’il avait reçue ainsi qu’à celle enseignée par Luther. Ainsi le froment et l’orge se trouvait dans un seul vase et conduisirent à la deuxième étape. {SR1: 121.1}

Ensuite nous avons la vérité symbolisée par les fèves (grâce) et présentée par Wesley, qui croyait également aux vérités présentées précédemment par Luther et Knox, représentées par le froment et l’orge. La troisième étape était franchie, et le froment, l’orge et les fèves se retrouvaient dans un même vase. La quatrième vérité fut représentée par des lentilles (baptême par immersion) et enseignée par Campbell, qui croyait aux doctrines de Luther, Knox et Wesley. Ainsi le froment, l’orge, les fèves et les lentilles arrivaient à la quatrième étape dans un même vase. La cinquième vérité (2300) fut représentée par le millet, et ce pas vers l’élévation fut fait par William Miller, qui croyait aux vérités représentées par le froment, l’orge, les fèves et les lentilles. Ainsi la cinquième étape fut franchie et les cinq variétés de la nourriture de vérité étaient contenues dans un même vase. {SR1: 121.2}

Nous arrivons ainsi à la dernière variété de céréales, ‘’l’épeautre’’ (Sabbat), en rapport avec le jugement. N’est-ce pas un fait que la confession des Adventistes du Septième Jour croit à toutes ces vérités : le froment (foi), l’orge (Esprit Saint), les fèves (grâce), les lentilles (immersion), le millet (2300 jours), l’épeautre (Sabbat, avec la vérité du sanctuaire) ? On notera que le SEIGNEUR dit : “Tu les mettras dans un même vase.” Il n’a pas dit dans deux, ou plus, mais dans un seul. Mis à part les Adventistes du Septième Jour, personne ne croit dans les 2300 jours (purification du Sanctuaire), et

121

c’est cette confession (vase) qui enseigne les six doctrines représentées par les six variétés de nourriture. Ainsi la prophétie est aujourd’hui accomplie, et nous sommes émerveillés par la difficulté à comprendre la grande sagesse de notre SEIGNEUR DIEU. {SR1: 121.3}

Gâteau d’orge

Le SEIGNEUR dit à Ézéchiel : “Et tu mangeras cela comme un gâteau d’orge.” Ez. 4 : 12. Pourquoi le froment, les fèves, les lentilles, le millet et l’épeautre devaient-ils être préparés comme un gâteau d’orge ? Pourquoi pas comme un gâteau de froment ou d’une des autres céréales ? C’est la vérité de l’Esprit Saint qui fut représentée par l’orge, comme nous l’avons expliquée à la page 69. C’est pour cette raison qu’Ézéchiel reçut l’instruction de préparer un gâteau d’orge, pour signifier que la vérité a été transmise par le pouvoir de l’Esprit Saint et non par l’entremise des hommes. {SR1: 122.1}

“Je mettrai sur toi des cordes”

Dans Ez. 4 : 8 nous lisons ceci : “Et voici, je mettrai sur toi des cordes, et tu ne te tourneras point de l’un de tes côtés sur l’autre, jusqu’à ce que tu aies accompli les jours de ton siège.” Le prophète devait se coucher sur son côté gauche pendant 390 jours. Pendant ce temps il devait manger les variétés de nourriture. Mais pourquoi sur le côté gauche ? Pourquoi pas sur le côté droit ? Parce que le symbole n’aurait pas été parfait s’il avait été couché sur son côté droit pour manger. L’estomac de l’homme a une forme semblable à un croissant, avec un goulot de sortie du côté droit. Si un homme est couché sur le côté gauche, ce goulot se trouve tourné vers le haut, contrant la force d’attraction terrestre, rendant ainsi l’expulsion de la nourriture plus difficile, la gardant à l’intérieur. Si le SEIGNEUR n’avait pas retenu Ézéchiel par des cordes, celui-ci se serait tourné sur son côté droit, ce qui aurait entaché le symbole. La signification de ceci est qu’en dépit du fait que le grand ennemi s’efforça d’expulser toute vérité par les préjugés et les insinuations, rejetant de l’église ceux qui enseignèrent ces nouvelles vérités, comme cela s’est passé à chaque fois dans les temps anciens, DIEU a néanmoins veillé à ce que chaque vérité resterait jusqu’à ce qu’Il les mette dans un vase, et ainsi est-il. {SR1: 122.2}

“Et l’eau, tu la boiras”

“Et l’eau, tu la boiras à la mesure, un sixième de

122

hin ; tu la boiras de temps en temps.” Ez. 4 : 11 L’eau que l’on boit donne la vie ; sans eau, l’existence serait impossible. CHRIST, s’adressant à la femme au puits, dit : “Mais celui qui boira de l’eau que je lui donnerai, aura en lui une fontaine d’eau jaillissant jusque dans la vie éternelle.” Jean. 4 : 14. CHRIST parla de “l’eau” comme d’un symbole de la vie éternelle. La signification du symbole de l’absorption d’eau avec le gâteau d’orge est que des âmes devaient être sauvées par chaque vérité nouvelle (l’Esprit de la vie). {SR1: 122.3}

La nourriture au poids l’eau à la mesure

Ez. 4 : 10, 11 : “Et la nourriture que tu mangeras sera au poids… Et l’eau tu la boiras à la mesure.” La “mesure” et le “poids” sont des symboles qui signifient que DIEU ne donnerait sa vérité que de manière mesurée, un peu à la fois. Comme dit la prophétie, “de temps en temps tu mangeras et tu boiras,” ainsi DIEU a-t-il donné la lumière au fur et à mesure afin que nous puissions la saisir. Elle nous est parvenue dans l’ordre exact de la Bible : la foi, l’Esprit, la grâce, le baptême, temps de la fin, et le Sabbat (Repos). {SR1: 123.1}

Abraham, le père des fidèles, est le symbole de la foi ; Isaac, le symbole de l’Esprit de vérité (car, dit la Bible, il fut né selon l’Esprit) ; Jacob, le symbole de la grâce (car, étant un pécheur, sans la grâce de DIEU il n’aurait pu vaincre). L’Exode est le symbole du baptême, car dans 1 Co. 10 : 2 nous lisons : “Et que tous ils ont été baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer.” La vie dans le désert est le symbole de la question du sanctuaire à la fin des 2300 jours ; ce fut dans le désert que le sanctuaire céleste fut décrit par le modèle terrestre. “La terre promise” est un symbole du repos du Sabbat. Ils auraient du se reposer dans la terre promise, à condition d’en avoir chassé les païens, mais à cause de leur fierté nationale et leur incrédulité, ils n’ont pas obtenu le repos promis. La désobéissance d’Israël dans la terre promise est le symbole de notre manque d’obéissance envers DIEU à l’époque. {SR1: 123.2}

Explication d’Ez. 4 : 12, 14, 15

Aussi merveilleuse que soit cette prophétie, il faut maintenant parler de sa partie la plus désolante.

123

Le passage des écritures que nous allons citer n’a peut-être encore jamais été lu en public ou reproduit sur un document, mais s’il n’était pas destiné à être étudié, lu en public ou publié, DIEU ne l’aurait pas mis dans la Bible. Cependant ce passage est là, sans doute pour servir un but, et nous devons l’examiner. La citation d’Ez. 4 : 12, 14, 15 dit ceci : “Et tu le cuiras sous leurs yeux avec des excréments sortis de l’homme… Et je dis, Ah SEIGNEUR Éternel ! Voici, mon âme ne s’est jamais rendue impure, et, depuis ma jeunesse jusqu’à maintenant, je n’ai mangé de ce qui est mort de soi-même ou qui a été déchiré, et aucune chair impure n’est entrée dans ma bouche. Et il me dit : Regarde je t’ai donné la fiente du bétail au lieu des excréments de l’homme et tu cuiras ton pain sur elle.” {SR1: 123.3}

Le prophète reçut instruction de n’utiliser ni bois ni charbon pour cuire le gâteau dessus, mais d’utiliser “des excréments sortis de l’homme.” Ézéchiel trouva cela tellement repoussant qu’il pria DIEU de l’en excuser. Le SEIGNEUR lui fit cette dérogation, non par obligation mais uniquement par égard pour Ézéchiel, lui disant de le cuire avec de “la fiente de bétail”. Le 13e verset explique ce symbole comme suit : “Et L’ÉTERNEL dit : Les fils d’Israël mangeront ainsi leur pain impur parmi les nations.” Le symbole est le suivant : Chaque portion de la vérité reçue à ce jour a été polluée, y compris la dernière (Sabbat), ceci en dépit de toutes les instructions que nous avons reçues, ligne par ligne, précepte par précepte. L’image raconte l’histoire ; les symboles ne mentent pas. Au lieu d’être offusqués parce que l’on nous parle de nos manquements, nous devrions simplement rendre grâce au SEIGNEUR qui dans sa Miséricorde a lancé un appel à la réforme pour que nous ne périssions pas dans nos péchés mais que nous ayons plutôt l’occasion de choisir qui nous allons servir. {SR1: 124.1}

Nous pouvons poser la question : Comment avons-nous pollué la vérité divine ? Nous allons citer une seule des nombreuses références. Témoignages vol.1, pages 471, 472 (version anglaise) : “Une grande erreur a été commise par certains qui professent la vérité actuelle, introduisant de la marchandise au cours d’une série de réunions… Des pasteurs se sont présentés sur la chaire pour prêcher un discours très solennel, et puis, par l’introduction de marchandises et en jouant le rôle de vendeurs, dans la maison de DIEU même… La

124

charge de la vente de nos publications ne doit pas revenir aux pasteurs qui travaillent au service de la parole et de la doctrine.” Témoignages vol. 3, page 303 : “J’ai vu notre Instructeur (CHRIST) montrant du doigt les habits des soi-disant justes. Les déshabillant, Il révéla l’impureté qu’ils cachaient. Puis Il me dit : “Peux-tu voir comment ils ont usé de prétention pour cacher leur impureté et le pourrissement de leur caractère ? “Comment la cité fidèle est-elle devenue une prostituée ?” La Maison de Mon Père est devenue une maison de commerce, un lieu que la présence et la gloire divine ont quitté ! Pour cette raison s’y trouve la faiblesse, et la puissance manque.” Ainsi nous avons la preuve que toute vérité reçue à ce jour a été polluée, y compris le Sabbat. {SR1: 124.2}

Les quarante jours et ce qu’ils révèlent

Jusqu’ici nous avons expliqué la signification des 390 jours, et maintenant nous allons nous tourner vers les 40 jours ou années. Après avoir accompli les 390 jours, Ézéchiel reçut l’ordre de se tourner sur son côté droit et d’y rester couché pendant 40 jours. Contrairement aux 390 jours précédents, il ne doit rien manger mais jeûner pour l’ensemble des 40 jours, et pendant cette période il doit rester couché sur son côté droit. Comme nous l’avons expliqué précédemment, si l’on doit se coucher sur son côté gauche, l’estomac ne peut se vider ; mais maintenant il doit se coucher sur son côté droit. Dans cette position son estomac aurait l’occasion de se vider. Naturellement, si son estomac se vidait sans qu’il puisse s’alimenter, il ressentirait la faim (symbole de faim spirituelle). {SR1: 125.1}

Le symbole se rapporte au déclin spirituel de l’église durant quarante ans, qui n’eut point de nouvelle nourriture spirituelle pour s’alimenter. Certains pourront dire : “Nous avons la Bible et les Témoignages et nous nous en nourrissons.” Il est vrai que nous les avions, mais ils nous ont été fermés car nous ne faisions pas un bon emploi de la vérité que nous avions, et c’est un fait que l’église n’a reçu aucune nouvelle lumière sur les écritures qui n’ait déjà été comprise depuis quarante ans. {SR1: 125.2}

La période des 40 ans débuta en 1890, selon le tableau à la page 66 au moment où les 390 ans se terminèrent. Cette période est pratiquement écoulée et maintenant nous avons besoin de nourriture, ou alors, nous mourrons, et dans

125

sa miséricorde DIEU s’est souvenu de son peuple et lui envoie une invitation à s’approcher pour un festin riche et nouveau. {SR1: 125.3}

Frères et sœurs, êtes-vous prêts à vous rapprocher pour le grand souper ? Ou chercherez-vous une excuse ? Direz-vous : “J’ai acheté un champ, et il faut absolument que je m’en aille et que je le voie ; je te prie, excuse-moi.” Ou répondrez-vous : “J’ai acheté cinq couples de bœufs, et je vais les essayer.” Ou aurez-vous “épousé une femme, et à cause de cela je ne puis aller ?” Rappelez-vous que « les pauvres, les estropiés, les boiteux et les aveugles dans les chemins et le long des haies” n’hésiteront pas ; la maison sera remplie. “Car je vous dis, qu’aucun de ces hommes qui ont été conviés ne goûtera de mon souper.” Voir Luc 14 :16 24. {SR1: 126.1}

Dans cette prophétie nous ne trouvons que six portions, et six pas seulement ont été faits. Luther, Knox, Wesley, Campbell, Miller et White. Le chiffre “six” n’est pas un nombre parfait. Il est donc évident qu’une autre portion doit suivre, qu’une autre marche doit être montée. “Sept” est le nombre parfait de la Bible. La question est posée : Pourquoi la septième part ne fut-elle incluse dans cette prophétie ? Parce que les six furent polluées ; salies par la préparation de l’homme, par ses pensées ; et des projets ont été ajoutés et exécutés qui sont comme de la “fiente” aux yeux de DIEU. Ce ne peut être le cas de la septième part, car elle est la dernière ; elle doit être pure. Cette dernière portion, pure et sans tâche, est représentée par l’ange d’Ap. 18 : 1 : “Et après ces choses, je vis un autre ange descendant du ciel, ayant un grand pouvoir ; et la terre fut illuminée de sa gloire.” C’est à ce moment que la prophétie d’Esaïe sera accomplie. Es. 52 : 1, 2 : “Réveille-toi, réveille-toi ; revêts-toi de ta force Sion, revêts-toi de tes vêtements de parure, Jérusalem ville sainte : Car l’incirconcis et l’impur n’entreront plus chez toi. Secoue de toi la poussière, lève-toi, mets-toi sur ton séant, Jérusalem. Délivre-toi des chaînes de ton cou, fille captive de Sion [l’église pure de DIEU].” {SR1: 126.2}

Remarquez la dernière partie du premier verset : “Car

126

l’incirconcis et l’impur n’entreront plus chez toi.” Pendant toute son histoire, il y a toujours eu des incirconcis, des impurs et des non convertis dans l’église, mais ici le prophète déclare qu’ils “n’entreront plus”. Remercions notre DIEU pour cette précieuse promesse, et pour la révélation de sa Parole. De même, Sophonie déclare : “Le reste d’Israël ne commettra pas d’iniquité et ne dira pas de mensonge ; on ne trouvera pas une langue qui profère la déception dans sa bouche : Car ils paîtront et se coucheront et nul ne leur inspirera la crainte.” Dans Prophètes et Rois, page 549, nous lisons : “Revêtue de l’armure de la justice du CHRIST, l’Église se prépare au conflit final, ‘Belle comme la lune, pure comme le soleil, mais terrible comme des troupes avec des bannières’, elle s’avance dans le monde, en vainqueur et pour vaincre.” {SR1: 126.3}

On pourrait expliquer que ceci nous conduit à l’ouverture du septième sceau selon Ap. 8 :1. L’église sur la septième marche, sous le septième sceau et dans la septième trompette. Nous reconnaissons là que nous nous trouvons aux frontières de l’éternité. Ces mots sortiront-ils des lèvres de l’un d’entre nous : “La moisson est terminée, l’été est fini, et nous ne sommes pas sauvés ?” Mais comment atteindre cette perfection ? Ce ne sera pas facile. A moins de faire un effort, nous n’atteindrons jamais la marque car l’ennemi ne laisse rien au hasard. Il a interféré tout au long et à chaque étape et dans chaque partie de la vérité et ses plans sont plus forts que jamais. Toutefois, la prophétie a déclaré que les 144 000 ne se sont pas prosternés devant Baal, “et aucune tromperie ne sortait de leur bouche : Car ils sont sans faute devant le trône de DIEU.” A l’heure actuelle, la confession emploie environ 10 000 missionnaires évangéliques, mais qu’en sera-t-il lorsque les 144 000, dénués de tromperie, de tâche ou de pli ou autre, remplis de l’Esprit de DIEU, embrasseront la terre ? Tel est le début de la septième étape. Il n’est pas étonnant que le prophète déclare, ‘’l’incirconcis et l’impur n’entreront plus en toi.” “Et je ferai d’elle une nation forte.” Mi. 4 : 7. {SR1: 127.1}

Bien que le début de la prophétie des 430 ans coïncide avec la Réforme par Luther et les autres, l’enseignement est pour le temps présent, et le

127

peuple de maintenant. Cette prophétie n’a auparavant jamais été comprise, et jusqu’à présent, personne n’en a tiré grand chose, mais quand le temps est venu, DIEU la révèle. Ainsi, a-t-Il conduit son peuple au fil du temps. Les versets non commentés jusqu’alors seront maintenant considérés. {SR1: 127.2}

Le siège

“Et toi, fils de l’homme, prends une brique et mets-la devant toi, et trace sur elle une ville, Jérusalem.” Ez. 4 : 1 En hébreu, la traduction dit “grave” dessus la ville, soit “Jérusalem,” (la ville : un symbole de l’appartenance à l’église). Il fut dit à Ézéchiel de graver la ville et de l’appeler Jérusalem, et elle devait être gravée sur une brique. Le papier ou la peau ne conviendraient pas, car ils ne sont pas aussi durables qu’une brique. Une fois gravé sur une brique, un mot ne peut être effacé. L’idée ici est que la prophétie s’accomplira sûrement, et une fois entrée dans l’histoire, on ne peut effacer les choses décrites ; elles sont consignées jusqu’à la fin des temps. (La brique mentionnée ici n’est pas un produit manufacturé. Il s’agit d’une brique laminaire naturelle, produit de formations en plaques que l’on trouve en abondance dans certaines carrières de ce pays. Cette pierre est très largement, voire exclusivement utilisée pour les toitures et les sols.) {SR1: 128.1}

Ez. 4 : 2 : “Et dresse le siège contre elle, et bâtis contre elle une forteresse, et élève contre elle des retranchements, et dresse un camp contre elle, et place contre elle des béliers tout autour.” “Dresse le siège contre elle” : C’est-à-dire, envahis la ville (l’église) avec une armée afin d’obtenir sa reddition ; efforce-toi de prendre possession de la ville -l’église. “Et bâtis contre elle une forteresse” : Une forteresse autour d’une ville la rendent sûre, ainsi “bâtis contre elle une forteresse” signifie s’assurer que personne ne s’en échappera. “Et élève contre elle des retranchements” : Dans la traduction grecque le terme “retranchements” est traduit par (proho’mata) ce qui signifie “remparts”, soit un remblai entourant une forteresse, faisant ainsi tous les efforts et prenant toutes les précautions possibles pour assurer la sécurité de la ville. “Dresse un camp contre elle” : C’est-à-dire, construis des logements temporaires. L’idée est qu’il faut rester là jusqu’à la conquête de la ville. “Et place contre elle des béliers tout autour” : Ou comme dans la marge, “chefs de file” : Désignant

128

un instrument pour battre ou frapper des coups. Le “bélier” est le mâle de la brebis qui est utilisé comme un symbole des hommes de DIEU, et ils doivent frapper contre la ville jusqu’à ce qu’elle tombe. L’instrument qu’ils emploient à cette fin est une vérité biblique claire, tranchante et convaincante. {SR1: 128.2}

La “ville” (Jérusalem) est l’église de DIEU, c’est-à-dire les Adventistes du Septième Jour (Israël). DIEU Lui-même a organisé cette église par l’intermédiaire d’un prophète, et il existe beaucoup de différences entre cette église et les églises du temps de la Réforme de Luther et depuis. Dans le passé, DIEU a permis qu’aux temps anciens, son peuple soit expulsé de l’église, les obligeant à recommencer un mouvement pour accomplir la prochaine étape, et ainsi de suite. Dans ce cas, DIEU devra traiter avec tout le corps. Ceux qui soupirent et gémissent à cause des abominations commises dans l’église seront marqués par l’homme portant l’écritoire. Ceux qui sont décidés à faire le mal, c’est-à-dire à agir contrairement aux règles transmises par l’Esprit de DIEU par les Témoignages pour l’église, seront détruits par les cinq hommes avec leurs instruments de mort à la main, selon Ézéchiel 9. Personne ne peut s’échapper car la ville est sous siège, fortifiée et protégée. C’est un fait qu’à chaque époque pendant laquelle DIEU a clairement démontré sa vérité et son dessein, si ce peuple les rejeta, il souffrit la vengeance du DIEU grand et tout-puissant. Prenez par exemple les gens d’avant le déluge, les villes de Sodome, d’Égypte, de Canaan, de Babylone et de l’ancienne Jérusalem. {SR1: 129.1}

Séparation de principe

“Et toi, prends une poêle de fer, et mets-la comme un mur de fer entre toi et la ville ; et dresse ta face contre elle, et elle sera assiégée, et tu l’assiégeras : ce sera un signe pour la maison d’Israël.” Ez. 4 : 3. “Et toi, prends une poêle de fer, et mets-la comme un mur de fer entre toi et la ville [l’église]” : Le symbole d’une séparation infranchissable entre les deux classes. Ceci ne veut pas dire qu’ils ne se voient pas ou ne se parlent pas, mais signifie une séparation de principe, selon une règle ou une directive. “Et dresse ta face contre elle” : Comme un général d’armée dresse sa face contre une autre nation avec l’intention de la conquérir. “Ce sera un signe pour la maison d’Israël” : Le signe

129

s’adresse à ceux qui sont marqués ou scellés, soit les 144 000, car ils forment Israël, le véritable. {SR1: 129.2}

Temps de famine spirituelle

“De plus il me dit : Fils de l’homme, voici, je brise son bâton de pain dans Jérusalem : Et ils mangeront le pain au poids et avec soin, et ils boiront l’eau à la mesure et avec stupeur, afin qu’ils puissent désirer le pain et l’eau ; et être stupéfaits les uns des autres, et se consumer pour leur iniquité.” Ez. 4 :16, 17. Le 13ème verset s’applique à la période des 390 ans ; Ez. 4:16, 17, jusqu’à la période des quarante ans. Le début du seizième verset indique qu’il y a une pause dans la prophétie, car nous lisons : “De plus il me dit”, c’est-à-dire en plus ou par ailleurs. “Je briserai le bâton du pain dans Jérusalem” (Je retrancherai, ou le réduirait). “Et ils mangeront le pain au poids et avec soin, et ils boiront l’eau à la mesure et avec stupeur” : c’est-à-dire frugalement, jusqu’à ce que leur réserve de pain soit épuisée et qu’ils aient faim. “Stupéfaits” (Stupeur) : c’est-à-dire, nous dirions que nous avons la vérité ou que nous sommes le peuple de DIEU, mais nous ne comprenons pas le pourquoi et le comment ; nous manquons de puissance, quelque chose ne va pas. {SR1: 130.1}

Le dix-septième verset est l’accomplissement de la prophétie renfermée dans Ez. 4 : 16. La version de Douay, que nous citons ici, offre une meilleure compréhension : “Quand le pain et l’eau manqueront, chacun se retournera contre son frère, et ils se consumeront dans leur iniquité.” Dans la traduction grecque ou bulgare, le début du verset est traduit de la même façon, sauf que le mot “peuple” remplace “frère”. En hébreu, la traduction dit : “De manière à ce qu’ils réclament du pain et de l’eau, et qu’ils soient dans la confusion l’un par rapport à l’autre, et se consument à cause de leur iniquité.” “Afin que quand le pain et l’eau viendront à manquer chacun tombera” (Douay) : c’est-à-dire que pendant la période des 40 ans ils épuiseront leurs réserves de pain et d’eau (spirituelle) et connaîtront vraiment la faim, découvrant ainsi leur erreur. Citons les Testimonies to Ministers, page 419 : “DIEU exige certaines choses de Son peuple ; s’ils disent, je ne permettrai pas

130

à mon cœur de faire cette chose, le SEIGNEUR leur permet de suivre leur prétendu sage jugement dépourvu de sagesse céleste, jusqu’à ce que ce passage de la Bible (Es. 28: 13) soit accompli. Vous ne devez pas dire, je suivrai le chemin de DIEU jusqu’à un certain point, tant qu’il s’accorde avec mon propre jugement, après je m’en tiendrai à mes propres idées, refusant de me modeler selon l’image du SEIGNEUR. Posons-nous la question : Est-ce cela la volonté du SEIGNEUR ? Et non pas : Est-ce bien l’opinion ou l’avis de ——-?” “Mais la Parole de L’ÉTERNEL leur a été commandement sur commandement, ligne sur ligne ; un peu ici un peu là ; afin qu’ils avancent, et qu’ils tombent en arrière et qu’ils soient brisés, et enlacés, et pris.” Es. 28 :13. {SR1: 130.2}

Testimonies to Ministers, page 105 107 : “Nous ne devons pas penser, comme le faisaient les Juifs, que nos idées et pensées sont infaillibles ; ni, comme les papistes, que certains individus sont les seuls dépositaires de la vérité et du savoir, que les hommes n’ont pas le droit de rechercher eux-mêmes dans les écritures mais qu’ils doivent accepter les explications données par les Pères de l’église… Ceux qui permettent aux préjugés de leur barrer l’esprit contre la perception de la vérité ne peuvent recevoir la lumière divine. Cependant, quand une interprétation de l’écriture est présentée, beaucoup ne se demandent pas : Est-ce la vérité, est-ce en harmonie avec la parole de DIEU ? Ils se demandent plutôt : Par qui est-elle présentée ? Et si l’interprétation ne provient pas du canal qu’ils préfèrent, ils ne l’accepteront pas. Ils sont tellement contents de leurs propres idées qu’ils n’examineront pas les preuves des écritures avec le désir d’apprendre, mais ils refusent de s’y intéresser, sur la seule base de leurs préjugés. {SR1: 131.1}

“Souvent le SEIGNEUR opère là où nous l’attendons le moins. Il nous surprend en révélant Son pouvoir par les moyens de Son choix, tandis qu’Il laisse de côté les hommes que nous avons pu considérer comme ceux par qui la lumière doit arriver. DIEU désire que nous acceptions la vérité sur la base de ses mérites propres, –parce que c’est la vérité… Mais attention à ne pas rejeter ce qui est la vérité. Le grand danger pour notre peuple a été d’être trop dépendant des hommes, faisant de la chair une arme. Ceux qui n’ont pas pris l’habitude de chercher eux-mêmes dans la Bible, ou d’évaluer eux-mêmes les preuves, mettent leur confiance dans les chefs de file, et acceptent leurs

131

décisions. Ainsi beaucoup vont rejeter les messages que DIEU Lui-même envoie à Son peuple, si ces frères dirigeants ne les acceptent pas. {SR1: 131.2}

“Personne ne devrait prétendre posséder toute la lumière destinée au peuple de DIEU. Le SEIGNEUR ne tolérera pas cette attitude. Il a dit : ‘J’ai mis devant toi une porte ouverte, et personne ne peut la fermer.’ Même si tous nos chefs de file devaient refuser la lumière et la vérité, la porte restera ouverte. Le SEIGNEUR suscitera des hommes qui donneront au peuple le message pour notre époque... Supposons qu’un frère défende une opinion qui diffère de la vôtre, et qu’il s’approche de vous, proposant de s’asseoir ensemble pour examiner ce point des écritures ; devriez-vous vous lever, rempli de préjugés pour condamner ses idées, refusant de l’écouter avec une oreille candide ? La seule chose correcte, ce serait de s’asseoir ensemble en tant que Chrétiens, et d’examiner l’opinion présentée à la lumière de la parole de DIEU, afin de révéler la vérité et de démasquer l’erreur. Le fait de ridiculiser ses idées n’affaiblirait en aucune manière ses positions, si elles étaient fausses, et ne renforcerait pas les vôtres si elles étaient justes. Si les piliers de notre foi ne supportent pas l’épreuve d’un examen, il est temps que nous le sachions. Nous ne devons pas cultiver un état d’esprit pharisien.” Quoique l’on puisse contester l’application directe des écritures citée ici, il est certain que personne ne puisse mettre en question l’enseignement dans cet ouvrage tout en prétendant être en harmonie avec le mouvement. {SR1: 132.1}

132

shepherds-rod-volume-one-ezekiel-grains

133

134

SIXIÈME PARTIE

SYNOPSIS D’ÉSAÏE, CHAPITRES 54 À 66 INCLUS

L’appel à la réforme exposé ici est le résultat direct de l’étude des treize chapitres du livre d’Esaïe, telle qu’elle est conçue par la confession des Adventistes du Septième Jour et présentée aux églises de l’organisation tout entière à travers le monde. Ces leçons furent enseignées dans le département de l’École du Sabbat pendant les mois de Janvier, Février et Mars 1929, commençant au chapitre 54 et se terminant au chapitre 66. Nous croyons que la main de DIEU nous a guidés et que ces enseignements spécifiques venaient à un moment choisi par un dessein divin, avec l’intention de réveiller son peuple à l’action, les sortant de la condition tiède des Laodicéens et de la faiblesse spirituelle. {SR1: 135.1}

Dans Témoignages Vol. 3, page 492 (version anglaise), nous lisons : “La Conférence Générale, qui est la plus haute autorité que DIEU a instaurée sur terre.” (“Conférence Générale”, telle que citée ici, n’est pas l’opinion d’un homme, mais une Conférence Générale des frères rassemblés de toutes parts, comme décrite dans Gospel Workers, page 489 : “Cependant, quand, dans une Conférence Générale, le jugement des frères appelés de toutes parts s’exerce, l’indépendance individuelle et le jugement privé ne doivent pas être maintenus avec entêtement mais doivent céder.”). C’est pour cette raison que DIEU a honoré la Conférence Générale, et a envoyé Son enseignement par ce canal, avec l’intention de provoquer une réforme dans toute la confession dans un seul trimestre d’études de l’École de Sabbat. {SR1: 135.2}

Ces treize chapitres d’Esaïe forment une seule missive continue adressée à l’église. En dépit du fait qu’ils aient fait partie de la Bible pendant des siècles, ces chapitres nous étaient destinés à notre époque et ils forment une épître à l’église d’aujourd’hui. Le 54ème chapitre forme le début de cette lettre, qui se termine avec le 66ème chapitre. Voici les raisons qui nous font croire cela. {SR1: 135.3}

Esaïe 54 Le début de la lettre “DIEU de réconfort

“Réjouis-toi, stérile, toi qui n’a point enfanté ; éclate en chants de triomphe et pousse des cris de joie,

135

toi qui n’as pas été en travail : car les fils de la délaissée sont plus nombreux que les fils de la femme mariée, dit L’ÉTERNEL.” Es. 54 : 1. Le chapitre 4 de la lettre aux Galates dit à propos de la femme mentionnée ici, “la stérile”, elle “qui n’a point enfanté”, que Sara est “délaissée”. L’autre, appelée la femme mariée, est Agar. Sara est délaissée parce qu’elle s’est retirée et qu’elle a fait don d’Agar à son époux. Ainsi, Agar est la femme mariée. Sara était stérile, sans enfant, tandis qu’Agar enfanta Ismaël. {SR1: 135.4}

“Car il est écrit : Réjouis-toi, stérile qui n’enfantes point ; éclate de joie et pousse des cris, toi qui n’es point en travail d’enfant. Car les enfants de la délaissée sont plus nombreux que les enfants de celle qui a un mari.” Gal. 4 : 27. Gal. 4 : 25 dit qu’Agar représente l’église de l’Ancien Testament ou Jérusalem en Palestine. “Car Agar est le mont Sinaï, en Arabie, et correspond à la Jérusalem de maintenant car elle est dans la servitude avec ses enfants.” “Mais Jérusalem d’en haut est libre et c’est notre mère à tous. Ainsi, frères, nous ne sommes pas enfants de la servante, mais de la femme libre.” Gal. 4 : 26, 31. Ainsi Sara (la femme libre) est le symbole de la Jérusalem d’en haut, ou de l’église du Nouveau Testament. {SR1: 136.1}

Ismaël représente les enfants de l’église de l’Ancien Testament, tandis qu’Isaac représente ceux de l’église (chrétienne) du Nouveau Testament. “Or vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de la promesse. Mais, comme alors, celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l’Esprit, il en est de même aussi maintenant.” Gal. 4 : 28, 29. Tout comme Abraham a rejeté la servante (Agar) et son fils (Ismaël), ainsi DIEU a rejeté l’église de l’Ancien Testament ou la Jérusalem terrestre. Gal. 4 : 30 : “Mais que dit l’écriture ? Chasse la servante et son fils : Car le fils de la servante n’héritera point avec le fils de la femme libre.” Les écritures sont trop claires à ce sujet pour qu’il y ait un doute. Sara est le symbole de l’église chrétienne, et Agar celui de l’église juive. {SR1: 136.2}

En se rapportant au chapitre 54 d’Esaïe, on remarquera que ce chapitre s’adresse à la femme stérile, sans enfant, délaissée Sara, qui est le symbole de l’église chrétienne. L’Esprit de Prophétie,

136

commentant ce chapitre, dit que la prophétie est destinée à l’église de l’évangile à cette époque. Dans Prophètes et Rois nous lisons aux pages 288 : “Examinant un peu plus à travers les âges, le prophète se rendit compte de l’accomplissement littéral de ces glorieuses promesses. Il vit les porteurs de bonnes nouvelles salvatrices allant jusqu’au bout de la terre, vers toutes les familles et tous les peuples. Il entendit le SEIGNEUR dire à propos de l’église de l’évangile : ‘Voyez, je lui accorderai une paix comme une rivière, et la gloire des Gentils tel un cours d’eau,’ et il entendit l’ordre : ‘Élargis l’emplacement de ta tente, et laissez-les tirer les rideaux de tes habitations : n’économise point, rallonge tes cordes et renforce tes piquets ; car tu déborderas sur la droite et sur la gauche, et tes enfants hériteront des Gentils.’ JÉHOVAH déclara au prophète qu’il enverrait ses témoins ‘parmi les nations, vers Tarsis, Pul, Lud, … et Tubal, et javan, vers les îles lointaines.’ Le prophète entendit la voix de DIEU qui appelait son église à son travail imparti, afin que la voie soit préparée pour l’avènement de Son royaume éternel.” {SR1: 136.3}

La prophétie ne pouvait concerner la première époque de l’église chrétienne, car dans Es. 54 : 17 nous lisons : “Aucun instrument formé contre toi ne prospérera, et toute langue qui se lèvera contre toi en jugement, tu la condamneras. C’est là l’héritage des serviteurs de L’ÉTERNEL, et leur justice est mienne, dit L’ÉTERNEL.” “Aucun instrument formé contre toi ne prospérera.” Si ce passage des écritures s’était référé à la première époque de l’église, ou à l’époque précédant le temps des ténèbres, alors DIEU aurait failli dans l’exécution de ses promesses. Notez que dès le début de l’église chrétienne les pierres, épées, croix, cordes, feux et beaucoup d’autres instruments cruels élaborés contre l’église abondèrent et continuèrent à se multiplier jusqu’au milieu du 18ème siècle. C’est pourquoi le prophète ne pouvait se référer à la première époque de l’église. La citation suivante témoignera de l’époque à laquelle ce passage s’applique : “Quiconque se rassemblera contre toi aura de l’insuccès à cause de toi… ‘Aucune arme fomentée contre toi ne prospérera, et toute langue qui s’élève contre toi en jugement sera condamnée par toi.’…

137

Revêtu de la cuirasse de vertu de CHRIST, l’église s’apprête à entrer dans son conflit final. ‘Belle comme la lune, claire comme le soleil, et aussi terrible qu’une armée avec des étendards.’… C’est l’heure la plus sombre de la lutte de l’église avec les puissances du mal qui précédera immédiatement le jour de sa délivrance finale. Mais aucun de ceux qui mettent leur confiance en DIEU ne devra avoir crainte ; car ‘quand le souffle des terribles ressemblera à une tempête frappant les murs’, DIEU sera pour Son église ‘un refuge dans la tempête’. » Prophètes et Rois, page 549. {SR1: 137.1}

Une fois de plus nous nous tournons vers les Premiers Écrits, pages 284 285 : “Lorsque les saints fuyaient les villes et les villages, ils étaient poursuivis par les méchants qui cherchaient à les faire mourir. Mais les épées dont ils allaient se servir se brisaient et n’avaient pas plus de pouvoir qu’un fétu de paille. Les anges de DIEU protégeaient les saints. Ils pleuraient jour et nuit pour obtenir la délivrance, et leurs cris parvinrent au SEIGNEUR.” Ainsi nous détenons la preuve que ce chapitre fut écrit pour le peuple de DIEU qui vivra aux temps de la fin. Il n’est pas dans l’intention de cet article d’expliquer tout le contenu du chapitre, mais plutôt de montrer à quelle époque il fut destiné, en y ajoutant quelques remarques instructives. Dans une autre étude nous nous pencherons peut être sur chacun de ces chapitres pour les discuter verset par verset. {SR1: 138.1}

Dans Es. 54 : 14, 15 nous trouvons un important encouragement pour le peuple de DIEU, qui devrait renforcer notre foi : “Tu seras établi en justice ; tu seras loin de l’oppression, car… ils s’assembleront certainement, mais ce ne sera pas par moi : Celui qui s’assemble contre toi tombera à cause de toi.” L’époque de l’accomplissement de ces versets est bien décrite dans Premiers Écrits, pages 282 283 : “J’ai vu les saints quitter les villes et les villages, se réunir par groupes et vivre dans les lieux les plus retirés. Les anges leur apportaient la nourriture et l’eau, alors que les méchants souffraient de la faim et de la soif. Puis je vis les dirigeants de ce monde qui se consultaient, et Satan et ses anges très affairés autour d’eux. Je vis un écrit dont on répandait des copies dans différentes parties de la terre, prescrivant que si les saints n’abandonnaient pas leurs idées particulières, ne renonçaient pas à l’observation du sabbat pour observer le premier jour de la semaine, il serait permis après un certain temps de les mettre à

138

mort… Mais les anges, sous la forme d’hommes de guerre, combattaient pour eux. Satan aurait voulu détruire les saints du Très-haut ; mais JÉSUS ordonna à ses anges de veiller sur eux… Puis je vis la foule des méchants irrités, et ensuite une multitude innombrable de mauvais anges poussant les méchants à faire mourir les saints. Mais avant de pouvoir s’approcher du peuple de DIEU, les méchants devaient d’abord traverser la phalange des anges saints et puissants, ce qui leur était impossible. Les anges de DIEU les obligeaient à reculer ; ils repoussaient les mauvais anges qui se pressaient autour d’eux.” {SR1: 138.2}

Es. 54 : 11, 12 contient une autre promesse merveilleuse et montre la pureté et la sainteté du peuple de DIEU : « affligés, battus de la tempête, et que nul ne console, voici, moi je garnirai tes pierres et je te donnerai des fondements de saphir. Et je ferai tes fenêtres d’agate, et tes portes d’escarboucles, et toute ton enceinte de pierres précieuses.» Ce passage ne peut guère faire référence à la Nouvelle Jérusalem, la ville sainte, car il n’est fait aucune mention de fenêtres dans les murailles, et d’ailleurs cela n’était pas nécessaire, seules les douze portes sont mentionnées. De plus, les portes sont faites d’une seule grande perle, et non pas d’escarboucles. (“Et les douze portes étaient douze perles. Chacune des portes était une seule perle.” Ap. 21:21.) Les versets que nous considérons ici se réfèrent à une maison spirituelle dont le temple de Salomon fut le symbole. L’apôtre Paul mentionne cette maison spirituelle dans Eph. 2 : 20 22 : “Et vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et prophètes, JÉSUS-CHRIST étant lui même la pierre angulaire ; sur laquelle tout l’édifice, bien ajusté, s’élève pour être un temple saint dans le SEIGNEUR ; sur laquelle, vous aussi, vous êtes édifiés, pour être une habitation de DIEU par l’Esprit.” {SR1: 139.1}

Notez que cette maison spirituelle possède des fondations, des fenêtres, des portes et des barrières (enclos). Les fondations sont les apôtres, JÉSUS-CHRIST lui-même étant la pierre angulaire. Voir Eph. 2 : 20. Les fenêtres de la maison laissent entrer la lumière. C’est une référence aux prophètes qui voient les événements à l’avance et éclairent le sujet, tel qu’il est dit dans 1Sam. 9 : 9 : « Autrefois en Israël, quand un homme

139

allait consulter DIEU, on disait ainsi : Venez et allons chez le voyant. Car celui qu’on appelle aujourd’hui le prophète s’appelait autrefois voyant. » Les “portes” d’une maison servent à laisser entrer ceux qui ont l’autorisation tout en maintenant à l’extérieur tous les autres. Ceci ne peut être autre chose qu’une référence au gardien posté sur les murailles de Sion (le ministère). L’enceinte (ou l’enclos) signifient les membres de l’église, les “pierres vivantes”. 1Pi. 2 : 5 : “Vous-mêmes aussi, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un sanctuaire, pour offrir des sacrifices spirituels agréables à DIEU par JÉSUS-CHRIST.” {SR1: 139.2}

Notez le genre et la qualité des matériaux employés dans cette maison spirituelle. Ce sont les matériaux les plus précieux connus de l’homme : “Je garnirai tes pierres de couleurs magnifiques.” (Es. 54:11). Des fondations de saphirs, des fenêtres d’agate, des portes d’escarboucle, et un enclos de pierres précieuses. Pensez à JÉSUS comme à la précieuse pierre angulaire ; aux apôtres qui se sacrifièrent comme aux merveilleuses fondations ; aux prophètes (dont beaucoup furent les victimes de cruautés, certains étant sciés en deux entre deux troncs d’arbre) comme aux fenêtres qui donnent la lumière à cette magnifique maison; et à ceux dans l’église qui souffrirent et furent cruellement torturés pendant les époques sombres de l’histoire comme à l’enclos qui rend cette glorieuse maison spirituelle encore plus belle. {SR1: 140.1}

Que chacun se pose la question : Suis-je digne de faire partie de cet édifice spirituel aux pierres de couleurs magnifiques ? Suis-je prêt à mettre ma confiance en DIEU et à souffrir pour lui, peu importe ce qu’Il autorisera pour mon propre bien ? Ou voudrais-je avoir la terre entière, et le ciel aussi ? Pouvons-nous servir à la fois DIEU et Mammon ? Pouvons-nous ignorer de quelque manière que ce soit, les instructions reçues de la part de l’Esprit de DIEU, et nous attendre à faire partie de ceux qui préfèrent mourir, plutôt que de désobéir au plus petit de ses commandements ? Quelle pensée accablante. L’église peut-elle supplanter les instructions divines par les sages projets des hommes ?

DIEU appelle au retour -la parole qui transforme Esaïe 55

“Hé ! Que tous ceux qui ont soif, viennent aux eaux, et vous qui n’avez pas d’argent, venez, achetez et mangez ; oui, venez, achetez du vin et

140

du lait sans argent et sans prix. Pourquoi dépensez-vous l’argent pour ce qui n’est pas du pain, et travaillez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi attentivement, et vous mangerez ce qui est bon, et votre âme se délectera de choses succulentes.” Es. 55 : 1 2. Le terme “Hé” signifie “quiconque” ou “tous ceux qui veulent écouter”. Ce n’était pas le cas à l’époque de l’Ancien Testament, car les Juifs pensaient alors que la Bible étaient destinée uniquement aux descendants d’Abraham. {SR1: 140.2}

“Venez aux eaux tous ceux qui n’ont pas d’argent.” L’eau est la chose la plus essentielle pour maintenir l’organisme en vie, qu’il soit humain, animal ou végétal. C’est l’élément le plus abondant et sans lui la vie est impossible. Dans ce verset, l’eau est utilisée pour représenter la vie spirituelle, dans l’enclos de l’éternité. En parlant à la femme près du puis, JÉSUS dit : “Quiconque boit de cette eau que je lui donnerai n’aura jamais soif, mais cette eau que je lui donnerai sera en lui une fontaine d’eau jaillissante jusque dans la vie éternelle.” Jean. 4 :14. {SR1: 141.1}

L’eau est composée de deux éléments, l’oxygène et l’hydrogène. Sans hydrogène il n’y a pas de vie, et sans oxygène la vie cesserait en moins de quinze minutes. L’eau ne se vend pas ; elle est gratuite. Le prix que nous payons pour l’eau dans les villes ne sert pas à payer l’eau mais le service d’approvisionnement quotidien. Dans les écritures aussi, l’eau n’est pas en vente, elle est gratuite. On ne peut donner un prix à la vie éternelle. Si elle était en vente, personne ne pourrait se la payer, ainsi le symbole utilisé est parfait. Il serait impossible de trouver un autre substitut parmi les autres choses terrestres pour représenter la vie spirituelle. {SR1: 141.2}

Le vin

“Venez, achetez sans argent et sans prix du vin et du lait.” Tandis que l’eau est gratuite, le vin et le lait sont vendus, mais aucun prix n’est fixé, et il n’y a pas de transaction d’argent. Quelque chose doit changer de main pour que la transaction puisse se faire. Qu’est-ce que cela peut être ? La réponse est donnée dans le septième verset, comme suit : “Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme inique ses pensées, et qu’il retourne vers L’ÉTERNEL qui aura pitié de lui, notre DIEU qui ne se lasse pas de pardonner.” Nous

141

devons abandonner nos façons de faire et nos idées personnelles, et adopter en échange les pensées et les façons d’agir de DIEU. Es. 55 : 8 : “Car mes pensées ne sont pas vos pensées, ni vos voies les miennes dit L’ÉTERNEL.” Seulement après que cette transaction ait été accomplie est-il possible de plaire à DIEU, de le servir et de le comprendre, ou encore d’entrer au ciel. Quand cette transaction est terminée, les pensées, conduites, désirs, actions et l’être humain tout entier sont changés. Comment fait-on pour acquérir les pensées de DIEU ? Il n’y a qu’une seule manière de procéder. Les pensées et façons d’agir de DIEU sont consignées dans sa Parole (la Bible). Celui qui suit toutes les instructions données par l’Esprit Saint se trouve dans une atmosphère céleste, et il marche avec DIEU comme le fit Hénoc dans l’antiquité. {SR1: 141.3}

Que représentent le vin et le lait ? Parlons d’abord du vin. Tandis que l’eau est riche en oxygène, le vin est riche en fer. En l’absence de fer dans l’organisme, l’eau serait de peu de valeur, car le fer est responsable du transport de l’oxygène à travers l’anatomie humaine. Dès que l’oxygène apparaît dans les poumons, le fer se charge de le convoyer dans tout le système. Ainsi, quoique représente le vin, sans lui, l’eau (la vie) serait de peu de conséquence, ce qui est vrai pour l’eau sans le vin (en tant que symbole) serait inutile par lui-même. Le vin représente le sang de CHRIST. C’est pourquoi le vin est utilisé en rapport avec la Cène, en tant que symbole du sang versé par CHRIST. Si nous avons besoin de vie éternelle (l’eau), nous avons aussi besoin du sang de CHRIST (le vin) car l’un serait sans valeur en l’absence de l’autre. Là aussi nous voyons qu’aucune autre substance ou élément terrestre ne pourrait servir à représenter le sang du CHRIST. {SR1: 142.1}

Le lait

Le symbole suivant mentionné est le lait, et lui aussi doit être parfait en lui même afin de faire ressortir la vérité induite par l’Esprit de DIEU. Le corps humain est constitué de seize éléments différents. Si l’un de ces éléments venait à s’épuiser sans que la vie cesse immédiatement (suivant l’élément déficient), des troubles se déclencheraient dans le corps humain. Si le lait

142

contenait tous les éléments nécessaires au corps humain, la signification du symbole indiquerait que les deux premiers symboles, ou doctrines ne sont pas d’une grande importance. Étant donné que le lait ne contient pas tous les éléments nécessaires, cela signifie que la doctrine que symbolise le lait seul n’est pas suffisante. (L’élément fer est absent du lait. Bien que l’on y trouve une trace de fer, elle est tellement infinitésimale que l’on peut la définir de la façon suivante : “La quantité de fer trouvée dans dix gallons de lait pourrait tenir au coin de l’œil.”) Ce que l’on ne trouve pas dans le lait, est fourni par le vin. En conséquence, les trois doctrines enseignées ici ne peuvent être dissociées les unes des autres. {SR1: 142.2}

Quelle doctrine le lait nous enseigne-t-il ? Le symbole est facile à comprendre. Le lait représente la parole de DIEU telle qu’on la trouve dans la Bible. 1 Pierre 2 :2 : “Désirez ardemment, comme les nouveau-nés, le pur lait de la parole, afin que vous croissiez par lui”. La parole de DIEU est parfaite et elle fournira toutes les doctrines (éléments) nécessaires au cœur humain pour nous rendre parfaits, mais sans l’effusion du sang du CHRIST, il ne nous serait pas du tout profitable. De même que ni la parole, ni le sang ne nous seraient d’une grande aide s’il n’y avait de vie dans le Fils de DIEU. Ainsi, l’eau, le vin et le lait sont combinés. Ils ne peuvent être dissociés l’un de l’autre et continuer à maintenir la vie éternelle. Ne sont-ils pas de parfaits symboles ? {SR1: 143.1}

Supposons que vous ajoutiez un élément au lait, ne serait-ce pas un élément étranger ? Et s’il s’agissait d’un élément étranger au lait, serait-il étranger au corps humain ? Si tel est le cas, nous devons conclure qu’il serait néfaste au corps humain. “Mais” dites-vous “supposons que j’y ajoute du fer, alors, ce ne serait pas du poison.” En y ajoutant un autre élément, la composition du lait serait déséquilibrée et ce ne serait plus du lait. Il est impossible à la sagesse humaine d’améliorer le travail de DIEU. De même qu’il nous est impossible de négliger une parole divine et de maintenir la vie spirituelle, il ne nous est pas possible non plus d’en rajouter, fut-elle bonne à nos yeux. Cela changerait la Parole et ce ne serait plus la parole divine, tout comme le lait ne serait plus le lait. La parole de DIEU doit être conservée pure et inaltérée

143

dans le cœur humain, si nous devons vivre par elle. “Cette robe, tissée sur les métiers du ciel, n’a pas un seul fil de conception humaine.” Les paraboles de JÉSUS, page 271. {SR1: 143.2}

(D’aucuns peuvent dire, si la composition du lait n’est pas équilibrée, comment un nouveau-né peut-il croître avec du lait seulement et être en parfaite santé ? DIEU qui a créé le lait, savait ce dont le nouveau-né aurait besoin pour sa croissance et ce que le lait pourrait lui apporter. Ainsi a-t-Il prévu avant la naissance du nouveau-né. Entre l’estomac et l’intestin grêle, se trouve un “renflement”, placé là afin de fournir le fer. L’accès à l’intestin grêle, aussi bien qu’à l’estomac sont trop exigus pour que ce “renflement” y passe. Ainsi, il reste obligatoirement en place. Chaque fois que la nourriture passe, elle absorbe une partie du fer qui est ainsi apporté à l’organisme du nouveau-né afin qu’il ne souffre d’aucune carence. Ce renflement décroît au fur et à mesure de la croissance de l’enfant. Il en est de même pour les animaux). En vérité notre DIEU est infaillible et qui peut comprendre sa sagesse ? {SR1: 144.1}

Pourquoi dépenser de l’argent pour autre chose que du pain ?

“Pourquoi dépensez-vous de l’argent pour ce qui n’est pas du pain ? Et travaillez-vous pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi attentivement et mangez ce qui est bon et que votre âme se délecte en embonpoint.” Esaïe 55 : 2 Lorsque nous dépensons notre argent pour de la nourriture ne contenant pas tous les éléments nécessaires ou dont la composition est mal équilibrée, donc non conforme à la conception du Créateur, nous le dépensons pour ce qui n’est pas “du pain.” {SR1: 144.2}

Lorsque nous achetons des aliments, nous devons les choisir avec beaucoup de circonspection et nous assurer qu’ils ne sont ni frelatés, ni altérés par des processus industriels. De tels aliments ne contiennent pas les éléments nécessaires au maintien de la santé physique. Ce serait donc un gaspillage d’argent que d’acheter de tels aliments. Mais le plus grand mal résultant de l’utilisation de ces aliments de basse qualité, ne vise pas seulement le porte-monnaie de celui qui les achète, mais aussi sa santé, en réduisant ses forces physiques. Le maintien de la santé du corps humain dépend de la nourriture que nous lui apportons. {SR1: 144.3}

144

Bénédiction aux Juifs et aux Gentils -Sentinelles aveugles

Esaïe 56

Au début de ce chapitre, DIEU demande à son peuple : “Observez ce qui est droit et pratiquez la justice.” La raison invoquée est que son salut est proche et sa justice tout près d’être révélée. L’idée est que le rouleau de parchemin est sur le point de se dérouler et que l’ordre actuel des choses doit changer. Si les sentinelles à qui DIEU s’adresse ne commencent pas un nettoyage général, DIEU devra trouver des sentinelles qui élèveront leurs voix comme une trompette et montreront à son “peuple ses transgressions et à la maison de Jacob ses péchés.” {SR1: 145.1}

Dans ce chapitre DIEU appelle son peuple, quel qu’il soit, sans distinction de classe, de race, de nation, à une stricte observation du Sabbat. Ainsi obtiendront-ils la promesse de son alliance et leurs offrandes et sacrifices seront acceptés sur son autel. Une lourde sentence est prononcée, à l’encontre de ses sentinelles ayant failli à leur devoir de dénonciation des péchés de l’église, et il s’ensuit que son peuple est dévoré par l’ennemi. “Ses sentinelles sont toutes aveugles, elles sont dénuées de connaissance, ce sont des chiens muets qui ne peuvent aboyer.” Es. 56 :10. L’expression “chiens muets” n’est pas destinée à les humilier mais est utilisée ici comme un symbole. De tous les animaux, le chien est le meilleur ami de l’homme, et c’est l’affaire du chien de protéger son maître et de le prévenir du danger par ses aboiements. Mais si le chien est muet et n’aboie pas, il est non seulement inutile pour son maître mais dangereux car on ne peut plus compter sur lui. Ainsi le “chien” est le parfait symbole de la sentinelle veillant sur le peuple de DIEU. {SR1: 145.2}

Un bon et fidèle pasteur est le meilleur ami de l’homme s’il l’averti des dangers du péché, mais si ce pasteur ne tire pas la sonnette d’alarme, il devient un “chien muet.” Non seulement inutile, mais dangereux car les brebis sont dévorées par l’ennemi. Les sentinelles ne sont pas seulement accusées de manquer à leur devoir en ce qui concerne les péchés existants au sein de l’église, mais ils sont aussi gourmands. “Venez, disent-ils, et buvons notre soûl de boissons fortes.” Es. 56 :12. Ce sont ces mêmes sentinelles ou serviteurs dont il est question dans Mat. 24 : 48 50, qui sont gloutons, dédaigneux de la réforme

145

sanitaire et qui ne voient pas le danger. Lire, “Isaiah the Gospel Prophet’, page 25, premier paragraphe. Les sentinelles auxquelles fait allusion le prophète ne sont pas celles de Babylone (les églises populaires), mais “ses sentinelles” dans sa véritable église. Selon Testimonies to Ministers, page 445, Ézéchiel 9 est l’apposition du sceau des 144000. A propos de la prophétie d’Ézéchiel, nous lisons dans Témoignages Volume 2, page 73 : “Les anciens, ceux à qui DIEU a donné beaucoup de lumière, et qui ont été les gardiens des intérêts spirituels du peuple, ont trahi sa confiance. Ils affirmaient que nous ne devons pas chercher des miracles et des manifestations tangibles de la puissance divine comme dans les temps anciens. Les temps ont changé. Ces mots renforcent leur incrédulité, et ils disent, L’ÉTERNEL ne fera ni le bien, ni le mal. Il est trop miséricordieux pour venir faire justice auprès de son peuple. Ainsi paix et sûreté est le cri des hommes qui, jamais plus n’élèveront leur voix comme une trompette pour montrer au peuple de DIEU ses transgressions et à la maison de Jacob, ses péchés. Ces chiens muets qui n’aboient plus sont ceux sur lesquels fondra la juste vengeance d’un DIEU offensé. Les hommes, les vierges, et les petits enfants, tous périront ensemble.” {SR1: 145.3}

Les justes et les méchants au jour de la difficulté Esaïe 57

Le chapitre 57 en entier traite de l’idolâtrie au sein de l’église de DIEU. Le peuple de DIEU était appelé hors de Babylone. La raison pour laquelle nous sommes appelés à en sortir c’est que nous devons nous débarrasser des coutumes de Babylone. Ce chapitre révèle la vérité. Bien que nous en soyons sortis, nous avons introduit dans la maison de DIEU les coutumes et l’idolâtrie. Le mal dont il est question dans ce chapitre c’est la tradition de noël, et les cadeaux de noël que nous nous faisons les uns aux autres. Le 9ème verset dit qu’en faisant cela, nous avons honoré le roi (le diable) et nous nous sommes “abaissés” jusqu’à l’enfer même. C’est sûrement vrai. En tant que peuple nous dépensons l’argent de L’ÉTERNEL en disant au public que noël n’est pas la naissance de CHRIST, et d’un autre côté, nous faisons ce que fait le monde. Par ces méthodes nous sommes impliqués dans la plus grande forme d’hypocrisie. {SR1: 146.1}

Esaïe 57 : 4, 5 et 6 parle des pratiques malfaisantes de l’ancien Israël et

146

elles sont décrites dans ce chapitre pour établir une comparaison avec le peuple actuel, et ce que nous pouvons en dire, c’est que nous réitérons leurs actions passées et ne sommes pas meilleurs. Citons Témoignages vol.1 page 34 : “Je vis que beaucoup de ceux qui prétendent croire en la vérité de ces jours derniers, s’étonnent que les enfants d’Israël aient murmuré durant leur voyage ; qu’après les actions merveilleuses que DIEU leur avaient dispensées, ils aient été si ingrats au point d’oublier ce qu’Il avait fait pour eux. Dit l’ange, ‘vous avez agi encore plus mal qu’eux’. » Expliquer le chapitre entier nécessiterait que l’on traite verset après verset, ce qui serait trop long et ne peut être réalisé en ce moment. {SR1: 146.2}

Jeune véritable -Le sabbat restauré Esaïe 58

Esaïe 58 :1 -“Crie à plein gosier et ne te retiens pas. Élève ta voix comme une trompette et déclare à mon peuple ses transgressions et à la maison de Jacob ses péchés.” DIEU demande à ses sentinelles de crier à plein gosier et de ne rien laisser inachevé, d’élever leur voix comme une trompette et de ne pas avoir peur de la portée du son, de montrer les transgressions et les péchés de son peuple, par un grand nettoyage général, “car son salut est sur le point d’arriver et sa justice d’être révélée.” Dans Testimonies to Ministers, page 427, nous lisons : “Nettoie le camp de cette corruption morale, si cela touche ceux qui occupent les plus hautes positions. On ne prend pas DIEU à la légère.” {SR1: 147.1}

Le deuxième verset décrit le peuple à qui il souhaite s’adresser. La première partie du troisième verset traite des plaintes que son peuple formule. “Nous avons jeûné et nous avons affligé nos âmes mais nos prières ne sont pas entendues.” Leur cri est le suivant : Il n’entend rien qui vienne d’eux. La dernière partie du verset révèle où est la difficulté : “Voici, le jour de vôtre jeûne vous vous livrez à vos penchants, et vous accomplissez tous vos travaux.” Ce jeûne n’est pas un jeûne concernant la nourriture, car lorsque quelqu’un jeûne, il est autorisé à trouver du plaisir et à accomplir tout son travail. En fait il faut s’acquitter de ses tâches quotidiennes comme d’habitude, afin de ne montrer aucune apparence extérieure du jeûne. Notre Sauveur demande que ce devoir soit exécuté en toute sincérité et non dans l’hypocrisie, pour la gloire de DIEU et non pour attirer l’attention ou pour être vu par les hommes.

147

JÉSUS dit : “De plus, quand vous jeûnez, ne prenez pas, comme les hypocrites, une attitude triste. Car ils défigurent leur visage, en sorte qu’il paraisse aux hommes qu’ils jeûnent. En vérité, je vous dis, ils ont leur récompense. Mais toi, quand tu jeûnes, oins ta tête et lave ton visage ; en sorte qu’il ne paraisse pas aux hommes que tu jeûnes mais à ton Père qui est dans le secret, et ton Père qui voit dans le secret te récompensera ouvertement.” Mat. 6 :16 -18. {SR1: 147.2}

Retournant à Esaïe 58, verset 13, il nous est dit de quelle sorte de jeûne il s’agit. “Si tu te gardes de détourner ton pied du Sabbat, de faire ton plaisir en mon saint jour, et si tu appelles le Sabbat délice, le saint jour de L’ÉTERNEL, honorable ; si tu l’honores en ne suivant pas tes propres voies, en ne te livrant pas à tes penchants et à de vains discours.” Ainsi le jeûne mentionné ici n’est pas un jeûne de nourriture, mais un jeûne de plaisir, de travail, et de nos propres voies et pensées, et le fait que nous devons honorer DIEU et garder son saint Sabbat. L’accusation est que nous accomplissons tout notre travail le jour du Sabbat. En tant que peuple, nous avons oublié la signification véritable de l’observation du Sabbat. Nous en sommes venus à supposer que n’importe quoi plus ou moins lié à la religion est acceptable le saint jour de DIEU. Il est dit : C’est le travail de L’ÉTERNEL. Mais DIEU n’a jamais dit dans ses écritures que son peuple a toute liberté de faire toutes sortes de travaux (ayant trait à la religion) le jour du Sabbat. Le travail qui peut être fait un jour autre que le jour du Sabbat n’est pas un travail pour le jour du Sabbat. “Durant six jours tu travailleras et exécuteras toutes tes tâches : Mais le septième jour est le Sabbat de L’ÉTERNEL ton DIEU. Ce jour-là tu n’accompliras aucun travail.” {SR1: 148.1}

Notons la façon dont le commandement est rédigé : « aucun travail. » DIEU ne veut pas dire que nous pouvons faire notre travail durant les six jours et faire le sien le jour du Sabbat. Il dit que c’est un jour de repos : Non physique, mais repos spirituel. Par exemple, il serait erroné pour quelqu’un de vendre de bons livres religieux le jour du Sabbat, même si toutes les recettes sont versées à l’église. Il serait erroné qu’un chirurgien accomplisse des interventions chirurgicales sur des patients le jour du Sabbat lorsqu’elles peuvent être faites à un autre moment. Il serait erroné qu’un infirmier donne des soins à des patients le jour du Sabbat si cela n’est pas absolument nécessaire. Lire Témoignages vol. 3, page 145, 146.

148

Il serait erroné qu’un conseil d’église se réunisse le Sabbat et discute des affaires de l’église ou fasse des plans de quelque sorte que ce soit. Il serait erroné qu’un observateur du Sabbat, se charge d’annonces évangéliques pour une série de réunions et les distribue de maison en maison le jour du Sabbat. Toutes ces sortes de travaux pourraient être faites un autre jour que le Jour du Sabbat. {SR1: 148.2}

Lorsque nous faisons ce genre de travail le jour du Sabbat, nous le faisons afin d’épargner une heure ou deux de notre temps du jour suivant, ainsi nous dérobons à DIEU son temps et l’ajoutons à notre plaisir séculier. S’il est erroné de vendre de bons livres religieux le jour du Sabbat, même si les recettes sont versées à l’église, il serait doublement erroné de vendre ce même livre dans la maison de DIEU le jour du Sabbat, sans se préoccuper de ce qu’il advient des revenus ; si tout cela est vrai, alors il serait erroné de sortir avec des documents de collecte missionnaire et d’encaisser des offrandes pour des missions le jour du Sabbat. Il est temps que DIEU attire notre attention sur ces choses. {SR1: 149.1}

Citons Patriarches et Prophètes, pages 287 : “En conséquence, vous observerez le Sabbat qui doit être pour vous une chose sainte… Quiconque effectuera un travail ce jour-là verra son âme retranchée de parmi son peuple.” Les instructions concernant l’édification immédiate d’un tabernacle pour le service de DIEU, venaient d’être données ; et alors, puisque l’objectif visé était la gloire de DIEU, et aussi parce qu’ils avaient urgemment besoin d’un lieu de culte, le peuple aurait pu conclure, que, travailler à sa construction le jour du Sabbat était justifié. Pour leur éviter cette erreur, l’avertissement fut donné. Ni le caractère sacré, ni l’urgence de cette œuvre spéciale pour DIEU ne doit les inciter à enfreindre son saint jour de repos.” {SR1: 149.2}

Le reste du chapitre 58, nous enseigne que nous devons prendre soin de nos pauvres et de nos malades au lieu de les envoyer à la ferme du comté ou à l’hôpital si nous voulons nous réjouir au sein de L’ÉTERNEL. Il y a beaucoup d’enseignements à tirer des services de l’ancien Israël. DIEU leur donna le Sabbat du septième jour comme jour de repos pour le glorifier et le remercier. Bien que la cérémonie sacrificielle fût un service religieux sacré, nécessitant beaucoup de travail, ils n’étaient pas autorisés à la pratiquer le 7ème jour du Sabbat.

149

Pour cette raison DIEU leur donna les sabbats mensuels durant lesquels ils devaient exécuter ce travail sacré. Si DIEU ne permit pas que n’importe quel service religieux soit accompli le 7ème jour du Sabbat en ce temps-là, le permettrait-Il maintenant ? “Moi, L’ÉTERNEL je ne change point.” Lire Lev. 23. {SR1: 149.3}

Un Rédempteur promis au peuple pénitent Esaïe 59

Esaïe 59 : 2 8, nous dit combien nos péchés sont terribles et graves au regard de DIEU. Ce premier verset contient la promesse merveilleuse : “Voici, la main de L’ÉTERNEL n’est pas devenue trop courte pour sauver ; ni son oreille trop dure pour entendre.” Si nous nous repentons de nos péchés et nous tournons vers lui par le jeûne et la prière, il sera miséricordieux envers nous et entendra nos prières. Bien que nos péchés soient indiciblement grands, Esaïe 59 : 9 13, sont d’un bon rapport. Certains parmi le peuple sont conscients et se repentent de leurs péchés. Esaïe 59 :16 19 est une prophétie trop triste pour en parler. Elle s’applique à ceux sur qui pesait la responsabilité de mener à bien la réforme en présentant les enseignements à l’église sous leur véritable éclairage, nommant chaque péché par son nom au lieu de l’attribuer aux autres peuples et aux autres temps, et ce faisant, détournant les instructions destinées à l’église. Les exhortations des écritures ont été négligées et ignorées, et ce que DIEU attendait de son peuple durant les trois premiers mois de 1929, n’a pas été accompli simplement parce que ceux qui occupaient les postes à responsabilité ont failli à leur devoir. {SR1: 150.1}

Esaïe 59 : 16, première partie : “Et il vit qu’il n’y avait personne et il s’étonna qu’il n’y eut pas d’intercesseur.” DIEU “fut étonné”. Moïse et Aaron “se tinrent entre les morts et les vivants” Nombres 16 : 48. DIEU se servit d’Elie au Mont Carmel. 1Rois 18. Dans la crise mise ici en exergue, DIEU ne trouve aucun homme (Ézéchiel 22 : 30), aussi, Lui-même s’interpose-t-il. {SR1: 150.2}

Esaïe 59 :16 18 : «Alors, son bras lui amena le salut ; et sa justice le soutint ; car il revêtit la justice comme une cuirasse et comme un casque de salut sur sa tête. Et comme vêtements, il revêtit les habits de vengeance, et se revêtit de zèle comme manteau. D’après leurs actions, il rétribuera, fureur à

150

ses adversaires, récompense à ses ennemis ; aux îles il rendra récompense.” DIEU se revêt de ses propres attributs et avance pour mettre les choses à leur juste place. Y aurait-il eu un homme, DIEU aurait laissé l’homme faire le travail, mais comme il n’y en avait pas, il le fait lui-même. Ceci nous révèle l’un des principes de l’œuvre divine. Il utilisera un homme ou une nation afin d’aider à corriger ou à punir un autre. Lorsque cela ne peut se faire, DIEU intervient. Alors que DIEU vient à certains avec la vengeance, il vient à d’autres avec le salut. Esaïe 59 : 20 : “Et le Rédempteur viendra à Sion.” Il n’est pas fait ici référence à la seconde venue de CHRIST dans les nuages, puisque cela se passe avant la fin de la période de mise à l’épreuve. Il n’intervient pas avec vengeance dans le monde des impies mais au sein de l’église. Et à son arrivée Il exécutera le travail dont il est question dans Mal. 3 : 1 3. {SR1: 150.3}

Esaïe 59 : 19 : “Ainsi, de l’ouest, ils craindront le nom de L’ÉTERNEL, et du lever du soleil, sa gloire.” DIEU fera de cette venue un exemple pour les nations, exactement comme il le fit avec Sodome et Gomorrhe. Esaïe 59 : 19, dernière partie : “Quand l’ennemi envahira comme les flots, l’Esprit de L’ÉTERNEL s’élèvera comme un étendard contre lui.” Jean, dans Ap.12 : 15 fait référence à cet incident. “Et le serpent lança l’eau de sa bouche comme des flots à l’assaut de la femme, afin qu’elle soit emportée par les flots.” La femme dont il est question ici, est l’église de DIEU (Adventiste du Septième jour) « qui garde les commandements de DIEU, et a le témoignage de JÉSUS-CHRIST.” “Les flots” ne constituent pas la loi du dimanche, ou une quelconque persécution du passé. La loi du dimanche (loi bleue) a un contexte différent, et elle est décrite dans Ap. 13, comme un pouvoir de persécution renforçant la marque de la bête. {SR1: 151.1}

“Les flots” sont identiques à “l’eau”, ce qui représente le peuple non converti (dans l’église) qu’utilise Satan pour entraîner l’église au loin, de manière à ce que personne ne s’aperçoive de la grande tromperie. De cette façon, quand cela est possible, il tente de tromper les élus (144 000) si cela était possible. Ceci étant impossible, CHRIST Lui-même s’interpose et délivre son peuple (ceux qui se lamentent et gémissent pour toutes les abominations au sein de l’église) et il fait alors un exemple des autres.

151

Ap. 12 : 16 : “Et la terre vint en aide à la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit les flots que le dragon avait lancés de sa bouche.” Cela signifie qu’ils meurent, enterrés, comme dans Nombres 16 : 32, “Et la terre ouvrit sa bouche et les engloutit, eux et leur maisons et tous les hommes qui étaient à Coré, et tous leurs biens.” Ainsi, “L’Esprit de L’ÉTERNEL lèvera un étendard contre lui.” Esaïe 59 :19, dernière partie. Ceci sera l’accomplissement de Mat 13 : 29, 30 : “Laissez l’ivraie et le blé pousser ensemble jusqu’à la moisson.” La séparation marquera le début de la moisson, qui est le grand cri du message du troisième ange. Ap. 18 : 1. L’Esprit de DIEU est déversé sur son peuple (ceux qui échappent à la ruine), et la promesse est qu’il ne les quittera jamais. Esaïe 59 : 21 : “Quand à moi, c’est ici mon alliance avec eux dit L’ÉTERNEL ; mon esprit qui est sur toi et mes paroles que j’ai mises dans ta bouche, ne se retireront pas de ta bouche, ni de la bouche de ta semence, ni de la bouche la semence de ta semence, dit L’ÉTERNEL, dès maintenant et à toujours.” Lire « Isaiah the Gospel Prophet » Volume 3, pages 43 49. {SR1: 152.1}

Dès la fin de la séparation, lorsque Satan a échoué dans son projet trompeur, l’église se retrouve en grand conflit avec l’ennemi. Ap. 12 : 17 : “Et le dragon fut irrité contre la femme et s’en alla faire la guerre contre le résidu de sa semence (ceux qui restent), qui gardent les commandements de DIEU et qui ont le témoignage de JÉSUSCHRIST.” (La guerre contre la femme est la loi du dimanche.) {SR1: 152.2}

Le triomphe final des Justes Esaïe 60

Ce chapitre commence par les mots : “Lève-toi et resplendis, car ta lumière est venue et la gloire de L’ÉTERNEL s’est levée sur toi.” La pluie de l’arrière saison, l’Esprit de DIEU, et la gloire de sa puissance. Le chapitre traite du ramassage au temps de la moisson. Une grande multitude, composée de toutes les nations, et de toutes les classes du peuple, riches et pauvres ensemble, de tous les chemins de la vie. Rois et souverains parmi eux, et aussi la richesse des gentils viendront vers l’église. La nation et

152

le royaume qui ne les (l’église) serviront pas périront. La multitude rassemblée ici est ceux qui ont des palmes à la main. Ap. 7 : 9. {SR1: 152.3}

Esaïe 60 : 19, 20, traite de la pureté de l’église de DIEU et de son soin pour son peuple. Esaïe 60 : 21, dit : “Ton peuple aussi sera tous justes.” Les impurs et les non convertis ne seront pas admis dans l’église. “Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de ta force Sion ; revêts-toi de tes vêtements de parure, Jérusalem ville sainte : Car dorénavant, l’incirconcis et l’impur n’entreront plus chez toi.” Esaïe 52 :1. “Le résidu d’Israël ne pratiquera pas l’iniquité, et ne dira pas de mensonge, et une langue trompeuse ne se trouvera pas dans leur bouche : Car ils paîtront et se coucheront et il n’y aura personne qui les effraye.” Soph. 3 :13. Le verset 22 d’Esaïe 60 mentionne leur succès à gagner des âmes à CHRIST. {SR1: 153.1}

Bâtisseurs des ruines anciennes

Esaïe 61

Le premier verset et une partie du second s’appliquent à CHRIST lui-même au début de son ministère. L’Esprit de Prophétie, dit que cela se répètera avec le peuple de DIEU. Ceci trouverait son accomplissement au temps de la moisson, avec les 144 000 (ceux qui échappent à la ruine d’Esaïe 59 et 63), par les efforts desquels est constituée la grande multitude d’Ap. 7 : 9. {SR1: 153.2}

Esaïe 61 : 2 : “Pour proclamer l’année favorable de L’ÉTERNEL et le jour de la vengeance de notre DIEU.” L’année favorable ne peut pas être un temps prophétique car cela signifierait 365 années. Cela doit être une année littéral de douze mois. Il y a une bonne raison pour croire que ce doit être l’année durant laquelle vinrent les enseignements, et où la vérité qu’elle contenait fut révélée. Si cela n’avait pas été une année prophétique, l’appel n’aurait pas été lancé car DIEU tient un compte précis du temps. DIEU donna à Ninive quarante jours pour se repentir. Maintenant, DIEU donne à son peuple un an pour faire le bien, autrement il les vomira de sa bouche et ceci s’applique à ceux sur qui reposent les responsabilités. « Et à l’ange de l’église des Laodicéens écris ;… Je connais tes

153

œuvres, que tu n’es ni froid, ni bouillant : je voudrais que tu fusses ou froid ou bouillant. Ainsi, parce que tu es tiède et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche.» Ap. 3 : 14 16. « L’appel pour cette œuvre grandiose et solennelle fut lancé aux érudits et aux responsables ; si à leurs propres yeux, ils s’étaient sentis petits et avaient mis toute leur confiance en DIEU, il les auraient honorés en leur confiant le port de son étendard en triomphe vers la victoire. Mais ils se séparèrent de DIEU, cédèrent à ‘influence du monde et le SEIGNEUR les rejeta.» Témoignages volume 5, page 82. {SR1: 153.3}

Le jour de la vengeance dans Esaïe 61 : 2 suit l’année. Le jour peut être prophétique, ce qui dans ce cas, signifierait littéralement une année. Ainsi dans chacun des cas, cela signifierait une année. Cette année de vengeance n’est pas les dernières sept plaies, ni la destruction des méchants lors de la seconde venue de CHRIST. Elle se situe avant la fin de la mise à l’épreuve car, dans Esaïe 61 : 4, nous lisons : “Et ils bâtiront les anciennes ruines, ils relèveront les désolations anciennes et ils renouvelleront les villes ruinées, les lieux désolés de beaucoup de générations.” La signification de ce verset est la restauration de la vérité de DIEU qui a été foulée au pied pendant beaucoup de générations. Les 144 000 -le véritable Israël de DIEU sont des bâtisseurs. Ainsi, nous voyons qu’après le jour de vengeance, la vérité de DIEU sera restaurée et révélée au peuple. En conséquence, cela doit être avant la fin de la mise à l’épreuve. Le reste de ce chapitre confirme la même idée. {SR1: 154.1}

Le “jour de vengeance” est le même que celui d’Ézéchiel 9 ; Esaïe 63 ; et Esaïe 61 ; comme expliqué précédemment. Esaïe 61 : 6 (à propos des 144 000), dit que ce sont des prêtres comme cela est expliqué aux pages 25, 26. {SR1: 154.2}

Le Peuple Saint -Les rachetés de DIEU Esaïe 62

Dans Témoignages Vol. 3, page 65, “d’Isaiah the Gospel Prophet’, nous lisons : « Je ne prendrai point de repos.” DIEU parle. Il a déterminé que la justice de son peuple doit devenir une évidence et il ne prendra point de repos jusqu’à ce que cela soit accompli. Les mots indiquent non seulement la détermination, mais aussi le fait qu’il y a eu du retard et que maintenant la crise est venue

154

et le désir de DIEU de voir le travail terminé est terriblement fervent. DIEU souhaite montrer son peuple au monde. Il tient à démontrer ce qui peut être fait dans la chair de l’homme ; et il ne prendra nul repos jusqu’à ce que son peuple reflète pleinement son image. Lorsque cela sera accompli, la terre resplendira de la gloire de DIEU. Ap. 18 : 1.» {SR1: 154.3}

Esaïe 62 : 2 : “Un nom nouveau.” Révélateur de la nouvelle expérience par laquelle ils sont passés, celle de la séparation, du criblage, comme cela a été expliqué. DIEU lui-même donne, de sa propre bouche un nom qui ne peut être contrefait. Le moment où ce nom est attribué se trouve à la fin de la période de 430 ans comme cela est expliqué sur le tableau de la page 66. Ainsi, l’église est réorganisée sous un nouveau nom. L’ancien nom, souillé, ne pouvant plus être retenu. Personne ne peut plus être appelé par l’ancien nom car, ceux qui n’étaient pas dignes de porter le nouveau nom ont péri d’après le symbole des cinq hommes munis des instruments de destruction d’Ézéchiel 9. Le nom ne représente plus qu’une imprécation. Dans Esaïe 65 :15, nous lisons : “Et vous laisserez votre nom comme une imprécation à mes élus : Car L’ÉTERNEL DIEU te mettra à mort et appellera ses serviteurs d’un autre nom.” L’ancien ordre des choses ayant changé. Les sentinelles qui étaient infidèles ont péri. {SR1: 155.1}

« J’ai mis des sentinelles sur tes murs, Jérusalem, qui ne se tairont ni jour ni nuit : Vous, qui faites allusion à L’ÉTERNEL, ne gardez pas le silence.” Esaïe 62 : 6. (Celles-là sont les sentinelles du nouveau nom.) Esaïe 62 : 8 et 9, révèle le soin et la protection de DIEU envers son église. Le verset 10 renferme le commandement de DIEU à son peuple : “Passez, passez par les portes ; préparez le chemin du peuple ; élevez, élevez la chaussée ; ôtez les pierres ; élevez un étendard pour le peuple.” Dans le 11ème verset, DIEU dit qu’Il s’est fait entendre du peuple qui vivra jusqu’à la fin du monde : “Voici, L’ÉTERNEL a proclamé jusqu’à la fin du monde : Dites à la fille de Sion : Voici ton salut est arrivé et sa récompense est avec lui, et son œuvre devant lui.” {SR1: 155.2}

155

Affligé pour le bien de Son peuple Esaïe 63

Esaïe 63 : 1 3 : “Qui est celui-ci, qui vient d’Édom, de Botsra, avec des habits teints, celui-ci qui est magnifique dans ses vêtements, qui marche dans la grandeur de sa force ? C’est moi, qui parle en justice, puissant pour sauver. Pourquoi y -a-t-il du rouge à tes vêtements, et tes habits sont-ils comme celui qui foule dans la cuve ? J’ai été seul à fouler le pressoir, et d’entre les peuples, pas un homme n’a été avec moi : Car je les foulerai dans ma colère, et je les écraserai dans ma fureur ; et leur sang rejaillira sur mes habits, et je souillerai mes vêtements.” {SR1: 156.1}

La dernière partie du précédent chapitre parle du “peuple saint, les rachetés de L’ÉTERNEL”. La première partie de ce chapitre concerne ceux qui ont rejeté L’ÉTERNEL (ceux qui doivent laisser le nom comme imprécation). Pour eux le jour de la vengeance est venu. L’image n’est pas agréable à regarder mais elle est vraie. C’est le “travail étrange” de DIEU. Édom est un autre nom pour Ésaü. Voir Gen. 25 : 30. Ésaü vit son nom changé parce qu’il avait vendu son droit d’aînesse pour un bol de potage. Les groupes ici sont appelés Édom parce qu’ils ont vendu leur droit d’aînesse pour une satisfaction égoïste de leur convoitise, le dieu gourmandise (négligence de la réforme sanitaire) comme expliqué à la page 36. “Botsra” est le nom d’une ville. Le nom signifie “troupeau”, symbole de l’église. {SR1: 156.2}

Esaïe 63 : 4 : “Car le jour de vengeance est dans mon cœur, et l’année de mes rachetés est venue.” Remarquez, “le jour de vengeance” L’ÉTERNEL dit qu’il est dans son “cœur”, mais “l’année de ses rachetés est venue.” Remarquez que le verbe venir est au présent, de même que dans Ap. 14 : 7, “Disant à haute voix craignez DIEU et donnez lui gloire ; car l’heure de son jugement est venue. Nous, en tant que peuple, soutenons que le verbe venir est écrit au présent parce que le jugement dans les cieux a eu lieu (à la fin des 2300 jours de la prophétie de Daniel) en 1844, mais n’a pas été compris jusqu’à ce que la période prophétique ait été terminée, ainsi donc, DIEU n’avait pas l’intention de révéler le jugement

156

jusqu’à ce que l’heure soit venue. Pour cette raison l’Inspiration décrit le fait au temps présent “est venue,” afin que cela soit grammaticalement correct. Donc, William Miller situa de manière erronée l’évènement à la fin des 2300 jours ; soit la vérité du sanctuaire, JÉSUS pénétrant dans le Saint des Saints et le début du jugement. {SR1: 156.3}

Si l’écriture précédente est vraie, alors celle d’Esaïe 63 : 4 est tout aussi fiable qu’une autre. Ce chapitre, ou l’incident qui y est relaté, n’a jamais été compris ; en conséquence, DIEU doit avoir préservé cette prophétie pour un temps donné. Maintenant, la prophétie est comprise, et, étant au présent, nous devons croire, alors que « l’année de ses rachetés est venue.» Si quelqu’un met en doute cette interprétation, il veut dire que DIEU a fait une erreur en employant le verbe au temps présent. Cela peut être dit, sinon en mots, du moins en action. {SR1: 157.1}

Ses rachetés

Que veut dire “ses rachetés” ? “Car le jour de vengeance est dans mon cœur, et l’année de mes rachetés est venue.” Esaïe 63 : 4. Il est fait référence ici à Ex.15 :13 qui est le cantique que Moïse et les enfants d’Israël chantèrent après avoir été délivrés d’Égypte, et de la Mer Rouge. “Tu as conduit, par ta bonté, ce peuple que tu as racheté, tu l’as guidé par ta force, jusqu’à la demeure de ta Sainteté.” Ex. 15 :13. L’Inspiration utilise le même mot “racheté” dans le cantique de la délivrance. L’expérience d’Israël étant un type d’Israël le véritable, (les 144 000), et un duplicata de l’église actuelle comme expliqué dans la Section 4, nous aussi devons être rachetés, tout comme eux. Pour cette raison, le prophète utilise la phrase “I’année de mes rachetés est venue.” D’après les écritures, cela doit être l’année (durant laquelle parvint l’enseignement -1929), quand DIEU commença à délivrer son peuple des corruptions au sein de l’église. C’est pourquoi ils chantent le cantique de Moïse et de l’Agneau. Si cela n’avait pas été l’année prophétique, l’appel n’aurait pas été lancé, car DIEU tient un compte précis du temps. {SR1: 157.2}

Citons Ex. 15 : 14 16 : “Les peuples entendront et seront effrayés : La tristesse s’emparera des habitants de la Palestine. Alors les

157

ducs d’Édom seront étonnés ; les puissants de Moab seront saisis de tremblements ; et tous les habitants de Canaan s’évanouiront. La crainte et la frayeur tomberont sur eux ; par la grandeur de ton bras ils seront muets comme une pierre ; jusqu’à ce que ton peuple soit passé, ô Éternel ! Jusqu’à ce que ce peuple que tu as acquis soit passé.” La terre de Canaan représente la terre sur laquelle l’église des temps présents a vu le jour : c’est à dire les États-Unis d’Amérique. Le nom “Palestine” désigne la “terre des étrangers”. Les États-Unis sont constitués d’étrangers, de peuples de beaucoup de nations et de races. Les ducs d’Édom font référence à ceux qui sont mentionnés dans Esaïe 63 : 1, comme expliqué précédemment. Le nom “Moab” signifie “ancêtre” ou aïeul. {SR1: 157.3}

Citons Esaïe 63 : 5, “Et je regardais et il n’y avait personne pour m’aider ; et je m’étonnais qu’il n’y eut personne pour me soutenir : Alors, mon propre bras m’a sauvé et ma fureur m’a soutenu.” Cette partie de la prophétie a sûrement trouvé son accomplissement. Les enseignements parvinrent à l’église par les voies adéquates et furent présentés par l’École du Sabbat, mais avec trop de précipitation. Les péchés mentionnés furent attribués à d’autres peuples, aucune correction d’aucune sorte ne fut faite et l’enseignement visé fut perdu. Tout fut oublié et personne ne s’en soucie, en conséquence, “il n’y eut personne pour aider.” DIEU “s’est étonné qu’il n’y eut personne pour le soutenir.” Nous nous étonnons aussi. Les écritures sont claires et il est admis dans les directives de l’enseignement que le massacre est au sein de l’église avant la seconde venue de CHRIST dans les nuages. Lire “Isaiah, the Gospel Prophet, page 49, 70 73 ; ainsi que le trimestriel du même questionnaire. Si un tel message ne réveillait pas le peuple, alors, on peut poser la question : Qu’est ce qui pourrait le faire ? Ainsi donc, le ciel “s’étonna”. En vérité, le peuple a dit en son cœur : “L’ÉTERNEL a délaissé la terre et L’ÉTERNEL ne voit pas : Il ne fera ni bien ni mal.” {SR1: 158.1}

Esaïe 63 : 6 : “Et je foulerai les peuples dans ma colère, et les enivrerai dans ma fureur, et je ferai décroître leurs forces jusqu’à terre.” A.R.V, “(je) verserai leur sang de vie.” Esaïe 63 : 7 9, parle de la bonté de L’ÉTERNEL, de sa miséricorde et de sa mansuétude.

158

“Dans toute leur affliction, il fut affligé.” Ces versets font ressortir l’idée merveilleuse et bénie de DIEU souffrant avec son peuple. Esaïe 63 :10, fait une comparaison que lorsque nous nous rebellons contre DIEU, il devient notre ennemi. A partir du verset 11, y compris le chapitre 64, se trouve la prière de quelqu’un parmi les enfants de DIEU. Voyant le mal s’approcher, il a déversé son âme en prière vers DIEU pour sauver son peuple. Au souvenir des actions de DIEU envers son peuple choisi, et de la merveilleuse délivrance d’Israël hors d’Égypte, celui qui offre la prière, de toute évidence, comprend la situation. {SR1: 158.2}

L’expérience d’Israël en Égypte est une répétition et la demande est pour un homme comme Moïse. Esaïe 63 :11 13 : “Mais il se souvint des temps anciens, de Moïse, de son peuple, disant : Où est celui qui les fit monter de la mer avec le berger de son troupeau ? Où est celui qui met son Esprit saint au dedans de lui ? Qui, de son bras glorieux, les conduisit par la droite de Moïse, divisant les eaux devant eux, pour se faire un nom à jamais ? Qui les a conduits au travers des abîmes, comme un cheval dans le désert, afin qu’ils ne bronchent pas ?” {SR1: 159.1}

Esaïe 63 :16 : “Sans aucun doute, tu es notre père, bien qu’Abraham nous ignore, et qu’Israël ne nous reconnaisse pas : Toi ô Éternel, tu es notre Père, notre Rédempteur ; ton nom durera à jamais.” Le langage employé dans ce verset, prouve sans aucun doute que la personne n’est pas Israélite (juive) selon la chair. Le peuple en difficulté ici, n’est pas de la souche d’Abraham, “bien qu’Abraham nous ignore, et qu’Israël ne nous reconnaisse pas.” Il aurait été impossible au prophète Esaïe, ou à tout autre de sa nation, de prononcer les mots alors qu’ils s’enorgueillissaient du fait qu’ils étaient, d’Israël, de la souche d’Abraham, ce qui, pour eux était un grand honneur. {SR1: 159.2}

Esaïe 63 :17 : “0 ! Éternel, pourquoi nous as-tu fait errer loin de tes voies, et as-tu endurci nos cœurs pour ne pas te craindre ? Reviens, pour l’amour de tes serviteurs, les tribus de ton héritage.” Ce verset révèle la raison du mécontentement de DIEU envers son peuple : Erreur, endurcissement du cœur, non crainte de DIEU. “ Pourquoi nous as-tu fait errer loin de tes voies ?” Ceci n’est pas un blâme envers DIEU parce qu’Il les a laissé pécher, mais plutôt un souhait pour que DIEU puisse utiliser de plus sévères punitions afin de les remettre dans le droit chemin. {SR1: 159.3}

159

Esaïe 63 :18 : “Ton peuple saint ne l’a possédé que peu de temps : Nos adversaires ont foulé au pied ton sanctuaire.” « Leurs “adversaires” : Es. 59 : 18, dit que leurs adversaires sont les adversaires de DIEU. Ils ont foulé au pied le sanctuaire par quantité de marchandises, rires, murmures, médisances, maquillage et autres formes d’idolâtries pour déshonorer DIEU à sa face (dans Son église). {SR1: 160.1}

Esaïe 63 :19 : “Nous sommes tiens : ceux sur lesquels tu n’as jamais dominé, qui ne sont pas appelés par ton nom.” Ils n’ont pas suivi les instructions de DIEU. Bien qu’eux-mêmes s’identifient au peuple de DIEU, dans sa maison de prière, en réalité, ils ne sont pas appelés par son nom. “Isaiah the Gospel Prophet’, page 73 (Enseignements pour aujourd’hui) commentant les versets 1-6 dit : “Ces versets devraient faire réfléchir sérieusement chaque homme. Il n’existe aucune image plus effrayante dans toute la Bible que dans la présente section. L’image de DIEU foulant le pressoir de son courroux est terrifiante. Mais elle est vraie. Ésaü a eu toutes les opportunités que quelqu’un peut avoir pour distinguer le bien du mal. Volontairement, il a choisi le mal, et devint un persécuteur du vrai peuple de DIEU. Nous savons pertinemment que le courroux de DIEU s’abattra avec le plus de force sur ceux qui ont reçu la vérité, qui y sont pour ainsi dire intimement liés, et s’en sont détournés pour devenir persécuteurs de ceux qui font le bien. De même que c’est une bénédiction d’accepter la vérité, c’est une malédiction que de la rejeter. Le rejet n’inclue pas obligatoirement la totalité de la vérité. Rejeter une partie seulement peut être aussi fatal que de rejeter la totalité. Ainsi, tous devraient être avertis. Lire Témoignages Volume 2, pages 231, 232 ; volume 3, pages 300 303 ; volume 1, page 70 ; volume 1, pages 471 472 (version anglaise) ; volume 2, pages 69 80 ; Testimonies to Ministers, page 380 ; Témoignages volume 2, page 708 (version anglaise) ; Testimonies to Ministers, pages 206, 407, 408. {SR1: 160.2}

Un peuple préparé pour un nouveau ciel et une nouvelle terre Esaïe 65

Esaïe 65 :1 : “Je suis recherché par ceux qui ne s’enquéraient pas de moi, je suis trouvé par ceux qui ne me cherchaient pas, j’ai dit : Me voici, me voici

160

à une nation qui n’était pas appelée de mon nom.” Le temps utilisé dans ce verset est le passé. Toutefois, il y a une possibilité de discuter s’il s’agit du passé ou du présent car il s’agit d’une traduction dans la version roi Jacques. La suite qui est entièrement au passé est citée de la traduction hébreu par Isaac Lesser. “J’ai permis que ceux qui ne s’enquéraient pas de moi me cherchent. J’ai permis à ceux qui ne me cherchaient pas de me trouver : J’ai dit, me voici, me voici, à une nation qui n’était pas appelée de mon nom.” Les traductions grecques et bulgares sont aussi au passé mais reprenons le même verset qui est cité par Paul aux Romains, tel qu’il est dans la version du Roi Jacques. Rom.10 : 20 : “Mais Esaïe très courageux dit : j’ai été trouvé par ceux qui ne me cherchaient pas, et j’ai été manifesté à ceux qui ne s’enquéraient point de moi.” {SR1: 160.3}

Il est certain que personne ne peut discuter le langage employé par Paul, car il était très instruit, tant dans la langue hébreu que dans la langue latine. De plus, Paul fit une traduction inspirée par l’Esprit Saint, nous devons donc croire cet écrit, tel qu’il est traduit par lui de l’hébreu en Grec au temps passé. Nous allons parler d’Esaïe 65 : 2, et revenir ensuite à l’idée, “j’ai étendu mes mains tout le jour vers un peuple rebelle qui marche dans une voie qui n’est pas bonne, après leurs propres pensées.” Notez que, tandis que la première partie du verset est au passé, la seconde partie est au présent. Paul applique le premier verset aux Gentils en son temps, mais le second à Israël selon la chair. Voici donc une opportunité de concentrer nos idées sur ce sujet. Paul applique l’écrit au temps passé, à son époque contemporaine, mais l’écrit au temps présent, il l’applique à un peuple du passé. Il est certain que la façon dont l’application est faite ne paraît pas grammaticalement correcte mais nous ne pouvons pas dire que Paul a fait une erreur. L’application et la traduction doivent donc être justes et grammaticalement correctes. {SR1: 161.1}

La sagacité utilisée dans cette écriture est étonnante et devrait nous inciter à glorifier notre DIEU. Paul, sous inspiration de l’Esprit, fit cette application en vue de clarifier l’écriture de son apparente complication. Le chapitre n’a pas été écrit pour Israël, ni pour les Gentils du temps de Paul, mais directement pour l’église des temps

161

présents. Si nous pouvons le prouver, nous devons l’accepter comme une vérité présente, émanant directement de DIEU. L’écriture étant grammaticalement incorrecte pour cette application, prouve que le temps pour ce chapitre n’était pas encore mûr, il en est de même pour d’autres écritures et prophéties. Cela ne pouvait être correctement compris ni correctement appliqué qu’au moment propice. Alors, DIEU révèle sa Parole à son peuple, de la façon dont il a choisi, mais cela peut être d’une façon inattendue. {SR1: 161.2}

Le premier verset s’applique justement aux Gentils, le second s’appliquait à Israël selon la chair, qui est un type d’Israël selon la promesse (144 000, l’église des temps présents, c’est à dire, Adventiste du Septième Jour). Pour cette raison, Paul a du appliquer l’écriture au type, car la véritable (église) n’existait pas encore. Maintenant que le temps est mûr, l’écriture est grammaticalement correcte, le premier verset est au temps passé pour les Gentils du temps de Paul et le deuxième pour l’église du temps présent, est au présent. Ainsi, nous avons la preuve tangible de l’application et du temps auquel s’applique cette écriture. Cela devrait tourner nos cœurs vers DIEU, et nous inciter à chercher activement la prophétie contenue dans ce chapitre. {SR1: 162.1}

Nous n’aurons pas ici la place de présenter tout ce que contient ce chapitre. Nous ne donnerons qu’un résumé de certaines choses. Le blâme contre l’église n’est pas agréable, mais il ne devrait décourager aucun d’entre nous, car notre DIEU est miséricordieux et désireux de nous pardonner nos péchés à condition que nous reconnaissions notre culpabilité. Si cela n’avait pas été le cas, Il n’aurait pas envoyé le message. La dernière partie d’Esaïe 65 : 3, est citée ici : « Qui sacrifie dans des jardins et brûle de l’encens sur des autels de briques.” Nous devons comprendre que ce sont des symboles mais qu’ils ne sont pas difficiles à déchiffrer. Si cela avait été impossible à comprendre, personne n’en aurait profité, en conséquence, le symbole n’aurait pas été utilisé dans le chapitre. Les “Jardins” sont utilisés pour étalage. Le “sacrifice” est le même que cadeau. “L’encens, d’après Ap.8 : 3, 4 représente la façon dont nos prières sont envoyées vers DIEU. Nulle part dans la Bible nous ne lisons qu’un peuple de DIEU aurait construit des autels de briques. Les autels de DIEU étaient toujours bâtis avec des pierres. {SR1: 162.2}

Nous considérerons maintenant la différence entre briques et pierres.

162

La brique est un produit fabriqué par l’homme, mais la pierre est le résultat de l’œuvre de DIEU. Étudions l’enseignement qui nous est destiné ici. “Jardins,”= étalage ; “sacrifice,” = cadeaux ; “encens” = prière ; “briques” = propositions humaines. Le reproche est le suivant, nous faisons des sacrifices pour l’étalage, nous offrons nos prières à DIEU (sur des autels de briques) ; nous suivons l’homme au lieu de la pure parole de DIEU, telle qu’elle est donnée à l’église. {SR1: 162.3}

Esaïe 65 : 4 : “Qui demeure dans les sépulcres, et habite dans les monuments funéraires, qui mange la chair du porc et le jus des choses impures est dans leurs vases.” “Dans les sépulcres ;” “dans les “monuments funéraires”, désignent des fabrications de l’homme desquels il n’y a aucune résurrection. “La chair du porc,” “le jus des choses impures :” Signifient mépris de la réforme sanitaire ; l’homme mange tout ce que son appétit libidineux lui demande. {SR1: 163.1}

Esaïe 65 : 5 : “ Qui dit, Tiens-toi loin de moi, ne t’approche pas de moi car je suis plus saint que toi.” Bien que cette lignée ne vive pas la vérité, ils pensent qu’ils sont mieux que d’autres et étant si imbus d’eux-mêmes, par leurs actions ils disent, “nous sommes plus saint que toi.” Dans le 6ème verset, DIEU dit qu’il « leur fera porter la peine.» Avec les renseignements déjà donnés, le lecteur pourra déterminer la signification du septième verset. {SR1: 163.2}

Esaïe 65 : 8 : “Ainsi dit L’ÉTERNEL, comme le vin nouveau est trouvé dans la grappe, et qu’on dit : Ne la détruis pas, car il y a une bénédiction en elle : Ainsi ferais-je pour l’amour de mes serviteurs pour que je ne les détruise pas tous.” “La grappe” est composée de beaucoup de raisins, c’est le symbole de l’église dans son ensemble. Le SEIGNEUR dit qu’il ne les détruira pas tous. Le “vin” de la grappe représente le sang de CHRIST, et pour cette raison, tous ne sont pas détruits. Le dixième verset parle de la promesse faite à ceux qui échapperont. Les 11ème et 12ème versets parlent de la lignée de ceux qui périront. Le carnage ici est le même que celui d’Ézéchiel 9. Citons Esaïe 65 : 12 : “Par conséquent, je vous compterai pour l’épée, et vous vous courberez tous dans le carnage : Parce que j’ai appelé et vous n’avez pas répondu, j’ai parlé et vous n’avez pas écouté, et parce que vous faites ce qui est mauvais à mes yeux et que vous avez choisi ce en quoi je ne prends pas plaisir.” {SR1: 163.3}

Esaïe 65 : 13 et 14 montre le soin de DIEU pour son peuple et la souffrance de l’autre lignée. Esaïe 65 :15 : “Et vous laisserez mon nom

163

comme imprécation à mes élus : Car le SEIGNEUR L’ÉTERNEL te mettra à mort et appellera ses serviteurs d’un autre nom.” Ce verset a déjà été expliqué précédemment à propos du chapitre 62, page 90. La lignée mentionnée ici est la même que dans Témoignage Vol. 5, page 82 : “L’appel pour cette œuvre grandiose et solennelle fut lancé aux érudits et aux responsables ; si à leurs propres yeux, ils s’étaient sentis petits et avaient mis toute leur confiance en DIEU, Il les aurait honorés en leur confiant le port de son étendard en triomphe vers la victoire. Mais ils se séparèrent de DIEU, cédèrent à l’influence du monde et le SEIGNEUR les rejeta.» {SR1: 163.4}

Esaïe 65 :16 : “Afin que celui qui se bénisse sur la terre, se bénira dans le DIEU de vérité ; et celui qui jure sur la terre, jurera par le DIEU de vérité car les difficultés anciennes sont oubliées et elles sont cachées de mes yeux. “ “Se bénisse dans le DIEU de vérité” : Beaucoup se béniront, mais non dans le DIEU de vérité. Cela veut dire qu’ils obtiennent des richesses, ou d’autres bénédictions malhonnêtement. Certains “jurent”, mais non par le DIEU de vérité. Cela veut dire qu’ils mentiront, mais quand DIEU aura purifié son église, toutes ces choses passeront et seront oubliées. {SR1: 164.1}

Esaïe 65 :17 19, parle de la nouvelle terre. Esaïe 65 : 20, est ici cité de la traduction de l’hébreu par Isaac Lesser. « Il n’y aura plus, dès lors ni nouveau-né, ni vieillard qui n’ait accompli ses jours en totalité ; car, le jeune homme mourra à cent ans, et en tant que pécheur celui qui (meure) à cent ans sera maudit.” Il semble que cette traduction donne du verset, une signification un peu plus claire que la version Roi Jacques. L’écriture parle du temps à la fin des 1000 ans (millénaire) après la résurrection des méchants. A cette époque, il n’y aura plus de naissances d’enfants. “Il n’y aura plus, dès lors de nouveau-né.” En conséquence ; l’enseignement n’est pas difficile à comprendre. Tous les méchants sont appelés dans la seconde résurrection, qu’ils soient jeunes ou vieux (au moment de la mort). Tous se lèvent au même moment. Ce moment devient la naissance de tous les méchants dans la deuxième vie. Il n’y aura ni mort naturelle ni surnaturelle car tous doivent vivre jusqu’au moment de la seconde mort, qui « viendra par le feu de DIEU descendu du ciel pour les

164

dévorer.» Lire Ap. 20 : 7 “Et en tant que pécheur celui qui (meure) à cent ans sera maudit.” Cette écriture prédit la durée de vie des méchants après leur résurrection comme étant de 100 ans. “Car, le jeune homme mourra à cent ans, et en tant que pécheur celui qui (meure) à cent ans sera maudit.” Durant cette période de cent ans, les méchants préparent leur attaque contre la cité sainte. Lire Ap. 20 : 8, 9. {SR1: 164.2}

Esaïe 65 : 21 25, parlent des saints sur la terre renouvelée. Voici une autre preuve que le chapitre est destiné au peuple au moment de la fin car les versets de clôture parlent de la terre renouvelée. {SR1: 165.1}

Le rassemblement des Gentils : Le culte sur la Terre Nouvelle Esaïe 66

Esaïe 66 : 1 : “Ainsi parle L’ÉTERNEL : Le ciel est mon trône et la terre mon marchepied : Où est la maison que vous bâtissez pour moi ? Et où est mon lieu de repos ? La maison mentionnée ici est une maison spirituelle comme dans Eph. 2 : 20 22, dont le temple de Salomon était un symbole. On trouve la citation suivante dans Prophètes et Rois, pages 23, 24 : “Ainsi la construction sur le Mont Morija, s’élevait sans bruit avec ‘des pierres taillées d’avance et livrées sur place, de manière à ce que ni hache, ni aucun outil de fer ne soient entendus dans la maison pendant sa construction’, les splendides ornements étaient élaborés conformément aux plans fournis par David à son fils.” {SR1: 165.2}

L’enseignement dont il est question ici est que les pierres spirituelles (les membres de l’église) doivent être préparées avant d’être amenées là. Pourquoi, accorde-t-on si souvent aux postulants le baptême et le titre de membre de l’église sans qu’ils aient été instruits dans toute la vérité de l’avènement ? Il est surprenant de connaître le nombre important de soi-disant Adventistes du Septième Jour qui ne croient pas aux écrits de l’Esprit de Prophétie, et sont également ignorants de la vérité de la réforme sanitaire. Est-ce que ce ne sont pas les principes fondamentaux de l’église ? La réforme sanitaire n’est-elle pas le bras droit du message

165

du troisième ange ? Cette pratique permanente n’a-t-elle pas entraîné l’église vers le monde ? {SR1: 165.3}

Ce temple magnifique révèle le désir de DIEU pour son église. C’est pour cette raison que DIEU consacra tant de richesses à la structure grandiose du Mont Morija. D’après des estimations données dans le bulletin mensuel de l’Association des Architectes de l’Illinois, cela atteignait le montant colossal de plus de quatre vingt sept milliards de dollars. Les différentes estimations laissent apparaître un coût total de $87 212 210 840. Cette somme représente la richesse d’une nation. La question est la suivante, comment Israël a-t-il pu réunir une telle somme d’argent à consacrer à une seule structure ? DIEU ne nous demande jamais de faire quoi que ce soit sans que Lui-même ne le rende possible. {SR1: 166.1}

La formidable richesse consacrée à ce magnifique temple représente la sollicitude et l’amour de DIEU pour son peuple, ainsi que la gloire de l’église. Salomon lui-même reconnaissait que ce temple n’était qu’un symbole du temple qu’il n’était pas capable de construire. Dans 2 Chrono 2 : 6, nous lisons : “Mais qui a le pouvoir de lui bâtir une maison, sachant que les cieux et les cieux des cieux ne peuvent le contenir ? Qui suis-je, alors, pour lui bâtir une maison sinon pour brûler des sacrifices devant lui ?” DIEU demande à son peuple de maintenant, “Où est la maison que vous construisez pour moi ?” (Esaïe 66:1). La version Douay dit : “Que vous construirez pour moi ?” La traduction hébreu dit : “Une maison que vous pourrez construire pour moi ? » {SR1: 166.2}

“Le ciel est mon trône et la terre mon marchepied.” Cette écriture montre l’impossibilité pour un humain mortel de faire quoi que ce soit pour DIEU, à moins qu’Il ne le fasse à travers Lui. Comme nous devons offenser le ciel quand nous disons que nous devons finir l’œuvre de DIEU au cours de la présente génération, ou tenter de lui construire une maison suivant les plans des hommes. Nous avons dit cela et nous avons agi pour cela, mais nous avons échoué. Maintenant, DIEU nous demande : “Où est la maison que vous construirez pour moi ?” D’aucuns peuvent dire : Regarde cette immense confession que nous avons créée. Si elle est grandiose, cela ne peut être porté au crédit de l’homme. Bien que nous nous vantions beaucoup de nos efforts, DIEU nous laisse avancer suivant notre prétendue sagesse jusqu’à ce que nous tombions et découvrions notre erreur. C’est vrai, c’est là une confession

166

immense mais DIEU ne la voit pas de la même façon que nous. Au rythme où nous allons, cela nous prendrait des centaines d’années pour finir le travail et, de fait, nous ne le finirions jamais. De plus, aussi immense que soit la confession, elle n’est pas prête pour la transmutation. Nous pouvons donc nous demander : Où est la maison que nous avons construite ? Le treizième chapitre d’Ézéchiel est écrit pour l’église du temps présent, nous citons ici Ézéchiel 13 : 5 : “Vous n’êtes point montés aux brèches, et vous n’avez pas élevé l’enceinte pour la maison d’Israël afin de tenir ferme dans la bataille au jour du SEIGNEUR.” {SR1: 166.3}

“Et où est le lieu de mon repos ?” Nous nous nommons observateurs du Sabbat et nous vantons de garder les commandements de DIEU, mais ici, il nous est demandé : “Où est le lieu de mon repos ?” Nous avons pollué le saint jour de DIEU et profané le Sabbat en faisant du commerce, comme expliqué précédemment aux pages 86 87. Voir aussi, page 72. Un bon ministre de DIEU, après avoir été interrogé quant à l’autorisation de vendre nos publications le jour du Sabbat dans la maison de DIEU, dit : “La question est de savoir combien de nos publications sont vendues le jour du Sabbat.” La confusion dans l’esprit de ce pasteur est dissipée en trois mots succincts : “Aucune d’entre elles.” Mais cette réponse ne satisfit pas l’homme occupant cette position sacrée et il ajouta : “L’Israël ancien tua l’agneau et le sacrifia le jour du Sabbat. En conséquence, nous pouvons vendre nos livres.” La réponse donnée fut la suivante : “Si Israël sacrifia l’agneau le septième jour, le jour du Sabbat, c’est qu’ils avaient reçu l’instruction de le faire, mais vous, vous avez reçu l’instruction de ne pas le faire, et c’est là, la différence.” Le fait est que DIEU n’avait pas donné le septième jour du sabbat à l’ancien Israël pour les sacrifices mais comme jour de repos. Les Sabbats mensuels furent ajoutés pour les sacrifices. Lire Lev. 23. {SR1: 167.1}

Dans le second verset d’Esaïe 66, DIEU nous dit que toutes ces choses dont nous nous vantons il les a faites et elles ont reçu l’existence, “je porterai mes regards sur l’homme qui est pauvre et dont l’esprit est contrit (pénitent) et qui tremble à ma parole.” Esaïe 66 : 3 : “Celui qui égorge un bœuf, est comme s’il tuait un homme ; celui qui sacrifie un agneau, comme s’il coupait le cou d’un chien ; celui qui offre une oblation, comme s’il offrait du sang de porc ; celui qui brûle de l’encens, comme s’il bénissait une idole. Oui, ils ont

167

choisi leurs voies et leur âme se délecte dans leurs abominations.” Sans équivoque possible, l’écriture est claire sur le fait que nos sacrifices, nos offrandes, nos prières et toutes les formes de la religion que nous pouvons exprimer, constituent non seulement à ses yeux, une abomination, mais aussi une offense. « Oui, ils ont choisi leurs voies et leur âme se délecte de leurs abominations. » {SR1: 167.2}

Esaïe 66 : 4 : “Moi aussi je choisirai leurs illusions et je ferai venir sur eux ce qu’ils craignent ; parce que, quand j’ai appelé, personne n’est venu ; quand j’ai parlé personne n’a entendu ; mais ils ont fait ce qui est mal à mes yeux et ont choisi ce qui me déplaît.” DIEU avait lancé un appel pour ces leçons lorsqu’elles sont arrivées à l’église par le département de l’école du Sabbat, mais elles sont venues et ont disparues et ont été oubliés. Ainsi, puisqu’ils ont choisi leurs propres voies et ont fait le mal devant DIEU, et n’ont pas pris plaisir à suivre les instructions données à l’église, maintenant, il dit qu’Il choisira leurs illusions et fera venir sur eux ce qu’ils craignent. C’est une chose effroyable que de rester sourd à la voix de DIEU. Tandis que ce verset parle d’une classe qui est déterminée à suivre ses propres choix au lieu de ceux de DIEU, le verset suivant parle de la classe de ceux qui craignent vraiment DIEU et osent le servir. Sans erreur aucune, il est clair qu’il y a deux classes de personnes dans l’église. {SR1: 168.1}

Esaïe 66 : 5 : “Écoutez la parole du SEIGNEUR, vous qui tremblez à sa parole ; vos frères qui vous haïssaient, qui vous rejetaient à cause de mon nom, disent : Que le SEIGNEUR soit glorifié : mais il apparaîtra pour votre joie, et ils auront honte.” Ce verset montre que, bien que l’appel lancé dans les leçons ait été refusé par ceux qui occupent des postes à responsabilité, la Parole de DIEU ne retourne jamais vide vers lui, car la lignée de ce verset craint DIEU et tremble à sa parole et il s’ensuit qu’il y a une division dans l’église. La lignée qui est en opposition à DIEU constitue soit la majorité ou ceux qui ont la plus grande influence sur les membres de l’église car le verset dit qu’ils rejettent leurs frères (la lignée de ceux qui sont pieux) à cause de son nom. La lignée qui rejette le peuple de DIEU pense qu’ils exécutent ses ordres, car l’écriture dit : (ils) “Disent : Que le SEIGNEUR soit glorifié.” {SR1: 168.2}

Il est déjà assez mauvais pour quelqu’un de détourner la Parole de DIEU, mais cela l’est

168

encore davantage si ce dernier est tellement aveuglé, qu’en refusant l’appel céleste, il pense être au service de DIEU. Le verset contient une promesse encourageante pour ceux qui craignent DIEU, car il dit : “II apparaîtra pour votre joie,” et quand le SEIGNEUR accomplira sa promesse, les oppresseurs de DIEU “auront honte”. Au cours de l’histoire de l’église, cela a toujours été l’une des ruses de Satan d’y infiltrer ses agents et incroyants, de façon à ce que, dès l’arrivée de la vérité à l’église, dès que le peuple de DIEU répond à l’appel, il se trouve prêt à les faire expulser par la majorité de ses adeptes. La conséquence a été la nécessité de faire naître un nouveau mouvement ou confession, mais d’après Esaïe 66 : 4 et 6, DIEU agira de façon totalement différente dans le cas présent. La raison en est que DIEU a lui-même organisé la présente confession par le biais d’un prophète et nous a donné une lumière spéciale de la vérité actuelle. Ainsi nous sommes sans excuse et DIEU agit en conséquence avec le peuple. {SR1: 168.3}

Citons Témoignages vol. 1, page 383 : « Mais si les péchés du peuple sont occultés par ceux qui occupent des postes à responsabilité, sa colère se répandra sur eux, et le peuple de DIEU, dans son ensemble, sera tenu pour responsable de ces péchés. Dans le passé, dans ses rapports avec son peuple, le SEIGNEUR a montré la nécessité de purifier l’église de ses erreurs.» La “voix du tumulte” le sixième verset, fait référence à la lignée de ceux qui ont choisi leur propre voie au lieu de celle de DIEU, Il les appelle ses ennemis. {SR1: 169.1}

Esaïe 66 : 7 et 8 : “Avant qu’elle ait été en travail, elle a enfanté ; avant que la douleur ne vienne, elle a donné naissance à un enfant mâle. Qui a entendu une pareille chose ? Qui n’a jamais vu rien de semblable ? La terre enfantera-t-elle en un seul jour ? Une nation naîtra-t-elle en une fois ? Car aussitôt que Sion a été en travail, elle a donné naissance à ses enfants.” Dans ces deux versets une comparaison est faite avec l’église lors de la première venue de CHRIST (juive) et l’église juste avant sa seconde venue. “Avant qu’elle ne soit en travail,… avant que la douleur ne vienne.” Ceci fait référence à l’église au moment de la venue de CHRIST. Elle ne l’attendait pas, (n’était pas en travail), ni le sentit, ni ne su quand Il arriva. Bien qu’elle ne fût point digne, “elle donna naissance à un enfant mâle.” {SR1: 169.2}

L’église à laquelle il est fait référence dans le verset 8 est l’opposé de

169

celle dans le verset sept. Le temps est arrivé pour un mouvement d’envergure, au cours duquel les milliers seront convertis en un jour. Ceci est l’église de la pluie de l’arrière saison, le grand cri du message du troisième ange. L’église est en pleine effervescence. Dès qu’il y aura un vrai travail de purification des pécheurs, l’œuvre s’accomplira aussitôt, presque instantanément. « La terre enfantera-t-elle en un seul jour ? Une nation naîtra-t-elle en une fois ? Car aussitôt que Sion a été en travail, elle a donné naissance à ses enfants. » {SR1: 169.3}

Le neuvième verset montre que DIEU est celui qui fait le travail. Le dixième verset dit que ceux qui l’aiment (l’église) et se lamentent pour elle maintenant, se réjouiront et seront heureux. Le onzième verset montre pourquoi ils se réjouiront et seront heureux : A cause de la vérité et de la lumière de la Parole de DIEU qui viendront à l’église, représentées par le lait. “Afin que vous soyez nourris et rassasiés du lait de ses consolations ; afin que vous savouriez avec bonheur l’abondance de sa gloire.” Esaïe 66 : 11. Esaïe 66 : 12 14, parle de la sollicitude de DIEU vis à vis de son peuple, et de l’amour de l’église pour ses membres, de la faveur de DIEU envers ses serviteurs et de son indignation envers ses ennemis. {SR1: 170.1}

Esaïe 66 : 15 17 : “Car, voici, le SEIGNEUR viendra avec le feu, et avec ses chars comme un tourbillon, pour rendre sa colère avec fureur, et sa réprimande avec des flammes de feu. Car c’est par le feu et par l’épée que le SEIGNEUR entrera en jugement avec toute chair : Et ceux que tuera L’ÉTERNEL seront nombreux. Ceux qui se sanctifient et se purifient dans les jardins derrière un arbre planté au milieu, mangeant la chair du porc et des choses exécrables et des souris, mourront ensemble, dit le SEIGNEUR.» La venue du SEIGNEUR “avec le feu… pour rendre sa colère avec fureur,” n’est pas la venue de CHRIST dans les nuages afin d’accueillir son peuple. Cela se situe avant la fin de la mise à l’épreuve, au moment de la purification de l’église. Voir Mal. 3 : 1 3. Il vient avec vengeance à ceux qui se réclament de son nom, mais qui suivent l’homme au lieu de CHRIST, et le résultat, c’est qu’ils ne gardent pas sa vérité. (La lignée de ceux qui ne cherchent pas par eux-mêmes mais acceptent les décisions des autres, qui suivent l’homme et sont entre les griffes du démon.) {SR1: 170.2}

« Derrière un arbre » : en marge, “l’un derrière l’autre.” La

170

lecture ici, justifie la traduction : “Suivant le chef de file.” Cela veut dire, que les gens sont enclins à suivre un homme de haute position au lieu de sonder eux mêmes la Parole et de rechercher un “ainsi dit le SEIGNEUR.” « Dans les jardins, derrière un arbre » : Cette phrase suggère aussi “l’arbre de la connaissance du bien et du mal.” Le partage du fruit défendu dans le jardin d’Éden fit naître le péché. Le reproche ici est similaire, même pire. Les hommes ont choisi comme nourriture les choses que DIEU a interdites et “dépensent de l’argent pour ce qui n’est pas du pain.” « Par son épée (glaive), le SEIGNEUR entrera en jugement contre toute chair.» Ceci ne fait pas référence à ceux qui sont hors de l’église, car nous lisons dans Esaïe 66 : 19 : “Et je mettrai un signe au milieu d’eux, et j’enverrai les réchappés d’entre eux vers les nations.” Dernière partie : “Et ils proclameront ma gloire parmi les Gentils.” Il est clair ici que ceux qui échapperont à la ruine, DIEU les enverra parmi les nations afin de proclamer sa gloire aux Gentils. En conséquence, cela doit être seulement au sein de l’église et durant une période précédant la fin de la mise à l’épreuve. Les “nations” dont il est question dans le verset 19, désignent simplement le grand territoire couvert par ses serviteurs (dans toutes les nations). {SR1: 170.3}

La destruction mentionnée dans Esaïe 66 : 15 17 et Esaïe 63 est la même. Ainsi DIEU fait d’eux un exemple ou un signe pour toutes les nations, car nous lisons dans la dernière partie du verset dix-huit et la première partie du verset dix-neuf : “Le temps viendra où je rassemblerai toutes les nations et toutes les langues afin qu’ils voient ma gloire. Et je mettrai un signe parmi eux.” {SR1: 171.1}

Esaïe 66 : 20 : “Et ils amèneront tous vos frères d’entre toutes les nations, en offrande à L’ÉTERNEL, sur des chevaux , des chars et des litières sur des mulets et sur des dromadaires à ma montagne sainte Jérusalem, dit L’ÉTERNEL, comme les enfants d’Israël apportent l’offrande dans un vase pur à la maison de L’ÉTERNEL.” Ce verset montre le rassemblement des Gentils au sein de l’église par ses serviteurs (les 144 000). “Sa montagne sainte” désigne sa confession ; “Jérusalem” désigne la faction meneuse. {SR1: 171.2}

Esaïe 66 : 21 : “Et j’en prendrai aussi d’entre eux, pour sacrificateurs, pour lévites, dit L’ÉTERNEL.” Nous avons expliqué précédemment que les

171

144 000 seront des prêtres et des Lévites, mais dans ce verset, le SEIGNEUR dit qu’il prendra aussi des Gentils “pour prêtres et lévites.” La raison en est donnée dans les deux versets suivants. Esaïe 66 : 23 : “Et il arrivera que d’une nouvelle lune à une autre, et d’un Sabbat à un autre, toute chair viendra m’adorer, dit L’ÉTERNEL.” Il y aura un système de culte, donc un besoin de prêtres et de Lévites. {SR1: 172.1}

Esaïe 66 : 24 : « Et ils sortiront et verront les cadavres des hommes qui ont transgressé contre moi : Car leur ver ne mourra pas, et leur feu ne sera pas rassasié et ils seront en horreur à toute chair. » “Car leur ver ne mourra pas, et leur feu ne sera pas rassasié :” Le corps de l’homme est consommé par les vers et cela signifie que ces vers ne mourront pas tant que le corps ne sera pas réduit en poussière. Et le feu ne sera pas rassasié tant que “leurs cadavres” ne seront pas réduits en cendres. La raison pour laquelle le ver et le feu sont mentionnés ici nous est donnée dans le seizième verset : “Car, par le feu et par l’épée, L’ÉTERNEL entrera en jugement avec toute chair.” La destruction est accomplie par les deux, et là ou l’épée est utilisée, le ver accomplira son travail. “Le ver ne mourra pas le feu ne sera pas rassasié”, signifie que la prophétie est sûre et que la destruction annoncée sera accomplie. {SR1: 172.2}

172

SEPTIÈME PARTIE

QUELLE EST LA SIGNIFICATION DU CHAPITRE QUATRE DE MICHÉE ?

“Et il arrivera à la fin des jours que la montagne de la maison du SEIGNEUR sera établie sur le sommet des montagnes et sera élevée au dessus des collines ; et les peuples y afflueront.” Mich. 4 : 1. Les écritures sont sans équivoque ; disant que c’était pour les derniers jours, car il est écrit :” Et il arrivera à la fin des jours.” Il est tout à fait certain aussi que cette écriture s’accomplirait, car il est écrit : “Il arrivera.” {SR1: 173.1}

C’est un fait reconnu par presque tous les étudiants de la Bible que la “montagne” mentionnée dans ce chapitre est un symbole de l’église de DIEU (confession), de laquelle le temple bâti sur le Mont Morija fût un type. Le prophète déclare que l’église de DIEU serait établie sur le haut des montagnes (confessions), et qu’elle serait élevée au-dessus des collines (sectes, ou organisations). Élevée, non pas par le monde, mais par l’Esprit de DIEU, en puissance, vérité et justice, et le peuple y affluera. DIEU l’a dit par le truchement de son saint prophète, et il serait donc sot et illusoire de vouloir en débattre, ou d’essayer de fournir une raison expliquant le sens de la parole sacrée. {SR1: 173.2}

Cette même prophétie est également rapportée dans le second chapitre d’Esaïe, que nous citons ici. “Les regards hautains de l’homme seront abaissés, et l’orgueilleux sera humiliée et L’ÉTERNEL seul sera élevé en ce jour-là.” Es. 2 : 11. Si tout ce qui est humain doit être abaissé et humilié, et seul le SEIGNEUR peut être élevé ce jour là, on voit clairement que la prophétie doit trouver son accomplissement, car le SEIGNEUR est élevé sur la terre par son église, comme ce fut décrit par le prophète Esaïe. “Et tu seras aussi une couronne de beauté dans la main de L’ÉTERNEL et une tiare royale dans la main de ton DIEU. On ne te dira plus la Délaissée et on n’appellera plus ta terre la Désolée : Mais on t’appellera Hephzibah et ta terre, Beulah : Car L’ÉTERNEL met son plaisir en toi.” Es. 62 : 3, 4. {SR1: 173.3}

173

Quand la montagne du SEIGNEUR est ainsi “établie sur le sommet des montagnes et élevée au dessus des collines,” alors il ne fait pas de doute que “ les peuples y afflueront.” {SR1: 174.1}

Cette époque glorieuse, dont parle le prophète Michée, n’est autre chose que le grand cri du message du troisième ange. Le 60ème chapitre d’Esaïe est une prophétie de l’église à l’époque de la “pluie de l’arrière-saison,” dont nous citons : “Lève-toi, resplendis, car ta lumière est venue, et la gloire de L’ÉTERNEL s’est levée sur toi. Car voici, les ténèbres couvriront la terre et l’obscurité profonde les peuples ; mais sur toi se lèvera L’ÉTERNEL et sa gloire sera vue sur toi et les nations viendront à ta lumière et les rois à la splendeur de tes rayons. Lève autour de toi tes yeux et regarde : Ils se rassemblent tous, ils viennent vers toi : Tes fils viendront de loin, et tes filles seront portées sur tes côtés.” Es. 60 : 1 4. {SR1: 174.2}

“Et après ces choses, je vis un autre ange descendant du ciel, ayant un grand pouvoir ; et la terre fût illuminée de sa gloire.” Ap.18 : 1. “Le résidu d’Israël ne pratiquera pas l’iniquité, et ne dira pas de mensonges, et une langue trompeuse ne se trouvera pas dans leur bouche ; car ils paîtront et se coucheront, et il n’y aura personne qui les effraye.” Soph. 3 : 13. “Car voici, les ténèbres couvriront la terre, et l’obscurité profonde, les peuples ; mais sur toi se lèvera L’ÉTERNEL et sa gloire sera vue sur toi.” Es. 60 : 2. Une telle époque glorieuse se trouve devant l’église de DIEU. {SR1: 174.3}

Mich. 4 : 2, première partie : “Et beaucoup de nations viendront, et diront : Venez et montons à la montagne de L’ÉTERNEL, et à la maison du DIEU de Jacob, et il nous instruira ses voies, et nous marcheront dans ses sentiers.” Les mots que nous venons de citer sont prononcés par les nations. Quand l’église de DIEU sera purifiée et remplie de l’Esprit Saint, “revêtue de l’armure de la justice de CHRIST, l’église se prépare au conflit final. ‘Claire comme la lune, brillante comme le soleil et terrible comme une armée avec des bannières,’ elle s’avance dans le monde, en vainqueur et pour vaincre.” Prophètes et Rois, page 549. {SR1: 174.4}

En vérité, les gens s’interrogeront et s’inviteront, en disant. “Venez et montons à la montagne de L’ÉTERNEL,

174

maison du DIEU de Jacob.” “Et tes portes seront continuellement ouvertes ; elles ne seront fermées ni de jour, ni de nuit, pour que te soient apportées les forces (marge : richesses) des nations, et pour que leurs rois te soient emmenés… et je rendrai glorieuse la place de mes pieds. Les fils de tes oppresseurs viendront se courber devant toi ; et tous ceux qui t’ont méprisée se prosterneront à la plante de tes pieds et t’appelleront la ville de L’ÉTERNEL, la Sion du saint Israël.” Es. 60 : 11, 13, 14. En fait, il s’agit de la moisson annoncée par les prophètes, et du grand rassemblement de toutes les nations. “La maison du DIEU de Jacob”, c’est-à-dire l’église dans laquelle les 144 000 sont scellés le vrai Israël. {SR1: 174.5}

Mich. 4:2, dernière partie : “Car de Sion sortira la loi et de Jérusalem, la parole de L’ÉTERNEL.” Quand la loi du SEIGNEUR est proclamée par son église, on reconnaît clairement ce qui est entendu par l’expression église juste : Des personnes justes qui obéiraient à la voix du SEIGNEUR. Sophonie, dont l’œil prophétique vit à travers les époques, prédit cette glorieuse église. “Le résidu d’Israël ne pratiquera pas l’iniquité, et ne dira pas de mensonges, et une langue trompeuse ne se trouvera pas dans leur bouche ; car ils paîtront et se coucheront, et il n’y aura per sonne qui les effraye.” Soph. 3 :13. Nul ne peut ignorer la signification de cette écriture. Il trouvera son accomplissement tel qu’il est écrit. En dépit du fait que certains pourront penser que cette prophétie ne contient que des paroles vides, parce que les gens disent : “Montons à la montagne de L’ÉTERNEL.” {SR1: 175.1}

Dans Counsels to Teachers nous lisons : “‘Ceci sera l’alliance que j’établirai avec la maison d’Israël ; après ces jours-là, dit L’ÉTERNEL, je mettrai ma loi au dedans d’eux et je l’écrirai sur leur cœur et je serai leur DIEU et ils seront mon peuple ; et ils n’enseigneront plus chacun son prochain et chacun son frère, disant : Connaissez L’ÉTERNEL ; car ils me connaîtront tous, depuis le plus petit d’entre eux, jusqu’au plus grand, dit L’ÉTERNEL ; car je pardonnerai leur iniquité et je ne me souviendrai plus de leur péché.” Jér. 31 : 33, 34.’ {SR1: 175.2}

‘Et beaucoup de nations viendront et diront : Venez, et montons à la montagne de L’ÉTERNEL, et à la maison du DIEU de Jacob

175

, et il nous enseignera ses voies, et nous marcherons dans ses sentiers. Car de Sion sortira la loi, et de Jérusalem, la parole de L’ÉTERNEL.’ Mich. 4 : 2.» Counsels to Teachers, pages 454, 455. Notez que l’Esprit de Prophétie s’appuie sur Mich. 4 : 2 en tant que prophétie sûre, qui ne manquera pas d’advenir et de trouver son accomplissement dans le peuple de DIEU, en associant ce verset à Es. 54 : 11 14 ; Jér. 31 : 33, 34 ; écritures qui trouvent leur accomplissement à l’époque du “Grand Cri du Message du Troisième Ange.” {SR1: 175.3}

Mich. 4 : 3 : “Et il jugera au milieu de beaucoup de peuples et réprimandera des nations puissantes, lointaines ; et de leurs épées ils forgeront des socs de charrue et de leurs lances, des serpes : une nation ne lèvera pas l’épée contre une nation, et on n’apprendra plus la guerre.” “Et il jugera au milieu de beaucoup de peuples et réprimandera des nations puissantes, lointaines.” Dans Es. 60 : 10, 12 nous avons l’explication de ce texte. « Et les fils de l’étranger bâtiront tes murs et leur rois te serviront:… Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas, périront ; et ces nations seront entièrement désolées. » {SR1: 176.1}

“Et de leurs épées ils forgeront des socs de charrue et de leurs lances, des serpes : Une nation ne lèvera pas l’épée contre une nation, et on n’apprendra plus la guerre.” Ce verset dit exactement le contraire de Joël 3 :10 : “De vos socs de charrue, forgez des épées et de vos serpes des lances : Que le faible dise, je suis fort.” {SR1: 176.2}

Ces passages des écritures révèlent deux classes de personnes. Une classe qui doit affluer dans l’église par groupes importants : Rois et grands chefs militaires qui ont construit des armes de destruction et préparé la guerre. Maintenant ils ont été conquis par l’évangile. Tandis qu’ils rejoignent l’église ils ramassent leurs instruments de guerre pour les transformer en socs de charrue et en serpes. “On n’entendra plus parler de violence dans ton pays, de dévastation et de ruines dans tes confins ; mais tu appelleras tes murs Salut, et tes portes Louange.” Es. 60 : 18. L’autre classe, qui reste en dehors de l’église, prépare la guerre en forgeant leurs socs de charrue en épées et leurs serpes en lances. Il y a un peuple qui se prépare à la transmutation tandis que l’autre se prépare pour la conquête. Ainsi les deux passages des écritures sont parallèles, et s’accompliront

176

en même temps. Ainsi le monde serait divisé en deux grandes classes séparées et distinctes : Séparer le blé de la paille, les chèvres des brebis. {SR1: 176.3}

Mich. 4 : 4 : “Et ils s’assiéront chacun sous sa vigne et sous son figuier et il n’y aura personne qui les effraye : Car la bouche de L’ÉTERNEL des armées a parlé.” La signification de ce verset est que l’église de DIEU offre une sécurité absolue, personne ne doit avoir peur. Rappelez-vous que les 144 000 sont marqués du sceau avant cette époque et que leurs vies sont en sécurité. Personne ne peut leur faire du tort ou toucher à leur vie présente ni à leur vie à venir, car ce sont des saints vivants qui attendent leur transmutation. Forts de cette assurance, personne ne peut leur inspirer la peur, et ils triompheront dans la victoire. Citons Es. 60 :17, dernière partie, et 18 : “Et je te donnerai pour gouvernants la paix et à tes exacteurs la justice. On n’entendra plus parler de violence dans ton pays, de dévastation et de ruine dans tes confins ; mais tu appelleras tes murs Salut et tes portes Louange.” {SR1: 176.4}

Mich. 4 : 5 : “Car tous les peuples marcheront, chacun au nom de son dieu ; et nous, nous marcherons au nom de L’ÉTERNEL, notre DIEU à toujours et à perpétuité.” Ce verset ne laisse aucun doute sur le fait que le monde serait divisé en deux grandes classes séparées. Le peuple de DIEU n’aura rien en commun avec les méchants et dira : “Tous les peuples marcheront, chacun au nom de son dieu. Mais “nous, nous marcherons au nom de L’ÉTERNEL, notre DIEU à toujours et à perpétuité.” {SR1: 177.1}

Mich. 4 : 6 : “En ce jour-là, dit L’ÉTERNEL, je rassemblerai celle qui boitait et je recueillerai celle qui était chassée et celle que j’avais affligée.” Ce qui désigne l’église de nos jours, dans sa condition présente. “Je ferai d’elle un reste :” C’est-à-dire, qu’après la séparation (purification) ceux qui restent, les 144 000 constituent le résidu. L’affliction est le temps de purification. {SR1: 177.2}

Mich. 4 : 7 : “Et je ferai de celle qui boitait, un reste et de celle qui avait été chassée une nation forte : Et L’ÉTERNEL régnera sur elles, à la montagne de Sion, dès lors et pour toujours.” «Celle qui avait été chassée, »-l’église du temps présent a été “chassée,” ou, comme dit Ap. 3 :16 : “Je te vomirai de ma bouche,”-désignant l’état actuel de Laodicée. Mais dans sa miséricorde il

177

rassemblera le reste (le résidu) et fera de l’église une “nation forte” par le rassemblement des Gentils dans le message. Une grande armée de 144 000, remplie de l’Esprit Saint, proclamera le message sans crainte dans le monde entier, avançant en vainqueurs et pour vaincre. “Le plus petit deviendra un millier et le moindre, une nation forte : Moi, L’ÉTERNEL, je hâterai cela en son temps.” Es. 60 : 22. “DIEU a promis que là où les pasteurs ne sont pas sincères, il prendra soin du troupeau lui-même.” Témoignages volume 5, page 80. {SR1: 177.3}

Mich. 4 : 8 : “Et toi, tour du troupeau, forteresse de la fille de Sion, à toi arrivera, à toi viendra, la première domination ; le royaume viendra à la fille de Jérusalem.” Tous connaissent ce verset. Une prophétie concernant CHRIST,-“Tour du troupeau, … à toi arrivera, à toi viendra, la première domination.” La “première domination” est le royaume qu’Adam perdit. La promesse est que CHRIST restaurera toutes choses, et que par héritage tout reviendra à l’église (son peuple). “Le royaume viendra à la fille de Jérusalem.” {SR1: 178.1}

Mich. 4 : 9 : « Maintenant, pourquoi pousses-tu des cris ? N’y a-t-il point de roi au milieu de toi ? Ton conseiller a-t-il péri ? Car les douleurs t’ont saisi, comme une femme en travail.” Ce temps de pleurs et de douleurs ne peut être autre que celui qui est juste devant nous, le temps de purification. « Voici, j’enverrai mon messager et il préparera le chemin devant moi : Et le SEIGNEUR que vous cherchez, viendra soudain dans son temple et le messager de l’alliance, en qui vous prenez plaisir, voici, il viendra dit L’ÉTERNEL des armées. Mais qui supportera le jour de sa venue et qui subsistera lorsqu’il se manifestera car il est comme un feu d’affineur et comme la potasse des foulons.” Mal. 3 : 1, 2. {SR1: 178.2}

Ce processus de purification ne sera pas facile pour les pécheurs, car on utilisera “le feu d’affineur et la potasse des foulons”, et quand DIEU aura terminé ce lavage, il aura un peuple pur et sans tâche. Il suivra une époque glorieuse avec joie et réjouissance dans le SEIGNEUR ; ce sera comme pour une femme qui donne naissance, et quand un

178

fils est né il y a une grande joie. Mais la question suivante est posée : « Maintenant, pourquoi pousses-tu des cris ? N’y a-t-il point de roi au milieu de toi ? Ton conseiller a-t-il péri ? » Quoique tout ceci paraisse douloureux personne n’a de raison d’avoir peur, car l’église de DIEU a un roi et un conseiller qui “ne sommeille ni ne dort”. Le brasier est strictement surveillé. Le pécheur périra, mais le pieu sera préservé. {SR1: 178.3}

Mich. 4 : 10 : “Souffre et gémis, fille de Sion, afin d’accoucher comme une femme en travail : Car maintenant tu sortiras de la ville et tu habiteras dans les champs et tu iras jusqu’à Babylone ; là, tu seras délivrée ; là, L’ÉTERNEL te rachètera de la main de tes ennemis.” Ce verset montre qu’après la purification, l’église n’est pas immédiatement transmuée dans la Nouvelle Jérusalem au ciel, mais qu’elle continue à effectuer la tâche qui lui a été confiée ici sur terre. “Car maintenant tu sortiras de la ville et tu habiteras dans les champs et tu iras jusqu’à Babylone ; là, tu seras délivrée ; là, L’ÉTERNEL te rachètera de la main de tes ennemis.” {SR1: 179.1}

“Souffre et gémis, fille de Sion, afin d’accoucher comme une femme en travail.” L’explication de ce verset se trouve dans Es. 66 : 7, 8. Citons le verset 7 : “Avant qu’elle ne fût en travail, elle a enfanté ; avant que les douleurs ne soient venues, elle a donné le jour à un enfant mâle.” Cette femme « a enfanté avant que les douleurs ne soient venues, elle a donné le jour à un enfant mâle. » La femme est l’église de l’Ancien Testament aux jours de CHRIST. CHRIST est l’enfant mâle auquel elle a donné naissance, mais elle n’a pas été en travail et n’a pas connu les douleurs. Ce qui veut dire qu’elle ne l’a pas connu ; elle n’a pas senti les douleurs de la délivrance. Tout comme ce serait un miracle pour une femme de donner naissance de cette manière, ce fut un miracle que CHRIST naisse de cette mère indigne (l’église juive : car elle avait rétrogradé). Citons Es. 66 : 8 : “Qui a entendu une chose pareille, qui a vu de telles choses, fera-t-on qu’un pays enfante en un seul jour ? Une nation naîtra-t-elle en une fois. Car aussitôt que Sion a été en travail, elle a enfanté ses fils.” Tandis que c’était un miracle que l’église juive puisse donner naissance à CHRIST, un miracle encore plus grand existe dans l’église dont il est question

179

dans ce verset, car étant en travail, elle donna naissance à ses enfants. Une telle chose serait une merveille, tout comme il est impossible que la terre produise en un jour ou qu’une nation naisse en un jour. Néanmoins cela se fera, “car dès que Sion fut en travail, elle a enfanté.” {SR1: 179.2}

En termes humains, le fait de terminer le travail de l’évangile dans cette génération (la génération étant presque accomplie) serait une tâche impossible ; mais la prophétie déclare que des choses impossibles seront accomplies. L’église qui aura enfanté et délivré ses enfants est l’église du temps du grand cri du message du troisième ange. Il y a un grand rassemblement à effectuer en très peu de temps. « Et après ces choses, je vis un autre ange descendant du ciel, ayant une grande puissance, et la terre fut illuminée de sa gloire.” Ap. 18 : 1. « Et beaucoup de nations viendront, et diront : Venez et montons à la montagne de L’ÉTERNEL, et à la maison du DIEU de Jacob.” {SR1: 180.1}

Mich. 4 : 11 : “Et maintenant sont rassemblées contre toi beaucoup de nations qui disent, qu’elle soit profanée, que notre œil regarde Sion.” Aussitôt que l’église de DIEU dans son ensemble (non en tant qu’individus) échappera aux griffes du diable (car les impurs ne pourront y entrer) et devient sérieuse, remplie de l’Esprit de DIEU, la colère de l’ancien ennemi sera éveillée et provoquera l’accomplissement d’Ap. 12 : 17 : “Et le dragon fut irrité contre la femme et s’en alla faire la guerre contre le reste de sa semence, ceux qui gardent les commandements de DIEU et qui ont le témoignage de JÉSUS.” {SR1: 180.2}

Cette époque de troubles est également décrite par l’Esprit de Prophétie. Premiers Écrits, pages 33, 34 : « Et au commencement du temps de détresse, nous étions remplis du Saint Esprit alors que nous allions proclamer plus amplement le Sabbat… Les méchants pensaient que nous avions attiré les sentences sur eux et ils se levèrent en conseil pour débarrasser la terre de nous, pensant qu’ainsi, le mal serait maîtrisé. Pendant le temps de détresse, nous nous enfuîmes tous des villes et des villages, mais nous fûmes poursuivis par les méchants, qui entraient dans les maisons des saints munis d’une épée.» Ainsi que les pages 282, 283 : « J’ai vu les saints quitter les

180

villes et les villages, et se rassembler en groupes, et vivre dans les endroits les plus retirés. Les anges leur apportaient de la nourriture et de l’eau, alors que les méchants souffraient de la faim et de la soif. Puis je vis les dirigeants de la terre se consulter et Satan et ses anges s’affairer autour d’eux. Je vis un écrit dont les copies étaient disséminées aux quatre coins de la terre, ordonnant qu’a moins d’abandonner leur foi étrange, d’abandonner le Sabbat, et d’observer le premier jour de la semaine, le peuple avait le droit, après un certain temps de leur donner la mort. » Jérémie décrit également cette époque troublée. “Les pasteurs et leurs troupeaux viendront contre elle ; ils dresseront leurs tentes contre elle tout alentour. Ils brouteront chacun sa part.” Jér. 6 : 3. {SR1: 180.3}

Mich. 4 :12 : “Mais elles ne connaissent pas les pensées de L’ÉTERNEL et ne comprennent pas son conseil : Car il les amassera comme des gerbes dans l’aire.” Les méchants ne peuvent comprendre DIEU. Tandis qu’ils s’efforcent de détruire son peuple ils ne font qu’ériger l’échafaud sur lequel ils seront pendus. Tout comme le méchant Haman prépara l’échafaud pour mettre un terme à la vie du juif Mordecaï, ne réussissant qu’à se faire pendre, ainsi les méchants seront troublés lors du jour de DIEU, car ils ne connaissent pas la pensée du SEIGNEUR. {SR1: 181.1}

Mich. 4 :13 : “Lève toi et foule, fille de Sion ; car je te ferai une corne de fer et des sabots d’airain et tu mettras en pièces beaucoup de peuples : Et je consacrerai leur butin à L’ÉTERNEL et leurs biens au SEIGNEUR de toute la terre.” L’église de DIEU doit fouler la moisson, engranger, mettre en balles, brûler et détruire. Les méchants doivent périr, et ils seront comme s’ils n’avaient jamais existés. “Car la nation et le royaume qui ne te serviront pas périront et ces nations seront entièrement désolées.” Es. 60 : 12. {SR1: 181.2}

181

RESUME DES LEÇONS CONCERNANT LA REFORME

Qu’est-ce qui caractérisent les infidèles ?

La question qui nous est posée est la suivante : Qu’est-ce qui caractérisent les infidèles ? Définissons d’abord le terme. Selon le Standard Dictionary: “Infidèle une personne sans foi religieuse.” Si cela est vrai, alors quelqu’un qui possède une religion, quelle qu’elle soit, n’est pas un infidèle. C’est un fait reconnu que ceux qui habitent dans un coin inconnu de la terre, loin de la civilisation, ou de la chrétienté, ne sont pas des gens sans religion. C’est à dire que d’une manière générale ils croient en un être suprême ou un pouvoir surnaturel. Ceci étant, force nous est d’admettre que le monde païen ne contribue pas à cette dégénérescence que nous voyons balayer les nations à grande vitesse. L’infidélité prend ses racines dans les pays civilisés. Nous allons tenter, ici même, de désigner ceux qui sont directement responsables du mal si répandu, qui, comme le cancer, ronge la moralité des nations. {SR1: 182.1}

L’argument suivant a été présenté récemment à un auditoire dans une certaine métropole par un homme habillé d’un costume indien et qui se disait être un métis indien. Cet homme dit : “Notre terre accomplit une rotation complète sur son axe une fois toutes les vingt-quatre heures. Pendant la journée nous sommes debout sur la terre avec le soleil au-dessus de nos têtes, mais pendant la nuit nous nous tenons en dessous de la terre, suspendus par les pieds avec la lune et les étoiles dans l’espace en dessous de nous. Si vous rencontrez un chrétien à midi, continua l’Indien, et que vous lui demandez où il va, il vous dira qu’il va au ciel. Si vous lui demandez : Où est le ciel ? Il désignera le soleil et dira : ‘Voilà le ciel’. Mais vous le rencontrez douze heures plus tard, à minuit, tandis qu’il est en dessous de la terre, et vous lui demandez où est le ciel. Cette fois il désigne les étoiles, car il pense montrer la même direction qu’à midi, et il dit ; ‘Voilà le ciel’. {SR1: 182.2}

Puis il ajouta : “Les chrétiens ne savent pas où se trouve le ciel, et ils ne savent pas où ils vont. Peu importe l’heure de la journée ou de la nuit, ils montrent toujours la même direction. De plus,

182

depuis de nombreuses années les astronomes photographient les soleils et les planètes, mais ces soleils sont si éloignés que le voyage prendrait des millions d’années-lumière, cependant ils n’ont pas réussi à photographier le ciel [où se trouve le trône de DIEU], ce qui veut dire que s’il y a un ciel il doit être si éloigné que ces chrétiens devraient voyager à la vitesse de la lumière (360,000 kilomètres par seconde) pendant des millions d’années pour arriver à leur but. Ce qui serait impossible, car la durée de vie de l’homme n’est que de quelques années.” {SR1: 182.3}

Ce qu’a dit cet Indien est vrai, en ce qui concerne son objection et l’impossibilité d’atteindre le ciel, d’un point de vue humain. Il faudrait être un étudiant assez compétent de la Bible pour répondre de manière satisfaisante à ce type d’infidèle, mais l’idée que nous avançons ici est que c’est le contact avec le chrétien qui a fait de l’Indien un infidèle, au lieu d’en faire un chrétien. Le mal ne s’est pas arrêté là, car maintenant l’Indien est en train de transformer en infidèles des centaines de milliers de personnes par l’emploi de cette soi-disant lumière qu’il a reçue d’un soi-disant chrétien. L’expérience de cet Indien nous apprend que quand nous professons le nom de CHRIST, notre manière d’agir et notre conversation, au contact du monde, ont une influence décisive, pour le meilleur ou pour le pire, et tout comme les vagues de la mer, une vague porte une autre, et encore une autre. “Jetez un caillou dans un lac et une vague se forme, puis une autre, et encore une autre, et comme le cercle s’étend, elles finissent par atteindre la rive. Il en va ainsi de notre influence ; elle se transforme en bénédiction ou malédiction au-delà de notre contrôle ou de notre connaissance.” Paraboles., pages 295. {SR1: 183.1}

D’évidence il y a deux classes de chrétiens. Une classe produit des disciples du CHRIST, tandis que l’autre classe donne des infidèles contre CHRIST. Nous pouvons nous interroger : A quelle classe appartiens-je ? 2 Cor. 13 : 5 : « Examinez-vous, vous-mêmes et voyez si vous êtes dans la foi ; éprouvezvous vous-mêmes. Ne reconnaissez-vous pas à l’égard de vous-mêmes que, JÉSUS-CHRIST est en vous, à moins que vous ne soyez des réprouvés ? » Citant 2 Tim. 2 : 15 : “ Étudie pour te présenter approuvé à Dieu, [comme] un ouvrier qui n’a pas à avoir honte, coupant droitement la parole de vérité.” Ce commandement est aussi valable que tous les autres commandements de la Bible. Du moins devrait-il

183

être aussi valable que le cinquième commandement du décalogue. “Honore ton père et ta mère afin que tes jours soient prolongés sur la terre, que L’ÉTERNEL, ton DIEU, te donne.” Ex. 20 :12. {SR1: 183.2}

Si un père commande à son enfant de faire une certaine chose et que l’enfant refuse d’obéir, il a déshonoré son père terrestre et est devenu un transgresseur du cinquième commandement. Mais si notre Père céleste nous demande d’accomplir une certaine chose et que nous refusions de répondre à son appel, nous déshonorons notre Père Céleste et nous transgressons le premier commandement : “Vous n’aurez point d’autre dieux devant Moi.” En fait nous violons les quatre premiers commandements qui nous demandent d’honorer DIEU, tandis que les six derniers concernent l’amour pour l’homme. “Car quiconque gardera toute la loi et faillira en un seul point, est coupable de tous.” Jac. 2 :10. {SR1: 184.1}

Citons la première partie de 1 Pi. 3 :15 : “Mais sanctifiez le SEIGNEUR DIEU dans vos cœurs.” Ce qui signifie que DIEU seul devrait demeurer dans nos cœurs et rien d’autre ne devrait venir s’interposer. Il est possible d’obéir au commandement de 2 Tim. 2 : 15, cité précédemment, mais sans la sanctification du cœur au nom du SEIGNEUR DIEU, même si une telle personne passait sa vie entière à étudier, ce serait en vain en ce qui concerne les choses spirituelles dont nous parlons ici. D’un autre côté, si une personne obéit à ces deux commandements (1 Pi. 3 : 15 et 2 Tim. 2 : 15), alors elle doit être capable d’accomplir la dernière partie du verset, “et soyez toujours prêts à répondre, mais avec douceur et crainte, à quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous.” 1 Pi. 3 : 15. Notre manière de répondre aux gens prouvera si nous gardons les commandements de DIEU ou non. Si notre réponse ressemble à celle du chrétien mentionné ci-dessus, alors nous ne savons pas davantage où se trouve le ciel ni où nous allons. Notre influence serait de nature à faire des infidèles au lieu de faire des disciples de CHRIST. Un chrétien qui a sanctifié le SEIGNEUR DIEU dans son cœur pourra donner une meilleure réponse à l’Indien cité ci-dessus qu’un soi-disant chrétien. {SR1: 184.2}

Citons Es. 14 : 13 : “ Car tu as dit en ton cœur, je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au dessus des étoiles de DIEU et je m’assiérai sur la montagne de la congrégation, du côté

184

nord.” Lucifer désirait monter les pentes du nord car c’est là que se trouve le trône de DIEU, et là où se trouve le trône de DIEU c’est le ciel. Si ce chrétien avait montré le nord, tel une boussole, à midi, et désigné la même direction à minuit, ou à n’importe quelle heure, les lignes finiraient toutes par se rejoindre en un même point. Cette réponse aurait été à la fois juste et instructive. Le coup porté contre le ciel ainsi que la confusion auraient été évités, et le bien causé par une réponse sage ne peut être évalué. Une réponse donnée à cet Indien, et les indications pour trouver le ciel seront données à la fin de ce chapitre. {SR1: 184.3}

Lucifer a dit qu’il monterait les pentes du nord. Il aurait pu monter s’il avait obéi au commandement du SEIGNEUR. Mais au contraire, Lucifer pensait être plus intelligent que son DIEU, et il souhaitait apporter une amélioration au ciel. Honnête dans sa méprise, il tentait une tâche impossible. Dans Es. 14 : 15, nous lisons : “Toutefois, on te fera descendre en enfer au fond de la fosse.” La conséquence fut qu’au lieu de monter les pentes du nord, là où il désirait aller, il descendit les pentes de la fosse (la direction opposée). De la même manière, beaucoup de chrétiens de nos jours, comme Lucifer, pensent monter les pentes du nord (le Ciel), mais à leur façon, souhaitant améliorer la sagesse du DIEU Vivant. Ils sont plus intéressés par la perspective d’aller au ciel que par l’étude et l’obéissance au clair enseignement qui leur est donné par la Parole de DIEU. Quoiqu’ils soient honnêtes dans leur méprise concernant la direction du ciel, ils se retrouveront au fond des pentes de la fosse (l’enfer). La déception d’une telle personne serait plus grande que tout ce que nous pouvons imaginer. Seule l’expérience peut rendre compte de la peine et de la souffrance ressenties à un tel instant. Cette classe de chrétiens n’œuvre pas seulement à ses propres dépens, mais ils causent aussi du dommage à d’autres personnes, ce sont eux dont Jean 8 : 44 dit : “Vous, vous avez pour père le diable et vous voulez accomplir les convoitises de votre père.” {SR1: 185.1}

Citons 2 Cor. 13 : 5 : “Examinez-vous, vous-mêmes et voyez si vous êtes dans la foi, éprouvez-vous vous-mêmes, ne reconnaissez-vous pas à l’égard de vous-mêmes que JÉSUS-CHRIST est en vous, à moins que vous ne soyez des réprouvés.” Nous, en tant qu’Adventistes du Septième Jour, ne ferions pas de tort au ciel ni d’injustice

185

envers nous-mêmes si nous faisions les comptes de notre expérience chrétienne afin de déterminer dans quelle direction nous allons. En tant que peuple, nous avons été honorés par le ciel au moyen d’un message spécial pour le monde de notre génération. Nous appelons ce message le “Message du Troisième Ange”, une combinaison des messages des premier, second et troisième anges d’Ap. 14 : 6 12. La substance du message dont nous sommes porteurs peut être classée en cinq sujets : (1) le temps de la fin ; (2) le jugement (jour de l’expiation, depuis 1844) ; (3) la deuxième venue de CHRIST pendant cette génération ; (4) la restauration du vrai Sabbat; (5) l’appel au peuple de DIEU de sortir de Babylone (l’idolâtrie), que nous définissons comme l’observation du Dimanche, de la Pâques, de noël, etc. Le refus de reconnaître et de renoncer à pratiquer ces institutions et fêtes dites chrétiennes est la raison principale de la chute de Babylone. L’appel dit de quitter ces pratiques païennes et d’adopter la vraie adoration de JÉHOVAH. {SR1: 185.2}

Nous prêchons la dîme pour soutenir l’évangile. Nous soutenons que nous sommes le peuple qui observe les commandements de DIEU et que nous avons le témoignage de JÉSUS, ce dernier étant le don de l’Esprit de Prophétie ; s’y ajoutent les doctrines de réforme sanitaire, de réforme vestimentaire, etc. Le but principal et unique de ces doctrines est de préparer un peuple particulier pour la gloire et l’honneur de DIEU ; un peuple qui rencontrera le SEIGNEUR sans goûter à la mort ou qui sortira pendant la résurrection spéciale de Daniel 12. “Mais vous, vous êtes une race élue une prêtrise royale, une nation sainte, un peuple particulier, pour que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à sa merveilleuse lumière.” 1 Pi. 2 : 9. {SR1: 186.1}

Ce message doit parvenir jusqu’aux régions les plus reculées de la terre, car c’est sur cette base que le monde sera jugé. Ceux qui le rejettent étant condamnés à mort, il s’agit d’un message bien plus puissant que nous ne pouvons imaginer. Voilà la substance et l’objet du message que nous portons à toute communauté, toute langue, tout peuple, et sa présentation au public dans toute sa splendeur produit un grand effet. Les gens écoutent avec un intense intérêt et accordent leur entière attention, avides de comprendre chaque pensée exprimée. Gagnés par l’intérêt pour la vérité, ils commencent à chercher

186

plus profondément dans la Parole. Ils se procurent les livres de l’Esprit de Prophétie, et commencent avec grand intérêt à faire des recherches dans ses pages sacrées. {SR1: 186.2}

Croyant, comme ils l’ont appris, que nous vivons le jour du jugement, ils s’attendent à voir le peuple de DIEU se libérer de tout péché par l’obéissance à sa Parole divine, et plus particulièrement aux instructions données à l’église par son messager en cette génération. Tandis qu’ils étudient ces écrits à l’aide de l’Esprit de Prophétie, ils tombent tout naturellement sur les passages suivants : Counsels on Health, page 277 : “Nos conceptions sur la construction et l’ameublement de nos institutions devraient être modelées et calquées sur une connaissance véritable et pratique de ce que signifie marcher humblement aux côtés de DIEU. On ne devrait jamais considérer qu’il est nécessaire de donner des signes extérieurs de richesse. On ne devrait jamais compter sur l’apparence extérieure comme moyen de succès. C’est une illusion. Le désir de créer une apparence, ne correspondant en aucune façon à l’œuvre que DIEU nous a confiée, une apparence entretenue seulement par des dépenses somptueuses, est un tyran impitoyable. C’est un chancre qui ronge constamment les organes vitaux. « {SR1: 187.1}

Les hommes de bons sens préfèrent le confort à l’élégance et à l’ostentation. C’est une erreur de croire qu’en maintenant l’apparence, on pourrait attirer davantage de patients et donc de moyens. Mais, même si cette démarche augmentait la clientèle, nous ne devrions pas accepter que nos sanatoriums soient meublés conformément aux idées luxueuses de l’époque. » {SR1: 187.2}

Témoignages vol. 5 page 188, mentionne à propos d’Abraham, d’Isaac et de Jacob : “Ils ne vivaient que pour la gloire de DIEU, et ont déclaré clairement qu’ils étaient des étrangers et des pèlerins sur terre, à la recherche d’une terre meilleur, c’est à dire céleste. Leur comportement proclamait leur foi… Mais comment les gens consacrés à DIEU s’y prennent-ils aujourd’hui pour maintenir l’honneur de son nom ? Comment le monde en déduit-il qu’ils sont un peuple particulier? Quelles preuves donnent-ils de leur appartenance à la Cité Céleste ?… Au moment où votre démarche m’a été présentée, on m’a fait remarquer les habitations récemment construites par nous dans cette ville. Ces bâtiments sont autant de monuments de votre incroyance des doctrines auxquelles vous prétendez

187

adhérer. Ils prêchent des sermons plus percutants que tous ceux qui proviennent de la chair. J’ai vu les gens du monde les montrer du doigt en ricanant et les ridiculisant, comme un reniement de notre foi. Ils proclament ce que les propriétaires disaient en leur cœur, -‘Mon SEIGNEUR tarde à venir.’” {SR1: 187.3}

Témoignages volume 7, pages 59 : “Le SEIGNEUR m’a demandé de prévenir ceux qui à l’avenir construiront des sanatoriums dans des nouveaux endroits, de commencer leur travail dans l’humilité en consacrant leurs talents à son service. Les bâtiments construits ne devraient être ni grands, ni dispendieux. De modestes sanatoriums de proximité doivent être construits en tandem avec nos écoles d’apprentissage.” Témoignages vol. 3, page 135 : “Nous devons aussi nous souvenir que notre travail doit être en accord avec notre foi. Nous croyons que le SEIGNEUR va bientôt venir, les bâtiments que nous édifions ne devraient-ils pas être le reflet de notre foi ? Devons-nous mettre d’importantes sommes d’argent dans des bâtiments qui seront bientôt anéantis dans le grand incendie ? Notre argent se traduit en âmes et il doit être utilisé pour porter la connaissance de la vérité à ceux qui, à cause du péché, sont condamnés par DIEU.” {SR1: 188.1}

Témoignages vol. 9, page 71 : “DIEU conçoit que nous devons apprendre des leçons par rapport aux échecs passés. Cela ne lui est pas agréable que ses institutions encourent des dettes. Nous sommes arrivés au moment où nous devons donner une empreinte à l’œuvre en refusant d’ériger des bâtiments grands et coûteux. Nous ne devons pas réitérer les erreurs du passé et nous endetter de plus en plus.” {SR1: 188.2}

C’est le bon droit du lecteur de demander au peuple de DIEU pourquoi les instructions données par celui que nous considérons comme un prophète de DIEU pour le temps présent n’ont pas été exécutées. Maintenant nous nous trouvons face à face avec notre texte : “Et soyez toujours prêts à répondre, mais avec douceur et crainte à quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous.” 1 Pi. 3 : 15. Quelle réponse pouvons-nous donner qui démontrerait l’humilité et la crainte dans les cœurs du peuple de DIEU ? Notre réponse caractériserait-elle le travail de DIEU et de son peuple ? Cette réponse établirait-elle la confiance de l’inquisiteur dans le message et le peuple qui porte cette grande responsabilité ? Que dire ? Que ce soit par la parole ou par le silence

188

, la seule réponse possible est : “Oui, c’est ce que dit le prophète, mais ce n’est pas ce que nous faisons.” Une telle réponse donnerait-elle l’impression que nous croyons vraiment que nous sommes dans le jour des expiations, et que chaque homme doit confesser ses péchés ? Une telle personne accepterait-elle alors la vérité, pour devenir un chrétien ? Ou deviendrait-il, comme l’Indien cité plus haut, un infidèle ? Très vraisemblablement c’est la parole de ce dernier qui serait acceptée, et la vérité serait rejetée. Mais ce n’est pas ici que le mal se termine. {SR1: 188.3}

Un autre arrive avec la question suivante : “Vous prêchez que noël n’est pas le véritable anniversaire de CHRIST ; qu’il s’agit de l’anniversaire d’un imposteur, un jour sacré par une institution païenne et une adoration idolâtre. Vous nous avez dit que les chrétiens ne doivent pas prendre part à cette fête, et que pour cette raison, ils devraient sortir de la Babylone déchue. Pourquoi alors agissez-vous comme ceux qui sont dans Babylone ? Vous donnez des cadeaux et vous en recevez. Quelle réponse devrions-nous donner à ce second inquisiteur qui pourrait lui donner foi en ce que nous croyons ? {SR1: 189.1}

Que nous répondions à la question ou non, nos actes ont déclaré : “Oui, c’est ce que nous prêchons, mais ce n’est pas ce que faisons.” N’est-ce pas de la pure hypocrisie ? Est-ce que notre réponse aura vraiment obligé cette pauvre âme à accepter ou à rejeter la vérité ? Très probablement il rejetterait la vérité et rejoindrait les rangs des infidèles s’il ne l’as pas déjà fait. Ce qui est vrai pour noël est vrai pour Pâques, mais la tendance ne s’arrête pas là. {SR1: 189.2}

La troisième personne dans la file s’avance en citant les passages suivants, tirés de Témoignages volume 2, pages 551, 552 : « Nos fédérations attendent de nos écoles, des ouvriers instruits et bien formés, et devraient leur accorder un soutien cordial et intelligent. Il a été clairement démontré que l’argent de la dîme devrait servir à entretenir ceux qui officient dans les écoles, enseignant la parole de DIEU, expliquant les écritures et formant les élèves aux choses de DIEU… Les mêmes principes qui, s’ils étaient suivis, amèneraient succès et bénédictions sur nos écoles d’apprentissage et nos collèges, devraient gouverner nos plans et nos travaux pour les écoles religieuses.» Ce prophète dont vous dites qu’il est un prophète de DIEU dit

189

ainsi. En conséquence, pourquoi ne payez-vous pas vos enseignants sur la dîme comme DIEU l’a commandé ? Pourquoi désacralisez-vous le Sabbat en évoquant le salaire du professeur à l’heure du culte ? Si c’est un prophète de DIEU pourquoi avez-vous accordé si peu d’importance aux instructions données ? Ne craignez-vous pas DIEU ? Maintenant, que peut-on dire à cet homme ? Nous ne pouvons rien dire. Mais cela ne cachera pas le mal car nos œuvres ont révélé le secret suivant : “Oui, c’est ce que DIEU a dit par son prophète mais ce n’est pas ce que nous faisons.” {SR1: 189.3}

Quelle dîme pensez-vous que cet homme paierait après avoir appris que nous l’avons employée abusivement ? Une telle pratique pourrait-elle renforcer sa confiance dans le message et dans le peuple ? Serait-il prêt maintenant à sacrifier un jour par semaine et le dixième de ses revenus et peut-être sa position professionnelle ? C’est son âme qui est en jeu, et à qui demanderait-on son rachat ? N’est-ce pas redoutable ? {SR1: 190.1}

Le quatrième arrive avec le Témoignages Vol. 1, pages 471 472(version anglaise) : « Une énorme erreur a été commise par certains professant la vérité présente, introduisant le commerce au cours des assemblées et par leur trafic, détournant les esprits de l’objet de leurs rencontres. Si CHRIST était maintenant sur la terre, il chasserait ces colporteurs et trafiquants, qu’ils soient pasteurs ou civils, avec un fouet à fines lanières, comme il le fit en pénétrant dans le temple à l’époque… ‘Et leur dit, il est écrit, ma maison sera appelée une maison de prière, mais vous en avez fait un repère de voleurs’.» Ces trafiquants ont pu avancer comme excuse que ces articles à vendre étaient destinées à des offrandes sacrificielles. Mais leur objectif était de faire des profits, d’obtenir de moyens, d’accumuler… Les pasteurs sont montés sur la chaire pour prêcher les sermons les plus solennels, et en introduisant des marchandises et jouant le rôle de vendeurs, jusque dans la maison de DIEU, ils ont détourné les esprits de leur auditeurs des impressions reçues et détruit le fruit de leur labeur… Leur temps et leur force devraient être gardés en réserve, pour que leurs efforts soient entièrement déployés au cours des assemblées. Leur temps et leur force ne devraient pas être employés à la vente de nos livres alors qu’ils peuvent être correctement diffusés au public par ceux qui n’ont pas la charge de prêcher la parole.” {SR1: 190.2}

190

Cette personne nouvellement intéressé pose la question : “Pourquoi vendez-vous vos publications au sein de l’église ? Pourquoi désacralisez-vous le Sabbat avec vos marchandises ? Les heures matinales du Sabbat ne sont elles pas sacrées et destinées au seul culte ? Vous m’avez dit, celui-ci est le prophète de DIEU pour cette génération. Pourquoi avez-vous négligé l’avertissement ? Ce livre ne fut-il pas écrit par le prophète que vous prétendez croire ?” Que devons-nous répondre à cette personne ? Y a-t-il quelque chose qui puisse nous délivrer de notre culpabilité ? Que nous répondions par la parole ou par le silence, nos œuvres ont déjà manifesté l’acte suivant : “Oui, c’est ce que le prophète de DIEU a dit, mais ce n’est pas ce que nous faisons.” Nous avons chanté notre cantique, mais qu’en est-il de l’âme de cet homme ? {SR1: 191.1}

La personne suivante se présente avec Témoignages vol. 8, pages 141, 142 : “Ceux qui sont inébranlables vis à vis de la vérité ne devraient pas être écartés en faveur des mondains. Les prix pour couvrir les dépenses courantes ne devraient pas être fixés si haut afin d’éviter que les pauvres, dans une large mesure, ne soient exclus des bienfaits du Sanatorium.” {SR1: 191.2}

« Ce livre que nous prétendons être la parole inspirée de DIEU et dont on dit qu’il contient toutes les instructions pour l’église du temps présent, dit que les institutions confessionnelles ne doivent pas fixer leurs prix si haut pour couvrir les dépenses courantes. Le dernier rapport selon le Bulletin de la Conférence Générale de 1930 est : “Les revenus nets de la confession en provenance de ces institutions s’élèvent à $116,000,000.00 pour quatre ans. Si ce prophète de DIEU a dit, “vous ne devez pas fixer vos prix si haut pour couvrir les dépenses courantes,” comment donc avez-vous réussi à gagner tous ces millions de dollars en quatre ans simplement ? Pourquoi n’avez-vous pas suivi les instructions ? Votre DIEU ne pense-t-il pas ce qu’Il dit ? {SR1: 191.3}

Que répondrons-nous cette fois ? Dirons-nous qu’il vaut mieux sacrifier qu’obéir ? Cette parole doit-elle être respectée ou non ? Entendrons-nous le “tu as bien fait” après avoir perdu les brebis et avoir ramassé les dollars ? Est-il plus intéressé par l’or que par les brebis ? Que dirons-nous ? Devons-nous dire que nos institutions se sont fait une place au soleil,

191

et que notre jugement est supérieur à celui de DIEU ? Nous ne le manifestons peut-être pas par la parole, mais nos actes révèlent ce qui est dans nos cœurs. Mais qu’en est-il de cette pauvre âme ? Se mettra-t-elle du côté du peuple de DIEU ou rejoindra-t-elle les rangs des infidèles ? Oh ! Qui paiera le prix de son sang ? {SR1: 191.4}

Nous ne sommes pas encore au bout de la file, car une autre personne intéressée s’avance avec un grand nombre de références, prises à la fois dans la Bible et dans l’Esprit de prophétie, posant un nombre de questions sur les instructions de l’église concernant la réforme sanitaire. Ces livres, dont nous soutenons qu’ils sont écrits pour le peuple de DIEU de la dernière génération, enseignent une réforme sanitaire stricte. Ce prophète a donné charge à l’église d’établir des institutions de santé partout, soit des productions d’aliments de santé, des cafétérias de santé, des écoles et des professeurs de l’art de la cuisine ; de même enseigne-t-il que les membres de l’église doivent s’abstenir de consommer des aliments dont les autorités sanitaires déclarent qu’ils sont nuisibles à la santé. {SR1: 192.1}

La réforme sanitaire doit être propagée partout, et il semble que le prophète ait raison dans cette affaire. Le prophète stipule également que ceux qui ne respectent pas les principes de santé ne pourront entrer par les portes nacrées de la Ville Sainte. Dans Témoignages Volume 2, page 61, nous lisons : “Plutôt que de s’asseoir à une table garnie de nourriture saine, il fréquente des restaurants où il peut laisser libre cours à son appétit… Cet homme rend un culte sur l’autel de la perversion alimentaire. C’est un idolâtre. Les forces qui, sanctifiées et ennoblies, pourraient être employées à honorer DIEU, sont affaiblies et peu utiles. Un caractère irritable, un cerveau confus et des nerfs usés sont les conséquences de son mépris des lois naturelles. Il n’est ni efficace, ni fiable… Ainsi, le DIEU d’Israël est déshonoré alors que la puissance de Satan est révérée et exalté. » {SR1: 192.2}

Témoignages volume 2, page 69(version anglaise) : “De mauvaises habitudes alimentaires ou de boisson, détruisent la santé ainsi que la joie de vivre… Nombreux sont ceux qui s’abandonnent à leur appétit perverti, et font bonne chère, comme ils disent, et comme conséquence déclenchent des fièvres ou tout autre

192

maladie aiguë et même pour certains, la mort. Ces plaisirs leur ont coûté très cher. Pourtant beaucoup le font et à leur décès, ces auto-destructeurs sont accompagnés directement au paradis par le pasteur et leurs amis après avoir fait leurs éloges. Quelle idée! Des gloutons au Ciel ! Non, non, ceux-là ne franchiront jamais les portes nacrées de la cité dorée de DIEU.” {SR1: 192.3}

Si ces choses sont écrites par le prophète de DIEU, comme prétendu, pourquoi avez-vous si peu considéré le conseil du SEIGNEUR ? Pourquoi la plupart d’entre vous mangent-ils de la chair ? Le prophète de DIEU écrit que le peuple de DIEU doit mettre la chair de côté. Dans ce cas, alors, comment espérez-vous gagner l’entrée par les portes nacrées ? Votre DIEU ne pense-t-il pas ce qu’Il dit ? Nos actions n’ont-elles pas déjà répondu à cette âme sérieuse ? “Oui, c’est ce que dit le prophète, mais ce n’est pas ce que nous faisons.” Certains diront: Il est du devoir du corps pastoral d’instruire le peuple de l’église, et je ne puis être tenu pour responsable de ce que j’ignore. Pour le profit d’une telle personne, nous citons le passage suivant des écritures : “Et toi, Fils de l’homme, je t’ai établi sentinelle pour la maison d’Israël ; tu entendras donc la parole de ma bouche, et tu les préviendras de ma part. Quand je dis au méchant : Méchant tu mourras sûrement ; si tu ne parles pas pour prévenir le méchant à propos de sa voie, ce méchant mourra dans son iniquité ; mais je demanderai son sang de ta main.” Ez. 33 : 7, 8. {SR1: 193.1}

La septième personne dans la file, citant un grand nombre de références à la fois de la Bible et des Témoignages, s’enquiert de certaines choses qui lui posent problème : “Ces références n’enseignent-elles pas clairement que le peuple de DIEU ne peut et ne doit suivre les modes du monde, et que les membres de l’église doivent se débarrasser des parures ? Témoignages volume 1, page 270(version anglaise) : « La prophétie d’Esaïe 3 m’a été présentée comme s’appliquant à ces derniers jours; et les blâmes sont jetés sur les filles de Sion, qui n’ont pensé qu’à l’apparence et à l’ostentation. Lire verset 25 : ‘Tes hommes tomberont par l’épée et tes hommes forts dans la guerre.’ On m’a montré que cette écriture sera strictement accomplie. De jeunes hommes et de jeunes femmes

193

, prétendant être chrétiens, sans aucune expérience chrétienne pour autant, et n’ayant endossé ni charge ni responsabilité doivent être mis à l’épreuve. Ils seront rabaissés dans la poussière et languiront après une expérience des choses de DIEU qu’ils n’ont pas réussi à obtenir. » {SR1: 193.2}

Es. 3 : 16 24 : « Et L’ÉTERNEL dit, parce que les filles de Sion sont hautaines et qu’elles marchent le cou tendu, pleines de convoitise et qu’elles marchent à petits pas, faisant résonner leurs pieds : le SEIGNEUR rendra chauve le sommet de la tête de Sion et L’ÉTERNEL exposera leur nudité. En ce jour-là, le SEIGNEUR ôtera l’ornement des anneaux de pieds et les coiffes et les petites lunes ; les chaînes et les bracelets et caches cols, les bonnets, les ornements des jambes; les diadèmes et les amulettes, les boucles d’oreilles, les bagues, les anneaux de nez, les vêtements de fête et les manteaux, et les guimpes et les épingles à cheveux; les miroirs et les vêtements de soie, les capuchons et les voiles. Et il arrivera qu’au lieu de parfum, il y aura pourriture et au lieu de gaine, une déchirure ; et au lieu d’une bonne mise en plis, une tête chauve ; et au lieu d’une robe d’apparat, un sarrau de toile à sac ; flétrissure au lieu de beauté.” {SR1: 194.1}

“Alors pourquoi des membres de votre confession portent-ils de telles affaires, et pourquoi leur permet-on de participer aux activités de l’église, allant même jusqu’à leur donner des ministères, leur permettant de participer au conseil de l’église ? Les instructions données par votre prophète précisent que les membres de l’église habillant leurs enfants doivent recouvrir toutes les parties nécessaires du corps. Ce prophète stipule que ces instructions doivent être suivies avec attention afin de sauvegarder la santé et la maturité de vos enfants. Vous prétendez que c’est un prophète de DIEU et que ces volumes contiennent les instructions pour l’église de cette génération. Pourquoi avez-vous négligé les conseils du prophète ? Ne croyez-vous pas en ces écrits, ou pensez-vous que ces instructions ne sont pas bonnes ? Si vous ne vous souciez pas du bien-être de vos enfants, ne craignez-vous pas votre DIEU ? » {SR1: 194.2}

De nombreuses questions ont été posées, mais répondons de

194

la manière suivante : Quand votre DIEU descendra sur les méchants avec vengeance, et s’il vous interroge par toutes les questions ci-dessus, que répondrez-vous ? Citons ici Mat. 22 : 12 14 : “Et il lui dit, ami, comment es-tu entré ici sans avoir une robe de noces ? Et il eut la bouche fermée. Alors le roi dit au serviteur, liez-le, pieds et mains, emportez-le et jetez-le dans les ténèbres du dehors, là il y aura des pleurs et des grincements de dents. Car il y a beaucoup d’appelés mais peu d’élus ». {SR1: 194.3}

Un autre encore souhaite trouver la vérité, et cette fois pose une question sérieuse tirée de Testimonies to Ministers, page 475 : “La prophétie doit être accomplie. Le SEIGNEUR dit : ‘Voici, je vous enverrai Elie le prophète avant la venue du grand jour redoutable du SEIGNEUR.’ Quelqu’un doit venir dans l’esprit et la puissance d’Elie et quand il apparaîtra, les hommes diront : ‘Tu es trop sérieux, tu n’interprètes pas les écritures correctement. Laisse-moi te dire comment enseigner ton message‘.” “Ce prophète que vous dites être un prophète de DIEU, prétend qu’un autre prophète ou un message doit venir à l’église, mais vous dites que vous détenez toute la vérité et que vous n’avez pas besoin d’autre vérité ni de prophète. Pourquoi n’avez-vous pas appris à votre peuple à attendre un message avant la fin ? Ne craignez-vous pas que la conséquence maintenant puisse s’avérer la même qu’à l’époque de CHRIST avec les juifs ?” Le passage des écritures suivant répondra à cette question. Nous citons CHRIST, qui en parlant des juifs, dit : “En sorte que vous êtes témoins contre vous-mêmes que vous êtes les fils de ceux qui ont tué les prophètes. Comblez la mesure de vos pères.” Mat. 23 : 31, 32. {SR1: 195.1}

Toutes ces questions ayant été posées sans recevoir de réponses appropriées, nous sommes-nous vraiment conformés au texte qui dit : “Soyez toujours prêts à répondre à tout homme qui vous interroge sur la raison de votre espérance, qui est en vous, avec douceur et crainte” ? Nous ne pouvons être surpris si l’interrogateur exprime son opinion personnelle de la manière suivante : “Vous êtes des gens qui enseignez une chose tout en pratiquant une autre. Vous vous êtes écartés des fondements de votre doctrine. Telles qu’elles sont consignées dans vos livres, vos doctrines sont belles et en harmonie avec la loi et

195

le témoignage, mais votre témoignage et vos actes personnels sont contraires à tout ce qui est imprimé dans vos livres.” Ce sont sans doute quelques unes des raisons pour lesquelles, sur le nombre de 104,000 personnes baptisées au cours des quatre années écoulées, plus de 52,000 ont quitté la vérité, et seulement un peu plus de 48,000 sont restés dans l’église. Notez que le nombre de ceux qui l’ont quitté est plus grand que celui de ceux qui sont restés. Ce sont quelques unes des causes qui sont susceptibles de créer des infidèles. {SR1: 195.2}

DIEU révèle ses secrets à ses prophètes

Si les Témoignages à l’intention de l’église ont un rapport avec l’Esprit de DIEU, et si les choses écrites dans cet article sont vraies, alors nous devons croire que DIEU a révélé la chose à son serviteur le prophète (le fondateur de cette confession). La vision suivante est tirée des Testimonies to Ministers, page 469 : “Alors que l’Esprit de L’ÉTERNEL se reposait sur moi, je paraissais être présente à l’un de vos conciles. L’un d’entre vous se leva; il brandit un document devant vous d’une façon très déterminée et grave. Je pouvais parfaitement lire le titre de ce document ; il s’agissait de American Sentinel. Des critiques furent formulées au sujet de ce document et du caractère des articles qui y figuraient. Les membres du concile soulignèrent certains passages, déclarant qu’ils devaient être enlevés et que d’autres devaient être changés. Dans une ambiance où ne régnait pas l’esprit chrétien, de vives paroles furent formulées, critiquant les méthodes du document. Les voix étaient déterminées et provocantes. Mon guide me donna des mots d’avertissement et de blâme à l’adresse de ceux qui avaient pris part à cette procédure, et qui avaient été rapides à formuler leurs accusations et leurs condamnations. En substance, voici les blâmes formulés : Le SEIGNEUR n’a pas présidé ce concile, et il y a un esprit de querelle au sein des membres. Les esprits et les cœurs de ces hommes ne sont pas sous l’influence de l’Esprit de DIEU.” {SR1: 196.1}

The American Sentinel fût un des premiers périodiques officiels de la confession dans les premiers temps du mouvement. Les changements suggérés n’impliquent pas nécessairement que certaines choses contenues dans ce journal en particulier devaient être modifiées ou censurées. Nous devons nous rappeler qu’il s’agit uniquement d’une vision, et elle peut se référer à n’importe quel journal officiel

196

d’une confession contenant la vérité de DIEU. En haut de cette même page qui relate la vision citée, nous lisons : “Ne pensez pas que vous serez considérés comme de vases destinés à être honorés au moment de la pluie de l’arrière saison, afin de recevoir la gloire de DIEU, si vous élevez vos âmes à la vanité, parlant de choses perverses, chérissant secrètement les racines de l’amertume.” Cela indique clairement que la vision concerne le temps qui précède la pluie de l’arrière saison. {SR1: 196.2}

La prophétie contenue dans cette vision avait été accomplie, et qui oserait douter de l’authenticité de l’Esprit de DIEU ? Qui oserait apporter son soutien à une violation flagrante de choses sacrées face à sa propre peine ? DIEU a préparé sa main pour le rachat de son peuple. Pharaon et son armée ne peuvent vaincre le DIEU tout-puissant. “Et il arriva en ce jour là, que le SEIGNEUR mettra sa main encore une seconde fois pour acquérir le résidu de son peuple qui sera resté, de l’Assyrie et de l’Égypte et de Pathros et de Éthiopie et d’Elam et de Shinear et de Hamath et des îles de la mer… Et L’ÉTERNEL détruira complètement la langue de la mer d’Égypte et il secouera sa main sur le fleuve dans l’impétuosité de son vent et le frappera pour qu’il devienne sept ruisseaux et on le traversera à sec avec des souliers. Et il y aura une route pour le résidu de son peuple qui sera resté, de l’Assyrie ; comme il y en eut pour Israël au jour qu’il sortit du pays d’Égypte.” Es. 11 : 11, 15, 16. {SR1: 197.1}

DIEU aura un peuple saint et une église pure, et les portes de l’enfer ne pourront s’y opposer. “Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de ta force, Sion ; revêts-toi de tes vêtements de parure, Jérusalem ville sainte : car l’incirconcis et l’impur n’entreront plus chez toi.” “Le reste d’Israël ne pratiquera pas l’iniquité et ne dira pas de mensonges et une langue trompeuse ne se trouvera pas dans sa bouche : car il paîtra et se couchera et il n’y aura personne qui l’effraye.” Soph. 3 : 13. {SR1: 197.2}

Les lois de DIEU, comment ont-elles été enfreintes ?

Si un père terrestre demandait à son fils de faire une certaine chose et que ce fils refusait de la faire, il aurait transgressé

197

le cinquième commandement, et ce fils, par sa désobéissance, aurait déshonoré son père. “Honore ton père et ta mère, afin que tes jours soient prolongés sur la terre que le SEIGNEUR ton DIEU te donne.” Ex. 20 : 12. Mais si notre Père Céleste nous a demandé de faire une certaine chose, et que nous refusons d’obéir, nous l’avons déshonoré, et nous sommes devenus coupables d’avoir transgressé le premier commandement. En fait, nous aurions violé les quatre premiers commandements, qui nous demandent d’honorer DIEU. Ceux qui obéissent à ces préceptes sont ceux qui aiment DIEU et gardent ses commandements. “Tu n’auras pas d’autres dieux devant ma face.” Ex. 20 : 3. “Et pourquoi m’appelez-vous, SEIGNEUR, SEIGNEUR et ne faites-vous pas ce que je dis ?” Luc 6 : 46. “Ce ne sont pas tous ceux qui me disent SEIGNEUR, SEIGNEUR, qui entreront dans le royaume des cieux, mais celui qui fait la volonté de mon père qui est dans les cieux.” Mat. 7 : 21 {SR1: 197.3}

L’église est-elle en excellente condition ?

Dans le General Conference Bulletin No. 2 de 1930 nous trouvons l’affirmation que nous sommes en excellente condition. Cette affirmation est basée sur la croissance en membres et la croissance financière. Cependant, celui qui est prêt à croire cette affirmation est en train de dire en son cœur que les citations suivantes sont fausses. Témoignages vol. 1, pages 374 381 : “Le message à l’église des Laodicéens est une terrible accusation portée contre le peuple de DIEU aujourd’hui… Dans le message aux Laodicéens, le peuple de DIEU est décrit comme se trouvant dans une position de sécurité charnelle. Ils sont à l’aise et croient avoir atteint un niveau spirituel élevé. ‘Parce que tu dis, je suis riche, je me suis enrichi, je n’ai besoin de rien et … tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable pauvre, aveugle et nu.’ {SR1: 198.1}

Quelle terrible déception l’âme humaine peut-elle encourir que de se croire sur le bon chemin alors qu’elle est sur le mauvais ! Le message du témoin fidèle trouve le peuple de DIEU dans cette triste déception mais en toute bonne foi. Il ne sait pas dans quelle condition déplorable

198

il se trouve aux yeux de DIEU. Alors que ceux à qui on s’adresse se flattent d’être parvenus à un niveau spirituel élevé, le message du témoin fidèle vient mettre fin à leur sentiment de sécurité en leur révélant à leur grand étonnement leur vraie condition de pauvreté, de misère et d’aveuglement spirituels. Ce témoignage si catégorique et si sévère ne peut être erroné car c’est le témoin fidèle qui s’exprime et son témoignage est obligatoirement correct. {SR1: 198.2}

Il est difficile pour ceux qui se sentent spirituellement en sécurité et se croient riches en connaissance spirituelle, de recevoir le message qui leur apprend qu’ils ont été trompés et manquent de grâce spirituelle. ‘Le cœur non sanctifié est trompeur plus que toutes choses et incurablement mauvais.’ Il m’a été montré que beaucoup de gens se flattent d’être de bons chrétiens, alors qu’ils ne détiennent aucun rayon de la lumière provenant de JÉSUS. Ils n’ont pas une expérience vivante de la vie divine. Il faut qu’ils soient profondément humiliés devant DIEU avant de ressentir le besoin urgent d’un effort ardent et persévérant qui leur permettra de s’assurer les précieuses grâces de l’Esprit… Ils croient que le témoignage de reproche de l’Esprit de DIEU est injustifié et ne les concerne pas. Ceux-là ont le plus grand besoin de la grâce de DIEU et de discernement spirituel afin de découvrir leurs lacunes en connaissances spirituelles… Mais le message du témoin fidèle révèle que notre peuple se trouve dans une terrible illusion qui l’oblige à l’avertir pour briser sa torpeur spirituelle et le pousser à réagir avec détermination… L’incrédulité ferme leurs yeux, et ils ignorent leur vraie condition. Le témoin fidèle décrit ainsi leur aveuglement: ‘Tu ne sais pas que tu es malheureux, misérable, pauvre, aveugle et nu.’ {SR1: 199.1}

La foi dans le retour prochain défaille. ‘Mon seigneur tarde à venir’, ne se murmure pas seulement en soi-même, mais se dit en termes clairs et s’exprime avec détermination par les actes. La stupidité fige les sens du peuple de DIEU dans cette période de veille, en ce qui concerne les signes des temps. La terrible iniquité qui abonde demande la plus grande diligence

199

et un réel témoignage afin que le péché soit banni de l’Église… Ceux qui méprisent les avertissements seront abandonnés à leur aveuglement et demeureront dans leur propre illusion. Mais ceux qui y prennent garde et, avec zèle œuvrent à se séparer de leurs péchés afin de trouver les grâces dont ils ont besoin, ouvriront la porte de leur cœur afin que leur cher Sauveur y entre et y demeure ; ceux-là seront toujours en parfaite harmonie avec le témoignage de l’Esprit de DIEU. Les pasteurs qui prêchent la vérité présente, ne devraient pas négliger le solennel message aux Laodicéens… Le témoin fidèle déclare qu’au moment où nous pensons être dans une condition de prospérité, nous avons en réalité besoin de tout. {SR1: 199.2}

Le peuple de DIEU doit reconnaître ses erreurs et s’éveiller à un repentir zélé et l’abandon de ces péchés qui les a plongés dans cette déplorable condition de pauvreté, d’aveuglement, misère et effrayante déception.” {SR1: 200.1}

Le fait que nos frères pensent que nous sommes en excellente condition prouve que l’Inspiration dit vrai. Nous pensons avoir raison alors que nous avons tort. Citons Témoignages volume 3, pages 270, 271(version anglaise) : “Ceux qui œuvrent dans la crainte de DIEU pour débarrasser l’église des obstacles et pour corriger les graves erreurs afin que le peuple de DIEU voit la nécessité d’abhorrer le péché afin de prospérer dans la pureté et de glorifier le nom de DIEU, rencontreront toujours des résistances provenant de ceux qui ne sont pas consacrés. Sophonie nous décrit ainsi le véritable état de cette classe et les terribles sentences qui leur seront appliquées.” “Celle-ci est la ville de réjouissances qui vivait avec insouciance, qui disait dans son cœur, je suis, et il n’y personne comme moi : Comme elle est devenue une désolation, un repaire pour les bêtes ! Tous ceux qui passeront près d’elle siffleront et agiteront leurs mains.” Soph. 2 : 15 {SR1: 200.2}

“Malheur à celle qui est souillée et contaminée, à la ville opprimante ! Elle n’obéit pas à la voix et ne reçut pas l’instruction, elle ne se confia pas en L’ÉTERNEL, elle ne s’approcha pas de son DIEU. Ses princes, au milieu d’elle sont des lions rugissants ; ses juges des loups du soir ; ils ne rongent pas les os que le lendemain. Ses prophètes sont légers et traîtres : Ses prêtres ont profané le sanctuaire, ils ont violé

200

la loi. Le DIEU juste est au milieu d’elle. Il ne commettra pas d’iniquité : chaque matin il met en lumière son jugement ; il ne faillit pas; mais celui qui est inique ne connaît pas la honte.” Soph 3 : 1 5. {SR1: 200.3}

Qu’est-ce qui a été accompli pendant les quatre dernières années ?

Lors de la Conférence Générale de San Francisco, Californie, en 1930, les chiffres suivants ont été communiqués avec un grand enthousiasme et de la vantardise au sujet de l’excellence de la confession. Le total des membres dans le monde entier quatre ans auparavant était de 250 988. Les derniers rapports disponibles en 1930 à la session de la conférence de San Francisco, disent que le total culminait à 299 555. L’augmentation pendant ces quatre ans depuis la dernière Conférence Générale à Milwaukee, Wisconsin est donc de 48 567. Review and Herald, 1er juin, 1930, pages 39 41. Les frères pensent que c’est une augmentation impressionnante de notre nombre, et donc, nous sommes en excellente condition, crient-ils. {SR1: 201.1}

Nous connaissons l’histoire de la fille du fermier qui raconte comment elle a vendu quelques livres de cerises à quelqu’un de passage pour quelques centimes. Elle s’est dit que ce serait faire preuve de sagesse d’ajouter son bracelet en or dans le sachet pour en augmenter le poids, et donc de gagner un peu plus d’argent grâce à ce stratagème. L’enfant était tellement contente de ce qu’elle pensait être l’intelligence de sa transaction qu’elle est vite rentrée à la maison, heureuse, pour raconter à sa mère comment elle a reçu plus que d’habitude pour ses cerises en y rajoutant le bracelet en or. Pour l’enfant cela représentait une augmentation de gain importante et un sage jugement, mais pour la mère, connaissant la grande valeur de ce bijou qui a été donné pour ainsi dire gratuitement, cela représentait une grande déception. {SR1: 201.2}

La vantardise de cette confession au sujet de sa soi-disant énorme augmentation en nombre de membres est aussi justifiée que l’attitude de la petite fille au sujet de son gain supposé dans sa transaction de cerises. Faisons les comptes pour évaluer le prix payé pour cette petite augmentation en membres. Nous allons tenter de démontrer qu’avec les enfants nés dans cette confession au cours des quatre années passées (s’ils avaient été sauvés pour l’église), l’augmentation en nombre aurait pu être plus que le double que ces quelques 48 000, sans que l’on enregistre une seule adhésion venant de l’extérieur de l’église. Si cela est vrai

201

, alors plus que la moitié des enfants nés dans la confession sont perdus au profit du monde, même si toute l’augmentation en nouveaux membres était due à la descendance de l’église. Mais si cette augmentation ne provient pas entièrement de l’intérieur de l’église, alors la plupart des enfants de la confession sont perdus, ce qui reviendrait à dire que nous avons échangé nos bijoux (enfants) pour quelques convertis des terres païennes, tout comme la petite fille a échangé son bracelet en or contre un gain de poids en cerises. {SR1: 201.3}

Quelle pensée terrible, d’avoir perdu plus de 97,000.00 parmi nos propres enfants, et une dépense de Presque $165,000,000.00 tout cela en quatre ans, pour ne récolter que quelques enfants du monde. Si nous nous en rendons vraiment compte, la douleur est insupportable. Pensez à cette perte énorme de vies, de sacrifices, de travail pendant quatre ans. Mais le pire est que nous sommes en train de nous vanter au lieu de pleurer, et il y a donc peu d’espoir de guérir cette grande blessure. N’est-il pas vrai que les Laodicéens sont aveugles et endormis tandis qu’ils pensent être riches et dans l‘abondance ? Nous allons maintenant apporter la preuve que les accusations portées ici sont vraies. {SR1: 202.1}

L’augmentation en membres sur les quatre dernières années est un peu plus de 19%. Cela veut dire qu’une église de 200 membres devrait enfanter un peu moins de dix enfants par an, ou environ 39 enfants tous les quatre ans. Cette estimation est très conservatrice pour une église dont la plupart des membres sont des femmes, tel que c’est le cas pour l’église des Adventistes du Septième Jour. A titre d’exemple, considérons l’église d’Exposition Park à Los Angeles, Californie. En ce moment cette église compte environ 230 membres. Quelques 30 membres sont isolés et assistent rarement aux services religieux du Sabbat, alors nous allons considérer qu’il n’y a que 200 membres environ qui assistent aux services du Sabbat. {SR1: 202.2}

L’augmentation de la confession pendant les quatre dernières années étant un peu plus de 19%, alors une église de cette taille devrait donner environ 39 enfants, âgés de deux à six ans pour arriver à l’augmentation constatée. Le jardin d’enfants de l’école du Sabbat de l’église citée accepte les enfants de deux à sept ans. Cela donne une période de cinq ans au lieu de quatre. {SR1: 202.3}

202

Le chiffre qui permet d’obtenir le gain en membres est en dessous de dix par ans pour l’âge fixé, c’est-à-dire que sur une période de cinq ans le nombre d’enfants de cet âge n’excéderait pas 49 dans le jardin d’enfants de l’école du Sabbat, si chaque enfant de ce groupe d’âge se rendait à ce département de l’institution. Dans l’église citée, seulement environ la moitié des membres de l’église se rend à l’école du Sabbat, l’autre moitié est peut-être seulement présente pour le service religieux. Là où les parents sont absents, les enfants le sont également. Il ne peut donc y avoir que la moitié des enfants de deux à sept ans au jardin d’enfants de l’école du Sabbat. Cette moitié des enfants en âge d’aller au jardin d’enfants doivent être moins de 25 afin de correspondre au pourcentage d’augmentation en nombre sur quatre ans. Le nombre d’enfants assistant au jardin d’enfants de l’école du Sabbat de l’institution citée est d’environ 35. Le nombre requis pour justifier l’augmentation est moins de 25; nous avons donc dix de plus que les estimations. Ces chiffres prouvent que le pourcentage d’enfants nés tous les quatre ans dans cette confession n’est pas moins de 35% du nombre total des membres. Ainsi donc, si tous les enfants de la confession nés pendant une période de quatre ans étaient sauvés dans l’église, sans effort évangélique en vue de conversions à l’extérieur, l’augmentation durant les quatre années passées serait de 35% et non de 19%. Mais le fait est que la natalité aux États-Unis est bien plus faible que dans certains autres pays. Là où aux États-Unis un seul enfant est né, dans certains pays étrangers trois enfants naîtront dans une famille pendant ce temps, donc le nombre d’enfants nés dans cette confession tous les quatre ans est plus que le double de l’augmentation totale du nombre de membres pendant cette même période. {SR1: 203.1}

Là où nous avons enregistré 48 567 nouveaux membres, les enfants nés dans cette dénomination auraient dû chiffrer bien plus de 97 000, et ce qui aurait été au-dessus de ce total aurait largement équilibré la perte de ceux emportés par la mort. (On a évalué à seulement environ 3500 le nombre de ceux emportés par la mort pendant ces même quatre ans.) Ainsi nous détenons la preuve que les “agneaux” que DIEU a confié à son peuple pour les éduquer pour Lui sont perdus dans le monde (dévorés par l’ennemi) et personne

203

ne s’en soucie. L’on ne voit ni douleur ni tristesse dans le camp d’Israël, mais au lieu de cela il y a des fêtes et de la vantardise aveugle. {SR1: 203.2}

“Où est le troupeau qui t’a été donné, le troupeau de ta gloire ? Que diras-tu quand il te punira ? Toi-même tu les as enseignés à être princes et chefs sur toi : Les douleurs ne te saisiront-elles pas comme une femme en travail ?” Jer. 13 : 20, 21. “Le vivant, le vivant est celui qui te louera comme je fais aujourd’hui : Le père fera connaître aux fils ta vérité.” Es. 38 : 19. “Afin que la génération à venir les connaissent, même les fils à naître ; et qu’ils se lèvent et les annoncent à leurs enfants.” Ps. 78 : 6. “Ceux qui étaient rassasiés se sont loués pour du pain ; et ceux qui étaient affamés ont cessé de l’être. Même la stérile en enfante sept ; et celle qui avait beaucoup de fils est devenue languissante.” 1 Sam. 2 : 5. Que DIEU aide son peuple en ce grand jour de déception où l’ennemi malin tente de décevoir même les élus. {SR1: 204.1}

Réponse à l’argument de l’Indien, pages 182-183

“Efforce-toi de te présenter approuvé à DIEU, ouvrier qui n’a pas à avoir honte, dispensant droitement la parole de la vérité.” 2 Tim. 2 : 15. “Mais sanctifiez le SEIGNEUR DIEU dans vos cœurs: Et soyez toujours prêts à répondre mais avec douceur et crainte à quiconque vous demande raison de l’espérance qui est en vous.” 1Pi. 3 : 15. Le commandement de la Bible est que le chrétien doit étudier, et qu’il doit donner une réponse à tout homme. Cet Indien étant à considérer comme “tout homme”, selon les écritures il doit y avoir un moyen, et il est du devoir du chrétien, de lui donner une réponse pleine de douceur et de crainte. {SR1: 204.2}

“Et toi, tu as dit dans ton cœur, je monterai au ciel, j’élèverai mon trône au dessus des étoiles de DIEU : Je m’assiérai sur la montagne de la congrégation vers les pentes du nord.” Es. 14 : 13. Lucifer désirait monter les pentes du nord car c’est là où se trouve le trône de DIEU. Comme dit le Psalmiste : « Belle dans son élévation, la joie

204

de toute la terre est la montagne de Sion sur les pentes du nord, la ville du grand Roi. » Ps. 48 : 3. {SR1: 204.3}

Le trône de DIEU se trouve dans le nord. On peut montrer le nord à n’importe quel moment de n‘importe où de la terre, et le bout extrême de chaque ligne, se rejoindrait au même point. Si le soi-disant chrétien avait désigné le nord, sa réponse aurait été juste et en harmonie avec la Bible ; ainsi, aussi bien la confusion et le fouet auraient pu être évités. Montrer le nord ne veut pas dire que le ciel se trouve quelque part dans le coin nord de la voûte céleste des corps stellaires, car nous comprenons bien que le trône de DIEU se trouve au centre de l’univers. {SR1: 205.1}

L’axe de la terre est incliné par rapport à son parcours orbital. Si à un moment donné nous montrions une autre direction que le nord ou le sud ce serait l’ouest ou l’est. Le jour, quelque soit la direction que nous désignerions (autre que l’axe de la terre), nous montrons l’est (le soleil), et la nuit l’ouest, peu importe la direction dans l’espace. Montrer le soleil constitue l’est; la direction contraire est l’ouest, si nous nous limitons à notre système solaire; mais la direction du nord constitue le centre de l’univers. {SR1: 205.2}

Dans l’espace les notions de haut et bas n’existent pas. La seule chose qui pourrait constituer le haut est le centre d’attraction (le trône de DIEU) ; le bas (ou le sud) se trouvant dans la direction opposée du trône de DIEU (la vaste étendue céleste). Le centre d’attraction est entouré d’univers insulaires. Les axes de tous les univers insulaires (soleils, planètes, mondes) pointent dans la direction unique d’attraction (le trône de DIEU). Ce grand centre, suprêmement souverain, se trouve être le sommet le plus élevé d’une montagne autour de laquelle toute la création tourne, chaque élément se trouvant suspendu par un pouvoir invisible (chaîne) de son axe nord, semblable à la pendule d’une grande horloge. {SR1: 205.3}

Comment les chrétiens peuvent-ils parvenir au ciel si la distance est aussi importante ?

La plus grande vitesse connue de la science moderne sur terre est celle de la lumière, qui voyage à 360 000 km par

205

seconde. Si l’on devait voyager sur les ailes de la lumière vers la grande nébuleuse d’Orion, le voyage prendrait 600 ans avant d’atteindre cette merveille distante des cieux, qui a attiré l’attention de la science moderne. Citons Premiers Écrits, page 41, où nous lisons : “L’atmosphère se partagea et recula ; alors nous pûmes regarder par une ouverture du côté d’Orion, d’où l’on entendait la voix de DIEU. C’est par cette ouverture que descendra la sainte cité.” Si la ville sainte doit arriver par cet espace, nous sommes en droit de supposer que ce glorieux espace ouvert qu’est Orion est la porte qui mène à la longue route vers le ciel (le trône de DIEU). Mais pensez à la grande distance qui nous sépare de cette porte si merveilleuse. Si cela prendrait 600 années lumière pour parvenir à la porte de cette route si lointaine, alors nous nous demandons : Combien d’années lumières nous séparent de l’autre bout de cette route céleste et de la cité du grand Roi sur les pentes du nord ? {SR1: 205.4}

Mortels que nous sommes, nous ne pouvons donner de réponse directe à cette importante question, sauf dire que la distance de la terre au centre de l’univers (le trône de DIEU) est si vaste qu’en tant qu’êtres si limités nous ne pouvons qu’être émerveillés. Nous sommes étonnés par la difficulté de calculer les kilomètres, même les années-lumière. Mais si la distance est tellement au-delà de la compréhension humaine, alors, comme l’Indien déjà cité, nous demandons : Comment les chrétiens parviendront-ils au ciel ? Supposons que cette grande merveille (le train) qui transporte les rachetés se déplace à la vitesse de la lumière, voyageant à 360 000 kilomètres par seconde, cela prendrait une bonne partie de l’éternité pour parvenir à la cité du Grand Roi (le ciel). {SR1: 206.1}

Ici nous allons voir ce que nous considérons comme une vitesse immense. Le ciel la considère très dilatoire. Par exemple, considérons le cas de JÉSUS après sa résurrection. Ce fut Marie qui le vit la première. Comme elle tendait la main vers son SEIGNEUR, JÉSUS lui dit : “Marie, ne me touche pas car je ne suis pas encore monté vers mon Père.” Jean 20 : 17. Huit jours plus tard, JÉSUS apparut à nouveau à ses disciples. “Puis il dit à Thomas avance ton doigt ici ; et mets le dans mon côté et ne sois pas incrédule, mais crois.” Jean 20 : 27. Si JÉSUS ne permit pas à Marie de le toucher parce qu’il n’avait pas encore rejoint son Père après

206

sa résurrection, nous ne pouvons pas supposer qu’Il laisserait Thomas mettre un doigt dans son côté à moins qu’Il n’ait rejoint son Père au ciel entre-temps. En l’espace d’une semaine, ou moins, JÉSUS avait fait un aller-retour entre la terre et le ciel. {SR1: 206.2}

Supposons que cet Indien désirait aller au ciel et avait choisit pour cela de voyager sur les ailes de la lumière. En partant le jour de la résurrection de CHRIST, traversant l’espace à la vitesse de 360 000 kilomètres par seconde, il serait toujours en route aujourd’hui. Plus que cela, le diamètre de la nébuleuse dont nous faisons partie mesure 300 000 années-lumière. Ainsi il se trouverait toujours à l’intérieur de notre nébuleuse. Un certain auteur, parlant du centre de l’univers (le trône de DIEU) a décrit la distance par les mots suivants : “Mais la solution du mystère de la distance du centre des centres de ce point éloigné dans l’espace qui est le centre de gravité pour les dizaines de milliers de galaxies devra attendre l’aboutissement de notre étude des nébuleuses, ce qui prendra encore dix ou quinze ans ou plus; et il se pourrait qu’il n’y ait jamais de solution.” {SR1: 207.1}

La vitesse de la lumière est en somme d’une vélocité trop lente pour que les êtres célestes traversent l’immense univers de DIEU. Daniel ressentit le besoin d’envoyer une prière à son DIEU, que nous trouvons dans Dan. 9 : 4 19. Nous pouvons lire cette courte prière de quinze versets en moins de cinq minutes, mais nous pouvons supposer qu’il prit un grand soin et s’accorda le temps nécessaire : Peut-être dix ou même vingt minutes. Citons le récit de Daniel : “Et pendant que je parlais et priais… Gabriel que j’avais vu en vision… volant avec rapidité, me toucha… Et dit: Daniel, … au commencement de tes supplications, le commandement fut donné, et je suis venu pour te le montrer.” Dan. 9 : 20 23. Voici un récit d’un taux de vélocité qui dépasse entièrement l’entendement humain. La prière adressée au ciel et le messager angélique envoyé sur la terre mirent moins de vingt minutes à parvenir à leurs destinations. Seul le ciel sait comment un ange peut couvrir cette distance énorme, indescriptible en quelques minutes. Il n’y aurait aucune

207

difficulté, aucun retard sur ce très glorieux voyage après le départ des chrétiens. Mais il ne fait pas de doute que nous démarrons très lentement, et c’est là notre unique problème à résoudre en ce qui concerne la distance, et le voyage de la terre au ciel. {SR1: 207.2}

208

RÉSUMÉ DES 144 000

Guérison de la blessure mortelle

“Et je vis l’une de ses têtes comme blessée à mort ; et sa blessure mortelle fut guérie : Et le monde entier était en admiration derrière la bête.” Ap. 13 : 3. Il est généralement admis parmi les Adventistes du Septième Jour que, puisque le gouvernement italien a accordé le pouvoir civil au pape le 11 février 1929, et reconnaît l’événement comme étant l’accomplissement prophétique, nous devons admettre que l’interprétation est correcte et que “la blessure mortelle” fut guérie. Remarquez que les verbes « fut » et « guéri » sont au passé. Ceci étant, il est évident que cette prophétie particulière ne sera entièrement comprise qu’après son accomplissement (quant à la date et à la manière de son accomplissement). {SR1: 209.1}

Si l’événement de la date citée ci-dessus a accompli la prophétie, alors, nous ne commettrions aucune erreur en supposant que la dernière partie du verset a également trouvé son accomplissement. “Et le monde entier était en admiration derrière la bête.” Citons Témoignages vol. 2 page 430 : « La prophétie de l’Apocalypse est en train de s’accomplir, que ‘le monde entier était en admiration derrière la bête’ Ap.13 : 3 » Le monde n’étant actuellement pas en meilleure condition spirituelle, mais pire, nous pouvons conclure que l’écriture a trouvé son accomplissement. La blessure fut “guérie” de même que le monde “était en admiration derrière la bête.” {SR1: 209.2}

Il n’est pas nécessaire de supposer que le monde entier devrait faire partie de ce groupe du peuple afin que la prophétie s’accomplisse. Notez que le monde n’était pas en admiration derrière la tête blessée mais derrière la bête. L’écriture traite dans le sens spirituel. Citons encore Témoignages Vol. 2, page 430 : “Ce culte démoniaque lui (Jean) fut révélé et il lui sembla que le monde entier se trouvait au bord de la perdition.” Le monde a pris part à l’esprit de la bête, accomplissant ainsi la divine prédiction. {SR1: 209.3}

“Et je me tins sur le sable de la mer, et je vis monter de la mer une bête qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses cornes

209

shepherds-rod-volume-one-leopard-like-beast

Apocalypse 13 : 1-3

210

dix couronnes et sur ses têtes le nom du blasphème.” Ap. 13 : 1 Notez que cette bête a sept têtes et dix cornes. Afin de comprendre pleinement la prophétie, nous devons commencer à la racine. (Pour la première fois, ces dix rois (cornes) sont portés à notre attention par les écritures, on les retrouve dans Dan. 2:41,42 représentés par les dix orteils de la grande statue du rêve de Nébucadnetsar.) Après avoir révélé au roi la fin de son empire doré, représenté par la tête d’or et au cours du temps jusqu’à la seconde venue de CHRIST, Daniel dit : “Et dans le temps de ces rois, le DIEU des cieux établira un royaume qui ne sera jamais détruit.” Dan. 2 : 44. {SR1: 209.4}

Dans Daniel 7, la même prophétie de l’histoire du monde est répétée en symboles de bêtes. Les rois, représentés par les orteils de la grande statue sont cette fois-ci représentés par les dix cornes de la “quatrième bête” “indescriptible” du verset 7. La raison de cette répétition est d’apporter la vérité de la petite corne (pouvoir papal, verset 8). Les dix cornes (rois) se retrouvent à nouveau dans Ap.13 : 1, pour souligner le temps de la prophétie comme expliqué par Daniel, -“dans le temps de ces rois, le DIEU des cieux établira un royaume.” {SR1: 211.1}

Notons que cette bête (léopard) d’Ap.13 : 1 3 s’élève de la mer, de la même manière que les quatre bêtes de Daniel 7 ; en conséquence, le processus qui met cette bête en scène est le même que celles qui représentent Babylone, l’empire Médo Perse, la Grèce et Rome. Si les dix cornes de cette bête représentent les rois existant au moment où “le DIEU des cieux établira un royaume” (citant les mots de Daniel), alors, la bête elle-même représente la période suivant Rome, étant donné que le démantèlement de l’empire romain provoqua l’existence de ces rois. Elle est également appelée “Rome dans son état de décrépitude” symbolisée par la grande statue de Daniel 2 : 42, dont les pieds et les orteils sont de fer et d’argile. Le fer est le métal représentant Rome, l’argile la partie en décrépitude. {SR1: 211.2}

“Et je me tins sur le sable de la mer, et je vis monter de la mer une bête qui avait sept têtes et dix cornes, et sur ses cornes, dix couronnes et sur ses têtes le nom du blasphème.” Ap.13 : 1.

211

Les symboles donnés par l’Inspiration sont, sans l’ombre d’un doute, parfaitement capables de divulguer la vérité. Toute interprétation de la prophétie qui n’est pas exactement conforme aux symboles n’est pas fiable et, tôt ou tard, sera éclatée. {SR1: 211.3}

Il est admis que les dix cornes représentent les dix royaumes entre lesquels Rome fut divisée. Cette interprétation est véridique car vous noterez que ces dix cornes ont des couronnes. Les couronnes dénotent que ces rois ont reçu leur royaume, mais notez bien que les têtes sont sans couronnes, donc ces sept têtes ne peuvent représenter des royaumes ou des gouvernements civils. Ainsi, il serait faux et source d’erreur de penser que les têtes pourraient représenter les pouvoirs civils du passé ou de l’avenir. {SR1: 212.1}

Les sept têtes sont toutes identiques sans distinction possible entre l’une et l’autre. Si la tête qui était blessée représente un système religieux, nous devons conclure que les six représentent les corps religieux. Leur nombre étant le chiffre Biblique “sept”, signifiant « le tout » ou “complet.” {SR1: 212.2}

Si ces têtes venaient l’une après l’autre comme les bêtes de Daniel 7, et qu’après, venait la petite corne à laquelle les trois “étaient arrachées,” cela dénoterait une forme de systèmes successifs. Étant donné que les sept existaient au même moment, le symbole révèle que les sept systèmes doivent coexister durant la même période. {SR1: 212.3}

Ces sept têtes ne peuvent rien représenter à quelque moment que ce soit avant la chute de la monarchie romaine, parce que, la représentation de ce qui a eu lieu avant la chute de Rome est symbolisée dans la composition de la bête, excluant les sept têtes et les dix cornes (comme exposé au second verset). La partie léopard représente la Grèce (Dan: 7 : 6) ; le pied d’un ours, l’empire Médo Perse (Dan 7 : 5) ; et la gueule d’un lion représente Babylone (Dan.7 : 4). La combinaison de la bête dans Apocalypse 13 : 1, 2 dans sa composition, est la preuve qu’elle entre en scène après les quatre grands empires universels ; soit: Babylone, Médo Perse, Grèce et Rome. Elle devient donc la cinquième bête, représentant la période qui suivait la chute de Rome. Les dix cornes

212

des bêtes de Daniel 7 : 7 et Ap. 13 : 1, ainsi que les dix orteils de Dan. 2 : 42, représentent les mêmes dix royaumes entre lesquels Rome fût divisée. Ces dix royaumes personnifient la civilisation de la cinquième période, ou celle qui a suivi Rome jusqu’à notre temps se prolongeant jusqu’à la seconde venue de CHRIST d’après Dan. 4 : 44. “Et dans le temps de ces rois, le DIEU des cieux établira un royaume qui ne sera jamais détruit.” {SR1: 212.4}

De plus, notez que les dix cornes de la bête indescriptible de Dan. 7 : 7 sont sans couronnes, mais celles de la bête léopard d’Ap. 13 : 1 ont des couronnes. Le symbole révèle que les cornes des deux bêtes représentent les mêmes rois : Sans couronnes sur la première bête parce que ces dix rois (cornes) n’avaient pas encore de royaume avant la chute de Rome. Le fait que la bête léopard avait les cornes couronnées signifie qu’elle entre en scène après la chute de Rome, moment où ces rois reçurent leur royaume. {SR1: 213.1}

La petite corne sur la bête de Daniel 7 : 8, qui survint après, au milieu des dix et en remplacement de laquelle trois tombèrent, a été interprétée comme étant la tête papale de 538 après J-C à 1798, et qui fut blessée au quinzième siècle. La blessure mortelle amena la division et multiplia la tête comme décrit dans Ap.13 : 1. Les six têtes représentent le protestantisme et celle qui était blessée, le catholicisme. Les six têtes protestantes et la tête catholique constituent le chiffre biblique “sept”, signifiant “complet” (tout). Les dix cornes représentent la civilisation actuelle sous pouvoir civil; les têtes sont le symbole de toute la chrétienté. {SR1: 213.2}

Cette prophétie dépeint la civilisation entière qui émergea des quatre empires universels par la chute de Rome. Mais elle ne peut inclure d’autres nations ou peuples, car la bête était seulement composée de Babylone, l’empire Médo Perse, Grèce, et Rome, comme précédemment expliqué. Si le nombre de cornes avait été “sept”, cela aurait eu la signification biblique (tout), mais étant donné que le nombre “dix” est utilisé tous les autres sont exclus. {SR1: 213.3}

Toutefois, les nations et les peuples qui sont exclus par le symbole “dix” et aussi par la composition de la bête ne sont pas complètement

213

écartés, car la chute des trois cornes sur la bête de Dan. 7 : 8, laisse une différence sur le nombre biblique “sept”. Ainsi, la chute des trois rois ; soit, les Hérules, les Ostrogoths et les Vandales donna le signal de l’union actuelle étroite avec le monde entier par les inventions modernes. En conséquence, l’influence de la civilisation occidentale, à la fois civile et religieuse (représentée par les symboles, -cornes et têtes), concernait la civilisation actuelle dans son ensemble. Ainsi la prophétie symbolique trouve-t-elle son accomplissement. {SR1: 213.4}

La prophétie d’Ap. 13 : 3, “Et le monde était en admiration après la bête,” révèle une grande apostasie. Le nombre biblique “sept” inclue tout ce qui est représenté par les têtes (chevauchant la bête et dirigé par le diable). Remarquez que le nom de blasphème est sur les sept têtes, -symboles des dirigeants religieux impies, narguant la personnalité ou l’autorité de DIEU, sous le couvert du christianisme. L’intention du plan satanique dans son ensemble est de tromper le monde entier. La déclaration faite par CHRIST est vraie, à savoir qu’il (Satan) essaiera “de tromper même les élus (les 144 000) si cela s’avérait possible.” A propos de cette écriture, l’Esprit de prophétie dit : “Ce culte démoniaque lui (Jean) fut révélé et il lui sembla que le monde entier se trouvait au bord de la perdition. Mais comme il regardait avec un intérêt intense, il vit le groupe du peuple de DIEU fidèles aux commandements.” Témoignages volume 2, page 430. {SR1: 214.1}

Nous ne devons pas être surpris si nous nous apercevons que nous n’avons jusqu’alors pas complètement compris la vraie signification du processus de guérison. Nous répétons la définition des verbes, au temps passé : “comme si elle fut mortellement blessée ; et la blessure mortelle fut guérie : Et le monde entier était en admiration derrière la bête.” Il est évident que l’Inspiration prévoyait que cela ne serait pas clairement compris jusqu’à ce que la prédiction divine soit accomplie. L’Esprit de prophétie témoigne de cela en disant : “La marque de la bête est exactement ce qui avait été annoncé. Tout ce qui concerne ce sujet n’est pas encore compris, ni ne le sera jusqu’au déroulement du rouleau.” Témoignages volume 2, page 432. Si le rouleau a fait un tour, alors seulement pouvons-nous espérer que la vérité démasque l’écriture. {SR1: 214.2}

214

L’exil du pape Pie VI, en 1798, et sa mort à Valence, France le 19 août 1799, ne représente pas le moment de la blessure, pas plus la mort de tout autre pape avant ou après. C’est seulement l’accomplissement d’Ap. 13 : 10, -“Celui qui induit en captivité, ira en captivité.” Également, la grande période prophétique de 1260 ans de Dan. 7 :25. L’élection d’un autre pape ne constitue pas non plus la guérison de la blessure. C’était seulement un signe de l’accomplissement du coup mortel. De la même façon que la restitution du pouvoir civil au pape en 1929, n’est pas la cause de la guérison de la blessure, mais seulement un signe de cette guérison. {SR1: 215.1}

Notons soigneusement que la blessure mortelle n’a pas été infligée par l’une ou l’autre des dix cornes (comme la petite corne de Dan. 7 : 8, après laquelle trois tombèrent). Si une des cornes avait infligé la blessure, cela aurait indiqué qu’elle devait être portée par un pouvoir civil (ainsi Berthier pourrait-il être l’auteur du coup). Mais comme les cornes n’avait rien à voir avec la tête, il est évident que le coup infligé, vint de l’intérieur de la tête, Luther est donc le seul susceptible d’être l’auteur du coup. {SR1: 215.2}

L’exil du pape en 1798, était seulement un signe de l’aspect matériel de la blessure, montrant que le coup avait été porté, mais l’aspect spirituel de la vérité a été entièrement négligé. Si la tête n’avait pas reçu la blessure mortelle par Martin Luther, le pape n’aurait pu être emprisonné par Berthier, ou par un autre général, car, avant que l’épée n’ait été employée le pape régnait en maître. Mais le coup de Luther affaiblit son pouvoir, ainsi, la blessure constamment infligée commença-t-elle à irriter la “tête.” Cette irritation se poursuivit jusqu’en 1870, quand, enfin, le pouvoir temporel du pape lui fût retiré. Ceci étant la dernière irritation portée à la “tête,” démontre qu’on la laissa soigner sa “blessure mortelle.” L’idée exposée par Uriah Smith dans “Daniel et l’Apocalypse” est correcte en ce qui concerne l’aspect matériel. {SR1: 215.3}

L’élection d’un nouveau pape (le matériel) donna le signal que la blessure mortelle devait être guérie. Ce qui nous intéresse le plus c’est l’aspect spirituel de l’enseignement que nous nous efforcerons de démontrer brièvement maintenant. La raison pour laquelle cette prophétie est portée à notre

215

attention dans ce chapitre est pour permettre la révélation de la vérité de la tête qui a reçu la blessure mortelle. Notez que la bête a “sept” têtes ; “une seule” fût blessée mais “six” ne le furent pas. La tête qui reçu la blessure est interprétée comme étant la tête papale, blessée par “Martin Luther.” Le coup étant porté par la véritable doctrine biblique enseignée par Luther, la conséquence fut que le protestantisme entra en scène s’opposant à la “tête.” C’est ce qui constitua la “blessure.” L’énoncé des faits étant vrai, donc, tant que le Protestantisme demeure loyal aux principes bibliques et que la tête existe, cette plaie (blessure) devrait rester ouverte. Mais si le Protestantisme s’éloigne de son pacte, “la Bible, et la Bible seule,” ou refuse une nouvelle lumière, la blessure se guérirait et le monde serait en admiration derrière la bête (apostasie). {SR1: 215.4}

La tête qui fut blessée n’était pas tellement affectée par le fait qu’un pape était enterré, et elle ne le serait jamais tant qu’un autre peut prendre sa place. La seule chose qui ait préoccupé la tête et ennuyé la bête est le vrai Protestantisme. Le diable le sait et la tête le sait, mais le peuple de DIEU a permis au vieux dragon de leur jeter de la poudre aux yeux. Réveille-toi, frère, réveille-toi, sœur! Ne laisse pas l’ennemi sagace te tromper d’une couronne de vie à la onzième heure ! ). {SR1: 216.1}

La mort du pape est-elle de loin plus importante que la naissance du Protestantisme ? L’exil du pape est-il un plus grand honneur que l’isolement dans le Château de Wartburg ? Berthier qui dressa les barreaux de la prison est-il un plus grand héros que l’humble moine qui les a écartés pour y jeter le pontife alors exalté ? N’est-ce pas la force de caractère et la détermination, avec la foi en DIEU, du messager divin qui a rendu tout cela possible ? Si Luther est le plus grand et si son acte est de loin plus glorieux, pourquoi l’Inspiration inscrirait-elle une prophétie concernant l’exil et la mort du pape, plutôt que l’acte de Luther ? {SR1: 216.2}

Pourquoi l’Inspiration soulignerait-elle la destitution et la restitution du pouvoir temporel du pape plutôt que la réhabilitation de la bible, et le rejet de l’obscurité ? DIEU n’a-t-il pas, par la main de Luther, ouvert les portes de l’obscurité et éclairé

216

sa Parole écrite ? La foi et l’effort de ce messager céleste n’ont-ils pas mis fin à la terrible persécution et l’effusion de sang des saints du Très-Haut ? La seule véritable réponse à ces nombreuses questions est : le coup de Luther occasionna la blessure à la tête et seul, le vrai Protestantisme peut garder cette plaie ouverte. {SR1: 216.3}

En 1844, quand fut proclamée l’annonce de la chute de la Babylone moderne par la prédication du message du deuxième ange d’Ap. 14 : 8, la blessure aurait été guérie, car Babylone était tombée et aurait apporté l’accomplissement de, –” et le monde entier était en admiration derrière la bête.” Mais les Adventistes du Septième Jour, proclamés les seuls vrais Protestants depuis cette date, entrèrent en action, gardant ainsi, l’épine dans la plaie. Ceci étant, tant que les Adventistes (dans leur ensemble) restent fidèles aux principes et aux doctrines qui édifièrent ce grand mouvement, la blessure ne peut être guérie, et il ne peut être dit, “le monde entier était en admiration derrière la bête.” {SR1: 217.1}

Étant donné que nous nous sommes éloignés des principes de base, -stricte obéissance à la Parole de DIEU, seule voie par laquelle en tant qu’Adventistes véritables, nous pouvons garder ses commandements, -nous avons donc négligé la fondation divine et sommes en admiration derrière la bête.” Si la blessure est guérie, alors, en tant que peuple, nous avons pris part à l’esprit de la bête (monde). Étant donné que l’exil du pape était un signe de l’accomplissement de la blessure, de même que l’attribution du pouvoir civil au pape en 1929, est le signe que le vrai Protestantisme a perdu son pouvoir, ainsi, le monde était en admiration derrière la bête. {SR1: 217.2}

Cette apostasie d’ensemble, menée par des dirigeants religieux aveuglés ne peut être située après la purification de l’église de DIEU, car ce temps est un temps de moisson durant lequel les Gentils d’Esaïe 60 seraient convertis à l’église. A propos du temps glorieux de la moisson, le prophète dit : “Et l’orgueil de l’homme sera abaissé et l’arrogance des hommes sera rabattue et seul le SEIGNEUR sera exalté ce jour là.” Esaïe 2 :17. L’église de DIEU sera exaltée comme prédit à la fois par Esaïe 2, et Michée 4 ; lire pages 173 181. Donc, le temps de la moisson ne peut être un temps d’apostasie pour l’église de DIEU, si cela était, DIEU n’aurait pas d’église. {SR1: 217.3}

217

Le prophète Esaïe, à propos du temps d’obscurité spirituelle, dit : “Et ce jour là, sept femmes saisiront un seul homme disant : Nous mangerons notre propre pain et porterons nos propres vêtements : Fais-nous seulement porter ton nom et efface notre opprobre.” C’est un fait admis que les femmes dont il est question ici représentent les églises. Le chiffre biblique “sept” est utilisé comme un symbole signifiant “tout,” donc, le symbole n’exclue personne, mais signifie “tout.” L’Esprit de Prophétie témoigne de cela en disant que le nombre “sept” indique la plénitude. Conquérant Pacifique, page 52. Naturellement cela inclue également les Adventistes du Septième Jour, sinon ce ne serait pas “tout.” Bien que ces femmes refusent les instructions de CHRIST par sa Parole et sa justice, symbolisés par le pain et les vêtements, elles veulent porter son nom (chrétiennes), mais alors que le monde est au bord de la perdition, DIEU se met immédiatement au travail et met les choses en ordre, comme prédit dans le second verset. {SR1: 218.1}

“En ce jour, la branche du SEIGNEUR sera belle et glorieuse et le fruit de la terre sera excellent et délicieux pour les réchappés d’Israël.” Esaïe 4 : 2. Notez que cette promesse glorieuse est pour ceux qui échapperont (Israël -les 144 000). Ceci ne fait pas référence aux peuples du monde mais à ceux dans l’église de DIEU car le troisième verset dit : “Celui qui est resté dans Sion et celui qui est resté dans Jérusalem seront appelés saints.” De manière très définie, le quatrième verset nous donne le temps qui est celui de la purification de son église, car il mentionne : “Quand le SEIGNEUR aura lavé les souillures des filles de Sion, et aura purifié Jérusalem du sang qui est au milieu d‘elle, par l’esprit de la justice et par l’esprit du feu.” {SR1: 218.2}

Tandis que le monde était en admiration derrière la bête, DIEU a 144 000 qui « ne se sont pas prosternés devant Baal.» Bien qu’ils semblent être perdus sans un berger, le bras de l’Omnipotence veille sur eux. Dans la précédente citation du Témoignages volume 2, pages 430, 431, à propos de la terrible apostasie répandue partout, à ce moment, (dans le sens où le monde est en admiration derrière la bête) il est dit : “Mais, tandis qu’il (Jean) regardait avec un vif intérêt, il vit le groupe des

218

observateurs des commandements de DIEU (les 144 000). Ils avaient sur leur front le sceau du DIEU vivant, et la foi de JÉSUS… Et j’entendis du ciel une voix qui me disait : Écris: Heureux dès à présent les morts qui meurent dans le SEIGNEUR.” Notons qu’après l’apposition du sceau sur les 144 000, certains (pas les 144 000) mourront dans le SEIGNEUR (sauvés) car l’écriture dit dès à présent signifiant depuis que ce groupe ait reçu le sceau. {SR1: 218.3}

Les 144 000 sont des saints vivants devant être transmués sans voir la mort. “Le SEIGNEUR les a enfermés. Leur destination est inscrite -DIEU, NOUVELLE JÉRUSALEM.” Testimonies to Ministers, page 446. Ainsi, ceux qui meurent “dans le SEIGNEUR” doivent être de ceux qui sont sauvés, après la séparation (au temps de la moisson) accomplissant Esaïe 52 : 1 et Sophonie 3:13. Ceux qui meurent à ce moment sont sans doute ceux qui ne peuvent soutenir les difficultés tandis que le jugement de DIEU s’abat sur la terre au moment des fléaux. Alors que DIEU prépare le chemin pour les sept derniers fléaux en couchant certains de ses serviteurs dans la tombe, Il a fait de même pour l’événement devant avoir lieu en 1931 (en supposant que cette date soit correcte). Ainsi, nous lisons dans Es. 57 : 1 : ‘Le juste périt et personne ne le prend à cœur : Et les hommes miséricordieux sont recueillis, sans que personne comprenne que le juste est recueilli de devant le mal à venir.” {SR1: 219.1}

Nous attirons à nouveau votre attention sur le passé et le futur de cette écriture ; tandis qu’Ap. 14 : 13 est au futur, Es. 57 : 1 est au passé. Ceci étant une vérité présente, il est aisé de voir qu’au moment présent, nous nous trouvons entre ces jeux écritures. L’évènement prédit pour la purification de l’église de DIEU n’est, en aucun cas, minime. Ceux qui ne peuvent pas soutenir le procès sont placés dans leur tombe tandis que 144 000 demeureront et s’échapperont, mais le reste de l’église (actuelle) périra dans les ruines. Que DIEU vienne en aide à son peuple. {SR1: 219.2}

Cette grande apostasie, entretenue par des guides spirituels aveugles, fut révélée au prophète Esaïe qui la décrit dans les écritures suivantes : “Et il voit qu’il n’y a pas un homme, et se demande pourquoi il n’y a pas d’intercesseur: Alors son bras lui donna le salut ; et sa justice le soutint.” Esaïe 59 : 16. « Et je

219

regardais et il n’y avait personne pour aider ; et je m’étonnais qu’il n’y avait’ personne pour me soutenir : Alors, mon propre bras m’a donné le salut et ma fureur m’a soutenu.” Esaïe 63 : 5. Michée en regardant cette immense déception dit : “Ne te fies pas à un ami, ne mets pas ta confiance en un guide.” Michée 7 : 5. {SR1: 219.3}

Jamais autant de lumière n’a été faite sur aucun évènement prophétique depuis le début du monde que celle que le SEIGNEUR a dispensé à ce sujet précis et qui est démontrée dans cette publication (le marquage des 144 000 et le massacre au sein de l’église, relatif à la moisson, quoique cela n’ait pas été publié). En conséquence, cela laissera le peuple sans excuse. Celui qui négligerait d’effectuer les préparatifs nécessaires pour cet événement si solennel, commettrait un péché impardonnable. Pour celui-là, ce jour est redoutable. “C’est pourquoi je te traiterai de la même manière, Israël. Et puisque je te traiterai ainsi, prépare-toi, à rencontrer ton DIEU, ô Israël.” Amos 4 : 12. {SR1: 220.1}

“Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de da force, Sion ! Revêts tes vêtements de parure Jérusalem,… Débarrasse-toi de la poussière ; Lève-toi, et mets-toi sur ton séant… Délivre-toi des chaînes de ton cou, fille captive de Sion !” Esaïe 52 : 1, 2. {SR1: 220.2}

Il serait intéressant de noter comment DIEU a parfaitement dépeint notre monde par des symboles. Tandis que les six têtes protestantes et la tête catholique forment le nombre biblique “sept,” désignant toute la chrétienté, DIEU a la même prophétie confirmée par le prophète Ézéchiel et exécutée par les réformateurs depuis le temps de Luther ; soit : Luther, Knox, Wesley, Campbell, Miller et la Sœur White. Ces hommes pieux ont tout sacrifié pour ramener l’église de DIEU à sa pureté originelle. Mais étant donné que l’ennemi sagace a réussi à abattre le premier, il continua en utilisant la même méthode jusqu’au dernier. Ces six grands réformateurs du côté protestant créèrent les six grandes confessions représentées par les six têtes et l’église catholique (la mère du protestantisme), la septième, incluant ainsi toute la chrétienté dans son état pollué. Pour cette raison l’Inspiration, donne le chiffre biblique “sept.” (Voir la prophétie d’Ézéchiel pages 66 77. Nous avons aussi les “sept” églises de l’Apocalypse 2 et 3,

220

shepherds-rod-volume-one-deadly-wound

221

commençant avec l’église d’Éphèse, et se poursuivant à travers les âges jusqu’à nos jours (Laodicéens). Ce chiffre biblique “sept” inclue la totalité de l’histoire de l’église de la période anti-typique au moment de la séparation de l’ivraie du froment, comme annoncé par CHRIST dans Matt. 13 : 30. Le nombre “sept” est utilisé pour indiquer l’intégralité, ou jusqu’à la fin de l’ivraie. Voir graphique page 224. {SR1: 220.3}

Bien que la grande apostasie et le blasphème aient affligé le monde, l’église de DIEU, au nombre de 144 000, dispersés aux quatre coins de la terre sans berger, ne s’est pas prosternée devant Baal. Tandis que les Laodicéens sont éliminés (vomis) par la destruction, DIEU lui-même se charge du troupeau. Ainsi, l’église et le message triompheront jusqu’à la victoire. Voir Témoignages volume 3, page 77 ; Testimonies to Ministers, page 300. {SR1: 222.1}

Bien que la période des 430 ans relative à Israël en Égypte et la période de 430 ans d’Ézéchiel 4 : 5, 6, trouvent un parallèle dans notre temps, ce graphique (Sa Blessure Mortelle Fut Guérie) montre que l’une empiète sur l’autre. Car les quarante jours (années), durant lesquels Ézéchiel devait jeûner, couché sur le côté droit dénotant une famine spirituelle (comme expliqué page 73, et sur le graphique page 78) commencèrent en 1890 et se terminèrent en 1929. L’application prouve sa vérité par l’événement qui se déroula le 11 février 1929 (la guérison de la blessure), cela étant un signe marquant la fin de la période prophétique. Cela est aussi prouvé par la vérité qui a émergé, car à la fin des quarante jours, Ézéchiel devait se lever, manger et être libéré. Si la période prophétique de quarante jours n’avait pas été terminée, nous n’aurions pas pu recevoir la vérité publiée dans le présent livre, mais le fait est que la vérité a émergé. Donc, soustrayons de 1930 les quarante années prophétiques et vous aurez 1890, la date à laquelle débuta le déclin de l’église. Voir graphique page 221. {SR1: 222.2}

222

GRAPHIQUE RÉCAPITULATIF

Explication des types

L’intention et le but de ce graphique (page suivante) est de résumer les deux enseignements (réforme et les 144 000). Par ce graphique, nous voyons une parfaite harmonie de ce qui a été démontré dans la présente publication. Cela nous permet également de faire le point sur ce sujet extrêmement vital. DIEU, qui est si méticuleux pour le bien de son église afin de révéler sa vérité à son peuple, a élaboré les images les plus merveilleuses d’événements historiques. La preuve de son amour éternel pour Israël, son peuple choisi, le premier fruit de sa moisson. “Le DIEU de Jacob”, des milliers d’années à l’avance, a établi ses plans afin de présenter à son peuple, une œuvre d’art divine d’une beauté parfaite. {SR1: 223.1}

Le Psalmiste dit : “Le DIEU puissant, L’ÉTERNEL lui-même a parlé et appelé la terre depuis le soleil levant jusqu’au couchant. De Sion, la beauté parfaite, DIEU a brillé. Notre DIEU viendra et ne restera pas silencieux : Un feu dévorera devant lui et il y aura une tempête autour de lui. Il appellera vers les cieux d’en haut et vers la terre, afin de juger son peuple. Rassemblez-moi mes saints ; ceux qui ont fait alliance avec moi par le sacrifice. Et les cieux publieront sa justice : Car DIEU lui-même est juge. Pause Écoute, mon peuple, et je témoignerai contre toi : Je suis DIEU, ton DIEU même.” Psaume 50 : 1-7. {SR1: 223.2}

Ancien Testament (Section deux)

A propos de la section deux dans le graphique récapitulatif, intitulée “types patriarcaux”, section qui donna naissance aux patriarches (pour cette raison nous lui avons donné ce titre) que DIEU prédestina pour être des monuments, et poteaux indicateurs pour ainsi dire, et des exemples pour son église durant le temps qui leur était imparti, afin d’accomplir le dessein divin. Des monuments? Oui, plus que des monuments. Leurs voix résonnaient d’écho en écho à travers les âges et à notre époque, on les entend encore plus fort. {SR1: 223.3}

223

shepherds-rod-volume-one-summary-chart-types

224

La section trois, intitulée : “Types cérémonials” est la section qui, par le service du tabernacle relatif au Sanctuaire, nous a donné des symboles d’enseignements inestimables et sans équivoque. Bien qu’ils dataient de plusieurs siècles, leur douce mélodie de salut issue de l’amour du Père, tout en ayant pris la voie de la race humaine pour nous parvenir, a atteint notre époque sans perdre une seule note. Ces symboles définis par DIEU, devaient révéler à la famille humaine à travers les âges, l’Auteur de l’amour. {SR1: 225.1}

Il est vrai que nous avons atteint une époque de grande connaissance, mais il semble que ce soit seulement de moindre importance, et très peu de connaissance de celui de qui proviennent toutes les bénédictions : En sagesse, connaissance, santé et force pour accomplir de grandes choses. Si le peuple de DIEU n’était pas tombé dans une période d’assoupissement et de torpeur, beaucoup de ces anciens types ou symboles, dont la vraie signification est de grande importance pour l’église de DIEU, auraient été révélés il y a longtemps. Beaucoup de bien aurait pu être accompli et les bénédictions issues d’une telle connaissance ne peuvent être estimées. Pendant que le monde effectue des progrès rapides en sagesse humaine et en méchancetés, le peuple de DIEU n’a en aucune manière, fait de grands progrès, dans le bon sens. Pendant des années nous nous sommes éloignés de celui qui est la source de toute vraie sagesse. {SR1: 225.2}

Ancien Testament (Section trois)

Les types fixés dans la section deux commencèrent immédiatement à rencontrer leurs antitypes dès que le mouvement d’exode ouvrit la voie à la section trois. La nuit pascale donna naissance à la présente section (de types cérémoniels). La rencontre d’Agar, (le type) avec l’antitype était célébrée et consacrée avec faste, magnificence et admiration. Paul dit dans Gal. 4 : 25 : “Car cette Agar est le Mont Sinaï en Arabie.” Ainsi, Agar devint la mère symbolique de cette église, avec Abraham, le père selon la chair et Ismaël, le symbole des enfants de la souche d’Abraham. La mère, le père et l’enfant sont les types d’Israël selon la chair (ne sont-ils pas de parfaits symboles ?). Ainsi, trois des types de la section deux, rencontrent des antitypes de la section trois. {SR1: 225.3}

225

Tandis que l’agneau pascal ouvrit la voie à Agar, (symbole de l’église sous l’économie juive), il célébra aussi le début du système cérémoniel, ainsi la section trois devint la mère des types cérémoniels. Les types eux-mêmes ne sont pas le véritable objet, pas plus qu’une photographie ne l’est, mais c’est une représentation qui dépeint une preuve irréfutable, l’objet en vue. L’agneau pascal est un type parfait de “L’agneau de DIEU, qui enlève les péchés du monde” (Jean 1 : 29). {SR1: 226.1}

Étant donné que la section cérémonielle (numéro trois) fut introduite par l’agneau pascal type, elle se referme avec l’antitype. Car le type rencontre l’antitype, dit l’apôtre, « car même CHRIST notre pâque a été immolé pour nous » (1 Cor. 5 : 7), ainsi, le règne d’Agar comme symbole de l’église type (Israël selon la chair) se termine à la croix du Calvaire. La mise à l’écart de l’église de l’Ancien Testament et de ses enfants, est également symbolisée dans la section deux. Citons Gal. 4 : 29 -31 : “Et de même, celui qui était né selon la chair persécutait celui qui était né selon l’Esprit, ainsi en est-il encore maintenant. Toutefois, que dit l’écriture ? Chasse l’esclave et son fils, car le fils de l’esclave n’héritera pas avec le fils de la femme libre. C’est pourquoi, frères, nous ne sommes pas enfants de l’esclave mais de la femme libre.” {SR1: 226.2}

Il est évident que le salut est prêché en types autant qu’en mots. Il existe un type pour chaque événement de l’église et chaque transaction en relation avec l’évangile de CHRIST. La fin de ces types clôture la partie type et introduit la période antitype sous laquelle chaque type doit rencontrer son antitype. {SR1: 226.3}

Tandis que l’origine de l’Ancien Testament est “selon la chair,” le Nouveau est selon l’Esprit, ainsi donc, Sarah devint le symbole de la période antitype dans son intégralité. Paul écrivant à l’église dit : “Car il est écrit, Réjouis toi, toi qui n’enfantes point, éclate et pousse des cris, toi qui n’est pas en travail : Car la délaissée a beaucoup plus d’enfants que celle qui a un époux.” Abraham est l’époux, et un père terrestre spirituel au lieu de charnel. De même qu’il y a trois sections symboliques avant CHRIST, il y en a également trois après

226

CHRIST. Les enfants qu’Abraham eut de Sarah (Isaac et Jacob), étant nés selon la promesse sont de parfaits symboles pour l’église du Nouveau Testament. {SR1: 226.4}

Nouveau Testament (Section un)

Isaac étant l’aîné “selon l’esprit,’’ il doit naturellement représenter la première section débutant à la croix de CHRIST. Citons les mots de Paul qui dit : “Maintenant, frères, comme Isaac, nous sommes les enfants de la promesse.” Gal. 4 : 28 ; Isaac représente alors la section de la croix jusqu’à 1844 étant donné qu’il n’y a eu aucun appel avant. Le début de chaque section précédente ainsi que leur fin était marqué par un événement important ; il en est de même avec la fin de la section représentée par Isaac. 1844, est la seule date convenant pour la fin de cette section et pour l’entrée dans la seconde, à laquelle débuta le jugement dans le Sanctuaire céleste. Il est évident que le rouleau avait fait un tour et qu’à nouveau, le type avait rencontré l’antitype. {SR1: 226.7.1}

Nouveau Testament (Section deux)

Jacob, étant le fils d’Isaac, vient ensuite logiquement. Jacob, est donc le symbole de la seconde section après CHRIST (voir le graphique) débutant en 1844. L’objectif de l’église depuis cette date a été de réunir les 144 000. De même que Jacob était le père des douze tribus d’Israël, -le type ; il est le père-type de l’antitype (les 144 000, -les vrais). La section représentée par Jacob est la seule période symbolique convenant pour donner naissance aux 144 000. Dès que ce nombre est réuni et marqué du sceau, cette section spéciale doit s’effacer et introduire la suivante. {SR1: 227.2}

De même qu’il y eu un événement important à chaque section suivante, (à la fin de l’une et au début de l’autre), il doit y avoir quelque chose de non moins important qui marque le changement de cette section avec laquelle nous nous sommes identifiés. Cet événement important n’est rien d’autre que la purification de l’église de DIEU, et la séparation de l’ivraie du froment. JÉSUS dit : « laissez croître ensemble jusqu’à la moisson. » La séparation marquera la moisson. Notez le mot “jusqu’à” signifiant “jusqu’au moment de”. Cette date très solennelle

227

pour une catégorie (l’ivraie), et glorieuse pour l’autre (les 144 000), met fin à la section représentée par Jacob et amène l’autre. {SR1: 227.3}

Nouveau Testament (Section trois)

JÉSUS dit : « Au moment de la moisson je dirai aux moissonneurs, amassez d’abord l’ivraie, liez-la en gerbes afin de la brûler.» L’ivraie, est ainsi amassée juste avant la moisson et brûlée au moment de la moisson (notez le terme “au moment”). “Mais rassemblez le froment dans mon grenier.” Matt. 13 : 30. Le froment représente les 144 000 ; le “grenier” est un symbole de sécurité. Cette lignée glorieuse est sauvée et protégée. Satan ne peut leur faire de mal. Ils doivent être transmués sans passer par la mort. Jean les décrit comme “étant les prémices (de la moisson) destinés à DIEU et à l’Agneau.” {SR1: 228.1}

L’ivraie est enlevée par les cinq hommes avec les instruments de massacre de la vision d’Ézéchiel. C’est l’événement qui constitue le changement, et amène l’église de DIEU, à la dernière section probatoire (Israël) comme indiqué sur le graphique. {SR1: 228.2}

C’était Jacob, le père des douze tribus, dont le nom fut changé en Israël. Le nouveau nom de Jacob est un symbole parfait de la section intitulée “Israël.” Ainsi, à nouveau, le type rencontre l’antitype. {SR1: 228.3}

C’était Jacob, qui, dans la nuit, sur le chemin de Padan-Aram, eut le songe de la grande échelle qui montait de la terre jusqu’au ciel, et “les anges de DIEU montaient et descendaient.» La vision était une représentation de la “pluie de l’arrière-saison” et du “Grand cri” du message du troisième ange au moment de la moisson. L’échelle représentant CHRIST; les anges, les messagers ; DIEU, le Père à un bout, et Jacob à l’autre, signifiant une connexion complète entre le ciel et la terre. {SR1: 228.4}

Bien que la durée de cette dernière section de période de mise à l’épreuve (intitulée Israël), soit plus courte que toutes les autres périodes la précédant, elle sera la plus glorieuse de l’église de DIEU. Le prophète Esaïe, en prédisant cette période dit: « Réveille-toi, réveille-toi, revêts-toi de ta

228

force ; ô Sion, revêts tes vêtements de parure, ô Jérusalem, ville sainte, car désormais l’incirconcis et l’impur n’entreront plus chez toi. “ Jamais encore avant cette date, l’église de DIEU n’avait été entièrement purgée de ceux qui n’étaient pas consacrés et de ceux qui n’étaient pas convertis (l’ivraie : l’incirconcis et l’impur) et qui se trouvaient en son sein, mais maintenant, le temps est arrivé où il doit purifier son église et la garder ainsi. Sophonie, se référant à cette époque dit : “Le reste d’Israël ne pratiquera pas l’iniquité et ne dira pas de mensonge.” Sophonie 3 : 13. {SR1: 228.5}

Durant le temps de la “moisson” (Le Grand Cri), le message du troisième ange parviendra aux contrées les plus lointaines de ce monde pécheur. A propos de cette glorieuse moisson de rassemblement, Jean dit : “Et voici, je vis une grande foule que personne ne pouvait compter de toute nation, de toute tribu, de tout peuple, et de toute langue. Ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches et des palmes dans leurs mains.” Ap.7, 9. DIEU “terminera l’œuvre et l’abrégera par la justice.” Rom.9 : 28. Ainsi, l’église de DIEU sera préparée pour rencontrer son SEIGNEUR. Esaïe, espérant que cette église reflète “le Divin” dit : “Et tu seras aussi une couronne de gloire dans la main de L’ÉTERNEL et un diadème royal dans la main de ton DIEU.” Esaïe 62 : 3. Glorieuse est l’église de DIEU au jour du SEIGNEUR. {SR1: 229.1}

Jean, après avoir eu une vision de la fin de l’œuvre de l’église, fin de la mise à l’épreuve, et des jugements de DIEU lors des sept derniers fléaux, dit : “Et je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s’enfuirent devant sa face, et il ne fut pas trouvé de lieu pour eux.” Ap. 20 : 11. {SR1: 229.2}

Ancien Testament (Section Un) Melchisédek, Roi de Salem

Nous avions réservé jusqu’à présent l’explication de la première partie du graphique intitulée “Melchisédek.” Notez que les deux sections suivantes intitulées “Agar” et “Sarah” sont les sections de l’histoire de l’église avec parenté terrestre, la première étant “selon la chair” et la seconde “selon l’esprit,” ainsi, Agar et Sarah

229

sont les parfaits symboles pour ces ceux sections principales avec Abraham comme père. Ces deux sections, (“Agar” et “Sarah”) diffèrent de la première (“Melchisédek, Roi de Salem”) qui n’a aucun de ces termes symboliques. C’est une section de l’histoire de l’église sans parenté symbolique terrestre. {SR1: 229.3}

Pour atteindre la norme de perfection divine, à la fois en symboles et en chiffres, pour l’histoire de l’église de DIEU entière, Il doit fournir un symbole parfait de cette section précise, de la même façon qu’Il en a fourni pour les deux sections qui suivent. Quel que soit ce symbole, ce doit être celui qui indique l’histoire de l’église sans parenté terrestre. {SR1: 230.1}

Paul nous donne les renseignements sur ce symbole parfait pour cette section dans Hébreux. 7 : 1 3, -“Car ce Melchisédek, roi de Salem, prêtre du DIEU Très-Haut qui rencontra Abraham à son retour du massacre des rois, et le bénit; à qui Abraham donna la dîme de tout ; étant tout d’abord interprété comme Roi de Justice et après également comme Roi de Salem, c’est à dire Roi de la Paix ; sans père, sans mère, sans descendance, n’ayant ni commencement de jours, ni fin de vie ; mais il est rendu semblable au Fils de DIEU ; et demeure prêtre à perpétuité.” Bien que nous, mortels, ne puissions comprendre l’existence de cet homme “Melchisédek, Roi de Salem”, cela doit être vrai qu’il est “sans père, sans mère, sans descendance, ni commencement de jours, ni fin de vie,” constituant ainsi un parfait symbole de cette section de l’église de DIEU. A nouveau, nous voyons la perfection de DIEU dans les symboles parfaits pour l’histoire complète de Son église. {SR1: 230.2}

Dès que le péché a fait son entrée au commencement avec les parents de la famille humaine, avant qu’ils ne fussent chassés de leur demeure d’Éden, les plans déjà élaborés pour le retour dans leur demeure originale et éternelle furent portés à leur connaissance et à celle du serpent. Il est plus facile de comprendre ces plans préconçus par DIEU en étudiant ses merveilleuses transactions divines avec la famille humaine à travers les âges telles qu’elles sont décrites dans le graphique. {SR1: 230.3}

Notre DIEU a mis à exécution ses plans préconçus sans aucune variation, même du plus petit détail. JÉSUS dit : “Voici les

230

paroles que je vous disais quand j’étais encore avec vous, qu’il fallait que toutes les choses qui furent écrites de moi dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes, s’accomplissent.” Luc. 24 : 44. L’Esprit de DIEU, conduisit le psalmiste à inscrire les mots : “L’ÉTERNEL enverra la verge de ta force hors de Sion : Domine au milieu de tes ennemis… L’ÉTERNEL a juré et il ne se repentira point, tu es un prêtre à jamais selon l’ordre de Melchisédek.” Psaume 110 : 2, 4. {SR1: 230.4}

Bien que nous ne puissions comprendre une telle sagesse infinie, cela nous donne une meilleure compréhension de l’amour de DIEU pour les pécheurs, et notre fausse idée de la soi-disant connaissance humaine des choses. Toutes choses sont ouvertes et nues devant L’ÉTERNEL “JE SUIS,” qui réside dans l’éternité, devant qui l’obscurité est lumière et les frontières les plus éloignées dans l’espace ses marchepieds, qui voit la fin du début, et pour qui mille ans sont comme hier. {SR1: 231.1}

Le Psalmiste dit : « Où irai-je loin de ton esprit ? Et où fuirais-je loin de ta présence ? Si je monte aux cieux, tu y es, si je fais mon lit en enfer, t’y voilà. Si je prends les ailes du matin, et si je fais ma demeure au fin fond de la mer, là aussi ta main me conduira et ta main droite me saisira. Si je dis, les ténèbres me couvriront ; même la nuit sera lumière autour de moi. Non, les ténèbres, ne me cachent pas de toi ; mais la nuit brille comme le jour : Les ténèbres et la lumière sont identiques pour toi… Une telle connaissance est trop merveilleuse pour moi ; elle est élevée et je ne peux l’atteindre. » Psaume 139 : 7 12, 6. La sagesse et la connaissance de l’infini est au delà de la compréhension du fini. Les merveilles que nous voyons, et les événements qui constituent l’histoire de notre monde ne sont que des doubles des plans du ciel. {SR1: 231.2}

Comment vérifier si le contenu présenté est authentique

« Car, lequel de vous, s’il veut bâtir une tour, ne s’assied d’abord pour calculer la dépense et voir s’il a de quoi la terminer, de peur qu‘après avoir posé les fondements, il ne puisse l’achever, et que tous ceux qui le verront ne se mettent à le railler. » Luc 14 : 28, 29.

231

L’enseignement qui peut découler de cette écriture est que celui qui ne calcule pas ses plans et ses chiffres n’est pas un homme avisé, ainsi nous ne nous tromperions pas si nous supposons que JÉSUS veut que nous vérifions les vérités de la bible avant de les accepter en tant que telles. {SR1: 231.3}

Comme DIEU est infaillible, toutes ses œuvres sont appelées “perfection” même “un atome ou une infime partie.” L’affirmation étant vraie, il devrait avoir fourni un moyen pour nous permettre de vérifier et de s’assurer de sa vérité. Ce graphique, (page 224), étant un résumé du message contenu dans cette publication, devrait nous permettre de dire s’il s’avère correct ou non. Si son contenu s’avère 100% vrai, nous devons l’accepter comme la vérité de DIEU. Les chiffres “trois” et “sept” sont acceptés par tous les étudiants de la bible, comme étant des chiffres bibliques permettant de s’assurer des vérités scripturaires. L’Esprit de Prophétie en témoigne aussi bien que la Bible. “Car il y en a trois qui rendent témoignage dans le ciel, le Père, la Parole et l’Esprit Saint. Et ces trois ne font qu’un. Il y en a trois qui rendent témoignage sur la terre, l’Esprit, l’eau et le sang : Et ces trois sont d‘accord.” 1 Jean 5 : 7, 8. {SR1: 232.1}

« Dans la révélation qui lui fut donnée, il vit se dérouler des scènes palpitantes d’intérêt se rapportant à l’expérience du peuple de DIEU et l’histoire de l’église jusqu’à la fin des temps. Par des figures et des symboles, des sujets de grande importance, étaient présentés à Jean, qui devait les enregistrer, afin que le peuple du DIEU vivant à son époque et aux époques futures puisse avoir une compréhension intelligente des périls et des conflits à venir.” Conquérants pacifiques, page 519. Ceci étant, nous devrons tester le contenu de ce livre, comme décrit dans le graphique. {SR1: 232.2}

Notez qu’il y a “trois” sections principales dans le graphique récapitulatif : à savoir, (1) Melchisédek, le prêtre du DIEU Très-Haut ; (2) Agar ; (3) Sarah. (1) Melchisédek, prêtre du DIEU Très-Haut ; (II) la prêtrise lévitique ; (III) la prêtrise selon l’ordre de Melchisédek. Ainsi, une prêtrise est liée à une autre. Comptons maintenant les sous-sections du temps de mise à l’épreuve avant et après la croix.

232

Dans chaque division nous avons “trois” sous-sections. Comptons à nouveau toutes les sections à la fois avant et après la croix, y compris les fléaux, et nous avons le nombre “sept”, signifiant la fin du monde. {SR1: 232.3}

Permettez-nous d’attirer votre attention une troisième fois sur les types. (1) Les types parents ; soit, Abraham, (le père) ; Agar et Sarah (les mères) donnant le chiffre “3”. (Il) Les enfants : -Ismaël, Isaac, et Jacob donnant le chiffre “trois”. (III) Le nom de Jacob changé en Israël, Agar et Ismaël renvoyés à nouveau, constituant le chiffre “3.” Il y a une quatrième ligne de chiffre sur lesquels il faut attirer votre attention. Le nom “Abraham” contient “sept” lettres signifiant complet, ou un père pour toute l’histoire future de l’église. Ismaël (Ishmaël) a aussi “7” lettres ; fin ou terminaison, signifiant qu’il est fini ; il n’a aucun descendant pour lui succéder. {SR1: 233.1}

Le nom d’Abraham, au moment où il fût appelé à sortir d’Ur (avant que DIEU n’ajoute deux lettres supplémentaires -H et A) s’écrivait avec cinq lettres : (Abram). Son fils Isaac et ses épouses, avaient tous le même nombre de lettres dans leur nom. Naturellement, la question se pose, pourquoi cinq ? Pourquoi pas trois ou sept ? Si leurs noms avaient eu plus ou moins de “5” lettres, l’image aurait été altérée. Pourquoi ? Parce que les “7” lettres d’Abraham et les “5” d’Agar (Hagar) font “12” en tout, -symbole des douze tribus d’Israël selon la chair. {SR1: 233.2}

Sarah et Abraham donnent aussi le chiffre “12”, désignant les douze tribus d’Israël selon l’Esprit. La même chose s’avère exact avec Isaac et Jacob, signifiant consécutif (l’un succèdera à l’autre). Israël s’écrit avec six lettres. Si ce nom en avait eu plus ou moins, cela aurait altéré l’image. Pourquoi ? Parce que six lettres indiquent la section six. Israël le vrai, (les 144 000) est marqué à la fin de la cinquième section. Si le nom avait eu sept lettres cela aurait suggéré “fin de la mise à l’épreuve,” au lieu de “début de la moisson.” Israël au temps de la moisson, recevra un nouveau nom de la bouche du SEIGNEUR. Lire Esaïe 62 : 2. Quel que soit le nom, nous sommes sûrs qu’il sera parfait, pour terminer l’image de la mise à l’épreuve et pour indiquer la fin de tous les rachetés ou la fin de la mise à l’épreuve. Malheur à celui qui peut penser que tous ces merveilleux desseins de la beauté

233

parfaite sont un pur hasard ou un accident. Il renie le grand mécanicien de toute la création. Il rend hommage à l’évolution (le hasard). Voir graphique page 224. {SR1: 233.3}

Le deuxième système de vérification de la vérité est donné par Esaïe, le prophète. “A la loi et au témoignage : S’ils ne parlent pas selon cette parole c’est parce qu’ils n’ont pas de lumière en eux.” Esaïe 8 : 20. Le contenu de cette publication n’est pas seulement en harmonie parfaite avec le texte, mais il « exalte » aussi la loi et le témoignage aussi bien que tous les écrits de l’Esprit de Prophétie. {SR1: 234.1}

Troisièmement : -Le message présenté ici n’apporte aucune nouvelle doctrine ni ne contredit celles que nous avons mais il les magnifie en montrant leur vraie magnitude et leur importance. Il ne lance pas non plus un appel pour un nouveau mouvement, mais il prouve que de ce même mouvement, émergera un plus grand. {SR1: 234.2}

DIEU ayant prédit tous les mouvements, qui s’élèveraient contre ou pour son église, il aurait souligné ce message comme étant faux ou vrai. Il a prédit que certains mouvements s’élèveraient et clameraient que l’église est “Babylone” nous donnant ainsi l’avertissement de l’erreur. Lire Testimonies to Ministers, pages 49, 53. DIEU avait encore prédit que certains viendront et appelleront le ministère un “commerce de prêtre” et nous a prévenu qu’ils ne sont pas envoyés par Lui. Lire Testimonies to Ministers, page 51. Il a aussi prédit que certains annonceront le “jour et l’heure de la seconde venue de CHRIST”, etc. Ainsi DIEU a-t-il prévenu l’église tout au long. Nulle part nous ne trouvons une quelconque prophétie en contradiction avec le message présenté dans ce livre. Il est impossible de trouver des contradictions, étant donné que le message entier provient de la Bible et des Témoignages, et qu’il est prédit par les deux. {SR1: 234.3}

Si quelqu’un pense que ce message de réforme est faux, et qu’il ne puisse trouver aucune prophétie à son encontre, il serait en train de dire que DIEU a négligé le danger et omis d’exposer le plan. En conséquence, celui-là veut dire que DIEU connaît peu en matière de prédiction du futur. Mais le fait est que DIEU connaît tout du

234

début à la fin. Ainsi a-t-il été à même de présenter à son peuple un message d’avertissement tel que celui-ci, inscrit avec des milliers d’années d’avance. {SR1: 234.4}

235

MICHÉE SIX ET SEPT

Prophétie Du Livre, L’échéance Pour La Publication

Les études qui composent ce volume furent tout d’abord dactylographiées sous forme d’un manuscrit intitulé “La Verge Du Berger.” Trente trois copies avaient été données à des dirigeants (association pastorale) de la confession des Adventistes du Septième Jour, -frères d’expérience, pasteurs et présidents de conférence. Cela avait été fait ainsi afin de suivre les instructions données à l’église par l’Esprit de DIEU. Nous citons Témoignages vol. 2, page 121 : “II y a des milliers de tentations dissimulées préparées pour ceux qui ont la lumière de la vérité. La seule assurance pour chacun de nous est de ne recevoir aucune nouvelle doctrine, aucune nouvelle interprétation des écritures, sans les soumettre au préalable à des frères expérimentés. Exposez cela devant eux avec humilité et docilité avec des prières ferventes, et s’ils n’y voient aucune nouvelle lumière, ralliez-vous à leur jugement, car ‘l’assurance se trouve dans la multiplicité des conseillers‘.” {SR1: 236.1}

Bien que le contenu de ce livre n’introduise aucune nouvelle doctrine ni aucune nouvelle interprétation des écritures, qui ont été acceptées par la confession et approuvées par DIEU, nous avons pensé qu’il était préférable de présenter cette lumière aux pasteurs en priorité. {SR1: 236.2}

Les études furent présentées sous la forme d’un manuscrit aux dirigeants de ce grand mouvement pour vérification lors de leur rassemblement en une session de la Conférence Générale à San Francisco, Calif. en 1930. Cela fut fait avec une argumentation sérieuse de l’auteur de ce document. Demandant à nos chers frères de vérifier le contenu du dit article par un examen minutieux, une prière sérieuse, et foi en celui qui est miséricordieux et plus désireux que nous de nous voir connaître cette vérité pour notre salut; qui révélerait sa parole à tous ses enfants et démasquerait l’erreur pour le bien des deux côtés. {SR1: 236.3}

Cet appel fut lancé aux serviteurs de DIEU leur demandant de s’assurer de la nouvelle lumière basée sur le livre de DIEU contenant toute la vérité et, quelles que soient leurs découvertes ou leurs intentions à ce propos, de nous écrire

236

fraternellement comme des chercheurs de lumière. Ce qu’ils promirent de faire à leur meilleure convenance possible, après que nous leur ayons donné l’assurance que quelle que soit la vérité ou l’erreur qu’ils pourraient démontrer, soit par la Bible, ou par l’Esprit de Prophétie, nous étions prêt à accepter. Nous étions certains qu’en tant que bergers du troupeau, ils seraient dotés d’un ardent désir de faire le bien dans la crainte du SEIGNEUR. S’ils pensaient que nous étions dans l’erreur, nous attendions d’eux, en tant que gardiens de l’héritage de DIEU, qu’ils nous assistent avec la Parole de DIEU. {SR1: 236.4}

Entre le moment où ce document a été remis entre leurs mains, et celui où cette publication a été envoyée à l’imprimerie, plus de cinq mois ont passé. Nous pensons qu’ils ont eu suffisamment de temps pour, au moins nous écrire et nous faire part de quelques remarques à propos de ce manuscrit et de leur intention. Le temps écoulé prouve que nos frères ont failli à leur promesse aussi bien qu’à leur devoir. De toute évidence, ces ministres de DIEU et dirigeants de cette importante confession ont dû négliger les instructions données à propos des affaires de ce genre par l’Esprit de Prophétie. {SR1: 237.1}

“Si un frère transmet un enseignement erroné, ceux qui occupent des positions de responsabilité devraient le savoir; et s’il transmet un enseignement de vérité, ils devraient se tenir à ses côtés. Nous devrions tous être au courant de ce qui est enseigné parmi nous ; car si c’est la vérité, nous devons la connaître.” Testimonies to Ministers, page 110. S’ils se sont conformés aux exigences mentionnées ci-dessus, en cherchant sérieusement dans le document qui leur était présenté, et s’ils ont trouvé une erreur, leur devoir, en tant que représentants de celui qui laissa les quatre vingt dix neuf et parti à la recherche de la brebis égarée, est de se rapprocher de l’auteur, soit en personne ou par courrier, dans un souci de réconcilier celui qui est égaré. Citons Témoignages volume 2, page 436 : “Une âme a plus de valeur pour le ciel que tout un monde de biens, maisons, terres et argent.” {SR1: 237.2}

D’un autre côté, s’ils n’ont trouvé aucune erreur et refusent malgré tout de faire connaître leur intention, même après avoir lancé le deuxième et le troisième appel lors de notre conférence locale, cela signifie peut-être qu’ils souhaitent accomplir la prophétie suivante trouvée dans Testimonies to Ministers, pages 106, 107 : “Mais, attention de ne pas rejeter ce qui est la vérité. Le

237

grand danger pour notre peuple a été de dépendre des hommes et de faire de la chair, son arme. Ceux qui n’ont pas pris l’habitude de rechercher dans la bible par eux-mêmes, ou d’évaluer les preuves, ont confiance en leurs dirigeants et acceptent les décisions qu’ils prennent; et ainsi, beaucoup rejetteront les messages véritables que DIEU envoie à son peuple, si ces frères dirigeants ne les acceptent pas. {SR1: 237.3}

‘Personne ne devrait penser qu’il détient toute la lumière destinée au peuple de DIEU. Le SEIGNEUR ne tolérera pas cela. Il a dit, ‘J’ai ouvert devant toi une porte et aucun homme ne peut la fermer.’ Même si tous nos dirigeants refusaient la lumière et la vérité, cette porte restera toujours ouverte. Le SEIGNEUR fera lever des hommes qui donneront au peuple le message pour ce temps... {SR1: 238.1}

‘Supposons qu’un frère ait une vue différente de la vôtre, et qu’il vienne à vous et vous propose de vous asseoir avec lui et d’examiner ce point dans les écritures ; vous lèverez-vous, rempli de préjugés et condamnerez-vous ses idées, en refusant de lui donner une audience sincère ? Le seul vrai moyen serait de s’asseoir comme des chrétiens et d’examiner avec lui la position présentée à la lumière de la parole de DIEU qui révélera la vérité et démasquera l’erreur. Ridiculiser ses idées n’affaiblirait en rien sa position dans l’éventualité où elle serait fausse, ni ne renforcerait la vôtre si elle était vraie. Si les piliers de notre foi ne soutiennent pas le test de l’investigation, il est temps que nous le sachions. Nous ne devons pas cultiver l’esprit de pharisianisme parmi nous. » {SR1: 238.2}

Nous regrettons beaucoup d’avoir à rendre publique cette énorme négligence de la part de nos frères, ainsi que leur désintérêt pour les choses de DIEU. En ce qui nous concerne, par devoir et par amour envers nos frères, et envers l’église de DIEU nous ne trouvons aucune solution pour éviter de publier les écrits de ce chapitre et éviter tout malentendu à propos de nos motivations pour la sortie de ce livre. Non pas que nous souhaitions éviter les reproches à notre encontre, mais c’est pour la sécurité de l’église de DIEU, avec le souhait de défendre ceux qui pourraient être exposés aux attaques de critiques insidieuses. {SR1: 238.3}

Citons encore Testimonies to Ministers, page 300 : « A moins que ceux qui peuvent aider dans—-ne s’éveillent à un sens du

238

devoir, ils ne reconnaîtront pas l’œuvre de DIEU quand retentira le grand cri du troisième ange. Quand la lumière jaillira pour éclairer la terre, au lieu de venir à l’aide du SEIGNEUR, ils chercheront à plier son œuvre à leurs idées étroites. Laissez-moi vous dire que le SEIGNEUR n’agira pas dans sa dernière œuvre d’une manière très commune, mais d’une manière qui sera en contradiction avec tout plan humain. Il y en aura parmi nous qui chercheront toujours à contrôler l’œuvre de DIEU, à dicter même quels mouvements devront être exécutés quand l’œuvre avancera sous la direction de l’ange qui rejoint le troisième ange dans le message à donner au monde. DIEU utilisera des moyens par lesquels on pourra constater qu’Il prend les rennes dans Ses propres mains. Les ouvriers seront surpris par les moyens simples qu’Il utilisera pour amener et parfaire Son œuvre de justice. Ceux qui seront considérés comme bons ouvriers devront s’approcher de DIEU, ils auront besoin du contact divin. » {SR1: 238.4}

Voyant le danger s’approcher comme cela est révélé dans « La Verge du Berger,» nous avons attendu anxieusement durant tous ces mois avec la crainte d’attendre trop longtemps et de ce fait d’avoir omis de donner l’alarme aussi bien que de sonner de la trompette avant d’avoir entendu nos frères. Pendant ce temps d’attente et de prière, une écriture nous a été révélée, trouvée dans Michée 6, que nous allons présenter maintenant pour prouver que DIEU a parlé à Son peuple par la parole écrite, nous donnant ordre de sonner de la trompette sans retard. {SR1: 239.1}

Bien que le livre de ce prophète peu connu ait été écrit il y a beaucoup de siècles, il était destiné à l’église d’aujourd’hui, du moment présent. Il fut mis dans la bible (rouleau) au temps de l’ancien Israël, écrit de telle façon qu’eux aussi pourraient en tirer profit, tout comme d’autres écrits qui furent adressés directement à l’ancienne nation et placés dans le même rouleau pour notre connaissance et notre exhortation comme décrit dans 1 Cor. 10 : 11, par le grand apôtre des Gentils. Mais, bien que certains écrits aient été rédigés

239

comme épîtres pour l’ancien Israël, ils s’adressent aussi à nous indirectement, à ce mouvement adventiste, réplique de l’ancien mouvement. Toutefois, le livre de Michée est écrit directement pour l’église du temps présent. {SR1: 239.2}

Citons Michée 6 : 1 : “Écoute maintenant ce que dit le SEIGNEUR ; lève-toi, plaide devant les montagnes et que les collines entendent ta voix.” C’est un fait que la prophétie de ce chapitre n’a jamais auparavant été comprise et personne n’en a jamais beaucoup profité. Seuls quelques enseignements d’un certain passage ont pu être utilisés en relation avec une autre étude. Nous pouvons nous demander, Pourquoi cela n’a-t-il pas été compris ? Est-ce que personne n’a jamais essayé d’étudier cette partie des écritures ? Sans nul doute beaucoup d’étudiants pieux et sérieux ont passé beaucoup de leur temps précieux à étudier sans aucun résultat concernant la révélation de la vérité de ce chapitre. {SR1: 240.1}

La raison de cet échec à dévoiler la prophétie est qu’elle est au présent. “Écoute maintenant ce que dit le SEIGNEUR ; lève-toi, plaide devant les montagnes et que les collines entendent ta voix.” A partir de cela nous savons qu’il n’était pas prévu qu’elle soit révélée avant la date souhaitée, sinon cela aurait été grammaticalement Incorrect. De même pour Ap. 14 : 7, “Craignez DIEU et rendez-lui gloire, car l’heure de son jugement est arrivée.” Si cette écriture avait été au futur, William Miller n’aurait pas fait l’erreur de laisser transpirer cet événement en 1844. Celui qui contrôle les écritures n’avait évidemment l’intention de révéler la vérité qu’après le début de l’heure du jugement en 1844. La même règle doit être observée pour toutes les vérités bibliques afin d’imposer une date prophétique spécifique. {SR1: 240.2}

Nous avons précédemment établi que cette vérité jaillit par l’entremise du département de l’école du Sabbat en 1929, dans les leçons du premier trimestre de cette année là, commençant par Esaïe 54 jusqu’au chapitre 66 inclus. Le 54ème était le premier à révéler que ces chapitres étaient directement écrits pour l’église du moment présent comme expliqué aux pages 136 140. Dans Esaïe 58 : 1, nous apprenons que DIEU doit révéler les péchés existants au sein

240

de l’église et ainsi appeler à la réforme. Nous citons le verset : “Crie à plein gosier, ne te retiens pas ; élève ta voix comme une trompette, et déclare à mon peuple ses transgressions et à la maison de Jacob ses péchés.” {SR1: 240.3}

Cette écriture a maintenant trouvé son accomplissement. Après que ces péchés existants fussent révélés, les présentes études furent mises par écrit, le document étant intitulé « La Verge du Berger, » et mis entre les mains des dirigeants de ce mouvement. Ainsi le « cri » comme une “trompette” est en train de résonner. La preuve des péchés existants étant portée (montrée) à la connaissance du peuple de DIEU et à la maison de Jacob, montrant aussi que les Laodicéens ont négligé les invitations du vrai témoin, et que, de ce fait est apparue la honte de notre nudité. “Je te conseille d’acheter de moi de l’or éprouvé par le feu afin que tu deviennes riche et des vêtements blancs afin que tu sois vêtu et que la honte de ta nudité ne paraisse pas ; et un collyre pour tes yeux afin que tu voies.” Ap. 3 : 18. {SR1: 241.1}

Citons maintenant Esaïe 60 : 1 : « Lève-toi et resplendis; car ta lumière est venue et la gloire de DIEU s’est levée sur toi. » Notez que le verbe venir est au présent. La « lumière » est la vérité. Cette écriture a trouvé aussi son accomplissement. Pensez à la merveilleuse lumière qui a jailli à travers ces études et se trouve rassemblée dans cette publication. Notez qu’elle ne contredit pas la vérité que l’église possède déjà mais qu’elle révèle la vraie magnitude et l’importance de ce message. Mais ceci est seulement une partie de la lumière qui a jailli à travers ces précieux chapitres. Plus de lumière suivra bientôt dans une autre publication. {SR1: 241.2}

L’appel est, “Lève-toi et resplendis.” … car “la gloire de DIEU s’est levée sur toi.” Libre choix est laissé au lecteur d’autoriser cette glorieuse expérience d’entrer dans sa propre vie et de se lever sérieusement et de resplendir ; à être prêt à faire face à l’opposition au dedans comme au dehors. “Le mécontentement de DIEU est sur son peuple et il ne manifestera pas sa puissance au milieu de lui tant que les péchés existent en son sein et sont encouragés par ceux qui ont des postes de responsabilité. Ceux qui travaillent dans la crainte de DIEU pour enlever les obstacles de l’église et corriger les erreurs lamentables, afin que le peuple de DIEU voit la nécessité d’abhorrer le péché et puisse prospérer dans

241

la pureté et que le nom de DIEU soit glorifié, rencontreront toujours des oppositions de ceux qui ne sont pas consacrés.» Témoignages Vol. 3, pages 270, 271 (version anglaise). {SR1: 241.3}

Revenons à Michée 6 : 1: “Écoute maintenant ce que dit le SEIGNEUR.” Notez que le verbe « écouter » est au présent, donc vérité présente. Mais que devons-nous écouter ? “Lève-toi, plaide devant les montagnes et que les collines entendent ta voix.” “Les montagnes” signifie la même chose que dans Michée 4 : 1, première partie. La seule différence entre les deux est que cette dernière est au singulier tandis que la précédente est au pluriel. La “montagne” du chapitre 4 désigne l’église de DIEU (confession) comme expliqué aux pages 100, 101, mais les montagnes et collines comme au chapitre 4 : 1 (dernière partie) et 6 : 1 étant au pluriel désignent les églises et les organisations. Dans ce sens, il ne pourrait faire référence à l’église de DIEU car il ne reconnaît qu’une seule église comme étant la sienne. Aussi “les collines” étant au pluriel désignent-elles les sectes ou les mouvements de moindre importance, etc. {SR1: 242.1}

‘Laisse-les entendre ta voix.” La pensée qui peut découler est la suivante : Nos dirigeants prennent trop longtemps ou peut-être n’ont ils jamais eu l’intention de faire quoi que ce soit de la nouvelle lumière qui leur a été présentée dans « La Verge du Berger,» en conséquence, n’attends plus, “ Lève-toi maintenant, plaide devant les montagnes et que les collines entendent ta voix” (publie-la). De ce fait, nous avons été obligés de publier ce livre et de le diffuser sans délai. {SR1: 242.2}

Mais que doivent entendre les montagnes ? Que plaidera-t-il ? La réponse est donnée dans le second verset : « Écoutez, montagnes la controverse du SEIGNEUR, et vous solides fondements de la terre : Car le SEIGNEUR a une controverse avec son peuple et il plaidera avec Israël.» Notez qu’ils doivent entendre que le SEIGNEUR a une controverse avec son peuple, et il contestera avec Israël (les 144 000, Israël le véritable). Mais comment entendront-ils ? Quels sont les moyens utilisés pour porter cette voix aux montagnes et aux collines ? La réponse se trouve dans le neuvième verset. {SR1: 242.3}

« La voix du SEIGNEUR crie à la ville, et l’homme sage verra ton nom : Écoutez la verge et celui qui l’a décrétée.” Michée 6 : 9. Notez que c’est la voix du SEIGNEUR. La voix crie dans la

242

“ville”. (Ville, ou Jérusalem sont les symboles de DIEU, tout comme “montagne,” la différence entre les deux symboles est que “montagne” désigne la confession entière tandis que “ville” désigne les dirigeants de ce corps.) Comment la voix du SEIGNEUR crie-t-elle dans la ville (l’église) ? La dernière partie du verset répond à la question : « Écoutez la verge. » Écouter une verge doit signifier qu’elle est du genre qui peut parler. {SR1: 242.4}

La seule verge que le peuple de DIEU a été enjoint d’écouter est la présente « Verge du Berger. » Au moment où nous avons donné le nom à ce livre, nous ne savions rien des prophéties du livre de Michée, nous ne savions pas non plus que ce passage s’y trouvait. Nous voulons dire par là, que ce n’est pas notre connaissance de cette écriture particulière qui nous a conduits à donner ce titre au livre, mais nous pensons que cela est le fruit de la même providence divine qui a révélé la vérité complète, en vue d’accomplir l’écriture. Voir aussi l’explication à la page 56, sous l’intitulé “La Verge du Berger.” {SR1: 243.1}

Notez encore, “Les hommes de sagesse verront ton nom.” La sagesse mentionnée n’est pas celle que peut procurer le monde mais celle du ciel. La version de Douay lit comme suit : “Et le salut (sagesse) sera pour ceux qui craignent (voient) ton nom : Écoutez, vous tribus.” La même pensée est reprise dans le septième chapitre, verset 14. “Nourris ton peuple de ta verge, le troupeau de ton héritage, qui demeure solitaire dans les bois, au milieu du Carmel : Laisse-les se nourrir à Basan et à Galaad, comme dans les temps anciens.” “Nourris ton peuple de ta verge :” Le verbe « nourrir » est à prendre au sens spirituel et cette nourriture (vérité) se trouve dans la “Verge.” A nouveau l’ordre nous est donné de publier le livre (“Nourris ton [celui de DIEU] peuple”). Carmel, Basan et Galaad sont utilisés comme symboles de bons pâturages spirituels. Ce sont des lieux où Israël connut ses victoires. Le Mont Carmel est l’endroit où Elie fit son expérience avec l’Israël récidiviste aux jours d’Achab. C’est au Carmel qu’il (Elie) appela le feu du ciel pour consommer le sacrifice sur l’autel, après quoi il massacra les prophètes de Baal. {SR1: 243.2}

Citons Michée 7 : 15 : “Comme aux jours où tu sortis

243

du pays d’Égypte, je lui ferai voir des choses merveilleuses.” Notez que Michée aussi, tout comme Esaïe, déclare que le peuple de DIEU (Israël spirituel) devra faire une expérience similaire à celle du mouvement d’Exode comme expliqué dans la Section 4. Notez aussi que lors du mouvement d’Exode, DIEU dit à Moïse : “Et tu prendras dans ta main cette verge avec laquelle tu feras des signes… et Moïse prit la verge de DIEU dans sa main.” Ex. 4 : 17, 20. C’est par le pouvoir de la « verge de DIEU » qu’Israël sortit d’Égypte. Ce mouvement étant une réplique de celui d’Égypte et de l’Exode, nous avons encore “la verge de DIEU.” {SR1: 243.3}

Il est merveilleux de remarquer l’Inspiration des écritures. Elles sont parfaites lorsque le temps prévu est arrivé. C’est seulement à ce moment là que les écritures sont grammaticalement correctes. Nous ne pouvons pas prendre les chapitres entiers en ce moment mais avec les renseignements déjà donnés, chacun peut faire ressortir la signification de chaque verset en faisant un petit effort d’application. Lire les chapitres six et sept et remarquez que le passé, le présent et le futur sont en parfait ordre grammatical lorsque les événements sont compris correctement. Observez la même règle dans le chapitre quatre de Michée comme expliqué aux pages 100 105. C’est une des règles pour détecter la vérité présente. Il nous serait impossible de publier dans ce volume toute la lumière que nous avons trouvée grâce à ces études, mais nous espérons pouvoir tout relater dans un autre volume. {SR1: 244.1}

244

LE DEVOIR -QUI REÇOIT LA VÉRITÉ

Il est évident que le message présenté dans cette publication n’est pas un message destiné à la création d’un nouveau mouvement mais un message en vue d’un changement pour une vraie piété. Rappelant le peuple de DIEU à ses préceptes, commandements et statuts par une obéissance stricte à sa Parole afin de nous préparer à rencontrer notre DIEU et à échapper à la ruine. Au temps de l’ancien Israël, le peuple de DIEU s’éloigna un certain nombre de fois de son divin plan, ce qui l’obligea à envoyer des messages d’avertissement par ses serviteurs, les prophètes. L’ancienne nation fit rarement attention à ces avertissements solennels. Néanmoins, ces serviteurs fidèles de DIEU effectuèrent leur travail avec soin. {SR1: 245.1}

Bien que leur vie soit en jeu, leur message d’amour inapprécié, et que le peuple choisi d’alors abusait cruellement d’eux, ces serviteurs fidèles de DIEU n’osèrent pas créer un mouvement de leur propre initiative. Leur devoir était de donner le message et de laisser les conséquences à celui qui est capable de prendre la situation en main. Ainsi en sera-t-il maintenant. « Il y aura une série d’événements révélant que DIEU est maître de la situation. » Témoignages vol. 3, page 397. {SR1: 245.2}

Ceux qui reçoivent ce message doivent émerger de leur faiblesse spirituelle pour parvenir à un repentir pieux et véritable. Ils doivent se lever calmement mais ouvertement afin de présenter la vérité à leurs frères et sœurs dans l’église, avec zèle et sérieux dans la crainte du SEIGNEUR, avec foi, et en laissant à DIEU les résultats. {SR1: 245.3}

“Quand je dis au méchant : Méchant, certainement, tu mourras ! Si tu ne parles pas pour avertir le méchant à l’égard de sa voie, lui, le méchant mourra dans son iniquité ; mais je te redemanderai son sang. Et si tu avertis le méchant à l’égard de sa voie, pour qu’il s’en détourne, et qu’il ne se détourne pas de sa voie, il mourra lui dans son iniquité ; mais tu as délivré ton âme. Et toi, fils de l’homme dis à la maison d’Israël : Vous avez parlé ainsi disant : Si nos transgressions et nos péchés sont sur nous et nous sommes consumés par eux, comment vivrions-nous ?» Ez. 33 : 8 -10. {SR1: 245.4}

245

L’Esprit de Prophétie, à propos des événements prédits dans cette publication, dit : “Ceux qui marchent dans la lumière verront les signes du péril qui approche ; mais ils ne doivent pas s’installer dans une attente insouciante du désastre avec l’idée consolatrice de la croyance que DIEU abritera son peuple au jour de la visitation. Loin de là. Ils devraient réaliser qu’il est de leur devoir de travailler avec diligence pour sauver les autres tout en recherchant avec une foi profonde l’aide de DIEU.” Témoignages volume 2, page 71. {SR1: 246.1}

“Crie à plein gosier, ne te retiens pas ; élève ta voix comme une trompette, et déclare à mon peuple ses transgressions et à la maison de Jacob ses péchés.” Esaïe 58 : 1. {SR1: 246.2}

Les objections qui peuvent survenir

Étant donné que tous ceux qui ont eu un message de vérité ont eu à souffrir de persécution dans les temps anciens, il faut s’y attendre à l’heure actuelle. L’ennemi de toute justice, par l’intermédiaire de l’instrument humain sous couvert de la religion, s’est opposé à la vérité de DIEU à chaque étape du chemin. La mort d’Abel par les mains cruelles de son frère Caïn, était un signal à tous les suiveurs de vérité que la persécution allait se lever contre eux par leurs propres frères au sein de l’église. Ainsi en fut-il jusqu’à nos jours. {SR1: 246.3}

L’ennemi sagace est trop sage pour faire opposition aux vérités et doctrines déjà acceptées en tant que telles, mais il conduira les hommes à négliger les principes sur lesquels cette vérité fut établie, et petit à petit, compense le manque par la sagesse humaine, menant ainsi l’église vers les ténèbres spirituelles. Les pasteurs dans cette condition spirituelle ne peuvent discerner l’importance de la stricte obéissance à la Parole de DIEU. On fait croire à leur congrégation que leur expérience chrétienne est excellente, et le peuple est conduit à faire confiance à la sagesse humaine (à accepter leur décision), au lieu de chercher eux-mêmes la vérité avec foi en DIEU. “Ainsi dit le SEIGNEUR: Maudit l’homme qui place sa confiance en l’homme, et qui fait de la chair son arme, et dont le cœur s’éloigne du SEIGNEUR”. Jer. 17 : 5. {SR1: 246.4}

Le titre de membre est accordée à presque tous ceux qui souhaitent se joindre à l’église mais avec peu de recherches quant à leur foi et à leur acceptation de la vérité toute entière. Ainsi, ceux qui ne sont pas consacrés dans leur cœur, s’immiscent-ils dans l’église

246

et par leur influence, conduisent-ils les autres à pécher. Cette pratique continuelle accroît rapidement le nombre d’infidèles, alors que ceux qui suivent CHRIST avec dévotion sont de moins en moins nombreux. Quand surviennent la lumière de la vérité et un appel à la réforme, les dirigeants, aveuglés par l’obscurité spirituelle, s’élèvent contre l’appel céleste. Ils déclarent qu’ils détiennent toute la vérité et n’en ont plus besoin bien qu’au fond de leur cœur, ils sachent que c’est la vérité de DIEU, ils condamnent le message et le messager tout comme l’ancien Israël parce que ce dernier réprouve leurs actions impies. Ceux qui ne sont pas consacrés dans leur cœur négligent de rechercher la vérité par eux-mêmes et acceptent les décisions des dirigeants. La conséquence en est que les quelques fidèles sont rejetés par un vote majoritaire, tandis que le vieux diable triomphe victorieusement. Ceci est spécialement vrai de nos jours commençant par l’église Luthérienne et toutes les autres. William Miller et Miss Harmon furent traités de la même façon. DIEU a permis cette pratique continuelle de déposséder son peuple des biens de leur église, l’obligeant à créer un nouveau mouvement, mais il ne le permettra plus maintenant. {SR1: 246.5}

A propos de l’opposition que Luther fut forcé d’affronter, l’Esprit de Prophétie dit : “Par la puissance du Saint Esprit, il dénonça les péchés des chefs de l’église ; malgré la tempête d’opposition déclenchée par les prêtres, son courage ne faiblit pas car il reposait sur le bras puissant de DIEU et il lui faisait confiance pour la victoire.” Premiers Écrits, page 223. « Comme l’opposition devient plus violente, les serviteurs de DIEU sont à nouveau perplexes ; car ils ont le sentiment d’avoir amené la crise. Mais la conscience et la parole de DIEU leur assurent que leur démarche est la bonne ; et bien que les attaques continuent, ils sont renforcés pour y faire face.” La Tragédie des Siècles, page 662. JÉSUS dit : “Soyez bénis quand les hommes vous injurieront et vous persécuteront et qu’on dira en mentant toute espèce de mal contre vous à cause de moi. Réjouissez-vous et tressaillez de joie, car votre récompense est grande dans le ciel : Car on a persécuté ainsi les prophètes qui étaient avant vous.” Mat. 5 : 11, 12. Notez :-Ce sont les prophètes qui ont été persécutés, non les prêtres. {SR1: 247.1}

Quand la vérité sera dite en termes clairs, elle révélera le péché et condamnera

247

la conscience coupable du pécheur. Bien que le messager, en butte à la persécution et au mépris, même au péril de sa vie, proclame la vérité avec amour en vue du salut, le pécheur se lèvera souvent contre un ami de son âme. Le prophète a dit : “Toutefois, si tu préviens le méchant à propos de sa voie et s’il ne s’en détourne pas, il mourra dans son iniquité, mais tu as délivré ton âme.” Ez. 33 : 9. Les accusations suivantes pourront être soulevées et on doit s’attendre à les rencontrer. Certains peuvent dire, « vous médisez, tout en cherchant des erreurs et en portant des accusations. » Mais en fait, celui qui porte un message du ciel à un pécheur coupable ne peut être accusé d’aucune des fautes précitées. {SR1: 247.2}

La responsabilité n’incombe pas à celui qui porte le message mais à DIEU qui envoie le message. Celui qui médit contre le messager, médit contre DIEU à ses propres dépens. {SR1: 248.1}

D’aucuns peuvent dire, « vous n’êtes pas investi d’un ministère et ce n’est pas de votre ressort, » mais celui qui détient le message n’a pas besoin d’être investi par la main des hommes pour transmettre le message, pas plus qu’Amos ne le fut. Celui qui envoie le message est plus grand que celui qui est investi par la main des hommes. Amos n’était qu’un gardien de troupeau mais quand DIEU l’appela et le chargea du message à transmettre aux rois et aux prêtres de l’ancien Israël, il ne déclina pas l’appel et obéit à la voix de DIEU et transmit le message (Amos 1:1). DIEU est-il lié par les liens des hommes ? Jérémie aussi était un enfant quand DIEU l’appela. Bien qu’il se croyait incapable de porter la responsabilité, le SEIGNEUR dit : “Ne dis pas, je suis un enfant, car tu iras vers tous ceux auprès de qui je t’enverrai, et tu diras tout ce que je te commanderai.” Jer. 1: 7. {SR1: 248.2}

Les hommes qui pensent que leur fonction les met à la place de Moïse et d’Aaron, commettent une énorme erreur. De tels hommes ne peuvent être aucun d’eux. Personne ne peut prendre la place de Moïse car il n’est ni mort ni muet. La Bible est Moïse. JÉSUS dit : “Laissez-les écouter Moïse et les Prophètes.” Aaron est un type de CHRIST, ainsi, celui qui pense avoir pris la place de ces deux grands dirigeants, rejette l’autorité de la Bible et de CHRIST le Prêtre. Celui qui

248

prétend avoir cette autorité se place dans la position de Koré. Voir Nombres 16 ; et 26 : 10. Sa fin sera amère. {SR1: 248.3}

Chers frères et sœurs, -Nous vous en prions, au nom de CHRIST votre Sauveur, soyez aussi fidèles à DIEU que ces grands hommes le furent par le passé. Nous attirons votre attention sur Daniel, Shadracc, Méshac et Abed-Nego. Pensez à la façon dont ces hommes restèrent fidèles aux vrais principes religieux afin de plaire à DIEU. Ils risquèrent leurs vies, mais refusèrent de s’engouffrer dans l’idolâtrie. Comme DIEU les récompensa pour leur foi, il vous récompensera avec la vie qui se mesure à sa vie. Refusez de trébucher sur les pierres d’achoppement des autres. Nous vous renvoyons à l’expérience des chrétiens nominaux au tout début de l’avènement, telle qu’elle est rapportée dans les écrits par l’Esprit de Prophétie. {SR1: 249.1}

Nous citons Tragédie de Siècles, page 410, 411 : “Mais les églises, en général, n’acceptèrent pas ce message d’avertissement. Leurs pasteurs, qui, en tant que ‘sentinelles de la maison d’Israël’ auraient dû être les premiers à discerner les signes de la venue de JÉSUS, avaient omis de détecter la vérité, dans les témoignages des prophètes ou dans les signes des temps. Comme des espérances et des ambitions mondaines remplissaient leur cœur, leur amour pour DIEU et leur foi en sa Parole s’étaient refroidis ; et quand la doctrine du retour leur fut présentée, elle ne suscita que préjugés et incrédulité. Le fait, que, dans son ensemble, le message était prêché par des laïques, fut avancé en guise d’argument contre lui. Comme auparavant, le témoignage clair et net de la parole de DIEU, souleva la question, ‘Certains dirigeants ou pharisiens y ont-ils cru ?’ Et voyant combien il était difficile de réfuter les arguments tirés des périodes prophétiques, beaucoup d’entre eux décourageaient l’étude des prophéties prétendant que les livres prophétiques étaient scellés et n’étaient pas destinés à être compris. Des foules ayant une confiance aveugle en leurs pasteurs, refusèrent d’écouter l’avertissement; d’autres, bien que convaincus de la vérité, n’osaient pas la confesser de peur ‘d’être expulsés de la synagogue.’ Le message de mise à l’épreuve et de purification de l’église que DIEU avait envoyé, révéla inéluctablement le nombre important de ceux qui avaient placé leur conviction dans le monde et non en CHRIST. Les liens qui

249

les retenaient à la terre étaient plus solides que leur attirance pour le ciel. Ils préférèrent écouter la voie de la sagesse de ce monde et se détournèrent du message sincère de recherche de la vérité.” {SR1: 249.2}

JÉSUS dit : “Souvenez-vous de la femme de Lot.” Occupez-vous de sauvez votre vie, car les éléments utilisés sur Sodome seront utilisés dans ce monde méchant du temps présent. Comparez ce message avec la Bible et les Témoignages. N’adhérez pas aux décisions des autres mais faites votre propre étude. “Lorsqu’un message est présenté au peuple de DIEU, il ne devrait pas s’insurger à son encontre; il devrait se référer à la Bible, le comparer avec la loi et les témoignages et dans le cas où il ne résiste pas à cet examen, il n’est pas vrai.” Testimonies to Ministers, page 119. {SR1: 250.1}

Personne ne devrait craindre ou hésiter à proclamer ce message du haut de la chair des Adventistes du Septième Jour, car il s’agit d’une pure doctrine Adventiste du Septième Jour, rappelant le peuple de DIEU aux principes sur lesquels fut établie cette grande confession. D’aucuns mettront des objections et essaieront de l’arrêter alors qu’ils ne peuvent expliquer les écritures d’une autre façon. Mais celui qui prend la peine de porter le message doit insister et être assidu dans la conduite de ses études. {SR1: 250.2}

Au temps de CHRIST, ses disciples demeurèrent fermes sur leurs positions et déclarèrent dans le temple, le Sauveur ressuscité. Les guides spirituellement aveugles leur ordonnèrent de sortir mais ils revinrent et revinrent encore jusqu’à ce que les Pharisiens impies les jettent en prison. Par miracle, on les laissa sortir et ils retournèrent immédiatement au temple et se mirent à prêcher encore, l’étrange doctrine en dépit de l’opposition. Une telle persistance à sauver leurs frères et sœurs du destin imminent, est appelé “rébellion” par les ennemis de CHRIST, utilisant même les écritures pour prouver la véracité de leurs accusations. Mais, en fait, celui qui persiste à exécuter son devoir pour son DIEU, pour le bien de ses frères, n’est pas le coupable. Celui qui est offensé par le message du ciel est un rebelle aux yeux du grand DIEU. La fonction ou la position d’un tel personnage ne le disculpe pas, pas plus qu’elle n’a disculpé l’orgueilleux Pharisien en manteau de rabbin. Bien que certains puissent faire valoir leur propre fonction d’autorité, ils ne seront point excusés pour autant, pas plus que le messager de DIEU ne sera condamné. Beaucoup

250

d’autres excuses et accusations seront formulées mais, celui qui est au service du Très Haut n’a besoin d’être distrait en aucune façon mais poursuit sa tâche avec foi en DIEU pour sauver ses frères du destin imminent. L’Esprit de prophétie, en ce qui concerne ce message dit : « Si un cas comme celui d’Acan se produisait parmi nous, nombreux sont ceux qui accuseraient ceux qui agissent comme Josué en vue de débusquer l’erreur, d’avoir un esprit méchant et chicaneur. » Témoignages volume 3 page 270 (version anglaise). {SR1: 250.3}

Dans le cas où le nom de quelqu’un serait radié des livres de l’église pour avoir porté le message, qu’il ne se décourage en aucune façon mais continue comme si rien n’était arrivé. Payez votre dîme honnêtement et votre offrande à l’église et sentez comme si « c’est » la maison de votre Père. Continuez votre travail de réforme avec autant de personnes que vous pouvez intéresser. Votre titre de membre sur les livres de l’église n’est qu’un registre d’église et la seule perte ou le seul dommage dont puisse souffrir quelqu’un par suite de l’absence de son nom sur un tel registre, c’est qu’il ne pourra servir en tant qu’officier, ou qu’il ne pourra rien dire en ce qui concerne les affaires de l’église. Ceux qui attendent la venue prochaine de CHRIST ne veulent pas servir en tant qu’officiers si leur service n’est pas souhaité par l’église. Ceux qui se mettent en avant pour obtenir une telle position montrent que leurs motivations sont erronées et que leur cœur n’est pas bien avec DIEU. Maintenir votre nom sur le livre de l’église au prix du principe ne vous amènera pas au ciel, pas plus que l’absence de votre nom sur un tel registre ne vous éliminera de la Sainte Cité. {SR1: 251.1}

« Combien sont beaux sur les montagnes les pieds de celui qui apporte les bonnes nouvelles, qui annonce la paix, qui apporte les nouvelles de bonheur, qui annonce le salut et qui dit à Sion : Ton DIEU règne !” Es. 52 : 7. {SR1: 251.2}

« Beaucoup sont interpellés par notre travail et le remettent en question. Certains, à partir de leur interpellation, attribuent les difficultés et les perplexités du peuple de DIEU aux témoignages de réprobation que nous leur avons donnés. Ils pensent que la difficulté se trouve chez ceux qui portent le message d’avertissement, qui soulignent les péchés du peuple et corrigent leurs erreurs. Beaucoup sont trompés par l’ennemi de

251

l’âme….Ils pensent que le peuple de DIEU n’a nul besoin de franc parler ni de réprobation mais que DIEU est avec eux…. Quelle disposition prendront-ils vis-à-vis du message du vrai témoin aux Laodicéens ? Il ne peut y avoir là de duperie. Ce message doit être porté par les serviteurs de DIEU à une église indifférente. Il doit réveiller son peuple de sa position sécurisante et de la duperie dangereuse en ce qui concerne sa vraie situation face à DIEU. Ce témoignage, s’il est bien reçu, déclenchera l’action et conduira à l’humilité et à la confession des péchés... {SR1: 251.3}

‘Le peuple de DIEU doit reconnaître ses erreurs, et s’éveiller à un repentir plein de zèle, et à l’abandon de ces péchés qui les ont conduit à un tel état de pauvreté, de cécité, de misère, et de redoutable imposture. On m’a montré que le témoignage en question doit vivre au sein de l’église. Ce sera l’unique réponse au message des Laodicéens. Les erreurs doivent être réprouvées, le péché doit être appelé péché et l’iniquité doit être décelée rapidement et avec détermination et éloignée de nous en tant que peuple.” Témoignages volume 3, pages 258 260 (version anglaise). {SR1: 252.1}

“Lève-toi, resplendis ;

car ta lumière est venue,

Et la gloire de L’ÉTERNEL

s’est levée sur toi.” Esaïe 60 : 1

__________________________________

L’appel D’une Mère

par Mrs. E. Hermanson.

« Mais si ce méchant serviteur dit en son cœur, mon seigneur tarde à venir ; et qu’il se mette à battre ses confrères, et à manger et à boire avec les ivrognes; le SEIGNEUR de ce serviteur viendra un jour et à une heure où il ne s’y attend pas et le mettra en pièces et lui donnera sa part avec les hypocrites.” Mat. 24 : 48 51. {SR1: 252.2}

En tant qu’Adventistes, le texte ci-dessus nous enseigne qu’il n’est pas seulement question de s’enivrer avec du vin mais aussi de festoyer. On peut aussi s’enivrer des soucis de la vie. Voir Luc 21 : 34. Le dernier texte nous apprend aussi que nous devons faire attention à ne jamais

252

surcharger nos cœurs au risque de devenir “ce méchant serviteur qui dit en son cœur, mon SEIGNEUR tarde à venir.” {SR1: 252.3}

En tant que membre de la confession Adventiste du Septième jour, et mère de trois enfants, ma volonté ferme a toujours été d’éduquer ces enfants que DIEU m’a donnés de telle façon qu’ils soient fidèles à DIEU et à sa vérité. C’est un vrai défi de les empêcher de participer aux soi-disant plaisirs du monde, et par là même, à l’esprit du monde, afin qu’ils ne soient pas déviés de l’idée qu’ils se font de ce que DIEU souhaite obtenir de ses fidèles enfants. La tâche n’est pas aisée et la responsabilité n’est pas moindre. Elle n’est nullement amoindrie par la fréquentation des gens du monde. {SR1: 253.1}

Vu les avertissements qui nous sont donnés dans les écritures, il ne semble pas cohérent que des programmes comme le suivant puissent être parrainés par le corps enseignant si nous voulons que nos enfants et jeunes gens soient intéressés par les enseignements clairs et précis de notre Sauveur. Les jeunes esprits ne saisissent pas de manière naturelle le côté sérieux de la vie et avec les nombreuses activités et manifestations qui leur sont ainsi constamment présentées, accroissent la difficulté qu’ils ont à vouloir “entrer par la porte étroite.” Luc 13 : 24 ; Matt. 7 : 13. {SR1: 253.2}

Ce qui suit est un extrait de quelques manifestations tiré du “Weekly Bulletin” du 14 au 21 novembre 1930 et édité par l’une de nos institutions importantes de Los Angeles. {SR1: 253.3}

Nouvelles de l’Association

Rencontre interscolaire de natation corps enseignant anciens élèves : … L’apothéose de cette soirée était une démonstration de plongée par Georgia Coleman, championne nationale de plongée féminine... {SR1: 253.4}

Club dîné de novembre : Ceci promet d’être une autre réjouissance. Un trio et un orateur du Club Chorale féminine de U.S.C. sera le point fort. Bill Hunter, Directeur des Sports de U.S.C. nous adressera une courte allocution sur la sportivité. Prenez vos tickets à l’avance. {SR1: 253.5}

Manifestations à venir :

Nov. Club Dîner.

Nov. Match de baseball Juniors / Employés.

253

28 Nov. Tournoi de Golf à Montebello Park.

2 Déc. Match de baseball Corps enseignant / Employés.

9 Déc. 19 h Match de baseball Corps enseignant / Juniors, 17 h. 1ère équipe employés /2ème équipe employés.

16 Déc. Match de baseball Seniors / Juniors.

21 26 Déc. Festivités de vacances à Big Bear Lake. Vendredi, 20 heures, allocution sur la santé, Y.M.C.A.

28 Nov. Faculté interscolaire Tournoi de Golf : Vendredi matin.

Le score du match de baseball de mardi, Corps enseignant / Seniors était de 3 à 13. Ceci n’est toutefois pas représentatif des autres compétitions, le score n’étant pas aussi serré. Encore quelques matchs et le corps enseignant s’en sortira à condition toutefois, que H… S… , et w… ne battent pas trop de retours à la base. Jusqu’à présent, H… détient le record. {SR1: 254.1}

L’Esprit de Prophétie, à propos du baseball, etc. dit : “Mon Guide m’a dit : “Regarde et vois l’idolâtrie de mon peuple, à qui je me suis adressé, pour qui je me suis levé tôt, et que j’ai prévenu de leurs dangers. J’attendais qu’ils portent des fruits. Certains souhaitaient acquérir la maîtrise, chacun essayant de surpasser l’autre dans la conduite agile de leurs bicyclettes. Il y avait un esprit de lutte et de rivalité entre eux pour désigner le meilleur. L’esprit était semblable à celui qui se manifestait dans les jeux de baseball dans l’enceinte du collège. Mon Guide dit : “Ces choses sont une offense à DIEU. “Les âmes proches ou lointaines meurent toutes pour le pain de vie et l’eau du salut.” Témoignages volume 8, page 52. {SR1: 254.2}

Pourquoi emmener les jeunes au Y.M.C.A., vendredi soir pour leur faire une leçon sur la santé ? Cela ne pourrait-il pas se faire dans nos propres bâtiments ? Pourquoi ce tournoi du Golf Club du vendredi matin ? Les Écritures ne nous disent-elles pas que le vendredi est le jour de préparation au Sabbat et non un jour de plaisir ? En général, si la préparation adéquate est faite, il n’y a guère de temps à perdre. {SR1: 254.3}

Il n’y a peut-être aucune objection pour la natation, mais quel effet ce talent de champion et le discours du responsable sportif sur la “Sportivité”

254

auront-ils sur la jeunesse ? Créeront-ils un plus ardent désir de servir CHRIST ? {SR1: 254.4}

Comment pouvons-nous en tant que mères, garder nos enfants loin du monde, si le corps enseignant les emmène dans ces institutions du monde, où ils rencontrent n’importe quel élément? Sommes-nous fidèles aux principes sur lesquels la présente dénomination a été fondée? “Car vous êtes le temple du DIEU vivant ; selon ce que DIEU a dit : “J’habiterai au milieu d’eux et j’y marcherai, et je serai leur DIEU, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, sortez au milieu d’eux et soyez séparés, dit le SEIGNEUR.” 2 Cor. 6 :16, 17. {SR1: 255.1}

Vu le torrent tumultueux de l’apostasie, conduit par les guides spirituels égarés, d’après moi, la bête léopard de l’Apocalypse 13 : 1 3 a trouvé son accomplissement le plus flagrant de la prophétie symbolique –“le monde entier était en admiration derrière la bête.” Le monde en général a toujours été derrière la bête. Pour cette raison, le monde a besoin de l’évangile, mais quand DIEU déclare “le monde ENTIER était en admiration derrière la bête,” cela veut sans doute dire que ceux qui ont reçu de DIEU beaucoup de lumière, ont participé à l’esprit du monde, accomplissant ainsi la prophétie. {SR1: 255.2}

Gardant à l’esprit notre devoir vis-à-vis du monde et le message du troisième ange, très franchement, le fardeau concernant les enfants et les jeunes pèse sur mon cœur. Je fais appel à tout honnête Adventiste du Septième Jour afin qu’il s’élève, grâce à la prière et à l’abstinence, contre les soi-disant plaisirs de l’âge afin de sauver nos enfants alors que le diable tente de tromper même les élus. {SR1: 255.3}

255

 


3 comments

  • TRIME

    October 3, 2016 at 1:23 PM

    Bonjour,
    je voudrais savoir si vous vendez le livre de la verge du berger volume 1 et 2
    merci de prendre contact avec moi au 0696212421ou au 0696203228

    cordialement
    J.T

    Réponse

  • trime

    November 11, 2016 at 7:09 PM

    bonjour je n’ai pas reçu le support de la verge du berger ,si possible de me le renvoyer par e mail au josst21@hotmail.fr

    Réponse

Laissez une réponse

Your email address will not be published. Required fields are marked *